Version classiqueVersion mobile

Sociolinguistique du contact

 | 
Jacky Simonin
, 
Sylvie Wharton

Continuum linguistique

Logambal Souprayen-Cavery et Jacky Simonin

Texte intégral

Contexte d’apparition

  • 1  « Linguists now view Pidgins and Creoles as two phases, perhaps even as only aspects of the same l (...)

1Dans les années 1930, des linguistes tels que Schuchardt, Jespersen et Hjelmslev et des généralistes (« social scientists ») comme Herskovits et Reinecke proposent des définitions scientifiques des termes pidgin et créole. Une littérature créolistique commence ainsi à se constituer sur la question de la genèse des créoles de la zone Caraïbe ; un modèle génétique est élaboré et baptisé le « modèle du cycle de vie (« life-cycle model », Bloomfield, 1933, p. 474 ; Hall, 1962). « Les linguistes considèrent maintenant les pidgins et les créoles comme deux phases, voire simplement deux aspects d’un seul et même processus linguistique ». 1

2C’est dans ce contexte que la notion de continuum dialectal fait son apparition, précisément dans les travaux de Reinecke et Tokimasa (1934) qui tentaient à l’époque une description de la situation hawaïenne. Le continuum dialectal permet de hiérarchiser les approximations d’un système dialectal de l’anglais sous la pression normative de l’école et des médias.

  • 2 « The birth of the field of pidgin-creole studies may be dated from april afternoon in Jamaica, whe (...)

3Puis, lors de la première conférence sur les langues créoles qui s’est tenue en 1959 à la Jamaïque, les études sur les pidgins et les créoles ont été mises en évidence comme une discipline à part entière : « On peut dater la naissance du champ d’étude pidgin-créole à cet après-midi d’avril à la Jamaïque où Jack Berry a tout à coup remarqué : “Nous parlons tous de la même chose”. »2

4Les différentes communications des intervenants de ce colloque ont été publiées par Le Page (1961) mais c’est DeCamp (1971b) qui a décrit le continuum linguistique comme un axe sur lequel s’ordonnent les pratiques langagières des locuteurs de la Jamaïque selon la classe sociale à laquelle ils appartiennent.

  • 3  « Further, in Jamaica there is no sharp cleavage between creole and standard. Rather there is a li (...)

En outre, il n’y a pas de coupure nette entre le créole et la langue standard à la Jamaïque, mais plutôt un continuum linguistique, un éventail continu de parlers allant du « bush talk » ou du « broken language » de Quashie à la variété de langue standard du locuteur éduqué que l’on trouve chez Philip Sherlock et Norman Manley. 3

5Cette définition de DeCamp (1971b) reste très fidèle à celle de Reinecke (1935) car elle met en évidence une vision sociale du continuum linguistique :

  • 4  « At one end of the scale is the uneducated laborer who can barely make know his elementary wants (...)

À une extrémité de l’échelle, on a le journalier qui n’a pas fait d’études et qui arrive à peine à exprimer ses besoins élémentaires dans un anglais tout à fait élémentaire, prononcé de façon horrible ; à l’autre extrémité, on a l’immigrant exceptionnel, ou plus vraisemblablement le fils ou le petit-fils d’immigrant, qui s’exprime aisément dans un anglais idiomatique et courant, avec toutefois une pointe d’« accent étranger » et des expressions provenant de sa langue d’origine. 4

Définitions fondamentales

6À la deuxième conférence internationale de Mona (Jamaïque) en 1968, sur les langues créoles, DeCamp (1971b) fonde une nouvelle théorie du « Cycle de vie pidgin-créole » (« The life-cycle theory of pidgin-creole ») à partir de celle de Hall (1962) et explique que le continuum linguistique est caractérisé par une échelle implicationnelle de variétés linguistiques superposées et résulte du phénomène de décréolisation, autrement dit de la disparition graduelle du basilecte. 

L’analyse implicationnelle

7L’analyse implicationnelle (implicational scaling) a été développée dans les travaux de DeCamp (1971b) alors qu’il analysait des données jamaïcaines en termes de continuum linguistique. Mais DeCamp s’est lui-même inspiré des travaux de Guttman (1944) et de Togerson (1958) pour mettre en œuvre cette méthode d’analyse des données. Il s’agit de procéder à un classement d’un ensemble de « variables » fondé sur des relations d’implication qu’elles peuvent avoir entre elles. Par exemple, l’usage d’une variante 2 de la variable B implique nécessairement l’usage des variantes de type 2 des variables C et D mais non celui de la variante 2 de A. Selon DeCamp (1971b), le modèle parfait est du type :

Tableau 1. Classement de variables fondé sur des relations d’implication

A B C D
1 1 1 1
1 1 1 2
1 1 2 2
1 2 2 2
2 2 2 2

8C’est ainsi que DeCamp présente le classement de six variables utilisées par sept Jamaïcains :

Tableau 2. Analyse implicationnelle pour six variables jamaïcaines

Variable
Numéro du locuteur a b c d e f
i 1 1 1 1 1 1
ii 1 1 1 1 1 2
iii 1 1 1 1 2 2
iv 1 1 1 2 2 2
v 1 1 2 2 2 2
vi 1 2 2 2 2 2
vii 2 2 2 2 2 2

Index : a : 1 = d ; 2 = d~dh. b : 1 = t ; 2 = t~th. c : 1 = pikni ; 2 = « child ». d : 1 = no ben ; 2 = « didn’t ».
e : 1 = « nanny » ; 2 = « granny ». f : 1 = nyam ; 2 = « eat ».
Les variables et les numéros des locuteurs ont été réorganisés. Le locuteur i correspond à DeCamp no 4, ii à 7, iv à 2, v à 6, vi à 1, and vii à 5. La variable a correspond à la variante de DeCamp D, b à C, c à A, d à F, e à E, et f à B.

9Selon le tableau de DeCamp (1971b), deux variétés linguistiques (« category », Rickford, 1987, p. 17) aux frontières floues sont représentées. Rickford (1987 p. 7) présente ce phénomène d’une tout autre manière :

Tableau 3. Continuum entre deux catégories

Propriété
Item 1 2 3 4 5 6 7
a + + + + + + + CATÉGORIE X
b + + + + + + -
c + + + + + - -
d + + + + - - -
e + + + - - - -
f + + - - - - -
g + - - - - - -
h - - - - - - - CATÉGORIE Y

10Ce tableau met en évidence que l’item « a » est classifié sans ambiguïté dans la catégorie « X », ainsi que l’item « h » dans « Y », tandis que les items « b » à « g » se situent dans une zone de transition et comportent des traits linguistiques des deux catégories. Remarquons que l’axe du continuum (fig. 1) se dessine à partir des données que comporte ce tableau : les catégories « X » et « Y » constitueraient les deux pôles entre lesquels se positionnerait une multitude de variétés de ces deux catégories.

11À cette description du continuum linguistique, DeCamp (1971b, p. 350) ajoute que la zone intermédiaire aux deux pôles pourrait rendre compte d’un « troisième niveau » comportant des caractéristiques des deux catégories :

  • 5  « By calling it a continuum I mean that given two samples of Jamaican speech which differ substant (...)

Je l’appelle continuum car étant donné deux formes de parlers jamaïcains différant nettement l’une de l’autre, il est généralement possible de trouver un troisième niveau qui est intermédiaire entre les deux premiers. 5

  • 6  « Assume too that each sample is relatively homogeneous, or may be subdivided into homogeneous sub (...)

12Ce troisième niveau n’est autre que le mésolecte, qui se situe effectivement entre les deux pôles que sont l’« acrolecte » (la variété la plus proche du standard) et le « basilecte » (la variété la plus éloignée du standard). DeCamp décrit le mésolecte comme une zone comportant des variétés plus ou moins homogènes : « On supposera également que chaque forme est relativement homogène ou qu’elle peut se répartir en sous-formes homogènes […]. » 6

13Allsopp (1958) avait lui-même adopté cette position quant à la définition du mésolecte en expliquant qu’il y a neuf manières de dire « I told him » en Guyane, qui n’appartiennent ni à l’acrolecte ou au standard « ai tOuld hIm », ni au « basilecte » ou à la version créole « mi tel am », mais qui sont des versions mésolectales.

(1) (Rickford, 1980, p. 167)
  1. ai tOuld hIm
  2. ai told hIm
  3. ai to :l Im
  4. ai tol Im
  5. ai tɛl Im
  6. ai tɛl i
  7. a tel i
  8. mi tel i
  9. mi tel am

14Le mésolecte de DeCamp est critiqué par Bickerton :

  • 7  « […] one characteristic of the mesolect seems to be that it contains, not merely forms from the p (...)

[…] l’une des caractéristiques du mésolecte semble être le fait qu’il contient non seulement des formes des lectes polaires, mais aussi des formes qui, au niveau de la fonction, sinon toujours au niveau de la forme phonétique, lui sont spécifiques. 7

15Rickford (1980, p. 167-168) a également formulé d’autres remises en question et de nouvelles hypothèses quant à l’application de l’analyse implicationnelle de DeCamp (1971b) :

  • Il prévoit de regrouper en un seul sous-système, à un niveau grammatical donné, des items étroitement liés, alors que les variantes mixtes de DeCamp forment différents niveaux (phonologique, lexical et grammatical) ;
  • Il propose d’avoir trois, quatre voire n variantes dans les différentes sous-catégories, alors que l’échelle de DeCamp n’a que des alternatives binaires créole / standard ;
  • Son analyse implicationnelle est utilisée comme base de construction de grilles panlectales 8 sans anomalies dans lesquelles tous les isolectes entre le basilecte et l’acrolecte sont différenciés. Par la suite, la comparaison de l’échelle implicationnelle et de la grille panlectale permet d’avoir une vision globale précise de la totalité du continuum et de la distribution des productions effectives sur ce dernier, tandis que DeCamp n’a pas de continuum pour positionner tous ces locuteurs.

Le continuum linguistique est-il « unidimensionnel » ou « multidimensionnel » ?

16La question du caractère « unidimensionnel » ou « multidimensionnel » du continuum linguistique s’est posée dans les travaux de DeCamp (1971b) et Bickerton (1973). Même si ces deux linguistes ne s’accordent pas sur l’application de l’analyse implicationnelle, ils sont les défenseurs d’un continuum linguistique « unidimensionnel » ou « linéaire ». Ce type de continuum est présenté sous la forme d’un unique axe horizontal allant du basilecte à l’acrolecte en passant par une zone mésolectale. La méthode de DeCamp (1971b) est de positionner de manière ordonnée les variétés linguistiques (verticalement) et les variantes (horizontalement) sur l’axe.

17Mais ce modèle de continuum est remis en question notamment par Washabaugh (1977), Le Page (1980) et Rickford (1987) sur le fait que toutes les variantes ne peuvent pas être rangées sur un unique axe horizontal. Washabaugh est le premier linguiste qui a contesté le modèle de DeCamp (1971b) en affirmant que le continuum linguistique de type unidimensionnel n’est pas adéquat pour l’analyse de la parole créole caribéenne. Il justifie son propos :

  • 9  « [He argued] that variation on Providence Island, Colombia, was not only “vertical” (e. g. betwee (...)

[Il soutenait] qu’à l’île de la Providence, en Colombie, la variation n’était pas seulement « verticale » (c’est-à-dire entre le fi basilectal et le tu acrolectal comme marqueurs de complémentation), mais également « horizontale » (c’est-à-dire entre le fi soigné et le relâché, ces deux derniers étant également basilectaux). 9

18Il propose ainsi le schéma suivant :

Figure 2

Figure 2

Sources : Washabaugh, 1977, p. 343.

  • 10 « […] cannot constitute a separate axis of variation characterizing any particular language or dial (...)

19L’axe horizontal du modèle de Washabaugh a suscité les réactions de Bickerton (1977) et de Rickford (1987) : le premier écrit qu’il « […] ne peut constituer un axe séparé de variétés caractérisant un système langagier ou dialectal particulier »10 ; le deuxième argumente en expliquant :

  • 11  « The point is that at least some putative horizontal casual speech variants might lie along the v (...)

Justement, on pourrait trouver au moins quelques variantes horizontales hypothétiques du parler relâché parallèlement à la dimension verticale basilecte acrolecte ; et inversement, il est très peu probable que le contraste soigné / relâché ne reprenne pas des éléments de l’opposition acrolectal / basilectal. 11

20Contrairement à Washabaugh, Le Page (1980) défend le modèle multidimensionnel du continuum de manière plus radicale en proposant un schéma n’ayant aucunement la forme d’un axe.

Figure 3

Figure 3

Sources : Le Page, 1980.

21Après avoir examiné les pratiques langagières de trois enquêtées de Cayo District à Belize, il livre son analyse :

  • 12  « Neither the linguistic description of such speakers, nor the collective corpus of texts culled f (...)

Ni la description linguistique de ces locuteurs, ni l’ensemble du corpus des textes recueillis à partir de leurs énoncés ne peuvent être classifiés selon l’échelle que propose Bickerton pour ses expression-verbes de la langue du Guyana, car il n’y a pas de progression linéaire bi-dimentionnelle (c’est-à-dire unidimensionnelle) du basilecte à l’acrolecte. On ne peut donc caractériser leur comportement qu’en termes de coordonnées renvoyant de manière relationnelle soit à des cultures voisines, soit à des modèles internes. Les cultures avoisinantes, comme celle de l’espagnol du Guatemala, du caribéen de la côte, du créole de Belize City ou de l’anglais scolaire doivent, à leur tour, être comparées aux autres modèles culturels comme le castillan, le caribéen des îles, les créoles antillais, les normes antillaises des locuteurs éduqués, l’anglais britannique ou américain standard, ou l’anglais écrit. 12

22Après avoir analysé les arguments de DeCamp et de Le Page, Rickford (1987) pose que les deux linguistes se rejoignent :

  • 13  « Le Page’s multidimensional approach is certainly similar in spirit to DeCamp’s unidimensional co (...)

L’approche multidimensionnelle de Le Page est certainement similaire, dans son esprit, au continuum unidimensionnel de DeCamp, en ce qu’elle reconnaît la continuité intrinsèque et l’aspect non discret de la variabilité linguistique dans les communautés de la Caraïbe où coexistent les créoles à base anglaise et les normes.  13

23DeCamp (1971b) semble effectivement avoir choisi l’approche unidimensionnelle car elle simplifie le travail d’analyse du linguiste alors que l’approche multidimensionnelle tend à le compliquer :

  • 14  « To extent that a linguistic continuum is linear, this approach thus provides a very economical a (...)

Dans la mesure où un continuum linguistique est linéaire, cette approche fournit une façon très économique et très significative d’inclure un grand nombre de variétés linguistiques dans une seule description grammaticale. Même si un continuum était multidimensionnel plutôt que linéaire, on pourrait suivre une approche similaire ; mais il faudrait alors avoir deux ensembles de traits de référence ou plus, ce qui compliquerait d’autant à la fois les règles et chacune des dérivations basées sur ces règles. 14

24Néanmoins, Rickford (1987) ajoute que les deux approches unidimensionnelle et multidimensionnelle diffèrent parce que la première est adoptée par les linguistes pour la vision dichotomique des variétés linguistiques coexistantes qu’elle propose ; le second modèle est choisi pour la raison opposée :

  • 15  « Precisely because it is more complex and all-encompassing, it is more likely to accommodate all (...)

Justement parce qu’il est plus complexe et plus englobant, il est plus à même d’intégrer toutes les variantes et les variétés que les approches unidimensionnelles, et moins à même d’aboutir à des catégorisations (ou à des exclusions) d’usages individuels comme exceptionnels ou « déviants ». 15

Les communautés linguistiques « post-créoles »

25Après avoir défini le continuum linguistique comme un axe linéaire sur lequel se positionnent des variétés linguistiques selon une échelle implicationnelle, DeCamp (1971b) ajoute que ce concept peut être également abordé dans une perspective diachronique. En effet, en s’inspirant de la théorie de Hall, « Le cycle de vie pidgin-créole » (« The life-cycle theory of pidgin-creole », 1962), qui met en scène, dans le contexte d’une société coloniale, d’abord l’apparition d’un pidgin, puis d’un créole et enfin d’un continuum créole, DeCamp (1971b) évoque un stade final qu’il nomme « communautés linguistiques post-créoles » (« post-creole speech communities »). À ce stade du continuum, un créole est dans un processus d’immersion dû, d’une part à la domination officielle d’une langue standard, d’autre part, à l’abandon du basilecte et donc à un changement des discours des locuteurs en direction de ce standard. Ces conditions sont nécessaires à l’apparition des « communautés linguistiques post-créoles ». Aussi DeCamp précise-t-il que toutes les langues créoles n’atteignent pas ce stade ultime du continuum :

  • 16  « Jamaica is therefore only a creole community in a late stage of development. For some time now I (...)

La Jamaïque n’est donc qu’une communauté créole à un stade de développement avancé. Il y a déjà un certain temps que nous appelons un continuum linguistique comme celui de la Jamaïque une communauté linguistique post-créole afin de le différencier de la diglossie des aires créoles que l’on trouve par exemple à Haïti. Tous les créoles n’ont pas d’étape post-créole dans leur développement. 16

26Si le « post-creole speech communities », le stade post-créole de la communauté n’advient pas, n’a pas lieu, un créole peut avoir d’autres évolutions : il peut perdurer, comme en Haïti ; il peut disparaître ; il peut devenir une langue standard.

27Bickerton (1980) a également abordé ce stade final du continuum qu’il préfère nommer la « décréolisation » :

  • 17  « I have always rejected, and will continue to reject, the appended post, first proposed by DeCamp (...)

Nous avons toujours rejeté, et nous continuerons à rejeter le qualificatif post- proposé à l’origine par DeCamp (1971), car il implique que le créole originel a disparu ou qu’il est devenu méconnaissable, ce qui n’est pas toujours le cas. 17

28Mais il s’accorde avec DeCamp (1971b) pour expliquer que la décréolisation se produit lorsqu’un créole est en contact direct avec une langue standard et lorsque les locuteurs abandonnent progressivement le créole basilectal pour la variété acrolectale. Il ajoute que la décréolisation génère l’apparition des variétés mésolectales.

29Sur ce point, Bickerton (1980) admet avec DeCamp (1971b) que les variétés mésolectales sont plus récentes que les variétés basilectales et acrolectales. Alleyne (1971) apporte, quant à lui, un avis contraire et situe l’apparition du mésolecte à une époque antérieure, lorsque les Blancs partageaient leurs habitats avec leurs esclaves noirs. Rickford (1987) est d’accord avec Bickerton et propose un exemple :

  • 18  « Insofar as the textual evidence in this volume sheds light on the matter, Alleyne’s contention i (...)

Les preuves textuelles de cet ouvrage, dans la mesure où elles illustrent ce point, étayent l’argument d’Alleyne. Les textes que l’on trouve chez Bolingbroke (1807) et St. Clair (1834) montrent que les traits basilectaux et mésolectaux sont utilisés par la population esclave et la population libre de couleur en gros à la même époque, comme les variétés de type pidgin attestées chez Pinckard (1806). 18

30Toutefois, Alleyne (1971) rejoint DeCamp (1971b) et Bickerton (1980) pour préciser que le phénomène de décréolisation apparaît avec l’émancipation de la population esclave. Ces trois linguistes adoptent également le même type de décréolisation : le modèle « monogénétique ».

  • 19  « The issue is whether in going from basilectal starting to acrolectal target, a speaker adopts al (...)

La question est de savoir si, dans le processus de passage d’une source basilectale à une cible acrolectale, un locuteur adopte des variétés déjà existantes (monogénétiques) ou si, essentiellement, il les recrée (polygénétiques). 19

31Cette définition de Rickford souligne un point important concernant l’attitude des locuteurs : le modèle monogénétique prévoit une certaine passivité des locuteurs lors de la production des variétés mésolectales alors que le modèle poly-génétique envisage un comportement dynamique. Ainsi, Rickford (1987) pose que le modèle polygénétique de la décréolisation peut également avoir lieu :

  • 20  « In this view, the restructurings which produced the continuum in the past would be seen as activ (...)

Dans cette optique, les restructurations qui ont produit le continuum dans le passé sembleraient toujours être à l’œuvre actuellement. Dans le processus de décréolisation, les locuteurs des générations présentes seraient ainsi non seulement des réceptacles passifs des variétés intermédiaires établies par leurs prédécesseurs, mais contribueraient activement eux-mêmes à leur refonte et à leur restructuration, sous l’effet de facteurs extralinguistiques du même type que ceux qui ont agi dans le passé. 20

Extensions

Le modèle universel

32À la suite de la conférence de Mona, Derek Bickerton, abordant la situation linguistique guyanaise, pose l’existence d’un continuum linguistique avec des pôles tels que le créole basilectal et l’anglais acrolectal en décidant d’étudier plus particulièrement les « créations » mésolectales. Dans son travail de comparaison des divers créoles, il établit un « modèle universel de fabrication de règles linguistiques » (Prudent, 1981a, p. 8) qui le conduira à s’intéresser davantage à l’évolution du langage de l’espèce humaine.

Le continuum interlinguistique

33Chaudenson (1981) a fondé sa théorie du « continuum interlinguistique » qui consiste à comparer l’ensemble des créoles à base lexicale française selon des « schèmes » grammaticaux précis et à évaluer la « distance interlinguistique » qui existe entre eux et celle qui les sépare du français standard, la « langue mère ». À titre d’exemple, Chaudenson (1981, p. 45) parvient à décrire un « continuum interlinguistique », à partir d’une analyse de l’emploi des pronoms personnels sujets dans les aires créolophones que sont les Seychelles, Maurice, Rodrigues et la Réunion.

Le « continuum discontinuum »

34À partir d’une réflexion sur le concept d’« emprunt » et conscient de l’existence d’une « frontière perforée » entre les variétés linguistiques, Bernabé (1981) propose le « modèle continuum discontinuum » :

Il nous semble juste d’envisager l’existence d’une diglossie s’articulant en deux continuums eux-mêmes discontinus (articulés, précisément autour d’une zone interlectale). Nous avons donc, en fait : un continuum créole nucléaire-créole périphérique et un autre continuum français créolisé-français standard. (Bernabé, 1981, p. 103)

Critique : le concept d’interlecte

35Le département français qu’est la Martinique connaît une situation de contact de langues : un français cohabite avec un créole dans des relations complexes de type langue dominante (le français) / langue dominée (le créole). L’inégalité existant entre les deux langues conduira des chercheurs à évoquer le concept de diglossie mais aussi de continuum linguistique, dans la mesure où les locuteurs martiniquais produisent non pas uniquement le français et le créole mais des variétés intermédiaires entre les deux langues. Aussi, les Martiniquais pratiquent des « mélanges » des deux codes qui ont été analysés par Prudent (1981a) sous l’angle de l’interlecte : « L’ensemble des paroles qui ne peuvent être prédites par une grammaire de l’acrolecte ou du basilecte » (Prudent, 1981a, p. 31). Ainsi l’« interlecte martiniquais », produit de manière spontanée dans la parole quotidienne des locuteurs, n’obéit-il à aucune grammaire, donc à aucune norme. Les formes interlectales sont surtout « non prédictibles » : il s’agit donc de formes intermédiaires dont les appartenances linguistiques sont difficilement perceptibles. De ce fait, Prudent apporte une précision à sa définition de l’interlecte :

L’interlecte était à ce moment défini comme un espace discursif dynamique, accusant la manifestation de nombreux code-switching, code-mixing, interférences, cumuls de français et de créole à des points des énoncés qui ne pouvaient être décrits par une « grammaire de langue ». (Prudent, 2005, p. 362)

36Donc, comme le concept de continuum linguistique a permis de dépasser celui de diglossie en prenant en compte l’existence de sous-variétés linguistiques intermédiaires, la théorie de l’interlecte propre à Prudent (1981a) semble proposer un modèle d’analyse moins « figé » que celui du continuum :

Mon désaccord avec l’hypothèse continuiste réside là ; pourquoi penser que la valeur symbolique du français pousserait les créolophones à combler la « faille » créole français de façon structurée ? Autrement dit, que les « fautes » des créolophones produisent quelque chose d’intermédiaires nul n’en doute ! Mais que cet intermédiaire soit structuré hiérarchiquement, et que le scalogramme en soit la preuve, cela est autrement plus difficile à montrer. (Prudent, 1983, p. 36).

  • 21 Il s’agit d’un énoncé créé par nous qui peut être néanmoins attesté à la Réunion.

37En effet, à quel stade du continuum faut-il situer un énoncé tel que « nou manzé la morue chez tonton »21, qui comporte à la fois des traits de l’acrolecte (« nou », « la morue », « chez ») et du basilecte (« manzé », « tonton »), si l’on suit le modèle de « hiérarchisation » des énoncés proposés par Chaudenson (1992, p. 100-101) :

  • Nous mangions un peu de morue chez notre oncle (français : acrolecte ) ;
  • Nous mangions un peu la morue chez notre oncle ;
  • Nous i mangeait un peu la morue chez not tonton ;
  • Ni manzé in pé la mori sé not tonton ;
  • Nou té ki manzé in pe la mori la kaz nout tonton (créole basilectal).

38Aussi, Prudent (1983) explique que l’interlecte est attesté « dès les premières heures de la créolisation ». Il ajoute que le processus de créolisation est toujours en cours :

Avant que n’émerge « le » créole, il y a nécessairement eu cohabitation de lectes concurrents et pratique effective de discours interlectal qui, sous le nom de koïnè inaugurale, de xénolecte de fusion, de pidgin ou de baragouin, a ressemblé d’assez près à la zone interlectale d’aujourd’hui. (Prudent, 2005, p. 366)

39Cette idée réfute l’hypothèse de la « décréolisation » et prend ses distances quant à la conception continuiste. Ainsi, le concept d’interlecte refusant les concepts de diglossie et de continuum linguistique postule l’idée d’une parole qui se construit dans un « macrosystème sociolinguistique » composé à la fois du créole et du français, selon le schéma de la « sociogenèse » qui, allant à l’encontre des positionnements eurogénétistes et afrogénétistes, désigne la construction commune d’une société ayant un mode de communication spécifique.

Exemple : la situation réunionnaise

40Dans les années 1970, Carayol et Chaudenson ont mené des enquêtes auprès de la population réunionnaise afin de tenter une analyse d’un continuum linguistique français-créole réunionnais. En effet, même s’ils ont décrit la situation sociolinguistique réunionnaise en termes de diglossie, Carayol et Chaudenson (1973 et 1978) admettent qu’elle est loin de se réduire à une bipolarité français-créole et admettent l’existence d’une pluralité de variétés. Ainsi, à partir d’un corpus de conversations avec des adultes créolophones unilingues (dans un premier temps) et d’une enquête sur les capacités de discrimination auditive menée auprès de jeunes enfants réunionnais scolarisés (dans un deuxième temps), ils ont réalisé une étude du continuum linguistique à l’aide de l’analyse implicationnelle mise en œuvre par Guttman (1944) et Togerson (1958).

41Quatre variables ont été étudiées dans les discours des enquêtés :

1) [s] / [ʃ]

3) [i] / [y]

2) [z] / [ʒ]

4) [e] / [⚐].

42Les variantes « basilectales » [s], [z], [i], [e] sont celles qui caractérisent le niveau de créole le plus éloigné du système phonétique du français régional qui constitue le niveau supérieur du continuum et se trouve marqué par la présence des variantes [ʃ], [ʒ], [y], [⚐], dites, de ce fait, « acrolectales ». (Nous utilisons les termes « basilectal et acrolectal » pour désigner les variantes qui caractérisent respectivement les deux pôles, Carayol et Chaudenson, 1979, p. 131.)

43Carayol et Chaudenson (1979) ont ainsi procédé à un classement de ces variables et des témoins selon les principes de l’analyse implicationnelle mentionnée précédemment :

A = 3) [i] / [y]

B = 4) [e] / [⚐]

C = 1) [s] / [ʃ]

D = 2) [z] / [ʒ].

44Ils envisagent d’obtenir le modèle parfait décrit par DeCamp (1971b) : « Donc, d’après le modèle théorique parfait, l’usage de la variante 2 de A implique l’usage de toutes les variantes 2 des autres variables » (Carayol et Chaudenson, 1979, p. 135). Mais l’analyse de ces variables selon la méthode de l’analyse implicationnelle a mis en évidence des « […] aberrations (4 et 9) qui se situent dans une zone d’isolectes intermédiaires entre les isolectes caractérisés par la prépondérance du type 1 (2, 3, 6, 7, 12, 23, 24, 25) ou 2 (20, 1, 5, 10, 11, 14, 16, 17, 18, 19, 21, 22) » (Carayol et Chaudenson, 1979, p. 135).

Tableau 4. Usage dichotomique des variables 1 et 2

Témoins Variables Témoins Variables
A B C D A B C D
2 1 1 1 1 1 2 2 2 2
3 1 1 1 1 5 2 2 2 2
6 1 1 1 1 10 2 2 2 2
7 1 1 1 1 11 2 2 2 2
12 1 1 1 1 14 2 2 2 2
23 1 1 1 1 16 2 2 2 2
24 1 1 1 1 17 2 2 2 2
25 1 1 1 1 19 2 2 2 2
8 1 * 1 1 21 2 2 2 2
13 1 1 * * 22 2 2 2 2
15 1 1 2 2
9 * 2 1 2
4 * 2 2 1
20 2 2 2 2

* Variantes considérées comme intermédiaires entre 1 et 2

45Sources : Carayol et Chaudenson (1979, p. 134).

46Cependant, le classement des témoins selon leurs utilisations de ces variables a rendu compte d’une répartition d’ordre ethnique :

Tableau 5. Répartition ethnolinguistique

Usage linguistique Numéro Ethnie Zone
1. Variantes basilectales pour toutes les variables 2 Noir Divers
3 Noir Noir
6 Métis Indien
7 Indien Indien
12 Indien Indien
23 Indien Indien
24 Indien Indien
25 Noir Divers
2. Pourcentage divers d’usage
des variantes acrolectales et basilectales
13 Métis Divers
8 Blanc Divers
9 Métis Blanc
15 Métis Blanc
4 Métis Divers
20 Blanc Indien
17 Noir Blanc
11 Blanc Blanc
16 Métis Blanc
3. Variantes acrolectales pour toutes les variables 18 Blanc Blanc
1 Métis Blanc
5 Blanc Blanc
10 Blanc Blanc
14 Blanc Divers
19 Blanc Divers
21 Blanc Indien
22 Blanc Blanc

47Ainsi, introduisant la problématique du continuum et la méthode scalaire, ces chercheurs ont approfondi la recherche de mésolectes en distinguant globalement trois variétés linguistiques qu’ils situent sur l’axe d’un continuum linguistique, marqué par la présence du français créolisé entre les pôles que sont le français régional et le créole. Ils ont posé également que ces trois variétés appartiennent en gros à trois groupes socio-ethniques :

  • Français régional : bourgeoisie blanche ou de couleur ;
  • Français créolisé : « Petits Blancs » ;
  • Créole : Métis sombres, Indiens. (Carayol et Chaudenson, 1978, p. 182)

48Aujourd’hui, la situation sociolinguistique réunionnaise se trouve profondément modifiée. La parole réunionnaise se caractérise par ce que les Réunionnais nomment eux-mêmes le « mélange » du créole et du français. En effet, les importantes transformations sociales de l’île qui ont modifié la situation sociolinguistique réunionnaise infirment l’hypothèse des trois variétés linguistiques et la répartition ethnolinguistique émise par Carayol et Chaudenson en 1978. Le concept de continuum linguistique a été, dès les années 1970, un outil permettant de problématiser l’objet, mais la parole réunionnaise, qui se caractérise par un tel mélange du créole et du français, peut-elle être réduite à l’axe du « continuum linguistique » ?

*

49Dans le cadre d’un travail de thèse (Souprayen-Cavery, 2007), nous avons tenté une réutilisation du concept d’interlecte (Prudent, 1980) pour analyser les pratiques langagières des Réunionnais. Notre analyse des corpus écrits et oraux a montré que la réutilisation du concept d’interlecte s’avère possible pour décrire le terrain réunionnais, puisque des formes interlectales ont été repérées dans ces deux domaines de la langue. Toutefois, cette réutilisation s’est accompagnée d’adaptations, voire de nouveaux éclairages. En effet, comme le concept du continuum linguistique envisage un processus de décréolisation, nous avons postulé que l’interlecte pourrait rendre compte d’un processus d’« interlectalisation ».

50Ainsi, la situation de contact de langues à la Réunion donnerait lieu à l’inter-lectalisation, qui est un processus dynamique selon lequel le créole, le français et les formes interlectales se construisent. Autrement dit, dans cette dynamique, sont activés des processus de créolisation et de francisation dans lesquels les formes interlectales seraient toujours présentes dans la mesure où elles constituent le « produit » de la rencontre du français et du créole dans le « macrosystème sociolinguistique de la communication réunionnaise ». Dès lors que des langues sont en contact, non seulement l’interlectalisation est mise en œuvre, mais cette dynamique entraîne également leur déviation et leur éloignement par rapport à la norme. De ce fait, une langue (comme le créole) dépourvue de norme linguistique établie ne peut échapper à cette dynamique interlectale et ne peut pas ne pas être décrite par les caractéristiques du concept d’interlecte. Tandis que le français fortement normatif est certes engagé dans ce processus d’interlectalisation (et peut donc avoir également un caractère interlectal dans les pratiques), mais il résiste davantage à cette dynamique.

  • 22  Alors que des variétés dialectales du français ont servi de cible aux esclaves lors de la genèse d (...)

51Enfin, même si ces remarques ont été formulées dans une approche synchronique, nous avons formulé des hypothèses quant à l’aspect diachronique : l’interlectalisation impliquerait pour le créole sa décréolisation (par rapport au créole basilectal et originel) et sa créolisation (en ayant comme cible le français standard) 22 ; et pour le français, sa « défrancisation » (par sa rencontre avec le créole et les formes interlectales) et sa « francisation » (la cible étant toujours le français standard). De plus, dans ce processus, le français, le créole et les formes interlectales évolueraient selon les mécanismes du « changement linguistique » mais particulièrement (surtout pour le créole) dans la dynamique de la « sociogenèse ».

Bibliographie

ALLEYNE Mervyn C., 1971, « Acculturation and the cultural matrix of creolization », Pidginization and creolization of languages, D. Hymes éd., Cambridge University Press, p. 169-186.

 —, 1980, « Introduction : theoretical orientations in creole studies », Theoretical orientations in creole studies, A. Valdman et A. Highfield éd., New York Academic Press, p. 1-17.

ALLSOPP Richard, 1958, « The English language in Bristish Guiana », English language teaching, no 12 (2), p. 59-66.

BAILEY Beryl L., 1971, « Jamaican Creole. Can dialect boundaries be defined ? », Pidginization and creolization of languages, D. Hymes éd., Cambridge University Press, p. 341-348.

BERNABÉ Jean, 1981, « Créole et emprunt, préliminaires à une analyse sociogénérative », Analyse de la variation des créoles : diglossie et continuum, vol. IV, no 1 d’Études créoles, p. 97-117.

BICKERTON Dereck, 1973, « The nature of a Creole continuum », Language, no 49, p. 640-669.

 —, 1977, « Putting back the clock in variation studies », Language, no 53 (2), p. 353-360.

 —, 1980, « Decreolisation and the Creole continuum », Theoretical orientations in Creole studies, A. Valdman et A. Highfield éd., New York Academic Press, p. 109-138.

 —, 1981, Roots of language, Michigan, Karoma.

BLOOMFIELD Léonard, 1933, Language, New York, Holt, Rinehart & Winston.

CARAYOL Michel et CHAUDENSON Robert, 1973, « Aperçu sur la situation linguistique à la Réunion », Cahiers du centre universitaire de la Réunion, no 3, p. 1-44.

 —, 1978, « Diglossie et continuum linguistique à la Réunion », Les Français devant la norme, N. Gueunier et al., Paris, Champion.

 —, 1979, « Essai d’analyse implicationnelle d’un continuum linguistique français-créole », Plurilinguisme : norme, situations, stratégies, P. Wald et G. Manessy éd., Paris, L’Harmattan, p. 129-172.

CHAUDENSON Robert, 1977, « Toward the reconstruction of the social matrix of Creole language », Pidgin and Creole linguistics, A. Valdman éd., Bloomington, Indiana University Press, p. 259-276.

 —, 1981, « Continuum intralinguistique et interlinguistique », Analyse de la variation des créoles : diglossie et continuum, vol. IV, no 1 d’Études créoles, p. 19-46.

 —, 1992, Des îles, des hommes, des langues. Langues créoles, cultures créoles, Paris, L’Harmattan.

DECAMP David, 1971a, « Introduction : The study of Pidgin and Creole languages », Pidginization and creolization of languages, D. Hymes éd., Cambridge University Press, p. 13-45.

 —, 1971b, « Toward a generative analysis of a post-creole continuum », Pidginization and creolization of languages, D. Hymes éd., Cambridge University Press, p. 349-370.

 —, 1977, « The development of Pidgin and Creole studies », Pidgin and Creole linguistics, A. Valdman éd., Bloomington, Indiana University Press, p. 3-20.

GUTTMAN Louis, 1944, « A basis for scaling qualitative data », American sociological review, no IX (2), p. 139-150.

HALL Robert A., 1962, « The life-cycle of pidgin languages », Lingua, no 11, p. 151-156.

HYMES Dell, 1971, Pidginization and creolization of languages, Cambridge University Press.

LABOV William, 1971, « The notion of “System” in Creole studies », Pidginization and creolization of languages, D. Hymes éd., Cambridge University Press, p. 447-472.

LE PAGE Robert, 1977, « Processes of pidginization and creolization », Pidgin and Creole linguistics, A. Valdman éd., Bloomington, Indiana University Press, p. 222-255.

 —, 1980, « Hugo Schuchardt’s Creole studies and the problem of linguistic continua », Hugo Schuchardt. Schuchardt symposium 1977 in Graz, K. Lichem et H. J. Simon éd., Vienne : Verlag der Österreichische Akademie der Wissenschaften, p. 114-145.

LE PAGE Robert éd., 1961, Proceedings of the Conference on Creole Studies (1959), Londres, Macmillan, « Creole Language Studies 2 ».

MEIJER Guus et MUYSKEN Pieter, 1977, « On the beginning of Pidgin and Creole studies : Schuchardt and Hesseling », Pidgin and Creole linguistics, A. Valdman éd., Bloomington, Indiana University Press, p. 21-45.

MÜHLHÄUSER Peter, 1980, « Structural expansion and the process of creolization », Theoretical orientations in Creole studies, A. Valdman et A. Highfield éd., New York Academic Press, p. 19-56.

PRUDENT Lambert-Félix, 1981a, « Diglossie et interlecte », Langages, no 61, p. 13-38.

 —, 1981b, « Continuités et discontinuités sociolinguistiques dans le champ créoliste francophone », Analyse de la variation des créoles : diglossie et continuum, vol. IV, no 1 d’Études créoles, p. 5-16.

 —, 1983, « Les Petites Antilles présentent-elles une situation de diglossie ? », Cahiers de linguistique sociale, no 4-5, p. 24-40.

 —, 2005, « Interlecte et pédagogie de la variation en pays créoles », Du plurilinguisme à l’école, L.-F. Prudent, F. Tupin et S. Wharton éd., Berne, Peter Lang.

REINECKE John E. et TOKIMASA Aiko, 1934, « The English dialect of Hawaï », American speech, no 9, p. 122-131.

RICKFORD John, 1980, « Analyzing variation in Creole languages », Theoretical orientations in Creole studies, A. Valdman et A. Highfield éd., New York Academic Press, p. 165-183.

 —, 1987, Dimensions of a Creole continuum, Stanford University Press.

SANKOFF Gillian, 1980, « Variation, Pidgins and Creoles », Theoretical orientations in Creole studies, A. Valdman et A. Highfield éd., New York Academic Press, p. 139-164.

SOUPRAYEN-CAVERY Logambal, 2007, L’interlecte réunionnais : approche sociolinguistique des pratiques et des représentations, thèse de doctorat, université de la Réunion.

 —, 2010, L’interlecte réunionnais : approche sociolinguistique des pratiques et des représentations, Paris, L’Harmattan.

SCHUCHARDT Hugo, 1979, The ethnography of variation selected writing on Pidgings and Creoles, Ann Arbor (Michigan), Karoma.

TORGERSON William, 1958, Theory and methods of scaling, New York, Wiley and Sons.

TRAUGOTT Elisabeth, 1977, « Pidginization, creolization, and language change », Pidgin and Creole linguistics, A. Valdman éd., Bloomington, Indiana University Press, p. 70-97.

TSUZAKI Stanley, 1971, « Coexistent systems in language variation. The case of Hawaian English », Pidginization and Creolization of languages, D. Hymes éd., Cambridge University Press, p. 327-339.

VALDMAN Albert et HIGHFIELD Arnold, 1980, Theoretical orientations in Creole studies, New York Academic Press.

WASHABAUGH William, 1977, « Constraining variation in decreolization », Language, no 53 (2), p. 329-352.

WALD Paul et MANESSY Gabriel, 1979, Plurilinguisme. Normes, situations, stratégies, Paris, L’Harmattan.

WEINREICH Uriel, 1970, Languages in contact. Findings and problems, La Haye, Mouton.

Notes

1  « Linguists now view Pidgins and Creoles as two phases, perhaps even as only aspects of the same linguistic process. » (DeCamp, 1971, p. 13)

2 « The birth of the field of pidgin-creole studies may be dated from april afternoon in Jamaica, when Jack Berry suddenly remarked, “All of us are talking about the same thing”. » (Ibid., p. 14)

3  « Further, in Jamaica there is no sharp cleavage between creole and standard. Rather there is a linguistic continuum, a continuous spectrum of speech varieties ranging from the“bush talk” or “broken language” of Quashie to the educated standard of Philip Sherlock and Norman Manley. » (Ibid., p. 350)

4  « At one end of the scale is the uneducated laborer who can barely make know his elementary wants in atrociously mispronounced and extremely simplified English ; at the other end is the exceptional immigrant, or more likely the son or the grandson of an immigrant, who expresses himself in fluent, idiomatic, and adequate English, but who retains a scarcely smack of the “foreign accent ” and peculiar idioms of his language group. » (Reinecke, 1935, p. 34, cité par Tsuzaki, 1971, p. 336)

5  « By calling it a continuum I mean that given two samples of Jamaican speech which differ substantially from one another, it is usually possible to find a third intermediate level in an additional sample. » (DeCamp, 1971b, p. 354)

6  « Assume too that each sample is relatively homogeneous, or may be subdivided into homogeneous sub-sample […]. » (Ibid., p. 354)

7  « […] one characteristic of the mesolect seems to be that it contains, not merely forms from the polar lects, but forms which in function, if not always in phonetic shape, are peculiar to itself. » (Bickerton, 1973, p. 642)

8  « On peut définir une grille panlectale comme “la totalité des ensembles de règles possibles pour une aire (arbitrairement limitée) dans l’espace et/ou dans le temps, celle-ci constituant, à son tour, une sélection à partir de la totalité des ensembles de règles possibles pour le langage humain”. » « A panlectal grid may be defined as “the totality of possible sets of rules for an (arbitrary limited) area in space and/or time, which in turn constitues a selection from the totality of possible sets of rules for human language”. » (Ibid., p. 643)

9  « [He argued] that variation on Providence Island, Colombia, was not only “vertical” (e. g. between basilectal fi and acrolectal tu as complementizers) but also “horizontal” (e. g. between careful fi and casual , both equally basilectal). » (Washabaugh, 1977, p. 343)

10 « […] cannot constitute a separate axis of variation characterizing any particular language or dialect system. » (Bickerton, 1977, p. 354)

11  « The point is that at least some putative horizontal casual speech variants might lie along the vertical basilect-acrolecte dimension ; pursuing the point from the opposite direction, it is most unlikely that the careful / casual contrast does not involve elements of the acrolectal / basilectal opposition. » (Rickford, 1987, p. 25)

12  « Neither the linguistic description of such speakers, nor the collective corpus of texts culled from their utterances, is scaleable in the way Bickerton has claimed for his Guyanese verb-phrases, because there is no two-dimensional (i. e., unidimensional) linear progression from basilect to acroclect. One can only characterise their behaviour in terms of coordinates referring in a relational way to neighbouring cultures or internal models. The neighbouring cultures, such as Guatemalan Spanish or Coastal Carib or Beliz City Creole or teacher’s English are again in their turn related to other cultural models such as Castilian Spanish or Island Carib or West Indian Creoles or West Indian Educated Standards, or Standard British or American or written English. » (Le Page, 1980, p. 127)

13  « Le Page’s multidimensional approach is certainly similar in spirit to DeCamp’s unidimensional continuum in recognizing the essential continuity and non-discreteness of the linguistic variability in the Caribbean communities in which English-based creoles and standards coexist. » (Rickford, 1987, p. 28)

14  « To extent that a linguistic continuum is linear, this approach thus provides a very economical and meaningful way of incorporating many linguistic varieties into one grammatical description. Even if a continuum should be multidimensional rather than linear, a similar approach could be followed, but then two or more simultaneous sets of index features would be required, and both the rules and every derivation based on them would be correspondingly complicated. » (DeCamp, 1971b, p. 353-354)

15  « Precisely because it is more complex and all-encompassing, it is more likely to accommodate all variants and varieties than unidimensional approaches, and less likely to result in categorisations (or exclusions) of individual usages as extraordinary or “deviant”. » (Rickford, 1987, p. 34)

16  « Jamaica is therefore only a creole community in a late stage of development. For some time now I have been calling a speech continuum like that of Jamaica a post-creole speech community in order to distinguish it from the diglossia of creole areas like Haiti. Not every creole has a post-creole stage in its life. » (DeCamp, 1971b, p. 351)

17  « I have always rejected, and will continue to reject, the appended post, first proposed by DeCamp 1971, since this suggests that the original creole must have vanished or become unrecognisable, and this may or may not be the case. » (Bickerton, 1980, p. 109).

18  « Insofar as the textual evidence in this volume sheds light on the matter, Alleyne’s contention is supported. Texts from Bolingbroke (1807) and St. Clair (1834) show that basilectal and mesolectal features were in use among the slave and free colored population at approximately the same period as the pidginlike varieties attested in Pinckard (1806). » (Rickford, 1987, p. 33)

19  « The issue is whether in going from basilectal starting to acrolectal target, a speaker adopts already existing intermediate varieties (monogenetic) or essentially creates them anew (polygenetic). » (Ibid., p. 35)

20  « In this view, the restructurings which produced the continuum in the past would be seen as actively continuuing in the present. In decreolizing, speakers of the present generations would be seen not merely as the passive recipients of intermediate varieties marked out by their predecessors, but as active reshapers and restructurers themselves, affected by the same kinds of extralinguistic factors which operated in the past. » (Ibid., p. 35).

21 Il s’agit d’un énoncé créé par nous qui peut être néanmoins attesté à la Réunion.

22  Alors que des variétés dialectales du français ont servi de cible aux esclaves lors de la genèse du créole (Chaudenson, 1989).

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/12423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 2
Crédits Sources : Washabaugh, 1977, p. 343.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/12423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Figure 3
Crédits Sources : Le Page, 1980.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/12423/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search