Version classiqueVersion mobile

Sociolinguistique du contact

 | 
Jacky Simonin
, 
Sylvie Wharton

Catégorisations

Cyril Trimaille et Marinette Matthey

Texte intégral

  • 1  Le fait que les langues soient à la fois objets et ressources de catégorisation induit une réflexi (...)

1La perception de notre environnement, en lien avec notre manière de l’interpréter, de délimiter les objets qui le constituent et de les nommer, voire, éventuellement, d’agir sur lui, repose sur notre façon de catégoriser le réel, qu’il soit physique ou symbolique. Aucun sujet, aucun objet, aucun phénomène n’échappe en effet à l’activité classante et désignante des êtres humains. Les ressources et les pratiques langagières font partie de cet environnement, et font elles-mêmes l’objet de catégorisations, tout en contribuant à configurer cet environnement. 1

2Les langues existent et ont un nom… cet énoncé qui paraît frappé du sceau de l’évidence pour la plupart des locuteurs et des linguistes mérite d’être ici questionné et resitué dans la problématique du plurilinguisme et des contacts des langues, et dans la dialectique entre des catégories lexicales par définition discrètes (noms : occitan, provençal, serbo-croate, serbe, etc., ou syntagmes divers : français de Suisse romande, « langue des jeunes », tokharien b, etc.) et l’ensemble des ressources et pratiques linguistiques qui se laissent appréhender sous forme de continuum. 

3Mais on peut se demander avec Robert Le Page (1997, p. 21) « what is a language ? », ou avec Patrick Sériot (1997, p. 167) s’il faut nécessairement que les langues aient un nom ; et plus fondamentalement encore, s’interroger avec Cécile Canut (2000, 2007) sur les répercussions du travail des linguistes concernant la / les qualité(s) de la langue ou des langues et des variétés linguistiques.

  • 2  Mais aussi par les linguistes : voir le sous-titre des Essais de linguistique de Calvet (2004) : L (...)

4Les critères à partir desquels un ensemble de ressources langagières est distingué, puis cristallisé, clos, homogénéisé par l’appellation langue (X et non Y), dialecte, créole, koinè, etc., sont loin de faire l’objet d’un consensus. Ni les locuteurs, ni les institutions, ni les linguistes ne s’entendent sur ces critères, comme nous le verrons à diverses reprises dans ce chapitre. On peut même encore se demander, pour poursuivre cette série de questions faussement naïves, si les langues existent, si elles ne sont pas des signifiés sans référents, construits par les locuteurs-catégorisateurs 2, et ne fonctionnant que pour et par leurs discours.

  • 3 L’usage que nous faisons de polynomique ne retient de la définition princeps de Marcellesi (1984, p (...)
  • 4  Au sens de Robillard (2000, p. 55 et 77) pour qui « ce terme est sans doute le plus neutre que l’o (...)

5Si la catégorisation concerne au premier chef les ensembles symboliques que sont les « langues », sans doute serait-il plus prudent, et moins réducteur, de considérer ces langues comme des (ensembles de) lectes formant des « diasystèmes polynomiques »3, le terme « lecte » 4 (Bavoux, 1997a) ne préjugeant en rien du degré de grammatisation (Auroux, 1994) et de reconnaissance / légitimitation (Bourdieu, 1982 ; Marcellesi, 2003 [1986]) de tels ensembles. C’est la position de principe qu’adopte Weinreich (1953) lorsqu’il pose, au début de son ouvrage fondateur Languages in contact : « [p]our le but de cette étude, il importe peu que les deux systèmes soient des “langues”, des “dialectes de la même langue”, ou des “variétés du même dialecte” » (p. 1).

6Le sens de « lecte » est équivalent à celui de « variété linguistique », lexie adoptée par les rédacteurs du Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques « comme terme générique neutre, chaque fois qu’il a paru utile d’éviter le mot langue qui relève d’un jugement de valeur (langue = vraie langue) » (Beacco et Byram, 2007, p. 128 – glossaire). En effet, la désignation d’un ensemble de ressources langagières par le vocable langue est déjà la résultante d’une opération de catégorisation, qui tend à distinguer cet ensemble d’autres ensembles auxquels le label est dénié. Cet effet de catégorisation, lié à l’attribution ou non de la qualité de langue, a été étudié par la sociolinguistique dans des contextes divers et nombreux que nous aborderons dans la section 3.

  • 5  Même s’il affirme avec force le principe de l’omniprésence des contacts, l’auteur n’ignore ni ne n (...)

7Par ailleurs, il nous semble raisonnable de postuler que toute catégorisation d’un lecte (par exemple celle conférant à celui-ci la qualité de « langue ») s’opère toujours relativement à d’autres lectes. Qui dit catégorisation dit situation de contact et réciproquement, puisque en l’absence de distinction entre lectes, et donc de catégorisation, on ne peut parler de situation de contact. En effet, excepté peut-être pour la catégorisation savante en types structuraux, il nous semble pertinent de considérer le postulat selon lequel tout acte, toute opération de catégorisation d’un lecte a forcément un rapport avec la ou les situations de contact dans laquelle / lesquelles se trouve, ou s’est trouvé, ce lecte. D’abord parce qu’il n’existe pas de langue isolée (« no truly isolated languages exist », Gadet et Jones, 2008, p. 238), que le « contact de langues est partout et qu’en fin de compte on pourrait être tenté d’identifier toutes les langues du monde d’aujourd’hui comme ayant des origines créoles » (Mufwene, 2003, p. 11). 5 Ensuite parce que, comme l’affirme encore Mufwene (2005, p. 41) à propos de l’émergence du portugais et de l’espagnol, en matières de lectes, « l’identification de l’un implique aussi la reconnaissance de l’autre comme parler différent ».

8Les linguistes ne sont évidemment pas les seuls à catégoriser les langues. Classer et/ou nommer des langues relève aussi de l’activité pratique des locuteurs et des institutions – Nicolaï et Ploog (ici même, « Frontières ») parlent d’acteurs séculiers pour désigner les premiers et d’acteurs réguliers pour les seconds. Les classements et les noms auxquels aboutissent les opérations de catégorisation de ces acteurs sociaux relèvent souvent d’une perspective qui porte un jugement de valeur, inscrit dans une certaine idéologie politico-linguistique (voir les connotations des noms comme dialecte, patois, standard, argot, langue maternelle, étrangère, etc.). Mais un bref examen de l’histoire des catégorisations savantes (voir ci-dessous, « La catégorisation en sociolinguistique ») permettra de souligner que l’activité scientifique est loin d’être imperméable à l’idéologie.

9Le phénomène de catégorisation a été constitué en objet et investi sous différents angles par les sciences humaines et sociales (ethnologie, anthropologie, sociologie, psychologie, géographie). Nous proposons ci-dessous quelques jalons théoriques permettant de saisir les enjeux majeurs de ce processus.

Historique de la notion

10Si les linguistes ont mené des activités de catégorisation dès l’origine des sciences du langage, s’ils ont réfléchi aux critères permettant de fonder des catégories pertinentes pour classer la « masse langagière », ils ne se sont guère interrogés en revanche sur les caractéristiques qui sous-tendent ce processus.

11C’est aux mathématiques et à la logique formelle que l’on doit les notions d’« intension » et d’« extension » qui permettent de mettre en évidence les deux activités cognitives différentes liées à la catégorisation. L’intension renvoie aux critères qui définissent une catégorie, l’extension aux objets qui entrent ou non dans la catégorie préétablie en fonction de ces critères. Catégoriser implique deux opérations cognitives basiques : d’une part, regrouper ou séparer ; d’autre part, décider si tel ou tel objet fait partie ou non de la catégorie préexistante.

12En psychologie cognitive, la théorie des prototypes développée par Eleanor Rosch et ses collaborateurs est également un outil conceptuel intéressant pour rendre compte des phénomènes de catégorisation (Rosch et Lloyd, 1978). La théorie des prototypes repose sur une intuition du sens commun que chacun peut vérifier en demandant à autrui de nommer un oiseau, par exemple. En Europe, moineau ou pinson seront plus souvent produits que pingouin.

13Selon cette théorie, il y aurait un niveau de base auquel nous traitons les objets du monde perçu, niveau privilégié pour développer à la fois la dimension horizontale de la discrimination (catégories subordonnées, dont l’extension est réduite et l’intension développée) et la dimension verticale de la généralisation (catégories super-ordonnées, dont l’extension est élargie et l’intension réduite). Ainsi, on s’assoit en général sur une chaise (niveau de base), pas sur une chaise de cuisine ou une chaise paillée (niveau subordonné), ni sur un siège, et encore moins sur un meuble (niveau super-ordonné).

14Cette théorie semble bien s’appliquer aux représentations ordinaires des lectes : le niveau de base serait celui des langues, auquel seraient associés un niveau subordonné comprenant les dialectes, les patois et un niveau super ordonné organisé en familles ou groupes de langues (langues bantoues, indo-européennes, sino-tibétaines mais aussi vocales vs gestuelles, naturelles vs auxiliaires, etc.).

15Enfin, la psychologie sociale, dès les années 1950, s’est penchée elle aussi sur les caractéristiques des processus de catégorisation. Tajfel et Wilkes (1963) montrent que l’attribution d’une catégorie entraîne un processus de discrimination : des sujets sont amenés à évaluer la longueur de huit baguettes qu’on leur présente tour à tour, accompagnées ou non de la lettre A pour les quatre plus courtes et de la lettre B pour les quatre plus longues. Les résultats montrent que lorsque les baguettes sont présentées avec les lettres, elles font l’objet d’une catégorisation par les sujets, catégorisation qui les induit à surévaluer la différence entre les deux catégories A et B. Cet effet se manifeste par le fait que les sujets « voient » la plus grande ligne de la série A comme plus courte qu’elle ne l’est en réalité et la plus petite ligne de la série B comme plus longue qu’elle ne l’est en réalité. D’autres expériences permettront de consolider ce résultat : dès qu’il y a catégorisation, l’être humain a tendance à sous-estimer les différences entre les membres d’une même catégorie et à surestimer les différences entre les catégories, que les objets à évaluer soit physiques ou sociaux.

Classer / classifier / catégoriser les langues : aspects historiques et épistémologiques

16S’il n’est pas évident de dater précisément l’émergence de travaux sur la catégorisation des langues en tant que telle, on peut constater que l’histoire des idées est jalonnée de points de vue ou de tentatives de classification des langues naturelles que l’on peut considérer comme des opérations de catégorisation, lesquelles laissent apparaître des théorisations parfois implicites de l’activité catégorisante.

Aux origines de la catégorisation savante des langues romanes

  • 6  Laffite Jean et Pépin Guilhem, 2008, « Les domaines d’oc, si et oïl selon Dante », L’aménagement l (...)

17Ainsi, si elle n’est sans doute pas la première tentative de classement raisonné de la diversité linguistique, en l’occurrence du domaine néoroman, la tripartition entre langues de si, d’oc et d’oïl popularisée par Dante Alighieri notamment dans De vulgari eloquentia a fait date, puisqu’elle perdure depuis le XIIIe siècle, même si les territoires respectifs étiquetés par ces dénominations ne correspondent pas à ce que la romanistique moderne nous a enseigné depuis lors. 6 Cette appréhension de la réalité et de la diversité linguistiques préfigure en quelque sorte la dialectologie à venir, dans la mesure où l’auteur s’appuie d’une part sur des données géographiques et démographiques et, d’autre part, sur une variable linguistique pour identifier des frontières linguistiques et catégoriser des variétés issues d’un processus de dialectalisation (et par extension les groupes humains qui les parlent).

Classifications génétiques et typologiques

18À la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle, parallèlement au développement des orientations taxinomiques des sciences du vivant, on voit apparaître deux types de catégorisation des langues naturelles qui s’appuient sur des critères opposés, dits « génétiques » ou « typologiques ».

Les catégorisations génétiques

  • 7  Bopp Franz, 1833, Vergleichende Grammatik des Sanskrit, Zend, Griechischen, Lateinischen, Litthaui (...)

19En 1786, l’idée de l’apparentement linguistique du sanscrit, du grec et du latin, ainsi que l’existence de liens génétiques entre ces trois langues, d’une part, et les domaines celtique et gothique, de l’autre, est diffusée par l’Anglais William Jones. C’est sur la base de ses travaux de traduction qu’il en vient à constater des correspondances systématiques entre toutes ces langues et à postuler leur origine commune. Cette démarche comparatiste sera poursuivie et systématisée au XIXe siècle par la linguistique historique, fondée en 1833 par l’Allemand Franz Bopp (1791-1867) qui exploite les différences entre le sanscrit et d’autres langues écrites. 7 Il propose l’historicisme comme principe méthodologique pour comprendre les faits que l’on rencontre à un moment donné de leur histoire et pour combattre l’idée qu’un idiome forme un tout achevé en soi, qui s’explique de lui-même, et enfin pour expliquer le changement des langues, qui, identiques à l’origine, subissent des modifications obéissant à certaines lois. Bopp introduit l’idée de l’évolution des langues, mais cette évolution est avant tout pensée comme l’éclatement d’une « langue mère » (à l’image de la spéciation en biologie) dans le cours de l’histoire et des civilisations qui s’y succèdent, plutôt que comme un effet du contact entre différentes civilisations. Non que le contact entre les langues ne soit pas envisagé, mais il est pensé en termes relativement abstraits de substrat, d’adstrat et de superstrat, et non d’alternance ou de mélange, comme le font les linguistes aujourd’hui, sur la base de données empiriques et surtout orales du contact des langues, via l’étude des pratiques langagières des personnes bilingues (voir Auer, 1999, Muyskens, 2000, pour de bons exemples de cette approche, ainsi qu’Alby, ici même, « Alternances et mélanges codiques »).

20Le résultat le plus tangible d’un siècle de comparaisons des langues du continent européen et de l’Inde est l’affirmation de l’existence d’une protolangue, d’une langue des origines (Ursprache), l’indo-européen, ancêtre commun à de nombreuses langues d’Europe. Cette reconstruction théorique n’est pas une langue, mais une série de racines lexicales, de principes morphologiques, syntaxiques et phonétiques inférés sur la base de la comparaison des différentes langues indo-européennes. La conception d’un indo-européen commun nourrit deux types de représentations encore largement attestées aujourd’hui. Les premières favorisent un certain naturalisme linguistique en assimilant les langues à des organismes vivants, qui, comme les espèces, évoluent, et, comme les individus, naissent et meurent (voir le succès actuel du thème de la « mort des langues », Crystal, 2000). Les secondes permettent de soutenir, en minimisant les différences entre les langues indo-européennes, la croyance en un peuple indo-européen (Urvolk), à l’origine du peuplement et de la culture de l’Europe (Martinet, 1994).

21Le dernier avatar des conceptions établissant un parallèle entre les évolutions biogénétique et linguistique est le programme néocomparatiste de Ruhlen (1997 [1994]) et de Cavalli-Sforza (1996). Cette approche conjugue une science et une technique modernes (la génétique des populations) avec les conceptions linguistiques naturalistes du XIXe siècle, qui postulent l’existence d’une seule langue et d’un seul groupe humain à l’origine de la diversité linguistique et culturelle actuelle. Le vieux scénario du Stammbaum (l’arbre généalogique des langues) est ainsi réactualisé par les savoir-faire développés en génétique. Nous renvoyons entre autres aux critiques de Laks (2002) et de Calvet (2004, chap. 4) pour montrer les apories négligées du rapprochement entre les sciences du vivant et celles du langage.

22Le point commun entre toutes ces représentations savantes est qu’elles ne permettent guère de penser les phénomènes de contact, c’est-à-dire tout ce qui relève de l’acculturation des populations et du « métissage » entre les langues, phénomènes qui sont en revanche au centre des travaux en sociolinguistique des contacts de langues.

Les catégorisations typologiques

23Parallèlement aux catégorisations génétiques, on voit se développer au XIXe siècle une réflexion et une classification basées sur les caractéristiques morphologiques des langues. En 1818, August et Wilhelm von Schlegel proposent de distinguer trois classes : les langues sans structure grammaticale apparente (langues isolantes, prototype : le chinois), les langues qui utilisent des affixes (langues agglutinantes, prototype : le turc) et les langues flexionnelles (toutes les langues indo-européennes). Comme le fait remarquer Auroux (2007, p. 7), ce classement des langues se fait sur « une échelle orientée qui suit une progression vers le raffinement de leur capacités intellectuelles et expressives ». Ce n’est certainement pas un hasard si les langues des comparatistes, comme toutes les langues indo-européennes d’ailleurs, sont au sommet de l’échelle… Le cas du chinois bien sûr pose problème. Comment une civilisation aussi « évoluée » peut-elle parler une langue aussi « primitive » ? Humboldt (cité par Thouard, 2001) est persuadé que « seules les langues grammaticalement formées possèdent une aptitude parfaite au développement des idées ». Face au contre-exemple manifeste du chinois, il affirme (sans connaître cette langue) qu’il ne s’agit que d’un paradoxe apparent. En fait, le style chinois est « trop indéterminé et haché » pour permettre la pensée propre au monde occidental. Ce dernier domine donc à juste titre les autres cultures, puisque ses penseurs et leurs langues occupent l’échelon le plus évolué de l’humanité… La typologie est sauve !

Classement et hiérarchisation

  • 8  Jacques Leclerc, 2008, « La Réunion », L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, TLFQ, uni (...)

24Comme on le voit, au XIXe siècle, les travaux typologiques introduisent clairement une hiérarchie entre les lectes, en ne s’intéressant qu’à un certain nombre d’entre eux et en en occultant la grande majorité. Comme le fait remarquer Canut (2000, voir aussi Calvet, 2007), « le travail des linguistes a longtemps été implicitement d’assigner une place aux langues, et de les hiérarchiser ». Il semble que certaines perspectives génétiques perpétuent aujourd’hui encore une forme de hiérarchisation. Il est à cet égard symptomatique de constater avec Mufwene (2005, p. 32) que certains créolistes dénient aux créoles tout apparentement génétique non seulement avec leurs langues européennes de base, mais avec quelque « famille » que ce soit (voir Nicolaï et Ploog, ici même, « Frontières »). C’est là l’application d’un principe que Mufwene nomme « deux poids deux mesures », qui dénie aux créoles la possibilité d’entrer dans la catégorisation que nous avons appelée prototypique des langues (voir ci-dessus, « Les catégorisations génétiques »). Les créoles ne sont ni des langues, ni des dialectes, ni des patois, et ils ne font pas partie d’une famille linguistique. Les créoles représentent ainsi l’altérité absolue en matière de langue. Cette conception, on s’en doute, ne fait pas l’objet d’un consensus et contraste fortement avec celle qui est présentée par Jacques Leclerc 8 :

Le créole parlé à La Réunion est à base lexicale de français avec des apports africains (minimes), indiens (ou indo-portugais) et malgaches. Une partie du vocabulaire français provient de la langue parlée par les premiers colons originaires du Nord de la France, notamment le gallo et le bas-normand.

25Dans ce cas, la parenté avec le français est clairement revendiquée, et le créole réunionnais aurait « un air de famille » avec les patois normands, ce qui permet de le réintégrer dans la vision prototypique famille-langue dialecte.

La dialectologie, dans le sillage des comparatistes

26Dès la fin du XIXe siècle, la dialectologie, ou géographie linguistique, s’intéresse à la variété dialectale en tentant d’en rendre compte de façon figurative sur des cartes et atlas. Ces documents mettent en espace des réalisations phonétiques ou des variantes lexicales correspondant à des points d’enquête et permettent d’établir des isoglosses, frontières linguistiques servant de base à la catégorisation des variétés, mais qui permettent aussi de faire apparaître des solutions de continuité, des dégradés ou des feuilletages (Nicolaï, 2003).

  • 9  Schüle (1971, p. 207), par exemple, dans un article sur la situation linguistique de Nendaz (Valai (...)

27Malgré l’indéniable considération pour la diversité et l’hétérogénéité linguistiques (érigées en objet) qu’atteste le recours aux études de terrain, l’approche dialectologique est basée sur la méthode du témoin fiable, c’est-à-dire le plus souvent un homme âgé, vivant en milieu rural, ayant été le moins possible en contact avec d’autres variétés, et peu scolarisé (en anglais le non educated, old rural male speaker, voir Gadet, 2007, p. 19). Ce témoin idéal-typique est censé être le dépositaire de la variété « pure » qu’on cherche à décrire. En perpétuant l’idée que le contact « abâtardit les langues » 9 et que les phénomènes de substrat, d’adstrat et de superstrat ont moins de poids dans l’explication de l’évolution linguistique que les processus endogènes au système en question, la dialectologie montre également sa préférence pour une représentation des langues empreinte d’une idéologie de l’homogène.

Les théories du Sprachbund

28Les représentations à la base des catégorisations génétiques et typologiques ont essuyé de nombreuses critiques. La plus connue est certainement celle portée par Jakobson et Troubetzkoy dans les années 1920-1930 (Sériot, 1998). Ils opposent, à la notion de parenté linguistique mobilisée dans le mainstream de l’époque, celle d’affinité linguistique. Cette théorie est connue sous le nom de Sprachbund (union des langues ) ; elle repose sur l’idée de la convergence entre langues, qui s’oppose assez radicalement à celle de divergence imposée par la métaphore de l’arbre schleichérien. Si la théorie génétique « cadre » bien avec les idées de Darwin sur l’évolution, c’est plutôt la chimie qui inspire Jakobson : les éléments linguistiques, comme les corps chimiques, peuvent s’unir sous certaines conditions. Tant les conceptions génétiques que celles reposant sur les affinités entre langues reposent donc sur des modèles empruntés aux sciences de la nature et cherchent à expliquer la ressemblance entre les lectes. On peut résumer ainsi les différences entre les deux approches :

Tableau 1. Catégorisation sur la base de la parenté ou de l’affinité entre les langues

Famille de langues Sprachbund
Type de similitude Parenté (héritée) Affinité (acquise)
Type d’évolution Les langues divergent avec le temps Les langues convergent avec le temps
Courant anthropologique Évolutionnisme Diffusionnisme

29L’exemple de Sprachbund le plus souvent cité est celui que Troubetzkoy a choisi pour illustrer son propos. Il s’agit de la région des Balkans, où le bulgare, l’albanais et le roumain, provenant de trois branches différentes de la famille indoeuropéenne, partagent des traits linguistiques (voir également Nicolaï et Ploog, ici même, « Frontières »).

La catégorisation en sociolinguistique

30Après avoir présenté les processus à l’œuvre dans les activités de catégorisation selon différentes perspectives des sciences humaines, après avoir « zoomé » sur les visées classificatoires de la linguistique (notamment historique et comparative), nous en arrivons à un examen de la littérature sociolinguistique contemporaine, essentiellement francophone.

La question du statut des lectes et de la « qualité » de « langue » 10

  • 10  Voir à ce sujet Canut (2007) et Eloy (1995).

31Au début du XXe siècle, Antoine Meillet, auteur de la « méthode comparative en linguistique » mais également l’un des précurseurs d’une linguistique intégrant la dimension sociale et historique de la langue, identifiait, dans son ouvrage sur les langues européennes, deux séries de types de langues : d’une part la langue de civilisation, écrite, de culture, langue principale du pays, langue dominante, ou encore « universellement acceptée », et d’autre part les parlers, dialectes, parlers populaires, parlers locaux, le parler des paysans, les parlers ruraux sans culture, les parlers vulgaires, la langue populaire (Meillet, 1928, cité par Sériot, 1997, p. 184-185). On ne peut s’empêcher de voir dans cette liste un classement, allant du plus prestigieux (latin, grec, langues de civilisation) au plus stigmatisé (la langue populaire), en passant par les langues nationales, certes « corrompues » par rapport à l’« âge d’or » des langues anciennes, mais ayant tout de même un statut, révélé par le singulier de leur dénomination. On trouve, en germes, dans la conception de Meillet, les variétés « haute » et « basse » des situations de diglossie telles qu’elles sont décrites par Ferguson (1959).

Langues et dialectes : premières interrogations des catégories

  • 11  Fils d’immigrés norvégiens, professeur de langues scandinaves aux États-Unis, Haugen participe aux (...)

32Rappelons que pour ce linguiste, connaissant bien le monde arabe et spécialisé dans l’enseignement des langues étrangères (notamment l’arabe), une diglossie se caractérise par une série de traits linguistiques et sociolinguistiques qui en font une situation de contact particulière. Pour que l’on puisse parler de diglossie, au sens défini par Ferguson, il faut que les langues hiérarchisées soient génétiquement apparentées (il y a donc une langue et un dialecte en présence) et qu’il y ait une distribution complémentaire des usages : le dialecte est un vernaculaire, utilisé dans les situations quotidiennes, informelles. Par opposition, la langue s’impose dès que la communication s’institutionnalise (administration, école ), et la modalité écrite n’est censée exister que dans la variété haute. Les termes mêmes utilisés par Ferguson reflètent la constance de la vision axiologique et hiérarchisante de certains linguistes, ainsi que la croyance en la possibilité de distinguer nettement langue et dialecte sur la base de critères linguistiques et sociolinguistiques (voir la lecture critique d’Eloy, 2004, p. 13-15). La validité des critères sur lesquels repose la différence entre langue et dialecte est cependant déjà interrogée par les contemporains de Ferguson. Par Uriel Weinreich (1953, p. 1-2) tout d’abord, pour qui bilinguisme, contact et interférences entre langues sont envisagés dans un sens large, incluant la variation intralinguistique entre les dialectes d’une même langue. Par Einar Haugen (1972, p. 237) ensuite 11, qui dénonce la fausse transparence, l’ambiguïté référentielle des termes langue et dialecte (dont « les profanes » pensent qu’ils réfèrent à des entités réelles clairement distinguables et par conséquent dénombrables), et ses conséquences fâcheuses pour l’identification et le dénombrement des langues. Le problème pratique consistant, pour le linguiste, à dénombrer les langues et les dialectes d’un territoire particulier peut se résoudre en partie en faisant jouer des critères de parenté linguistique et d’intercompréhension entre les locuteurs des différentes variétés. Mais la dimension fonctionnelle, établie à partir de la description des usages sociaux des variétés, ne doit pas être oubliée : « Dans l’usage fonctionnel de “langue” et de “dialecte”, la considération première est l’utilisation que les locuteurs font des codes qu’ils maîtrisent » (Haugen, 1972, p. 243). Dans cette perspective, un dialecte n’a pas de validité au-delà de la communauté locale de discours, alors qu’une « langue » est, au plan fonctionnel, une norme superposée utilisée par des locuteurs dont la langue première et ordinaire est différente. Selon ce point de vue, une langue serait véhiculaire et elle jouirait d’un prestige tout autre que celui dont bénéficie un dialecte, notamment parce que le prestige social des locuteurs d’une langue est notoirement supérieur à celui des locuteurs d’un dialecte. De plus, le dialecte ne susciterait pas la même loyauté. Haugen, dans la perspective de l’aménagement, introduit alors la notion de (sous-)développement linguistique qui lui permet de considérer les dialectes comme des langues non ou sous-développées, c’est-à-dire dont l’extension des fonctions n’a pas été réalisée dans une communauté dépassant une communauté primaire, villageoise ou tribale, précisant que toutes les « grandes langues » sont passées par ce stade (Haugen, 1972, p. 243-244). Pour désigner ces « langues non développées », Haugen suggère de remplacer l’usage populaire de dialectes (qu’il propose de réserver aux variétés identifiées comme génétiquement apparentés) par un terme tel que « vernaculaires ». En outre, pour mieux comprendre le développement d’un lecte, il invite à examiner la relation entre langue et nation.

  • 12  Kloss était déjà à l’origine, en 1929, de la notion de Nebensprache, ou « langues voisines ». Eloy (...)

33À la même époque, dès 1967, Heinz Kloss 12 propose de distinguer les langues en fonction de la dynamique de leur genèse / construction en tant qu’entités catégorisées comme distinctes d’autres entités du même type, potentiellement proches. Il oppose ainsi Abstandsprache – langue par distance – et Ausbausprache – langue « par élaboration ou construction » (Eloy, 2004, p. 17) ou encore « par extension » (Trudgill, 2004, p. 70 ; voir également Nicolaï et Ploog, ici même, « Frontières ». Les lectes du premier type, Abstand, sont considérés comme des langues sur la seule base de leur distance linguistique avec d’autres lectes (le basque pouvant faire figure d’idéal-type de cette catégorie en Europe). Par contraste, les Ausbausprachen doivent plus leur catégorisation comme langue autonome à une élaboration (passant par un processus de grammatisation) pour des motifs politiques et/ou identitaires, tels que la construction d’un État-nation, qu’à leurs spécificités linguistiques. La troisième catégorie développée par Kloss est celle de Dachsprache ou de « langue-toit » qui réfère à un lecte standardisé qui « couvre » d’autres lectes, statut qui prive ces derniers de possibilités d’élaboration et de grammatisation (on peut citer ici l’exemple de l’arabe standard dans les pays maghrébins). Ces lectes seraient ainsi maintenus à l’état de « langues non développées », comme les nomme Haugen, relégation qu’illustre assez bien le discours d’un ouvrier-paysan lorrain qui défalque au patois et au dialecte toute forme de structuration linguistique (Mougin, 1991, p. 91, cité par Billiez, 2004) :

 — [Entre le patois et une langue ] je fais une différence, c’est que la langue elle a une grammaire, elle a des règles, le patois n’en a pas.

 — Y a pas de règles ?

 — Non, on le dira n’importe comment, personne n’est répréhensible. Tandis que du français, faut le causer correctement, l’allemand, faut le causer correctement : ça c’est des langues. Tandis que le patois et le dialecte c’est pas des langues.

 — Le patois n’a pas de règles ? Comment vous conjuguez les verbes ?

 — Bah on n’a pas de verbes ! On n’a pas de verbes ! On cause comme ça on tape dans le tas. On cause comme ça, comme on sait, mais y a pas de règle.

34Plus que de « couverture », il s’agit donc d’hégémonie, comme le précisera Muljačić (1983). En résumé, avec Haugen et Kloss, l’attention se porte sur la construction historico-socio-politique de la linguification, processus par lequel un lecte est érigé en langue et donc, processus de catégorisation différentielle des l-angues et des dialectes. 

Les processus glottopolitiques

  • 13  Autant et peut-être plus qu’à l’astronomie ou à l’astrophysique, ce terme peut être interprété com (...)

35Poursuivant cette voie de déconstruction des évidences, en adoptant une posture épistémologique et militante de dévoilement ou de dénaturalisation de la minoration de certains lectes, Jean-Baptiste Marcellesi, connu pour ses travaux d’aménagement de la langue corse, se penche sur ce qu’il appelle les processus glottopolitiques qui fondent la catégorisation des lectes et leurs statuts relatifs. C’est dans ce cadre, et à partir de la situation des langues régionales de France, plus singulièrement du corse, qu’il a forgé et défini les concepts de reconnaissance-naissance et d’individuation qui permettent de penser de façon dynamique la catégorisation d’un lecte ou d’un diasystème comme distincts d’autres lectes, leur accession subséquente à la catégorie de « langue », et les processus par lesquels un diasystème est amené à être considéré comme entité unique. À l’inverse, la satellisation  13 rend compte du processus par lequel un lecte est inféodé à un autre qui a acquis le statut de langue grammatisée.

36Pour Marcellesi, la glossogenèse de certaines langues passe par un acte symbolique externe à la communauté qu’il nomme reconnaissance-naissance et qui implique la prise de

[…] décisions glottopolitiques symboliques qui s’appliquent à un système qu’on classait antérieurement comme dépendant d’un autre, les différences linguistiques étant minimisées, et qui érigent ces différences en écarts significatifs, procédant ainsi à la reconnaissance de ce qui existait déjà sur le terrain et donnant naissance par déclaration solennelle à une nouvelle langue. (Marcellesi, 2003 [1986], p. 166)

37En l’absence de telles mesures institutionnelles d’aménagement linguistique, un autre processus peut émerger « d’en bas » : il s’agit du processus d’individuation sociolinguistique (que Marcellesi rapproche de l’élaboration de Kloss) « par lequel une communauté ou un groupe social tend à systématiser ses différences, à les sacraliser, à les considérer comme déterminantes, à en faire un élément de reconnaissance […], des indicateurs d’identité » (ibid., p. 169). Ce processus n’est pas sans rappeler celui que décrivent Le Page et Tabouret-Keller (1985, p. 235-236) et qui aboutit à ce qu’ils nomment la « totémisation » ou « réification » d’une langue. 

38À l’opposé de ces deux processus émanant d’instances différentes mais ayant pour effet de faire exister des lectes comme des entités sociolinguistiques distinctes, le processus de satellisation a pour conséquence une forme de phagocytation (au moins symbolique dans un premier temps) d’un ou plusieurs lectes par un autre. Il consiste, pour un lecte, et sous l’effet de rapports d’hégémonie, en une sorte de déclassement d’une catégorie (« langue ») à une sous-catégorie (« variété / dialecte / patois de la langue X »), autrement dit d’une catégorie potentiellement englobante à une catégorie actuellement englobée (Marcellesi, 2003 [1986], p. 168). Si le phénomène est favorisé par les rapports hégémoniques liés à la puissance étatique (on peut évidemment penser à la satellisation de nombreux lectes de France), Marcellesi (ibid.) précise que celle-ci n’est pas indispensable, en citant les exemples de la reconnaissance de l’italien d’origine toscane dans toute la péninsule avant l’unification politique et la reconnaissance du français « en Belgique, en superposition sur le wallon, hors de la domination française ». En outre, si la proximité linguistique entre lecte dominant et lectes dominés facilite grandement la satellisation des derniers, la distance linguistique ne saurait absolument l’empêcher, comme le montre encore le cas de lectes non romans en France : ainsi Blanchet (2004, p. 34) mentionne la satellisation du breton et de l’alsacien dans « l’orbite du français dominant au titre de variétés archaïques ou intermédiaires ». La satellisation, que l’on peut rapprocher de la mise sous une « langue-toit » de Kloss, trouve une sorte d’accomplissement et une instance de renforcement et de reproduction d’abord dans les désignations et les comptages des lectes : ainsi, en Europe, selon Marcellesi (2003, p. 169), les listes des langues romanes « ont souvent concordé avec la liste des langues d’État ». On peut également trouver une manifestation de l’idéologie satellisante dans les représentations courantes qui voudraient que les dialectes résultent de la dialectalisation d’une langue standard (pour l’aire italophone, voir Morante, 2007, p. 66).

39Un des enjeux de la satellisation se situe dans la comparaison qu’elle induit entre deux formes d’une supposée même langue (voir le golden age principle de Labov, 2001). En effet, incluant une langue dans ou sous une autre, la satellisation légitime le discours sur la dégénérescence, la corruption et justifie que les « idiomes » satellisés ne puissent faire l’objet d’aucune élaboration, puisque la dégradation de la langue serait déjà avancée : ainsi en est-il des définitions de différents « patois » comme du français corrompu (Laurendeau, 1994).

40La satellisation est donc une sorte de subordination linguistique qui peut avoir comme conséquence d’essentialiser, de naturaliser (en termes de logique / illogique, de beauté / absence de beauté, d’universalité / particularisme, de complexité / simplicité, pureté / mélange, etc.) des différences socialement, historiquement et discursivement – idéologiquement – construites.

41Cette sorte de « négationnisme linguistique » a été l’un des objets centraux des études sur la diglossie dans la reformulation des situations diglossiques en termes de « conflit linguistique » par les écoles catalanes et occitanes (par exemple, Gardy et Lafont, 1981), et enfin dans les travaux sur les représentations ou imaginaires linguistiques (voir ci-dessous).

Cryptoglosses et sous-langues

42Dans certaines situations de contact comme la zone Sud-Ouest de l’océan Indien, des chercheurs ont proposé la catégorie de « cryptoglosse » – appliquée à un lecte de Madagascar par Bavoux (1997b, p. 72), et au français régional de Maurice par Robillard (2000) – pour désigner des lectes « à visibilité et à légitimité minimales » (Bavoux, 2003, p. 27) « qui d’un point de vue glottopolitique se trouvent occultés » – voir aussi Robillard (2001), concernant les enjeux idéologiques de la (non-)description du français de la Réunion.

43C’est à cet état socio-politico-linguistique que renvoie le terme de « sous-langue », qui exclut un lecte de la catégorie « langue » en lui défalquant les attributs considérés comme nécessaires pour faire partie de la catégorie. Ce terme évoque aussi bien la subordination que l’occultation (Canut, 2000), car la conséquence de l’attribution de la qualité de langue à certains lectes, au regard de certaines caractéristiques telles que l’existence d’une écriture, a bien pour corollaire la défalcation de qualités linguistiques à d’autres lectes en contact. 

44À l’origine de ces phénomènes de différenciation / hiérarchisation des lectes et de leur institutionnalisation, on trouve notamment le travail de description et de délimitation effectué par des linguistes (voir Calvet, 2007, p. 28). Insistant sur les objectifs et/ou les effets sociaux de ces procédures « savantes » de description / délimitation / nomination, plusieurs chercheurs francophones examinent leur bien-fondé (entre autres : Sériot, 1997 ; Robillard, 2000 ; Bavoux, 2003 ; Blanchet, 2004).

Réflexions sur les processus de catégorisation en sociolinguistique

45Un des apports des travaux sociolinguistiques en langue française évoqués ici est d’avoir mis en résonance les catégories savantes et celles du savoir commun, en montrant que les premières sont souvent bâties sur les mêmes présupposés que les secondes, et que, en retour, ces dernières font une place aux productions des linguistes – la notion de vernaculaire, terme savant en Europe, est par exemple devenu un terme courant au Mali (Canut, 2000) ou au Gabon.

46La question de l’implication politico-sociale des linguistes dans les activités de catégorisation, de standardisation et de promulgation des lectes est thématisée par Robillard (2000), qui distingue entre les linguistes agissant de manière « désintéressée » et ceux qui sont partie prenante d’une démarche d’intervention, action d’aménagement linguistique à visée symbolique, pratique et/ou éducative sur l’écologie des lectes en coprésence. Selon cet auteur, une activité de catégorisation peut être définie comme « neutre » quand les « catégories n’ont pas de fonction particulière, [qu’elles] ne sont pas des instruments orientés vers un objectif connu d’avance » (Robillard, 2000, p. 51), par opposition « aux catégorisations effectuées dans le cadre de politiques linguistiques ou de politiques éducatives » (ibid.). La possibilité d’une action idéologiquement et/ou pragmatiquement neutre est en revanche contestée par Maître et Matthey (2007). Ils montrent que le simple fait de mener une enquête sur un patois satellisé par le français avec le soutien financier d’une institution scientifique contribue à donner de la valeur à ce lecte, et que le discours tenu par les chercheurs en situation d’enquête contribue aussi à valoriser le patois aux yeux des informateurs. Cadiot (1987), également, considère que la neutralité est conversationnellement impossible : selon lui, il appartient à celui qui étudie « les paroles mélangées » non seulement « d’établir dans le travail lui-même la légitimité de son entreprise » mais aussi de « montrer, à l’encontre des convictions des parleurs, que l’objet de son travail est un bel objet » (p. 51).

47Cette position, selon laquelle la neutralité de toute activité discursive de catégorisation est illusoire, est également partagée par Mondada (2000). Dans sa démarche d’inspiration conversationnaliste et ethnométhodologique, la catégorisation a toujours une finalité pratique, qu’elle soit opérée par un linguiste ou par un locuteur ordinaire. Selon elle,

[l]es catégorisations des formes linguistiques sont contextuelles et aux fins pratiques de l’activité en cours, telle qu’organisée de façon endogène par les participants qui y sont engagés. Elles peuvent s’orienter vers des catégories appartenant à des collections très différentes (relevant des « langues » […], relevant des normes : catégorisation d’une forme comme « acceptable », « à sanctionner », etc. ; relevant de « régimes d’intelligibilité » : catégorisation d’une forme comme « reconnaissable », « opaque », « incompréhensible », etc.) qui produisent une descriptibilité différente du problème rencontré, de l’échange en cours, d’un état de fait rapporté ; enfin, la production / catégorisation des formes peut s’orienter vers des catégories identifiables et tranchées comme vers une indétermination catégorielle. (Mondada, 2000, p. 93-94)

48Une telle perspective révèle un positionnement épistémologique « continuiste », puisque Mondada, à la suite notamment de Latour (1983), réfute l’idée d’un « grand partage » entre savoirs « savant et sauvage » :

Le linguiste résout les mêmes problèmes pratiques [que des locuteurs bilingues], en se dotant d’un appareil conceptuel comportant des notions telles que « emprunt », « interférence », « switch » qui lui permettent de catégoriser et distribuer les éléments d’étrangéité linguistique, en les intégrant dans le système de la langue ou en les expulsant. (-Mondada, 2000, p. 99)

49Cette problématique de la catégorisation des ressources linguistiques dans les discours ordinaires des locuteurs rejoint le champ foisonnant des recherches sur l’épilinguistique, tout en relativisant fortement la distinction culiolienne (Culioli, 1990 [1968]) entre activités épilinguistique et métalinguistique. 

Observation directe et indirecte des activités de catégorisation

  • 14  On parle plutôt de folk-linguistics (Hoenigswald, 1966 ; Preston, 1999 ; Long et Preston éd., 2002 (...)
  • 15  Pour une présentation et une revue de critiques de cette méthode, voir Lafontaine (1986) et Laur ( (...)

50Contrairement à l’étude des catégorisations spontanées – voir ci-dessus l’approche de Mondada –, les recherches sur les perceptions des lectes, de leurs frontières et sur les attitudes à leur égard 14 recourent de façon privilégiée à l’observation indirecte par entretiens, par questionnaires, voire par expérimentation (grâce à des déclencheurs enregistrés, par exemple dans la méthode dite du locuteur masqué). 15 Ces travaux procèdent également par observation directe de documents (essais et autres points de vue sur les langues, discours des médias ou relayés par eux, ou, plus rarement, interactions spontanées, en face-à-face ou médiées par ordinateur).

51À la suite des travaux pionniers de Lambert et al. (1960) sur les auto- et hétéro-perceptions croisées d’anglophones et de francophones canadiens, de Gumperz (1964), de Blom et Gumperz (1972) ou encore de ceux de Labov (1976 [1972]), la sociolinguistique a beaucoup étudié les représentations et les attitudes de locuteurs en situations de contact de lectes, que ceux-ci aient ou non le statut de langue, que les locuteurs soient bilingues ou non. De nombreux aspects ont ainsi été investis comme objets de recherche, qu’il s’agisse des pratiques langagières bi-plurilingues déclarées, notamment les pratiques mixtes (Dabène et Billiez, 1986 ; Lüdi et Py, 2003 [1986] ; Lüdi, Py et al., 1995), des jugements de grammaticalité des locuteurs, des frontières qu’ils établissent ou non entre certains lectes, des fonctions instrumentales (véhiculaires, intégratrices) et/ou symboliques (affectives, distinctives, identitaires) qu’ils attribuent ou non aux différents lectes de leur répertoire verbal, ou encore de leur attachement à ceux-ci.

52Les travaux menés dans ce champ ont mis en évidence l’ambivalence qui prévaut souvent dans la considération que les locuteurs accordent, en situation de contact, diglossique ou non, aux différents lectes en fonction de leurs statuts formel et informel. De nombreuses recherches montrent en effet que les vernaculaires (créoles, « dialectes », « patois », langues de migrants) sont l’objet, de la part des locuteurs des langues dominantes mais aussi de la part de leurs locuteurs, de diverses formes de minorisation et de dénigrement, quant à leurs qualités linguistiques, esthétiques ou à leur utilité sociale. Mais ces aspects négatifs se voient parfois « compensés » par des manifestations discursives d’un attachement affectif qui confère aux lectes dominés un prestige couvert ou latent (Trudgill, 1972) ou une fonction de compensation consolatrice mise en évidence par Gardy et Lafont (1981).

Nommer les langues : les construire, les faire exister, les hiérarchiser

  • 16  Voir les travaux présentés dans la série Le nom des langues (Tabouret-Keller, 1997 ; Adamou, 2008  (...)

53Dans le cadre d’une démarche qui pose que, d’une manière générale, le processus de nomination est producteur de sens, un nombre important de travaux sociolinguistiques déconstruit l’opération qui consiste, pour différents acteurs sociaux, à nommer les lectes.  16 Pour Saillard, « les noms des langues en disent long sur le statut qu’elles ont atteint ou celui qu’on cherche à leur donner. Ils sont l’expression de ce qu’Anne-Marie Houdebine (1995) appelle l’imaginaire linguistique des locuteurs » (Saillard, 2000, p. 36).

  • 17  Ce type de considération rejoint les positions développées en anthropologie par Barth (1969). Voir (...)

54Donner un nom aux lectes est un acte qui contribue à la construction et à l’autonomisation d’objets sociolinguistiques, mais aussi à l’établissement ou à l’évolution de relations entre ces objets 17 : « [d]onner un nom résulte d’un processus constructiviste : c’est faire exister une réalité qui ne l’était pas auparavant, c’est homogénéiser, clôturer un ensemble de réseaux ou d’éléments à l’origine en relation les uns aux autres de manière hétérogène » (Canut, 2000). La nomination des langues comporte des enjeux qui touchent à la légitimité sociale et politique et à la dimension identitaire de ces dernières (Tabouret-Keller, 1997, p. 6 ; Canut, 2001, p. 444).

55Ces opérations de dénomination de lectes peuvent être appréhendées en s’intéressant aux ressources linguistiques qu’elles mobilisent (types de motivation sémantique et de désignants). Le Page et Tabouret-Keller (1985, p. 235-236) proposent un modèle selon lequel sont associés, puis plus ou moins dissociés, noms de groupes humains et noms du lecte de ce groupe. Tabouret-Keller (1997) relève la distinction entre noms propres et noms communs selon les langues (le français, mais English). Étudiant les discours sur les variétés canadiennes de français et faisant à cette occasion l’historique du dénoté et des connotations du terme patois, Laurendeau (1994) distingue « glottonyme, c’est-à-dire le nom (commun ou propre) que l’on donne à un idiome particulier formant système (comme français, occitan) » et « logonyme, c’est-à-dire une appellation désignant plus généralement une procédure d’expression discursive dotée de certaines particularités spécifiques (comme jargon, galimatias) ». Il retrace le passage du terme « patois » du statut de logonyme à celui de glottonyme, dans les définitions de dictionnaires.

56La désignation des lectes peut être aussi étudiée en fonction des « donneurs de nom ». Tabouret-Keller (1997, p. 9) recense trois ensembles d’utilisateurs, « les locuteurs, les spécialistes des langues, les institutions », cette typologie tripartite recoupant la bipartition entre acteurs réguliers et séculiers de Nicolaï et Ploog (ici même, « Frontières »).

57Canut (2000), dans le cadre d’une étude sur les désignations des lectes en contact au Mali, repère deux tendances. D’une part, des discours qui tendent à l’homo-généisation et à la clôture des lectes, et, d’autre part, des discours qui font davantage de place au métissage et au continuum. Ce second pôle, désigné par Canut comme celui de l’hétérogénéisation, est incarné par des locuteurs qui pensent « que les pratiques langagières relèvent d’un large continuum, un réseau de pratiques langagières imbriquées les unes aux autres et qu’il ne convient pas de distinguer là des “langues ” différentes » mais bien « de la langue ». Canut (1997, p. 228-229) met en évidence la labilité des dénominations : les locuteurs peuvent forger et/ou utiliser des désignants à caractère ethnique (bamanankan, « langue des Bambara », maningakan, « langue des Malinké », etc.), ou spatial (« lieu géographique + langue », kitakan, « langue de Kita », ibid.). Les locuteurs recourent également à la terminologie linguistique. La mobilisation discursive de ces emprunts « savants » peut avoir pour fonction de valoriser son propre lecte en lui attribuant une qualité (langue véhiculaire, nationale, internationale ou officielle…), ou, inversement, ils peuvent refléter une dévalorisation intériorisée de son propre lecte (dialecte non écrit, vernaculaire ), ou encore servir à dévaloriser ceux des autres.

58Saillard (2000), comme Canut, relève la diversité des modalités de nomination et de catégorisation des lectes à Taïwan et la hiérarchisation que des locuteurs opèrent dans le processus de dénomination. Comme dans la distinction langue / dialecte / patois, le critère de l’association d’une écriture à un lecte apparait déterminant dans la position hiérarchique que celui-ci est appelé à occuper dans une situation sociolinguistique. Ainsi, en chinois standard, outre l’utilisation d’un préfixe qui identifie un groupe de locuteurs ou une entité emblématique (lieu concret – Zhongguo, « la Chine » – ou abstrait – « la terre »),

la base morphologique des noms les hiérarchise en les assignant à une catégorie de l-angues : wen, yu ou hua, respectivement « (langue) écrite », « langue » ou « parler ». On peut dire que ces deux types d’éléments (emblématique et catégorique) font tous deux appel au même titre à l’imaginaire linguistique des locuteurs. […] [U]ne langue qualifiée de wen est plus prestigieuse que si on la dénommait yu, qui à son tour est plus valorisée que hua (Saillard, 2000, p. 36-38).

Lectes en contact, pratiques langagières « hybrides » et langues mixtes 18

  • 18  Nous ne discuterons pas ici le classement de formes linguistiques de contact ou marques transcodiq (...)
  • 19  Voir, ici même, « Interlecte » et « Continuum ».

59Parmi les catégories de lectes, il en est une particulièrement symptomatique des opérations de catégorisations en situation de contact : il s’agit des lectes mixtes (Bakker et Mous, 1994) ou (encore) perçus comme tels. 19 Bien que l’idée du caractère intrinsèquement « contactuel » de toute langue ait été avancé précocement par Schuchardt (voir notamment Tabouret-Keller, 2008) puis par Courtenay (1901, cité par Laks, 2002), Mauthner (1907) et réaffirmée par Mufwene (2003), cette caractéristique semble encore aujourd’hui ne prévaloir que pour certains lectes. Les variétés de contact, formes de rencontre, méso- ou interlectales reçoivent encore souvent des désignations plus ou moins péjoratives, expressions d’idéologies monolingues et puristes et d’épistémologies afférentes : langues bâtardes ou mêlées, pidgin, sabir, charabia, petit nègre, créole, baragouin, etc. Mais si une telle conception conduit encore des locuteurs et des linguistes à minoriser ces lectes assimilés à une anarchie linguistique, la tendance inverse, qui consiste à reconnaître la part d’hybridité constitutive de tout lecte, se développe néanmoins, à la fois dans différentes approches sociolinguistiques (créolistique, écologie des langues, approches complexes) et dans les représentations de certains locuteurs, comme on le voit dans cette proclamation d’un jeune homme de Moncton (Nouveau Brunswick, Canada), qui revendique son trilinguisme chiac, français, anglais et son identité acadienne :

Je suis acadien.

Chu pas su mes stamps ou su le welfare, chu pas un pêcheur de coques, chu pas analphabet ni illettré. Y a pas de fromage su mes poutines, pi ma poutine et pas un président russe. […] Chu trilingue – e’je parle le chiac, le francais pi l’anglais. E’je dis Co-congne pas Co-cagne ! […] Chu fier de ma langue, mon heritage pi ma culture ! Worriez pas vos brains même si on peut sortir le gars de l’Acadie on sort pas l’acadien du gars ! Le Grou Tyme c’est le 15 août ! Pas le 24 juin ou le 14 juillet ! I am Canadian et Acadien en même temps ! 20

60De nombreux noms de lectes évoquent (souvent, de façon métonymique, par le recours à la composition ou au mot-valise) la mixité ou le caractère interlectal de certaines pratiques, ou encore la porosité des frontières qui délimitent des ensembles de ressources linguistiques. Ces noms peuvent être ceux de langues reconnues, ou qui l’ont été, comme le serbo-croate ou le judéo-espagnol. Ils peuvent aussi désigner des pratiques langagières bi-plurilingues plus ou moins systématisées, auto- et/ou hétéro-attribuées à un groupe socio-ethnique, et impliquant une langue de colonisation : spanglish (États-Unis), singlish (Singapour), taglish (Philippines), hinglish (Inde, Grande-Bretagne), camfranglais, francanglais (Cameroun), frangache (Robillard, 2000), francwolof (Sénégal, Branca-Rosoff, 1996, p. 83), etc.

61Mais en regard des multiples désignations référant à une mixité, il n’y a pas chez les linguistes de conception stable et consensuelle de ce qu’est une « langue mixte ». Matras et Bakker les définissent comme des « variétés qui émergent dans une communauté bilingue et dont les structures présentent une dualité (split) étymologique qui n’est pas marginale mais dominante, de telle manière qu’il est difficile de définir la parenté linguistique de ces variétés comme impliquant un ancêtre unique (Matras et Bakker, 2003, p. 1). Pour Leclerc 21 en revanche, « il est toujours aisé de déterminer la source des éléments grammaticaux et lexicaux dans les langues mixtes », ce qui les différencie des créoles. Ainsi, parmi les nombreuses « familles de langues » qu’il recense, l’index du Summer Institute of Linguistics (Ethnologue language family index) 22 propose une catégorie « mixed language » comptant vingt-trois entrées (dont neuf impliquent le romani). Pour Matras et Bakker, le michif – langue des Métis dans les provinces du Manitoba et Saskatchewan au Canada, du Nord-Dakota et du Montana aux États-Unis, se caractérisant par le recours à des verbes issus du cree et à des noms français (Bakker, 1997) – serait la seule langue mixte pour laquelle on disposerait de preuves d’utilisation « native », indépendamment des compétences des locuteurs dans les langues sources (Matras et Bakker, 2003, p. 2).

  • 23  Voir la notion de fused lect proposée par Auer (1999).

62Pour de nombreux chercheurs, les études de lectes dont la mixité est manifeste constituent un domaine susceptible de permettre de mieux comprendre les dynamiques de « nativisation » ou de « linguification » de la plupart des langues reconnues comme telles. 23

*

63Les notions que nous avons envisagées peuvent être récapitulées dans le schéma page suivante.

Schéma récapitulatif des activités de catégorisation

Figure 1. Ébauche de schéma synthétique des processus de catégorisation en situation de contact des langues

Figure 1. Ébauche de schéma synthétique des processus de catégorisation en situation de contact des langues
  • 24  Ainsi, les positions relatives des différents ensembles d’éléments ne sont pas significatives, en (...)

64Cette schématisation (voir page suivante) se veut heuristique. Elle ne prétend pas à l’exhaustivité, et ne peut représenter, comme toute présentation graphique figée, qu’un moment dans une chaîne de processus d’interactions entre différents éléments et ensembles d’éléments : il est donc nécessaire de le lire en ayant à l’esprit le caractère processuel des opérations de catégorisation. 24

65Ce schéma fait apparaître divers agents ou sources (locuteurs – en interaction ordinaire ou sollicités dans le cadre d’une enquête –, associations, linguistes, institutions, etc.), qui mettent en œuvre différents moyens. Ces moyens sont essentiellement des discours – en interaction ou non et plus ou moins performatifs –, ordinaires, militants, législatifs, éducatifs, scientifiques, etc., mais aussi des actions (enseignement ), qui équivalent à reconnaître, discriminer, nommer, créer, fusionner des objets linguistico-sociaux (pratiques langagières, lectes, et, par métonymie des groupes sociaux, ethniques), en leur attribuant / déniant certaines caractéristiques (processus de catégorisation ).

66Selon leur(s) source(s) et leurs modalités de mise en œuvre, ces processus remplissent (délibérément ou incidemment) des fonctions pratiques, symboliques, politiques, identitaires et/ou heuristiques (avec tous les enjeux de légitimité, de pouvoir, d’inclusion et d’exclusion que ces fonctions peuvent impliquer). Les processus de (re)catégorisation contribuent à (re)produire une ou des catégories qui confirment ou déstabilisent les cadres de pensée (représentations, idéologies ) propres à une époque et à un contexte donnés, c’est-à-dire qu’ils créent, instituent ou occultent des lectes.

67Les multiples combinaisons des éléments décrits ci-dessus produisent différents types de catégorisations :

68Le premier type de catégorisation consiste, sur la base de différents critères (ressemblance / différence linguistique, mais pas uniquement, loin s’en faut), à distinguer, séparer, délimiter, nommer, mais aussi à regrouper des éléments qui constituent le continuum des ressources langagières en usage chez les êtres humains, de façon à identifier / créer des sous-ensembles de ressources, ce que nous avons appelé des lectes, qui parfois deviennent ou sont considérés comme des langues ;

69Le second type de catégorisation, historiquement lié aux démarches comparatiste et typologique, équivaut à regrouper des lectes, que ceux-ci soient ou non en contact, en les incluant dans des catégories sur la base de critères linguistiques diversement pris en compte ;

70Le troisième type de catégorisation, de nature psychosociale et/ou sociopolitique, réside dans l’attribution de caractéristiques externes (statutaires, fonctionnelles, identitaires, etc.) à certains lectes et aboutit à l’élaboration de catégories sur la base de critères non linguistiques, qui ont pour effet de distinguer, au sein de situations de contacts, des types de lectes : langues vs patois, langue officielle vs non officielle, langue maternelle (Wald, 1987) vs étrangère, standard vs non standard, etc.

En somme…

71Dans ce chapitre, nous avons essayé de présenter la notion de catégorisation en faisant tout d’abord appel aux contributions d’autres disciplines des sciences humaines pour rendre compte du processus lui-même (logique formelle, psychologie sociale). Nous avons ensuite défendu trois idées qui nous paraissent centrales.

72La première est que les linguistes constituent une variété d’acteurs parmi d’autres se livrant à des opérations de catégorisation des langues, sur des critères certes spécialisés et faisant appel au métalangage technique du métier, mais qui ne sont pas fondamentalement d’une autre nature que les critères utilisés par les locuteurs ordinaires.

73La seconde est que, quels qu’en soient les acteurs, les activités de catégorisation reposent toujours sur des finalités pratiques et souvent idéologiques, impliquant des dimensions psychosociales que l’on regroupe sous les termes d’attitudes et de représentations, liées à la question de l’identité. 

  • 25  La traduction en français du livre de Mauthner (1907), qui met les phénomènes de calques et de tra (...)

74La troisième est que l’importance croissante accordée aujourd’hui au plurilinguisme dans le cadre des descriptions et des explications du langage humain induit un changement de conception fondamental de ce que l’on entend généralement par « langue » dans les théories de linguistique générale. Les phénomènes de contact sont reconnus aujourd’hui comme un facteur important du changement linguistique 25, entraînant de facto un intérêt pour toutes les variétés jusque là considérées comme « impures », celles justement qui manifestent les traces du contact.

Bibliographie

ADAMOU Evangelia éd., 2008, Le nom des langues. Tome II, Le patrimoine plurilingue de la Grèce, Louvain-la-Neuve, Peeters, « Bibliothèque des Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, no 121 ».

AMSELLE Jean-Loup, 2001, Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

AUER Peter, 1999, « From codeswitching via language mixing to fused lects : toward a dynamic typology of bilingual speech », International journal of bilingualism, no 3-4, p. 309-332.

AUROUX Sylvain, 1994, La révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga.

 —, 2007, « Introduction : le paradigme naturaliste », Histoire, épistémologie, langage, no XXIX, 2, p. 5-16.

BAKKER Peter, 1997, A language of our own : the genesis of Michif, the mixed Cree-French language of the Canadian Metis, Oxford, Oxford University Press.

BAKKER Peter et MOUS Marteen, 1994, Mixed languages. 15 case studies in language intertwining, Amsterdam, Université d’Amsterdam, IFOTT, « Studies in language and language use, no 13 ».

BARTH Frederik, 1969, « Introduction », Ethnic groups and boundaries : the social organization of culture difference, F. Barth éd., Londres, Allen et Unwin, p. 9-38.

BAVOUX Claudine, 1997a, « Lecte », Sociolinguistique. Concepts de base, M.-L. Moreau éd., Sprimont, Mardaga, p. 200.

 —, 1997b, « Constitution et traitement d’un corpus “cryptoglossique” : quels fondements théoriques ? », Le corpus lexicographique. Méthodes de constitution et de gestion, C. Frey et D. Latin éd., Louvain-la-Neuve, Duculot, p. 71-86.

 —, 2003, « Quand des langues de grande proximité sont en contact : modalités d’existence et de coexistence », Contacts de langues. Modèles, typologies, interventions, J. Billiez dir., Paris, L’Harmattan, p. 25-35.

BEACCO Jean-Claude et BYRAM Michael, 2007, Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques, version finale intégrale, Strasbourg, Conseil de l’Europe, Division des politiques linguistiques. En ligne : www.coe.int/lang/fr (18 juillet 2012).

BERLIN Brent et KAY Paul, 1969, Basic color terms. Their universality and evolution, Berkeley, University of California Press.

BLANCHET Philippe, 2004, « L’identification sociolinguistique des langues et des variétés linguistiques : pour une analyse complexe du processus de catégorisation fonctionnelle », Actes de la conférence MIDL : Identification des langues et des variétés dialectales par les humains et les machines, p. 31-36. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00003875

BLOM Jan-Petter et GUMPERZ John, 1972, « Social meaning in linguistic structure : code-switching in Norway », Directions in sociolinguistics, J. Gumperz et D. Hymes éd., New York, Holt, Rinehart & Winston, p. 407-434.

BILLIEZ Jacqueline, 1996, « Langue, dialecte, patois : des images-croyances tridimensionnelles », Travaux de linguistique, no 7, p. 91-101.

 —, 2004, « Et il fallut apprendre à étudier les représentations », Un parcours au contact des langues. Textes de Bernard Py commentés, L. Gajo, M. Matthey, D. Moore, C. Serra éd., Paris, CRÉDIF, Didier, « Langues et apprentissage des langues », p. 253-256.

BOURDIEU Pierre, 1982, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

BRANCA-ROSOFF Sonia, 1996, « Les imaginaires des langues », Sociolinguistique. Territoires et objets, H. Boyer dir., Lausanne, Paris, Delachaux et Niestlé, p. 79-114.

CADIOT Pierre, 1987, « Les mélanges des langues », France, pays multilingue. Tome II, Pratiques des langues en France, G. Vermès et J. Boutet éd., Paris, L’Harmattan, p. 50-61.

CALVET Louis-Jean, 2004, Essais de linguistique. La langue est-elle une invention des linguistes ?, Paris, Plon.

 —, 2007, « Pour une linguistique du désordre et de la complexité », Carnets d’atelier de sociolinguistique, no 1.

CANUT Cécile, 1997, « Le nom des langues au Mali. Identité(s) en question », Le nom des langues. Tome I, Les enjeux de la nomination des langues, A. Tabouret-Keller éd., Louvain-la-Neuve, Peeters, « Bibliothèque des Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, no 95 », p. 225-239.

 —, 2000, « Le nom des langues ou les métaphores de la frontière », Ethnologies comparées, no 1. En ligne : http://alor.univ-montp3.fr/cerce/revue.htm (1er janvier 2010).

 —, 2001, « À la frontière des langues. Figures de la démarcation », Cahiers d’études africaines, no 163-164, p. 443-463. En ligne : http://etudesafricaines.revues.org/104 (5 novembre 2012).

 —, 2007, Une langue sans qualité, Limoges, Lambert Lucas.

CAVALLI-SFORZA Luigi Luca, 1996, Gènes, peuples et langues, Paris, Odile Jacob.

DE COURTENAY Baudouin, 1901, « O messannom charaktere vsech jazyko (Sur le caractère mixte de toutes les langues ) », Zurnal Ministerstva Narodnago Prosvescenija.

CRYSTAL David, 2000, Language death, Cambridge, Cambridge University Press.

CULIOLI Antoine, 1990 [1968] « La linguistique : de l’empirisme au formel », Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, t. I, Paris, Ophrys, p. 9-46.

DABÈNE Louise et BILLIEZ Jacqueline, 1986, « Code switching in the speech of adolescents born of immigrant parents », Studies in second language acquisition, no 8, Cambridge University Press, p. 309-325.

DEL COSO Francine, OESCH-SERRA Cecilia et DE PIETRO Jean-François, 1985, « La compétence de communication bilingue. Étude fonctionnelle des code-switching dans le discours de migrants espagnols et italiens à Neuchâtel (Suisse) », Grammatik, Konversation, Interaktion, E. Gülich et T. Kotschi éd., Tübingen, Niemeyer, p. 377-398.

ELOY Jean-Michel éd., 1995, La qualité de la langue : le cas du français, Paris, Champion.

 —, 2004, « Des langues collatérales : problèmes et propositions », Des langues collatérales. Problèmes linguistiques, sociolinguistiques et glottopolitiques de la proximité linguistique, vol. I, Paris, L’Harmattan, p. 5-25.

DE FÉRAL Carole éd., 2009, Le nom des langues. Tome III, Le nom des langues en Afrique sub-saharienne. Pratiques, dénominations, catégorisation, Louvain-la-Neuve, Peeters, « Bibliothèque des Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, no 124 ».

FERGUSON Charles, 1959, « Diglossia », Word, no 15, p. 325-340.

GADET Françoise, 2007, La variation sociale en français, Paris, Gap, Ophrys.

GADET Françoise et JONES Mary, 2008, « Variation, contact and convergence in French spoken outside France », Journal of language contact – Thema II, p. 238-248. En ligne : https://doi.org/10.1163/000000008792525372.

GARDY Philippe et LAFONT Robert, 1981, « La diglossie comme conflit : l’exemple occitan », Langages, no 61, p. 75-91.

GUMPERZ John, 1964, « Linguistic and social interaction in two communities », American anthropologist, vol. LXVI, fasc. 6, p. 137-153.

HAUGEN Einar, 1972, The ecology of language, Stanford University Press.

HOENIGSWALD Henry, 1966, « A proposal for the study of folk-linguistics », Sociolinguistics, W. Bright éd., La Haye, Mouton, p. 12-26.

HOUDEBINE-GRAVAUD Anne-Marie, 1995, « L’unes langue », La qualité de la langue : le cas du français, J.-M. Eloy éd., Paris, Champion, p. 95-121.

JAWORSKI Adam, COUPLAND Nikolas et GALASINSKI Dariusz éd., 2004, Metalanguage. Social and ideological perspectives, La Haye, Mouton de Gruyter.

KLOSS Heinz, 1967, « Abstand languages and Ausbau languages », Anthropological linguistics, no 9, p. 29-41.

LABOV William, 1976 [1972], Sociolinguistique, Paris, Minuit.

 —, 2001, Principles of linguistic change. vol. II, Social factors, Oxford, Basil Blackwell.

LAFONTAINE Dominique, 1986, Le parti pris des mots. Normes et attitudes linguistiques, Bruxelles, Mardaga.

LAKS Bernard, 2002, « Le comparatisme : de la généalogie à la génétique », Langages, no 146, p. 19-46.

LAMBERT Wallace, HODGSON Robert, GARDNER Richard et FILLENBAUM Samuel, 1960, « Evaluational reactions to spoken language », Journal of abnormal and social psychology, no 60, p. 44-51.

LATOUR Bruno, 1983, « Comment redistribuer le grand partage », Revue de synthèse, no 3 (110), p. 203-236.

LAUR Elke, 2008, Contribution à l’étude des perceptions linguistiques. La méthodologie des faux-couples revisitée, no 46 de Langues et sociétés. En ligne : https://www.oqlf.gouv.qc.ca/ressources/sociolinguistique/2008/notemetho_laur.pdf (18 juillet 2012).

LAURENDEAU Paul, 1994, « Le concept de PATOIS avant 1790, vel vernacula lingua », Les origines du français québécois, R. Mougeon et É. Beniak dir., Presses de l’université Laval, « Langue française au Québec », p. 131-166. En ligne : http://paullaurendeaulinguiste.wordpress.com/laurendeau-1994 (15 septembre 2008).

LE PAGE Robert, 1997, « What is a language », Le nom des langues. Tome I, Les enjeux de la nomination des langues, A. Tabouret-Keller éd., BCILL 95, Louvain-la-Neuve, Peeters, p. 21-34.

LE PAGE Robert et TABOURET-KELLER Andrée, 1985, Acts of identity. Creole-based approaches to language and ethnicity, Cambridge University Press.

LONG Daniel et PRESTON Dennis éd., 2002, Handbook of perceptual dialectology, vol. II, Amsterdam, Philadelphie, John Benjamins.

LÜDI Georges et PY Bernard, 2003 [1986], Être bilingue, Berne, Peter Lang.

LÜDI Georges et PY Bernard et al., 1995, Changement de langage et langage du changement, Lausanne, L’Âge d’homme.

MAÎTRE Raphaël et MATTHEY Marinette, 2007, « Who wants to save the patois d’Évolène ? », Discourses of endangerment : interest and ideology in the defense of languages, A. Duchêne et M. Heller éd., Londres, Continuum, « Advances in sociolinguistics series », p. 76-98.

MARCELLESI Jean-Baptiste, 1984, « La définition des langues en domaine roman : les enseignements à tirer de la situation corse », Actes du XVIIe congrès de linguistique et de philologie romane (Aix-en-Provence, 1983). vol. V, Sociolinguistique des langues romanes, Marseille, Université de Provence, p. 307-314.

 —, 2003, Sociolinguistique : épistémologie, langues régionales, polynomie, textes réunis par T. Bulot et Ph. Blanchet, Paris, L’Harmattan.

MARTINET André, 1994, Des steppes aux océans. L indo-européen et les « Indo-Européens », Paris, Payot.

MATRAS Yaron et BAKKER Peter, 2003 « The study of mixed languages », The mixed language debate. Theorical and empirical advances, Y. Matras. et P. Bakker éd., Berlin, Mouton de Gruyter, p. 1-20.

MAUTHNER Fritz, 1907, Die Sprache, Francfort-sur-le-Main, Literarische Anstalt Rütten und Loening [traduction française Le langage, Paris, Bartillat, 2012, traduit et préfacé par Jacques Le Rider].

MEILLET Antoine, 1928 [1918], Les langues dans l’Europe nouvelle, Paris, Payot.

MONDADA Lorenza, 2000, « La compétence de catégorisation : procédés situés de catégorisation des ressources linguistiques », La notion de contact de langues en didactique, P. Martinez et S. Pekarek Doehler éd., Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions, p. 81-102.

MORANTE Daniele, 2007, « Le risorgimento italien comme révolution des italophones », Variations au cœur et aux marges de la sociolinguistique, P. Lambert, A. Millet, M. Rispail et C. Trimaille éd., Paris, L’Harmattan, p. 65-74.

MOUGIN Sylvie, 1991, « La conscience linguistique en Lorraine romane », Les Français et leurs langues, J.-C. Bouvier dir., Aix-en-Provence, Marseille, Publications de l’université de Provence, p. 85-98.

MUFWENE Salikoko, 2003, « Préface », La créolisation : théorie, applications, implications, R. Chaudenson, Paris, Institut de la francophonie, L’Harmattan, p. 7-28.

 —, 2005, Créoles, écologie sociale, évolution linguistique, Paris, L’Harmattan.

MULJAČIĆ Žarko, 1983, « L’enseignement de Heinz Kloss (modifications, implications, perspectives) », Langages, no 86, 53-63.

MUYSKENS Peter, 2000, Bilingual speech. A typology of code-mixing, Cambridge, Cambridge University Press.

NICOLAÏ Robert, 2003, « Contact et genèse : ouverture et perspectives : pour un “Nouveau Programme” de recherche sur l’évolution des langues », Proceedings, XVIIth International Congress of Linguists, Prague, 24-29 juillet 2003. En ligne : http://www.unice.fr/ChaireIUF-Nicolai/TextesRN/CIL17%20_RNicolai_%20fin.pdf

NIEDZIELSKI Nancy et PRESTON Dennis, 2000, Folk linguistics, Berlin, New York, De Gruyter.

PAVEAU Marie-Anne, 2007, « Les normes perceptives de la linguistique populaire », Langage et société, no 121, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 93-109.

PRESTON Dennis, 1999 éd., Handbook of perceptual dialectology, vol. I, Amsterdam, Philadelphie, John Benjamins.

 —, 2002, « Language with an attitude », The handbook of language variation and change, J. K. Chambers, P.Trudgill et N. Schilling-Estes éd., Malden, Oxford, Basil Blackwell, p. 40-66.

POUTIGNAT Philippe et STREIFF-FÉNART Jocelyne, 1995, Théories de l’ethnicité, suivi de F. Barth, Les groupes ethniques et leurs frontières, Paris, Presses universitaires de France.

REY-DEBOVE Josette, 1978, Le métalangage : étude du discours sur le langage, Paris, Armand Colin.

ROBILLARD Didier de, 2000, « Interlopes interlectes. Catégorisations empiriques, catégorisations scientifiques, catégorisations didactiques », La notion de contact de langues en didactique, P. Martinez et S. Pekarek-Doelher coord., Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions, « Notions en questions », p. 52-79.

 —, 2001, « En lizje kokê patat ên lizje vej gardjê ? La linguistique peut-elle passer “entre les langues ” ? Exemples de contacts français / créoles à la Réunion », Cahiers d’études africaines, no 163-164, p. 465-496. En ligne : http://etudesafricaines.revues.org/105 (5 novembre 2012).

ROSCH Eleanor et LLOYD Barbara B. éd., 1978, Cognition and categorization, Hillsdale (New Jersey), Lawrence Erlbaum Associates.

RUHLEN Merritt, 1997 [1994], L’origine des langues, Paris, Belin.

SCHÜLE Rose-Claire, 1971, « Comment meurt un patois », Actes du colloque de dialectologie francoprovençale, Neuchâtel, 23-27 septembre 1969, Z. Marzys et F. Voillat éd., Neuchâtel, Faculté des lettres, Genève, Droz, p. 195-215.

SAILLARD Claire, 2000, « Nommer les langues en situation de plurilinguisme, ou la revendication d’un statut (le cas de Taiwan) », Langage et société, no 91, p. 35-57.

SÉRIOT Patrick, 1997, « Faut-il que les langues aient un nom ? Le cas du macédonien », Le nom des langues. Tome I, Les enjeux de la nomination des langues, A. Tabouret-Keller éd., Louvain-la-Neuve, Peeters, « Bibliothèque des Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, no 95 », p. 167-190.

 —, 1998, « De linguarum affinitatibus », Mélanges offerts à Mortéza Mahmoudian, no 11, t. II des Cahiers de l’ILSL, p. 325-348.

TABOURET-KELLER Andrée éd., 1997, Le nom des langues. Tome I, Les enjeux de la nomination des langues, Louvain-la-Neuve, Peeters, « Bibliothèque des Cahiers de l’Institut de linguistique de Louvain, no 95 ».

 —, 2008, « Langues en contact : l’expression contact comme révélatrice de la dynamique des langues. Persistance et intérêt de la métaphore », Journal of language contact – Thema II, p. 7-18. En ligne : https://doi.org/10.1163/000000008792525219

TAJFEL Henri et WILKES A. L., 1963, « Classification and quantitative judgment », British journal of psychology, no 54 (2), p. 101-114.

THOUARD Denis, 2001, « Humboldt, Abel-Remusat et le chinois : du mystère au savoir », Texto !, juin 2001. En ligne : http://www.revue-texto.net/Inedits/Thouard_Humboldt.html (15 avril 2008).

TRUDGILL Peter, 1972, « Sex, covert prestige and linguistic change in the urban British English of Norwich », Language in society, no 1, p. 179-95.

 —, 2004, « Ausbau et Abstand : la sociolinguistique des minorités linguistiques », Des langues collatérales. Problèmes linguistiques, sociolinguistiques et glottopolitiques de la proximité linguistique, vol. I, J.-M. Eloy dir., Paris, L’Harmattan, p. 69-76.

WALD Paul, 1987, « La langue maternelle produit de catégorisation sociale », France pays multilingue. Tome I, Les langues en France, un enjeu historique et social, G. Vermès et J. Boutet dir., Paris, L’Harmattan, p. 106-124.

WEINREICH Uriel, 1974 [1953], Languages in contact. Findings and problems, La Haye, Mouton.

WILTON Antje et STEGU Martin éd., 2011, Applied folk linguistics, vol. XXIV de l’AILA Review.

Notes

1  Le fait que les langues soient à la fois objets et ressources de catégorisation induit une réflexivité : voir entre autres les études sur le métalangage, Rey-Debove, 1978 ou, plus spécifiquement en sociolinguistique, Jaworski, Coupland et Galasinski, 2004. Nous ne nous intéresserons pas ici au rôle central des langues dans tout processus de catégorisation (voir par exemple les nombreux travaux en ethnolinguistique, et de façon emblématique, ceux sur la catégorisation des couleurs, Berlin et Kay, 1969.

2  Mais aussi par les linguistes : voir le sous-titre des Essais de linguistique de Calvet (2004) : La langue est-elle une invention des linguistes ?

3 L’usage que nous faisons de polynomique ne retient de la définition princeps de Marcellesi (1984, p. 314) que le « caractère abstrait de l’unité de toute langue », mais n’implique pas l’intertolérance des locuteurs qui reconnaissent plusieurs modalités d’existence d’une langue, sans hiérarchisation ou spécialisation fonctionnelle.

4  Au sens de Robillard (2000, p. 55 et 77) pour qui « ce terme est sans doute le plus neutre que l’on puisse trouver à utiliser dans cette perspective qui étudie les processus de catégorisation, où il importe de ne pas prendre parti prématurément ». Dans ce cas, « lecte » désigne un ensemble de variantes apparaissant conjointement dans une variété parlée ou écrite.

5  Même s’il affirme avec force le principe de l’omniprésence des contacts, l’auteur n’ignore ni ne nie que les langues aient pu évoluer sous l’influence décisive de facteurs internes, et récuse une telle application généralisée du terme créole à toutes les langues.

6  Laffite Jean et Pépin Guilhem, 2008, « Les domaines d’oc, si et oïl selon Dante », L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, Trésor de la langue française au Québec, université Laval. En ligne : http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/monde/Dante-oil-oc-si.htm (8 mars 2012).

7  Bopp Franz, 1833, Vergleichende Grammatik des Sanskrit, Zend, Griechischen, Lateinischen, Litthauischen, Gothischen und Deutschen (Grammaire comparée du sanscrit, zend (avestique), grec, latin, lituanien, gothique et allemand), Berlin, Drückerei der königlichen Akademie der Wissenschaft. En ligne : www.archive.org (5 novembre 2012).

8  Jacques Leclerc, 2008, « La Réunion », L’aménagement linguistique dans le monde, Québec, TLFQ, université Laval. En ligne : http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/afrique/reunion.htm (1er janvier 2010).

9  Schüle (1971, p. 207), par exemple, dans un article sur la situation linguistique de Nendaz (Valais, Suisse) dans les années 1960, parle d’un « étouffement du patois » et d’une « mainmise du français sur le parler local, qui aboutit à un réel abâtardissement du patois ».

10  Voir à ce sujet Canut (2007) et Eloy (1995).

11  Fils d’immigrés norvégiens, professeur de langues scandinaves aux États-Unis, Haugen participe aux conflits idéologiques autour du bokmål et du nynorsk en Norvège et peut être considéré comme l’un des fondateurs du domaine de l’aménagement linguistique moderne (language planning).

12  Kloss était déjà à l’origine, en 1929, de la notion de Nebensprache, ou « langues voisines ». Eloy (2004, p. 13) souligne la modernité de cette catégorie en raison de la fonctionnalisation de la proximité géographique dans une perspective qui pourrait, selon lui, être aujourd’hui considérée comme « aménagementiste ».

13  Autant et peut-être plus qu’à l’astronomie ou à l’astrophysique, ce terme peut être interprété comme une référence à la situation politique des pays de l’Est satellisés par l’URSS.

14  On parle plutôt de folk-linguistics (Hoenigswald, 1966 ; Preston, 1999 ; Long et Preston éd., 2002 ; Niedzielski et Preston, 2000 ; Wilton et Stegu, 2011) ou de language attitude en domaine non francophone ; d’analyse des représentations ou encore des « imaginaires des langues » (Branca-Rosoff, 1996, p. 79) et de dialectologie perceptive ou perceptuelle (voir entre autres Paveau, 2007) dans la recherche francophone.

15  Pour une présentation et une revue de critiques de cette méthode, voir Lafontaine (1986) et Laur (2008).

16  Voir les travaux présentés dans la série Le nom des langues (Tabouret-Keller, 1997 ; Adamou, 2008 ; de Féral, 2009), ainsi que les dix aphorismes de Laurendeau (1994).

17  Ce type de considération rejoint les positions développées en anthropologie par Barth (1969). Voir dans Poutignat et Streiff-Fénart (1995) ou encore Amselle (1999).

18  Nous ne discuterons pas ici le classement de formes linguistiques de contact ou marques transcodiques (Del Coso et al., 1985) dans les catégories telles que emprunts, alternance codique, mélange de langue, interférence, calque. Voir, ici même, « Alternances et mélanges codiques ».

19  Voir, ici même, « Interlecte » et « Continuum ».

20  En ligne : http://www.astro.gla.ac.uk/users/rejean/acadian.html (8 mars 2012).

21  Jacques Leclerc, « Mitchif », L’aménagement linguistique dans le monde, en ligne : http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/amnord/mitchif.htm (12 octobre 2012).

22  En ligne : http://www.ethnologue.com/family_index.asp (8 mars 2012).

23  Voir la notion de fused lect proposée par Auer (1999).

24  Ainsi, les positions relatives des différents ensembles d’éléments ne sont pas significatives, en termes d’antériorité, d’influence mutuelle. Nous n’y avons pas introduit de flèches pour ne pas en complexifier la lecture.

25  La traduction en français du livre de Mauthner (1907), qui met les phénomènes de calques et de traduction au centre de sa théorie du langage, est réalisée cent ans après sa parution. Cette sortie tardive de l’oubli montre bien l’intérêt actuel pour les phénomènes de contact comme moteur du changement.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Ébauche de schéma synthétique des processus de catégorisation en situation de contact des langues
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/12414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 514k

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search