Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Bakounine jeune hégélien

 | 
Jean-Christophe Angaut

De la théorie à la pratique : sortir de la philosophie

Volltext

La sortie de la philosophie

  • 1  Bruno Bauer, La Trompette du Jugement Dernier contre Hegel, l’athée et l’antéchrist, un ultimatum, (...)

1De cette sortie de la philosophie, c’est Hegel qui tient l’orée. Pour Bakounine, Hegel n’est pas le révolutionnaire avançant masqué que célèbre anonymement Bruno Bauer sous couvert de le dénoncer. La Trompette du Jugement Dernier… ne craignait pas de lancer : « il faut le dire avec franchise : Hegel était un plus grand révolutionnaire que tous ses élèves pris ensemble. C’est à lui qu’il faut appliquer la hache, c’est lui qu’il faut abattre ! »1 Et Bauer ajoutait :

La clique des Jeunes Hégéliens aimerait bien nous avancer que Hegel s’est absorbé dans la seule considération de la théorie et n’a jamais pensé à prolonger la théorie en praxis. Comme si Hegel n’avait pas attaqué d’une fureur infernale la religion, comme si il n’était pas parti en guerre contre l’ordre existant. Sa théorie était en elle-même praxis et c’est pourquoi elle était la plus dangereuse, la plus vaste et la plus destructrice. Elle était la révolution même. (p. 104-105)

2Or pour Bakounine, la philosophie de Hegel est davantage le symptôme d’une période ravagée par « la maladie de la réflexion » qu’elle ne constitue elle-même un acte révolutionnaire. Car c’est bien l’aboutissement des propos tenus par Bauer que de considérer la théorie comme révolutionnaire, au sens où il suffirait d’être radical en théorie pour en même temps l’être en pratique. Pour Bakounine, non seulement Hegel n’est pas allé jusqu’à la pratique, mais il aurait pu « prolonger la théorie » à loisir qu’il n’aurait de toute façon jamais rejoint la praxis. Le grand mérite de Hegel est d’avoir pu indiquer la porte de sortie de la philosophie, c’est-à-dire sa limite, et d’avoir postulé par là même l’existence d’un au-delà de la théorie dans la pratique.

3Cette position de rupture détermine une prise de distance très nette de Bakounine avec le reste de la gauche hégélienne, en particulier avec Feuerbach. Celui-ci publie en effet, en janvier 1843, un article dans le cadre d’un ouvrage coordonné par Ruge, article qui provoque une vive réaction de Bakounine :

  • 2  « Lettre à Ruge, 19 janvier 1843 », p. 139.

Un seul article m’a beaucoup déplu, celui de Feuerbach ; c’est une réfutation dogmatique du dogmatisme. […] Il finit par dire […] : quand la philosophie parviendra à une affinité plus intime avec la science de la nature, alors le monde sera inconditionnellement sauvé. Ces recettes théoriques de salut sont tellement risibles, et il faut vraiment avoir une grande capacité à s’abstraire de la réalité pour s’en amuser, dans notre pauvre présent qui réclame de la pratique [in unserer armen, praxisbedürfenden Gegenwart]. […] Son article est un mauvais article, un article dénué d’être, c’est-à-dire un article simplement théorique, sans effet. C’est encore une tentative pour sauver la théorie, laquelle doit pourtant dans sa totalité abdiquer d’elle-même ; c’est bien là son unique salut. La pratique à l’intérieur de la théorie, voilà la plus grande contradiction.2

  • 3  « En ce qui concerne l’Allemagne, la critique de la religion est pour l’essentiel terminée, et la (...)

4S’esquisse ainsi à partir de « La Réaction en Allemagne » la ligne de fracture qui fera exploser le courant des jeunes hégéliens entre ceux qui, tentant de maintenir coûte que coûte la philosophie comme terrain de luttes, finiront par renoncer à toute lutte (Feuerbach, Bauer, Stirner et dans une moindre mesure Ruge), et ceux qui, poursuivant leur combat politique, sembleront au moins temporairement s’écarter de la philosophie. La position problématique de Marx dans cette distinction schématique est féconde pour comprendre celle de Bakounine. Au tournant des années 1843-1844, Marx proclame en effet sa volonté de réaliser la philosophie, celle-ci ayant selon lui mené à bien sa première fonction, la critique de la religion3. Cette proclamation est solidaire de la découverte par Marx de la question sociale et de la désignation du prolétariat comme « dissolution de la société réalisée dans un état particulier » (p. 211). Or cette découverte du rôle historique du prolétariat va de pair avec une nouvelle exigence à l’égard de la philosophie : « la philosophie ne peut se réaliser sans abolir le prolétariat, le prolétariat ne peut s’abolir sans réaliser la philosophie. » (p. 212)

5Chez Bakounine, la question d’une sortie de la philosophie, esquissée dans « La Réaction en Allemagne », reçoit son traitement le plus complet dans un article sur « Le communisme » écrit pour le Schweizerischer Republikaner de Zurich en juin 1843. Il faut donc attendre que la pratique, encore appelée sur un mode incantatoire dans l’article de 1842, soit déterminée par la rencontre avec le communisme de Weitling pour que la question des rapports avec la philosophie soit définitivement clarifiée. Dans l’article de juin 1843, Bakounine estime :

  • 4  « Le communisme », p. 154 (souligné par l’auteur), traduction personnelle (voir en annexe). Quelqu (...)

C’est le point commun de la philosophie avec le communisme ; les deux font effort pour la libération des hommes ; mais là commence aussi leur différence essentielle ; selon son essence, la philosophie est seulement théorique, elle se meut et se développe uniquement à l’intérieur de la connaissance, le communisme en revanche est, sous sa figure actuelle, seulement pratique.4

6Et plus loin :

  • 5  Souligné par l’auteur. Dans cet article, Bakounine semble partager avec Marx l’idée selon laquelle (...)

Sans doute la pensée et l’action [die Tat], la vérité et l’éthicité [Sittlichkeit], la théorie et la praxis sont-elles en dernière instance une seule et même essence inséparable ; sans doute le plus grand mérite de la philosophie moderne consiste-t-il à avoir conçu et connu cette unité, mais avec cette connaissance elle parvient à une limite [Grenzen], une limite qu’elle ne peut franchir en tant que philosophie, car au-delà de cette limite commence une essence plus élevée qu’elle – la communauté effective des hommes libres, animée par l’amour et née de l’essence divine de l’égalité originelle –, sa réalisation de ce côté qui constitue la propre essence du christianisme, le véritable communisme. (p. 48-49)5

  • 6  Voir sur ce point les analyses de Jacques Colette, Kierkegaard et la non-philosophie, chap. 9, « A (...)
  • 7  Georges Labica, Le statut marxiste de la philosophie, p. 78.

7Qu’il s’agisse de la prise en compte du non-philosophique par Kierkegaard6, de l’exigence chez Marx d’une réalisation de la philosophie ou de la position chez Bakounine de limites propres à la philosophie, la question d’une sortie de la philosophie apparaît comme caractéristique d’un moment précis de l’histoire de la philosophie et il n’y a aucune raison pour en restreindre la validité au seul Marx. C’est pourtant à propos de ce dernier que cette question a fait l’objet du traitement le plus approfondi, en particulier dans le travail de Georges Labica sur Le statut marxiste de la philosophie. À propos de la thèse de doctorat de Marx sur Démocrite et Épicure, Georges Labica insiste sur la « dialectique théorie-pratique qui se fait reconnaître, au cœur même de la théorie, comme l’expérience de sa limite », Marx ayant alors à choisir entre la voie sans issue de la gauche hégélienne, qui se heurte à cette limite, et une sortie de la philosophie « dont Hegel tient l’orée »7. Ce qu’écrit ici Georges Labica de Marx et de son rapport à Hegel pourrait aussi bien s’appliquer à Bakounine. « La Réaction en Allemagne » fait en effet de Hegel

  • 8  « La Réaction en Allemagne », p. 123.

le plus haut sommet de notre culture moderne envisagée d’un point de vue exclusivement théorique ; mais […] en tant qu’il est ce sommet, il a déjà dépassé la théorie – à vrai dire d’abord encore à l’intérieur de la théorie elle-même – et a postulé un nouveau monde pratique, un monde qui ne s’accomplit en aucune manière par une application formelle et une diffusion de théories toutes prêtes, mais seulement par un acte originel de l’Esprit pratique autonome.8

  • 9  Auguste Cornu donne de cette lettre une citation légèrement différente dans Karl Marx et Friedrich (...)
  • 10  « Lettre à Ruge, mai 1843 », p. 146.

8Toutefois, cette proximité est négligée par Georges Labica lorsque, suivant l’opinion d’Auguste Cornu, il place le Russe sur le même plan que Ruge et Feuerbach parmi ceux qui cherchent la Rédemption dans la philosophie. Peut-on soutenir à la lecture des textes de Bakounine que leur spécificité à l’endroit de ceux de Marx consiste en un « retour […] à la source philosophique et son évocation passionnée », ou encore en la prise en compte du retard de l’Allemagne sur un plan exclusivement philosophique ? La « Lettre à Arnold Ruge » de mai 1843, que Georges Labica cite d’après Cornu, est certes une exhortation à « corriger notre orgueil métaphysique » et à « prendre possession de notre époque avec nos propres idées »9, mais c’est là pour Bakounine se mettre à l’école de la France et non frayer la voie allemande. La suite de la lettre est d’ailleurs un appel à aller au peuple, la métaphysique allemande n’ayant pas encore compris « qu’elle est abandonnée sur la sombre et solitaire hauteur et n’est en sûreté qu’au cœur du peuple »10.

  • 11  C’est ce qui ressort notamment du manuscrit de 1843 sur la philosophie du droit de Hegel.

9S’agissant de Marx, la question d’une sortie de la philosophie a pu être posée dans la lignée d’Engels dont le texte de 1886 traduit sous le titre de Ludwig Feuerbach ou la fin de la philosophie classique allemande évoque en fait une sortie (Ausgang) de la philosophie. Mais avant d’affirmer que cette question ne se pose que chez Marx, peut-être faudrait-il se demander si ce modèle d’une sortie de la philosophie s’applique réellement à ce que Marx a en vue dans sa période de radicalisation politique. Au tournant des années 1843-1844, Marx parle bien de donner toute son envergure à la philosophie, de la réaliser concrètement dans une lutte pour l’émancipation du prolétariat, mais jamais des limites de la connaissance philosophique ou de la philosophie comme connaissance, ni à plus forte raison d’une sortie de la philosophie. Comme le note Georges Labica, ce qui intéresse alors Marx, c’est le rapport entre la philosophie et le monde, la manière dont la philosophie produit un effet de monde11, alors que Bakounine s’oriente vers une conception plus restrictive de la philosophie, qui l’amène à envisager celle de Hegel comme la limite au-delà de laquelle elle s’abroge dans la pratique. C’est chez Bakounine que les deux concepts connexes de limites et de sortie de la philosophie trouvent leur sens plein avec la reconnaissance par la philosophie du monde de la pratique comme un au-delà qu’elle ne saurait régir. En reconnaissant ce qu’est « la véritable communauté des hommes libres », la philosophie nous indique elle-même la porte de sortie de la philosophie ; elle s’offre comme un champ qui est délimité sans être clos. Se situer aux limites de la philosophie, c’est préparer sa sortie.

Démocratie, socialisme et communisme

10Pour tenter une sortie, encore faut-il que celle-ci ne s’apparente pas à un saut dans le vide. Autant « La Réaction en Allemagne » se montre prolixe quand il s’agit d’évoquer le conflit entre Réaction et Révolution et le triomphe nécessaire de cette dernière, autant elle est plus discrète sur les perspectives d’action concrètes. En quoi l’article de Bakounine définit-il autre chose qu’une radicalité de position ? Pour le dire autrement, en quoi consiste cette liberté qui n’est plus exclusivement théorique ? La discrétion de Bakounine à ce propos tiendrait-elle à un souci de préserver l’autonomie de la pratique ?

  • 12  « La Réaction en Allemagne », p. 114.

11Que l’adhésion de Bakounine au camp de la Révolution soit d’abord une prise de position, cela ne fait guère de doute. C’est le mot d’ordre démocratique qui correspond à ce positionnement initial. Il est d’ailleurs symptomatique que « La Réaction en Allemagne » parle beaucoup de parti et de principe démocratique, mais pas de démocratie : le mot apparaît une seule fois, pour signifier que « la démocratie est une religion »12. Ce désintérêt complet pour la démocratie comme régime politique (dont témoigne également l’absence de toute discussion sur les Principes de la philosophie du droit de Hegel), et corrélativement l’intérêt exclusif pour le parti démocratique suggère que Bakounine est bien plus attiré par la revendication d’émancipation intégrale qui passe à travers la cause démocratique que par la démocratie elle-même. Lui-même nous l’indique lorsqu’il explique que « le démocratisme n’existe pas encore comme lui-même, dans sa richesse affirmative » (p. 115). En 1842, Bakounine n’est pas plus démocrate qu’il n’est anarchiste, il est un révolutionnaire qui considère avant tout la puissance négative que porte en elle la revendication démocratique. La pratique sur laquelle ouvre la fin de son article reste indéterminable, et Bakounine ne peut qu’inciter ses lecteurs à faire « confiance à l’Esprit éternel qui ne détruit et n’anéantit que parce qu’il est la source insondable et éternellement créatrice de toute vie » (p. 136).

12« La Réaction en Allemagne » suggère toutefois des motifs de confiance et d’espoir plus solides que ces raisons métaphysiques. La mention à la fin du texte de ces « associations à la fois socialistes et religieuses qui, entièrement étrangères au monde politique actuel, puisent leur vie à de nouvelles sources qui nous sont entièrement inconnues » pousse à s’interroger sur la connaissance que Bakounine pouvait avoir des idées socialistes au moment où il rédigea son article. Dans la Confession, Bakounine affirme avoir appris l’existence du socialisme par l’ouvrage de Lorenz von Stein, Der Socialismus und Communismus des heutigen Frankreichs, ein Beitrag zur Zeitgeschichte. Seulement, la parution de cette étude, commandée à son auteur par le gouvernement prussien et qui allait devenir pour les Allemands la principale source d’information sur le socialisme, est postérieure de quelques mois à la rédaction de l’article pour les Annales allemandes. Dans la mesure où Bakounine détaille aussi peu ses convictions socialistes que ses revendications démocratiques, on en est réduit à supposer que sa connaissance du socialisme, à l’été 1842, devait être très lointaine.

13Plusieurs aspects de son article font cependant songer que Bakounine avait en tête des éléments de doctrine saint-simonienne : l’insistance sur la privation de propriété et d’éducation, l’idée d’une hérédité de la misère, la nature religieuse et même ecclésiale de la société future, elle-même envisagée comme unité harmonique, la vision de l’histoire comme alternance de périodes organiques et de périodes critiques sont autant de points de doctrine saint-simonienne que Bakounine semble reprendre à son compte. Par contre, il en néglige des aspects importants, notamment l’attachement des saint-simoniens à une évolution progressive des sociétés, corrélatif de leur intérêt pour les sciences positives, qui est contredit chez Bakounine par l’adoption d’une perspective résolument révolutionnaire (qui s’adosse à une conception dialectique du devenir historique) et par le postulat d’une hétérogénéité entre théorie et pratique.

  • 13  Lettre du 6 novembre 1842 à Pavel : « ce matin, j’ai commencé à travailler en lisant Stein. »
  • 14  Contrairement à ce qu’affirmera la Confession quelques années plus tard, l’article de Bakounine n’ (...)
  • 15  Lettre du 19 janvier 1843 à Arnold Ruge dans laquelle, après avoir résumé les forces et les faible (...)

14En revanche, une fois posé, dans « La Réaction en Allemagne », le cadre formel d’une sortie de la théorie vers la pratique, Bakounine s’est littéralement plongé dans tout ce qui concernait les mouvements socialiste et communiste. La correspondance13 atteste qu’il s’est précipité sur l’ouvrage de Stein (Der Sozialismus und Kommunismus des heutigen Frankreich) dès sa sortie. Et très vite, il ne se contente plus d’une connaissance de seconde main et entend prendre contact directement avec des représentants de cette mouvance. À la fin de l’année 1842, Bakounine commence à craindre que la parution de son article ne lui attire les foudres de l’ambassade russe en Saxe et part pour la Suisse. Quelques semaines plus tard, comme une confirmation de ses craintes, la parution du journal de Ruge est suspendue14. En Suisse, Bakounine prend connaissance de l’ouvrage du communiste allemand Wilhelm Weitling, Garantien der Harmonie und Freiheit (Garanties de la liberté et de l’harmonie), qu’il lit avec passion tout en en reconnaissant les limites15. La rencontre avec le communisme par le biais de Weitling donne lieu à l’article de juin 1843 pour le Schweizerischer Republikaner de Zurich sur « Le communisme ».

15Cet article fournit au cadre formel défini par « La Réaction en Allemagne » son contenu matériel. Il donne un corrélat objectif aux appels encore incantatoires que ce dernier écrit contenait. Rédigé en réaction à un article du Christlicher Beobachter (L’Observateur chrétien) de Zurich qui accusait les radicaux, et leur organe de presse le Schweizerischer Republikaner, d’être un foyer d’agitation communiste, l’article sur « Le communisme » commence par dissocier la cause des radicaux de la cause des communistes. Reconnaissant que le communisme constitue bien un phénomène dangereux, Bakounine ajoute aussitôt qu’il ne l’est que parce qu’il contient une vérité relative et trouve sa justification dans l’état de la société. Dès lors, le plus grand danger pour l’État serait de réprimer le communisme au lieu de chercher à satisfaire ses revendications légitimes. Pour Bakounine, cette répression mènerait l’État à sa perte. Dès la première page de son article, Bakounine affirme son désaccord avec le communisme de Weitlting :

  • 16  « Le communisme », p. 150.

Ce ne serait pas une société libre, pas une société effective, vivante, d’hommes libres, mais une contrainte insupportable, un troupeau rassemblé par la force de bêtes qui n’auraient en vue que ce qui est matériel et ne sauraient rien de ce qui est spirituel et de toutes les hautes jouissances de l’esprit.16

16Mais Bakounine reconnaît le caractère légitime des revendications communistes et explique par cette légitimité l’attrait qu’elles exercent sur le peuple. En somme, à l’instar du parti du négatif dans « La Réaction en Allemagne », les communistes tirent leur puissance et leur légitimité d’un principe qui les dépasse et dont ils ne sont pas pleinement conscients : « Les communistes eux-mêmes ne conçoivent pas cette puissance invisible qui les pousse ; – ce n’est qu’en elle et que par elle qu’ils sont quelque chose, et hors d’elle ils ne sont rien. » (p. 151) Et Bakounine termine la première livraison de son article en insistant sur le fait que le communisme est désormais une question mondiale.

17Dans la deuxième livraison, Bakounine revient sur l’accusation de collusion entre la philosophie allemande, le radicalisme politique et le communisme, le Christlicher Beobachter ayant estimé que le radicalisme n’était que le prolongement de la philosophie allemande et que le communisme en était l’explicitation sociale. Après avoir rapidement défendu le radicalisme, Bakounine se lance dans un parallèle entre philosophie et communisme, qui sont deux expressions, théorique et pratique, de l’esprit moderne, ce qui reconduit les rapports entre théorie et pratique ébauchés dans « La Réaction en Allemagne » et semble indiquer en outre que la véritable dichotomie se situe davantage entre philosophie et communisme qu’entre philosophie et radicalisme. La philosophie a bien eu des conséquences pratiques, la Révolution française ayant permis de délivrer le peuple de l’esclavage intellectuel que faisait peser sur lui la religion. Mais son effectivité s’arrête là, car au-delà commence la sphère de la pratique proprement dite, celle du communisme véritable (implicitement distingué de celui de Weitling) comme réalisation sur Terre du christianisme véritable. Cette association entre communisme et christianisme fait écho au devoir qui était fait au parti du négatif de pratiquer l’amour, cette essence du christianisme, jusque dans les combats les plus brûlants avec ses adversaires.

  • 17  En 1847, le Manifeste du parti communiste parlera du communisme comme d’un spectre qui hante l’Eur (...)

18L’accusation portée contre le Schweizerischer Republikaner était aussi une accusation d’antipatriotisme. En répondant à cette accusation, Bakounine en vient, après avoir protesté des convictions patriotiques du journal, d’une part à caractériser l’antipatriotisme de Weitling comme un moment négatif inévitable, d’autre part à distinguer le cosmopolitisme froid et abstrait qui fut celui des Lumières et le cosmopolitisme vivant qui est celui des communistes. L’attitude des communistes à l’égard du patriotisme s’explique de la même manière que le rejet de l’art par les premiers chrétiens. Dans la dernière page de son article, Bakounine approfondit ce parallèle entre le premier christianisme et le communisme, ce qui semble indiquer qu’il voit ce dernier jouer un rôle analogue dans l’édification d’un monde nouveau. Rejetant l’idée selon laquelle le communisme ne serait qu’un spectre17 en faisant valoir son origine populaire, Bakounine insiste sur la fidélité de Weitling au christianisme, sur le caractère antichrétien de la politique suivie par les États européens et sur le fait que ces deniers ne peuvent désormais être animés que par la religion de la démocratie, laquelle naît du communisme. En somme, Bakounine estime avoir trouvé, même si c’est encore sous une forme imparfaite, le corrélat pratique à la religion de la liberté qu’il postulait simplement dans son article pour les Annales allemandes. Et l’article se conclut en donnant raison à Weitling de vouloir détruire les gouvernements existants, car en s’appuyant sur la nationalité, ceux-ci sont contre l’amour et il faut détruire ce qui s’oppose à l’amour.

19On ne peut toutefois s’en tenir à cette éviction pure et simple de la théorie qui rendrait la révolution muette. Dans la lettre à Ruge du 19 janvier 1843, Bakounine suggère en effet, à partir de sa lecture de Weitling, qu’il pourrait exister une théorie qui serait l’expression d’une pratique. Des Garantien der Harmonie und Freiheit (Garanties de la liberté et de l’harmonie), Bakounine écrit en effet :

C’est vraiment un ouvrage remarquable ; la deuxième partie, la partie organique, souffre certes d’une construction unilatérale et arbitraire, mais la première, la critique de la situation présente, est vivante et souvent vraie et profonde. On sent qu’elle est écrite à partir d’une conscience pratique du présent. Même les constructions théoriques sont intéressantes, dans la mesure où elles ne sont pas des productions d’une théorie savante et oiseuse mais une expression d’une nouvelle pratique qui cherche à s’élever à la conscience. Quand on lit le livre, on sent que ce Weitling exprime ce qu’il ressent et ce qu’il pense et doit penser dans sa condition, en tant que prolétaire. Et c’est ce qui est si intéressant, et même pourrait-on dire ce qu’il y a de plus intéressant à notre époque.

20Rétrospectivement, on comprend que « La Réaction en Allemagne », article rédigé à l’attention des philosophes et les conjurant de congédier la théorie, de suivre la voie hégélienne qui en indique la sortie, ne signifie pas que la pratique sera désormais coupée de toute forme de théorie. Au contraire, celle-ci doit donner naissance à une nouvelle forme de théorie, qui n’est rien d’autre que cette pratique amenée à la conscience. La réappropriation par « La Réaction en Allemagne » du lexique hégélien de la réflexion comme déformation dans la conscience des réactionnaires du point de vue sur l’opposition, d’une part, et la suggestion en 1843 d’une théorie qui serait l’expression de la pratique, d’autre part, constituent les deux éléments d’une esquisse de théorie de l’idéologie chez le jeune Bakounine. Mais cette esquisse se trouve placée au second plan par rapport à l’exigence qui s’impose à Bakounine de penser son propre parcours de jeune hégélien tentant de se déprendre de la métaphysique pour livrer dans la pratique un combat effectif.

Anmerkungen

1  Bruno Bauer, La Trompette du Jugement Dernier contre Hegel, l’athée et l’antéchrist, un ultimatum, p. 104.

2  « Lettre à Ruge, 19 janvier 1843 », p. 139.

3  « En ce qui concerne l’Allemagne, la critique de la religion est pour l’essentiel terminée, et la critique de la religion est la condition préliminaire de toute critique. » (« Introduction », Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel, dans Critique du droit politique hégélien, p. 197).

4  « Le communisme », p. 154 (souligné par l’auteur), traduction personnelle (voir en annexe). Quelques extraits de cet article ont été traduits par Jean Barrué dans l’édition française de Fritz Brupbacher, Bakounine ou le démon de la révolte.

5  Souligné par l’auteur. Dans cet article, Bakounine semble partager avec Marx l’idée selon laquelle la tâche de la philosophie est essentiellement antireligieuse, celle-ci devant en effet mener une « lutte à mort contre tous les préjugés » qui maintiennent le peuple en « esclavage intellectuel » (p. 48-49).

6  Voir sur ce point les analyses de Jacques Colette, Kierkegaard et la non-philosophie, chap. 9, « Antiphilosophie et non-philosophie ».

7  Georges Labica, Le statut marxiste de la philosophie, p. 78.

8  « La Réaction en Allemagne », p. 123.

9  Auguste Cornu donne de cette lettre une citation légèrement différente dans Karl Marx et Friedrich Engels, t. II, p. 240-241 : « il nous faut rattraper ce retard, nous défaire de notre orgueil métaphysique […] conquérir notre époque par nos pensées. » Dans une étude publiée en annexe à Fritz Brupbacher, Bakounine ou le démon de la révolte, Jean Barrué fournit la traduction intégrale de cette lettre. Je fournis une autre traduction de cette lettre en annexe.

10  « Lettre à Ruge, mai 1843 », p. 146.

11  C’est ce qui ressort notamment du manuscrit de 1843 sur la philosophie du droit de Hegel.

12  « La Réaction en Allemagne », p. 114.

13  Lettre du 6 novembre 1842 à Pavel : « ce matin, j’ai commencé à travailler en lisant Stein. »

14  Contrairement à ce qu’affirmera la Confession quelques années plus tard, l’article de Bakounine n’est pas la cause directe de l’interdiction des Annales allemandes.

15  Lettre du 19 janvier 1843 à Arnold Ruge dans laquelle, après avoir résumé les forces et les faiblesses de son communisme, Bakounine lance : « Je veux absolument faire la connaissance de ce Weitling. »

16  « Le communisme », p. 150.

17  En 1847, le Manifeste du parti communiste parlera du communisme comme d’un spectre qui hante l’Europe.

© ENS Éditions, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540