Version classiqueVersion mobile

Sociolinguistique du contact

 | 
Jacky Simonin
, 
Sylvie Wharton

Introduction

Sociolinguistique des contacts de langues. Un domaine en plein essor

Jacky Simonin et Sylvie Wharton

Texte intégral

1Le présent ouvrage est le fruit d’un travail collectif réalisé dans le cadre d’un programme « Langues en contact » initié et financé par la fédération TUL du CNRS (FR 2559) : « Typologie & universaux du langage. Théories, données et modèles. » Nous l’avons organisé sous forme d’entrées de dictionnaire qui couvrent certains phénomènes qui nous semblent parmi les plus importants du contact de langues , sous l’angle sociolinguistique. Le lecteur peut ainsi parcourir l’ensemble à sa guise, ou bien porter son intérêt à l’une ou l’autre des quinze entrées qui composent le volume. Deux séries d’enjeux ont motivé cette initiative. En premier lieu, prendre comme objet les phénomènes sociolinguistiques de contact de langues, c’est dans le même mouvement interroger certaines prémisses qui fondent la linguistique. En second lieu, un tel objet constitue un analyseur des mutations sociétales mondiales, qui ont à voir avec les pratiques sociolangagières. Au-delà, la sociolinguistique des contacts de langues pourrait servir d’espace de débat, de carrefour d’échanges entre les divers courants et les multiples disciplines qui sont concernés.

2C’est pourquoi il nous a semblé que le moment venait d’offrir, à un public francophone, un état de l’art d’un domaine des sciences du langage qui connaît un foisonnement de travaux, dont certains, jugés majeurs, sont dispersés dans la géographie, dans le temps.

La langue : un construit sociohistorique

3La linguistique s’est érigée sur le modèle sociopolitique et cognitif occidental, euro – nord-américain. La Révolution française et les Lumières ont promu la construction de l’État-nation en forgeant une alliance qui fonde plusieurs entités en un alliage d’airain : un territoire , un État, une nation, une culture, une langue . Marqué par la tradition cartésienne, le mentalisme constitue la dimension cognitive de ce modèle : la pensée et la langue sont encapsulées dans l’intrapsychique. Selon le principe de l’universalité, ce modèle bidimensionnel est historiquement devenu dominant, la composante essentielle de la culture d’un peuple et de l’identité de chaque citoyen. L’ombre portée du monolinguisme et du mentalisme ne serait rien d’autre qu’un processus historique d’unification linguistique. Celui-ci s’est alors enclenché lors de la période des empires, internes (austro-hongrois, ottoman et russe) et externes à l’Europe. Sur le continent européen, Anderson (1996) qui s’attarde sur les « communautés imaginées » montre ainsi que l’« imaginaire national » européen s’est historiquement nourri de la reconnaissance officielle des langues vernaculaires communautaires, en faisant de chacune d’elles « la » langue nationale. Hors l’Europe, les empires britanniques, français, néerlandais, portugais, espagnols ont colonisé les peuples selon la même philosophie.

4Prenons à titre d’exemple une situation sociolinguistique africaine, celle du Mozambique que Stroud (2007) décrit, de la période coloniale jusqu’à nos jours. Il observe comment le pouvoir colonial portugais, appuyé par les missionnaires protestants et catholiques, a participé à la construction d’un paysage linguistique devant servir les intérêts économiques et politiques de la métropole « […] en organisant des communautés distinctes et définies en unités identifiables. » Il cite le cas de la langue gwamba construite sur huit branches, à partir d’une carte de variations dialectales, chacune correspondant à un territoire et un dialecte , de telle sorte que les linguistes missionnaires respectent les injonctions du pouvoir colonial visant l’aménagement de l’espace en fonction de la compartimentation raciale. C’est ainsi que les langues ont été construites comme indigènes et locales :

  • 1  « Linguistic descriptions created sociolinguistic hierarchies within and between languages which w (...)

Les descriptions linguistiques créaient des hiérarchies sociolinguistiques au sein et entre les langues qui se voyaient projetées sur des catégories comme la classe, le genre, l’ethnicité et qui légitimaient l’exploitation économique de la force de travail de certains groupes. 1

5La mise en place du shibalo, une organisation administrative fondée sur la différentiation sexuelle (les femmes sont dispensées du travail forcé), se double d’une organisation territoriale, les homelands, lieux de la reproduction sociale et de la domesticité contrôlés par les chefs traditionnels, où l’on pratique les langues africaines tout en se référant au droit coutumier :

  • 2  « This primary economic organization of interrelationship between colonizer and colonized found re (...)

Cette organisation économique de base concernant les interrelations entre le colon et le colonisé trouvait écho dans la division du travail entre les langues ; le portugais était parlé dans les domaines et fonctions officiels, et lié aux idées de modernité et de métropole, alors que les langues africaines étaient réservées aux domaines domestiques et informels, et liées aux idées de tradition et du local. 2

6Cette politique coloniale d’aménagement linguistique ne s’arrête pas à la construction administrative, elle se matérialise aussi dans la production de dictionnaires et de grammaires dont la signification est d’ordre sociocognitif et symbolique, contraignant les langues d’origine à intégrer des univers de sens qui leur étaient jusque-là étrangers.

7La colonisation portugaise du Mozambique illustre bien ce projet politique d’exporter, en l’imposant, le modèle européen – « miroir » de l’État-nation, dirait Stroud – fondé entre autres sur la délimitation nette d’unités territoriales administratives allant de pair avec un monolinguisme « construit » :

  • 3  « Language was an important means for exercising control over people and their relationship ; by p (...)

Le langage était un moyen essentiel d’exercer un contrôle sur les populations et sur leurs relations ; en les projetant sur des aires géographiquement délimitées, mimant ainsi la situation de l’État-nation européen, les descriptions linguistiques rassemblaient certains groupes dans des communautés unifiées de locuteurs tout en en séparant d’autres. 3

8L’univers social des langues a été conçu comme un espace homogène, unifié, fermé, universel. Les communautés aux contours définis et les identités locales ont été considérées sur des primordiae stables (territorialité, parenté, groupe social, culture et langue, communauté fermée). Enfin, la perspective monolingue fait du code une entité mentale interne à l’individu, synonyme de variété de langue. Nous verrons que l’attention davantage portée aujourd’hui aux phénomènes de langues en contact n’échappe que très faiblement à cette inattention quant aux fondations de la linguistique. L’économie politique de la langue apparaît fondée sur deux pivots : le monolinguisme et le mentalisme. Si bien que partiellement battu en brèche par la lente et récente prise en compte du fait multilingue, le paradigme mentaliste / monolingue perdure, devenant le noyau dur de la linguistique.

Le fait multilingue

9L’on peut avancer, à notre connaissance, que les chercheurs qui prennent pour objet les phénomènes de contact de langues , reconnaissent pour la plupart que ce n’est que depuis la fin de la seconde guerre mondiale et à un rythme très lent que ce secteur s’est développé, pour s’intensifier et prendre son essor à la fin du XXe siècle. L’on doit à Weinreich et à Haugen d’avoir impulsé dès 1950 un courant de recherches sur le bilinguisme individuel et sociétal. Parallèlement, c’est le contact entre dialectes et la formation des pidgins et des créoles qui ont retenu l’attention. Une attention élargie ensuite aux phénomènes d’alternance de langues (code-switching ) et d’emprunt , de changement linguistique et de variation , des phénomènes induits par les situations de contact. Lors de cette période s’est ainsi constitué un champ multidisciplinaire ouvert aux aspects sociaux, psychologiques et linguistiques des situations de contact, et qui convoque plusieurs disciplines académiques au premier rang desquelles, la linguistique, la sociolinguistique et la psycholinguistique.

10Dans l’introduction à l’ouvrage collectif qui rend compte de certains des travaux du réseau constitué par l’ESF (European Science Foundation) autour du code-switching , Milroy et Muysken (1995) observent que plusieurs facteurs sont intervenus « pour rendre plus visible et audible un monde moderne multilingue » (p. 1).

11L’expansion de la scolarisation et de l’éducation formelle, la massification de l’immigration, le développement des mass medias et des technologies de l’information et de la communication (TIC), dont Internet, et l’augmentation croissante des communautés bilingues, multisites ou non, « virtuelles » ou non, représentent des mutations macrosociales significatives auxquelles s’ajoutent « la modernisation et la mondialisation des échanges », « le renouveau à grande échelle de la revendication des minorités linguistiques » (ibid., p. 1), avec l’accélération des mouvements religieux et communautaires.

12Les profondes mutations de société en cours qui affectent la planète ne sont pas sans conséquence, loin de là, sur l’économie politique en général, celle des langues en particulier. Ce qui est en cause, c’est ce qui fonde la conception même de la langue à partir de l’idéologie des Lumières qu’Appadurai (1996) raccroche à ce qu’il nomme des « idéoscapes ». Selon lui, les concepts clefs qui ont alors été forgés en Europe et aux États-Unis avaient à l’origine leur cohérence, et donc leur lisibilité. Agrégés au terme majeur de démocratie, les termes de liberté, de droits humains, de représentation, de bien-être social, montraient une logique interne, et permettaient de lier ensemble l’accès à la culture écrite / lettrée, ainsi que le développement des mécanismes de la représentation politique et la formation d’un espace public. Or, on assiste aujourd’hui à une dispersion mondiale de ces termes, lesquels se disloquant perdent de ce fait de leur cohérence. Exposées à l’idéologie des Lumières, les populations de par le monde rencontrent des problèmes sémantiques et pragmatiques : comment les interpréter ? Quels comportements adopter ? Chaque entité – groupe, communauté , État, individu – s’approprie ces notions en fonction de sa culture propre. À l’échelon mondial, il en résulte, remarque Appadurai, un véritable « kaléidoscope terminologique » pouvant aboutir à des incompréhensions mutuelles, à des tensions, des frictions qui peuvent générer des conflits, de la violence. La fluidité, la porosité des « idéoscènes », est d’autant plus renforcée que l’État-nation comme force structurante s’affaiblit toujours plus.

Les situations de langues en contact : un espace d’échanges ?

13Aujourd’hui, trois courants majeurs animent le champ du contact de langues : un courant à dominante structurale / générativiste, à ambition universaliste ; un courant à dominante interactionnelle dont l’un des centres d’intérêt est l’étude du discours en interaction ; enfin, un courant à dominante sociopolitique qui prône une approche critique visant, d’une part, à déconstruire le fondement idéologique de la linguistique occidentale et, d’autre part, à articuler la question des phénomènes de contact de langues et les mutations sociétales en cours, la « mondialisation ».

14Se développant selon une dynamique interne qui leur est propre, ces trois grands courants montrent une vitalité certaine dans la production de théories et l’invention de modèles. Si des avancées sont significatives concernant les liens entre facteurs internes et facteurs externes motivant le changement, le champ du contact de langues est révélateur par ailleurs du problème que pose le cloisonnement. Nicolaï (2007) dénonce une double pratique qui consiste d’une part à situer les problèmes aux marges, ce qu’il nomme le « cordon sanitaire » ; et d’autre part, le « patch » qui isole le problème en l’essentialisant, la créolistique en étant un exemple parmi d’autres. Il est vrai que le champ apparaît cloisonné, chacun marquant son territoire disciplinaire (créolistique, histoire linguistique, bilinguisme, code-switching, acquisition…), bien plus, chacun y allant de sa définition. Il en résulte un embrouillamini notionnel.

15Nombreux sont les chercheurs qui s’accordent pour constater que toute tentative s’est jusque-là montrée vaine, pour œuvrer à un consensus – ne serait-ce que terminologique – ou a fortiori pour aboutir à une théorie unifiée.

16En fait, ce qui s’observe dans le domaine de la linguistique de contact est à l’image globale de l’activité de la sociolinguistique, de la linguistique, des « sciences du langage ». Mais le cloisonnement est-il vraiment un problème indépassable ? Ne peut-on pas envisager dans le même mouvement une logique de spécialisation, qui ferme et cloisonne, et une logique d’ouverture ? Une piste serait de pratiquer une fertilisation croisée. Fertilisation croisée des données et des domaines d’investigation en positionnant les phénomènes de contact relativement à d’autres phénomènes, notamment le changement et la variation. Fertilisation croisée des théories en menant une discussion épistémologique critique sur les interactions entre structures et acteurs et sur les différentes conceptions de l’« universel ». Où l’on trouve ici un questionnement sociolinguistique des universaux du langage et des recherches en typologie.

17L’étude multidisciplinaire du contact linguistique qui prend en compte les situations multilingues et les pratiques langagières peut constituer un carrefour pour ouvrir un espace de débat.

18C’est ce qui a animé les participants qui ont contribué à l’initiative présente.

Des croisements féconds pour un dictionnaire collégial

19Ce travail, nous l’avons dit plus haut, s’est en effet inscrit dans le cadre de la fédération de recherche du CNRS « Typologie et universaux du langage », et plus particulièrement de l’axe « Contact de langues » de ce regroupement de laboratoires de recherche. C’est ce qui à la fois lui a permis et imposé d’être élaboré sous des auspices éditoriaux particuliers, puisque le processus même d’écriture des articles a été soumis aux échanges scientifiques. Et si chacun des quinze articles demeure sous la responsabilité de son ou de ses auteurs, tous ont fait l’objet d’examens critiques à l’aune d’un travail collégial, qui s’est déroulé sous forme de séminaires scientifiques de plusieurs jours, deux fois par an, pendant les cinq années nécessaires à la confection de l’ensemble. C’est pourquoi le lecteur ne doit pas s’attendre à trouver un point de vue unique sur le contact de langues et les phénomènes évoqués. La partie « recensement » de chaque chapitre a certes été passée au crible de l’ensemble de l’équipe de rédaction, de manière à livrer un état des lieux le plus complet possible, mais les auteurs ont pu adopter ensuite, en abordant l’analyse de l’utilisation contemporaine et/ou prospective des notions et concepts, des angles de vue qui leur étaient propres, positions théoriques néanmoins débattues au sein de ces mêmes séminaires, véritables lieux de croisement.

Bibliographie

ANDERSON Benedict, 1996, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte ; trad. fr. de ANDERSON B., Imagined communities, Londres, Verso, 1983.

APPADURAI Arjun, 1996, Modernity at large. Cultural dimensions of globalization, Minneapolis, Presses universitaires du Minnesota ; trad. fr. APPADURAI A., Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001.

MILROY Lesley et MUYSKEN Pieter éd., 1995, One speaker, two languages, ESF Scientific Publications, Cambridge, Cambridge University Press.

NICOLAÏ Robert, 2007, « Le contact des langues : point aveugle du “linguistique” », Journal of language contact, p. 1-21. En ligne : https://doi.org/10.1163/000000007792548323

STROUD Christopher, 2007, « Bilingualism : colonialism and postcolonialism », Bilingualism : a social approach, M. Heller éd., Londres, Palgrave Macmillan, p. 25-49.

Notes

1  « Linguistic descriptions created sociolinguistic hierarchies within and between languages which were projected upon categories such as class, gender, ethnicity, and which legitimized the exploitation of certain groups in labour. » (Ibid., p. 27)

2  « This primary economic organization of interrelationship between colonizer and colonized found resonance in the division of labour between languages ; Portuguese was tied to public and official domains and functions, and to ideas of modernity and the metropole, whereas African languages were restricted to the informal, home domains and ideas of tradition and the local. » (Ibid., p. 30)

3  « Language was an important means for exercising control over people and their relationship ; by projecting onto delimited geographical areas in ways that mimicked the situation in the European Nation State, linguistic descriptions united some people into communities of speakers and divided the others. » (Ibid., p. 26)

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search