Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lectures de Michel Foucault. Volume 3

 | 
Pierre-François Moreau

Sur les Dits et écrits

Pierre-François Moreau

Texte intégral

1En 1994 sont parus les quatre volumes des Dits et écrits, rassemblant 364 textes publiés par Michel Foucault au fil d’une activité intellectuelle qui avait duré plus de trente ans. L’œuvre actuellement accessible, si on ne tient pas compte des publications pirates, se présente donc désormais à nous comme composée de trois grands massifs :

  • les livres publiés, de Maladie mentale et personnalité aux trois volumes de l’Histoire de la sexualité ;
  • les cours du Collège de France, en cours de publication ;
  • enfin les articles, entretiens, résumés de cours et autres « petits écrits » rassemblés dans les Dits et écrits.

2Chacun de ces massifs appartient à un genre propre, avec son style, son mode de transmission, son type de réception. On sait que Foucault, dans un testament daté de septembre 1982, avait indiqué « pas de publication posthume ». Les éditeurs s’y sont tenus quant au choix des textes : seuls les écrits publiés du vivant de l’auteur, et avec son approbation, ont été retenus ; les interviews non revus ont par exemple été écartés ; les textes parus seulement en traduction ont été retraduits à partir de la version en langue étrangère, même lorsqu’il existait une version française manuscrite (celle-ci n’est publiée que si elle ne présente pas de divergence de fond avec la traduction parue).

3Il reste cependant un problème, que les éditeurs mentionnent eux-mêmes dans leur préface : si chacun de ces textes, isolément, est un texte de Foucault, leur ensemble, lui, n’est pas au sens fort un livre de Foucault – voulu, organisé et présenté par lui ; ils le font ainsi remarquer :

Ce faisant, nous sommes bien conscients des responsabilités qui sont les nôtres. Ces volumes rassemblent des textes que Michel Foucault avait laissés dispersés de son vivant. Nous savons que, quand bien même nos scrupules d’intervention minimale ont été constants, nous avons « produit », sous le nom de Michel Foucault, quelque chose d’inédit.

4La raison qu’ils en donnent – rendre disponibles des écrits parfois difficilement accessibles – est parfaitement légitime. Mais, au-delà des raisons et des précautions, le fait même de cette publication a des effets, et qu’il faudra peut-être du temps pour mesurer. C’est à prendre cette mesure qu’a été consacrée une journée organisée le 18 octobre 1997 par le CERPHI et le Centre de synthèse.

5Même si ces écrits rassemblés ne constituent pas l’« œuvre » que Foucault a toujours refusée (comme le rappellent les éditeurs juste après le passage cité), leur simple juxtaposition, ainsi que leur présentation chronologique, nous donnent quelques aperçus que la connaissance dispersée de quelques-uns seulement d’entre eux, lus au fil des années, ou la lecture des livres, ne nous fournissait pas. À défaut d’une œuvre, c’est bien un parcours qui se dessine, avec son rythme, ses constantes et ses retours. On peut noter ici trois ou quatre traits particulièrement insistants :

  • Il est frappant de constater le souci qu’a Michel Foucault de retracer perpétuellement sa propre biographie intellectuelle ; retracer ? recomposer, plutôt : car chacun des livres anciens est remis en perspective au fur et à mesure que le travail de son auteur évolue, se détache des questions initiales, les réinsère dans de nouveaux points de vue. Souvent, dans les interviews, Foucault est conduit à dire : voilà ce que j’ai voulu faire à telle époque – mais ce n’est pas toujours ce qui était dit dans les préfaces contemporaines. Tout se passe comme si le travail en cours incessamment reconstruisait le passé, lui cherchait de nouveaux sens, lui donnait une nouvelle vie en fonction des pistes désormais découvertes. Une telle réécriture pourra étonner ceux qui ont une conception classique de la biographie – soit linéaire, soit accidentelle ; elle correspond peut-être justement au type de liberté que peut acquérir celui qui ne croit plus aux mythes humanistes de l’auteur et de l’œuvre mais qui leur substitue un travail continu et acharné de construction de ses objets ; effacer son propre visage, c’est peut-être aussi en redessiner indéfiniment les traits.
  • Parmi les thèmes les plus insistants, on notera une attitude qui le rapproche d’un Roland Barthes : la dénonciation constante, souvent sur un mode ironique, des bavardages et des limites qui font notre culture « scolaire » – la mythologie et le provincialisme français. Sans doute cette attitude est-elle plus marquée dans les écrits que dans les grands livres, où règne presque seule la démonstration positive. Ainsi Les Mots et les choses établit l’inexistence de l’homme dont parlent tant les discours humanistes, sans s’attarder à nommer ceux-ci ; mais un interview égratigne « les marxismes mous, Saint-Exupéry, Camus et Teilhard de Chardin ». De même le compte rendu de l’ouvrage de Cassirer sur les Lumières permet une belle sortie sur ceux qui nous protègent contre l’épreuve de l’étranger. Tout se passe donc comme si les Dits et écrits nous fournissaient l’échafaudage polémique qui accompagne la construction positive des ouvrages majeurs.
  • Dans ses grands livres, Foucault cite souvent peu de littérature secondaire : ce sont essentiellement les sources qui sont en bas de page, et parfois un auteur plus particulièrement discuté. Dans les Dits et écrits au contraire nous découvrons un lecteur passionné et passionnant – défenseur, introducteur, médiateur de livres ; s’il dénonce la fermeture française aux recherches étrangères, il est clair que lui-même fait tout pour ouvrir ce champ. Il fait traduire des ouvrages importants publiés dans d’autres univers intellectuels ; il n’hésite pas à écrire des introductions (parfois très longues), des recensions ou des études critiques pour donner à lire Panofsky ou Binswanger. À une époque (les années cinquante et soixante – et d’ailleurs, est-ce que cela a beaucoup changé depuis ?) où les bibliographies françaises comptaient souvent pour rien ce qui se passait hors des frontières, Foucault a été un de ceux qui ont tout fait pour rendre accessibles et d’abord lisibles à notre culture les travaux qui venaient d’ailleurs. Il a contribué aussi à faire lire, relire, découvrir autrement des recherches ou des expériences de pensée effectuées en France mais mal connues ou peu reconnues.
  • Enfin, de plus en plus nettement au fur et à mesure que ses travaux sont l’objet de discussion, il passe son temps à défendre ce qu’il a dit contre ce qu’il considère comme de fausses interprétations, ou des implications mal fondées ; notamment, après Les Mots et les choses, les Dits et écrits répètent inlassablement : je ne suis pas structuraliste, je ne nie pas le changement et l’histoire ; ces deux thèses sont distinctes – mais il est probable que dans l’esprit des interlocuteurs elles s’appellent l’une l’autre. De ce point de vue, on peut dire que l’ouvrage de 1966 a marqué un tournant dans la réception de Foucault : il l’a rendu célèbre dans un public très large, associé à un courant d’idées alors au centre des discussions ; mais il lui a collé durablement l’étiquette de l’anti-historien (ce qui est quand même paradoxal si l’on songe que les mots « histoire » et « archéologie » figurent dans les titres de la plupart de ses livres). Ce qui se donne à entendre dans les nombreux articles ou entretiens qui reviennent sur cette question, c’est peut-être la difficulté à faire comprendre ce que cela peut être – faire de l’histoire autrement.

6Les études contenues dans ce recueil cherchent à mieux cerner la façon dont, dans ces quatre volumes, viennent ainsi s’articuler l’histoire et l’intervention dans le présent, qu’il soit politique, littéraire ou philosophique – la part de l’archive et celle de l’actuel, pour reprendre une expression de Deleuze. Il s’agit donc, non pas de formuler une synthèse sur ces textes multiples et aux statuts divers, mais de tenter plusieurs approches pour suivre ces fils qui ne sont pas exactement ceux des livres et cependant leur font écho et en éclairent les enjeux.

7Philippe Sabot interroge les textes du début des années soixante consacrés à la littérature, qui forment comme la ponctuation des grands récits archéologiques ; ces textes témoignent d’un intérêt pour des productions singulières de langage, dont la portée transgressive tient à ce qu’elles opèrent tout ensemble à l’intérieur et en marge des conditions historiques d’un système de pensée ; elles peuvent ainsi mettre en question, donc révéler, les partages fondamentaux qui constituent les formes de l’expérience.

8Jean-François Pradeau recherche dans les Dits et écrits la juste mesure à la fois du statut des Anciens dans l’enquête éthique menée par l’Histoire de la sexualité et, surtout, de la nature, des objectifs et des difficultés de cette enquête. L’étude des subjectivations anciennes peut alors se lire selon d’autres significations que celles qui sont indiquées par l’Histoire de la sexualité : il est plus clair que les Grecs ne sont ni précurseurs ni modèles ; ils servent plutôt de point de départ à une réflexion sur la gouvernementalité – de soi comme des autres.

9Bernard Vandewalle analyse le motif anthropologique et plus précisément « la question des conditions de possibilité du dispositif anthropologique » pour établir qu’il constitue un fil directeur constant dans l’apparent éparpillement de ces multiples conférences, articles et entretiens. Un dispositif – c’est-à-dire un type de savoir soutenu par un jeu de forces ou une articulation entre savoir et pouvoir ; or c’est la lecture des Dits et écrits qui le révèle comme axe directeur de l’entreprise foucaldienne.

10L’intérêt de Foucault pour la subjectivité, à partir des années quatre-vingt, le conduit à formuler le paradigme d’une subjectivité qui ne serait pas un produit de l’introspection. Ce mouvement aboutit à l’élaboration d’un êthos philosophique. Adolfo Marino déchiffre cette stratégie et l’attitude qu’elle implique à l’égard de la modernité, dans une structure ternaire qui évoque la triple critique kantienne : relation au présent, transformation du réel, autolimitation dans l’ascèse.

11Fabienne Brugère analyse les enjeux de la référence à Baudelaire dans la seconde version du commentaire sur le texte kantien Qu’est-ce que les Lumières ? Il s’agit de montrer que l’« ontologie de nous-mêmes » renvoie plus à une enquête archéologique et généalogique qu’à une doctrine ; et aussi de faire apparaître la tension dans le travail de Foucault

entre l’analyse de l’attitude d’actualité, blason des articles et entretiens, absente en tant que telle des grands livres et la généalogie de l’usage de soi, problématisée à travers les comportements, les pratiques de soi dans les morales grecques et romaines avec l’Histoire de la sexualité.

12Frédéric Gros revient sur la façon dont Michel Foucault « se constitue auteur de son œuvre », c’est-à-dire « décrit une démarche réglée, continue, logique, s’interdisant le plus souvent la dénonciation de contradictions, d’errances ou d’erreurs passées, composant le système Foucault ». On pourrait souligner qu’il s’autorise là ce qu’il dénonce chez autrui ; il est plus éclairant de constater qu’une telle démarche aboutit en dernière instance à mettre en relief la notion d’expérience, et que là encore les trois axes de l’expérience historique – savoir, pouvoir, sujet – paraissent renvoyer aux trois Critiques kantiennes.

13L’insistance de cette notion d’expérience d’une étude à l’autre fournit peut-être un chemin pour traverser les Dits et écrits : c’est le champ qu’elle détermine qui indique l’ancrage de l’archéologie comme de la généalogie ; ce sont ses transformations qui sans doute marquent le mieux les ruptures et les événements d’un itinéraire intellectuel et politique.

© ENS Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540