Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

Postface

Sylvain Auroux

Texte intégral

1Un hommage est une reconnaissance positive de ce qu’est un individu et de ce qu’il a fait. Si nous rendons aujourd’hui hommage à Bernard Colombat, c’est parce que nous avons pour lui du respect et de l’amitié.

2J’ai dû croiser Bernard au lycée du Puy-en-Velay où nos pères étaient tous deux employés de l’État. Mais je l’ai rencontré lorsque, après la création de la Société d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage (SHESL), nous avions obtenu la reconnaissance d’un laboratoire CNRS. Il venait de Grenoble (où il avait été recruté comme assistant en 1982) pour chaque réunion. Il fallait de la persévérance, voire de l’obstination, pour vaincre les obstacles, dont le premier était matériel : le laboratoire n’a jamais payé à ses membres, en résidence éloignée, le voyage pour se rendre à Paris.

3Il nous avait été adressé par Jean-Claude Pariente, qui avait été parmi les premiers soutiens de la SHESL. Il préparait sous sa direction une thèse sur la théorie des propositions infinitives dans la grammaire latine de Port-Royal. Pour cet agrégé de grammaire, le choix du sujet était aussi insolite que celui du directeur. Un latiniste qui veut faire carrière s’intéresse aux classiques et il ne choisit pas un philosophe pour directeur de thèse.

4Le rapport à la langue latine a toujours été singulier chez cet amateur de philologie. Je l’ai entendu le formuler de façon extrêmement originale. Il se voit comme un historien de la grammaire latine. C’est une spécialité bien définie et il existe d’autres spécialistes. Ils s’intéressent, par exemple, à Priscien. Mais il n’y en a aucun qui proclame comme lui que l’histoire de la grammaire latine continue, au moins, jusqu’au xviiie siècle. C’est une thèse très forte qu’un philosophe comme moi était tout à fait disposé à entendre : lors des épreuves de l’agrégation de philosophie le candidat qui choisit le latin aura à étudier un texte « classique » (Lucrèce, par exemple), mais aussi un texte « moderne » (Descartes ou Kant). Le latin n’a cessé d’être une langue scientifique vivante qu’à la fin du xviiie siècle (les trois Critiques qui ont rendu Kant célèbre sont rédigées en allemand). Mais c’est la grammaire qui intéresse Bernard et le fait que l’on n’a jamais cessé d’analyser la langue latine et, par conséquent, de proposer de nouvelles visions. Il est donc indubitable que l’objet « grammaire latine » a bien une histoire au-delà de l’utilisation de la langue. Les analyses de Bernard dépassent même la langue latine dans la mesure où les premières grammaires des vernaculaires ont souvent d’abord été des grammaires latines retournées puis étendues.

5S’il fallait caractériser le style scientifique de Bernard, je dirais qu’il correspond à la modestie, à la patience et à l’érudition du philologue. Je ne connais personne d’autre qui ait une telle passion du détail. Il en fallait pour déceler comme il l’a fait (c’est un cas parmi d’autres) qu’un exemple d’abord considéré comme figuré dans les grammaires devient ultérieurement une construction normale. Il y a chez lui une espèce de courage intellectuel insensé, comme celui qu’on trouve chez ces originaux qui achètent une ruine et consacrent leur vie à la restaurer. Son édition du Mithridate (1555) de Conrad Gessner (Introduction, texte latin, traduction française, annotation et index par Bernard Colombat et Manfred Peters), qui paraît à l’été 2009, est typique de ce que l’on peut voir comme un acharnement. Plusieurs d’entre nous connaissaient bien ce texte et y voyaient le départ de ces grandes compilations linguistiques qui, en s’accroissant jusqu’au début du xixe siècle (Adelung et Vater qui reprennent le même titre, mais aussi le géographe Adriano Balbi qui revendique ouvertement l’approche des peuples d’après leur langue), vont ouvrir la voie à la grammaire comparée, tout en marquant l’avancée de l’Occident dans la connaissance (et la colonisation !) des peuples du monde. Mais Bernard s’y arrête plusieurs années et traque le moindre vocabulaire, le moindre nom de langue et la moindre source. Le résultat est étonnant. Il ne fait certes pas du livre de Gessner un chef-d’œuvre d’intelligence linguistique. Mais il éclaire indubitablement comment, après 1492, l’Occident a imperceptiblement bougé certains de ses concepts comme ceux de langue (glossa) ou de dialecte.

6Bernard, tout au long de sa vie de travail, a produit une œuvre conséquente et utile à ses collègues. Il a connu une carrière brillante. Le professeur du lycée du Puy est devenu professeur à l’université de Grenoble, puis à l’ENS de Lyon, et achève sa carrière comme professeur à l’université Paris 7 dans le laboratoire d’Histoire des théories linguistiques (HTL), là où il venait aux séminaires du samedi matin. Il a toujours participé aux enseignements et aux tâches collectives avec une générosité rare. Il dirige à l’ENS de Lyon une collection qui est l’un des derniers lieux vivants de la pensée linguistique. Il a lancé, lors de son passage à Lyon, un grand projet collectif d’édition électronique des classiques de la linguistique, qu’il poursuit encore aujourd’hui. Les textes rassemblés ici ne sont pas de simples écrits de circonstance. Ils témoignent du rayonnement, de la reconnaissance et de l’amitié que la communauté doit à un authentique savant.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540