Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Langages Grammaticalia Où sont les femmes ? La (non-)pré...

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

4. Perspectives transversales

Où sont les femmes ? La (non-)présence des femmes dans le Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue

Wendy Ayres-Bennett

Texte intégral

Introduction

1En 2011 est parue chez Classiques Garnier Numérique la première tranche du Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviie siècles) ; elle comprend trois volets : Grammaires françaises de la Renaissance, Grammaires françaises du xviie siècle, et Remarques sur la langue française (xviie siècle). Cette première tranche contient 48 textes, soit 3,36 millions de mots ou environ 15 000 pages. Nous sommes en train de préparer, avec Bernard Colombat, une deuxième tranche de 48 textes qui contiendra les grammaires du xviiie siècle, étoffera le corpus des volumes de remarques avec d’autres volumes publiés au xviie siècle, et étendra ce corpus au xviiie siècle. Comme nous l’avons indiqué dans un article récent cosigné (Ayres-Bennett et Colombat 2016), à mesure que l’on avance dans le temps, le choix des textes devient plus complexe pour plusieurs raisons, y compris l’hétérogénéité de la matière, de la taille et des supports, le nombre d’ouvrages à inclure, et l’hétérogénéité dans la notoriété des auteurs et la diffusion des ouvrages.

  • 1 Avant Buffet, il faut signaler les essais sur la langue française de Marie Le Jars de Gournay, sur (...)

2Reste toutefois une constante : très peu de textes métalinguistiques du xvie au xviiie siècle ont été rédigés par des femmes. Dans la première tranche du Grand Corpus, on n’identifie qu’un seul texte de ce genre, les Nouvelles Remarques de Marguerite Buffet, publiées en 1668. Même constat pour la deuxième tranche en préparation, qui ne comprend qu’un unique texte rédigé par une femme, la Grammaire raisonnée d’Émilie Du Châtelet, célèbre femme de sciences et de lettres, et traductrice de Newton. Dans le Corpus de textes linguistiques fondamentaux (CTLF), autre grand projet codirigé par Bernard Colombat, la récolte reste également mince. Sur les 121 ouvrages français traités, on ne trouve que les deux mêmes textes ayant une femme comme auteur(e)1.

3Malgré cette carence, les femmes sont pourtant représentées dans le corpus d’au moins deux autres façons, que nous présenterons brièvement dans cet article écrit en hommage à notre collègue et ami, Bernard Colombat. En premier lieu, quelques ouvrages visent un public avant tout féminin ou ont une dédicataire féminine. En second lieu, le langage des femmes est l’objet de description, de discussion, et même de débat. Nous commencerons toutefois par présenter les ouvrages de Marguerite Buffet et d’Émilie Du Châtelet.

Textes métalinguistiques rédigés par une femme

4Nous avons très peu d’informations sur la vie de Marguerite Buffet, mise à part la date de son décès en 1680. En 1668, au moment où parurent ses Nouvelles Observations sur la langue françoise, texte qui se situe dans la tradition des Remarques sur la langue françoise de Claude Favre de Vaugelas (1647), vieille fille, Marguerite Buffet habitait Paris et travaillait comme institutrice. Dans ses observations, elle fait référence aux autres textes inédits de sa plume, parmi lesquels figurent des ouvrages sur l’orthographe et sur les rapports entre la graphie et la prononciation dont elle se servait dans ses propres cours, mais, pour autant que nous sachions, ces textes n’ont pas survécu. Les remarques de Buffet, qui visent à apprendre aux femmes comment bien écrire et bien parler français, préfigurent plusieurs traits typiques des ouvrages destinés aux femmes. Buffet adapte plusieurs observations de Vaugelas pour qu’elles conviennent mieux à un lectorat féminin, principalement en les abrégeant, en les simplifiant, et en évitant autant que possible tout terme technique. Citons, à titre d’exemple, la remarque de Vaugelas qui traite du genre grammatical du mot navire :

  • 2 Nous retenons l’orthographe originale des textes, à l’exception de la modernisation de u/v et de i (...)

Navire, estoit feminin du temps d’Amyot, et l’on voit encore aux enseignes de Paris cette inscription, A la Navire, et non pas au Navire. Neantmoins aujourd’huy il est absolument masculin, et ce seroit une faute de le faire des deux genres. C’est la metamorphose d’Iphis ; Vota puer soluit quæ fœmina vouerat Iphis. (Vaugelas 1647, p. 130)2

Dans la version de Buffet, la citation latine relevée dans les Métamorphoses d’Ovide, faisant référence à l’histoire d’Iphis qui, de fille, se transforma en garçon, est naturellement enlevée :

Navire est aujourd’huy masculin, il estoit autrefois feminin ; ce qui fait qu’il faut dire, c’est un beau navire, et le navire. (Buffet 1668, p. 194)

5Les remarques de Buffet nous offrent également un manuel ou un guide de l’usage contemporain dans les salons, et les compétences linguistiques nécessaires aux femmes pour réussir dans le monde. Elles traitent notamment des mots et des expressions qui étaient « à la mode » dans les salons, et qui ne figurent pas dans les recueils d’observations rédigés par les hommes. Buffet fait référence, par exemple, à la mode des Précieuses de se servir d’expressions affectées ou hyperboliques. Dans la citation suivante, nous soulignons en gras quelques exemples de ce type :

Il se trouve des personnes qui parlent avec si peu de sens, que si les animaux pouvoient parler ils s’exprimeroient avec plus de raison ; elles diront, cette maison a toute mon inclination : dans un autre rencontre, voila des arbres à qui j’ay donné mon cœur : peut on rien voir de plus mal adapté ; il faut dire j’aime cette maison, j’estime ces arbres. (Ibid., p. 184)

6Le recueil se termine par un « Traitté sur les Éloges des Illustres Sçavantes, Anciennes & Modernes » (p. 199-342) qui se situe dans une tradition littéraire établie d’ouvrages à la louange des femmes. Cette section consiste en une série de portraits de femmes cultivées et savantes qui sont souvent célébrées pour leurs compétences linguistiques. Citons, à titre d’exemple, le chapitre sur la duchesse de Montausier, qui loue sa manière de composer des lettres, activité souvent associée aux femmes à cette période ; selon Buffet, la duchesse est digne de louange, « puis qu’on voit briller dans ses écrits toute la gravité et la politesse du plus beau stile qui ait jamais paru entre les Auteurs les plus celebres » (p. 248-249).

  • 3 Comme le note Françoise Douay-Soublin (2008, p. 174), en remplaçant la formulation concevoir, juge (...)

7La grammaire d’Émilie Du Châtelet, en revanche, se situe plutôt dans la tradition de grammaires raisonnées, tout en critiquant les positions théoriques des Messieurs de Port-Royal et de Claude Buffier. Malheureusement, il n’existe de cette grammaire que trois chapitres d’une trentaine de pages, le chapitre 6, « Des mots en général considérés selon leur signification grammaticale » (Du Châtelet 1947, p. 209-210), le chapitre 7, « Des mots qui représentent les objets de nos perceptions » (p. 211-223), et le chapitre 8, « Des mots qui désignent les opérations de notre entendement sur les objets » (p. 224-241). Ces chapitres font quelques allusions aux chapitres 2 et 3, perdus, qui traitaient respectivement des « opérations de notre âme sur les objets » – apercevoir, juger, raisoner (sic, p. 209)3 – et de leurs « déterminations, permanentes ou variables » (p. 211).

8Si Mme Du Châtelet s’inspire explicitement de la Grammaire générale et raisonnée de Claude Lancelot et d’Antoine Arnauld de Port-Royal, dont la première édition date de 1660, et de la Grammaire françoise sur un plan nouveau de Claude Buffier, dédiée en 1709 à la duchesse de Maine, son troisième point de repère est Vaugelas et ses Remarques de 1647. Dans les grandes lignes, Mme Du Châtelet adopte le plan d’ensemble de Port-Royal et emprunte à Buffier des ajouts ponctuels originaux, mais elle y joint ses propres exemples, certaines remarques, ainsi que des traits d’humour. Comme le dit Françoise Douay-Soublin (2008, p. 185), cette aisance à manier les exemples, les forger au besoin, « témoigne d’un réel amour de la langue et confère à ces pages une allégresse conversationnelle qui en rend la lecture fort agréable au grammairien ». Citons, à titre d’exemple, ce passage sur l’usage potentiel des temps verbaux :

Il y a encore une espece de tems que l’on apelle incertain par ce que la chose dont il s’agit dépend d’une chose incertaine. Ainsi quand je dis si un tel etoit arrivé je dinerois cela marque que le tems ou je dois diner est incertain en ce quil depend de l’arrivée de celui que jattends, laquelle est incertaine. Car si cet home que j’attens arivoit, ce tems de mon diner seroit present ; s’il arrive bientost le tems de mon diner sera un paulo post futur. Et sil n’arrive pas de longtems le tems de mon diner est un futur incertain. (Du Châtelet 1947, p. 229-230)

Ouvrages métalinguistiques visant un lectorat féminin ou dédiés aux femmes

  • 4 Il n’est pas cité, par exemple, par Gabriele Beck-Busse dans son volume sur la Grammaire des Dames(...)

9Nous avons déjà fait référence à la façon dont les observations de Marguerite Buffet furent adaptées pour son lectorat féminin. Comme nous l’avons fait remarquer, il s’agit surtout de simplifier et d’abréger le contenu grammatical, de le rendre moins sec et plus agréable. Le texte de Bauchaint (1789), sélectionné pour la deuxième tranche du Grand Corpus, est intéressant de ce point de vue. Malgré le titre du texte, Principes de la langue françoise, rédigés d’après les plus célèbres grammairiens à l’usage des demoiselles, l’ouvrage commence par une section intitulée « Nécessité d’enseigner la grammaire aux Enfants » (1789, p. 3-10), partie qui, selon la table des matières à la fin du volume, « doit être lue attentivement » (p. 337). Dans ce chapitre, aucune référence n’est faite au genre de l’enfant ; au contraire, le pronom masculin est plutôt employé, comme dans l’exemple suivant : « Quand il aura appris correctement une fable, par cœur, & qu’il la saura parfaitement, on lui apprendra à la déclamer, l’accompagnant du ton & du geste convenable à la matiere. » Nous avons malheureusement très peu d’informations sur ce M. Bauchaint (Beauchaint ou Buchaint), à l’exception qu’il était « Maître de Mathématiques » à Saint-Malo4. Avait-il plutôt des filles comme élèves ? Ou s’agit-il d’un titre choisi pour aider la commercialisation du volume ? Il est fréquent que les auteurs ne distinguent pas un public féminin d’un public d’enfants, les deux ayant besoin de simplicité et de netteté dans l’exposition des faits de grammaire.

10À partir du xviiie siècle, le genre des « grammaires des dames » commence à se développer. Beck-Busse (2014, p. 14) étudie une dizaine de textes pour le français publiés pendant ce siècle. Citons la Grammaire des dames de Louis Barthélemy (1785), ouvrage dédié à Mme la comtesse de Genlis, qui fit publier des textes littéraires et pédagogiques. Le sous-titre de l’ouvrage souligne les caractéristiques du genre, [Grammaire] Reduite aux regles les plus simples, & justifiée par des morceaux choisis de Poésie, d’Histoire, &c. Comme le souligne Barthélemy (1785, p. vi) dans sa préface, « les élémens de notre Langue seront présenté de la manière la plus simple & la plus précise ». Si la plupart des traités sur la langue française sont « ou complets ou diffus », « l’orthographe que nous avons ici en vue, avoit besoin d’être présentée sous des dehors moins arides & moins rebutans » (p. vii). Il a par conséquent ajouté des morceaux de poésie et d’histoire pour atténuer la monotonie et la sécheresse des préceptes de grammaire. Plusieurs faits linguistiques sont illustrés par un exemple poétique, comme dans la discussion du genre grammatical de pleurs (p. 18) :

Pleurs. Masculin, comme dans ces vers :
« Quels pleurs vois-je couler ? qu’ils ont de charmes !
Ainsi que la douleur, le plaisir a ses larmes. »

11Passons maintenant aux ouvrages qui ont une dédicataire féminine. Parmi les 48 volumes de grammaires et remarques sur la langue française qui composent la première tranche du Grand Corpus, seuls quatre sont dédiés à une femme, les deux volumes de Devis par Matthieu (1559, 1560), dédiés à Jeanne III d’Albret, reine de Navarre ; la Grammaire de Ramus (Pierre de La Ramée, 1572), dédiée à Catherine de Médicis ; et les observations de Marguerite Buffet dédiées à Marie-Thérèse d’Autriche, femme de Louis XIV. Dans sa dédicace à la reine mère, Ramus (1572) soutient que la grammaire est la mère qui alimente tous les autres arts libéraux, qui les « nourrit comme au berceau et leur apprend a parler et a declairer ce quils scavent : et sans elle seroyent muets et inutiles ». Il loue le rôle joué par Catherine de Médicis dans l’éducation de son fils, Charles IX, et avant tout pour avoir nommé comme son tuteur Jacques Amyot, célébré pour ses traductions élégantes de Plutarque. Nous retrouvons ici un fil conducteur dans les discussions sur le langage et les femmes, c’est-à-dire que ce sont elles qui sont responsables de la transmission du langage aux enfants et de leur éducation.

Commentaires sur le langage des femmes

12Nous rencontrons très souvent des réflexions sur la nature du langage féminin dans la tradition française, et surtout dans la partie du corpus qui contient les volumes d’observations sur la langue française. Dans la préface (section II, 3) de ses Remarques sur la langue françoise (1647), Vaugelas définit le bon usage d’une manière bien connue : « C’est la façon de parler de la plus saine partie de la Cour, conformément à la façon d’escrire de la plus saine partie des Autheurs du temps. » Il continue en incluant de façon explicite l’usage des femmes : « Quand je dis la Cour, j’y comprens les femmes comme les hommes, et plusieurs personnes de la ville où le Prince reside, qui par la communication qu’elles ont avec les gens de la Cour participent à sa politesse. » De plus, dans une observation méthodologique d’un très grand intérêt, Vaugelas soutient que, dans les cas où l’usage est « douteux », il faut consulter les femmes et « ceux qui n’ont point estudié » (1647, p. 503), parce que leur réponse serait plus « naïve » et plus authentique, n’étant pas corrompue par des connaissances de la grammaire grecque ou latine.

13Les femmes sont donc, en quelque sorte, les arbitres du « bon usage » à la cour et dans le monde, où il faut surtout savoir comment plaire aux lecteurs et aux interlocuteurs. Vaugelas conseille, par conséquent, que le terme expedition soit évité dans une acception militaire, parce que les femmes sont susceptibles d’ignorer le sens du mot (ibid., p. 369-370). Il précise :

[…] j’ay bien pris garde, que des Dames d’excellent esprit lisant un livre, où ce mot estoit employé au sens dont nous parlons, s’estoient arrestées tout court au milieu d’un des plus beaux endroits du livre, perdant ou du moins interrompant par l’obscurité d’un seul mot le plaisir qu’elles prenoient en cette lecture. (p. 370)

Les femmes sont des juges sévères, à qui il est difficile de plaire ! L’indulgence de Vaugelas à leur égard est surtout illustrée par la remarque sur le genre grammatical du mot ouvrage. Notre remarqueur émet l’avis que ce mot doit toujours être employé au genre masculin, quelle que soit son acception. Il note toutefois que, quand les femmes l’emploient en parlant de leur travail, elles le font plutôt au féminin, et il finit par conclure : « Il semble qu’il leur doit estre permis de nommer comme elles veulent ce qui n’est que de leur usage », au moins à l’oral (p. 445). Il est intéressant de noter que, dans ses observations, Buffet enlève cette tolérance, notant simplement que le mot ouvrage est toujours masculin (1668, p. 193).

14D’autres commentaires sur l’usage des femmes ne sont pas aussi positifs. Si la naïveté des femmes est souvent louée, il faut, d’autre part, qu’elles évitent le piège de paraître trop savantes. Nicolas Andry de Boisregard remarque, par exemple, dans une observation sur le style pédantesque, que, s’il y a des pédants de tout sexe, « ce vice est beaucoup plus insupportable dans les Dames, parce qu’on sçait bien que leur mérite n’est pas la science » (1692, p. 375). Toute affectation est à éviter, et elles doivent cacher leurs connaissances et employer un style plutôt « naïf » ou « naturel » :

C’est ce qui fait dire à M. de Balzac qu’il n’approuve pas plus les femmes Docteurs que les femmes Cavaliers : ce n’est pas qu’il leur soit absolument défendu d’avoir quelque science, mais elles ne doivent pas la faire paroistre ; on prétend mesme qu’il faut qu’elles s’en cachent comme d’un larcin ; on peut voir leur soye et leurs aiguilles, mais leurs Livres et leurs Papiers ne doivent point paroistre. (Ibid., p. 376)

Autre affectation critiquée par les remarqueurs : les excès des Précieuses. En critiquant l’usage des expressions il faut voir, il faut savoir, Dominique Bouhours fait allusion aux façons de parler précieuses à la mode dans les salons (voir Ayres-Bennett 2004, chap. 4) :

Cela a êté quelque tems dans la bouche de tout le monde, surtout dans celle des femmes. Elles ne disoient rien sans, il faut voir, il faut sçavoir ; & toutes les conversations retentissoient de ces mots. (Bouhours 1693, p. 30)

Bref, si l’usage linguistique des femmes est souvent loué pour ses qualités « naturelles » ou « plaisantes », il existe toujours le risque potentiel de tomber dans l’excès ou l’affectation.

Conclusion

15Comme on pourrait s’y attendre, les ouvrages métalinguistiques rédigés par les femmes sont très peu nombreux dans le Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviie siècles) et même dans sa continuation qui traitera du xviiie siècle. Elles sont toutefois présentes de façon plus « discrète », comme dédicataires, comme lectrices, et comme sources du bon usage.

Bibliographie

Andry de Boisregard Nicolas, 1692, Réflexions, ou Remarques critiques sur l’usage present de la langue françoise [1689], Paris, Laurent d’Houry.

Ayres-Bennett Wendy, 2004, Sociolinguistic Variation in Seventeenth-Century France : Methodology and Case Studies, Cambridge, Cambridge University Press.

Ayres-Bennett Wendy et Colombat Bernard, 2016, « L’extension du Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue : Questions théoriques et méthodologiques », Histoire Épistémologie Langage, n38/2, p. 55-71.

Barthélemy Louis, 1785, Grammaire des dames, ou Nouveau traité d’orthographe françoise, Genève, P. Barde.

Bauchaint, 1789, Principes de la langue françoise, rédigés d’après les plus célèbres grammairiens à l’usage des demoiselles, Saint-Malo, l’auteur.

Beck-Busse Gabriele, 2014, Grammaire des Dames / Grammatica per le Dame. Grammatik im Spannungsfeld von Sprache, Kultur und Gesellschaft, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang.

Bouhours Dominique, 1693, Suite des Remarques nouvelles sur la langue françoise [1692], Paris, George & Louis Josse.

Buffet Marguerite, 1668, Nouvelles Observations sur la langue françoise, où il est traitté des termes anciens & inusitez, & du bel usage des mots nouveaux. Avec les éloges des illustres sçavantes, tant anciennes que modernes, Paris, Jean Cusson.

Corpus de textes linguistiques fondamentaux (CTLF), B. Colombat et A. Pelfrêne éd. En ligne : [http://ctlf.ens-lyon.fr/default.htm] (consulté le 16 février 2018).

Douay-Soublin Françoise, 2008, « Nouvel examen de la Grammaire raisonnée de Mme Du Châtelet », Émilie Du Châtelet, éclairages et documents nouveaux, U. Kölving et O. Courcelle éd., Ferney-Voltaire, Centre international d’études du xviiie siècle, p. 171-195.

Du Châtelet Émilie, 1947, Grammaire raisonnée [entre 1736 et 1749 ?], I. O. Wade éd., Studies on Voltaire, with Some Unpublished Papers of Mme Du Châtelet, Princeton, Princeton University Press, p. 209-241.

Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue (xive-xviie siècles), 2011, B. Colombat et J.-M. Fournier éd., avec la collaboration de W. Ayres-Bennett pour le Corpus des remarques sur la langue française, Paris, Classiques Garnier Numérique.

Le Jars du Gournay Marie, 1626, L’Ombre de la damoiselle de Gournay, œuvre composé de meslanges […], Paris, Jean Libert.

Matthieu Abel, 1559, Devis de la langue francoyse, Paris, Richard Breton.

— 1560, Second devis et principal propos de la langue francoyse, Paris, Richard Breton.

Ramus (Pierre de La Ramée), 1572, Grammaire, Paris, André Wechel.

Vaugelas Claude Favre de, 1647, Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Paris, Veuve Jean Camusat et Pierre Le Petit.

Notes

1 Avant Buffet, il faut signaler les essais sur la langue française de Marie Le Jars de Gournay, surnommée la « fille d’alliance » de Michel de Montaigne. Parmi les essais publiés dans son recueil intitulé L’Ombre de la Damouiselle de Gournay (1626) figurent des discussions sur la nature de la langue française, sur les rimes et sur les diminutifs en français.

2 Nous retenons l’orthographe originale des textes, à l’exception de la modernisation de u/v et de i/j.

3 Comme le note Françoise Douay-Soublin (2008, p. 174), en remplaçant la formulation concevoir, juger, raisonner de Port-Royal par apercevoir, juger, raisonner, Mme Du Châtelet fait preuve de l’influence probable (directe ou indirecte via Maupertuis) de Locke sur ses conceptions linguistiques.

4 Il n’est pas cité, par exemple, par Gabriele Beck-Busse dans son volume sur la Grammaire des Dames (2014).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search