Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

4. Perspectives transversales

La caractéristique réelle : avec ou sans la grammaire générale ? Réflexions sur quelques exemples au xviie siècle anglais

Martine Pécharman

Texte intégral

1L’histoire des sciences du langage à l’époque moderne a mis en évidence l’importance pour la grammaire générale d’une part des principes philosophiques de la classification des éléments linguistiques, d’autre part de l’apport des grammaires particulières dans l’élucidation du statut des diverses parties du discours. Une question qui est restée relativement négligée est celle de la relation entre la conceptualisation de la grammaire générale et la recherche d’une représentation symbolique de l’ordre des choses et de leurs idées dans les essais de caractéristique réelle. C’est à cette question – esquissée au moyen de quelques exemples empruntés au xviie siècle anglais – que se rattachent les réflexions qui suivent, modeste tentative de contribution à la mappemonde des savoirs grammaticaux de la période moderne, cette mappemonde dont les travaux novateurs de Bernard Colombat ont minutieusement redessiné les contours et exploré sans relâche les recoins les plus secrets.

Le De Augmentis Scientiarum de Bacon : un legs controversé

  • 1 Voir De Augmentis Scientiarum, Livre VI, chap. I.
  • 2 Toutes les traductions sont de l’auteur ; les italiques indiqués dans les citations figurent dans (...)

2Référence constante, au xviie siècle anglais, des projets de constitution d’une caractéristique réelle, le De Augmentis Scientiarum publié en 1623 par Francis Bacon (1561-1626) ne limite pas la « doctrine de l’instrument du discours » au langage parlé (locutio) et écrit (scriptio)1. Bacon approuve la thèse du Peri hermèneias selon laquelle la relation d’image des lettres aux mots redouble et continue la relation d’image des mots aux pensées, mais il ne souscrit pas à l’identification de l’expression des pensées avec leur manifestation par le langage verbal. Les mots et leur notation littérale, objet de la grammaire, ne forment pas le tout des instruments du discours : « […] tout ce qui peut être séparé en différences suffisamment nombreuses pour faire connaître la variété des notions […] peut devenir le véhicule des pensées d’un homme à un autre » (Bacon 1858, 1.651)2. En fonction de ce critère différentiel affirmé comme un axiome, le De Augmentis Scientiarum range dans la catégorie des « marques des choses » les moyens d’expression des pensées qui « signifient les choses sans l’aide ni la médiation des mots » (1.652). Ces marques non verbales signifient soit ex congruo, en raison d’une convenance avec les choses signifiées, soit ad placitum, selon notre bon vouloir. D’un côté l’espèce des « emblèmes », les hiéroglyphes et les gestes, de l’autre côté les « caractères réels », qui ne portent aucune ressemblance avec les choses signifiées (1.651-652). Selon Bacon, cette partie encore manquante de la doctrine de l’instrument du discours doit devenir un objet d’étude à côté de la grammaire. Elle doit aussi constituer le principe de la fabrication d’un système d’écriture idéographique se fixant pour règle qu’« il doit y avoir autant de caractères réels que de mots radicaux » (1.653). L’impératif de combler ce vide théorique s’assortit cependant dans le De Augmentis Scientiarum d’une certaine ambiguïté. La caractéristique réelle préconisée n’est pas présentée comme donnant la connaissance des divisions réelles entre les choses, mais seulement comme permettant une communication universelle entre les hommes. En revendiquant l’intégration des caractères réels à la doctrine du discours, le De Augmentis Scientiarum ne leur reconnaît pas une utilité épistémologique qui leur conférerait une valeur supérieure à celle des mots. Ce sont les mots, non les caractères réels, que Bacon tient pour capables de devenir les meilleurs auxiliaires de la nouvelle philosophie naturelle. Le De Augmentis Scientiarum prône à cet égard « un genre de grammaire dont l’enquête méthodique porterait, non pas sur l’analogie entre les mots, mais sur l’analogie entre les mots et les choses ou la raison » (1.654). Cette « grammaire philosophique » (1.653) aurait pour office de traiter des différentes propriétés des langues tant vulgaires que savantes, afin de montrer leurs avantages et défauts respectifs. Sa généralité ne tiendrait pas, cependant, à la seule comparaison entre toutes les langues, mais à la constitution du type idéal du langage humain. Par la réunion des meilleurs éléments de toutes les langues, il s’agirait pour Bacon d’obtenir le modèle linguistique le plus excellent, « l’expression la plus parfaite des significations de l’esprit » (1.654).

  • 3 Voir Webster 1654, p. 24-25. Pour le symbolisme algébrique, Webster se réfère au second tome (1634 (...)

3C’est en se réclamant de Bacon (au prix en fait d’un malentendu) que l’Academiarum Examen publié en 1654 par John Webster (1610-1682) condamne les défauts et lacunes de la grammaire dans l’enseignement scolastique des universités anglaises, où l’on omet tout ce qui est « hiéroglyphique, emblématique, symbolique et cryptographique » (Webster 1654, p. 24). Pour Webster, principalement le symbolisme de l’arithmétique algébrique et l’écriture chinoise, mais aussi « les notations numériques appelées figures et chiffres, les caractères planétaires, les marques pour les minéraux, et maintes autres choses en chimie » (p. 25), constituent à titre égal un modèle à suivre pour suppléer les parties manquantes de la grammaire3. Tous ces modèles de signes invariables, compréhensibles par tous et traduisibles dans les différentes langues parlées, doivent faire conclure à l’intérêt de l’invention d’une caractéristique universelle (Universal Character ou Catholick Character) entendue comme une écriture commune dont l’usage donnerait la garantie que, malgré la diversité des langues, la « forme idéelle » (Ideal-shape) de chaque chose peut être immédiatement conçue par tous les hommes à partir de l’image numériquement une du caractère déterminé qui lui est associé (p. 26 et 21).

4Réplique immédiate à l’Academiarum Examen, le Vindiciae Academiarum de Seth Ward (1617-1689) dénonce dès 1654 les amalgames commis par Webster lorsque celui-ci situe le symbolisme algébrique sur le même plan que la cryptographie ou l’usage d’emblèmes, et prétend les faire dépendre de la grammaire. Des procédés de dissimulation des choses tels que les cryptogrammes et les hiéroglyphes ne sauraient relever de la grammaire, dont l’objet est l’explication des pensées par des signes. Quant aux symboles mathématiques, qui ont pour fin d’aider à mieux raisonner, ils sont inventés « contre la langue et sa servante la grammaire » (Ward 1654, p. 19). Tout raisonnement consiste à comparer des propositions, or, dans un raisonnement conduit avec des mots, l’attention de l’esprit se porte plus sur ces derniers que sur la relation de conséquence entre les propositions. Le projet d’une caractéristique universelle se situe donc en dehors de la grammaire, rendue inutile par l’introduction d’un symbolisme à la place des mots. Ward reconsidère avec soin le rapport à l’algèbre comme à un modèle pour la caractéristique. Il envisage d’abord l’universalisation de la méthode de l’arithmétique spécieuse qui permet de découvrir et de démontrer un nombre infini de propositions. La quantité objet de la mathématique n’épuise pas les ressources cognitives de la désignation symbolique : « […] il serait possible de trouver des symboles pour chaque chose et chaque notion » (p. 20-21). Mais bien que l’assignation de caractères distincts à la totalité des choses et de leurs notions lui paraisse réalisable, Ward juge ensuite que ce mode d’application de la méthode symbolique mène à une impasse. Comment espérer mémoriser une caractéristique dont « le nombre de caractères différents serait presque infini », en tout cas « au moins aussi grand que le nombre de mots primitifs », à partir desquels sont formées toutes les dénominations des choses « dans les langues les plus riches » (p. 21) ? Le moyen de faciliter universellement l’acquisition et la transmission des connaissances ne saurait consister en l’accumulation d’autant de signes qu’il y a de choses et de notions. Il faut donc substituer, à l’idéal de l’attribution d’un caractère à chaque chose, un autre idéal. La solution vient pour Ward d’un principe logique, la continuité entre l’analyse du discours verbal jusqu’à ses éléments ultimes et l’analyse en concepts simples de ces éléments linguistiques eux-mêmes : « […] tous les discours sont résolus en phrases, toutes les phrases en mots, et tous les mots soit signifient des notions simples, soit peuvent être résolus en notions simples » (ibid.). La constitution d’une caractéristique universelle doit se faire à partir de l’ensemble des notions absolument simples dans lesquelles s’analysent les significations des éléments ultimes du discours. Dans cette démarche a priori et non plus a posteriori, où les symboles imposés n’ont pas à être les caractères des mots primitifs de toutes les langues, mais servent à distinguer les unes des autres les notions des choses les plus simples dans l’esprit, la caractéristique surmonte l’aporie du premier symbolisme envisagé. Le nombre restreint des symboles permet la saisie intuitive de tous leurs rapports : « […] la raison de leur composition se connaîtra facilement, ceux qui sont les plus composés seront immédiatement compris en même temps que l’on aura la représentation visible de tous les éléments de leur composition, et ainsi les natures des choses seront rendues manifestes » (ibid.). Par cette voie, l’exactitude et la facilité des opérations de « l’analytique spécieuse » sont généralisables à tous les raisonnements. Selon Ward, cette caractéristique est en outre « exprimable par la parole » (effable, utterable), le nombre des concepts élémentaires ayant peu de chances d’excéder celui des consonnes dans l’alphabet, et le nombre de leurs « variations modales » celui des voyelles et diphtongues (p. 21-22). Dans la langue universelle formée sur la caractéristique, « chaque nom serait une définition et contiendrait la nature de la chose », sa composition même représenterait les notions simples entrant dans la notion composée de la chose dénommée : « […] chaque notion simple serait exprimée par une seule syllabe, et la notion la plus complexe serait exprimée par autant de syllabes qu’elle contient de notions élémentaires » (p. 22).

Le Mercury de Wilkins (1641) : l’idéal d’une pasigraphie

5Le manifeste de Ward contre Webster est décisif pour la théorisation de la caractéristique réelle dans la seconde moitié du xviisiècle anglais. À la fin des années 1660, John Wilkins (1614-1672) attribue explicitement à l’influence de Ward (dont il a préfacé le Vindiciae Academiarum) l’évolution de son approche de cette question, par rapport à la position qu’il défendait au début des années 1640.

  • 4 Comme Hugo et Vossius, Wilkins renvoie à l’Historia Sinensis (1615) du missionnaire jésuite Nicola (...)
  • 5 Pour les deux premiers modèles, arithmétique et astronomique, voir Vossius (1635, p. 142).
  • 6 Voir Vossius 1635, p. 143 : « […] de même que maintenant les hommes de différentes langues ont la (...)

6Sous l’autorité conjointe du De Augmentis Scientiarum de Bacon, de l’Aristarchus, sive De Arte Grammatica (1635) de Gerhard Johann Vossius et du De Prima Scribendi Origine (1617) d’Hermann Hugo, Wilkins a consacré en 1641 un court chapitre de son Mercury, or The Secret and Swift Messenger à la possibilité d’un « caractère universel » (universal Character) afin de remédier à la « seconde malédiction générale » de la confusion des langues, la perte d’« une seule manière d’écrire » qui redouble celle d’« une seule manière de parler » (Wilkins 1641, p. 88). Cette possibilité s’infère d’abord pour le Mercury de l’usage général en Extrême-Orient de l’écriture idéographique chinoise4, mais Wilkins énumère aussi une série d’exemples d’écritures particulières qui procurent une représentation directe des choses et notions : pour représenter les nombres, plusieurs peuples s’entendent sur l’usage des mêmes chiffres, soit « romains » (qui consistent en lettres), soit « barbares » (qui consistent en figures) ; tous les astronomes utilisent les mêmes caractères graphiques pour marquer les différentes constellations ; les traités de chimie s’accordent tous sur la forme d’écriture désignant les minéraux ; les notes de musique sont les mêmes dans la plupart des pays (p. 107-108)5. Rien n’empêche donc l’invention, de la même façon, d’une écriture universelle « pour l’expression de chaque chose » (p. 108). En référence au précepte baconien du De Augmentis Scientiarum qu’il doit y avoir autant de caractères réels dans l’écriture universelle qu’il y a de mots radicaux, le Mercury voit pour finir dans l’hébreu, langue qui admet le plus petit nombre de radicaux, le meilleur modèle de la caractéristique universelle. La constitution de cette caractéristique reste ainsi dépendante dans l’ouvrage de 1641 d’une méthode a posteriori. Parmi les autorités invoquées alors par Wilkins, il faut cependant réserver une mention spéciale au jésuite Hermann Hugo, dont le De Prima Scribendi Origine – au chapitre IV sur le nombre de lettres selon les langues – établit le principe sémantique au fondement des réflexions pasigraphiques du xviie siècle, qu’elles proposent une caractéristique universelle a posteriori ou a priori. Partant du constat que le mélange d’un petit nombre de lettres permet de former un grand nombre de mots différents dans chaque langue, Hugo en conclut, par transposition, qu’une unique literarum societas serait possible si l’on attachait, « non pas à des sons, mais aux choses mêmes qu’il s’agit de signifier », des lettres communes à tous les hommes (Hugo 1617, p. 60). Selon lui, le « secret » (arcanum) de la compréhension possible d’une même écriture alors que les idiomes restent différents réside dans l’identité des concepts dans tous les esprits, qui répond à l’identité des choses conçues elles-mêmes (p. 61)6. Le schéma de la signification bâti dans le Peri hermèneias sur la dichotomie entre la relation naturelle des concepts aux choses et la relation conventionnelle des mots aux concepts se trouve ainsi transformé. À l’identité pour tous les hommes d’une part des choses en dehors de l’esprit, d’autre part des concepts les représentant dans l’esprit, le schéma aristotélicien oppose la diversité des sons vocaux signifiant ces concepts identiques et, en stricte continuité avec elle, la diversité des formes écrites servant à noter les mots établis par convention, kata sunthèkèn. Au contraire, la notion d’un symbolisme commun à tous les peuples repose pour Hugo sur la dissociation entre le statut de l’écriture et celui de la parole. L’arbitraire de l’écriture n’est pas, comme l’arbitraire des sons vocaux, nécessairement subordonné aux variations des conventions différentes selon les peuples : des symboles écrits peuvent donner la représentation immédiate de la relation naturelle entre les choses et leurs conceptions.

L’Essay de Wilkins (1668) : la triade grammaire raisonnée, caractéristique réelle, langue philosophique

7Conjuguée à l’influence du manifeste de Ward, la fondation de la Royal Society for the Improvement of Natural Knowledge (1660) contribue à l’abandon ultérieur par Wilkins de l’approche privilégiée en 1641 dans Mercury pour la constitution d’une caractéristique universelle. La pasigraphie fondée dans une redistribution du schéma sémantique d’Aristote se trouve désormais intégrée à un projet de plus grande envergure, dans lequel la caractéristique universelle, loin d’être étrangère à la grammaire comme le supposait Ward en 1654, apparaît comme l’expression la plus parfaite d’une grammaire raisonnée et est rendue inséparable de la création d’une nouvelle langue purement philosophique. C’est dans cette perspective que Wilkins, chargé en 1662 par la Royal Society de l’élaboration d’une caractéristique universelle capable de faire progresser la connaissance naturelle, publie en 1668 un gros ouvrage de 454 pages, An Essay towards a Real Character, and a Philosophical Language. Refusant de construire la caractéristique universelle à partir d’un « dictionnaire de mots », sans référence ni aux natures des choses, ni aux notions communes qu’en ont tous les hommes, le livre oppose un fondement cognitif et épistémique à ce fondement purement philologique, qu’il tient pour erroné (Wilkins 1668, « The Epistle To the Reader »). La méthode observée est celle de la « voie philosophique » vers la caractéristique universelle réelle et de la « démonstration a priori » de sa possibilité (p. 452 et p. 454). L’idéographie commune et la nouvelle langue qui en est le corrélat phonétique ne sont des artefacts proposés que sur la base de deux analyses, d’abord du réel (l’analyse scientifique appelée « Philosophie universelle »), puis du discours (l’analyse instrumentale appelée « Grammaire naturelle »). La philosophie, cependant, ne constitue pas seulement le « grand fondement » de la caractéristique réelle et de la langue artificielle afférente, sa fonction n’est pas limitée à l’analyse qui porte spécifiquement son nom et qui procède à la réduction de toutes les choses et de leurs notions à un cadre général représentant « leur ordre naturel, leur dépendance et leurs relations » (p. 1). C’est la totalité de la voie, son terme autant que son commencement, qui est philosophique, ce qui assure selon Wilkins la supériorité de sa caractéristique réelle sur The Universal Character de Cave Beck (1657), Character, pro Notitia Linguarum Universali de Johann Joachim Becher (1661) ou Polygraphia Nova et Universalis d’Athanasius Kircher (1663), qui « ne sont pas philosophiques » (p. 452). Dans An Essay, la classification des choses fournie sous le titre de « Philosophie universelle » constitue une fin ordonnée à une autre fin, l’expression la plus naturelle de leurs natures par le discours, grâce à l’invention de la caractéristique réelle et de la nouvelle langue corrélative. Aussi la partie proprement scientifique ou spécifiquement philosophique contient-elle l’« énumération et description de toutes les choses et notions auxquelles des marques ou noms doivent être attribués conformément à leurs natures respectives » (p. 1). En parfait accord avec la thèse sous-tendant le schéma aristotélicien du Peri hermèneias (aux mêmes choses répondent les mêmes concepts), le vrai fondement de la caractéristique se trouve dans l’identité des images des choses dans tous les esprits : les hommes s’accordent sur « la même notion interne ou appréhension des choses », ils ont en commun pour toute chose perçue « la notion ou image mentale » de sa nature (p. 20). La réduction en tables philosophiques de tout ce qui est connaissable par l’esprit et exprimable par le discours a nécessairement un complément linguistique, la description des règles grammaticales de formation de propositions complexes à partir des notions simples recensées dans ces tables. Alors qu’aucune langue existante n’a été inventée d’un seul coup, en application immédiate des règles de l’art grammatical, Wilkins veut proposer une « nouvelle caractéristique ou langue » entièrement constituée « selon les règles de l’art » (ibid. et p. 19, titre).

  • 7 Wilkins cite Duns Scot [en réalité Thomas d’Erfurt], Grammatica speculativa (début xive siècle), C (...)

8Dans Mercury, Wilkins ne distinguait pas les deux desiderata du De Augmentis Scientiarum, l’étude des caractères réels et la grammaire philosophique. Il prêtait à Bacon, l’« Aristote anglais », le projet de donner la plus grande étendue possible à la grammaire en y comprenant tous les modes d’expression, et non pas seulement l’expression par le langage parlé et écrit (Wilkins 1641, p. 10-11). Cette interprétation se vérifie encore lorsque les règles de constitution de la caractéristique réelle sont décrites dans An Essay par rapport à « l’art des mots ou du discours », la grammaire « philosophique, rationnelle et universelle » contenant « tous les principes et règles appartenant nécessairement à la philosophie du langage écrit et parlé en général » (Wilkins 1668, p. 297). Wilkins paraît considérer que la grammaire a priori dont dérivent dans An Essay les règles de la caractéristique réelle et de la nouvelle langue connexe se situe dans la lignée de la grammaire philosophique traitant selon Bacon de l’analogie mots/choses ou mots/raison. Que Bacon ait illustré sa notion d’une grammaire philosophique avec un type idéal du langage formé à partir d’une comparaison de toutes les langues particulières n’arrête pas Wilkins, pour qui il importe de souligner plutôt qu’aucune grammaire à prétention philosophique ou accordant quelque place à la philosophie n’est encore parvenue à une abstraction suffisante des règles du discours « conformément à la nature », toutes ont procédé à partir simplement d’une « théorie commune » des langues existantes (p. 297-298 et p. 385)7.

  • 8 La taxinomie de la grammaire philosophique repose pour Wilkins sur la dichotomie entre deux genres (...)

9An Essay se donne ainsi en 1668 comme proposant la première grammaire véritablement universelle et a priori, fondement nécessaire de l’institution de la caractéristique réelle et de la création d’une langue universelle. La Philosophy of Speech dont se réclame Wilkins n’implique pas que le nouvel instrument d’expression des natures des choses entièrement formé « selon les règles de l’art » consiste immédiatement en un langage verbal. Wilkins tient pour mal fondé le jugement d’après lequel, en application des principes et règles de la grammaire philosophique, il faudrait proposer d’abord un nouveau langage de sons articulés, avant une caractéristique. L’antériorité alléguée de la parole sur l’écriture quand on dit que l’écriture n’est que la figure du langage parlé concerne uniquement « l’ordre du temps », il ne s’agit nullement d’une priorité de nature, aussi ne doit-elle pas fonctionner comme une norme rationnelle : « […] il est tout autant possible d’assigner des sons à des figures, que des figures à des sons » (p. 385). Ce n’est qu’après avoir construit une caractéristique réelle pour signifier toute chose ou notion objet du discours humain, qu’il faut montrer comment ses signes peuvent être énoncés dans une nouvelle langue. Les caractères réels imaginés dans An Essay correspondent eux-mêmes aux parties du discours isolées par l’analyse grammaticale dans la grammaire raisonnée (selon la division mots entiers / particules ou mots principaux / mots moins principaux8) en se conformant à plusieurs conditions. Ils doivent tous présenter un contenu sémantique et répondre à quelque concept dans l’esprit, être brefs, évidents, suffisamment discernables les uns des autres pour éviter toute confusion, et enfin méthodiquement disposés, les caractères d’une même nature commune devant avoir « une sorte de convenance et correspondance les uns avec les autres » (p. 386). Wilkins ne tient pas pour absolument parfaite la langue philosophique qu’il propose comme la traduction verbale de cette idéographie, mais la « philosophie » qui la structure la rend supérieure à toutes les autres : « […] chaque mot est une description de la chose qu’il signifie, et chaque lettre a une signification, par rapport soit à la nature de la chose, soit aux variations grammaticales du mot » ; qui plus est, « une analogie constante est observée dans toutes les sortes de dérivations et inflexions » (p. 440). La comparaison avec la langue commune des savants, le latin, ou avec les idéogrammes chinois, tourne à leur détriment, ce qui permet à Wilkins de soutenir que sa démonstration a priori de la caractéristique réelle reçoit le renfort d’une « argumentation a posteriori » (p. 454).

Conclusion : au-delà de Bacon

10Sa fondation dans une taxinomie philosophique parfaitement adaptée à la nature des choses et la soumission de son système de signes aux préceptes de la grammaire rationnelle dans laquelle se réfléchit cette classification des choses assurent la caractéristique réelle décrite dans An Essay Towards a Real Character (et la langue universelle formée sur elle) d’aller largement au-delà des attentes de Bacon, et de conquérir une validité épistémique que ne lui reconnaissait pas encore le De Augmentis Scientiarum. Dès le début de son ouvrage, Wilkins a défini le précis de son cahier des charges :

Si une marque distincte se trouvait assignée à chaque chose et notion, avec quelque moyen pour exprimer les dérivations et inflexions grammaticales, cela pourrait suffire pour ce qui est la grande fin d’une caractéristique réelle, à savoir, l’expression de nos conceptions par des marques signifiant les choses, et non pas les mots. Et si, semblablement, plusieurs mots distincts étaient assignés comme noms de ces choses, avec des règles immuables déterminées pour toutes les dérivations et inflexions grammaticales qui sont naturelles et nécessaires, et pour elles seulement, cela produirait une langue beaucoup plus facile et adaptée qu’aucune de celles jusqu’ici en usage.

En outre, si ces marques ou notes pouvaient être formées de façon à avoir entre elles une dépendance et relation telle, qu’elle pût s’accorder avec la nature des choses et notions représentées, et si semblablement, les noms des choses pouvaient être choisis de façon à contenir un genre d’affinité ou d’opposition entre leurs lettres et leurs sons capable de correspondre en quelque façon à la nature des choses qu’ils signifient, cela ajouterait encore un avantage supplémentaire : en sus de la meilleure manière d’aider la mémoire par une méthode naturelle, l’entendement serait lui aussi considérablement perfectionné, et nous serions instruits des natures des choses en apprenant leurs caractères et leurs noms ; la connaissance des deux devrait être conjointe. (Wilkins 1668, p. 21)

11Le respect des différentes conditions ainsi spécifiées suppose dans An Essay une collaboration étroite entre la grammaire philosophique et la construction d’une caractéristique réelle. Ce qui apparaissait dans le strict héritage baconien comme deux desiderata simplement juxtaposés s’inscrit maintenant dans une figure de réciprocité : l’invention de caractères réels reçoit ses principes et ses règles de la grammaire générale et raisonnée, et en retour la grammaire générale et raisonnée n’atteint pleinement sa fin qu’avec la constitution d’une caractéristique universelle.

Bibliographie

Bacon Francis, 1858, The Works of Francis Bacon, J. Spedding, R. L. Ellis et D. D. Heath éd., vol. I, Londres, Longman & Co et al.

Hugo Hermann, 1617, De Prima Scribendi Origine et Universa Rei Literariae Antiquitate, Anvers, Balthazar & Jean Moret.

Vossius Gerhard Johann, 1635, De Arte Grammatica Libri Septem, Amsterdam, Guillaume Blaeu.

Ward Seth, 1654, Vindiciae Academiarum, containing some briefe animadversions upon Mr Websters Book, stiled, The Examination of the Academics, Oxford, Leonard Lichfield.

Webster John, 1654, Academiarum Examen, or The Examination of Academies, Londres, Giles Calvert.

Wilkins John, 1641, Mercury, or The Secret and Swift Messenger : Shewing, How a Man may with Privacy and Speed communicate his Thoughts to a Friend at any distance, Londres, John Norton.

— 1668, An Essay Towards a Real Character, and a Philosophical Language, Londres, Samuel Gellibrand & John Martin.

Notes

1 Voir De Augmentis Scientiarum, Livre VI, chap. I.

2 Toutes les traductions sont de l’auteur ; les italiques indiqués dans les citations figurent dans les textes traduits.

3 Voir Webster 1654, p. 24-25. Pour le symbolisme algébrique, Webster se réfère au second tome (1634), contenant l’Algebra speciosa, du Cursus Mathematicus Nova, Brevi, et Clara Methodo Demonstratus, per Notas reales et universales, citra usum cuiuscunque idiomatis intellectu faciles de Pierre Hérigone.

4 Comme Hugo et Vossius, Wilkins renvoie à l’Historia Sinensis (1615) du missionnaire jésuite Nicolas Trigault (1577-1628).

5 Pour les deux premiers modèles, arithmétique et astronomique, voir Vossius (1635, p. 142).

6 Voir Vossius 1635, p. 143 : « […] de même que maintenant les hommes de différentes langues ont la même conception en regardant la même chose, de même auraient-ils le même concept en voyant le signe de cette chose. »

7 Wilkins cite Duns Scot [en réalité Thomas d’Erfurt], Grammatica speculativa (début xive siècle), Caramuel, Grammatica Audax (1654) et Campanella, Grammatica Philosophica (1638), ainsi que Scaliger, De causis linguae latinae (1540) et Vossius, Aristarchus (1635).

8 La taxinomie de la grammaire philosophique repose pour Wilkins sur la dichotomie entre deux genres suprêmes de mots : « Tous les mots sont soit des mots entiers, soit des particules », ces dernières étant utilisées pour « circonstancier et modifier » les premiers, et ne faisant que « consignifier » (Wilkins 1668, p. 298 et p. 304).

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site