Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

4. Perspectives transversales

La relation grammaticale avec l’oralité

Marli Quadros Leite

Texte intégral

  • 1 Ce travail a été réalisé avec le soutien de la Coordenaçao de aperfeiçoamento de pessoal de nível (...)

1Ce texte aborde les aspects de la relation intrinsèque entre l’oralité et la grammaire1. Dans une première partie, nous commenterons l’importance de l’oralité en Grèce. Nous examinerons ensuite la proximité de la grammaire avec l’oralité, sur la base de la théorisation des anciens grammairiens, Denys le Thrace et Apollonius Dyscole. Enfin, nous nous pencherons sur la relation entre l’oralité et la première grammaire portugaise, la Grammatica da lingoagem portuguesa de Fernão de Oliveira (1536). Deux arguments principaux étaieront alors notre démonstration : 1) le fondement de la réflexion philosophique du langage sur les éléments ; 2) l’incidence de l’oralité et de la pratique linguistique orale (l’usage).

Les aspects de l’oralité dans la Grèce antique

2Milman Parry (voir Parry 1971), dans les années 1960, affirmait que les poèmes homériques appartenaient à la tradition orale et manifestaient davantage une structure typique de l’oralité que de l’écriture. Nous reprenons ici cette idée que l’oralité constitue un socle pour la composition des textes et nous adoptons les arguments qui soutiennent cette thèse, notamment l’origine orale des poèmes homériques, la société grecque étant éminemment orale à cette époque (xiie-viiie siècles avant J.-C.). Plusieurs autres arguments, comme l’inexistence des écrits de Socrate, les marques de méfiance de Platon à l’égard de l’écriture, dans Phèdre (Gomes 2000) et la Lettre VII (Azcárte 1872), ainsi que ses textes dialogués, qui recréent une situation de communication orale, confirment historiquement la prééminence de l’oralité par rapport à l’écriture dans le monde grec.

3Eric Havelock (1982), pour sa part, affirme que l’apparition de l’écriture a supplanté progressivement la tradition orale grecque. Il fait valoir que la rédaction des deux poèmes homériques, selon lui « confiés à l’écriture » entre 700 et 500 avant J.-C., n’a pas donné lieu à la destruction du « mode de vie oral et [des] façons orales de penser », mais a provoqué une érosion graduelle de l’oralité. L’auteur reconnaît toutefois que le processus érosif causé par la transcription des textes homériques a été long et a au moins duré quatre siècles, jusqu’à l’époque de Platon.

4Rosalind Thomas (1992), qui contredit cette thèse, affirme qu’il est difficile d’imaginer que la présence d’un texte écrit d’une poésie quelconque, au viiie siècle avant J.-C., puisse étouffer ainsi la tradition de composition orale. Elle se fonde sur l’argument que la communication orale représentait le moyen par excellence de la construction de la pensée, de l’élaboration de la connaissance et de la diffusion de la philosophie, au moins durant les trois siècles qui ont suivi l’apparition de l’écriture.

L’incidence de l’oralité sur la grammaire antique

5Les chercheurs hellénistes (Havelock 1982 ; Thomas 1992) affirment que l’usage de l’écrit dans le monde grec est resté limité. Jusqu’au iiie siècle avant J.-C., c’est-à-dire jusqu’à la création du système de ponctuation et d’accentuation, qui a contribué à la généralisation de la lecture des textes écrits, l’écriture représentait davantage une méthode de mémorisation qu’un système de communication autonome. Les chercheurs supposent en effet que la lecture des papyrus n’était pas chose aisée, car le texte, généralement écrit en lettres majuscules, dépourvu d’espace entre les mots et de toute orientation graphique, ne facilitait pas la lecture. Dans ce contexte, la création de la bibliothèque d’Alexandrie a représenté un événement culturel majeur.

6La formation de cette bibliothèque constitue en effet le marqueur définitif pour le prestige du texte écrit. Les philologues d’Alexandrie, en s’appuyant sur les réflexions des philosophes grecs, ont commencé des travaux de systématisation du savoir linguistique et ont examiné un nombre considérable de textes. Le processus de critique textuelle et le travail de recherche linguistique s’amorçaient alors. La fixation du texte par l’écriture a mis au jour des différences dans l’usage de la langue, ce qui a conduit à l’émergence d’une politique linguistique de protection de la variété, qui est connue comme le « grec classique ». Cette politique a favorisé l’émergence de la grammaire hellénistique.

7La grammaire est reconnue comme un instrument dont la genèse est l’étude de la lettre (gramma en grec et litterae en latin). Sa définition se rapporte donc nécessairement au monde de l’écriture, comme la « science des lettres », la « grammatique ». Elle représente tout d’abord « l’apprentissage élémentaire de la lecture et de l’écriture », puis, « par extension, [la] science de l’ensemble des lettres ou de la littérature (sungrammata) », à savoir la science des textes. Ainsi, les responsables de l’enseignement des lettres étaient les « grammatistes » et le « grammairien » était le professeur de littérature, chargé d’interpréter les dires des poètes et des prosateurs, comme l’affirmait Sextus Empiricus (iie-iie siècles après J.-C.).

8Au cours de l’histoire, la référence constante « aux lettres », c’est-à-dire à l’objet concret appréhendé par la vision, ainsi que la présence permanente de la littérature ont conduit les grammairiens à oublier la source originelle de la grammaire : l’oralité par l’écriture, par le truchement du texte littéraire. L’interprétation du texte, progressivement, n’entretenait plus aucun lien avec la réalité linguistique. L’incidence de l’oralité dans l’écriture élaborée était désormais considérée comme une déviation et une erreur.

Considérations sur les références à la « parole » : de la philosophie à la grammaire

9Les philosophes grecs ont commencé à réfléchir sur les propriétés du langage, également par rapport à l’écriture, en observant l’oralité. Françoise Desbordes (2007) rapporte que, dans les discussions philosophiques, les concepts de son et de lettre étaient parfaitement clairs pour les Anciens, bien que, dans le champ de la grammaire, des confusions sur ces notions existassent. Les réflexions de Platon et d’Aristote, enrichies par les contributions stoïciennes, ont guidé la systématisation de la connaissance linguistique construite à l’époque hellénistique, et qui s’est généralement transmise aux grammaires.

10Dans le Philèbe, par exemple, Platon discute de la liaison entre l’un et le multiple, et l’illustre par la relation entre le son de la voix humaine et la lettre qui le représente. Platon définit les sons discrets (le un, indivisible) et distinctifs en les classifiant par des propriétés qui les individualisent comme les voyelles, muettes et semi-voyelles, dont l’énonciation s’effectue de façon variée et infinie. Dans d’autres dialogues – Cratyle, le Sophiste et Théétète –, Platon parle aussi des éléments, des syllabes, des lettres et de leur importance pour la formation du discours. Dans le Philèbe, le terme lettre est cependant équivalent au terme élément et non pas au dessin qui représente le son. En outre, le terme grammaire utilisé dans ce texte a le sens d’« ensemble de lettres » et non pas le sens qu’il a pris par la suite.

11Les réflexions de Platon ont été reprises par Aristote, qui en a assimilé et élargi certaines et en a proposé d’autres. À propos de la conception du langage humain, Platon commence à formuler la théorie de la voix articulée lorsqu’il affirme, dans le traitement de la relation analogie et anomalie (nomos/phusis), que « non seulement les noms peuvent être attribués à tort, mais aussi les verbes et la proposition (le logos) ». Aristote (Politique, I, 10) reprend l’embryon du concept de Platon afin de commenter la capacité de l’homme à s’organiser politiquement et discute également de sa faculté à communiquer en société par l’articulation de la voix, par l’émission de sons discrets, et non pas continus comme les grognements des animaux qui, bien qu’ils expriment la douleur et la satisfaction, sont incapables de communiquer par la parole pour exprimer « ce qui est utile ou nuisible, et par conséquent aussi, ce qui est juste ou injuste » (Politique, I, 2).

12Les concepts apportés par la réflexion philosophique platonicienne et aristotélicienne ont d’abord été transposés à la grammaire par les Alexandrins, avant d’être transformés, modifiés et étendus. Ils ont permis, par accumulation, que les connaissances linguistiques évoluent à chaque époque, quoique dans des cadres théoriques distincts.

Les traces de l’oralité dans le texte des grammairiens alexandrins

13Pour le monde occidental, la Technè grammatikè de Denys le Thrace (iie-ier siècles avant J.-C.) constitue la première pierre à la construction de l’édifice grammatical. L’œuvre s’est imposée chez les Latins comme le modèle de base pour développer leur grammaire, non sans y apporter leurs contributions et introduire des changements en faisant progresser les connaissances sur le latin, puis sur les langues vernaculaires.

14Le chapitre 6 de la Technè de Denys le Thrace s’intitule « Des éléments » et concerne leur description. Bien que l’auteur définisse la grammaire comme « la connaissance empirique de ce qui se dit couramment chez les poètes et les prosateur » (Lallot 2003, p. 43), il attribue à sa grammaire un caractère descriptif-doctrinal, car elle consiste à présenter la doctrine grammaticale initiée par les philologues de la bibliothèque d’Alexandrie. L’exposition de la théorie est accompagnée d’exemples ponctuels tirés de l’Iliade.

15La définition extrêmement simplifiée de l’élément dans le texte de Denys le Thrace, dans l’ordre lettre > élément, peut déconcerter son lecteur. D’abord, le grammairien s’est référé aux lettres et à leur aspect matériel, puis aux éléments (Lallot 2003, p. 45-46). Le concept et l’organisation de l’œuvre l’inscrivent dans la tradition platonico-aristotélicienne, mais ce point de départ lettre > élément peut être à l’origine de la confusion qui est apparue plus tardivement dans les manuels de grammaire, à propos des concepts de son et oral, ainsi que de lettre et écrit.

16La référence à l’élément apparaît également chez Apollonius Dyscole (iie siècle après J.-C.), qui, selon Émile Egger (1854), est l’auteur d’une vraie encyclopédie grammaticale. Dans Syntaxe (Lallot 1997a, 1997b), le concept d’élément apparaît davantage comme le principe organisateur de la « construction » de la syntaxe que comme une unité de la parole. Ce que nous lisons dans le texte d’Apollonius se réfère seulement au fondement logique du concept d’élément, que le grammairien applique récursivement à la construction syntaxique. Toutes les explications sur les catégories grammaticales se basent sur la relation entre les termes.

17Frédérique Ildefonse (1997, p. 35) explique la méthodologie utilisée par Apollonius Dyscole pour organiser sa Syntaxe. Selon l’auteur, elle consiste à combiner et enchaîner des éléments discrets et distinctifs. Ildefonse révèle comment le grammairien avait conscience que le recours à la praxis linguistique pourrait expliquer certains phénomènes. Elle commente aussi que le grammairien grec reconnaît la langue courante pratiquée lorsqu’il effleure la définition du dialecte et se réfère aux actes de parler et de prononcer, en se basant sur le concept stoïcien de voix, comme son « sensible à l’oreille » et comme « courant d’air ». La prise en compte du fait que des traits de variation dialectale sont conformes aux parlers et sont inhérents à la production linguistique naturelle montre que le grammairien, dans son travail, en décrivant les sons dans leur immense variété, ne peut se passer d’examiner les caractéristiques de l’oralité, dans la perspective physique (phonétique) et dans la construction (syntaxique), et, par conséquent, de considérer les aspects sociaux régionaux des locuteurs, qui sont révélés par le son et par l’énoncé.

18Dans le Traité des conjonctions, par exemple, Apollonius Dyscole (2, 228, 12-25 ; Dalimier 2001) traite de l’origine du mot μῶν (môn) couramment utilisé par les poètes, mais qui, selon certains, serait incorrect et devrait être composé de μή ( : ne pas) et oὖν (oun : donc). Après avoir exposé les arguments sémantiques et formels de Tryphon, qui s’oppose au rejet de la forme simple, il affirme que la forme ὦν (ôn) n’est pas athénienne, mais ionique, et comme les Ioniens sont également attiques, il valide son usage.

19Pour défendre l’usage de la langue courante, Apollonius Dyscole se révèle plus convaincant dans la leçon sur la fonction et l’emploi des pronoms, avec le paragraphe traitant de l’emploi du « cas direct » (Syntaxe II, 49 ; Lallot 1997a, p. 160). À ce sujet, il accepte un usage considéré comme incorrect par « la plupart » des exégètes, qui estiment que la répétition du pronom de cas direct avant le verbe est obligatoire dans certaines situations. Eu égard aux usages de la langue courante et des prosateurs, Appolonius Dyscole plaide, pour sa part, que la présence du pronom n’est pas toujours exigée, même s’il souligne aussi « la force de la raison linguistique ». Sur cette question, Jean Lallot (1997b, p. 101) s’est dit étonné de la posture d’Apollonius Dyscole, qui s’en remet à l’usage, étant donné que le grammairien grec tient comme critère principal d’analyse le logos, la raison, mais pas la tribè, l’usage courant de la langue. L’helléniste se réfère au paragraphe 60 du Livre I, où Apollonius Dyscole adopte une position contraire à la précédente, car il affirme que « la façon commune de s’exprimer est subordonnée à l’autorité de la tradition, de la grécité ». Lallot s’interroge donc sur ces positions apparemment contradictoires d’Apollonius Dyscole : « Faut-il opposer les deux passages ? Certainement pas, mais il est intéressant de relever ici la dignité, explicitement reconnue à l’usage commun, de pouvoir servir d’usage de référence » (1997b, p. 102).

20Aussitôt après avoir affirmé l’autorité de la tradition, Apollonius Dyscole reconnaît qu’« il y a toutefois des formes que la tradition ne permet pas de résoudre », même s’il affirme que le recours à la théorie est toujours préférable pour trancher en cas de doute sur des formes variables. En dépit de cette recommandation, le grammairien grec est obligé de reconnaître : « Quand il y aura doute [sur une variable linguistique donnée], la mise en œuvre de la théorie associée à la prise en compte des données naturelles permettra d’éliminer des constructions incorrectes » (je souligne ; Syntaxe, I, 61 ; Lallot 1997a, p. 115, et Lallot 2012, p. 73).

Aspects de l’oralité dans le texte des grammairiens portugais de la Renaissance

21Après un bond de quelques siècles, nous retrouvons l’Antiquité classique à travers le travail du premier grammairien portugais, Fernão de Oliveira, avec sa Grammatica da lingoagem portuguesa, de 1536. Cette reprise de l’Antiquité classique est parfaitement cohérente à son époque, car les grammairiens de la Renaissance ont comme modèles les grammaires de l’Antiquité, aussi bien les alexandrines que les latines. Celle de Oliveira échappe toutefois au modèle latin, ne suit pas la Vulgate de Donat et se construit entièrement sur l’oralité.

22Marli Quadros Leite (2007, p. 87) explique que « l’étude systématique de la langue portugaise est née avec Fernão de Oliveira (1536), et sous l’égide de la description de l’utilisation de la langue effectivement réalisée, pratiquée au quotidien par les Portugais, et non pas sous celle de la norme extraite de textes littéraires » (je souligne). La perspective d’Oliveira n’est pas logico-catégorielle. Il ne part pas du présupposé que la langue portugaise est simplement « fille du latin ». Oliveira entend présenter le portugais comme une langue autonome, différenciée, par exemple, par l’absence des cas nominaux, et il affirme sa noblesse, son ancienneté et son importance politique. Il est évident, cependant, que le grammairien portugais suit la méthode aristotélicienne pour son traitement de la langue, car l’auteur part du plus petit élément du système, la lettre, qu’il définit comme « une figure de voix » (Oliveira 2000 [1536], p. 10), et passe, sans confondre l’oral et l’écrit, à la syllabe, puis au mot, qu’il appelle « diction », afin de commenter sa nature et sa structure compositionnelle. Pour ce qui a trait aux classes de mots, il fait uniquement référence à l’article, au nom, au pronom et au verbe. L’analyse syntaxique est seulement promise.

23Comme le montre Leite (2007, p. 134-135), la source de Oliveira pour expliquer la langue par les processus d’analogie et d’usage est Varron. Le grammairien latin comprend que ces processus sont complémentaires, car « les mots qui sont conformes aux règles (analogie), mais en désaccord avec l’usage en cours – non actualisés ou déjà désuets –, sont étranges, ou peuvent sonner étrangement aux locuteurs d’une génération linguistique donnée » (ibid.). Nous notons dans le texte de Oliveira la même importance de l’usage par rapport à l’analogie, lorsqu’il déclare que « ce sont les hommes qui font la langue et non pas la langue qui fait les hommes » (Oliveira 2000, p. 7).

24Le grammairien portugais, lorsqu’il traite les caractéristiques et la nature des mots, après s’être penché sur l’étymologie et avoir procédé à une classification minutieuse, ouvre un chapitre afin d’expliquer leurs similitudes et différences, par la possibilité de connaître un mot à partir d’un autre, en se positionnant, cette fois, dans le champ de l’analogie. Ainsi, il affirme : « Les noms se connaissent des verbes et les verbes avec les noms des autres parties, car ils sont différents les uns des autres et les verbes se connaissent par d’autres verbes, car ils sont similaires en quelque chose et voix » (ibid., p. 55).

25Aucune théorisation n’existe sur l’anomalie ni sur son importance pour l’interprétation de la langue, mais son concept est présent dans toute la grammaire et constitue le parti pris de Oliveira pour sa construction. Il convient de noter que le grammairien prend en compte les deux processus dans plusieurs de ses affirmations, par exemple, lorsqu’il dit que l’analogie est soumise à l’usage, car c’est ce dernier qui régit la grammaire.

26À propos des mots utilisés naturellement dans la langue, Oliveira les accepte et les intègre à la grammaire. Il précise en effet que « les dictions utilisées sont celles qui nous servent à chaque porte (comme ils disent), je dis celles que tous parlent et comprennent, qui sont propres à notre temps et à notre terre » (p. 52). D’après l’ensemble des mots utilisés, le grammairien sait reconnaître les particularités de l’usage et met en évidence le langage spécifique des groupes régionaux, sociaux, les cas adéquats aux différentes situations de communication et ceux qui sont différents en raison du temps. La bonne pratique vient de l’usage commun et oral de la langue, mais le modèle est le « parler de nos hommes » (p 10) afin de pouvoir établir des préceptes, à savoir la grammaire.

Dernières considérations

27Nous rappelons le texte de Sextus Empiricus, Contre les grammairiens, qui, cohérent avec le fondement philosophique de sa doctrine, déconstruit la grammaire par une aporie sur son utilité. Le fondement de ce philosophe, à savoir ce double socle sur lequel s’érige la théorie grammaticale, en quelque sorte, rejoint la proposition que nous défendons : la présence constante de l’usus dans le texte grammatical, ce qui n’empêche pas, d’un côté, la logique de la langue et évite, de l’autre, que l’explication résultant de l’usage de la langue soit régulière, fixe et finie. La grammaire ne se fonde pas seulement sur les textes littéraires. Elle procède aussi de l’interaction de ces derniers avec leur principale source originelle : l’oralité. Nous soutenons donc que la combinaison des deux modalités linguistiques s’avère incontournable pour appréhender la grammaire comme un instrument consignant une partie de la connaissance formée à propos de la pratique d’une langue donnée, par le biais d’usages qui sont attestés par l’écrit, mais qui procèdent de l’oralité. Enfin, nous appréhendons la grammaire comme un instrument culturel qui reflète et réfracte ce qui est inhérent à l’humanité : la langue que l’homme parle.

Bibliographie

Références primaires

Lallot Jean, 1997a, Apollonius Dyscole, De la construction (syntaxe), vol. 1, édition bilingue grec-français, introduction, texte et traduction, Paris, Vrin.

— 1997b, Apollonius Dyscole, De la construction (syntaxe), vol. 2, Notes et index, Paris, Vrin.

— 2003, La grammaire de Denys le Thrace [1989], édition bilingue, traduite et annotée, Paris, CNRS Éditions.

Oliveira Fernão de, 2000, Grammatica da lingoagem portuguesa [1536], C. Assunção et A. Torres, Lisbonne, Academia de Ciências de Lisboa.

Sources secondaires

Azcárate Patricio de, Obras completas de Platón, tome 11, Madrid, Medina y Navarro, 1872, p. 275-344.

Baratin Marc et Desbordes Françoise, 1981, L’analyse linguistique dans l’Antiquité classique, vol. 1, Les théories, Paris, Klincksieck.

Dalimier Catherine, 2001, Apollonius Dyscole, Traités des conjonctions, introduction, texte, traduction et commentaires, Paris, Vrin.

Desbordes Françoise, 1996, « A pretensa confusão entre o escrito e o oral nas teorias da antiguidade », Para uma teoria da língua escrita, N. Catach éd., traduction F. Moretto et G. Machado, São Paulo, Ática.

— 2007, Idées grecques et romaines sur le langage, Lyon, ENS Éditions.

Egger Émile, 1854, Apollonius Dyscole : essai sur l’histoire des théories grammaticales dans l’Antiquité, Paris, Auguste Durand.

Gomes Pinharanda, Fedro – ou da beleza, 6e édition, traduction et notes, Lisboa, Guimarães Editores, 2000.

Havelock Eric, 1996, A revolução da escrita e suas consequências culturais [1982], traduction J. O. Serra, São Paulo, UNESP.

Ildefonse Frédérique, 1997, La naissance de la grammaire dans l’Antiquité grecque, Paris, Vrin.

Lallot Jean, 2012, Études sur la grammaire alexandrine, Paris, Vrin.

Leite Marli Quadros, 2007, O nascimento da gramática portuguesa : uso e norma, São Paulo, Humanitas-Paulistana.

Neves Maria Helena de Moura, 2005, A vertente grega da gramática tradicional : uma visão do pensamento grego sobre a linguagem, 2e édition révisée, São Paulo, UNESP.

Parry Adam, 1971, The Making of Verse Homeric. The Collected Papers of Milman Parry, Oxford, Clarendon Press.

Thomas Rosalind, 1992, Literacy and Orality in Ancient Greece, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Ce travail a été réalisé avec le soutien de la Coordenaçao de aperfeiçoamento de pessoal de nível superior – Brésil (CAPES).

Auteur

Universidade São Paulo / CAPES

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540