Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

3. Transferts et outillage des langues

Vaudelin et le latin de son temps : quel phonétisme ?

Philippe Caron

Texte intégral

  • 1 Je remercie Olivier Bettens qui a eu l’obligeance de relire ce texte et m’a signalé des zones d’om (...)

1Entre grammaire latine, grammaire française et histoire des sciences du langage, Bernard Colombat a livré (et continue à livrer) un bon combat pour mettre sur la toile et sur le papier des grammaires qui, sans son initiative et celle de ses partenaires, seraient peut-être restées dans la poussière des micro-fiches. L’idée m’est venue, pour lui rendre un hommage bien amical, de mettre cet universitaire si adonné à sa tâche en relation avec un prêtre augustin réformé, lui aussi préoccupé de mettre un savoir au service du plus grand nombre de lecteurs1.

Au service de la lecture facilitée

  • 2 Les dates extrêmes de cet auteur sont inconnues dans les notices de la Bibliothèque nationale de F (...)

2La comparaison s’arrête là : l’œuvre de Vaudelin2, qu’il s’agisse de la Nouvelle manière d’écrire comme on parle en France (1713) ou des Instructions crétiennes mises en ortografe naturelle pour faciliter au peuple la lecture de la sience du salut (1715), procède en effet d’un désir de se mettre à la portée des plus démunis. Prenant à cœur la piété des plus humbles, il veut mettre au moins à leur disposition cette petite science du salut qu’étaient le catéchisme et les prières quotidiennes. Pour cela, il reprend le chemin de Ramus (1562 et 1572), celui de la bi-univocité recherchée entre phonème et graphème, en fondant autant que de besoin des caractères vocaliques nouveaux et en redistribuant les attributions des caractères consonantiques dont il a besoin (1713, p. 2) :

1. L’alphabet de Vaudelin (1713, p. 4). Source : Gallica.

1. L’alphabet de Vaudelin (1713, p. 4). Source : Gallica.
  • 3 Vaudelin semblait pourtant optimiste en 1715 lorsqu’il disait que « l’Experience & le Tems ont déj (...)
  • 4 Il existe une réédition fac-similé chez Slatkine et en micro-fiches chez France-Expansion.

3Il parvient alors à un ensemble de 29 caractères simples (13 voyelles et 16 consonnes) et d’un digramme <i-e> ligaturé correspondant au yod. S’ajoute un jeu de diacritiques suscrits : une indication de longueur, une indication d’aspiration, une indication d’apocope et une indication hybride d’aspiration conjuguée à un allongement vocalique. Après quoi il offre dans les Instructions crétiennes les prières et le catéchisme dans son orthographe simplifiée. Mais auparavant, dans son « Exortation au peuple », il déplore la « desolante ortografe vulgaire » (1715, p. 3) et présente avec l’assurance de la conscience tranquille son entreprise de vulgarisation. Cet effort louable n’a pas porté le fruit escompté3 puisque ces petits volumes n’ont pas été réédités au xviiie siècle à ma connaissance4. Trop d’obstacles jalonnaient l’entreprise et l’on s’intéresse peu aux démunis au temps du Roi-Soleil. Mais un bénéfice secondaire nous en revient puisque l’auteur s’emploie à rendre non la prononciation de déclamation, mais celle de l’honnête conversation qui reste pour nous difficilement restituable :

On a tasché de bien peindre la Prononciation qui est la plus usitée dans les conversations des gens de qualité qui parlent naturellement bien la Langue Françoise. Parce que la Prononciation ou le changement ou la supression de certaines Lettres dans ou à la fin des Mots est arbitraire, pour contenter les diferens gouts ; on a marqué tantost l’une & tantost l’autre de ces variations. (1715, p. 10)

4Nous restons donc dans une couche diastratique limitée, celle du français de référence, mais cette contribution n’est pas négligeable lorsqu’on manque cruellement de données indirectes sur l’oral. Certes il peut y avoir ici et là des fautes de transcription, le naturel orthographique revenant aisément au galop. On peut en juger par les errata. Vaudelin peut se tromper, ou bien son prote. Mais voilà un témoignage d’une grande valeur pour le sociolinguiste qui cherche à retrouver un certain habitus phonétique (évidemment sélectif) à tout jamais perdu. Nous pouvons ainsi faire une sorte d’archéologie de la parole, sans perdre pour autant de vue qu’il s’agit pour notre auteur d’optimiser la lecture, non de nous indiquer la juste prononciation…

Un terrain connu…

5Cette orthographe a déjà été labourée par les spécialistes des réformateurs orthographiques – par exemple, Liselotte Biedermann-Pasques (1992) – et par les phonologues (Walter 1989, Dagenais 1991). On y voit assez bien, par exemple, que Vaudelin ne note spécifiquement ni un phonétisme fermé correspondant à un /i/ nasal, ni non plus une nasale pourtant présente encore aujourd’hui dans le parler de Marseille ou de Montréal : celle du mot séquence. On y voit également le traitement graphique différencié du schwa dans ses transcriptions, noté par exemple très nettement dans les monosyllabes me, te, se mais le plus souvent omis dans les polysyllabes d’un mot (<rvni> pour revenir). Cela à l’exception notable et intéressante des dix commandements qui, composés en distiques d’octosyllabes, le mentionnent lorsqu’il fait pied. Également la persistance d’une prononciation standard /wε/ du digramme <oi> dans des mots comme foi, poids, roi. On y trouve enfin, grâce au trait d’allongement, des indications de longueur qui constituent un appui non négligeable pour l’appréciation du système vocalique du français classique. On y voit surtout que dans l’ensemble ce français de conversation ne diverge pas beaucoup du nôtre à quelques exceptions notables près (les oppositions de quantité, mais aussi une prononciation « ste » du démonstratif cette ou une simplification du groupe consonantique –tr– en « vot », « not », au lieu de votre, notre, assez surprenante aujourd’hui, car elle se maintient surtout dans un registre relâché).

… mais une pépite moins connue

  • 5 Ces manuscrits, conservés à la BNF, ont été écrits vers 1665.
  • 6 Olivier Bettens (communication privée) émet des doutes sur cette diversité sociolinguistique du la (...)

6Je me suis avisé qu’il restait un endroit mal prospecté et pourtant original : la transcription que cet ecclésiastique fait des prières les plus quotidiennes en français et en latin à l’intention des chrétiens les moins alphabétisés et aussi les règles qu’il donne pour la juste lecture de la graphie standard du latin. Bernard Colombat étant constamment à cheval entre latin et français, il m’a semblé qu’une petite incursion vers ce phonétisme ne serait pas pour lui déplaire. Comment en effet Lancelot ou Arnauld entendaient-ils ce latin, sinon dans leur oreille, du moins dans leur paroisse ? Sur ce sujet, nous restons encore très largement dépendants de la lecture que Patricia Ranum a faite des manuscrits de dom Jacques Leclerc5. Son petit volume publié chez Actes Sud (Ranum 1991) est une synthèse assez succincte effectuée alors à la demande de William Christie, actuel chef d’orchestre des Arts florissants. Je n’ai pas eu le loisir de revenir à ces manuscrits et il est probable qu’un linguiste y découvrirait encore autre chose. Or la compilation savante d’Harold Copeman (1992), Singing in Latin, nous apprend que dans l’aire gallo-romane il existait pour le latin des régiolectes et des sociolectes bien vivants encore au xviisiècle. Ainsi la prononciation protestante différait-elle de la prononciation royale, comme la prononciation royale différait à son tour de la prononciation picarde. Si l’on peut faire confiance à ce chercheur6, le paysage gagne alors en complexité et l’on pressent que la pratique pouvait être variée d’un milieu et d’une région à l’autre. Il n’était pas question de se replonger dans les sources consultées par cet érudit. En revanche ce petit corpus de latin (que j’appellerai désormais « corpus Vaudelin ») me semblait assez démonstratif et systématique pour confirmer et éventuellement infirmer ce qu’on peut appeler une doxa actuelle, laquelle résulte pour l’essentiel des repérages effectués par Patricia Ranum. Comme Vaudelin concerne surtout le phonologue et le phonéticien du français classique, peu de chercheurs, je crois, ont eu l’idée de fouiller un peu plus avant ce latin vernaculaire que l’on s’accordait depuis Érasme à trouver bizarre hors des frontières du royaume.

Les voyelles nasales du latin dans le corpus Vaudelin

7Dans un premier temps, la nasalisation extrême, maximale, me sembla presque caricaturale au regard de ce que je croyais savoir du latin gallican soutenu. Les règles dans ce petit corpus sont en effet systématiques, à peu d’exceptions près :

  • À l’intérieur de l’empan syllabique, tout caractère latin vocalique suivi d’un caractère consonantique nasal (m ou n) doit être nasalisé à la lecture selon la distribution suivante : <i> ou <e> suivi de <m> ou <n> donne /ẽ/, <a> suivi de <m> ou <n> donne /ã/ et <o> ou <u> suivi de <m> ou <n> donnent /ɔ͂/, excepté nunc, cuncti, tunc, hunc qui se prononcent /œ͂/. Il faut excepter le monosyllabein et bien sûr tous les cas où la séquence voyelle + consonne n’est pas syllabique comme dans nomine que Vaudelin transcrit logiquement <nomine>.
  • La consonne nasale subséquente est muette lorsqu’elle est suivie d’une autre consonne…
    … à l’exception du cas où il s’agit d’une autre consonne nasale : omnipotentis se lit /ɔ͂mnipotẽtis/ dans son idiolecte.

8Le résultat est assez éloquent ; le Credo de la messe latine (1715, p. 25) compte en latin de l’époque 76 mots :

2. Le Credo en orthographe naturelle d’après Vaudelin (1715, p. 25). Source : Gallica.

2. Le Credo en orthographe naturelle d’après Vaudelin (1715, p. 25). Source : Gallica.

9J’y ai dénombré 32 mots comportant au moins un timbre nasal et au total 39 timbres caractérisés par une nasalisation. Le Amen final se conclut donc sur le phonétisme surprenant /amẽn/. C’est dire que pour un étranger le latin vernaculaire gallican devait paraître bien étrange. Ce latin me fit penser d’abord que j’étais en présence de la prononciation la plus conversationnelle, la plus traditionnelle, celle de la prière intime en famille ou bien seul, avant ou après le travail, avant ou après le repas, au petit matin ou au crépuscule. Soit, mais en prolongeant ma lecture, je me suis retrouvé assez vite face aux répons qu’échangent le prêtre et l’assistance au bas de l’autel : « Introibo ad altare Dei / Ad Deum qui laetificat juventutem meam. » Et là, surprise, je retrouvais très exactement le même dialecte : /ʒyvẽtytẽm/. Pas de variation sur l’axe immédiateté/distance développé par Peter Koch et Wulf Œsterreicher (2001). « Emitte lucem tuam » donnait par conséquent en alphabet phonétique international (API) /emite lysẽm tyãm/. Perplexité, donc, probablement due au fait que je ne suis pas un linguiste spécialiste du néolatin de l’époque des Bourbons. D’où une hypothèse de béotien : étant donné le public visé, s’agirait-il d’un dialecte particulièrement conservateur ? Autrement dit, serait-il marqué socialement ? Ce serait alors postuler que Vaudelin, qui a choisi le dialecte des honnêtes gens pour le français, choisirait pour le latin un dialecte totalement attardé. Or rien dans le texte ne nous laisse entendre que sur cette dernière langue les options soient différentes. Cinquante ans plus tôt, dom Jacques Leclerc, la source principale de Patricia Ranum (1991, p. 55), distingue bien cette diction vernaculaire de la diction des « anciens », à propos des séquences voyelle + consonne de type –an–, –in–, –on– et –un– :

  • 7 La continuité phrastique suppose qu’il y ait ici une faute de transcription. La leçon « proférer » (...)

[Celles-ci], tant à la fin qu’au milieu, se doivent préférer [sic]7 en ces mots latins ante, inter, mons, mundus, comme en ces mots français Roanne, amène, mine, cône, lune. J’ai choisi ces exemples qui ont un e féminin en la dernière syllabe afin qu’on sache qu’il faut (pour le latin prononcé comme chez les anciens) préférer les voyelles et les diphtongues en leur propre son et que l’m et l’n se doivent prononcer entièrement avec un mouvement particulier de leur organe, défaut qu’on commet en ces mots, Rouen, Chemin, Mâcon, Melun, etc. (Transcription modernisée de Patricia Ranum)

Il s’agit ici de la prononciation qu’on pourrait dire aujourd’hui restituée (« comme chez les anciens »). J’ai donc voulu vérifier ce qu’il en était de la prononciation vernaculaire, car je pensais que la dénasalisation avait fait son chemin. Or ce latin gallican, on va le voir, reste toujours aussi nasal, quelles que soient les remises en cause de la Renaissance, de la Réforme, des savants et la surprise des étrangers.

Le cas particulier des nasalisations finales

  • 8 Olivier Bettens doute que l’on puisse, comme semble l’indiquer Ranum, penser que les consonnes nas (...)

10Pour ne prendre qu’un cas bien particulier et litigieux, je me suis alors concentré sur les seules finales. Il me semblait en effet que la prononciation avait évolué, notamment pour les terminaisons en –um comme dans « Dominum verbum tuum » que je croyais prononcées ainsi : /dominɔm vεrbɔm tyɔm/. Or la transcription donne en API /dominɔ͂mverbɔ͂mtyɔ͂m/. Ranum, quant à elle, semble indiquer dans ses transcriptions une nasalisation de la voyelle sans articulation consonantique subséquente (1991, p. 47). Ainsi mundum, fundum, unda et umbra se prononcent-ils d’après dom Leclerc /mɔ͂dɔ͂/, /fɔ͂dɔ͂/, /ɔ͂da/, /ɔ͂bra/8. J’ai donc vérifié dans mon corpus et je constate autre chose : toutes les finales nasalisées se terminant par le caractère –m sont transcrites avec /m/ final. Autrement dit, la nasalisation est omniprésente mais, en plus, la consonne nasale finale semble constamment présente. Pour ne prendre qu’un exemple, Spiritum se transcrit selon dom Leclerc (revu par Ranum) /spiritɔ͂/ alors que Vaudelin notera toujours /spiritɔ͂m/. Donnons donc un petit extrait pour l’édification de notre lecteur favori. Soit la fin du Credo (1715, p. 25) : « Credo in Spiritum Sanctum : sanctam Ecclesiam catholicam, sanctorum communionem ; remissionem peccatorum ; carnis resurrectionem : vitam æternam. » Cela donne alors en API :

  • 9 Le groupe de consonnes –ct– est toujours simplifié en –t– dans ce corpus.
  • 10 Les deux voyelles semblent bien en hiatus, Vaudelin disposant par ailleurs de son digramme i-e lig (...)

/ kredo in spiritɔ͂msãtɔ͂m9 / sãtãm εkleziãm katolikãm / sãtorɔ͂m kɔ͂mmynionẽm / remisio10nẽm pekatorɔ͂m / karnis rezyrεksionẽm vitãm etεrnãm /

Au total 16 nasalisations syllabiques pour 15 mots et 100 % de consonnes nasales finales exprimées.

Discussion

  • 11 Olivier Bettens (communication informelle) me signale que c’est à partir de 1750 que s’amorce une (...)

11La surprise n’est qu’apparente, car ce latin gallican persiste jusqu’à Fauré11, mais la nasalisation ne sera pas forcément la même tout au long de cette longue période et elle peut avoir varié selon qu’on chantait, psalmodiait ou disait ce latin vernaculaire qui se parlait encore entre savants. Le petit corpus Vaudelin nous permet seulement d’obtenir une coupe synchronique, certes modeste (environ 650 mots) mais assez fiable et systématique. Reste à en discuter la pertinence. Nous basculons alors dans le doute, car nous ne savons ni où ni quand est né Vaudelin, parfois appelé le père Gillet-Vaudelin. Impossible, par conséquent, de savoir si son latin est daté en 1715, impossible de savoir non plus s’il est marqué par un régiolecte quelconque. D’où une réelle difficulté à expertiser la représentativité de cet idiolecte au moment où Vaudelin publie ses deux opuscules. Pour le moment rien ne nous dit que nous pourrons en savoir plus à l’avenir. Quoi qu’il en soit, il faudra compter avec ce petit corpus pour une histoire sérieuse du latin parlé. Reste une autre question en suspens : se pourrait-il que le chant génère des prononciations moins nasales, tout simplement parce qu’esthétiquement trop de nasales nuisent à la clarté de la voix ? Je laisse cette question en suspens ou plutôt en réserve. Enfin, cette prononciation très nasale nous renseigne a posteriori sur la longue histoire diglossique de la langue haute et de la langue basse dans l’aire gallo-romane du Nord. Gageons qu’il pouvait probablement en être autrement en zone d’oc.

Conclusion

12Il y aurait encore beaucoup à dire sur les aspects segmentaux et sur la prosodie du latin parlé d’après les indications de longueur données par Vaudelin. Sans en avoir l’air, ce petit document se révèle une source précieuse. Peut-être notre ami Bernard Colombat entendra-t-il autrement son latin de grammairien avec ma modeste contribution. En tout cas ces quelques lignes sont surtout destinées à dire mon estime, mon amitié, ma reconnaissance pour un collègue charmant, ouvert, travailleur acharné et modeste. Bref, celui avec lequel tout le monde rêverait de partager un bureau ou une boisson.

Bibliographie

Références primaires

Le Clerc Jacques, manuscrits déposés à la BNF, notamment ms fr 19103 (sans titre) et ms fr 20001 (Traité du chant ecclésiastique, daté de 1665).

Ramus (Pierre de La Ramée), 1562, Gramere, Paris, André Wechel.

— 1572, Grammaire, Paris, André Wechel.

Ranum Patricia, 1991, Méthode de la prononciation latine dite vulgaire ou à la française […] d’après le manuscrit de Dom Jacques Le Clerc, Arles, Actes Sud (Musique), Préface de William Christie.

Vaudelin Giles, 1713, Nouvelle manière d’écrire comme on parle en France, Paris, veuve Jean Cot [1972, Genève, Slatkine Reprints]. En ligne sur Gallica, dernière consultation le 21 juin 2017.

— 1715, Instructions crétiennes mises en ortografe naturelle pour faciliter au peuple la lecture de la sience du salut, Paris, Jean-Baptiste Lamesle [1972, Genève, Slatkine Reprints]. En ligne sur Gallica, dernière consultation le 21 juin 2017.

Références secondaires

Biedermann-Pasques Liselotte, 1992, Les grands courants orthographiques au xviie siècle et la formation de l’orthographe moderne, Tübingen, Niemeyer, (Beihefte zur Zeitschrift für Romanische Philologie 245).

Cohen Marcel, 1946, Le français en 1700 d’après le témoignage de Gile Vaudelin, Paris, Champion (Bibliothèque de l’École des hautes études, section des sciences historiques et philologiques, fascicule 89).

Copeman Harold, 1992, Singing in Latin, s. l., H. Copeman.

Dagenais Louise, 1991, « De la phonologie du français vers 1700 : les systèmes vocaliques de Hindret (1687, 1696) et de Vaudelin (1713, 1715) », La Linguistique, no 27/2, p. 75-89.

Koch Peter et Œsterreicher Wulf, 2001, « Langage parlé et langage écrit », Lexikon der Romanistischen Linguistik, Tübingen, Niemeyer, t. 1, p. 584-627.

Walter Henriette, 1989, « Prononciation et phonologie du français à la fin du xviie siècle d’après les écrits de Gile Vaudelin », La variation de la langue en France du xvie au xixe siècle, Paris, CNRS Éditions, p. 73-86.

Notes

1 Je remercie Olivier Bettens qui a eu l’obligeance de relire ce texte et m’a signalé des zones d’ombre dont je me suis fait l’écho en bas de page. Au demeurant, cette petite contribution amicale ouvre une « taille » dans un secteur du savoir encore mal balisé. Je ne prétends nullement avoir dit sur cette question le dernier mot. Je n’ai fait que braquer le projecteur sur un gisement utile.

2 Les dates extrêmes de cet auteur sont inconnues dans les notices de la Bibliothèque nationale de France (BNF).

3 Vaudelin semblait pourtant optimiste en 1715 lorsqu’il disait que « l’Experience & le Tems ont déjà fait & feront de plus en plus conoître la Bonté, & l’Utilité de cette pieuse Invention » (1715, p. 8).

4 Il existe une réédition fac-similé chez Slatkine et en micro-fiches chez France-Expansion.

5 Ces manuscrits, conservés à la BNF, ont été écrits vers 1665.

6 Olivier Bettens (communication privée) émet des doutes sur cette diversité sociolinguistique du latin du xviisiècle et pencherait plutôt pour une croissante convergence de la prononciation dans le domaine royal.

7 La continuité phrastique suppose qu’il y ait ici une faute de transcription. La leçon « proférer » serait meilleure. Cette proposition vaut également pour l’occurrence de la quatrième ligne.

8 Olivier Bettens doute que l’on puisse, comme semble l’indiquer Ranum, penser que les consonnes nasales finales n’étaient pas prononcées par dom Leclerc. Si les transcriptions de Ranum étaient somme toute sujettes à caution, il faudrait alors postuler qu’il pouvait exister une certaine unanimité sur une période de soixante ans environ. Sur une maison ancienne de Poitiers, on trouve toutefois cette inscription « hoc est refugion meum ». On ne peut pas inférer d’une telle attestation anecdotique plus qu’elle ne laisse entendre, à savoir que le mot refugion pourrait suggérer quand même une prononciation /refygjɔ͂/.

9 Le groupe de consonnes –ct– est toujours simplifié en –t– dans ce corpus.

10 Les deux voyelles semblent bien en hiatus, Vaudelin disposant par ailleurs de son digramme i-e ligaturé pour noter un yod.

11 Olivier Bettens (communication informelle) me signale que c’est à partir de 1750 que s’amorce une dénasalisation qui fera prononcer les finales en –um de façon non nasale (/ɔm/), prononciation mise en pratique de Berlioz à Fauré. Sur cette question, Patricia Ranum mentionne le témoignage de Pipoulain-Delaunay dans la Methode pour apprendre à lire le françois et le latin de 1741 qui indique déjà nettement une tendance à dénasaliser les finales. Voir sa page web : [http://ranumspanat.com/latin_addendum.html] (consulté le 4 avril 2018).

Table des illustrations

Titre 1. L’alphabet de Vaudelin (1713, p. 4). Source : Gallica.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/12291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre 2. Le Credo en orthographe naturelle d’après Vaudelin (1715, p. 25). Source : Gallica.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/12291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 730k

Auteur

Équipe de recherche FORELL, Université de Poitiers

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540