Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

3. Transferts et outillage des langues

Comment mal traduire une grammaire

Kozma Ahačič

Texte intégral

1Un grand mérite revient à Bernard Colombat pour la réalisation du projet slovène Slovenske slovnice in pravopisi1 sur le modèle du CTLF. C’est dans le cadre de ce projet que nous avons décrit toutes les grammaires slovènes et obtenu les versions numérisées des grammaires au format PDF. Comme de nombreuses grammaires slovènes ont été étudiées pour la première fois de manière plus détaillée du point de vue de l’histoire de la grammaticographie, nous avons pu tirer de nombreuses conclusions intéressantes.

Introduction

2Dans le passé, les grammaires ont toujours suscité des critiques, évaluations et polémiques très diverses. Plus rares sont les cas où les grammaires fournissent des solutions inadéquates qui ne résultent pas d’une interprétation incorrecte des données linguistiques mais d’une traduction fautive de la partie métalinguistique de la grammaire.

3L’un des exemples de ce type provient d’une grammaire assez importante dans l’histoire de la grammaticographie slovène, rédigée en 1758 par deux jésuites de Klagenfurt (aujourd’hui dans la partie de l’Autriche peuplée par les Slovènes) et intitulée Grammatica oder Windisches Sprach-Buch (ci-après appelée G 1758). Il s’agit de la première grammaire de la langue slovène écrite en allemand (les grammaires antérieures étaient en latin et en italien). Dans la plupart des chapitres, le texte se base entièrement sur l’adaptation par Hipolit Novomeški en 1715 (Grammatica Latino-Germanico-Slavonica ; ci-après appelée HG 1715) de la grammaire de 1584 d’Adam Bohorič. La grammaire G 1758 contient un chapitre original et de très bonne qualité sur l’orthographe slovène, une introduction intéressante et originale et un chapitre sur l’étymologie (qui traite de flexion) traduit et adapté. Elle a exercé une influence sur quelques grammaires slovènes postérieures – par exemple, celles de Marko Pohlin (1768), et d’Ožbalt Gutsman (1777).

Les erreurs systématiques dans le chapitre sur la syntaxe

4En 1584, Adam Bohorič avait basé la partie syntaxique de son ouvrage sur la syntaxe de Philippe Mélanchthon (1538). Le point de départ de sa grammaire était ainsi des exemples latins, que Bohorič a traduits en slovène, puis commentés en décrivant les écarts ou correspondances des traductions par rapport aux exemples latins (Ahačič 2014, p. 219). L’adaptation du texte de Bohorič par Hipolit en 1715 (HG 1715), sur laquelle se base G 1758, reste fidèle à l’original. Par contre, dans la grammaire G 1758, le métatexte latin est traduit en allemand, ainsi que les exemples, qui acquièrent des caractéristiques syntaxiques tout à fait différentes. De nombreuses incohérences en résultent, comme la présence d’explications des traductions slovènes des exemples latins (même si ces derniers ne sont pas présents dans cette nouvelle traduction !). Le texte n’a de sens que dans le cas où l’exemple slovène s’accorde avec la règle de la grammaire latine ou quand les caractéristiques grammaticales de l’exemple latin (désormais omis) et de la traduction allemande coïncident. Ailleurs, l’exemple allemand et l’exemple slovène ne correspondent ni l’un ni l’autre à la règle ou à l’explication de départ.

Les six types d’incohérences et d’erreurs dans le livre sur la syntaxe de G 1758

Règle/exemple/titre valable ni pour l’allemand ni pour le slovène

5L’incohérence la plus fréquente en G 1758 se présente quand la règle ou l’exemple allemand et la règle ou l’exemple slovène ne correspondent ni l’un ni l’autre à l’état des choses en allemand et en slovène. Voici quelques exemples typiques.

6Dans le chapitre sur l’emploi du verbe esse au lieu de habere (HG 1715, p. 196), Hipolit a correctement retenu la comparaison de Bohorič entre le latin et le slovène : en latin, on emploie la construction est mihi [datif] domi pater [nominatif], tandis qu’en slovène on utilise une autre construction pour exprimer la même chose – le verbe imeti « avoir » qui régit l’accusatif. En G 1758 (p. 115), l’exemple latin est traduit en allemand où il a acquis les mêmes caractéristiques que l’exemple slovène (ich hab einen Vatter zu Haus), cependant, l’explication originale, qui n’est plus valable puisqu’elle s’appliquait à l’exemple latin, a été retenue : « Erklären die Windischen den Dativum mit dem Verbo jimam, welches haben heisset, und den Accusativum ozheta. » L’explication s’applique ainsi à une construction qui ne paraît pas dans G 1758.

7En HG 1715, la base du chapitre sur les constructions ablatives est faite d’exemples de l’ablatif latin suivis des traductions slovènes de ces constructions, qui sont pour la plupart commentées de façon appropriée puisqu’elles s’écartent des exemples latins par leurs caractéristiques syntaxiques. En G 1758, les exemples latins sont traduits en allemand, en raison de quoi, dans la plupart des cas, l’ablatif n’est plus présent ni en allemand ni en slovène. Un exemple latin d’une construction ablative – natione Turca (HG 1715, p. 183) – est ainsi traduit en allemand comme ein Türck (au nominatif ; G 1758, p. 201) et en slovène comme turſhkiga naroda (au génitif). Ces exemples sont accompagnés de la traduction du commentaire : « In Genitivo ohne Praeposition. » Les exemples ne correspondent donc pas au titre et l’explication ne correspond pas à l’exemple allemand.

8La traduction a produit quelques explications tout à fait fausses qui égarent le lecteur au lieu de l’instruire. Par exemple, dans la note sur les « verbes du commerce » (G 1758, p. 124-125) : « Wann aber zu diesen Wörtern [kaku dragu, taku dragu, etc. pour latin quanti, tanti, etc.] die Substantiva beygesetzt werden, alsdann werden sie in Ablativum gesetzt, v. g. Wie theuer hast du das Buch gekauffet [pas d’ablatif !], kaku dragu si ti bukve kupou [pas d’ablatif !], es kan auch gesagt werden sa kuliku. »

  • 2 Dans toutes les citations, les caractères gras et les italiques sont de l’auteur de l’article.

9Dans les cas où l’auteur de G 1758 a en outre mal compris l’accent en HG 1715, une confusion totale s’est produite. Chez Hipolit, par exemple, on peut lire ce qui suit dans le chapitre sur l’expression des sens temporels au moyen de cas (HG 1715, p. 206-207) : « Accusativus est frequentior [plus fréquent que l’ablatif dont il parle dans l’exemple précédent], cum durationem significamus seu continuum tempus : ut : Una cum gente tot annos [accusatif] bella gero, s’enim ſamim folkom, tuliku lejt ſe vojſkujem. Verbum, ſe vojſkujem, adsciscit genitivum cum Adverbio per atticismum, tuliku lejt. » En revanche, l’auteur de G 1758 a traduit et adapté ce passage comme suit : « Der Accusativus wird bey denen Windischen öffters als den Ablativus gebrauchet [il ressort du passage précédent que l’ablatif ne s’emploie pas du tout], v. g. mit diesen einzigen Volck stehe ich schon lange Jahr zu Feld, s’enim ſamim folkam, tuliku lejt [pas d’accusatif !] ſe vojſkujem, regiert einen Genitivum mit dem Adverbio tuliku. »2

10À certains endroits, on peut voir que G 1758 a voulu adapter le texte pour qu’il corresponde mieux à l’état réel des choses, mais sans succès. Chez Hipolit (HG 1715, p. 209), on peut lire des noms de localités : « Urbium nomina propria primae vel secundae declinationis singularia in genitivo posita, significant in loco : ut sum Romae [génitif], et sum in urbe Roma [ablatif], sem v’Rimu [jusqu’ici, c’est l’usage en latin qui est décrit ; ce qui suit est la description du slovène], Dativo construitur cum praepositione. Nam citra praepositionem non efferunt Slavi hos casus [l’auteur pense au locatif qu’il considère comme du datif avec une préposition et des désinences particulières]. » En G 1758 (p. 129), ce passage a été quelque peu abrégé, mais il est néanmoins incorrect : « Die nomina deren Städten der ersten und anderten Declination sing. num. haben die Bedeutung an dem Orth, als : ich bin zu Rom, sem v’Rimu, oder sem v’meſtu Rimu. » Bien que l’auteur de G 1758 ait omis l’explication qu’il s’agit du génitif (en latin), puisqu’elle n’est pas valable pour le slovène et l’allemand, il a retenu l’explication selon laquelle il s’agit de noms de la première et de la seconde déclinaison au singulier, ce qui n’est pas le cas, car les noms de localités slovènes et allemands de toutes les déclinaisons se comportent de la même façon aussi bien au singulier qu’au pluriel.

11Dans la note dans le chapitre sur la syntaxe des noms de localités, l’auteur de G 1758 (p. 130-131) a pourtant traduit la règle qui s’applique à tous les exemples slovènes (et allemands) : « Es werden auch die Nomina deren Städten mit beygesetzten praepositionibus gefunden [en slovène et en allemand, il n’existe que ce type de noms de localités, alors qu’en latin il s’agit effectivement de cas exceptionnels], v. g. Er ist nach Messanam gekommen, je priſhel k’Meſſani, oder v’Meſſano, diese werden mit einem Dativo und Accusativo gemacht. »

L’exemple allemand est mal choisi

12On trouve moins fréquemment des passages contenant un exemple allemand qui n’est pas adéquat même s’il pouvait l’être, ou un exemple allemand si mal choisi qu’il aurait mieux valu l’omettre. Une occurrence typique se trouve dans le chapitre sur le zeugme de nombre (G 1758, p. 108). Alors que l’exemple slovène correspond à la règle (letukaj njegovu oroshje, letukaj ſo njegova kula bila), puisqu’il contient un substantif et un verbe au pluriel et un autre substantif au singulier, l’exemple allemand ne convient pas, même s’il était possible de le faire correspondre. Le verbe auxiliaire est en effet répété dans les deux nombres : « Diese seynd seine Waffen, und dieser ist sein Waagen gewesen », en raison de quoi l’exemple ne fait pas sens.

La règle est incompréhensible ou absente, les exemples sont incompréhensibles

13Plusieurs chapitres seraient tout à fait cohérents si le traducteur de G 1758 avait retenu l’exemple latin. Il est évident que le texte fait référence à un élément manquant. Quelques exemples : dans la note 5 du passage qui traite des verbes impersonnels actifs, le texte entier fait référence au mot illud (« cela », au nominatif) de l’exemple latin (illud mea magni interest, te ut videam ; HG 1715, p. 215). Comme ce dernier est omis, la règle en G 1758 (p. 136) est tout à fait incompréhensible : « Bisweilen gehet der Nomin. vorher, An diesem [datif] liegt mir daran, daß ich dich sehe, Na letim [datif (locatif)] meni veliku leshi, da te vidim, allhier wird der Nominat. in Dativum verkehret, weilen die praeposit. na einen Dativum regirt. » Le nominatif dont parle la règle ne paraît nulle part.

14À un autre endroit, l’auteur de G 1758 a omis l’explication de la règle suivante concernant la syntaxe des verbes (HG 1715, p. 191) : « Verba absoluta, obſtoji et pade, absolvunt sententiam sine obliquis », mais il a retenu l’exemple. Alors que l’exemple slovène est adéquat (s’rezho red obſtoji tar pade savupajnje), l’exemple allemand (Treu und Glauben ist veräuderlich, gleich wie das Glück ; G 1758, p. 110) est traduit de façon inadéquate, en raison de quoi le chapitre entier est incompréhensible au lecteur. Les verbes latins dont parle la règle sont repris par l’auteur de G 1758 simplement par ist veräuderlich.

Le mot annoncé ne paraît ni en allemand ni en slovène

15Parfois une traduction peu judicieuse dans G 1758 annonce l’emploi d’un mot allemand qui ne paraît pas dans les exemples qui suivent. Ainsi, chez Hipolit, on peut lire (HG 1715, p. 180-181) : « Longe. Longe omnium praestantissimus orator fuit Cicero. Cicero je bil zhes vſe beſſednike beſſednik. » En G 1758 (p. 198-199) on peut lire : « Weit : Cicero ist aus allen der vornehmste Redner gewesen. Cicero je bil zhes vſe beſſednike beſſednik. » Pourtant, le mot weit ne figure même pas dans l’exemple.

Répétitions inutiles

16Puisque les mots latins et allemands ont des sens et des caractéristiques syntaxiques différents, la traduction produit des répétitions inutiles. Dans le chapitre sur les particules employées au comparatif, l’auteur de G 1758 (p. 197-198) traduit les mots latins quo et quanto (HG 1715, p. 180) par l’allemand wie et hoc, et tanto (HG 1715, p. 80) par desto, donnant la fausse impression que l’allemand a deux expressions différentes. On trouve une situation semblable dans la traduction des particularités de la syntaxe de noms de localités en latin (G 1758, p. 119 ; HG 1715, p. 211), mais avec des exemples allemands et slovènes qui n’ont rien de particulier (von Haus – is/od doma, von dem Feld – is pula, etc.) puisque les noms de localités se comportent tout à fait régulièrement dans les deux langues.

Références au latin

17Comme nous l’avons déjà noté, G 1758 retient le contenu dicté par les exemples latins, même si ces derniers sont omis. Il est remarquable que l’auteur fasse référence à ces exemples plusieurs fois dans l’ouvrage, surtout lorsque Hipolit les rappelle dans son propre texte, et même dans le cas où il aurait pu se reporter à l’exemple allemand cité : « [E]r beschuldiget seinen Schwager eines Lasters, ſvojga ſeta hudiga djanja dolshi. Dieses Verbum dolshi, regiert einen Genitivum, nemlich hudiga djanja wie bey denen Lateinern » (G 1758, p. 111 [=211]).

Conclusion

18Les types d’incohérences décrits ci-dessus ne sont pas des cas isolés. Comme le montrent 44 autres exemples dans le corpus (Ahačič 2012, p. 160-161), il s’agit d’une méthode systématique de traduction de la grammaire du latin en allemand. La grammaire du slovène de 1758 peut donc servir d’exemple pour montrer comment mal traduire une grammaire.

Bibliographie

Ahačič Kozma, 2012, Zgodovina misli o jeziku na Slovenskem : katoliška doba (1600–1758), Ljubljana, Založba ZRC - ZRC SAZU.

— 2014, The History of Linguistic Thought and Language Use in 16th Century Slovenia, Francfort, Peter Lang.

Bohorič Adam, 1584, Arcticae horulae succisivae, Wittenberg. En ligne : [http://www.fran.si/slovnice-in-pravopisi/pdf/1584Bohorič.pdf].

G 1758 = Anonyme, 1758, Grammatica oder Windisches Sprach-Buch, Klagenfurt, Johann Friderich Kleinmayr seel. Erben. En ligne : [http://www.fran.si/slovnice-in-pravopisi/pdf/1758Anonimni_Bohorič.pdf].

Gutsman Ožbalt, 1777, Windische Sprachlehre, Klagenfurt, J. A. Kleinmayer.

HG 1715 = Hipolit Novomeški, 1715, Grammatica Latino-Germanico-Slavonica : ex pervetusto exemplari ad modernam in Carniolicâ linguâ loquendi methodum accomodata, à plurimis expurgata mendis, & Germanicis aucta dictionibus / à quodam, linguae Slavicae, amatore in communem utilitatem, studiosae juventuti, Interioris Austriae, specialiter dedicata, Ljubljana, Joannes Georgius Mayr. En ligne : [http://www.fran.si/slovnice-in-pravopisi/pdf/1715Hipolit_Bohorič.pdf].

Melanchthon Philippus, 1538, Syntaxis olim a Philippo Melanthone collecta, nunc locupletata, ut sit ad usum scholarum accommodatior. Cum praefatione Phil. Melanchthonis, Strasbourg, Millius.

Pohlin Marko, 1768, Kraynska Grammatika, das ist Die crainerische Grammatik, oder Kunst die crainerishe Sprach regelrichtig zu reden, und zu schreiben, Ljubljana, J. F. Eger.

Notes

1 En ligne : [https://www.fran.si/slovnice-in-pravopisi].

2 Dans toutes les citations, les caractères gras et les italiques sont de l’auteur de l’article.

Auteur

Centre de la recherche scientifique de l’Académie slovène des sciences et des arts (Slovénie)

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540