Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

3. Transferts et outillage des langues

Méthode interlinéaire et syntaxe de la langue russe. La Methode russe et françoise de Jean Sohier (1724)

Sylvie Archaimbault

Texte intégral

  • 1 Bernard Colombat les nomme aussi translinguistiques.

1L’importance des méthodes interlinéaires1 pour l’apprentissage du latin, mais aussi pour la description comparée de la syntaxe du français a retenu l’attention de Bernard Colombat. Il est revenu à plusieurs reprises sur ce mode d’apprentissage, ainsi que sur les conséquences qui pouvaient en découler (Colombat 1999, p. 525). Bernard Colombat a su initier, piloter et mener à terme de grands travaux. C’est aussi un grand pédagogue, y compris avec ses collègues, et ses ouvrages ont souvent été pour moi source d’inspiration. J’ai choisi pour en témoigner de revenir sur une méthode interlinéaire d’apprentissage du russe pour les Français, la Grammaire et Methode Russes et Françoises… de Jean Sohier, rédigée en 1724, à Paris, sous les auspices de la Bibliothèque royale et éditée par Boris Uspenskij en 1987, ouvrage sur lequel j’ai eu déjà l’occasion de me pencher dans le passé et que je présenterai brièvement (Archaimbault 2002). Dans un second temps, je m’efforcerai de montrer la parenté formelle qui relie l’ouvrage de Sohier avec les méthodes interlinéaires alors en vogue, mais aussi de mettre en valeur la matrice conceptuelle qu’ont pu constituer les grammaires françaises de l’époque pour la description du morphème que.

 

2Bernard Colombat, synthétisant ses recherches sur les méthodes interlinéaires, a ainsi résumé les procédés selon lesquels elles ont été élaborées :

1) Le principe consiste à superposer un texte latin et un texte français, de façon à faire correspondre le plus exactement possible les mots de ces deux langues.

2) La structure de ces deux langues étant différente, l’opération suppose une réorganisation plus ou moins poussée de l’une ou de l’autre langue, ou des deux : le latin peut être reconstruit quand l’auteur se contente d’en réorganiser les mots, ou reconstruit et suppléé, quand l’auteur éprouve la nécessité d’introduire des ellipses dans un idiome plus concis que le français ; la latinisation de ce dernier peut être plus ou moins poussée : le résultat est une traduction plus ou moins littérale, qui peut atteindre une totale agrammaticalité.

3) Dans la procédure de rapprochement, l’auteur peut avoir le souci de rapporter la construction de ses textes intermédiaires à une théorie générale du langage […].

4) Les modes de présentation peuvent être extrêmement diversifiés selon que l’auteur entend fournir une plus ou moins grande variété de textes intermédiaires, des notes explicatives, ou qu’il répugne plus ou moins à altérer le texte original ou à fournir une traduction vraiment agrammaticale. (Colombat 1999, p. 124-125)

  • 2 Pour des détails sur l’organisation par l’abbé Bignon d’un foyer d’enseignement et de traduction d (...)

3En 1724, quelques années après le séjour en France du tsar Pierre le Grand, est rédigée à Paris, sous les auspices de la Bibliothèque royale, la Grammaire et Methode. En juin 1717, le tsar avait été reçu à l’Académie par l’abbé Jean-Paul Bignon (1662-1743), bibliothécaire du roi et académicien, qui l’avait fait proclamer en décembre de la même année académicien hors de tout rang, ce qui signifiait que c’étaient bien les mérites personnels de Pierre, dans le domaine des sciences, qui lui valaient cette distinction. Bignon souhaitait développer la connaissance des langues slaves en France et avait engagé pour cela deux interprètes pour les langues slavonne, russe et polonaise2. D’après les registres de la Bibliothèque nationale, Sohier occupa cet emploi de 1721 à 1727, aux côtés de Gousin, originaire de Halle. À la mort de ce dernier, en 1725, Sohier devient alors premier traducteur, il est secondé par l’abbé Girard, appelé à devenir le théoricien de la grammaire française que l’on connaît.

4Jusqu’à sa publication en 1987, l’ouvrage de Sohier était resté parmi les manuscrits slaves de la Bibliothèque nationale. Il était consulté toutefois, comme en témoigne la citation dans un traité de diplomatique de l’époque, qui lui a repris sa présentation des graphèmes slavons et russes. Il est constitué de deux parties : la Grammaire, qui présente les différentes parties du discours, dialoguant à distance avec la grammaire composée par Henry Wilhelm Ludolf, éditée en 1696 à Oxford et la Méthode, recueil de phrases illustrant certaines particularités de la syntaxe russe. C’est sur cette seconde partie que nous porterons notre attention. Le but premier de cette Méthode était sans doute de répondre à la demande expresse formulée par l’abbé Bignon de « rendre un jour service dans la Bibliotheque du roy pour ce qui regarde le Ministere et la Correspondance ». Ainsi le corpus d’exemples bilingues présenté tourne-t-il largement autour de questions susceptibles de converger vers la Chancellerie, à savoir des questions de droit civil, de réglementation des pratiques judiciaires, des affaires diplomatiques, les relations entre les cours européennes, des appréciations sur les acteurs politiques du moment, des questions militaires, négociations, préparatifs de guerre, érection de fortifications, établissement de positions de défense, pourparlers de paix, mais aussi, de façon certes plus marginale, des situations de la vie quotidienne ainsi que quelques bons mots.

5L’organisation de l’ensemble vise également à une mise en regard du russe et du français, en une juxtaposition de quatre blocs de texte pour chaque exemple. La superposition des textes par le recours à la méthode de traduction interlinéaire aboutit à la présentation d’une grammaire contrastive des langues russe et française. Le principe consiste à superposer les deux textes de façon à faire correspondre le plus exactement possible les mots. La structure des deux langues étant différente, l’auteur se livre à une réorganisation plus ou moins poussée des deux langues, en passant par l’intermédiaire d’un russe francisé (en translittération), et d’un français russifié (en traduction mot à mot).

  • 3 « Outre la peine que j’ay euë dans la seconde partie de ce livre, pour la convertion des caractère (...)

6Cette méthode, reproduite sur l’ensemble du tome, donne lieu à quatre blocs contigus : à gauche les textes russes, à droite les textes français. En haut à gauche, la phrase russe calligraphiée est en alphabet cyrillique, en dessous, en transcription phonétique en alphabet latin, en haut à droite est présentée la traduction littérale qui calque l’organisation lexicale et syntaxique de la phrase russe, et enfin, en bas à droite, apparaît la phrase française « élégante ». Cette présentation a pour effet de mettre en exergue les différences de construction des deux langues. Elle permet également, à partir de ces phrases-modèles, de pratiquer des exercices de version et de thème et de mémoriser les structures représentatives de la langue russe. Pour Sohier, il s’agit de faire apparaître le « génie de la langue » et de faciliter la tâche aux personnes curieuses de s’instruire3.

7Nous en donnons la représentation ci-dessous (Sohier 1987, t. 2, p. 13) :

Cïε много у меня мненïя умалило,
Что я объ ней прежде мыслилъ
ceci beaucoup chez moi de la pensée à [sic] diminué, que je pour elle auparavant pensé avois
Sie mnogo ou menai mneniai oumalilo, tschto ia ob neï pregde muislil ce qui me fit beaucoup diminuer de l’estime, que j’en avois concuë
  • 4 Bernard Colombat consacre au traitement de ces questions pour l’apprentissage du latin un sous-cha (...)

8Le premier tome avait été l’occasion de présenter les huit parties du discours, avec tous les paradigmes flexionnels, qu’ils soient nominaux ou verbaux et l’auteur n’y revient pas. Les 28 chapitres que comprend le tome 2 sont consacrés à des difficultés de syntaxe. C’est un recensement des difficultés de traduction du français au russe, incomplet parce que centré sur les pronoms, conjonctions et particules, tout particulièrement le pronom relatif, des « particules diverses », parmi celles-ci les « particules dites interrogatives ou conjonctives ». Et il est intéressant de constater que 13 de ces 28 chapitres concernent le morphème que, dont la diversité des emplois et des fonctions fait l’objet d’une description assez systématique4. Ainsi, sitôt passé le chapitre 1 « Du qui », le chapitre 2 traite « Du que relatif », le chapitre 3 « Du que entre deux verbes », le chapitre 4 décrit « Le que ou de après ces verbes avoir soin, tâcher, faire en sorte, faire ses efforts, prendre garde, observer, tenir la main, songer, prier » ; le chapitre 5 « Le que après ces verbes il faut, il est necessaire », le chapitre 6 « Le que après les verbes craindre, apprehender, avoir peur ».

9Revenons au premier chapitre, qui expose ceci :

Il y a deux sortes de qui, un qui relatif et un qui interrogatif ou demonstratif. Le qui relatif est celui qui a toujours un antecedent exprimé ou sous entendu, il s’exprime par которой, которая, которое [kotoroj, kotoraja, kotoroe] ou иже, яже, еже [iže, jaže, eže]. L’interrogatif est celui qui n’a point d’antecedent, il s’exprime par хто [xto] et что [čto]. (Ibid., p. 3)

10La Méthode ne donne pas de désignation particulière pour ce qui, contrairement à la Grammaire, où il apparaissait dans le chapitre consacré au pronom : « Le relatif которой kotoroï Qui ou lequel se décline de la manière suivante… » (t. 1, p. 109). Ici, nous n’avons que des sous-catégories identifiées : relatif, interrogatif, démonstratif. Ce qui distingue le relatif, c’est précisément la relation à l’antécédent, exprimé ou sous-entendu. Le pronom ici indiqué comme représentant du qui relatif est un équivalent de lequel, dans la traduction interlinéaire (t. 2, p. 3-4) :

Богъ которой владеетъ Dieu lequel règne
Bog kotoroï vladéiet Dieu qui règne
Причина которая меня на то понудила La raison laquelle me à cela à [sic] forcé
Pritschina kotoraia menai na to ponudila Le sujet qui me l’a fait entreprendre

Cette séparation des formes relatives et interrogatives est répandue dans les grammaires françaises, à l’époque où Sohier rédige sa grammaire. C’est le cas dans celle de Claude Buffier (voir Buffier 1709, p. 200).

11Le « qui relatif est ordinairement le nominatif du verbe personnel » : on s’intéresse ici uniquement au sujet dans la relative. Le relatif objet sera traité au chapitre suivant. Mais cela ne représente pas tous les cas de figure, le relatif étant susceptible d’apparaître à tous les cas directs ou indirects et après préposition. Dans la partie Grammaire, les paradigmes sont donnés complets, au singulier et au pluriel.

  • 5 « Il y a donc une grande difference entre parler russien et l’écrire ; l’un est le langage ordinai (...)

12Notons aussi au passage que la deuxième série de pronoms relatifs, iže, est d’un emploi livresque depuis le xviie siècle, où il a été largement remplacé par kotoryj (voir Breuillard et Viellard 2015, p. 206). Ludolf ne l’avait pas retenu dans sa grammaire de 1696 et il est plausible que Sohier l’a retenu au contraire par respect de la diglossie entre langue russe et langue « esclavonne », qu’il juge importante. Ce choix est cohérent avec la volonté de décrire la langue des savants et des gens de lettres5.

13L’interrogatif est caractérisé négativement : c’est celui qui n’a pas d’antécédent. Son orthographe reprend celle que donnait Ludolf, хто, et non кто, ce qui insiste sur la prononciation avec vélarisation de l’occlusive. Suivent plusieurs exemples, qui mettent bien en valeur autant les différentes fonctions qu’il peut avoir dans l’énoncé que les différences entre la structuration des phrases française et russe. On n’en retiendra ici que deux blocs (p. 6) :

Хто этимъ городемъ владеет ? qui à cette ville commande ?
Chto etim gorodem vladéiet ? qui est le Gouverneur de cette ville ?
От ково имеешьли до меня здаровье
отправить ?
de qui as-tu à moi des compliments
à faire ?
Ot kovo iméieschli do menia zdarovie otpraviti ? De quelle part viens-tu me salüer ?

14La méthode contrastive est visible ici dans ses implications : au même titre que l’alphabet cyrillique, qui crée une impression d’étrangeté qu’il convient de dépasser en s’appropriant l’alphabet, la construction russe apparaît dans son étrangeté par rapport à la française.

15Le que relatif, objet du chapitre 2 (p. 12), « se met toujours au cas que regit le verbe auquel il se rapporte », cette forme est concurrencée par что [čto] : « Au lieu de которой pour exprimer le que relatif, on se sert fort bien de что qui est alors de tout genre et de tout nombre » (p. 13). Puis, plus loin : « Pour exprimer le qui et le que relatif, au lieu de которой, on se sert encore fort bien de что [čto] qu’on met au cas du verbe auquel il se rapporte. »

16À propos « du que qui commence une phrase », l’auteur s’appuie sur des critères sémantiques, indiquant : « Trois sortes de que peuvent se trouver au commencement d’une phraze. 1. un que de desir, 2. un que d’interrogation, 3. un que d’admiration » (p. 15), distinction qui se retrouve également dans les grammaires françaises.

17De fait, on retrouve ici la question très discutée en grammaire française de la diversité des emplois du que, relatif et conjonctif. Il est clair que l’explicitation donnée concerne au premier chef la construction française, explicitation suivie immédiatement des moyens dont dispose le russe pour rendre compte de ces différences. Les difficultés de traduction du français vers le latin avaient donné lieu à différents classements, mêlant des critères morphologiques et syntagmatiques. Et le classement auquel a recours Jean Sohier s’inscrit dans la suite de François-Antoine Pomey, qui, comme le rappelle Bernard Colombat, proposait en 1666, la distinction du que relatif (relatif et interrogatif) et du que adverbe, que l’on trouve « 1) entre deux verbes (les verbes introducteurs étant regroupés en catégories sémantiques) ; 2) commençant une phrase ; 3) derrière adverbes, négations et expressions diverses » (Colombat 1999, p. 527).

18Cette classification sert d’architecture à la présentation des faits de syntaxe contenus dans la Méthode.

19On peut voir une autre empreinte des méthodes interlinéaires en vigueur en France à l’époque dans la mention chez Sohier d’un que retranché. L’omniprésence du que dans ces méthodes avait suscité la perplexité de certains grammairiens, mais elle s’est perpétuée pour des raisons de commodité pédagogique. Le que retranché désigne le que présent en français et absent en latin. Bernard Colombat a retracé l’histoire de ce procédé, dont l’efficacité a conforté la place dans l’apprentissage. Le que retranché fait son apparition à plusieurs reprises dans la Méthode, pour indiquer qu’il est présent en français et absent, ou éventuellement absent, en russe. Il est bien clair que la perspective du thème, partant d’une structure française pour en donner la construction symétrique en russe, procédant par transformation ou élimination de ce qui ne se retrouve pas dans la langue cible, accorde au morphème que une place démesurée. Mais il convient de noter qu’il est aussi très présent en russe, sous sa forme что [čto] précisément, comme relatif, avec то [to] pour antécédent, ou comme conjonction. Le public auquel l’ouvrage s’adresse étant francophone, il n’est pas surprenant que cette difficulté à saisir le que dans la totalité de ses emplois, mais surtout, à lui trouver des correspondances, se retrouve dans la Méthode russe.

20En voici un exemple : « Cette autre façon de parler il importe peu que s’exprime par нетъ ничего [net ničego] en retranchant le que, et mettant le verbe qui suit au temps permissif ou au futur de l’indicatif par стану [stanu], ou enfin, en exprimant le que par что [čto] et en mettant le verbe qui suit à l’indicatif ou au subjonctif » (p. 106). On peut voir à l’occasion le glissement entre langue objet de la description (le russe) et la langue source, voire la métalangue. Si, la plupart du temps, le que est retranché, il arrive aussi que le что [čto] soit qualifié ainsi, faisant pressentir ce qui sera identifié comme la proposition infinitive : « On retranche aussi что [čto] après ces verbes et le verbe qui suit se met à l’infinitif » (p. 100).

 

21La commodité et l’efficacité d’une pédagogie de la syntaxe par les pleins et les vides, qui avait fait ses preuves dans l’apprentissage du latin, est mise à l’essai pour l’apprentissage du russe. La symétrie supposée du latin et du russe, par rapport au français, nous rappelle que « le latin, l’esclavon et le moscovite » sont les trois langues choisies par l’abbé Gabriel Girard comme modèles de la classe des langues dites « transpositives », qui « ne suivent d’autre ordre, dans la construction de leurs frases, que le feu de l’imagination ; faisant précéder tantôt l’objet, tantôt l’action & tantôt la modification ou la circonstance » (1747, p. 24). L’exercice de transposition terme à terme des deux langues aurait bien pu amener l’abbé Girard, dont nous soupçonnons fort qu’il a, pour le moins, aidé Sohier dans la rédaction de sa grammaire, à penser sa typologie des langues.

Bibliographie

Références primaires

Buffier Claude, 1709, Grammaire françoise sur un plan nouveau, Paris, Le Clerc - Brunet - Leconte.

Girard Gabriel, 1747, Les Vrais Principes de la langue françoise, ou la Parole réduite en méthode conformément aux lois de l’usage, Paris, Le Breton.

Ludolf Henry Wilhelm, 1959, Henrici Wilhelmi Ludolfi grammatica russica quae continet non tantum praecipua fundamenta russicae linguae, verum etiam manuductionem quandam ad grammaticam slavonicam. Additi sunt in forma dialogorum modi loquendi communiores, Germanice aeque ac Latine explicati, in gratiam eorum qui linguam latinam ignorant. Una cum brevi vocabulario rerum naturalium [1696], Boris Unbegaun éd., Oxford, Oxford University Press.

Sohier Jean, 1987, Grammaire et Methode Russes et Françoises [1724]. Faksimil’noe izdanie pod redakcieij i s predisloviem B. A. Uspenskogo, Munich, Verlag Otto Sagner (Specimina Philologiae Slavicae), 2 tomes. Manuscrit : Grammaire et Methode Russes et Françoises, composées et écrites à la main par Jean Sohier, interprète en langue esclavonne, russe et polonnoise dans la Bibliothèque du Roy, divisées en deux parties, l’année 1724.

Références secondaires

Archaimbault Sylvie, 2002, « Transcription et translittération dans la Grammaire Russe et Françoise de Jean Sohier, 1724 », Alphabets slaves et interculturalité, no 12 de Slavica Occitania, p. 29-48.

Bléchet Françoise, 2004, « Les prémices d’une république des lettres franco-russe de 1717 à 1740 », L’influence française en Russie au xviiie siècle, J.-P. Poussou, A. Mézin et Y. Perret-Gentil éd., Paris, Institut d’études slaves - Presses de l’université Paris-Sorbonne, p. 161-183.

Breuillard Jean et Viellard Stéphane, 2015, Histoire de la langue russe des origines au xviiie siècle, Paris, Institut d’études slaves.

Colombat Bernard, 1999, La grammaire latine en France à la Renaissance et à l’âge classique. Théories et pédagogie, Grenoble, ELLUG.

Notes

1 Bernard Colombat les nomme aussi translinguistiques.

2 Pour des détails sur l’organisation par l’abbé Bignon d’un foyer d’enseignement et de traduction des langues slaves à la Bibliothèque royale, voir Bléchet (2004).

3 « Outre la peine que j’ay euë dans la seconde partie de ce livre, pour la convertion des caractères Russes de mes phrases, en nos caracteres François, que j’ay écris immediatement dessous, j’ay bien voulu encore m’assujetir à la traduire dans le genie de la Langue, c’est à dire, mot à mot, que j’ay mis à coté vis-à-vis au dessus du veritable sens François, pour la commodité et la satisfaction de ceux qui commencent à apprendre cette langue, et pour ne point leur augmenter des difficultés qui sont déjà assez grandes d’elles-mêmes » (Sohier 1987, Préface, p. K).

4 Bernard Colombat consacre au traitement de ces questions pour l’apprentissage du latin un sous-chapitre « Le que retranché » (1999, p. 525-532).

5 « Il y a donc une grande difference entre parler russien et l’écrire ; l’un est le langage ordinaire du païs, et l’autre est le style des Savans et des gens de lettres : le premier est ce qu’on appelle proprement dialecte et le dernier qu’on peut appeler Langue, par rapport à sa conformité avec la Langue Esclavonne, et au mélange de ses mots choisis, et de ses tours avec cette Mere Langue » (Préface, p. I).

Auteur

CNRS, Eur’Orbem (UMR 8224)

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540