Version classiqueVersion mobile

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

2. Auteurs et œuvres de l’histoire de la linguistique

Lhomond et ses prédécesseurs

Sophie Piron

Texte intégral

1Cet article expose le contexte dans lequel prennent place les Élémens de la grammaire françoise de Charles-François Lhomond (1780). Cet ouvrage marque le début de la grammaire scolaire (Chervel 1977). Il est donc important d’analyser en quoi il est l’héritier de ceux qui l’ont précédé, mais surtout en quoi il s’en distingue.

Contextes social et éditorial

2Les intérêts linguistiques de la fin du xviiie siècle positionnent le français comme socle de connaissances pour une partie de la population vraisemblablement plus importante qu’auparavant. En premier lieu, la grammaire française est désormais vue « non plus comme un auxiliaire, mais comme une propédeutique à la grammaire latine » (Chervel 2006, p. 164). En deuxième lieu, le français, et lui seul, est nécessaire à une partie de la population qui ne se destine pas au latin, mais qui a besoin d’une orthographe minimale, formulaire, dans le quotidien professionnel (Chervel 2006). Se fait jour, en troisième lieu, une demande sociale pour une maîtrise de la norme (orale et écrite), de la conversation et de la culture, chez les femmes surtout, autrement dit un public non grammatisé, qu’il soit en cours de scolarisation (ouvrage pour les demoiselles) ou déjà adulte (grammaires des dames).

3Ce contexte sous-tend le courant des grammaires élémentaires (ibid.) ou « petites grammaires ». Les publications excèdent rarement 200 pages, et portent des titres signalant la brièveté de l’étude : notamment, Abrégé, Éléments, Grammaire simplifiée et Petite grammaire. Le courant prend véritablement son essor avec l’Abrégé de Pierre Restaut (1732), puis celui de François de Wailly (1759).

Tableau 1. Le courant des grammaires élémentaires du français au XVIIIe siècle (avant 1780), en France

  • 1 Cette grammaire ne porte que sur la lecture (dénomination des lettres, assemblages des consonnes, (...)
Auteur Date Pages Titre
Grimarest 1719 108 Nouvelle grammaire réduite en tables qui donnent une très grande facilité pour aprendre la langue françoise
Gaullyer 1722 224 Abrégé de la grammaire françoise
Restaut 1732 111 Abrégé des principes de la grammaire françoise
Wailly 1759 144 Abrégé de la grammaire françoise
Rivard 1760 33 Éléments de la grammaire françoise à l’usage des enfants qui apprennent à lire, précédés de la méthode naturelle pour apprendre à lire1
Viard 1763 162
[50 pages
pour la
grammaire]
Les vrais principes de la lecture, de l’orthographe et de la prononciation françoise, suivis d’un petit traité de la ponctuation, des premiers élémens de la grammaire et de la prosodie françoise et de différentes pièces de lecture
Bertera 1773 175 Nouvelle grammaire, contenant en abrégé tous les principes de la langue française
Royon 1777 157 Traité élémentaire de grammaire et d’orthographe française
Chompré et al. 1778 59 Petite grammaire françoise
Domergue 1778 280 Grammaire françoise simplifiée ou traité d’orthographe

 

  • 2 « Ils [les enfants et les personnes plus formées qui n’ont point étudié] pourront commencer par ce (...)
  • 3 « […] renfermer les remarques dont les jeunes gens ont le plus besoin pour parler & pour ecrire co (...)
  • 4 « Les premiers élémens de la Grammaire Françoise peuvent servir de Lecture aux enfants ; c’est le (...)
  • 5 « Un livre élémentaire doit être un ouvrage intelligible plutôt qu’un ouvrage abstrait » (Domergue (...)
  • 6 « Si tant de personnes se plaignent des difficultés qu’elles rencontrent ; c’est qu’en général nos (...)

4Ces grammaires ne partagent pas toujours le même objectif. Si Restaut destine ses lecteurs à une étude plus approfondie2, Wailly vise la correction à l’écrit et à l’oral3, Nicolas-Antoine Viard précise que son ouvrage peut servir aux enfants4, Urbain Domergue recherche l’intelligibilité5, vers laquelle tendaient déjà Royon6 et Étienne-Maurice Chompré et al., tout en permettant une entrée dans les études latines.

5Quand Lhomond publie la première édition de ses Élémens de la grammaire françoise, en 1780, il inscrit clairement son ouvrage de 89 pages dans le courant des grammaires élémentaires. À cet égard, il critique l’absence de simplicité des abrégés existants et vise un auditoire scolaire, destiné à l’apprentissage du latin :

Les Enfants comprennent plus aisément les Principes de la Grammaire, quand ils les voient appliqués à une langue qu’ils entendent déja, & cette connoissance leur sert comme d’introduction aux Langues anciennes qu’on veut leur enseigner. Nous avons de bonnes Grammaires françoises, mais je doute que l’on puisse porter un jugement aussi favorable des Abrégés qui ont été faits pour les Commençants. Les premiers Éléments ne sauroient être trop simplifiés. (1780, p. iii)

6Les grammaires abrégées du français se font peut-être l’écho du même type d’ouvrages publiés pour le grec et le latin, bien que ceux-ci ne semblent pas légion. Paraissent ainsi au début du xviiie siècle un Abrégé de la grammaire grecque (Clenardus 1702) et des Rudiments de la langue latine (anonyme, 1709). D’ailleurs, les auteurs d’abrégés pour le français publient parfois en parallèle un abrégé pour le latin, voire pour le grec. C’est le cas de Denis Gaullyer (1716), de Dominique-François Rivard (1760), de Chompré et al. (1778b et 1778c) et, bien sûr, de Lhomond (1779). Rivard publie même des éléments en géométrie (1732) et en mathématiques (1740).

7La veine des grammaires élémentaires présente la particularité d’intégrer un intérêt pour l’orthographe (intérêt perceptible dans plus d’un titre), qui est au centre d’une autre veine, celle des grammaires des dames. Ce courant puise ses racines dans une évolution des idées sur l’éducation des jeunes filles. Le changement se fait sentir à la fin du xviie siècle et propose que leur éducation soit adaptée à leur rôle dans la société. Elles devront ainsi savoir lire et écrire correctement dans leur langue, sans avoir connaissance du latin (Reuillon-Blanquet 1994, Suso Lopez 2012). En France, la vogue des grammaires des dames connaît deux phases, qui correspondent à des pics de publications (Beck-Busse 2012) : 1772-1792 et 1803-1810. Signalons également deux grammaires sur le français, publiées en dehors de France : Choffin (1747) et Barthélemy (1785 et 1788). L’unité de cette veine relève du public explicitement visé dans le titre, mais le terme dames, devenu générique, vise en fait un public plus large de « non-grammatisés » (Beck-Busse 2012, p. 12). Les ouvrages affichent implicitement par leur titre une volonté de ne pas proposer un livre d’érudition, mais bien un ouvrage pragmatique : s’exprimer correctement en société.

8L’envergure des ouvrages est souvent imposante, ce qui leur permet de proposer une formation linguistique large (mais large ne signifie pas approfondie) : notamment, mais pas systématiquement, éléments grammaticaux essentiels, aspects orthographiques, procédés conversationnels et style. Ces ouvrages peuvent aussi comporter des lectures et des sujets de conversation. L’espace réservé aux notions grammaticales y est toutefois réduit. Il s’agit d’en fournir les éléments essentiels. Sur ce point, les grammaires des dames rejoignent les grammaires élémentaires, mais n’ont jamais l’objectif de préparer à l’apprentissage du latin.

9Deux systèmes linguistiques s’entremêlent dans ce courant : des grammaires de l’italien (par exemple, Antonini 1728) et du français (Panckoucke 1749, Prunay 1777). Les grammaires des dames présentent ainsi un intérêt pour l’apprentissage d’une autre langue.

10Il nous semble intéressant de relever l’intérêt de l’époque pour l’apprentissage des langues étrangères (bien que celui-ci soit parfois décrié, selon Reuillon-Blanquet 1994), et en particulier les réflexions de Nicolas Adam à cet égard. Ce pédagogue propose une méthode d’apprentissage des langues mettant au premier plan la langue française, et plus spécifiquement les principales règles de grammaire et d’orthographe. Le français est donc la clef de voûte de l’entreprise didactique. L’idée maîtresse est qu’il existe une grammaire générale et que le français est la langue par laquelle commence l’apprentissage des autres langues. Entre 1779 et 1790, Adam propose ainsi une série de grammaires de petite envergure – entre 68 et 146 pages – portant sur le français, l’italien, l’anglais, l’allemand et le latin (Reuillon-Blanquet 1994). L’ensemble de l’œuvre s’ouvre par La vraie manière d’apprendre une langue quelconque, vivante ou morte, par le moyen de la langue française (1779).

Organisation des Élémens de Lhomond

11Cette section tente de faire ressortir les particularités de la grammaire de Lhomond par rapport à celles de Restaut, Panckoucke, Wailly, Viard, Bertera, Royon, Prunay, Chompré et al., Domergue et Adam.

  • 7 Royon propose toutefois un chapitre sur la syntaxe avant celui sur l’orthographe, et Bertera après
  • 8 Son ouvrage se divise en quatre chapitres : des caractères, des mots, des signes orthographiques ( (...)

12La numérotation des chapitres chez Lhomond met en lumière le plan de l’ouvrage : une introduction non numérotée contenant des notions préliminaires (sons et lettres), dix chapitres sur les espèces de mots (un par espèce) et un onzième chapitre sur l’orthographe. Ce plan reproduit une organisation du matériau grammatical déjà entérinée par d’autres parutions : Restaut (l’édition augmentée de l’abrégé), Panckoucke, Bertera, Royon7, Domergue8 et Chompré et al. Restaut et Wailly procèdent en insérant au préalable des notions clés telles que le nombre, le genre ou la phrase. Prunay place un chapitre sur l’orthographe en tout début d’ouvrage, mais il y décrit en fait les sons et les accents en lien avec ceux-ci. Du corpus analysé ici, seuls Wailly, Viard et Adam ne proposent pas de section étiquetée orthographe ; sont toutefois présentées, en fin d’ouvrage chez Wailly et Viard seulement, des notions qui relèvent de ce domaine (chez Wailly, les sons qui s’écrivent de telle ou telle façon, les finales muettes ; chez Viard, la ponctuation).

13Pour ce qui est des parties du discours, Lhomond a suivi une option théorique encore minoritaire à l’époque et hissé l’adjectif au rang de partie du discours, au même titre que le nom (d’ailleurs nommé ainsi, et non substantif). Il faut toutefois souligner que Royon et Domergue (qui utilise, lui, le terme substantif) avaient déjà adopté cette position.

14Une analyse comparative de l’organisation des contenus au sein des chapitres sur les parties du discours permet de faire émerger le tour de force pédagogique opéré par Lhomond. Celui-ci procède à un réaménagement profond. Comme point de départ, la séparation du nom et de l’adjectif lui permet de resserrer la présentation de chacune de ces deux catégories. De plus, de manière générale, il procède à un élagage des notions et retarde la présentation de certaines d’entre elles aux « remarques particulières sur chaque espèce de mots », qui prennent place après l’interjection.

15La ligne rédactionnelle que suit Lhomond consiste à souvent rédiger selon une progression à thème linéaire : le propos d’une phrase devient le thème de la phrase ou du paragraphe qui suit. Au-delà de la progression rédactionnelle, Lhomond expose souvent les thèmes grammaticaux selon une thématique catégorielle. Autrement dit, il rassemble tout ce qui a trait à une catégorie de mots, à moins qu’il n’ait établi une séparation de niveau et rejeté certains éléments dans les remarques particulières, mais celles-ci sont également ordonnées selon les parties du discours.

16Ce choix s’oppose à une organisation plus classique, qui procède selon une répartition par domaines : sont alors traitées dans des chapitres nettement séparés les parties du discours, la syntaxe de concordance, la syntaxe de régime et, éventuellement, l’orthographe (d’usage, surtout). Or ces domaines touchent des parties du discours spécifiques. Lhomond a pris le parti d’exporter et de ventiler dans les différents chapitres des parties du discours la matière qui relève de la syntaxe de concordance et de régime, ainsi que de l’orthographe de principes. En regroupant ainsi les notions, il en devance l’exposé. Il est le seul auteur à systématiquement adopter cet ordre (voir le tableau 2) ainsi qu’une présentation très serrée, sectionnée par des titres clairs. Là est l’innovation. Lhomond semble cependant s’être inspiré de Domergue et de Restaut. Celui-ci avait regroupé les notions de syntaxe dans une section intitulée « Observations générales sur les parties du discours », qui apparaît après l’interjection et qui propose des divisions à la fois sectorielles (accord du substantif, du verbe ; régime) et catégorielles (observations sur les articles, sur les pronoms, etc.).

Tableau 2. Points traités dans les parties du discours

  • 9 Dans la section intitulée « Observations générales sur les parties du discours », qui se trouve ap (...)
  • 10 La règle est ensuite reprise dans un chapitre présentant, entre autres, la syntaxe de concordance (...)
  • 11 La règle est davantage exemplifiée que véritablement exposée.
Domaine Élément de grammaire Auteurs traitant ces éléments dans les parties du discours
Orthographe de principes Pluriel des substantifs Restaut, Wailly, Viard, Bertera, Domergue, Adam, Lhomond
Féminin et pluriel des adjectifs Restaut, Wailly, Bertera, Domergue, Adam, Lhomond
Finales des verbes selon les modes et les temps Bertera
Syntaxe de concordance Accord de l’adjectif avec le substantif (Restaut9), Panckoucke, Chompré et al., Adam10, Domergue, De Prunay, Lhomond
Accord du verbe avec le sujet (Restaut9), Domergue, Lhomond
Accord du participe passé (Restaut9), Panckoucke, Viard, Domergue, Prunay11, Lhomond
Syntaxe de régime Régime des adjectifs (Restaut9), Lhomond
Régimes des verbes (Restaut9), Viard, Lhomond

 

  • 12 Bertera (1773) le fait, mais au sein même des parties du discours, dans le chapitre du verbe.

17Le dernier chapitre de Lhomond porte sur l’orthographe. Cette notion regroupe à l’époque, d’une part, l’orthographe des lettres (ce qui comprend l’orthographe d’usage et de principes), d’autre part, l’orthographe des figures indépendantes des lettres, soit l’apostrophe, le trait d’union et les signes de ponctuation. Les grammaires du corpus se distinguent par le traitement, tant en profondeur qu’en étendue, qu’elles offrent de ce domaine. Les termes orthographe d’usage et de principe(s) ne sont d’ailleurs pas toujours utilisés. Une présentation ordonnée selon les espèces de mots n’est en place que chez Lhomond. Par contre, si celui-ci offre un exposé plus systématique que les autres auteurs, il élague fortement les notions. Ainsi, au sein des espèces de mots, seuls le nom (capitale, pluriel, h, homophones, transcription des noms en ace/asse, etc.) et le verbe (terminaisons selon les temps, que l’on ne trouve ailleurs que chez Royon et partiellement chez Chompré et al.12) font l’objet d’un traitement plus fourni. Les autres espèces sont regroupées, ce qui permet à Lhomond d’aborder le problème de l’homonymie a/à, votre/vôtre, etc. Par ailleurs, Lhomond n’hésite pas à aborder l’orthographe de principes à la fois dans les parties du discours et dans le chapitre sur l’orthographe, en en proposant un exposé un peu différent (par exemple, pour les terminaisons verbales) ou un résumé.

Conclusion

18Le petit ouvrage de Lhomond a très vite connu le succès vraisemblablement parce qu’il condense habilement les diverses attentes du marché grammatical, tout en s’adressant au premier chef à un public scolaire, destiné au latin. Sa plus grande innovation se situe dans l’organisation du matériel grammatical et consiste à intégrer la syntaxe de convenance et celle de régime à la suite de l’orthographe de principe, pour chaque partie du discours où c’est possible. Une telle organisation imposait la scission entre le substantif et l’adjectif. Lhomond est ainsi parvenu à proposer une grammaire des mots répartie en sections assez bien cloisonnées et autorisant un parcours grammatical minimal et intuitif.

19La filiation que l’on doit établir entre les Élémens de la grammaire françoise et le courant des grammaires élémentaires est ainsi dépassée par Lhomond, qui inaugure la grammaire scolaire.

Bibliographie

Sources primaires

Adam Nicolas, 1779, La vraie manière d’apprendre une langue quelconque, vivante ou morte, par le moyen de la langue française, Paris, B. Morin.

Anonyme, 1709, Rudiments de la langue latine, composés sur la grammaire du P. Emanuel Alvarez, par un père de la même compagnie […], Lyon, veuve H. Molin.

Antonini Annibale, 1728, Grammaire italienne à l’usage des dames avec des dialogues et un traité de poésie, Paris, Rollin.

Barthélemy Louis, 1785, Grammaire des dames, ou Nouveau Traité d’orthographe françoise, Genève, Paul Barde.

— 1788, La cantatrice grammairienne, ou l’art d’apprendre l’orthographe française seul, sans le secours d’un maître, par le moyen des chansons érotiques, pastorales, villageoises, anacréontiques, &c. Ouvrage destiné aux dames, Genève.

Bertera Bartolommeo Antonio, 1773, Nouvelle grammaire, contenant en abrégé tous les principes de la langue française, Paris, veuve Vallat-la-Chapelle.

Choffin David Étienne, 1747, Nouvelle grammaire à l’usage des dames, et des autres personnes qui ne savent pas le latin, t. II, Berlin, Haude et Spener.

Chompré Étienne-Maurice, Monchablon E.-J. et Batteux Charles, 1778a, Petite grammaire françoise, à l’usage des élèves de l’École royale militaire, Paris, Nyon aîné.

1778b, Petite grammaire latine, à l’usage des élèves de l’École royale militaire, Paris, Nyon aîné.

1778c, Petite grammaire greque, à l’usage des élèves de l’École royale militaire, Paris, Nyon aîné.

Clenardus Nicolaus, 1702, Nouvelle méthode de la grammaire grecque abrégée de Clénard, Paris, C. Thiboust.

Domergue Urbain, 1778, Grammaire françoise simplifiée, ou Traité d’orthographe, avec des notes sur la prononciation et la syntaxe, des observations critiques et un nouvel essai de prosodie […] par M. Domergue, Lyon, l’auteur.

Gaullyer Denis, 1716, Règles pour la langue latine et françoise, divisées en cinq parties à l’usage des collèges de l’université de Paris, 2e partie, Méthode contenant les premiers principes pour traduire le françois en latin, par Mr. Gaullyer, Paris, J. L. Nyon.

— 1722, Abrégé de la grammaire françoise, […] par M. Gaullyer […], Paris, J.-B. Brocas.

Grimarest Charles-Honoré, 1719, Nouvelle grammaire réduite en tables qui donnent une très grande facilité pour aprendre la langue françoise, par Mr de Grimarest, Paris, Ganneau et Coustelier.

Lhomond Charles-François, 1779, Élémens de la grammaire latine, Paris, Colas.

— 1780, Élémens de la grammaire françoise, Paris, Colas.

Panckoucke André-Joseph, 1749, Les études convenables aux demoiselles, contenant la grammaire, la poésie, la rhétorique, Lille, A.-J. Panckoucke.

Prunay M. de, 1777, Grammaire des dames, où l’on trouvera des principes sûrs et faciles, pour apprendre à orthographier correctement la langue française, Paris, Lottin l’aîné.

Restaut Pierre, 1732, Abrégé de la grammaire françoise, Paris, Desaint.

— 1762, Abrégé de la grammaire françoise. Nouvelle édition augmentée des Principes généraux de l’orthographe françoise, Paris, l’auteur.

Rivard Dominique-François, 1732, Élémens de géométrie, avec un Abrégé d’arithmétique et d’algèbre, Paris, Henry.

— 1740, Abrégé des élemens de mathématiques, Paris, J. Desain.

— 1760, Éléments de la grammaire françoise à l’usage des enfants qui apprennent à lire, précédés de la méthode naturelle pour apprendre à lire, Paris, Butard.

— 1760, Methode facile pour apprendre le latin, Paris, Butard.

Royon, 1777, Traité élémentaire de grammaire et d’orthographe française […] par M. Royon, Paris, D.-C. Couturier.

Viard Nicolas-Antoine, 1763, Les vrais principes de la lecture, de l’orthographe et de la prononciation françoise, suivis d’un petit traité de la ponctuation, des premiers élémens de la grammaire et de la prosodie françoise et de différentes pièces de lecture […] par M. Viard. Paris, Panckoucke.

Wailly François de, 1759, Abrégé de la grammaire françoise, Paris, de Bure l’aîné et J. Barbou.

Sources secondaires

Reuillon-Blanquet Madeleine, 1994, « Les Grammaires des dames en France et l’apprentissage des langues à la fin du xviiie siècle », Histoire Épistémologie Langage, no 16/2, p. 55-76.

Beck-Busse Gabriele, 2012, « À propos d’une histoire des ‘‘Grammaires des Dames’’. Réflexions théoriques et approches empiriques », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, no 47-48, 21 pages. En ligne : [https://journals.openedition.org/dhfles/3121] (consulté le 18 mai 2017).

Suso Lopez José, 2012, « Le rôle des Grammaires destinées aux dames dans la disciplinarisation du français (xviiie siècle) », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, no 47-48, 11 pages. En ligne : [https://journals.openedition.org/dhfles/3129] (consulté le 18 mai 2017).

Chervel André, 1977, Et il fallut apprendre à écrire aux petits Français. Histoire de la grammaire scolaire, Paris, Payot.

— 2006, Histoire de l’enseignement du français du xviie au xxe siècle, Paris, Retz (Usuels).

Notes

1 Cette grammaire ne porte que sur la lecture (dénomination des lettres, assemblages des consonnes, voyelles composées, diphtongues, etc.).

2 « Ils [les enfants et les personnes plus formées qui n’ont point étudié] pourront commencer par cet abrégé qui leur donnera une premiere notion des termes, & leur facilitera la lecture des autres livres où les regles sont plus étendues & plus approfondies » (Restaut 1732, Avertissement).

3 « […] renfermer les remarques dont les jeunes gens ont le plus besoin pour parler & pour ecrire correctement » (Wailly 1759, Avertissement).

4 « Les premiers élémens de la Grammaire Françoise peuvent servir de Lecture aux enfants ; c’est le moyen de leur en donner une première idée » (Viard 1763, p. x-xi).

5 « Un livre élémentaire doit être un ouvrage intelligible plutôt qu’un ouvrage abstrait » (Domergue 1778, p. v).

6 « Si tant de personnes se plaignent des difficultés qu’elles rencontrent ; c’est qu’en général nos livres élémentaires contribuent peu à les aplanir » (Royon 1777, p. v).

7 Royon propose toutefois un chapitre sur la syntaxe avant celui sur l’orthographe, et Bertera après.

8 Son ouvrage se divise en quatre chapitres : des caractères, des mots, des signes orthographiques (accents, apostrophe, virgule, etc.) et de la prosodie. Domergue propose ensuite un catéchisme orthographique, mais il ne s’agit en fait que d’un résumé de l’ouvrage sous forme de demandes/réponses. Par après, il propose une liste d’homonymes.

9 Dans la section intitulée « Observations générales sur les parties du discours », qui se trouve après l’interjection.

10 La règle est ensuite reprise dans un chapitre présentant, entre autres, la syntaxe de concordance et qui est placé après les chapitres sur les parties du discours.

11 La règle est davantage exemplifiée que véritablement exposée.

12 Bertera (1773) le fait, mais au sein même des parties du discours, dans le chapitre du verbe.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search