Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

2. Auteurs et œuvres de l’histoire de la linguistique

De l’utilité des langues « rares » dans la Grammaire générale de Beauzée

Jean-Marie Fournier et Valérie Raby

Texte intégral

1Les réflexions que nous offrons ici à Bernard Colombat portent sur la prise en compte descriptive et théorique de la diversité des langues dans la Grammaire générale de Nicolas Beauzée. Elles font écho à plusieurs des recherches de notre ami, passées ou en cours : nous pensons surtout à son étude sur la relation entre préposition et cas dans l’Encyclopédie, à ses travaux sur les langues « pérégrines » dans le Mithridate de Conrad Gessner, enfin à sa préparation de l’édition électronique de la Grammaire générale de Beauzée dans le Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue prochainement étendu aux auteurs du xviiie siècle (voir en particulier Colombat 1981 et 2008).

Représentation de la diversité des langues

2Dans la Grammaire générale (1767), l’exposé préfaciel des fondements de la discipline affirme avec insistance que l’observation des « différents usages des langues » est un impératif méthodologique : il en va de la « consistance de la théorie », qui n’est jamais garantie, comme en physique, que par l’expérience. Ce sont des faits, et non des principes, que Beauzée dit avoir recherchés en consultant des grammaires « de toute espèce ; hébraïque, syriaque, chaldéenne, grecque, latine, françoise, italienne, espagnolle, basque, irlandoise, angloise, galloise, allemande, suédoise, laponne, chinoise, péruvienne » (Préface, p. xv). La formule suivante frappe par sa modernité : « […] en un mot, j’ai moins compté sur les définitions & les règles des grammairiens, que sur l’analyse même des exemples qu’ils me mettoient sous les yeux » (p. xv-xvj). Comme on le sait, cette version classique de l’inductivisme est tempérée par le rationalisme de l’encyclopédiste ; le « méchanisme » de l’esprit humain est partout identique, et la différence des moyens d’expression selon les langues n’est pas telle qu’on ne puisse la ramener à des lois communes : « […] tous les peuples de la terre, malgré la diversité des idiômes, parlent absolument le même Langage sans anomalie & sans exception » (p. xvij). Si Beauzée s’inscrit parfaitement, par ces postulats, dans le prolongement du programme scientifique ouvert par Port-Royal, il étend considérablement le nombre et la diversité des langues considérées, puisque la Grammaire générale et raisonnée ne prenait en compte que – si l’on peut dire – le latin, le grec, l’hébreu, l’espagnol et l’italien. Quelle est, au-delà de ces déclarations liminaires, la place accordée dans la Grammaire générale aux langues modernes peu décrites ou peu connues des grammairiens européens ?

3Nous laissons donc de côté, pour cette brève enquête, les langues, anciennes ou modernes, grammatisées de longue date et dont la préface n’a aucun mal à souligner l’utilité pour la connaissance des livres saints, des sciences et des arts. Rien n’est dit en revanche de l’utilité de langues comme le « lapon », le « péruvien », le basque ou le chinois, situées aux confins de la grammaire, « vaste région, qui n’est, pour ainsi dire, qu’apperçue » (ibid.). Seconde limitation à notre propos : nous privilégions les langues convoquées pour leurs propriétés morphosyntaxiques. Ce choix exclut la grande majorité des renvois au chinois, qui concernent la phonétique et le système graphique. Enfin, nous ne tiendrons pas compte de la mention des langues inscrites dans la restitution par Beauzée des spéculations de Charles de Brosses sur l’étymologie, la formation et l’origine des langues. Ce sont donc les livres II et III de la Grammaire générale qui nous intéressent. Ils présentent, pour les langues que nous retenons, la répartition suivante :

Tome 1, Livre II :  
Chapitre III. Des Adjectifs basque, suédois
Chapitre IV. Des Verbes chinois, langue franque, suédois
Tome 2, Livre III :
Chapitre III. Des Nombres polonais, langue franque, lapon, suédois
Chapitre IV. Des Cas basque, lapon, péruvien
Chapitre VI. Des Modes langue franque, polonais, suédois
Chapitre IX. De l’Ordre de la phrase polonais

Ces langues sont donc alléguées dans la discussion d’un nombre restreint de catégories linguistiques, nous y reviendrons (section 2). Leur simple inventaire soulève au moins deux questions conjointes : que recouvrent ces dénominations, et quelles sources descriptives Beauzée a-t-il utilisées ?

4Le système de références de la Grammaire générale (titres cités en marge et développés dans la table des matières finale) permet d’identifier quelques-unes de ces sources pour le lapon et le chinois :

  • lapon : Henrik Ganander, Grammatica lapponica, 1743 ; traduction par M. de Kéralio de l’ouvrage allemand de M. Hœgstrœm, « Description historique de la Laponie suédoise » ; M. de Kéralio, Collection de différents morceaux sur l’histoire naturelle & civile des pays du Nord, sur l’histoire naturelle en général, sur d’autres sciences, sur différents arts ; traduits de l’allemand, du suédois, du latin, avec des notes du traducteur, 1762.
  • chinois : Étienne Fourmont, Grammatica sinica (le titre donné en table des matières est différent : Linguæ sinarum mandarinicæ hieroglyphicæ Grammatica duplex, latinè & cum characteribus sinensium), 1742.
  • 1 La préface de la Grammaire générale (p. xxxix) souligne que ce collègue de l’École royale et milit (...)
  • 2 Pourquoi ce glossonyme, alors que le terme quicchua est employé dès les premières grammaires ? Nou (...)

En revanche, aucune référence n’est donnée pour le péruvien, le suédois, le polonais, le basque, la « langue franque » (définie comme « la langue du commerce des Échelles du Levant », il s’agit donc probablement de la lingua franca). Le terme lapon désigne vraisemblablement une ou plusieurs langues sames : la langue décrite par Ganander a été identifiée comme du same Torne, sous-dialecte du same norvégien ou same du Nord (Häkkinen 2000, p. 809). Pierre Hœgstrœm quant à lui définit le lapon comme « un dialecte Finlandois, mêlé de Suédois & de Norvégien » (1770, p. 497). Pour le suédois, on peut supposer que Beauzée a pris son information auprès d’Étienne de Kéralio1. Aucune grammaire du basque n’est citée mais l’article « Préposition » de l’Encyclopédie méthodique renvoie, de façon critique, à El imposible vencido : arte de la lingua bascongada de Manuel Larramendi (1729 ; Beauzée 1786, p. 201). Pour le péruvien (probablement le quechua2), nous n’avons trouvé trace d’aucun ouvrage cité. Enfin, aucune mention n’est faite de deux des langues modernes dont Beauzée affirme pourtant, en préface, avoir consulté les grammaires (voir citation plus haut) : l’irlandais et le gallois.

5Dans ce qui suit, nous allons confronter certaines analyses de Beauzée avec celles des auteurs dont il donne la référence explicitement ou, dans le cas où la référence n’est pas identifiable, avec celles des contemporains qu’il a pu consulter de première ou seconde main.

Quelques enjeux théoriques de la prise en compte des langues peu décrites dans l’argumentation

  • 3 Comme à ceux, pourrions-nous ajouter, de nombre de linguistes de notre temps.

6On peut tenter d’essayer de comprendre, ou au moins de formuler certains de ces enjeux en observant à quel propos (pour illustrer quel type de problème ou quelle question théorique) Beauzée mobilise des langues différentes du fonds classique de l’exemplification des grammaires générales. Comme il l’indique de façon très claire, ce qui l’intéresse dans l’archive grammaticale qu’il consulte, ce sont les exemples, les données collectées par les grammairiens, et non l’analyse qu’ils en donnent, qu’il considère avec méfiance : « Je me suis tenu en garde contre les surprises des préjugés, contre les illusions de l’aveugle routine, contre les assertions vagues & non éprouvées, contre les règles hasardées, contre les systèmes calqués sans modification d’une langue sur une autre » (1767, I, Préface, p. xv). Attitude très moderne disions-nous plus haut que ce rapport critique à l’archive qui vaut pour ce qu’elle documente des états anciens ou des langues inconnues (le cas échéant disparues). Les termes employés (routine, préjugé) éclairent ce qui paraît, aux yeux de l’encyclopédiste3, être un obstacle à la connaissance vraie des phénomènes : le transfert des catégories et des notions issues de la tradition grammaticale aux langues dans leur diversité, dont l’analyse est ainsi conduite d’après des systèmes inadaptés.

7Un des exemples de ces transferts malheureux sur lequel Beauzée revient plusieurs fois est celui du modèle classique de la flexion à six cas, dont l’inadéquation est étayée par l’allusion au lapon :

[…] <les grammariens du basque et du péruvien> ont cru devoir reconnoître les Cas correspondants à ceux du latin ; mais ils n’ont osé en admettre d’autres que les latins n’avoient pas nommés : peut-être ne leur manquoit-il que des dénominations, pour établir plus de Cas ; & peut-être l’eussent-ils fait, s’ils avoient vu dans la Grammaire lapone le locatif, le médiatif, le négatif, le factif, le nuncupatif, le pénétratif, le descriptif, &c. (1767, II, p. 161)

8Il semble en effet que Ganander, qui publie sa Grammatica laponica en 1743, ait été parmi les premiers à étendre la liste au-delà des six cas du latin. On lit en effet page 13 : « Casus nominum sunt tredecim. 1. Nominativus. 2. Genetivus. 3. Dativus. 4. Accusativus. 5. Vocativus. 6. Ablativus. 7. Locativus. 8. Mediativus. 9. Negativus. 10. Factivus. 11. Nuncupativus. 11 [sic]. Penetrativus. 13. Descriptivus ». Barthold Vhael (1733), dont s’inspire Ganander, auteur, lui, d’une grammaire du finnois, en donne quatorze pour cette langue ; et une grammaire un peu antérieure, celle de Crugerus (ca 1640), restée à l’état manuscrit et qui ne nous est connue que par des intermédiaires (Korhonen 1987, p. 93), en reconnaît douze. C’est sans doute ce qui explique le flou emphatique de la formule de Beauzée : « […] les grammairiens lapons en [c’est-à-dire des cas] comptent jusqu’à quatorze » (1767, II, p. 160). L’encyclopédiste paraît assez bien informé du débat qui s’esquisse dès cette époque sur le nombre des cas identifiables dans ces langues.

9Nous allons présenter maintenant de façon plus précise trois exemples que nous croyons significatifs du traitement de l’archive grammaticale par Beauzée. Ils nous paraissent propres à éclairer, à travers le regard critique porté sur les données et leur analyse par les grammairiens, ce que l’on pourrait appeler l’épistémologie beauzéenne. Les deux premiers concernent le statut de la question des enclitiques, telle qu’elle se lit dans le traitement de l’article en suédois et des cas du péruvien ; le troisième a trait à la question de l’idiotisme.

L’article en suédois

10C’est un cas intéressant de réorganisation de l’analyse que Beauzée a pu lire ou à laquelle il a pu avoir accès. Il écrit ceci :

Les suédois, dépourvus, comme les latins, de l’Article indicatif, sont pourtant parvenus à la même précision qu’il met dans nos langues modernes, au moyen de deux formes différentes que leur usage a données aux noms appellatifs : yngling (jeune homme), dygd (vertu), bock (livre), quinna (femme), broed (pain) ; voilà des noms appellatifs sous la forme indéfinie, & avec abstraction des individus : ynglingen, (le jeune homme) dygden (la vertu), bocken (le livre), quinnan (la femme), broedet (le pain) ; voilà les mêmes noms appellatifs sous la forme définie & avec application aux individus. La manière suédoise n’est peut-être pas fort différente de la manière basque ; quoique les grammairiens des deux langues, d’après lesquels je viens de parler, s’expriment bien diversement. (1767, I, p. 313‑314).

  • 4 « Les dénominations de prénom et d’adjectif prépositif ne sont pas plus heureuses [scil. que celle (...)

La grammaire que Beauzée (ou ses informateurs, comme Kéralio) a pu consulter est celle de Nills Tiällman (1696). On y lit que le suédois connaît (notamment) deux formes de l’article : un article indéfini en et un article postposé ou suffixé, marquant le défini, qui prend la forme en (–n) ou et, selon la finale ou la catégorie nominale concernée (p. 167 et suivantes). Il est intéressant que Beauzée d’une part ne retienne que le second, et d’autre part ne semble pas le catégoriser comme tel. Certes il n’est pas dans son propos de traiter de l’article indéfini. Mais l’exemple du suédois permet de montrer que l’indication du « sens individuel dans les noms appellatifs » peut être réalisée par des procédés divers selon les langues : par l’article comme en français, espagnol, italien, anglais, allemand, ou, comme en basque et en suédois, par ce qu’il nomme une « particule enclitique ». Qu’est-ce qui distingue ces deux fonctionnements ? Sur le plan sémantique, les dispositifs sont identiques, ils marquent tous deux le « sens individuel » des noms appellatifs, et réalisent différemment « une espèce nécessaire partout » (1767, I, p. 311), car « ce qui est essenciel dans une langue, l’est dans toutes » (p. 310). Pour autant la manière suédoise, comme celle du basque, ne mobilise pas pour Beauzée une unité qu’il reconnaît comme véritable article, mais une particule qui, jointe au nom, n’introduit qu’une modification dans sa forme : avec ou sans particule, on n’a affaire en effet qu’à « deux formes différentes du nom » (p. 313). Pourquoi ne pas considérer que cette particule enclitique est un article postposé, puisque Beauzée reconnaît cette possibilité illustrée par des constructions du latin comme pater meus4 ? On se prend à regretter ici que l’auteur n’intègre pas dans le raisonnement les données du roumain, dont il ne dispose manifestement pas : l’article défini dans cette langue est en effet soudé à droite du nom et issu de manière transparente, comme dans la plupart des autres langues romanes, de l’ancien démonstratif latin ille.

  • 5 Cette grammaire, achevée en 1684 d’après sa préface, n’a pas été publiée avant 1884 et ne semble p (...)

11C’est donc le caractère enclitique des formes suédoises et basques qui conduit à ce traitement différentiel. Ici, le silence sur les formes préposées, à valeur indéfinie, pourtant identifiées comme des articles dès la toute première grammaire suédoise d’Ericus Aurivillius5 (1884, p. 17), en, een, ett (en man, een quinna, ett ting), est évidemment déterminant puisque Beauzée de son côté ne reconnaît pas dans son système universel des déterminants l’article indéfini comme une catégorie distincte du numéral (1767, I, p. 381-383).

Les cas en quechua

12Le traitement auquel Beauzée soumet les données du quechua est le reflet d’un débat d’une portée épistémologique analogue. Il s’agit en effet de montrer que l’« aveugle routine » masque, dans l’examen, les faits de portée vraiment générale, cette « unité constante et la simplicité invariable […], l’identité constante des principes nécessaires à l’analyse et à la manifestation de la pensée » dans toutes les langues (1767, I, p. 310).

13L’observation générale est ici d’ordre typologique : il y a des langues sans cas et d’autres sans préposition, « entre ces deux extrêmes, il est aisé d’imaginer une foule d’idiômes avec des Cas & des prépositions, de manière que la quantité des uns sera toujours en raison inverse de la quantité des autres » (1767, II, p. 162). Le péruvien est l’exemple d’une langue sans préposition (« ce sont des particules enclitiques qui se mettent à la fin des mots », p. 160), mais disposant de beaucoup de cas ; ce que les grammairiens consultés n’ont pas vu :

Il est vrai que les grammairiens que j’ai lus sur ces langues, n’ont pas manqué d’en calquer la Grammaire sur celle du latin, & d’en réduire les Cas à six : mais les Cas qu’ils assignent sont formés comme je viens de le dire ; & en parlant ensuite des postpositions (car c’est ainsi qu’ils nomment les enclitiques qui répondent à nos prépositions), ils ne manquent pas de remarquer le même méchanisme. (Ibid., p. 161)

14C’est le cas en effet de Domingo de Santo Tomás dans sa grammaire du quechua (Arte de la lengua général de los indios de los Reynos del Peru, 1560). Cet auteur ne relève que six cas (plus tout de même l’effectif qu’il ajoute à la liste canonique, f. 7r-v) :

nominativo yayánc el señor
genitivo yayánc pa del señor
dativo yayánc pi para señor
accusativo yayáncta ou yayáncman al señor
vocativo xe ou xay yayánc o señor
ablativo yayáncpi ou yayáncmanta enel señor ou del señor
effectivo yayáncguan con el señor

Mais plus loin, dans le chapitre consacré aux prépositions, il discute le statut de ces unités qui servent à marquer les cas, d’abord identifiées, conformément à la tradition européenne, comme des articles (articulos). Il faut les considérer en réalité comme des prépositions :

  • 6 « […] lesquelles [les prépositions] sont toutes les particules dont on a parlé plus haut dans la d (...)

[…] las quales [las preposiciones] son todas las particulas arriba dichas en la declinacion del nombre. τc. Porque si solamente fueran articulos no tuvieran la significacion que vemos que tienen de preposiciones y asi son preposiciones. Y aunque lo son en significacion y officio : pero en el sitio son postposiciones : que siempre se postponen a los tales casos. (f. 50v-51r ; nous soulignons)6

C’est dans ce raisonnement que Beauzée voit une inconséquence justifiant sa propre relecture des données : ces affixes ne doivent pas être traités comme des prépositions (voire des postpositions). L’ajout d’un enclitique constitue la marque d’une flexion, et n’est pas seulement un équivalent de la flexion latine, comme le sont les articles (formes de création romane) sous la plume de nombreux grammairiens des vulgaires à la Renaissance.

15Alors que la démarche de Santo Tomás, caractéristique des grammairiens missionnaires qui étendent le modèle de la grammaire latine, argumente en faveur du traitement comme préposition (en réalité postposition) d’une unité que par commodité il a d’abord décrite comme un article, Beauzée raisonne en termes de grammaire générale : un affixe n’est pas une partie du discours.

L’accusatif prépositionnel : un idiotisme ?

16Ce qui est surprenant toutefois, c’est que le cas particulier de la formation de l’accusatif en quechua (qui apparaît dans la déclinaison ci-dessus) est repris dans une autre argumentation de sens tout différent. Le point porte cette fois sur la construction de l’accusatif dans les langues. Dans le péruvien, écrit Beauzée :

  • 7 Comme l’avait remarqué Bernard Colombat (1981), le péruvien et le basque apparaissent dans le rema (...)

[…] l’enclitique man est le signe du rapport de tendance que les latins expriment par ad ou in ; & en mettant cette particule à la fin du nom runa (homo), on a l’Accusatif runaman, mais qui vaut littéralement le latin ad hominem ou in hominem, & non pas simplement hominem : ainsi on dit en péruvien cuyani runaman, ce qui se dit en latin amo hominem ; mais le péruvien signifie littéralement amo AD hominem. C’est dans la langue basque un procédé tout pareil. (1767, I, p. 140 et 160)7

Le passage ne fait sens que si l’on admet que Beauzée s’appuie cette fois sur la valeur prépositionnelle de la particule man, qui fait l’objet de la discussion précédente. En quechua, comme en basque, « les cas […] se forment par des particules enclitiques qui tiennent lieu de prépositions ; & […] il n’y a pas d’autres prépositions dans ces idiômes, que ces enclitiques » (ibid.).

  • 8 Beauzée fournit quelques attestations de l’accusatif régime prépositionnel chez Quintilien, Cicéro (...)

17L’argument vient à l’appui d’une théorie de la construction de l’accusatif, laquelle s’inscrit plus largement dans une théorie des cas dont Bernard Colombat a lumineusement exposé les enjeux dans son article de 1981 : selon Beauzée, la valeur des cas dans les langues est relative à l’existence ou non des prépositions. En latin, l’accusatif et l’ablatif sont « complétifs » (ils marquent le « complément grammatical » de la préposition), le génitif et le datif sont « adverbiaux » (ils renferment la valeur d’une préposition et du mot fléchi). Il s’ensuit que la préposition, qui exprime un « rapport de tendance », est toujours supposée par l’accusatif latin, même si, en régime du verbe actif, elle n’est que rarement exprimée8. L’hébreu, qui l’exprime parfois après les verbes actifs (1767, II, p. 137-138), mais aussi les « langues cultivées de l’Europe », ainsi que le basque et le péruvien, l’attestent :

Tout concourt donc pour mettre dans la dépendance d’une préposition, l’Accusatif qui passe pour régime du verbe actif relatif. Les procédés de la langue hébraïque & de l’espagnole & quelques-uns de la nôtre le prouvent d’une manière : ceux de la langue basque & de la péruvienne le prouvent d’une autre manière : la langue latine elle-même en fournit quelques exemples : & l’analogie l’exige à double titre ; I°. parce que le système des Cas en sera plus simple & plus vrai-semblable ; 2°. parce que la Syntaxe du verbe actif sera plus analogue à celle du verbe passif, comme elle le doit être, puisqu’on les juge également relatifs & qu’il s’agit de part & d’autre de rendre sensible la relation au terme conséquent. (Ibid., p. 141)

  • 9 Bernard Colombat (1981, p. 16-18) a rendu compte des hésitations de Beauzée sur ce point, et des d (...)

La transitivité prépositionnelle du verbe actif est le système général, la transitivité directe l’exception9, et le basque et le quechua, langues sans prépositions selon Beauzée, en sont paradoxalement la preuve.

18Il y a dans ce retournement du statut de l’exception dans l’explication et l’analyse, dans cette généralisation de l’idiotisme, un trait qui nous paraît fondamental dans la démarche de Beauzée. Le critère du général n’est pas l’abondance des attestations dans les langues les plus documentées. Ériger en modèle la forme rare, habituellement reçue comme une exception, que suppléent les usages les plus fréquents, mais qui est toujours supposée par eux, est un tour élégant et efficace pour effacer, précisément, les exceptions et manifester l’« unité constante » et la « simplicité invariable » qui organisent toutes les langues.

Bibliographie

Références primaires

Aurivillius Ericus O., 1884, Grammaticae Svecanae specimen, G. Stjernström éd., Uppsala, E. Berling.

Beauzée Nicolas, 1767, Grammaire générale, ou Exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage pour servir de fondement à l’étude de toutes les langues, Paris, J. Barbou, 2 volumes.

― 1782, article « Cas », Encyclopédie méthodique, t. 1, Paris, Panckoucke, p. 349‑357.

― 1786, article « Préposition », Encyclopédie méthodique, t. 3, Paris, Panckoucke, p. 200-216.

Ganander Henrik, 1743, Grammatica lapponica […] opera ac studio Henrici Ganandri […] elaborata […], Stokholm, L. Salvius.

Hœgstrœm Pierre, 1770, « Description historique de la Laponie suédoise », traduction de Kéralio et adaptation par l’éditeur, Continuation de l’Histoire générale des voyages, t. XIX, Paris, Panckoucke, p. 483-552.

Kéralio Étienne de éd., 1756-1772, Collection de differens morceaux sur l’histoire naturelle & civile des pays du Nord, sur l’histoire naturelle en général, sur d’autres sciences, sur différens arts ; traduits de l’allemand, du suédois, du latin, avec des notes du traducteur […], Paris, R. Davidts.

Santo Tomás Domingo de, 1560, Grammatica, o Arte de la lengua general de los Indios de los Reynos del Peru, Valladolid.

Tiällman Nils, 1696, Grammatica Suecana äller Enn Svensk Språk-ock Skrift-konst, Stockholm.

Vhael Barthold G., 1733, Grammatica fennica […] reserans […] peculiarem, ab aliis europaeis linguis differentem genium, flexiones et conjugationes, orientalibus, primaevae inprimis, adfines, illustrans, opera et studio Bartholdi G. Vhael […], Abo, J. Kiämpe.

Références secondaires

Colombat Bernard, 1981, « Préposition, cas et syntaxe latine dans l’Encyclopédie », Histoire Épistémologie Langage, no 3/2, p. 3-20.

― 2008, « L’accès aux langues pérégrines dans le Mithridate de Conrad Gessner (1555) », Histoire Épistémologie Langage, no 30/2, p. 71-92.

Häkkinen Kaisa, 2000, « Early grammatical descriptions of Finno-Ugric », History of the Language Sciences : an International Handbook on the Evolution of the Study of Language from the Beginning to the Present / Geschichte der Sprachwissenschaft, S. Auroux et al. éd., Berlin - New York, De Gruyter, vol. 1, p. 806-814.

Hovdhaugen Even, 1987, « The first vernacular grammars in Europe : the Scandinavian area », Histoire Épistémologie Langage, no 9/1, p. 73-89.

Korhonen Mikko, 1987, « Les grammaires des langues finno-ougriennes : esquisse historique », traduction Ahlquist Anders et Auroux Sylvain, Histoire Épistémologie Langage, no 9/1, p. 91-110.

Notes

1 La préface de la Grammaire générale (p. xxxix) souligne que ce collègue de l’École royale et militaire a appliqué avec succès les principes de l’encyclopédiste pour rédiger une grammaire du suédois.

2 Pourquoi ce glossonyme, alors que le terme quicchua est employé dès les premières grammaires ? Nous posons la question à Bernard Colombat.

3 Comme à ceux, pourrions-nous ajouter, de nombre de linguistes de notre temps.

4 « Les dénominations de prénom et d’adjectif prépositif ne sont pas plus heureuses [scil. que celles d’adjectif métaphysique]. Outre que le mot de prénom est universellement consacré à signifier le premier et le plus individuel des noms propres que portait chaque romain ; ni cette dénomination ni celle de prépositif ne peuvent convenir assez généralement aux Adjectifs que l’on veut désigner, puisque le génie de toutes les langues ne les place pas, comme dans la nôtre, avant les noms qu’ils modifient. Nous disons véritablement MON père, touchant CETTE musicienne ; mais les latins disaient fort bien, pater meus, de fidicinâ ISTHAC » (1767, I, p. 307‑308).

5 Cette grammaire, achevée en 1684 d’après sa préface, n’a pas été publiée avant 1884 et ne semble pas avoir circulé. Voir Hovdhaugen (1987).

6 « […] lesquelles [les prépositions] sont toutes les particules dont on a parlé plus haut dans la déclinaison du nom, etc. Parce que si ce n’étaient que des articles, elles n’auraient pas la signification de préposition que nous voyons qu’elles ont. Et pourtant elles sont bien des prépositions par leur signification et leur rôle : mais pour leur place, ce sont des postpositions : parce qu’elles se postposent toujours aux cas. » Nous remercions Otto Zwartjes qui nous a fourni une interprétation éclairante de la dernière séquence de cette analyse : Santo Tomás nomme caso la forme nominale elle-même (yayanc), au motif que bien qu’elle soit invariable en quechua (l’expression de sa « déclinaison » passe par la « préposition postposée »), elle est, par sa nature nominale, porteuse d’un cas, fût-il non marqué morphologiquement. Comme le dit Santo Tomás après avoir exposé le paradigme de la « déclinaison » du nom par l’article : « De manera que todos los casos son invariables & indeclinables » (f. 5r) ; « Ainsi tous les cas sont invariables et indéclinables ».

7 Comme l’avait remarqué Bernard Colombat (1981), le péruvien et le basque apparaissent dans le remaniement de l’article « Préposition » pour l’Encyclopédie méthodique. Il en va de même dans les ajouts faits par Beauzée à l’article « Cas ».

8 Beauzée fournit quelques attestations de l’accusatif régime prépositionnel chez Quintilien, Cicéron et Plaute (1767, II, p. 140-141).

9 Bernard Colombat (1981, p. 16-18) a rendu compte des hésitations de Beauzée sur ce point, et des différents états de sa réflexion : considérant d’abord (article « Infinitif », Encyclopédie méthodique, t. 2, p. 333) que l’accusatif peut avoir deux emplois (direct et indirect), il renonce dans l’article « Verbal » (ibid., t. 3, p. 619) à cette hypothèse : l’accusatif latin est toujours prépositionnel.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540