Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

2. Auteurs et œuvres de l’histoire de la linguistique

Du général et du particulier dans la Méthode universelle pour apprandre facilemant les langues, pour parler puremant et escrire nettemant en françois, recueillie par le sieur Du Tertre (Jean Macé)

Francine Mazière

Texte intégral

  • 1 Macé est le nom d’entrée à la BNF. Léon de Saint Jean est son nom en religion. Mais il signe aussi (...)
  • 2 Il faudrait renvoyer sur le sujet à un très grand nombre d’articles et publications, en particulie (...)

1La Méthode universelle de Macé1 publiée en 1651 s’inscrit dans la lignée des grammaires générales, portes à l’apprentissage des langues (Auroux et Mazière 2007), mais relève aussi, dans les années 50 du xviie siècle, du partage des outils linguistiques en grammaires et remarques, plus ou moins engagées dans des politiques linguistiques appliquées à des langues particulières. L’objet de cet article est restreint. Il ne propose pas de situer la Méthode universelle dans la lignée des grammaires générales ou des méthodes d’apprentissage, les unes et les autres abondantes2, mais de préciser la spécificité originale de sa visée, et de l’illustrer à partir d’un fonctionnement décrit par l’auteur : celui du couple de synonymes.

  • 3 Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue, Classiques Gar (...)
  • 4 Les remarques sont précédées d’un appel à une remédiation de l’écriture par une normalisation rais (...)

2Rares sont les présentations de Macé, ce carme missionnaire, abondant polygraphe, encyclopédiste à ses heures, grammairien de circonstance, porteur d’un projet de politique européenne de l’apprentissage des langues (Auroux et Mazière 2007, Mazière 2008). Pourtant le titre de sa production de 1651, actuellement accessible en ligne3, annonce un propos composite original : une Méthode universelle pour apprandre facilemant les langues couplée à un outil pour parler puremant et escrire nettemant en françois. Sa composition est un manifeste en soi : une « grammaire générale et raisonnée » (désormais GGR) est insérée dans une méthode d’apprentissage « de toutes les langues », suivie de remarques pour « descendre » aux particularismes de la langue française, une parmi les langues à apprendre4.

3Le texte de 1651, dit « seconde édition », qui figure dans le corpus Garnier, est à insérer dans plusieurs productions de l’auteur touchant à la langue, productions non étudiées à ce jour mais dont nous esquissons la succession, car celle-ci témoigne de la prégnance de courants dominants de l’époque auxquels se rangera Macé. Puis nous séparerons quelques-unes de ses caractérisations concernant « la langue » et « les langues », avant de proposer une illustration type de son travail, inspiré par l’observation et l’intuition linguistique plus que par une théorisation.

Les ouvrages sur la langue de Macé

  • 5 « En effet, la Parole & les Langues sont établies, afin d’entretenir le Commerce I. Des Compatriot (...)

4Macé se singularise en s’affranchissant des interrogations centrées sur le parallèle latin / langue vulgaire et en revendiquant des visées de politique linguistique qu’il faut rappeler. Si on ne peut, dit-il, se passer des « langues établies »5, on doit les choisir et déterminer divers niveaux de maîtrise, bas, médiocre ou exquis, en fonction de la pratique du monde :

[…] on determine fort aizémant, quelles Langues chacun doit s’efforcer d’acquerir. En un mot, celles qui sont necessaires & utiles pour vivre parmy les Hommes qu’on est obligé de hanter : ou pour se randre habile dans les Sçiences, qu’on a dessein d’embrasser. (1651, p. 8)

  • 6 Signalons Feller (Biographie universelle, 1851), Hoefer (Nouvelle biographie générale, 1852), Levo (...)

5Cette position s’explique par ses engagements plus globalement politiques. Ce quasi-inconnu des grammairiens n’est pas inconnu des biographes, qui soulignent l’importance de son œuvre non séculière6. Cependant ses écrits sur la langue nous intéressent, car ils mettent en lumière les inventions et changements du tournant du siècle. C’est ce qu’on mesure quand on insère sa Méthode universelle dans ses écrits encyclopédiques, porteurs de grammaires, d’une part, et avant une Politesse de la langue française qui paraîtra en 1663, porteuse de remarques, d’autre part.

6L’ouvrage composite de 1651 inclut une GGR en français dans la « Méthode générale et raisonnée », un long « Discours sur les difficultés de l’orthographe française » avant que ne soit proposée une compilation des Remarques de Vaugelas, présentées pour la commodité des lecteurs par ordre alphabétique : « Recueil alphabétique des remarques sur la langue française », et enrichies de remarques de deux « censeurs », La Mothe Le Vayer et Scipion Duplex. Or cette union n’aura pas d’avenir. GGR et remarques vont se séparer.

7Suivons d’abord la série des grammaires.

  • 7 « J’ai mis à l’entrée, le crayon d’une Grammaire générale et raisonnée, que j’ai vue imprimée il y (...)

8En annonçant qu’il a recueilli sa GGR d’un « crayon » paru « il y a plus de 15 ans »7, Macé renvoie, pour les dates, à sa première encyclopédie rédigée alors en latin et signée Fr. Leonis en 1635 : Enciclopaediae praemessum, seu Delineatio sapientiae universalis, adumbrans generalis eloquentiae atrium, templum, sacrarium, quibus praemittitur de virtutis, scientiarum et eloquentiae corruptelis. Il retrouvera l’encyclopédisme, en français, avec un Portrait de la sagesse universelle et une Académie des sciences et des arts. C’est cet enchaînement des publications qui assigne une place spéciale à la GGR par rapport aux remarques.

9La GGR de 1651 est introduite par une formule qui marque son inscription dans les « cercles des sciences de l’encyclopédie » : « […] on apprendrait la Science et la Langue par LA GRAMMAIRE Générale et raisonnée. »

  • 8 À titre posthume, puisque Macé décède en 1671.

10La référence encyclopédique d’origine (non explicitée) aux « cercles » est soutenue jusqu’à une reprise de la GGR dans L’Académie des sciences et des arts, pour raisonner de toutes choses, et parvenir à la sagesse universelle, par le R. P. Léon, prédicateur de leurs Majestés très chrétiennes éditée en 1679 et 16808 chez deux éditeurs parisiens. La GGR de Macé aurait donc été transportée en terre encyclopédique de 1635 à 1680, avec un détour par une Méthode universelle en 1651.

  • 9 Ajouts de définitions, d’éléments, de « raisons », retraits d’exemples en latin, légers changement (...)
  • 10 Dans cet ouvrage les sciences se divisent en humaine et divine, l’humaine en sensible, raisonnante (...)

11Si les éditions de L’Académie des sciences et des arts sont de la fin du siècle, le privilège est de 1654. On peut donc faire l’hypothèse d’une reprise tardive en 1679 d’un ouvrage paru en 1655, Le Portrait de la sagesse universelle, avec l’idée générale des sciences. En effet « sagesse universelle » apparaît dans les deux titres, et « encyclopédie » dans un titre interne de l’Académie (« L’académie des arts et des sciences [inversion des termes], distribuée dans les divers Cercles de l’encyclopédie »). Les dates des privilèges concordent. C’est après une annonce sur les « sciences humaines » à présenter dans le premier cercle de cette encyclopédie, qu’on trouve une « Grammaire générale et raisonnée » qui est celle de la Méthode universelle, enrichie de développements historiques et théologiques9. Elle est suivie d’une courte « Syntaxe » (qui revient sur la « multitude » des idiomes) précédant une « Orthographe » expédiée en deux pages. Ici la GGR n’est plus annoncée comme « recueillie », mais elle est signée R. P. Léon et donc assumée et caractérisée comme un peu « dégoutante » dans sa simplicité. Elle est « la porte », « le premier ordre enseigné dans l’instruction de l’enfance »10.

12Est-ce la publication annoncée en 1651 (voir note 7) ? On voudrait le croire puisque la Préface de 1651 parle de « dictionnaire vulgaire et critique » et de quitter les développements en latin, et que le Portrait de 1655 offre un développement « en notre langue ». On aurait donc diverses rédactions de la GGR, dès le début des années 1650. Les quatre versions seraient alors à comparer dans leurs environnements respectifs : trois en encyclopédie des sciences, raisonnées, et une en ouverture à l’apprentissage des langues, dans une « Méthode générale et raisonnée ». On voit que c’est dans la succession des ouvrages qu’il conviendra de chercher la cohérence, voire la signification, de cette GGR.

  • 11 Ce centrage sur la langue est à opposer à l’entrée dans le Portrait de la sagesse de même date qui (...)

13D’un autre côté, dès 1655, Les remarques incluses dans la Méthode universelle retrouvent une autonomie et changent d’objectif. Sous la signature : Noël François, certaines parties de la Méthode universelle sont reprises dans La Politesse de la langue françoise pour parler proprement et écrire nettement. On trouve trois dates de réédition à la Bibliothèque nationale de France : 1663, 1665, 1672. Le privilège imprimé en 1663 est de 1655 et le premier « achevé d’imprimer » de 1657. L’entrée en matière « Au curieux de la langue française »11 reprend la Préface de 1651. On est bien dans la continuité, mais dans celle d’un projet de polissage du français : l’auteur a supprimé la GGR et la « Méthode » pédagogique pour ne garder que le recueil des remarques incluant les « Censures » et le « Discours sur les difficultés de l’orthographe » puisque le titre restreint l’intervention à la seule politesse, sans plus parler d’apprentissage.

  • 12 « On connaît bien qu’elles [les Remarques de Vaugelas] s’établissent peu à peu dans les esprits et (...)

14On voit qu’en peu d’années, mais toujours avant la publication de la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, et des Méthodes de langues romanes de Lancelot, Macé a rompu avec le projet de sa Méthode universelle de 1651, composite et originale, pour sacrifier aux deux « branches » d’outils linguistiques en cours de constitution, grammaire d’un côté, qu’il revendique « générale et raisonnée » parce qu’incluse dans le cercle encyclopédique des « sciences humaines », remarques de l’autre, pour la maîtrise du seul français, langue particulière. Et il passe, c’est important, bien qu’il ne l’assume que par un titre, des remarques comme particularismes curieux, et doutes, à mettre en ordre alphabétique pour aider les apprenants, à l’idée de remarques polissant la langue. Donc d’une liste de difficultés et variations à une liste de normalisations, dont l’objectif est plus contemporain. En effet, l’Académie française a poursuivi ses travaux et le regard critique de 1649-1651, avec les « censeurs », n’est plus de mise en 1655. À cette époque, soit presque dix ans après leur publication, se constate l’acceptation, de fait, voire l’assimilation, des Remarques de Vaugelas12.

  • 13 Jean-Marie Fournier et Valérie Raby (2013), s’appuyant sur Auroux (2000), ont mis en évidence la r (...)

15Il faudra attendre Claude Irson pour qu’un nouveau lien entre remarques et grammaire se construise. Ce maître de langue, proche de Port-Royal, procédera à l’insertion des remarques dans la grammaire du français (1656, 1660), en particulier sous forme de diverses listes, loin de la simple juxtaposition inaugurée par Macé (Delesalle et Mazière 2007). Avec Irson on quitte la grammaire générale comme entrée aux grammaires particulières pour « penser » la grammaire d’une langue particulière, avec règles et listes13.

La ou les langues chez Macé : esquisse d’une politique linguistique

16Macé n’est pas grammairien. C’est un « sçavant », un lecteur qui compile, et un missionnaire serviteur de l’État qui s’interroge sur le problème épineux de la maîtrise nécessaire de plusieurs langues. Il avance ce faisant quelques réflexions sur l’objet :

[…] qui ne voit que les Hommes parlent seulement, ou pour donner leurs pensées ou pour recevoir celle des autres, Et par ce mutuel commerce entretenir la Société humaine, et parvenir à la connaissance de la vérité ? (1651, p. 7)

17Tous les « préceptes que l’on peut donner au sujet des paroles » tiennent pour lui à trois choses : la raison, l’usage, l’analogie. Il ne suit aucunement les auteurs de grammaires de « langue universelle » écrites pour des missions, ni ne cède à la nostalgie d’avant Babel. Dans son Portrait de la sagesse universelle, il parle de la « pure illusion » d’une langue primitive et déclare qu’« une langue générale n’est qu’une belle imagination ». D’où la nécessité de « descendre » aux remarques, qui servent au plus près la connaissance des langues particulières. C’est pourquoi, au moment de l’écriture de sa Méthode universelle, la GGR et le recueil des remarques ne peuvent être séparés. Ils sont au service d’un même projet.

  • 14 Legras n’a pu ouvrir l’Académie pour jeunes nobles à Richelieu après la mort du Cardinal.
  • 15 « Dans les lieux de commerce, & dans les Provinces limitrophes : ou bien lors que les Nations de d (...)

18Ce parti pris a un coût : l’absence de théorisation sur ce que serait « la langue », la simple reprise de préceptes pédagogiques en cours depuis Comenius (Auroux et Mazière 2007). Mais on peut saluer à la fois la pertinence de cet exposé pratique à une époque où la politique linguistique de Richelieu en faveur du français n’est ni oubliée ni non plus installée14 et sa nouveauté, par abandon de l’apprentissage en référence aux langues anciennes, au profit d’apprentissages en fonction de projets publics15.

19L’examen des collocations nom-adjectif sur les occurrences de la langue ou les langues montre un emploi contrasté de leur désignation dans les deux moments retenus de l’ouvrage, ce qui confirme leur hétérogénéité.

  • 16 On remarquera que Macé néglige le grand mouvement d’outillage des langues américaines au profit du (...)

20Dans la partie Méthode universelle se rencontre une diversité intéressante de collocations. C’est une partie ouverte sur des commentaires mondains. Alors qu’il cite peu de langues étrangères, Macé y mobilise la syntaxe de détermination dans des panoramas historiques et des dispersions géographiques et sociétales significatives. Ainsi se rencontrent bien entendu Langue Latine, Langue Romaine et Langue Grecque parfois sous formes regroupées Langues primitives, Hebraïque, Grecque & Latine. À ces primitives dites « les plus illustres, & necessaires, Langues d’erudition » s’opposent les langues vulgaires (Langues derivées, Langues étrangeres & de commerce, Langues du bas degré, ou de commerce, Langues du pays, de commerce, & d’uzage, Langues de societé & de pays), qui peuvent aller jusqu’aux Langues Orientales & du Septentrion16. Un autre partage suggère des idéologies linguistiques, soit qu’elles posent les généalogies en relation possible à la généralité (Langue matrice & primitive, langue generale & universelle) ou au contraire qu’elles ciblent le plus particulier : Langue maternelle, Langues & Idiomes.

  • 17 « […] posseder les Langues Orientales & du Septentrion, comme on dit de P. de Sc. H. G. P. & autre (...)
  • 18 Page de titre du Portrait de la sagesse universelle.

21Parlant de la ou des langues Macé dit deux choses essentiellement : il y a des langues, aussi diverses qu’il est humainement pensable de les appréhender et humainement possible de les maîtriser17, et il y a une pensée, une vérité, puisque « Dieu est le seigneur des sciences »18. C’est ce qui garantit que parler relève du général, tandis que la diversité historique et géographique des langues, bien loin de nuire, est ce qui garantit qu’on puisse atteindre la vérité à partir de ces productions imparfaites parce que matérielles que sont les paroles.

Les paroles, au fonds ne sont instituées, que pour servir aux pensées. Et c’est une étrange injustice, de rendre les méditations de l’esprit, esclaves d’une chose si faible comme est le langage […]. (Préface « Au lecteur », non paginé)

[…] parce que la vérité et la pensée, c’est-à-dire la connaissance de la vérité sont comme naturelles à l’homme : elles [les langues] sont toujours conformes, et semblables à elles-mêmes ; gardant partout également, la naïveté et la pureté de leur première innocence. Le Juif, le Gentil, le Chrétien et le Turc, prononçant Jehova, Jupiter, Dieu et Alla : ne veulent exprimer qu’une pensée, et donner une même vérité. (p. 4)

[…] qui ne void que la diversité des noms et des idiomes, est non seulement nécessaire pour s’entendre les uns les autres : mais encore profitable, pour atteindre à la connaissance de la vérité qu’on veut exprimer. Vous diriez, à proprement parler, que ce sont divers rayons de lumière qui éclairent davantage un même objet : ou comme les effets différents, qui déclarent les propriétés d’une même cause. (p. 7-8)

Si le monde est fractionné mais que le commerce des hommes est universel, si parler est servir le commerce des hommes et la vérité, il faut donc s’approprier ces outils mal formés que sont les langues. C’est ce qui fait qu’un serviteur de l’État, et provincial des Carmes, doit être porteur d’une politique linguistique.

22À cette réelle richesse dans la partie méthodique s’oppose, dans les remarques, une extrême pauvreté des références. S’y rencontrent langage, langue, Langue Latine. On notera la disparition des déterminations. On est dans le seul environnement de la langue française, en un exercice de réduction sur des usages qui deviennent le corpus de cet idiome. Toujours engagé dans une politique d’apprentissage, Macé traite ici la langue vulgaire non comme un idiome à perfectionner et stabiliser (cela viendra plus tard, dans la Politesse) mais comme un idiome perturbé par des détails, des spécificités, en marge de la rationalité linguistique que convoque une grammaire générale.

23Les collocations relevées soulignent encore le caractère hétérogène de l’écrit de 1651.

Le traitement d’une question à la mode : le couple de synonymes

24Dès les xvie et xviie siècles les synonymes sont traités dans des relevés et inventaires, avant d’être intégrés dans des grammaires (Chevalier 2006, Leclercq 2008). De plus en plus souvent, les discutants rejettent leur accumulation, abandonnant l’amplification au profit de l’emploi du mot juste, dans le bon environnement, linguistique et social. Les effets des couples de synonymes, avec un second élément qui « achève l’image » (Vaugelas 1647, p. 494) ou opérerait une désambiguïsation, relèvent souvent alors d’une approche rhétorique.

25Macé, en recopiant et parfois critiquant Vaugelas, le simplifie souvent. Ici, il va déconstruire le propos du modèle. À l’entrée « synonyme », il résume en une phrase les pages nuancées de son prédécesseur : « L’usage des synonymes aux noms et aux verbes est très nécessaire pour mieux exprimer une pensée, on ne la souffre pas néanmoins aux phrases » (1651, p. 238). Et il passe sous silence une règle fameuse de Vaugelas, qu’il néglige comme règle et va pourtant illustrer par une série d’emplois. C’est par quoi nous pourrons les opposer.

26Wendy Ayres-Bennett, dans ses écrits fondamentaux sur Vaugelas, a souvent montré que le remarqueur était aussi un bon grammairien. La question du synonyme l’illustre, qu’il affine en l’abordant à propos d’une « règle nouvelle et infaillible pour savoir quand il faut répéter les articles ou les prépositions tant devant les noms que devant les verbes » (Vaugelas 1647, p. 214). Quand deux éléments sont synonymes ou approchants, il y a ellipse des articles ou des prépositions devant le second terme. Et de conclure que cette règle n’est pas d’usage mais « de raison ; car la raison veut que des choses qui sont de même nature ne soient point trop séparées » (ibid., p. 218). Règle qu’il étend aux « régimes » des noms et verbes.

27Macé est sensible à cette règle, mais l’éclate selon les diverses entrées alphabétiques dans le recueil de remarques :

L’adjectif tout, doit estre repeté devant tous les substantifs ; si ce n’est qu’ils soient synonymes. (p. 241)

Dans une proposition negative on ne doit pas mettre la particule, ny, entre deux adjectifs synonimes. (p. 177)

Le fonctionnement des couples de synonymes est bien donné comme particulier jusqu’au sein de la morphologie de l’accord :

Que si ces deux substantifs n’estans ny synonimes ny approchans regissent vn verbe au pluriel ; l’adjectif qui sera aussi au pluriel, doit s’accorder en genre avec le substantif masculin. Ex. le mari & la famme sont importuns, non pas importune : le temps & la peine, sont bien employez. (p. 109)

La variation est plus respectée que chez Vaugelas, au nom de l’effet de style (« élégance », « bonne grâce ») :

Autrefois on n’estoit pas si rigoureus dans le genitif, ny dans le datif ; principalement, lors que les deux substantifs estoient synonimes. Comme, je me sens fort obligé à la generosité & magnanimité d’un tel. La repetition neanmoins de ces articles, est tres-elegante. (p. 109)

Il n’est pas necessaire de repeter les prepositions, dans les synonimes. Comme, il a esté trompé par les ruzes, & les artifices ; sans dire, & par les artifices. Neanmoins cette repetition a souuant tres-bonne grace. (p. 206)

Une remarque intéressante, qui regarde la ponctuation, est logée dans le traité sur l’orthographe :

La virgule (,) est nécessaire, lors qu’il faut faire plusieurs distinctions, dans les Noms Comme pauvres, riches, Jeunes, vieux, &c.ou dans les Verbes. Que si on les lie par une conjonction copulative, on peut encore y ajouter la Virgule : si ce n’est que les mots ainsi liez, soient synonimes Comme grand & illustre. (p. 102)

Cependant, alors que Vaugelas établissait une règle « de raison », il y a, par visée didactique, par effet quasi mécanique de la mise en ordre alphabétique, faussement facilitatrice, l’éclatement en emplois particuliers d’une règle générale, jamais rappelée. Nous touchons l’extrême limite d’une entreprise « bricolée » entre règles et usages.

Conclusion

28En transportant une GGR du « cercle des sciences » dans une Méthode […] pour apprendre, Macé semble opérer un simple ralliement aux grammaires générales pédagogiques, propédeutiques aux langues, modèle discuté par Fournier et Raby (2013) à propos des écrits de Port-Royal. Cependant on voit que l’attelage fonctionne mal quand s’affine la question de la grammatisation d’une langue particulière. Il ne sera d’ailleurs pas repris puisque, dès 1654, Macé réinsère les deux volets de son ouvrage, l’un dans La Politesse de la langue françoise, l’autre dans Le Portrait de la sagesse universelle. On peut penser qu’un courant fort, porté par Lancelot, Irson, Arnauld, ne permettra plus cette confusion. L’histoire des outils linguistiques impose de tenir compte d’une chronologie fine dans cette période d’invention.

29Néanmoins, la production de 1651 a des qualités pour l’historien des idées linguistiques. La politique de Richelieu, le travail de l’Académie, les évolutions des remarques et des grammaires, dans un siècle passionné par la langue, se lisent de façon presque transparente chez ce « curieux », témoin des engagements du siècle, qui ose, polémique, et défend dans une société latinisante la primauté d’un commerce généralisé des langues.

30S’il y eut échec de l’attelage de Macé jamais republié, c’est un échec inventif, qui permet d’interroger, dans un ouvrage original, ce lien complexe du particulier au général, et vice versa.

Bibliographie

Sources primaires

Irson Claude, 1656, Nouvelle Méthode pour apprendre facilement les principes et la pureté de la langue française, Paris, Pierre Baudouin [1973, Genève, Slatkine Reprints].

Macé Jean (Fr. Leonis), 1635, Enciclopaediae praemessum, seu Delineatio sapientiae universalis, adumbrans generalis eloquentiae atrium, templum, sacrarium, quibus praemittitur de virtutis, scientiarum et eloquentiae corruptelis, Paris, J. Guillemot.

Macé Jean (Du Tertre), 1651, Méthode universelle pour apprandre facilemant les langues, pour parler puremant et escrire nettemant en françois, recueillie par le sieur Du Tertre, seconde édition, Paris, Jean Jost.

Macé Jean (Léon de Saint-Jean), 1655, Le Portrait de la sagesse universelle, avec l’idée générale des sçiances et leur plan représenté en cent tables, Paris-Lyon, G. Bénard et A. Pasdeloup - F. Comba.

— 1680, L’Académie des sciences et des arts, pour raisonner de toutes choses, et parvenir à la sagesse universelle, Paris, Osmont.

Macé Jean (Noël François), 1664, La Politesse de la langue françoise pour parler proprement et écrire nettement, 3e édition, Paris, A. Pasdeloup.

— 1656, La Politesse de la langue françoise pour parler et ecrire purement et nettement, Paris, A. Pasdelou.

Vaugelas Claude Favre de, 1647, Remarques sur la langue française utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Paris, veuve J. Camusat et Pierre Le Petit.

Sources secondaires

Auroux Sylvain, 2000, « Port-Royal et la tradition française de la grammaire générale », History of the Language Sciences, S. Auroux, E. F. K. Koerner, H.-J. Niederehe, K. Versteegh éd., Berlin - New York, De Gruyter, vol. 1, p. 1022-1029.

Auroux Sylvain et Mazière Francine, 2007, « Une “grammaire générale et raisonnée” en 1651 (1635 ?). Description et interprétation d’une découverte empirique », History of Linguistics 2005, D. Kibbee éd., Amsterdam, Benjamins (SiHoLS 112), p. 131-158.

Ayres-Bennett Wendy et Seijido Magali, 2011, Remarques et observations sur la langue française : histoire et évolution d’un genre, Paris, Classiques Garnier.

Chevalier Jean-Claude, 2006, « Quelques remarques sur un historique cavalier de la synonymie », Synonymie et « differentiae » : théories et méthodologies de l’époque classique à l’époque moderne, actes du colloque international (Université de Messine, 6-8 octobre 2003), M. G. Adamo et P. Radici Colace éd., Messine-Naples, Accademia Peloritana - ESI, p. 95-112.

Delesalle Simone et Mazière Francine, 2007, « Grammaire générale et grammaire particulière : les Méthodes de Claude Irson », History of Linguistics 2002, E. Guimarães et D. Luz Pessoa de Barros éd., Amsterdam-Philadelphie, Benjamins (SiHoLS 110), p. 41-62.

Fournier Jean-Marie et Raby Valérie, 2013, « Grammaire générale et grammaires particulières : relire la Grammaire de Port-Royal à la lumière des Méthodes italienne et espagnole », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, no 51, p. 59-85.

Leclercq Odile, 2008, « Autour d’un recueil de synonymes du xvisiècle : les premières traces de régulation du lexique français par le contexte », Cahiers de lexicologie, no 92, p. 13-19.

Mazière Francine, 2008, « Les langues et le français dans la Méthode de Jean Macé (1651) », Discours et savoirs sur les langues anciennes et modernes, T. Arnavielle et C. Camps éd., Paris, L’Harmattan, p. 41-51.

Notes

1 Macé est le nom d’entrée à la BNF. Léon de Saint Jean est son nom en religion. Mais il signe aussi François, Irénée, Noël, Du Tertre…

2 Il faudrait renvoyer sur le sujet à un très grand nombre d’articles et publications, en particulier de Bernard Colombat, contributeur très important et responsable éminent de divers programmes au sein de l’UMR Histoire des théories linguistiques. Cet article lui doit énormément ainsi qu’à un ensemble de colègues.

3 Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et des traités sur la langue, Classiques Garnier Numérique, sous la direction de Wendy Ayres-Bennett, Bernard Colombat, Jean-Marie Fournier.

4 Les remarques sont précédées d’un appel à une remédiation de l’écriture par une normalisation raisonnée de l’orthographe. Nous ne nous en occupons pas ici.

5 « En effet, la Parole & les Langues sont établies, afin d’entretenir le Commerce I. Des Compatriotes, dans les Maisons, dans les Familles & dans les Republiques. 2. Des Nations dans les Voyages, dans les Trafics, dans les Alliances & Confederations. 3. Des Studieus dans les Sçiences, dans les Disciplines & dans les Arts » (1651, p. 6).

6 Signalons Feller (Biographie universelle, 1851), Hoefer (Nouvelle biographie générale, 1852), Levot (Biographie bretonne, 1852-1857). En 1976 dans Catholicisme, hier, aujourd’hui, demain (Letouzey), Macé est présenté comme « théologien, philosophe, apologiste, prédicateur, auteur spirituel, artisan de la Réforme catholique en France » (il obtient la conversion d’Henriette de Coligny). Voir S.-P. Michel, « Léon de Saint-Jean », Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, Paris, Beauchesne, t. IX,‎ 1976, p. 626-629.

7 « J’ai mis à l’entrée, le crayon d’une Grammaire générale et raisonnée, que j’ai vue imprimée il y a plus de quinze ans. Et j’espère bientôt la permission de donner au jour la pièce entière, qui est toute prête entre mes mains, avec le Dictionnaire Vulgaire et Critique qui l’accompagne » (Préface « Au lecteur » non paginée). Le « crayon » pourrait être une page organisant les éléments d’une grammaire dans l’Enciclopaediae praemessum (p. 38).

8 À titre posthume, puisque Macé décède en 1671.

9 Ajouts de définitions, d’éléments, de « raisons », retraits d’exemples en latin, légers changements de présentation.

10 Dans cet ouvrage les sciences se divisent en humaine et divine, l’humaine en sensible, raisonnante et spéculative, la sensible en grammaire, histoire et chronologie, poésie.

11 Ce centrage sur la langue est à opposer à l’entrée dans le Portrait de la sagesse de même date qui a pour titre « À celui qui lit ».

12 « On connaît bien qu’elles [les Remarques de Vaugelas] s’établissent peu à peu dans les esprits et y acquièrent de jour en jour plus de crédit » (Paul Pélisson, Histoire de l’Académie française depuis son établissement jusqu’en 1652, 1653, p. 113).

13 Jean-Marie Fournier et Valérie Raby (2013), s’appuyant sur Auroux (2000), ont mis en évidence la rédaction croisée de la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal et des Méthodes de langues romanes de Lancelot, remettant en question l’interprétation historiographique commune, qui regarde les grammaires générales comme « démarche essentiellement, a priori, peu soucieuse de l’empiricité des langues ». Le lien du général au particulier au xviie siècle est toujours à interroger.

14 Legras n’a pu ouvrir l’Académie pour jeunes nobles à Richelieu après la mort du Cardinal.

15 « Dans les lieux de commerce, & dans les Provinces limitrophes : ou bien lors que les Nations de diverses Langues, sont sujettes à un Prince ; il est bien à propos, d’avoir une intelligence mediocre de toutes […]. Pour les Sçiences ce seroit un crime à un Ecclesiastique d’ignorer le Latin, à un Medecin de ne sçavoir pas le Grec » (1651, p. 9).

16 On remarquera que Macé néglige le grand mouvement d’outillage des langues américaines au profit du Nord (l’Europe) et de l’Orient (il est en charge du Mont-Carmel).

17 « […] posseder les Langues Orientales & du Septentrion, comme on dit de P. de Sc. H. G. P. & autres grans Cerveaus ; ce n’est pas l’œuvre d’un jour. Et ces monstres d’Esprit sont peut-estre plus admirés par notre ignorance, que par cette rare suffisance et capacité » (1651, p. 10).

18 Page de titre du Portrait de la sagesse universelle.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site