Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

2. Auteurs et œuvres de l’histoire de la linguistique

Une étape dans l’évolution du genre « remarques sur la langue française » : Les Sources de l’élégance de Jean de Chabanel (1612)

Douglas A. Kibbee

Texte intégral

  • 1 Ce sont les deux sources reconnues par Chabanel. D’autres maillons dans cette chaîne seraient les (...)

1La carrière de Bernard Colombat nous fournit une forte motivation pour examiner de plus près la transition de la grammaire latine à la grammaire française. Les Sources de l’élégance françoise (1612) de Jean de Chabanel (ca 1560-1625) est un maillon dans la chaîne entre les remarqueurs de la tradition latine de la première Renaissance, les premiers commentateurs de la langue toscane au xvie siècle, et les remarqueurs de la tradition française du xviie siècle. Chabanel reconnaît explicitement l’importance de Lorenzo Valla (Elegantiae, 1480 [1440]) pour la reconstitution de l’élégance latine, et de Pietro Bembo pour l’italien (Prose della volgar lingua, 1525)1. Il tire de ces modèles le rôle d’exemples littéraires et l’importance de l’élégance.

2Valla voulait restituer le latin classique, suivant le modèle des auteurs classiques dans les manuscrits que ses collègues italiens venaient de découvrir. L’ouvrage de Valla comporte en quatre livres près de 500 commentaires de toutes sortes – sur les diminutifs, la distinction de synonymes, les mots qui changent de sens au pluriel, l’emploi des pronoms, etc.

  • 2 À ce propos, voir Vanvolsem (2000) pour l’Italie, et Mattarucco (2009) pour la France.

3Le troisième livre de Bembo, en forme de dialogue, est consacré aux questions de langue. Il est beaucoup plus long que les deux livres précédents (150 pages dans l’édition de Claudio Vela, Bembo 2010, contre 100 pages pour les deux premiers livres). Ce n’est pas une grammaire, mais les Prose constitueront la base de l’enseignement de l’italien, en Italie ainsi qu’en France2.

  • 3 Plusieurs ouvrages portent le même titre, mais ils ne sont pas pareils. Pour l’histoire du genre, (...)

4Chabanel suit ces modèles, mais à sa propre façon, se distinguant et de ses prédécesseurs italiens et de ses successeurs français. Ses citations attribuées sont tirées des poètes de la Pléiade, d’abord cueillies dans La Muse chrétienne (1582)3, et de la prose de Jacques Amyot et d’Alain Chartier. Contrairement à ses modèles italiens et à ses successeurs français, il organise ses commentaires selon les parties du discours, sans pourtant présenter une grammaire complète d’aucune partie du discours.

5À son époque Chabanel est connu principalement comme le traducteur de Louis de Grenade, un prêtre espagnol renommé à l’époque et l’auteur (en latin) d’une rhétorique ecclésiastique (1576). Dans cette rhétorique Louis de Grenade remarque que les préceptes des rhéteurs sont les mêmes que ceux des prédicateurs évangéliques, et n’hésite pas à y mêler des exemples profanes pour illustrer l’éloquence évangélique.

6Chabanel n’a pas traduit la rhétorique de Grenade, mais sa Muse chrestienne (1582) s’inspire du même principe. Lui aussi croit fermement que les techniques des poètes de la Pléiade sont propres à l’évangélisation, offrant une bonne façon de lutter contre le protestantisme. Éléonore Langelier (2005, p. 669) considère sa Muse comme « une des premières manifestations de l’idéologie contre-réformée ». Jacqueline Boucher (2005, p. 22) conclut que la lecture du recueil a pu contribuer à l’évolution spirituelle d’Henri III. Dans ses Sources (1612), Chabanel reprend ses notes de ces ouvrages pour enseigner l’élégance aux jeunes Toulousains.

  • 4 Ici Chabanel reprend une méthode qui rappelle Aulu-Gelle (préface aux Nuits attiques).

7Dans ce nouveau livre, il souligne l’importance des petits mots – articles, conjonctions et prépositions –, la source, selon lui, de « la plus attrayante grace du parler François » (1612, p. 5). Dans sa jeunesse il a noté des particularités du français des poètes ; à la fin de sa carrière il revient à la tâche, et s’est mis « à rescrire avec quelque ordre, & par art » ce qu’il avait « notté sans ordre sur mes memoires » (ibid.)4.

8La première partie (p. 1-27) est consacrée aux articles, la deuxième (p. 28-124) à cinq prépositions, en ordre alphabétique, la troisième à la conjonction si (p. 124-127), la quatrième au genre des noms, en ordre alphabétique (p. 128-159), la cinquième aux verbes irréguliers (p. 160-203), et enfin la sixième aux mots commençant par le h aspiré (p. 204-226), encore rangés dans une liste alphabétique.

  • 5 Le Curial, un traité moral de la vie à la cour, fut écrit en latin et en moyen français, autour de (...)

9Il appuie ses remarques par des exemples tirés de Ronsard, Baïf, Du Bellay, Belleau, Jacques Amyot et du Curial d’Alain Chartier. Ronsard offre des mots ou des constructions basés sur les dialectes de France. Amyot lui fournit des exemples de prose. Le Curial5 de Chartier ajoute des illustrations de la langue archaïque.

10La première partie, sur l’article, ressemble le plus à une grammaire, mais se limite à l’article défini, caractérisé de cette façon : « Le propre office doncques de nos articles gist à denoter quelque chose de certain et particulier » (p. 3), une définition qui correspond à sa fonction devant les substantifs. Chabanel passe ensuite aux cas où l’article se trouve devant les autres parties du discours – l’adjectif, le verbe (l’infinitif ; voir Vaugelas 1647, p. 152, « Apres souper, ou apres soupé »), le participe, l’adverbe, la préposition. Comme beaucoup de grammairiens de l’époque, il ne distingue pas l’article du pronom complément d’objet direct. À cet égard il remarque qu’on emploie la forme masculine pour remplacer l’adjectif, quel que soit le genre sous-entendu (voir Vaugelas 1647, p. 27, « La, pour le »). Il décrit l’omission de l’article devant les noms propres, dans les listes, et après les prépositions, avant de conclure que l’article (défini) sert à exprimer le particulier, et l’omission de l’article à exprimer la généralité.

11Après une définition de la préposition, pour ouvrir la deuxième partie, Chabanel ne parle que de à, de, en et par. Pour chacune de ces prépositions, il donne l’équivalent en latin, et la signification principale avant de passer aux emplois particuliers. Souvent il s’agit de la façon de traduire une construction latine : de + infinitif pour exprimer « les Gerundifs des Latins terminez en Di » (p. 108) ; en + participe présent (p. 119) ou par + l’infinitif (p. 123) pour traduire les gérondifs en –do.

  • 6 Maupas (1607, p. 373-374) distingue trois sens de si – copulatif, dubitatif et conditionnel – selo (...)
  • 7 Chabanel cite Baïf : « si l’on t’assaut, si te deffen », équivalent de « si on t’assaut, deffen to (...)
  • 8 Vaugelas (1647, p. 471) condamne cette construction comme un italianisme, et jaçoit que comme appa (...)
  • 9 Voir Vaugelas (1647) : dans la Préface, il s’étonne de l’opiniâtreté de certains auteurs qui refus (...)

12Dans la partie suivante, « De la force et proprieté de la conjonction si », Chabanel définit la partie du discours avant de se limiter à une seule conjonction, si, « digne d’estre observée par dessus les autres » à cause de sa « grace & naïfveté » (p. 124-125). Que la conjonction si soit la seule conjonction traitée n’est pas étonnant – c’est la seule dont l’usage est décrit par Jean de Wapy (1634, p. 120-121) et Vaugelas y consacrera treize remarques. Chabanel distingue plusieurs sens de si6 : 1) le conditionnel ; 2) si, copulative du sens (= aussi, d’abondant, davantage, encore, outre plus) ; 3) avec l’impératif « pour commander, ou monstrer ce quil convient faire »7 ; 4) pour dénoter une certaine force ou nécessité (avec il faut) ; 5) adversatif (si bien = jaçoit que, combien que8 ; 6) équivalent de toutefois ou néantmoins ; 7) illatif (si que équivalent de de sorte que, de manière que)9 ; 8) comparatif ; 9) affirmatif. Le conditionnel s’emploie comme en latin, mais les autres sens, selon Chabanel, sont particuliers au français.

13Jusqu’à ce point, Chabanel présente surtout les fines distinctions de sens caractéristiques de la recherche de l’élégance. Dans les trois parties qui suivent, il s’intéresse plutôt aux fautes typiques de l’apprenant. La quatrième est consacrée au genre des noms, une partie importante dans toutes les grammaires de l’époque. La grammaire de Maupas (1607) comprend huit pages sur ces difficultés, et une bonne quarantaine des remarques de Vaugelas concernent le genre des substantifs, à la suite de Chabanel. Les mots sont présentés dans l’ordre alphabétique, souvent avec une définition et parfois avec une étymologie.

14Plusieurs facteurs contribuent à la confusion de genre chez les apprenants. Le genre des noms d’origine grecque et des noms neutres en latin, surtout ceux qui terminent en –e en français, est difficile à prévoir. Et même lorsqu’on peut deviner le genre par la terminaison, les exceptions abondent, et l’usage est variable, parfois indifférent. Enfin, certains noms changent de sens selon le genre. Se basant sur ses modèles littéraires, Chabanel décrit un usage pas encore fixé, tandis que Vaugelas, quarante ans plus tard, se montrera plus ferme.

  • 10 Pareillement Chabanel observe que couple est le plus souvent féminin, mais cite des exemples au ma (...)

15Dans la première catégorie, la plus grande source de confusion est le nom qui se termine en –e, typiquement féminin, mais avec des exceptions qui abondent. Aage serait normalement masculin, selon Chabanel, mais « aucuns neantmoins le font feminin » surtout pour résoudre une difficulté en versification, car « les poëtes usurpent volontiers toute sorte de dialectes, & façons de parler peculiers à certaines provinces & nations » (p. 128)10. Parfois il identifie ce dialecte, par exemple dans le cas du mot huile, normalement féminin mais, dans un poème de Baïf, masculin : « […] il a icy usé, comme en plusieurs autres endroicts, du dialecte des Provenceaux & Gascons, qui estoient de son temps en credict & vogue à la Cour, lesquels usent au masculin du mot d’huille, contre le commun usage des François qui le font tousjours feminin » (p. 146).

16Ses jugements s’accordent le plus souvent avec ceux de Maupas (1607), mais pas toujours avec Vaugelas. Affaire est, selon Chabanel et Maupas, du « commun genre », mais Vaugelas (1647, p. 246) le déclare toujours féminin. Les jugements nous permettent de tracer l’évolution de certains mots : epigramme est masculin pour Chabanel, du commun genre pour Maupas (1618, f. 47r), et toujours féminin pour Vaugelas (1647, p. 32). Chabanel s’appuie sur Belleau et Baïf pour déclarer féminin pleurs, mais Maupas le met au masculin (1607, p. 84), ainsi que Vaugelas (1647, p. 422 – corrigeant Malherbe). En citant ses sources du milieu du xvie siècle, Chabanel a le regard tourné vers le passé, tandis que Vaugelas note l’usage actuel et essaie même de prévoir les tendances de l’avenir. Doute, pour Chabanel, citant Amyot, est un nom féminin ; pour Vaugelas, il « n’est plus aujourd’huy que masculin » (1647, p. 299).

17Chabanel inclut six noms qui changent de sens selon le genre : aigle, amour, cresme, estude, oeuvre, voile. Pour amour la distinction que fait Chabanel ne correspond pas à celle de Vaugelas. Selon Chabanel, il s’agit de la nature de l’amour : au féminin, une « passion desreglée des amoureux », mais au masculin, une « affection honneste & louable ». Selon Vaugelas, amour, comme Cupidon, est toujours masculin, ainsi que l’amour divin, mais dans tous les autres sens le féminin est préférable (1647, p. 389). Estude, pour Vaugelas, est toujours féminin (1647, p. 181).

18Dans ses descriptions Chabanel distingue plusieurs degrés de certitude. Parfois il omet un qualificatif, ce qui laisse croire que le nom est invariable en genre ; parfois il insiste en ajoutant perpetuellement ou toujours. Le doute s’insère lorsqu’il ajoute communement, ordinairement, le plus souvent. Et souvent le choix est indifférent, du « commun genre ». L’usage des auteurs ne lui permet souvent pas de trancher ; l’usage de la cour, le critère employé par Vaugelas, tolère moins la variation.

19Dans la cinquième partie de ses Sources, Chabanel traite des « verbes, & temps, qui nous ont semblé plus irreguliers, & difficiles à varier en leurs modes, ou manieres de signifier, esquels plusieurs choppent, & en parlant & en escrivant » (p. 203). La comparaison de cette partie avec les remarques de Vaugelas souligne encore l’évolution de la norme dans la première moitié du xviie siècle. Pour les verbes en –er, la forme de l’imparfait du subjonctif en –i– prescrite par Chabanel (aimissions, aimissiez, p. 161) est d’« un autre temps » selon Vaugelas (1647, p. 572). L’impératif d’asseoir peut être, selon Chabanel, asseiez ou assisez (p. 166-167) ; ce dernier est condamné par Vaugelas même si « une infinité de gens » utilisent cette forme (1647, p. 165).

20La dernière partie est une liste alphabétique des « mots françois, qui sont aspirez, & prononcez asprement en teste ». Chabanel distingue cinq catégories : 1) les mots qui commencent par un h aspiré (la haine, p. 207) ; 2) les mots qui « ne retiennent en l’escriture la lettre H, que pour marque de leur origine & derivation », (par exemple, homme, p. 204) ; 3) les mots qui commencent par un h aspiré non étymologique (haut de altus, p. 214-215) ; 4) les mots qui commencent par un h non aspiré dont la première lettre n’est pas étymologique (par exemple, huistre) où le h sert à « monstrer seulement que la lettre V qui suit apres est voyelle, & non consonante : de crainte qu’on ne leut Ville pour Huille » (p. 225) ; et 5) les mots dont l’usage varie (par exemple, harpie, p. 217). Dans cette dernière catégorie figurent des mots où la licence poétique contrevient à « l’usage du vulgaire en France », tels harquebuse ou le nom propre Hannibal (p. 217-218). Selon Chabanel la confusion de ces catégories est typique des Provençaux et Gascons (p. 205). Les mots dans cette liste sont accompagnés de définitions et d’exemples littéraires. Certains changent de sens selon l’aspiration : la hanche désigne « le haut de la cuisse », tandis que l’hanche, suivant Ronsard, est « la languete des cornemeuses & haut-bois » (anche en français moderne ; p. 209).

21Depuis Aulu-Gelle jusqu’à nos jours s’élabore le genre des commentaires qui ajoutent aux règles de la grammaire des règles d’élégance. Le titre, l’organisation et le public visé par de tels ouvrages ne sont pas toujours les mêmes, ni la source de l’autorité, ni le degré de certitude. Chabanel marque une étape dans la transition entre l’érudition humaniste, basée sur des sources littéraires explicites, et le contexte social de la cour au xviie siècle. Son public est la jeunesse toulousaine. À la publication de ses Sources en 1612 les autorités qu’il cite sont déjà perçues comme vieilles, et les citations ne règlent souvent pas les questions de variation. Ses successeurs dans la première moitié du xviie siècle, Wapy et Vaugelas, optent plutôt pour l’usage de la cour, une autorité anonyme et contemporaine, avec de moins en moins de tolérance pour la variation. Comme de nos jours, le contexte social détermine les sources et la nature des travaux sur la langue.

Bibliographie

Baïf Jean Antoine de, 1574, Etrenes de poesie fransoeze an vers mezurés, Paris, Denys du Val.

Bembo Pietro, 2001, Prose della volgar lingua. L’editio princeps del 1525 riscontrata con l’autografo Vaticano latino 3210 [1525], C. Vela éd., Bologne, CLUEB.

Boucher Jacqueline, 2005, « La réception par Henri III de la poésie religieuse », La poésie religieuse et ses lecteurs aux xvie et xviisiècles, A. Cullière et A. Mantero éd., Dijon, Éditions universitaires de Dijon, p. 19-31.

Chabanel Jean de, 1582, La Muse chrestienne, ou Recueil des poësies chrestiennes tirées des principaux poëtes françois, avec un discours de l’influence des astres, du destin ou fatalité, des interprétations des fables & pluralité des dieux introduits par les poëtes, contenu en l’avant-propos de l’auteur de ce recueil, Paris, Gervais Malot.

— 1612, Les Sources de l’élégance françoise ; ou du droict et naïf usage des principales parties du parler françois, Toulouse, veuve J. Colomiez et Raymond Colomiez.

Grenade Louis de, 1829, Rhétorique ecclésiastique, ou traité de l’éloquence des prédicateurs, traduit par Binet. Nouvelle édition, revue et considérablement retouchée par un professeur de théologie [1576], Lyon, F. Guyot.

Langelier Éléonore, 2005, « Du nouveau sur la “Muse chrestienne” : quelques hypothèses sur l’identité de I. C. T. », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, no 67/3, p. 659-671.

Mattarucco Giada, 2009, « “Néantmoins Monsieur Bembus me conseille” : le Prose nelle grammatiche di italiano per frances da de Mesmes a Lancelot (1549-1659) », Prose della volgar lingua di Pietro Bembo, S. Morgana, M. Piotti et M. Prada éd., Milan, Cisalpino, p. 601-615.

Maupas Charles, 1607, Grammaire françoise, contenant reigles tres certaines et addrese tres asseurée à la naïve connoissance & pur usage de nostre langue. En faveur des estrangers qui en seront desireux, Blois, P. Cottereau.

Millet Olivier, 2005, « Les recueils anthologiques de poésie chrétienne latins et français (1502-1600) : deux usages, deux cultures, deux poétiques ? », La poésie religieuse et ses lecteurs aux xvie et xviie siècles, A. Cullière et A. Mantero éd., Dijon, Éditions universitaires de Dijon, p. 183-196.

Pade Marianne, 2013, « Niccolò Perotti’s Cornu copiae. The commentary as a repository of knowledge », Neo-Latin Commentaires and the Management of Knowledge in the Late Middle Ages and the Early Modern Period (1400-1700), K. Enenkel et H. Nellen éd., Leuven, Leuven University Press, p. 241-262.

Ramminger Johann, 2008, « Notes on the meaning of commentarius in the Italian Renaissance (with an appendix containing texts by Valla, Tortelli and Perotti) », Esegisi dimenticate di autori classici, C. Santini et F. Stok éd., Pise, ETS, p. 11-35.

Valla Lorenzo, 1480, Elegantiae linguae latinae [1440], Venise, Vercelli.

Vanvolsem Serge, 2000, « La manualizzazione delle Prose : il caso dell’Acarisio », Prose della volgar lingua di Pietro Bembo, S. Morgana, M. Piotti et M. Prada éd., Milan, Cisalpino, p. 589-600.

Vaugelas Claude Favre de, 1647, Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Paris, veuve J. Camusat et Pierre Le Petit.

Wapy Jean de, 1634, Les Remarques sur la langue françoise pour parler à la mode & selon l’air du temps, Pont-à-Mousson, P. Vincent.

Notes

1 Ce sont les deux sources reconnues par Chabanel. D’autres maillons dans cette chaîne seraient les Elegantiolae d’Agostino Dati (1480) et le Cornu copiae de Niccolò Perotti (1489), ce dernier proposant en principe des annotations à l’œuvre de Martial, mais en fait des commentaires sur toute la langue latine. Les noms qui désignent ces recueils varient – annotations, commentaires, remarques. Pour l’histoire des commentaires à la Renaissance, voir Ramminger (2008) et Pade (2013).

2 À ce propos, voir Vanvolsem (2000) pour l’Italie, et Mattarucco (2009) pour la France.

3 Plusieurs ouvrages portent le même titre, mais ils ne sont pas pareils. Pour l’histoire du genre, voir Millet (2005).

4 Ici Chabanel reprend une méthode qui rappelle Aulu-Gelle (préface aux Nuits attiques).

5 Le Curial, un traité moral de la vie à la cour, fut écrit en latin et en moyen français, autour de 1427.

6 Maupas (1607, p. 373-374) distingue trois sens de si – copulatif, dubitatif et conditionnel – selon l’emploi pour traduire certaines constructions latines.

7 Chabanel cite Baïf : « si l’on t’assaut, si te deffen », équivalent de « si on t’assaut, deffen toy » (1612, p. 126).

8 Vaugelas (1647, p. 471) condamne cette construction comme un italianisme, et jaçoit que comme appartenant à la langue des notaires (Préface, p. IX).

9 Voir Vaugelas (1647) : dans la Préface, il s’étonne de l’opiniâtreté de certains auteurs qui refusent de se servir de si bien que dans ce sens ; dans les Remarques (p. 435), il condamne si que en faveur de si bien que.

10 Pareillement Chabanel observe que couple est le plus souvent féminin, mais cite des exemples au masculin chez Du Bellay et Baïf, car « les poetes se licentient aisement, & usent de divers dialectes » (1612, p. 137). Sans admettre l’usage dialectal, Vaugelas note l’avantage de la souplesse en genre, dans le cas de foudre : « Ce choix des deux genres est commode, non seulement aux Poëtes, qui peuvent par ce moyen allonger ou accourcir le vers d’une syllabe, et se faciliter les rimes, mais encore aux Orateurs qui ont aussi leurs mesures, et leurs nombres dans leurs periodes, et qui s’en peuvent prevaloir d’ailleurs à éviter les rimes et les cacophonies » (1647, p. 299). Chabanel trouve que foudre est « communement » féminin mais cite des exemples du masculin tirés de Ronsard et de Baïf (1612, p. 142).

Auteur

University of Illinois at Urbana-Champaign

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540