Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

2. Auteurs et œuvres de l’histoire de la linguistique

1560-1572. Ramus et ses exemples

Cendrine Pagani-Naudet

Texte intégral

  • 1 Sur la méthode ramiste, on se reportera toujours avec profit aux études de Pierre Swiggers (1989) (...)

1Je rends hommage ici à la généreuse érudition qui m’a aidée à entrer dans l’univers de la grammaire latine. Sans Bernard Colombat et son ouvrage sur Les figures de construction dans la syntaxe latine, je n’aurais sans doute jamais su lire Ramus. Il ne sera pas ici question de méthode1. Tout au plus de quelques observations sur des détails, sur ces fragments de langue qu’on appelle des exemples.

2Entre 1560 et 1564, Ramus « révise complètement l’étude de la syntaxe » (Colombat 1993, p. 202). Il renonce aux figures de construction. Ces mêmes figures – syllepse, énallage, prolepse, zeugme – qui ordonnaient la présentation de la syntaxe française en 1562 s’effacent à leur tour en 1572. Pour la grammaire française aussi, il n’est plus question que d’anomalie. Voilà qui indique déjà tout ce que la grammaire du français doit à la grammaire latine. Entre 1562 et 1572, Ramus a enrichi et corrigé le corpus illustratif. Le renouveau du matériau linguistique délivre un autre discours sur la langue, implicite mais non moins décisif que les options théoriques affichées. Pour le saisir, il faut considérer le passage du latin au français, de 1560 à 1572. C’est dans ce passage que Ramus intéresse l’histoire de la langue, au moins autant que l’histoire des idées.

3En 1572, Ramus se pose en champion de l’usage. Il construit cette posture par de vibrantes déclarations qui l’opposent aux doctes et aux savants. Il renverse ses propres jugements : il ne condamne plus « c’est moi », il admet « je chanterons », « plus meilleur ». Ces « francismes » – il en recueille la plupart chez Henri Estienne (1565) – illustrent la singularité de la langue « gauloise ». Ramus ne cherche pas à les réduire à des règles. S’agit-il d’une « abdication » ? (Swiggers 1989, p. 131). Il faut croire alors que Ramus veut exposer son échec. Car rien n’oblige un grammairien à montrer les données réfractaires, à les exhiber en masse, dans des listes qui n’ont rien de méthodique (1572, p. 167-168). C’est un déferlement que le système ne peut pas absorber. Un autre rapport aux données semble vouloir se mettre en place. Sur ce point-là aussi, la grammaire de 1572 se cherche, tâtonne. Moins ferme en ses principes que celle de 1562, cette grammaire est une étape, plus qu’un aboutissement. Seule la mort brutale de Ramus la constitue en œuvre finale.

4Le renouveau ne vient pas seulement des francismes. D’autres exemples sont ajoutés, dans une intention moins polémique. Ramus les commente peu, mais ils posent d’épineuses questions, et occuperont durablement les linguistes : constructions dites disloqués (présentées comme un cas de redoublement de l’article), « vous le deffendez le méchant, vous la meintenes la rusee » (ibid., p. 130) ; problème de l’accord dans « ils les seront » (p. 134), accord que Ramus condamne contre les grammairiens (sans doute Meigret). Vaugelas alléguera l’impossibilité d’accord en nombre pour refuser l’accord en genre dans « je la serai » (1647, p. 28). D’autres exemples sont supprimés ou remplacés, sans que la motivation linguistique apparaisse toujours nettement. « Tu as une face terrible » (Ramus 1562, p. 82) disparaît et avec lui la remarque sur un article. Disparu également « l’homme qui a volé de la tour de Nesle » (ibid., p. 80). Que désignait la périphrase ? Ramus pensait-il à Buridan et à la légende perpétuée par les poètes ? L’exemple est ambigu, Ramus le remplace par des phrases plus transparentes : « Le Roy a commandé de poser les armes » montre mieux comment « l’article restreint le nom commun à un certain » (1572, p. 130). « Le Roy » désigne en effet « Charles ». Ce dernier a d’ailleurs remplacé, dans la grammaire comme sur le trône, son éphémère et malheureux prédécesseur François. Par cette révision des exemples, Ramus prend aussi ses distances avec Meigret qui lui avait fourni la séquence d’exemples en 1562 :

J’ey vu l’home qi a couru deus çęn’ pas d’un’ allenée ; Pierre m’a fęt vn maouęs tour, vou’ conoęſſez l’home. (Meigret 1550, p. 20)

J’e vu l’omę ci a vole dę la tour dę Nelę. Pierrę s’en va pardęvers vous, vou conoese’ l’omę. (Ramus 1562, p. 80)

Ailleurs Ramus procède à de discrets ajustements syntaxiques ou lexicaux :

Ję vous envoię nouvelęs, le’celęs vous aure’ pour agreablęs, e le’celęs son’ bonęs. (1562, p. 88)

Je vous envoye nouvelles, lesquelles vous seront aggreables. (1572, p. 146)

C’ese la autre çoze ce tolir de la vie la compaɳie de’ vivans ? (1562, p. 125)

Quest cela aultre chose, quabolir de la vie la compagnie des viuans ? (1572, p. 208)

Ces remaniements peu spectaculaires semblent tous aller dans le sens d’une meilleure adéquation à l’usage et à l’air du temps.

5Le renouvellement du corpus illustratif n’obéit pas à une méthode linéaire. Ainsi tous les exemples ajoutés ne sont pas puisés dans le « vrai usage ». Parmi les « nouveautés » de 1572, on notera « les Gascons nouveau soldat » (p. 128), anomalie de nombre, tirée du latin « Celtiberi novus miles ». Exemple que Ramus n’avait pas jugé bon d’insérer en 1562, bien qu’il figurât dans sa grammaire latine (1560, p. 84). Le cas est loin d’être isolé. Les latinistes le savent : dans les grammaires de Ramus, un nombre important d’exemples sont des traductions, ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes. Que représentent ces séquences linguistiques au regard de la langue objet ? De quoi sont-elles l’exemple ? Hérités du latin, ces exemples tiraient avec eux la problématique qui leur donnait toute leur valeur. Qu’en reste-t-il lors du transfert en français ?

6Ces problèmes, Ramus les perçoit de façon sans doute plus aiguë en 1572. Mais dès 1562, il remanie ses exemples de manière à les rendre autonomes : il gomme les marques trop évidentes de latinité (noms propres, références culturelles), les traces de dépendance à un contexte lorsque le fragment latin était tiré d’une œuvre littéraire. C’est un travail minutieux, qui apparaît si l’on compare les grammaires entre elles. Tâche rendue possible par les tables élaborées par Bernard Colombat (1993, p. 443-521). Dans le chapitre qu’il consacre à Ramus (p. 203-208), Bernard Colombat a également établi une liste d’exemples, numérotés de 1 à 20, numérotation conservée ici. La confrontation de la grammaire latine de 1560 et de la grammaire française de 1562 permet d’en retrouver plus de la moitié. Il est aisé de les aligner : la grammaire française suit l’ordre de la grammaire latine, elle propose les mêmes analyses et les mêmes classements. L’opération se complique pour la grammaire de 1572 : certains exemples ont été supprimés, d’autres sont conservés ou reclassés, conformément à la refonte du système latin. En 1564, Ramus a supprimé plusieurs exemples (en italique dans la liste qui suit). Il a en outre modifié l’approche : il n’est plus question de figures mais d’anomalie.

1. Procles et Cyristhenes Lacedaemoniorum reges gemini fratres fuerunt. (1560, p. 84 : syllepse de nombre)
1a. Jan e Pierre Bourjoe’ dę Paris, son me’ freręs. (1562, p. 79 : syllepse de nombre)
1b. Jean & Pierre mes freres sont venus. Les Gasconts nouveau souldat. (1572, p. 128 : anomalie de nombre)

5. Quampridem pater mihi et mater mortui essent. (1560, p. 85 : syllepse de genre)
5a. Mon perę e ma merę son’ mors. (1562, p. 79 : syllepse de genre)
5b. Mon pere & ma mere sont mors. (1572, p. 128 : anomalie de genre)

7. Maxima pars vulnerati aut occisi. (1560, p. 85 : syllepse de genre et de nombre)
7a. Unę gran’ partię s’en vont. (1562, p. 79 : syllepse plus confuse de genre et de nombre)
7b. Une bien grãde partie ont este naures ou meutris, pour a este nauree & meurtriee. (1572, p. 161 : anomalie de genre)

8. […] si tempus est ullum iure hominis necandi quae multa sunt. (1560, p. 89 : syllepse de nombre)
8a. S’il i a omę (le’celz serteinęmen’ sont en grand nõbrę) ci eim’ oneur, s’ e’ toe. (1562, p. 86 : syllepse de nombre)
8b. Sil y a hõme (lesquels certainement sont en grãd nõbre.) qui ayme honneur, cest toy. (152, p. 147 : anomalie de nombre)

9. Eunuchum dixti velle te quia solae utuntur his reginae. (1560, p. 89 : syllepse de nombre)
9a. Tu a’ di’ cę tu vouloes avoer un Eunucę, pourtan’ cę le’ seulę’ Reinę’ les ont en dęlisę. (1562, p. 89 : syllepse de nombre)
9b. Tu as dict que tu voulois auoir vng bon cheual, pourtant quils fõt auiourdhuy de requeste. (1572, p. 147 : anomalie de nombre)

12. Pars in fructa secant. (1560, p. 95 : syllepse de nombre)
12a. Unę partię sont eçapes. (1562, p. 91 : syllepse de nombre)

13. Si tu et Tullia lux nostra valetis, ego et suavissimus Cicero valemus. (1560, p. 95 : syllepse de personne)
13a. Si nę moe nę toe nę l’avon’ fet. (1562, p. 93 : syllepse de personne)
13b. Si ne moy ne toy, ne lauõs faict : moy & mon frere auons commãdement de venir a Rõme. (1572, p. 93 : anomalie de personne)

16. Gens universa, Veneti appellati. (1560, p. 96 : enallage)
16a. Toutę la nasion son’ nomes Vęnisiens. (p. 109 : enallage)

17. Amantium irae, amoris redintegratio est. (1560, p. 96 : enallage)
17a. Le’ courous des amans, et un ręnouvelęment d’amour. (1562, p. 109 : enallage)
17b. Les courroux des amoureulx cest vng renouuellement damour. (1572, p. 161 : anomalie de nombre)

19. Exercitus hostium duo, unus ab urbe, alter a Gallia obstant. (1560, p. 96 : prolepse)
19a. Dęus armeęs empeçęt : l’unę du cote dę la Gaulę, l’autrę du cote dę Romę. (1562, p. 109 : prolepse)
19b. Deulx armees empeschent, lune de la ville, lautre de la Gaulle. (1572, p. 127 : déplacé sous la convenance du nom avec le nom ; ellipse)

20. Utinam hic surdus, aut haec muta facta sit. (1560, p. 97 : Zeugme)
20a. A la mienę volonte cę tes oreḽę’ fusę fetęs sourdęs, ou ta langę muetę. Isi entendon’ Fusę fetę. (1562, p. 110 : zeugme)
20b. A la mienne volonte que mes aureilles fussent sourdes, ou ta langue muette. (1572, p. 154 : ellipse, « verbe appost est entendu de quelque autre »)

  • 2 Faute de place, je renvoie à l’ouvrage de Bernard Colombat (1993, p. 203-205, et p. 207).

7Parmi les exemples qui ne sont pas transposés du latin au français en 1562 (exemples 2, 3, 4, 6, 10, 11, 14, 15, 182), quatre seront également supprimés de la grammaire latine de 1564 : il s’agit des exemples 4, 6, 10 et 11. Peut-on imaginer que la rédaction de la grammaire française ait été une occasion de raisonner sur ce matériau linguistique ? La grammaire de 1562 serait alors un peu plus que la réplique pour le français de la grammaire latine. Pas d’assujettissement d’ailleurs en ce qui concerne les exemples. Ainsi, les exemples 9 et 20 supprimés en 1564 pour le latin sont maintenus dans la grammaire française de 1572. Tous deux sont tirés de pièces de Térence, ils illustraient en 1560 et en 1562 une anomalie de nombre pour le premier et le zeugme pour le second. L’exemple 9 est tiré de l’Andrienne. Dans la grammaire latine de Ramus, il est cité intégralement et parfaitement référencé :

Ter. And. Utinam hic surdus, aut haec muta facta sit. Intelligitur etiam factus sit. (1560, p. 97)

8La phrase s’inscrit dans une tradition littéraire et grammaticale. Peu importe si tirée de son contexte, elle est équivoque. Dans ses grammaires françaises, Ramus ne mentionne pas la source latine de ses exemples. Ceux-ci doivent pouvoir être lus de façon autonome. Dès 1562, il modifie les pronoms de façon que le lecteur puisse reconstituer une situation qui rende l’énoncé intelligible. En 1572, la correction renforce la cohérence de la phrase dans l’exemple 20b (« mes oreilles » au lieu de « tes oreilles »), la rend plus énergique (suppression de fetes). Elle ressemble désormais à l’imprécation d’un mari exaspéré, digne d’une pièce de Molière : « […] que mes aureilles fussent sourdes, ou ta langue muette ! »

9Dans une grammaire « gauloise », comment conserver des eunuques ? Ramus y renonce en 1572 (exemple 9) mais il tient au patron syntaxique du vers de Térence. Il forge un exemple nouveau à partir du cadre latin par une simple permutation lexicale : l’eunuque devient « un bon cheval ». La phrase est désormais conforme au contexte culturel de la France, où les reines – et certainement pas Catherine de Médicis – n’ont pas d’eunuque. De même pour l’exemple 8, Ramus semble avoir décalqué une phrase. Les énoncés les plus anodins résultent d’opérations semblables. L’exemple 1b – « Jean et Pierre mes freres sont venus » – résulte de deux transformations. Il se modèle sur une phrase de Cicéron : « Procles & Cyristhenes Lacedemoniorum reges gemini fratres fuerunt. » En 1562, on en reconnaît encore la trame : « Jan e Pierre Bourjoe’ dę Paris, son me’ freręs », quasi effacée en 1572. C’est la place de l’exemple dans la grammaire qui en trahit l’origine. De même pour « Mon perę e ma merę son’ mors » : l’exemple 5a pourrait être forgé, on n’imagine pas que le latin l’ait dicté à Ramus. C’est pourtant bien le cas. Et il figure exactement à la même place que son homologue latin, sous la convenance du nom avec le nom.

10Ramus ne cherche pas toujours à maquiller les données, à les habiller « à la gauloise » (1572, p. 2). Tel est le cas de l’exemple 17, le fameux « Amantium irae, amoris redintegratio est ». Le vers est célèbre. Il apparaît à l’acte III de l’Andrienne de Térence et fait partie de ces sentences que le xvie siècle goûtait particulièrement. Les éditeurs le signalent par des lettres capitales. Il figure dans les recueils de proverbes, ou encore dans le Dictionarum seu Latinae linguae thesaurus de Robert Estienne :

Redintegratio redintegrationis, f. g. Renouvellement, fortification. Terent. In And. 3. 3. 23, Amantium irae, amoris redintegratio est.

Ramus est ici face à un authentique problème de traduction. Il faut restituer le sens et le style, traduire sans faire violence au « vray usage ». Il n’y parvient pas en 1562 :

Le’ courous des amans, et un ręnouvelęment d’amour.

  • 3 Thérence en françois, prose et rime, avecques le latin, Paris, Antoine Vérard, 1499/1503.

C’est une traduction courante au xvie siècle. On la trouve dans le Thérence de Vérard3 :

Les yres et noises des amans est reintegration de leur amour. (f. xxxv)

  • 4 Les six comédies de Térence, tres excellent poete comique, Paris, Claude Micard, 1572. La traducti (...)

C’est la forme que l’éditeur des Six comedies4 choisit en 1572 pour recueillir la sentence :

SENTENTIA EX EADEM SCENA. Amantium irae, amoris redintegratio est, Les courroux des amoureux, est un restablissement d’amour. (f. 51v)

  • 5 Par exemple dans la grammaire de Robert Estienne : « Pronoms, est une sorte de mots qui servent po (...)

11En 1562, Ramus, fidèle à ce qu’il propose pour sa grammaire latine, classe la construction comme une énallage. Bien qu’attestée5, la phrase heurte la syntaxe française, et semble avoir quelque chose d’un peu forcé. À ce titre, Ramus aurait pu la supprimer. Tel fut après tout le sort de l’exemple 16. Mais il choisit de conserver la sentence, et le problème de discordance qu’elle illustre. En 1572, la phrase de Térence apparaît sous une nouvelle traduction :

Les courroux des amoureulx cest vng renouuellement damour. Cest, pour sont.

  • 6 Ramus substitue cest à est dans l’ensemble de sa grammaire, notamment dans les définitions.

12Le commentaire présente cest comme une variante de est6, et souligne l’anomalie de nombre. Souvenir de la syntaxe latine en réalité, car en français, il n’y a pas de problème d’accord : le démonstratif a libéré le syntagme nominal des contraintes grammaticales, le verbe s’accorde avec son sujet. La solution est étonnamment simple. La phrase est désormais conforme au génie de la langue française tout en laissant voir le problème d’accord initial. Et pour le lecteur contemporain qui perçoit un détachement, il y a même une légère transgression. Seul Ramus en 1572 a su proposer une version qui concilie la syntaxe et le style, garde le sens de la formule et l’énergie de la figure. La plupart des traducteurs ont en effet lissé la phrase. Soit ils choisissent d’accorder le verbe avec le sujet pluriel (employant sont au lieu de est) :

Les noises des amoureux de ceux qui s’entrayment sont renouvellement de plus grande amour. (Charles Estienne, Andria P. Terentii interpretatione genere [1541], Lyon, Jean de Tournes, 1548, f. 265-266)

Les noises des amans sont cause de plus ferme et plus constant amour qu’auparavant. (Les six comedies de Terence corrigées en presque infinis endroits par M. Ant. Muret, Paris, Robert Coulombel, 1583, f. 35v)

Les noises des Amants sont cause d’un amour plus ferme et plus constant. (P. Terentii carthaginiensis afri comoediae sex, traduction de M. de Marolles abbé de Villeloin, Paris, Pierre Lamy, 1659, p. 38)

Les Picques des amans sont un renouvellement d’amour. (Claude Lancelot, Nouvelle Méthode latine, Lyon, Paris, Pierre Le Petit, 1662, p. 412)

Soit ils neutralisent la distorsion en mettant le sujet au singulier, ou contournent le problème en alourdissant la phrase :

Il adviendra ainsi que je vous voys dire : c’est que noyse d’amans est tousjours cause de plus grande reconciliation & renouvellement d’amour. (Charles Estienne, La Première comédie de Térence intitulée l’Andrienne [1542], Paris, Étienne Groulleau, 1552, f. 50r)

Les querelles des amans ne font que renouveller leur amour. (Anne Dacier, Les Comédies de Térence, Amsterdam, Arkstee et Merkus, 1747, p. 135)

  • 7 L’option proposée rappelle celle de l’Andrie de 1555 : « Amoureux sont ilz courroucez ? / Aussitos (...)

Si les traducteurs se souviennent enfin d’autres moyens7 qui rendent au vers sa légèreté et son allure de maxime :

Querelles d’amants, renouvellement d’amour. (Abbé Le Monnier, Les Comédies de Térence, Paris, L. Cellot, 1771, p. 103)

aucun ne semble avoir suivi la proposition de Ramus.

 

13Entre 1560 et 1572, Ramus a accompli sur son corpus illustratif un travail remarquable, qui révèle aussi une pratique intime et sensible de la langue. Tout n’est pas dans la méthode. Il y a aussi ces opérations plus discrètes, ces corrections qui permettent de sauver le premier corpus illustratif et de l’enrichir. En même temps Ramus, auteur et traducteur, polit son style et donne au français les moyens de répondre à l’élégance du latin.

Bibliographie

Références primaires

Estienne Henri, 1565, Traicté de la conformité du langage françois avec le grec, Paris, Henri Estienne.

Estienne Robert, 1557, Traicté de la grammaire françoise, Paris, Robert Estienne.

Meigret Louis, 1550, Le tretté de la grammere françoeze, Paris, Chrétien Wechel.

Ramus Petrus, 1560, Grammaticae libri quatuor, Paris, André Wechel.

— 1562, Gramere, Paris, André Wechel.

— 1564, Grammatica, Paris, André Wechel.

— 1572, Grammaire françoise de Pierre de La Ramée, Paris, André Wechel.

Vaugelas Claude Favre de, 1647, Remarques sur la langue françoise utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Paris, veuve J. Camusat et Pierre Le Petit.

Références secondaires

Colombat Bernard, 1993, Les figures de construction dans la syntaxe latine (1500-1780), Louvain-Paris, Peeters.

— 2007, « La construction, la manipulation de l’exemple et ses effets sur la description dans la tradition grammaticale latine », Langages, no 166, p. 71-85.

Chevalier Jean-Claude, 1968, Histoire de la syntaxe. Naissance de la notion de complément dans la grammaire française (1530-1750), Genève, Droz.

Demaizière Colette, 2008, La grammaire française au xvie siècle : les grammairiens picards, Paris, Champion.

Fournier Jean-Marie, « Constitution des faits / validation des données dans les grammaires de la tradition française », Langages, no 166, p. 86-99.

Lawton Harold Walter, 1972, Contribution à l’histoire de l’humanisme en France, Térence en France au xvie siècle, Genève, Slatkine Reprints.

Swiggers Pierre, 1989, « Les grammaires françaises (1562, 1572) de Ramus : vers une méthode descriptive », La langue française au xvie siècle. Usage, enseignement et approches descriptives, P. Swiggers et W. Van Hoecke éd., Louvain, Leuven University Press - Peeters, p. 116-135.

Notes

1 Sur la méthode ramiste, on se reportera toujours avec profit aux études de Pierre Swiggers (1989) et de Jean-Claude Chevalier (1968).

2 Faute de place, je renvoie à l’ouvrage de Bernard Colombat (1993, p. 203-205, et p. 207).

3 Thérence en françois, prose et rime, avecques le latin, Paris, Antoine Vérard, 1499/1503.

4 Les six comédies de Térence, tres excellent poete comique, Paris, Claude Micard, 1572. La traduction au fil du texte (attribuée à Jean Bourlier, mais inspirée ici de celle de Charles Estienne) est différente, et préserve la syntaxe : « Il adviendra ainsi que je vous voys dire : c’est que noyse d’amans est tousjours cause de plus grande reconciliation & renouvellement d’amour » (f. 48r).

5 Par exemple dans la grammaire de Robert Estienne : « Pronoms, est une sorte de mots qui servent pour supplier le Nom tant propre, qu’appellatif » (1557, p. 21).

6 Ramus substitue cest à est dans l’ensemble de sa grammaire, notamment dans les définitions.

7 L’option proposée rappelle celle de l’Andrie de 1555 : « Amoureux sont ilz courroucez ? / Aussitost ilz sont rapaisez, / Et s’en aiment mieux puis apres » (Premiere comedie de Terence appellée L’Andrie, nouvellement traduite et mise en ryme françoyse, Lyon, Thibaut Payan, 1555, p. 96), traduction longtemps attribuée à Bonaventure Des Périers puis à Étienne Dolet.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540