Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

2. Auteurs et œuvres de l’histoire de la linguistique

Gessner, un pionnier de la linguistique générale

Manfred Peters

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet ouvrage a été préparé par deux journées d’étude (29 et 30 novembre 2007) organisées par Bernar (...)

1Ma première rencontre avec Bernard Colombat date de septembre 1993 et s’est déroulée au Puy-en-Velay dans le cadre des somptueuses « Fêtes Renaissance du Roi de l’Oiseau » où je présentais une communication scientifique sur l’éducation humaniste du xvie siècle (Peters 1994). Cette rencontre a été le point de départ d’une collaboration fructueuse de près d’un quart de siècle et a culminé dans une édition bilingue du Mithridate qui a été unanimement saluée par le monde scientifique1.

  • 2 « Bernard Colombat and Manfred Peters have now provided a comprehensive, definitive, and encyclopa (...)

2Erich Poppe (2009, p. 201) en a rédigé une longue recension qu’il conclut comme suit : « Bernard Colombat et Manfred Peters ont maintenant fourni une édition complète, définitive et encyclopédique de cette œuvre encyclopédique qui est à la hauteur de l’érudition du texte. »2

3Parmi les mérites particuliers de Bernard Colombat, il convient de citer sa remarquable étude des sources de Conrad Gessner (Colombat 2006 ; Colombat et Peters 2009, p. 73-86), un véritable travail de bénédictin, vu qu’il est très difficile d’identifier avec précision les citations, les marqueurs étant très discrets. Il a donc fallu comparer le texte de Gessner avec ceux des 154 auteurs cités.

4Le sous-titre du Mithridate, édité en 1555 chez Christoph Froschauer, spécifie qu’il est question des « différences entre les langues » (De differentiis linguarum). Ce sujet se distingue de celui de Theodor Bibliander, un autre Zurichois qui a publié, sept ans avant le Mithridate, une œuvre portant le titre De ratione communi omnium linguarum et literarum commentarius. Alors que Gessner traite des differentiis linguarum, Bibliander met l’accent sur le communi omnium lingarum. Comment expliquer ces positions antagonistes ? Bibliander était avant tout théologien. S’il écrit un ouvrage sur les langues, c’est que pour lui religion et langue sont étroitement liées. En mettant en exergue ce qui est commun aux langues, il espère faire de l’humanité un seul peuple de Dieu.

5Au-delà de l’unité des langues, Bibliander cherche l’unité des religions. Il fait l’essai de résumer en dix points ce qui est commun à toutes les religions. D’après lui, ces convictions seraient partagées par les chrétiens, les juifs, les musulmans et d’autres communautés religieuses : que l’homme est composé d’un corps et d’une âme et que l’âme en est la partie la plus importante ; qu’il y a une vie après la mort ; que le monde des esprits est supérieur à la nature humaine ; qu’il existe un Dieu, créateur et seigneur, qui prend soin des hommes, que les actes des hommes sont exigés ou rejetés par Dieu selon qu’ils sont bons ou mauvais ; que de tout temps Dieu a fait connaître sa volonté par des hommes éclairés ; que la volonté de Dieu doit être suivie dans la vie publique et dans la vie privée ; que la piété détermine tout comportement humain ; que les pieux constituent les amis de Dieu et son peuple élu ; que de tout temps Dieu a donné à son peuple un dirigeant à qui il faut obéir comme à Dieu lui-même (Peters 1984).

6Dans le Mithridate de Gessner, c’est l’intérêt purement linguistique qui prédomine. Cela vaut aussi pour sa préface au dictionnaire de Josua Maaler, Die Teütsch spraach (1561). En dehors de ses projets relatifs à l’édition de deux dictionnaires allemands, il y aborde encore plus clairement la parenté entre certaines langues, notamment germaniques et slaves.

L’intérêt de Conrad Gessner pour les langues

7Le premier biographe de Gessner, Josias Simmler (1566, p. 7), a mis l’accent sur sa passion pour les langues, en montrant qu’il avait fait beaucoup d’observations lui-même et reçu maintes informations de ses amis. Outre sa langue maternelle, l’allemand, Gessner maîtrisait les trois langues classiques et comprenait le français, l’italien et le néerlandais.

8Zurich, la ville natale de Gessner, était un terreau favorable pour l’étude des langues. En effet, celle-ci était un important centre commercial qui attirait de nombreux marchands allemands, français et italiens. Par ailleurs, la Réforme a amené beaucoup de réfugiés en Suisse, surtout à Genève et à Zurich. Ulrich Zwingli, Heinrich Bullinger et Conrad Gessner reçurent de nombreux visiteurs. L’intensité des rapports entre Zurich et l’étranger est attestée par la correspondance de Theodor Bibliander comptant quelque quinze mille lettres et par le Liber amicorum (1555-1565) de Gessner avec des inscriptions de 27 Suisses, 57 Allemands, 22 Français, 17 Néerlandais, 13 Polonais, 8 Hongrois, 7 Italiens, 4 Bohémiens, 4 Espagnols ainsi qu’un Écossais, un Irlandais et un Ukrénien (voir Fischer 1967, p. 228).

9À côté de Bâle, Zurich devint une importante ville d’édition. Dans ce domaine, c’est surtout Christoph Froschauer qui a joué un rôle capital. En 1517, il reprit l’imprimerie de son maître Hans Rüegger et devint l’éditeur le plus important de la Réforme zurichoise. Froschauer était lié d’amitié avec le réformateur Zwingli et avec Gessner qui lui a dédié le premier livre des Pandectes.

10C’est surtout à partir du xixe siècle que les mérites de Gessner en tant que linguiste ont été mis en exergue. Jakob Bächtold (1880, p. 3) reconnaît sa position unique dans la linguistique. Hermann Paul (1891, p. 15) salue également les recherches exeptionnelles du savant suisse et Theodor Benfey (1868, p. 227) remarque son intérêt linguistique pur. Rudolf von Raumer (1870, p. 37) le désigne même comme le fondateur de la linguistique moderne.

11Il y a un lien étroit entre l’intérêt linguistique de Gessner et ses ouvrages de sciences naturelles. Dans sa monumentale Historia animalium, cet érudit indique notamment, en plusieurs langues, les noms des maladies, de la médecine humaine et vétérinaire ainsi que de divers technolectes (variétés linguistiques spécifiques des chasseurs, des paysans, des bouchers ou des pêcheurs par exemple). Gessner revendique une nomenclature claire et univoque, qui est entrée dans la langue allemande par les dictionnaires parus ultérieurement. Et n’oublions pas que la collecte des noms de plantes et d’animaux lui a ouvert le regard sur la parenté entre les langues.

Sa conception des langues

  • 3 « Abasinorum lingua, vide Aethiopum lingua. »

12Avant d’examiner les différentes langues, Gessner pose la question de leur nombre et il arrive à la conclusion qu’il en existe soixante-douze, mais ce nombre ne forme pas le canevas du Mithridate qui contient 130 paragraphes dont plus de la moitié ne sont que des renvois, par exemple : « La langue des Abyssins, voyez à la langue des Égyptiens. »3

  • 4 « Nulla enim est quae non ab Hebraica deriuata quaedam & corrupta uocabula habeat » (Gessner 1555, (...)

13Comment Gessner voit-il les rapports entre les langues ? Pour lui, elles ont d’abord une origine commune. Ainsi, il précise que toutes les langues germaniques, des sources du Rhin à l’océan, descendent d’une même langue principale (1555, f. 5v). En second lieu, il s’agit de l’usage d’un vocabulaire commun. C’est dans ce sens qu’il considère que l’hébreu a des relations avec toutes les langues, parce qu’il n’en est aucune qui ne contienne certains mots dérivés de l’hébreu4.

14Une importance particulière est accordée aux noms propres. C’est pourquoi Gessner lance un appel à tous les savants afin qu’ils collectionnent les noms propres et en établissent l’étymologie (ibid., f. 32r). Et à ce niveau, il met l’accent sur le rôle des affixes. Ainsi, dans le chapitre consacré au celte, il examine longuement les suffixes –marus, –ricus, et –baldus (ibid., f. 18r), et pour le slave (1561, f. 4r) les suffixes –bach et –eck.

15Certes, il faut placer ces observations dans le cadre scientifique du xvie siècle et ne pas les juger à l’aune des connaissances actuelles. Néanmoins, on peut déjà reconnaître dans le Mithridate quelques familles linguistiques : les langues sémites-hamitiques, les langues grecques, les langues italiques, les langues celtiques, les langues slaves et les langues germaniques.

16En ce qui concerne les langues italiques, Gessner (ibid., f. 58v) évoque d’abord, en se basant sur Petrus Crinitus, quatre périodes : l’ancienne (prisca), la latine (latina), la romaine (romana) et la mixte (mixta). Il sait aussi que le latin a subi l’influence de beaucoup d’autres idiomes, notamment de la langue des Osques et de celle des Sabins, ainsi que de l’étrusque (ibid., f. 48r-49v, 61v et 65v-66r).

17Enfin, il examine la naissance des langues romanes, en précisant qu’elles sont nées parce que les Romains ont imposé leur langue aux peuples conquis. Gessner est donc en quelque sorte un précurseur de la théorie des substrats qui, en tant que telle, n’a été élaborée qu’à la fin du xixe siècle par le linguiste italien Graziadio Ascoli.

18Gessner est persuadé que dans toutes les langues, il y a des dialectes, dans la mesure où nulle part le peuple ne parle la langue standard. Il reconnaît donc la différence sociologique entre la langue populaire et la langue normée de la classe supérieure. Dès lors, il n’est pas étonnant qu’il établisse une hiérarchie. D’après lui, l’italien est « a Latina vetere corrupta », mais parmi les dialectes italiens, il préfère le toscan. Le rhéto-romain (ibid., p. 57v) est considéré comme « ineptissimus & maxime depravatus ». Quant aux dialectes espagnols, la préférence est donnée au castillan (ibid., p. 49v). Sur les dialectes français, on peut lire :

  • 5 La partie ouest de la France actuelle. Au xvie siècle déjà, on considérait les habitants du Val de (...)
  • 6 « Dialectis uariat non parum. Est enim alia tersior, in parte quae priuatim Francia dicitur: aliae (...)

Le français comporte des variations dialectales non négligeables. Il y a en effet un dialecte plus élégant qu’on parle dans cette partie qu’on appelle spécifiquement la France5 : les autres sont plus grossiers, comme le provençal, le lotharingien ou le bourguignon. Le savoyard est le plus grossier et il est parlé autour des Alpes voisines de l’Italie. (1555, f. 25v)6

L’examen de l’évolution linguistique pousse Gessner à des considérations qui sont d’ordre plus personnel que purement linguistique. Pour lui, le changement dans ce domaine est synonyme de dépravation. En dehors de l’hébreu, toutes les langues sont le produit de mélanges. Les causes sont extralinguistiques. Les langues ont été mélangées entre elles :

[…] soit par nécessité, par le fait que conjointement aux choses étrangères et inhabituelles, on a laissé les noms étrangers, comme dans la plupart des langues, ceux des aromates et d’autres objets importés d’ailleurs ;

Soit volontairement, comme par le motif de s’instruire dans divers arts et sciences. Ainsi les Latins ont emprunté aux Grecs d’innombrables mots concernant non seulement les arts mais aussi les objets, mots qu’ils avaient découverts dans les livres de ces derniers ;

Soit à cause des empires. En effet, généralement, les vaincus s’adaptent peu à peu aux mœurs et aux langues des vainqueurs. Ainsi, la langue latine a été altérée par les Goths en Italie, en Gaule et en Espagne ;

  • 7 « […] uel necessario, ut cum rebus perigrinis & inusitatis nomina quoque perigrina sunt relicta, q (...)

Soit parce que des peuples différents ont émigré dans une seule et même région. (Ibid., f. 3r)7

Pour illustrer ce dernier cas, Gessner prend l’exemple de l’anglais, en évoquant la domination des Saxons, suivie par l’influence du français à cause du flux de marchands ou d’immigrés venus de France.

Les sources de Conrad Gessner

19Dans l’introduction, j’ai déjà fait allusion à la difficulté de déterminer avec exactitude les sources de Gessner et au travail extraordinaire réalisé par Bernard Colombat pour les rechercher.

20Cent cinquante-quatre auteurs sont cités, ce qui est considérable pour une œuvre de taille réduite. Plus de la moitié des sources (55 %) appartiennent à l’Antiquité, 10 % au Moyen Âge et 35 % à l’époque de l’humanisme. Si on prend en considération la longueur des textes cités, les proportions s’inversent entre Antiquité (31 %) et humanisme (66 %), alors que la part du Moyen Âge se réduit à 7 %.

21Les auteurs suivants sont cités plus de quinze fois : Tacite (25 fois), surtout en tant qu’auteur de la Germania, qui sert de base au chapitre sur les langues germaniques ; César (24 fois), et cela aussi bien dans le chapitre « De la langue gauloise, d’abord l’ancienne, puis la nouvelle », que dans le chapitre sur les langues germaniques ; Aventinus (20 fois), Hérodote (19 fois) et Sebastian Münster (16 fois). Quant à la longueur des citations, c’est l’historien et l’humaniste Johannes Aventinus (Johann Turmair) qui occupe la première place.

22La célèbre Cosmographia de Sebastian Münster, la première description scientifique du monde en langue allemande, est utilisée comme source pour l’anglais, le gaulois, l’allemand, l’irlandais, le moscovite, le sarde et la langue des vagabonds. De Münster, Gessner utilise, en outre, un long passage de la Grammaire chaldaïque pour traiter de la langue éthiopienne.

Conclusion

23Quand on évalue les mérites de Gessner en tant que linguiste, il faut tenir compte de l’ensemble de son œuvre, qui est colossale. On dit – à raison, je crois – qu’aucun scientifique de notre époque n’a lu l’ensemble de ses écrits, qui couvrent des domaines aussi variés que la médecine, les sciences vétérinaires, la pharmacie, la zoologie, la botanique, la minéralogie, la paléologie, la balnéologie ainsi que la philologie et la linguistique.

24Ce sont toutes ces facettes qui ont été prises en compte lors des nombreuses manifestations qui ont marqué, en 2016, le 500e anniversaire de sa naissance – cinq expositions : une dans la Sukkulenten-Sammlung de Zurich, une dans le jardin zoologique de Zurich, une dans le Jardin Gessner de l’ancien jardin botanique de la ville, une dans le Landesmuseum et une encore dans le Musée zoologique de l’université de Zurich, ces deux dernières étant accompagnées d’un volumineux catalogue richement illustré (Leu et Ruoss 2016). Par ailleurs, un film a été tourné. Un congrès – dont les actes sont sous presse – a réuni des spécialistes du monde entier et a permis d’actualiser la recherche sur le grand savant universel (Leu 2017).

25En ce qui concerne les aspects linguistiques, le congrès a confirmé que Gessner est le plus grand linguiste du xvie siècle.

26Cela vaut pour les recherches linguistiques en tant que telles, tout comme pour ses activités philologiques et lexicographiques. Mais beaucoup d’éléments restent à étudier. Même après son admission à l’éméritat, Bernard Colombat pourra encore diriger de nombreuses thèses, à titre d’exemples sur le vocabulaire ou les proverbes dans la monumentale Historia animalium ou le Catalogus plantarum inachevé. L’influence de Gessner sur la lexicograhie mériterait elle aussi une étude approfondie.

Bibliographie

Références primaires

Bibliander Theodor, 1548, De ratione communi omnium linguarum et literarum commentarius, Zurich, Christoph Froschauer. Édition avec traduction anglaise par Hagit Amirav et Hans-Martin Kirn, 2011, Genève, Droz (Travaux d’humanisme et Renaissance 475).

Gessner Conrad, 1555, Mithridates, de differentiis linguarum tum veterum tum quae hodie apud diuersas nationes in toto orbe terrarum in usu sunt, Zurich, Christoph Froschauer [1974, Aalen, Scientia].

— 1551-1555, Historia animalium, liber I, liber II, liber III, liber IV, Zurich, Christoph Froschauer.

— 1555-1565, Liber amicorum, manuscrit conservé à la National Library of Medicine, Bethesda (États-Unis).

Maaler Josua, 1561, Die Teütsch spraach, Dictionarium Germanicolatinum nouum, Zurich, Christoph Froschauer [1971, Hildesheim, Olms].

Münster Sebastian, 1544, Cosmographiae universalis libri VI, Bâle, Heinrich Petri.

Références secondaires

Bächtold Jakob, 1880, Die Verdienste der Zürcher um die deutsche Philologie und Literaturgeschichte, Zurich, Universitätsverlag.

Benfey Theodor, 1868, Geschichte der Sprachwissenschaft und orientalischen Philologie in Deutschland, Munich, Cotta.

Colombat Bernard, 2006, « Citation des sources, citation des langues dans le Mithridate de Conrad Gesner », Hôs ephat’, dixerit quispiam, comme disait l’autre… Mécanismes de la citation et de la mention dans les langues de l’Antiquité, C. Nicolas éd., hors-série no 15 de Recherches et travaux, p. 161-176.

Colombat Bernard et Peters Manfred, 2009, Conrad Gessner, Mithridate (1555), introduction, texte latin, traduction française, annotations et index, Genève, Droz (Travaux d’humanisme et Renaissance 452).

Fischer Hans, 1967, Conrad Gessner 1516-1565, Universalgelehrter, Naturforscher, Arzt, Zurich, Orell Füssli.

Leu Urs, 2017, Conrad Gessner, Akten des internationalen Kolloquims Zürich, Berlin, De Gruyter.

Leu Urs et Ruoss Mylène, 2016, Facetten eines Universums. Conrad Gessner 1516-2016, Zurich, Verlag Neue Zürcher Zeitung.

Paul Hermann, 1891, Grundriß der Germanischen Philologie, Strasbourg, Trübner, t. 1.

Peters Manfred, 1984, « Theodor Biblianders De ratione communi omnium linguarum et literarum commentarius », Archiv für das Studium der neueren Sprachen und Literaturen, no 221, p. 1-18.

— 1994, « L’éducation humaniste dans la Suisse du xvie siècle », Actes du colloque du Puy-en-Velay, 13-16 septembre 1993, Le Puy-en-Velay, Éditions communales, p. 37-51.

Poppe Erich, 2009, « Mithridates by Conrad Gessner », Language and History, no 52, p. 199-201.

Raumer Rudolf von, 1870, Geschichte der germanischen Philologie, Munich, Oldenbourg.

Simmler Josias, 1566, Vita Conradi Gesneri, Zurich, Christoph Froschauer.

Notes

1 Cet ouvrage a été préparé par deux journées d’étude (29 et 30 novembre 2007) organisées par Bernard Colombat à l’université Paris Diderot et qui ont réuni une partie des dizaines de spécialistes qui nous ont aidés pour tel ou tel chapitre.

2 « Bernard Colombat and Manfred Peters have now provided a comprehensive, definitive, and encyclopaedic edition of this encyclopaedic work, which matches the erudition of its base text. »

3 « Abasinorum lingua, vide Aethiopum lingua. »

4 « Nulla enim est quae non ab Hebraica deriuata quaedam & corrupta uocabula habeat » (Gessner 1555, f. 2v).

5 La partie ouest de la France actuelle. Au xvie siècle déjà, on considérait les habitants du Val de Loire comme parlant le français le plus pur.

6 « Dialectis uariat non parum. Est enim alia tersior, in parte quae priuatim Francia dicitur: aliae crassiores, ut prouincialis, Lotharingica, Burgundica, &c. crassissima Sabaudica & circa Alpes Italiae confines. » La traduction des citations du Mithridate est tirée de Colombat et Peters (2009).

7 « […] uel necessario, ut cum rebus perigrinis & inusitatis nomina quoque perigrina sunt relicta, quemadmodum aromatum & aliarum rerum quae aliunde apportantur, in plerisque linguis. Vel sponte, ut ratione studiorum in diuersas artibus & scientiis. Sic Latini innumera non solum artium uocabula a Graecis, sed etiam rerum mutuati sunt, quae in libris ipsorum repererant. Vel propter imperia. Fere enim uicti paulatim uictorum moribus & linguis se accommodant. Sic a Gothis Latina lingua in Italia, Gallia &Hispania corrupta est. Vel ex eo quod gentes diuersae in unam regionem migrauerunt. »

Auteur

Université de Namur (Belgique)

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540