Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

2. Auteurs et œuvres de l’histoire de la linguistique

L’Anonymus Ecksteinii III, les Étymologies et le Liber glossarum

Anne Grondeux

Texte intégral

1L’Anonymus Ecksteinii III (dorénavant AE III, édition Eckstein 1852, Halm 1863, Schindel 1987) est une collection d’une trentaine de noms de figures pourvus d’une définition et d’un exemple. Il bénéficie d’une double tradition, directe et indirecte. La tradition directe est formée de deux manuscrits, Paris, BnF lat. 7530 (P, voir Holtz 1975), et Rome, Casanatense 1086 (C). Ces témoins sont deux copies indépendantes, réalisées au Mont-Cassin entre 779 et 796 pour P, à Bénévent début ixe siècle pour C, d’un ancêtre commun π, lié au Vivarium cassiodorien, que Ulrich Schindel (éd. 1987, p. 122) date de la mi-viiie siècle. Dans P (f. 221r18-224v3) et C (f. 60rb27-63rb6), AE III vient à la suite de deux autres collections anonymes de même facture, AE I-II (Schindel 1974, 1987 ; pour les liens d’AE I-II avec l’Expositio Psalmorum de Cassiodore, voir ibid. et Grondeux 2013). Outre cette tradition directe, le contenu d’AE III est connu d’une part au travers des Étymologies d’Isidore de Séville, où il forme la majeure partie du chapitre 2, 21 (3-48), et d’autre part (ce qui n’avait jamais été signalé) par une quarantaine d’entrées du Liber glossarum (dorénavant LG, édition Grondeux et Cinato 2016), deux textes dont l’intrication a été montrée ailleurs (Cinato et Grondeux éd. 2014 ; Grondeux éd. 2016). Le tableau synoptique infra présente, dans l’ordre commun à AE III et aux Étymologies, les figures en question, avec leurs coordonnées dans AE III, le LG et les Étymologies ; il rend visible une parenté d’autant plus étroite que tous véhiculent les mêmes formes dégradées, ce que masquent les éditions critiques. Par ailleurs, cette proximité singularise AE III par rapport aux deux autres, car ni les Étymologies ni le LG ne connaissent AE I-II ; en sens inverse, AE III ne concorde pas avec l’Expositio Psalmorum de Cassiodore. Au-delà de la ressemblance formelle et de la communauté de transmission manuscrite, les séries ont donc connu des sorts différents.

2La question est de savoir si AE III est un extrait isidorien détaché (Schindel éd. 1987) ou une liste autonome venue s’insérer dans les Étymologies. Nous présenterons d’abord les arguments de Schindel, avant de reconsidérer le sens du lien entre les deux textes, à la lumière du LG. Pour la clarté du propos, il faut cependant rappeler brièvement la tradition manuscrite des Étymologies.

3Premier éditeur critique du texte, Wallace M. Lindsay (1911) en avait réparti les témoins en trois familles, francica sive integra (α), italica sive contracta (β), hispanica sive interpolata (γ). Marc Reydellet (1966) a depuis mis en évidence, grâce aux capitulations, plusieurs faits majeurs : la famille italienne β dérive de la recension en trois livres de la famille α1 ; la sous-famille ξ, qui existe en Suisse et en Allemagne, et n’est apparue qu’au ixe siècle, est en réalité une édition carolingienne faite à partir des familles α et γ. Reydellet propose de lire ainsi l’histoire de la diffusion des Étymologies : une version courte, qui distribuait les dix premiers livres en trois, et excluait peut-être le quatrième livre, est passée d’Espagne en Irlande (voir aussi Herren 1980), puis de là sur le continent où elle a donné naissance à α1, dont vient β. Une autre version courte, dont la structure en vingt livres correspond à celle de la famille γ, est passée directement d’Espagne en Gaule. Ce qui a conduit Reydellet à rapprocher α2 de γ est la façon identique dont ces manuscrits organisent une matière différente, courte pour les α2, longue pour les γ (1966, p. 435-436, et stemma codicum p. 437 ; voir pour une remise en cause Büren 2007). Il est important d’avoir à l’esprit cette répartition des manuscrits, car la liste des figures du chapitre 2, 21 est propre aux groupes α² et γ.

AE III, un dérivé des Étymologies ?

4Selon Schindel (1987, p. 111-123), l’AE aurait été constitué par la réunion de trois éléments ; AE I, le plus ancien (ive siècle), aurait été complété (au ve siècle), après avoir été endommagé, par l’addition d’AE II, formé d’extraits de Quintilien, et ces deux éléments réunis se sont vus ensuite ajouter (entre 650 et 750) AE III, une collection extraite d’Etymologiae 2, 21, 3-48. Nous avons suggéré ailleurs que le tout provenait du scriptorium vivarien de Cassiodore, les arguments relatifs à la datation pointant en réalité sur le vie siècle (Grondeux 2013, p. 39-42).

5Schindel évoque en particulier le cas de l’enargeia (1987, p. 143-144 ; Etym. 2, 21, 33 : « enargia est rerum gestarum aut quasi gestarum sub oculis inductio, de qua locuti iam sumus »), seul passage présent en Etym. 2, 21 et absent d’AE III. Il déduit de la fin de ce passage (locuti iam sumus) qu’Isidore se réfère à Etym. 2, 20, 4, et que la notice a été supprimée parce que trop allusive. Il analyse ensuite des passages divergents dans AE III et les Étymologies, où P et C permettent de reconstituer un texte de meilleure qualité. Le premier est celui du climax (ibid., p. 144). Les Étymologies et C ont à cet endroit un texte déficitaire identique, alors que P permet de reconstituer uestri atque clientium gratiis. Le second cas est celui de l’anamnesis (p. 145) ; les Étymologies n’en donnent pas d’exemple, limitant le traitement de la figure à sa définition, alors que P comme C portent ensuite ut, annonce d’une illustration manquante, suivi dans P seul d’une lacune d’une quarantaine de lettres. Le troisième cas concerne l’epimone (p. 147), où s’opposent la leçon prodidit des Étymologies (et du LG) et la leçon perdidit correcte de P et C. Le dernier est celui de la peusis (ibid., p. 147), où P et C ont soliloquii uł, et les Étymologies (et le LG) soliloquium, là où l’on attendrait soliloquii uices.

6Au lieu de conclure qu’AE III est une des sources des Étymologies, Schindel affirme qu’il démontre (contre tous les enseignements de la tradition manuscrite) qu’il a tout simplement existé un meilleur texte d’Isidore (Schindel 1987, p. 150 : « Die Annahme, daβ es vor 780 einen besseren Isidor-Text gegeben hat, als wir ihn heute besitzen, ist wohlbegründet ») : ce postulat lui permet de rendre compte du fait que π véhiculait un texte meilleur que celui de sa « source » isidorienne. Il considère en effet que la recherche de Reydellet a montré l’insuffisance (Unzulänglichkeit, ibid., p. 149) de la répartition géographique de Lindsay, et que l’on peut par conséquent la tenir pour nulle et non avenue ; il nous semble au contraire que Reydellet s’est inscrit, comme Walter Porzig (1937) et Manuel C. Díaz y Díaz (1970), dans les traces de Lindsay, pour clarifier comment l’ordonnancement géographique prenait son sens. On doit d’autre part redresser une simplification (Schindel 1987, p. 149), car les plus anciens témoins de la version longue ne sont pas tous du ixe siècle : voir ainsi T (Espagne, viiie siècle ; voir Reydellet 1966 ; Codoñer 2002, p. 29-32). Enfin, Schindel déduit du fait que le passage ne se trouve que dans les manuscrits α² et γ qu’il s’agit d’une addition apportée par Braulion (1987, p. 149), ce qui est un peu rapide.

7La position de Schindel bénéficie du fait qu’aucun des éditeurs des Étymologies n’a mis le passage en relation avec AE III pour expliquer la proximité des deux textes (y compris Jacques Fontaine, 1983, p. 295 et suivantes, dans son étude du chapitre 2, 21 et de ses sources). Personne ne s’est en effet penché spécifiquement sur le problème posé par Etym. 2, 21, 3-48, qui n’est traité que comme une addition, le fait qu’il soit présent ailleurs, en particulier dans un manuscrit copié aux alentours de 750, n’étant pas pris en compte. On notera d’ailleurs que c’est Reydellet qui parle d’une « addition », mais que l’on pourrait aussi envisager le phénomène inverse d’une chute dans l’archétype de la famille α1 ; nous reviendrons infra sur cette possibilité.

8Si nous reprenons les exemples proposés par Schindel, le climax montre qu’un exemplaire corrompu d’AE III a inspiré les Étymologies, d’autant que l’abréviation ui pour uestri avait peu de chances d’être comprise en Espagne, où l’abréviation ordinaire pour noster, uester inclut le s (nsr, usr, etc.) ; pour l’anamnesis, il est évident que l’archétype portait ut suivi d’un blanc en attente d’un exemple, disposition préservée par π et P, là où C a supprimé l’espace mais conservé le ut ; le modèle commun aux Étymologies et au LG a fait le choix de tout supprimer, y compris le ut qui restait en suspens ; pour l’epimone, l’analyse suggère tout aussi manifestement une influence en sens inverse, car P et C portent une leçon correcte per-, qui n’a pu être transcrite que sous la forme erronée pro- à cause du système abréviatif wisigothique, dans lequel le p barré se lit pro- et non per- ; pour la peusis enfin, l’erreur va tout aussi clairement dans le sens d’AE III vers les Étymologies.

AE III, une source des Étymologies ?

  • 1 On rappellera qu’Isidore a fini par remettre en 633 à son élève Braulion une version non corrigée (...)

9La question peut être ainsi résumée : comment AE I-II peuvent-ils avoir été complétés en Italie par un extrait d’Isidore alors que la section correspondante (2, 21, 3-48) manque dans tous les manuscrits italiens des Étymologies ? Même le manuscrit M, copié au viiie siècle au Mont-Cassin, donc à peu près à l’époque où s’y trouvait l’ancêtre de P et C, n’a pas le passage en question, alors qu’il a été par endroits corrigé à l’aide de matériel cassiodorien (Marshall 1983, p. 10). Le passage manquait donc dans l’édition non autorisée d’Isidore1.

10La comparaison des manuscrits fait apparaître sa présence dans TUVWGm2pzZfyBDbqhHSIC², et son absence dans eXxradm1nKMtQgAYC1 (sigles de Reydellet 1966, p. 415-416 ; Marshall 1983). Nous les classons selon la présence ou l’absence du passage commun avec AE III : les manuscrits comportant 2, 21, 3-48 sont (famille α) Gm2pzZfyBDbqhHSIC2 et (famille γ) TUVW ; les manuscrits dépourvus de 2, 21, 3-48 sont (famille α) eXxadnQgAY et (famille β) rKMt.

11Ceci montre une partition entre les manuscrits γ, qui ont le passage en 2, 21, et les manuscrits italiens β, qui ne l’ont pas, et une scission dans la famille α. Nous analyserons le comportement de cette famille en Etym. 2, 21, en combinant les subdivisions proposées par Reydellet (en α1 et α², selon que les manuscrits portent ou non des traces de l’organisation ancienne) et celles de Díaz y Díaz (1970) : les manuscrits α comportant 2, 21, 3-48 sont (αc) B(fy), (απ) GzZ, (αη) yq ; fbS ; DHh et (αξ) mcpC2 ; les manuscrits α dépourvus de 2, 21, 3-48 sont (α1) aenQAY et (αξ) Xxg m1C1.

12On mesure ici la pertinence du classement de Reydellet, qui a isolé à juste titre les manuscrits α1 : aucun de ceux-ci n’a le passage, donné en revanche par Bfy d’α2. Se vérifie aussi la justesse des regroupements proposés par Díaz y Díaz, l’unanimité des témoins απ et αη donnant le passage en question, tout comme ceux du sous-groupe DHh. Reste donc le cas des manuscrits αξ, qui se partagent ici entre des manuscrits comme Xxg (sans le passage) et m2pC2 (avec). Un examen plus attentif montre toutefois que cette sous-famille n’a pas le passage en cause : le manuscrit m, copié au ixe siècle à Freising, et pourtant très proche du manuscrit L de la famille β, copié vers 750 en Italie du Nord, ne comporte notre passage que par le fait d’une correction ; C, copié au ixe siècle, ne contient pas d’origine le passage, ajouté a posteriori à partir d’un autre manuscrit (Marshall 1983, p. 10) ; p ne nous est ici d’aucune aide, puisqu’il est en réalité à dater du xe siècle et non du ixe. Les témoins de la famille αξ n’ont donc pas d’origine ce passage.

13Sa présence est donc bien une caractéristique des manuscrits α2 et γ, et non de la version longue comme le dit Schindel, ce qui ne permet pas encore de savoir s’il figurait ou non dans le codex inemendatus, c’est-à-dire s’il a pour auteur Isidore ou Braulion, ou, pour le formuler autrement, s’il s’agit d’une addition de la famille α², destinée à suppléer le vide patent tel qu’il apparaît dans les manuscrits α1 et β, ou d’une perte de l’archétype de la famille α1.

14L’hypothèse selon laquelle AE III emprunterait à Isidore se heurte en outre à divers obstacles. Il est difficilement concevable qu’Isidore ait pu élaborer une synthèse aussi sophistiquée. Compiler AE III réclame en effet d’avoir à disposition des sources aussi diverses que Quintilien, Julius Rufinianus (s. v. coenonesis), etc., que Fontaine suppose d’ailleurs en conséquence présentes à Séville (1983, p. 298, 1071 ; il admet pourtant p. 299 que la source du chapitre sur la rhétorique doit être un traité tardif des figures). À l’inverse, AE III présente une certaine parenté avec AE II, énumérant des figures présentes chez Quintilien (synonymia, epanodos, antapodosis, paradiastole, antimetabole, catexochen, paradoxon, epitrope, parrhesia…), parfois avec leurs définitions, lorsqu’elles existent, et leurs illustrations. D’autre part, nous avons vu que les exemples de Schindel (1987, p. 143 et suivantes) montraient que les descendants de π avaient eu accès à une version du texte moins corrompue que le modèle d’Etym. 2, 21, 3-48. On peut en fait supposer que si les éditeurs d’Isidore avaient connu AE III, ils auraient été fondés à y voir une source de ce passage des Étymologies.

Positionnement du LG

15Le LG peut-il aider à trancher cette question ? Dans cette encyclopédie alphabétique de l’Espagne wisigothique, les figures d’AE III sont toutes présentes, et à deux reprises pour trois d’entre elles : antimetabole, ethopoeia, characterismos (une fois sur deux, l’entrée est pourvue d’une étiquette de source « Esidori » qui renvoie à Isidore de Séville, et sinon dépourvue d’étiquette mais dans une suite d’entrées isidoriennes, ce qui explique que le tag n’ait pas été répété) ; font également doublon les termes amphidoxae, procatalepsis et aporia, présents à la fois comme entrées autonomes et comme partie de l’entrée SE368 Sententia. Les notices ne présentent pratiquement pas de différence par rapport au texte isidorien, hormis en trois cas, SI225, SI471 et SI418.

  • 2 SI471 : « Synonima est, quociens in conexa horatione pluribus uerbis unam rem significamus, ut ait (...)

16SI225 est un montage d’extraits isidoriens, qui aboutit à une invraisemblable confusion entre le syllogisme (début de la notice) et le climax (inspiré d’Etym. 2, 21, 4). En SI471, a de même été ajoutée une phrase qui montre que le compilateur n’a pas saisi que la synonymia (et non synonima) était une figure ; il complète donc les exemples originaux par des illustrations de son cru qui font contresens2. Le cas de SI418 est totalement différent, car le LG s’inspire ici de la source directe des Étymologies, en sorte que le membre noté {b} infra (les Étymologies ne comportant que {a}) prend un relief très particulier :

  • 3 « La sinerosis se produit quand nous différons quelque chose, en demandant qu’on nous permette de (...)

{a} Sinerosis est, cum diferimus aliquid, petentes ut aliut interim nos permittant dicere. {b} His figuris sententiarum atque uerborum et amplificatur et expoliatur et uariis generibus amplificatur oratio. 3

La comparaison avec l’introduction du chapitre (« augetur et ornatur oratio etiam figuris uerborum ac sententiarum ») fait apparaître le parallélisme parfait des expressions ; et comme la sinerosis est la dernière figure d’AE III, il est aisé de voir que le membre {b} était la phrase conclusive originelle, perdue par π et les Étymologies, et conservée par automatisme dans le LG, où elle ne fait plus sens. SI418 montre donc qu’il a existé un AE III autonome, pourvu d’une introduction (conservé par Etym. 2, 21, 1-2), d’une conclusion (préservée par LG SI418 {b}), alors que π a supprimé ces deux éléments pour fusionner le contenu avec AE I-II dans son interminable suite de figures ; la suppression de l’enargeia s’explique elle par le fait qu’il s’agit de la première figure d’AE I, ce qui rendait le doublon particulièrement repérable.

17De plus, l’introduction explique que des figurae sententiarum étant traitées par Donat, il va seulement être question de celles qu’on ne trouve pas ou peu en poésie mais fréquemment chez les orateurs. Or la première de ces figures est l’anadiplosis, présente chez les poètes et traitée par Donat (Ars maior III, 5, p. 664, 11-14), et surtout déjà abordée plus haut par Isidore (Etym. 1, 36, 7). L’utilisation du passage aurait nécessité des adaptations qui n’ont pas été conduites, les Étymologies reproduisant comme souvent littéralement leur source.

  • 4 Édition Lindsay (1911), Epist. iv : « Ergo et hoc notesco, libros Etymologiarum, quos a te, domino (...)

18La sinerosis permet aussi de répondre à la question posée plus haut, et de conclure que le responsable du passage est bien Isidore lui-même. L’accord parfait de l’introduction et de la conclusion, comme la mention « de qua locuti sumus », indique que le passage était bel et bien présent dans le codex inemendatus, et qu’Etym. 2, 21, 3-48 ne doit plus être envisagé comme une addition d’α² comme le supposait Schindel mais comme une perte d’α1 ; nous avons ainsi une illustration de ces « codices detruncati conrosique » évoqués par Braulion dans sa correspondance avec Isidore4.

19Comment Isidore a-t-il eu accès à ce texte ? Comme le souligne Marshall (1983, p. 5-7), la majeure partie de ce livre des Étymologies est empruntée littéralement, fautes scribales incluses, au second livre des Institutiones de Cassiodore. Étant donné qu’AE III ressemble comme un frère aux productions vivariennes (AE I-II), il est permis de penser qu’il est arrivé à Séville au milieu du matériel cassiodorien, que l’on trouve à profusion dans les Étymologies et dans le LG (Marshall 1983, p. 170 ; Troncarelli 2016), peut-être par l’intermédiaire du Latran qui a recueilli une partie de l’héritage cassiodorien (Courcelle 1948, p. 305) : on sait en effet les liens qui unissaient le pape Grégoire et Léandre, le frère et prédécesseur d’Isidore sur le siège sévillan, qui ont en particulier permis le transfert à Séville du programme de décoration de la bibliothèque papale (Holtz 1986 ; Fontaine 1983, p. 740 et suivantes), et vraisemblablement aussi un transfert de documentation entre le Latran et Séville.

20Nous proposerons en conclusion un stemma bifide de la tradition manuscrite d’AE III, qui fait apparaître la branche italienne déjà connue, et la branche hispanique que le LG permet de reconstituer :

 

Liste des figures d’AE III

Figures AE III LG Tag Étymologies
Anadiplosis 282 AN13 Anadiplosis Esidori etym. 2, 21, 3
Climax 284 CL149 Clemax Esidori etym. 2, 21, 4
Antitheta 295 AN476 Antiteta (---) etym. 2, 21, 5
Synonymia 307 Sinonima SI471 Synonima (---) cf. etym. 2, 21, 6 sinonima
Epanodos 310 EP4 Epanados Esidori etym. 2, 21, 7
Antapodosis 312 Antipodosis AN328 Antapodosis Esidori etym. 2, 21, 8
Paradiastole 315 PA377 Paradiastole Esidori etym. 2, 21, 9
Antanaclasis 318 AN326 Antanaclasis Esidori etym. 2, 21, 10
Antimetabole 321 AN368 Antemetabole Esidori etym. 2, 21, 11
AN433 Antimetabiole (---) etym. 2, 21, 11
<Cat>exochen 325 Exocen(s) EX708 Exocen Esidori etym. 2, 21, 12 exoce
Figurae sententiarum 327-366 SE368 Sententia Esidori etym. 2, 21, 14-27
Amphidoxae 361 AF43 Afidoxe Esidori etym. 2, 21, 26
Procatalepsis 363 PR1635 Procatalensis Esidori etym. 2, 21, 27
Aporia 365 AP147 Aporyae Esidori etym. 2, 21, 27
Coenonesis 367 Quinonisis QVI166 Quinonosis Esidori etym. 2, 21, 28, quinonosis
Paradoxon 370 PA384 Paradoxon (---) etym. 2, 21, 29
Epitrope 373 EP86 Epytrope (---) etym. 2, 21, 30
Parrhesia 376 Paris(s)ia PA513 Parissia Esidori etym. 2, 21, 31
Ethopoeia 379 Etopopeia P etheopeia C ET25 Ethiopopeia Esidori etym. 2, 21, 32 et(h)opopeia
ET46 Ethopopeia (---) etym. 2, 21, 32 et(h)opopeia
Energeia --- EN29 Energia (---) etym. 2, 21, 33
Metastasis 381 metathesis ME566 Metatesis (---) etym. 2, 21, 34 metatesis
Aposiopesis 387 AP148 Aposiopesis Esidori etym. 2, 21, 35
Epanalepsis 389 EP7 Epanalimsis (---) etym. 2, 21, 36
Anamnesis 391 Anamisis P anaminisis C AN33 Anaminisis Esidori etym. 2, 21, 37 anaminisis
Apaetesis 393 Aparisis AP16 Aparisis Esidori etym. 2, 21, 38 aparisis
Aetiologia 395 Etheolegia P ET26 Ethiologia (---) etym. 2, 21, 39
Characterismos 397 CA636 Caracterismos (---) etym. 2, 21, 40
CA682 Carectirismos Isidori etym. 2, 21, 40
Synathroesmos 400 Litrismos LI507 Listrismos Esidori etym. 2, 21, 40 athroesmos ed., litrismos codd.
Ironia 404 ET62 Ethruria (---) etym. 2, 21, 41
Diasyrmos 408 Diasismos P DI43 Diassirmos Esidori etym. 2, 21, 42
DI43a Diasismos (---) etym. 2, 21, 42
Epimone 410 Efron EF104 Efin Esidori etym. 2, 21, 43 Efon
Epangelia 413 EP8 Epangelia (---) etym. 2, 21, 44
Prosopopoeia 415 prosepeia P prosopeia C PR2894 Prosopopeia (---) etym. 2, 21, 45
Paracatathesis 418 Paratisis PA419 Paratitisis (---) etym. 2, 21, 46 paratisis
Peusis 420 PE1346 Peusis Esidori etym. 2, 21, 47
Synchoresis 421 Sinerosis SI418 Sinerosis Esidori etym. 2, 21, 48, sinerosis

Bibliographie

Büren Veronika von, 2007, « La place du ms. Ambr. L 99 sup. dans la transmission des Étymologies d’Isidore de Séville », Nuove ricerche su codici in scrittura latina dell’Ambrosiana, M. Ferrari et M. Navoni éd., Milan, Vita e Pensiero, p. 25‑44.

Cinato Franck et Grondeux Anne éd., 2014, L’activité lexicographique dans le haut Moyen Âge latin. Rencontre autour du Liber Glossarum, no 36/1 d’Histoire Épistémologie Langage, p. 9-180, et no 8 des Dossiers d’Histoire Épistémologie Langage, p. 2-155. En ligne : [http://htl.linguist.univ-paris-diderot.fr/anum8/num8.html].

Codoñer Merino Carmen, 2002, Introducción al libro X de las Etymologiae : su lugar dentro de esta obra. Su valor como diccionario, Logrogne, Fundacion San Millan de la Cogolla.

Courcelle Pierre, 1948, Les lettres grecques en Occident de Macrobe à Cassiodore [1943], Paris, De Boccard.

Díaz y Díaz Manuel C., 1970, La mineria hipania e iberoamericana. Contribucion a su investigacion historica 7, Fuentes. Los capitulos sobre los metales de las Etimologías de Isidoro de Sevilla, León, Cátedra de San Isidoro.

Eckstein Friedrich August, 1852, Anecdota Parisina rhetorica, Halle, Druck der Waifenhaus-Buchdruckerei.

Fontaine Jacques, 1983, Isidore de Séville et la culture classique dans l’Espagne wisigothique [1959], Paris, Études augustiniennes.

Grondeux Anne, 2013, À l’école de Cassiodore. Les figures « extravagantes » dans la tradition occidentale, Turnhout, Brepols.

Grondeux Anne éd., 2016, Le Liber glossarum (s. VII-VIII). Composition, sources, réception, no 10 des Dossiers d’Histoire Épistémologie Langage. En ligne : [http://htl.linguist.univ-paris-diderot.fr/num8/num10.html].

Grondeux Anne et Cinato Franck éd., 2016, The Liber Glossarum, saec. VII-VIII. A Digital Edition. En ligne : [http://liber-glossarum.huma-num.fr/].

Halm Karl, 1863, Rhetores Latini minores, Leipzig, Teubner.

Herren Michael, 1980, « On the earliest Irish acquaintance with Isidore of Seville », Visigothic Spain : New Approaches, E. James éd., Oxford, Clarendon Press, p. 243-250.

Holtz Louis, 1975, « Le Parisinus Latinus 7530, synthèse cassinienne des arts libéraux », Studi medievali III, no 16/1, p. 97-152.

— 1986, « Le contexte grammatical du défi à la grammaire. Grégoire et Cassiodore », Grégoire le Grand, J. Fontaine, R. Gillet, S. Pellistrandi éd., Paris, CNRS Éditions, p. 531-540.

Lindsay Wallace M., 1911, Isidorus Hispalensis, Etymologiarum sive originum libri XX, Oxford, Clarendon.

Marshall Peter K. éd., 1983, Isidorus Hispalensis. Etymologiae II, Paris, Les Belles Lettres.

Perez de Urbel Justo, 1938, « Braulion », Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques (DHGE), no 10, col. 441-453.

Porzig Walter, 1937, « Die Rezensionen der Etymologiae des Isidorus von Sevilla », Hermes, no 72, p. 129-170.

Reydellet Marc, 1966, « La diffusion des Origines d’Isidore de Séville au haut Moyen Âge », École française de Rome. Mélanges d’archéologie et d’histoire, no 78, p. 383-437.

Schindel Ulrich, 1974, « Textkritisches zu lateinischen Figurenlehren (Anecdoton Parisinum, Cassiodor, Quintilian) », Glotta, no 52, p. 95-114.

Schindel Ulrich éd., 1987, Anonymus Ecksteinii : Scemata dianoeas quae ad rhetores pertinent, no 1/7 de Nachrichten der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen I, Philologisch-historische Klasse, p. 111-173.

Troncarelli Fabio, 2016, « Excerptum de Geometria : da Cassiodoro al Liber Glossarum », Le Liber glossarum (s. VII-VIII) : Composition, sources, réception, A. Grondeux éd., no 10 des Dossiers d’Histoire Épistémologie Langage, p. 273-281.

Notes

1 On rappellera qu’Isidore a fini par remettre en 633 à son élève Braulion une version non corrigée de son encyclopédie, dont celui-ci a réalisé une édition divisée en vingt livres. Le résultat est que peu de temps après la mort d’Isidore, trois versions de son œuvre coexistent : les descendants des exemplaires confectionnés avant la remise du codex inemendatus1 et β), la version de Braulion (α²), la version augmentée (γ).

2 SI471 : « Synonima est, quociens in conexa horatione pluribus uerbis unam rem significamus, ut ait Cicero (Cic. Catil. 1, 8) “nihil agis, nihil moliris, nihil cogitas”. Et item (Cic. Catil. 1, 10) “non feram, non patiar, non sinam”. Et item : opem ferre, auxilio esse, opitulari, succurrere, et cetera similia. »

3 « La sinerosis se produit quand nous différons quelque chose, en demandant qu’on nous permette de dire autre chose entretemps. Par ces figures de phrases et de mots, l’expression se trouve et amplifiée et polie de différentes manières. » Nous suivons la leçon du manuscrit Ottob. 345 : il ajoute cette phrase conclusive en marge du 2, 21, mais supprime le doublon touchant et amplificatur.

4 Édition Lindsay (1911), Epist. iv : « Ergo et hoc notesco, libros Etymologiarum, quos a te, domino meo, posco, etsi detruncatos conrososque iam a multis haberi. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/12225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

Auteur

CNRS, Histoire des théories linguistiques (UMR 7597)

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540