Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

1. Parties du discours, catégories, notions

De la Nouvelle Méthode italienne au Maître italien : la description grammaticale dans quelques grammaires de l’italien à l’usage des Français au xviie siècle

Norma Romanelli

Texte intégral

Introduction

  • 1 Publié sous le pseudonyme de sieur de Trigny.
  • 2 Sur les ouvrages consacrés à l’enseignement de l’italien jusqu’à 1660, voir Bingen (1987 et 1991), (...)

1Dans le contexte des grammaires de l’italien à l’usage des Français, nous choisissons de traiter ici la Nouvelle Méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue italienne1 (1659) de Claude Lancelot et le Maître italien ou Nouvelle Méthode pour apprendre facilement la langue italienne (1678) de Giovanni Veneroni. Ces ouvrages s’inscrivent dans une tradition inaugurée en 1549 avec la Grammaire italienne de Jean-Pierre de Mesmes, une tradition qui s’était développée au cours de la première moitié du xviie siècle avec la publication de nombreuses grammaires de l’italien ayant le français comme métalangue, souvent liées les unes aux autres par des influences réciproques2. Si la Nouvelle Méthode italienne (désormais NMI) et le Maître italien (désormais MI) se différencient sous plusieurs points de vue – comme nous le verrons –, leurs auteurs partagent une même visée didactique et vantent la facilité de leurs Méthodes respectives, conçues comme un instrument pratique d’apprentissage. Notre objectif sera d’examiner le traitement de la matière grammaticale que mettent en œuvre les auteurs dans ces ouvrages pédagogiques. Nous développerons notre analyse à partir du nombre et de l’agencement des parties du discours pour nous intéresser plus particulièrement au statut de l’article.

Deux Méthodes pour l’apprentissage de l’italien

  • 3 Sur les Méthodes au xviie siècle, voir Delesalle et Mazière (2011).
  • 4 La GGR et les deux Méthodes ont le même privilège, daté du 26 août 1659. Sur le rapport entre la G (...)

2La première similitude entre les deux publications concerne le titre, l’appellatif de « Méthode » – qui renvoie immédiatement à l’aspect didactique3 – étant utilisé dans les deux cas, accompagné de l’adjectif « nouvelle » et associé à la facilité et à la rapidité de l’apprentissage. La centralité de la démarche pédagogique mise en œuvre par Lancelot (ca 1616-1695) dans sa production grammaticale est bien connue, tout comme la priorité attribuée, dans sa Nouvelle Méthode latine (1644), à la langue française comme métalangue descriptive du latin (Colombat 1992 et 1999). En 1659, année de publication de la Grammaire générale et raisonnée (désormais GGR) dont il est le coauteur, Lancelot annonce dans sa NMI la prochaine publication d’une Nouvelle Méthode espagnole4 (Préface, p. XV) et fait également référence à ses précédentes Méthodes latine et grecque (Préface, p. I), ainsi qu’à la GGR (à propos des gérondifs, p. 85).

  • 5 Sur Veneroni, voir : Minerva (1991 et 2012) ; Mormile (1989) ; la fiche sur le site de l’Accademia (...)

3Le MI, publié pour la première fois en 1678, est l’œuvre de Jean Vigneron (1642-1704), interprète et secrétaire du roi pour la langue italienne, qui italianisa son nom en Giovanni Veneroni. Cet ouvrage à la longevité exceptionnelle (53 éditions entre 1678 et 1844) sera un modèle pour les grammaires suivantes mais également la cible de nombreuses critiques5.

4Les préfaces confirment l’ambition pédagogique des deux auteurs. Pour écrire son « petit livre », Lancelot déclare avoir « digéré » les indications fournies par ses prédécesseurs « dans l’ordre le plus méthodique » afin de les rendre « faciles », tout en soulignant la nouveauté de son entreprise et le constat d’insuffisance des ouvrages antérieurs :

On trouve [dans ce livre] un abregé de toute la Grammaire […] : La petite table de Conjugaisons comprenant en une seule page […] ce que les Grammairiens ne disent pas en plusieurs, ny mesme en des tables beaucoup plus grandes ; témoin celles qui ont esté imprimées depuis quelques années à Paris. (NMI, Préface, p. XII)

Selon un procédé déjà utilisé dans ses Méthodes latine et grecque, Lancelot confirme l’utilité des « petits vers de huit syllabes », qui rendent « les règles […] plus aisés à retenir », et de l’encre rouge pour mettre en évidence des éléments (voir Colombat 1999, p. 50-51).

5Les mêmes préoccupations pédagogiques se retrouvent dans les propos de Veneroni, quand il promet à ses lecteurs « des règles autant faciles qu’on puisse imaginer » pour éclairer les points difficiles « qui ont rebuté tant de personnes », ou quand il élabore un texte contenant à ses dires toutes les difficultés de la prononciation italienne (MI, p. 24). Ce texte apparaîtra dans la quatrième édition de la NMI, la première publiée après la mort de Lancelot.

6Unis par l’attention aux aspects didactiques, Lancelot et Veneroni ne s’adressent cependant pas aux mêmes destinataires. Le solitaire de Port-Royal, on le sait, enseignait aux élèves des « Petites Écoles » et confirme son « dessin […] de servir les enfans » dans son ouvrage, tout en n’excluant pas « ceux qui sont plus âgez ». De son côté, Veneroni fait référence aussi bien à ceux qui ont « quelque doute et trouveront leur difficultés éclaircies » qu’aux « savants ». Mais c’est la place attribuée au latin qui identifie davantage le public visé. En effet, dans la NMI les références au latin sont nombreuses, alors que l’entreprise de Veneroni s’adresse à ceux qui ne connaissent pas le latin, en leur offrant dans son « Introduction » l’indispensable explication des parties du discours et des cas :

Il est impossible que ceux qui ne savent point de Latin, puissent jamais parler bien Italien, à moins de savoir cette Introduction, qui leur facilitera le moyen de l’apprendre, & les avancera de la moitié du temps. (p. xix)

Dans l’édition de 1681, Veneroni cible encore plus son destinataire en l’identifiant au public féminin quand il déplore que personne avant lui « ne s’est avisé d’expliquer les formes qui embarassent les personnes qui ne savent pas le Latin, & particulierement les Dames » (p. vii). La possibilité d’accéder à la matière grammaticale tout en ignorant le latin est un point de force du MI qui contribuera à son succès éditorial.

Structure des ouvrages et traitement des parties du discours

  • 6 La même structure composée de trois parties se retrouve dans la Méthode espagnole.

7On note que les parties liminaires sont consacrées à des aspects différents dans les deux ouvrages : une histoire de la langue et de la littérature italienne chez Lancelot, une « introduction à la langue italienne par les principes qui sont les mêmes que les Latins » chez Veneroni. Une troisième partie consacrée à la poésie dans la NMI6 ne se trouve pas dans le MI mais y figurera à partir de l’édition de 1681.

  • 7 Dans sa Méthode latine, Lancelot définit l’analogie comme « le fondement de toutes les langues », (...)
  • 8 Les noms qui signifient « les objets des pensées » (noms, articles, pronoms, participes, préposi (...)

8Le traitement de la grammaire proprement dite est divisé en deux parties, chez Lancelot et chez Veneroni. La première, précédée dans les deux cas par des indications sur la prononciation et l’orthographe, est consacrée à des questions morphologiques, Lancelot faisant référence dans le titre à l’« analogie »7. Pour ce qui concerne les parties du discours, à aucun moment il n’indique leur nombre ou ne les énumère, alors que dans la GGR on trouve « neuf parties d’oraison » (bien que divisées, comme on le sait, d’une façon originale)8. Lancelot affirme la primauté du nom et du verbe et réduit les parties du discours à ces deux catégories principales, les autres étant réunies dans un ensemble non précisé : la première partie « comprend ce qu’il y a de plus necessaire pour les Noms & les Verbes, & pour les autres parties du discours » (Préface, p. VII). L’article est cependant le premier à être traité, suivi dans l’ordre par le nom, le pronom et le verbe (y compris le participe). Les particules indéclinables occupent une place très réduite, huit lignes annonçant le traitement de celles-ci (adverbes, conjonctions et prépositions mais pas les interjections) dans la deuxième partie.

9De son côté, Veneroni, dans la première partie du MI, se montre soucieux de rester conforme à l’ordre canonique :

Le discours ou l’Oraison est composée de neuf parties, qui sont, l’Article, le Nom, le Pronom, le Verbe, le Participe, l’Adverbe, la Preposition, la Conjonction, l’Interjection. (p. iv)

Il affirme lui aussi la centralité du nom et du verbe « qui sont les deux principales parties », légitimant ainsi sa décision de traiter le nom en premier, contrairement à l’ordre qu’il a lui-même indiqué (« je devrois commencer par l’Article : mais afin de me rendre plus intelligible, je commencerai par le Nom », p. 32).

10La deuxième partie, dans la NMI aussi bien que dans le MI, constitue un approfondissement de la première. Lancelot l’intitule « De quelques remarques curieuses sur la syntaxe, et la liaison du discours » et en résume ainsi le contenu :

La seconde [partie] comprend quantité de remarques curieuses sur la propriété des mots dans la liaison du discours, que les Grammairiens appellent Syntaxe. (Préface, p. VII)

Pour affronter la syntaxe, construite autour des questions de « convenance » (entre le nom et adjectif ou entre l’article et le nom, etc.) et de « régime », Lancelot se réfère à des « remarques curieuses » et non pas à des règles, car la grande affinité entre le latin, le français et l’italien rend ces dernières presque inutiles. Il s’agira alors plutôt de guider le lecteur à travers « l’élegance et la beauté du discours » :

La Syntaxe de la langue Italienne a tant de rapport à celle de la nostre, & à celle de la Latine, pour ce qui est de la convenance des parties & du regime, que nous n’avons presque aucune Regle particuliere à en donner ; mais seulement à remarquer quelques proprietez des mots, & quelques tours qui servent à l’élégance & à la beauté du discours. (p. 73)

  • 9 Sur le thème dans les méthodes latines, voir Colombat (1992, p. 30-43).

11Veneroni, quant à lui, divise la deuxième partie de son livre en six traités, les trois premiers étant consacrés à l’orthographe, à l’accent et aux concordances (des articles, des noms, des pronoms, etc.), les autres aux licences poétiques, aux « synonymes des noms des dieux » et aux « mots impropres et inusités ». Le quatrième traité se compose de six « thèmes »9, c’est-à-dire de textes en français dont on fournit la traduction en italien « mot pour mot » et ayant pour but de donner un exemple des « difficultez » et des « règles italiennes ».

  • 10 Sur le traitement des parties du discours dans les premières grammaires de l’italien, voir Fornara (...)
  • 11 « Nome, verbo, preposizione, avverbio, participio, gerundio, pronome, articolo, segnacaso, congiun (...)

12Si on observe le traitement des parties du discours, on constate que les deux ouvrages se conforment, malgré l’absence de l’interjection chez Lancelot, au système comportant la division de la matière en neuf parties du discours, qui s’est établi dans la plupart des grammaires de l’italien parues en France à cette époque (Mattarucco 2003, p. 91). En Italie, l’éloignement du modèle donatien10 était cependant particulièrement évident dans la plus importante grammaire du xviie siècle, Della lingua toscana (1643) de Benedetto Buommattei. En effet, l’auteur reconnaît douze spezie delle parole11 et critique la conformité des premiers grammairiens aux règles latines, qu’il n’hésite pas à qualifier de superstition obstinée :

[…] dodici affermiamo esser le parti dell’orazione nella nostra Lingua Toscana. Né ci siam curati che gli altri quasi tutti non ne voglian conceder più d’otto, mossi […] da una certa soprastiziosa ostinazione. (Trattato Settimo, XXII)

  • 12 Sur l’article, voir Joly (1980).

Chez Buommattei, l’identification du segnacaso comme partie du discours est indicative de la réflexion autour du statut de l’article et de la préposition. En effet le grammairien florentin tient à distinguer l’article (dont il fait un éloge bien connu) du segnacaso ou vicecaso (c’est-à-dire di, a, da respectivement pour le génitif, le datif et l’ablatif), ce dernier ne permettant pas d’indiquer le genre et le nombre du nom : « Ma con questi Vicecasi non si palesa il Genere, nè chiaramente il Numero ; che tale ufficio si aspetta solo allo Articolo » (Trattato Nono, VII). Si à la moitié du xviisiècle les grammaires de l’italien à l’usage des Français sont unanimes à considérer l’article – catégorie problématique et « caval di battaglia di tutti i maggiori grammatici del Cinquecento » (Trabalza 1963, p. 231) – comme une partie du discours, sa codification s’avère encore instable12.

Le statut de l’article

13Afin de préciser le statut de l’article, on évaluera ici deux aspects : d’un côté sa définition formelle et son lien avec la notion de cas, de l’autre la distinction entre article défini et article indéfini telle qu’elle apparaît dans les deux ouvrages.

14On constate dans la NMI l’absence de définition, l’auteur se bornant à annoncer que « les Italiens ont deux articles pour le masculin et un pour le féminin » et l’indication de la dérivation latine de l’article, commune aux trois langues vernaculaires : « Il est visible que les articles des Italiens, aussi bien que ceux des Français & des Espagnols, ont esté tirez du pronom ille, illa, illud » (p. 16).

15Une règle en vers (1) résume la position de l’auteur vis-à-vis du rapport entre l’article et le système casuel, chaque vers faisant l’objet d’une explication succinte (2). Un schéma illustre enfin la déclinaison de l’article, l’encre rouge détachant la préposition (3) :

 

(1)

Regle I. Declinaison des articles
1. Les articles ne se declinent
2. DE, A, DA, trois cas determinent
3. Il pour l’ordinaire i perdant
     Lo, la, le, leur l redoublant

(2)

1. Les Italiens ne déclinent point en changeant de terminaison, non plus que les François. Ainsi l’article estant toujours le mesme, peut estre pris pour ce qu’on appelle Nominatif, Accusatif, ou Vocatif […].
2. Pour déterminer les trois autres cas, on se sert de ces trois prépositions De, A, Da, dans les articles.
3. Et partant ces articles se déclinent ainsi.

(3)

  • 13 Dans Le trętté de la grammęre françoęze (1550) Meigret affirmait que le français n’a pas de cas.
  • 14 Les articles sont reconnus comme des « signez » du cas, voir Colombat, Fournier et Puech (2010, p. (...)

16La contradiction qui s’instaure entre les deux affirmations « les articles ne se déclinent » et « ces articles se déclinent ainsi » (que nous avons mises en gras) pourrait s’expliquer par le fait qu’en réalité l’article peut seulement être « pris pour » un cas mais n’en est pas un, comme il était d’ailleurs affirmé dans la GGR (« les Articles n’ont point de cas »)13. Ce qui fait que l’article « semble avoir » un cas, c’est la forme, due au mécanisme de la contraction des « particules de et à […] avec le pluriel les et le singulier le » (p. 53). De et à sont définis comme des marques de cas, une catégorie qui se trouvait déjà dans le Donait françois, dit de Barton (ca 1409)14. Dans la NMI, celle-ci apparaît comme une sous-classe des prépositions. En effet, considérant « trois sortes de mots que l’on peut appeler préposition », Lancelot identifie les trois « particules » dont l’usage est de déterminer ou spécifier le cas :

Premièrement, les trois particules qui déterminent les trois cas, di pour le génitif, a pour le datif, da pour l’ablatif. Les autres sont celles qui répondent aux prépositions latines. Outre l’usage particulier de ces particules, qui est de specifier le cas, elles en ont encore un autre qui est de servir aux questions de lieu. (p. 98)

  • 15 « Les Espagnols ne declinent point par changement de terminaisons, non plus que les Italiens ny le (...)

On trouve la même définition de particules qui « marquent » le cas dans la Méthode espagnole15.

17Le manque de définition de l’article s’accompagne chez Lancelot de l’absence de distinction entre article défini et article indéfini, alors qu’on connaît bien la nouveauté de la définition de l’article indéfini contenue dans la GGR :

Si les Latins n’ont point d’articles […] Les Langues nouvelles en ont deux ; l’un qu’on appelle défini ; comme, le, la, en François ; & l’autre indéfini, un, une. (p. 52)

  • 16 Dans Lesclarcissement de la langue francoyse (1538), Palsgrave reconnaît l’existence de l’article (...)

Quant à l’article indéfini, tel qu’on l’entend dans le sens moderne, on constate que un et una sont traités dans la NMI comme des noms de nombres (p. 26)16.

18Quelle est l’attitude de Veneroni au sujet de l’article ? Tout en le plaçant en première position dans son énumération des parties du discours, il se voit encore dans l’obligation d’en justifier l’insertion, compte tenu de la tradition latine :

Pour faciliter l’intelligence des parties de l’oraison aux personnes qui ne savent pas le Latin je les ai mis au nombre de neuf mais il est certain selon les latins qu’il n’y en doit avoir que huit et que l’article n’est proprement qu’une particule que l’on met devant les Noms. (p. 32)

Sa définition de l’article est donc d’abord distributionnelle, mais elle met également en valeur la fonction principale de l’article qui est de permettre la reconnaissance des cas :

L’article est ce qui se met devant le nom pour en faire connaître le genre, le nombre et le cas. On ne connaît les cas, ou changements des noms et des pronoms, que par les articles. (p. vi)

19Contrairement à Lancelot, Veneroni distingue ensuite « deux sortes d’articles, l’un défini, l’autre indéfini », selon l’usage de l’époque qui oppose ceux qu’on appelle, dans la terminologie moderne, article défini et article zéro. Après avoir confirmé que l’article défini « marque le genre, le nombre & le cas des noms qu’il précede » et a six cas, il en illustre la déclinaison, comme dans le schéma suivant :

Quant à l’identification des formes, il et del sont tous deux considérés des articles définis.

20Pour ce qui concerne l’article indéfini, Veneroni indique que celui-ci sert pour décliner « les noms qui n’ont point d’article au nominatif, comme sont les noms d’anges, d’hommes et de villes » et n’a que trois cas (génitif, datif, ablatif). L’auteur fournit ensuite une explication du terme « indéfini » :

On l’appelle indéfini parce qu’on le met indifféremment devant le genre masculin & féminin, devant le singulier & le pluriel et laisse le nom qu’il précède dans une signification générale et indéfinie. (p. 33)

  • 17 Cité par Colombat, Fournier et Puech (2010, p. 159).

Cette opposition traditionnelle article défini / article indéfini était remplacée dans la GGR par la définition d’un emploi sans article, où le nom n’a qu’une « signification fort confuse », et un emploi avec l’article défini, illustrant « l’espece dans toute son éstenduë » (chapitre 7, p. 56)17, mais on a vu que cette définition n’apparaît pas dans la NMI.

21Quant à un, uno, una, ils sont inclus, comme on l’a déjà vu dans la NMI, dans le deuxième chapitre consacré aux noms.

Conclusion

22La NMI et le MI partagent la même exigence de se pencher sur les besoins des apprenants, qui se traduit par la recherche de solutions pédagogiques efficaces. Dans le cas du MI, toutefois, cette exigence s’inscrit dans un ouvrage conçu explicitement pour « ceux qui ne savent pas le Latin », alors que dans le cas de la NMI le latin est souvent impliqué dans l’explication des règles de l’italien, notamment à travers les indications étymologiques. La conception de la proximité entre le français, l’espagnol et l’italien (ainsi que leur dérivation commune du latin) conduit en outre Lancelot à comparer les trois langues romanes tout au long de sa Méthode, tandis que Veneroni se limite à des remarques contrastives entre le français et l’italien. Pour ce qui concerne le traitement de la matière grammaticale, nous constatons que les deux auteurs, tout en affirmant la primauté du nom et du verbe, divergent dans la classification des parties du discours. En particulier, la définition de l’article montre l’adhésion de Veneroni à la tradition de l’époque qui oppose l’article défini à l’article indéfini, alors que Lancelot ne propose aucune définition et ne reproduit pas dans sa NMI les innovations contenues dans la GGR au sujet de l’article.

Bibliographie

Références primaires

Arnauld Antoine et Lancelot Claude, 1660, Grammaire générale et raisonnée, Paris, Pierre Le Petit.

Buommattei Benedetto, 2007, Della lingua toscana [1643], M. Colombo éd., Florence, Accademia della Crusca.

Lancelot Claude, 1659, Nouvelle Méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue italienne, Paris, Pierre Le Petit.

Veneroni, Sieur de, 1678, Le Maître italien, ou Nouvelle Méthode pour apprendre facilement la langue italienne, divisée en 2 parties, Paris, E. Loyson.

— 1681 [1678], Le Maître italien, Paris, E. Loyson.

Références secondaires

Bingen Nicole, 1987, « Le Maître italien » (1510-1660). Bibliographie des ouvrages d’enseignement de la langue italienne destinés au public de langue française, Bruxelles, Émile Van Balberghe.

— 1991, « L’insegnamento dell’italiano nei paesi di lingua francese dal 1500 al 1660 », Italia ed Europa nella linguistica del Rinascimento : confronti e relazioni, actes du congrès international de Ferrare, 20-24 mars 1991, M. Tavoni éd., Modène, Panini, p. 419-441.

Colombat Bernard, 1992, « Les xviie et xviiie siècles français face à la pédagogie du latin », Vita Latina, no 126, p. 30-43.

— 1993, Les figures de construction dans la syntaxe latine (1500-1780), Louvain-Paris, Peeters.

— 1999, La grammaire latine en France à la Renaissance et à l’âge classique. Théories et pédagogie, Grenoble, ELLUG.

— 2009, « Lancelot Claude », Lexicon grammaticorum, H. Stammerjohann éd., 2e édition, Tübingen, Niemeyer, p. 863-864.

Colombat Bernard éd., 1988, Les parties du discours, no 92 de Langages.

Colombat Bernard, Fournier Jean-Marie et Puech Christian, 2010, Histoire des idées sur le langage et les langues, Paris, Klincksieck.

Colombat Bernard, Fournier Jean-Marie et Raby Valérie éd., 2012, Vers une histoire générale de la grammaire française. Matériaux et perspectives, actes du colloque HTL-SHESL, Paris, 27-29 janvier 2011, Paris, Champion.

Colombat Bernard et Lahaussois Aimée éd., à paraître, Histoire des parties du discours, Louvain, Peeters (Orbis Supplementa).

Delesalle Simone et Mazière Francine, 2011, « Les Méthodes au xviie siècle : un outil composite. Irson, Lancelot, Nicole », History of Linguistics 2008. Selected Papers from the Eleventh International Conference on the History of the Language Sciences (ICHoLS XI), 28 August - 2 September 2008, G. Hassler éd., Potsdam, Benjamins, p. 251-263.

Donzé Roland, 1967, La grammaire générale et raisonnée de Port-Royal. Contribution à l’histoire des idées grammaticales en France, Berne, Francke.

Fornara Simone, 2013, Trasformazione della tradizione nelle prime grammatiche dell’italiano, Rome, Aracne.

Fournier Jean-Marie et Raby Valérie, 2013, « Grammaire générale et grammaires particulières : relire la Grammaire de Port-Royal à la lumière des Méthodes italienne et espagnole », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, no 51, p. 59-85.

Joly André, 1980, « Le problème de l’article et sa solution dans les grammaires de l’époque classique », Langue française, no 48, p. 16-27.

Mattarucco Giada, 2003, Prime grammatiche d’italiano per francesi (secoli xvi-xvii), Florence, Accademia della Crusca.

Minerva Nadia, 1991, « Jean Vigneron dit Veneroni (1642-1708) », La Lettre de la SIHFLES, no 11, p. 8-10.

— 2012, « Les grammairiens français travestis : Italie, xviisiècle », Vers une histoire générale de la grammaire française. Matériaux et perspectives, B. Colombat, J.-M. Fournier et V. Raby éd., Paris, Champion, p. 429-444.

Mormile Mario, 1989, L’italiano in Francia, il francese in Italia : storia critica delle opere grammaticali francesi in Italia ed italiane in Francia dal Rinascimento al Primo Ottocento, Turin, Meynier.

Pariente Jean-Claude, 1984, « Grammaire et logique à Port-Royal », Histoire Épistémologie Langage, no 6/1, p. 57-75.

Patota Giuseppe, 1993, « I percorsi grammaticali », Storia della lingua italiana, L. Serianni et P. Trifone éd., Turin, Einaudi, p. 93-137.

— 2017, La quarta corona. Pietro Bembo e la codificazione dell’italiano scritto, Bologne, il Mulino.

Poggi Salani Teresa, 1988, « Grammatikographie/Storia delle grammatiche », Lexicon der Romanischen Linguistik, G. Holtus, M. Metzeltin et C. Schmitt éd., Tübingen, Niemeyer, vol. IV, p. 774-786.

Trabalza Ciro, 1963, Storia della grammatica italiana [1908, Milan, Hoepli], Bologne, Forni.

Notes

1 Publié sous le pseudonyme de sieur de Trigny.

2 Sur les ouvrages consacrés à l’enseignement de l’italien jusqu’à 1660, voir Bingen (1987 et 1991), Mattarucco (2003).

3 Sur les Méthodes au xviie siècle, voir Delesalle et Mazière (2011).

4 La GGR et les deux Méthodes ont le même privilège, daté du 26 août 1659. Sur le rapport entre la GGR et les Méthodes italienne et espagnole, voir Fournier et Raby (2013).

5 Sur Veneroni, voir : Minerva (1991 et 2012) ; Mormile (1989) ; la fiche sur le site de l’Accademia della Crusca [http://fabbricadellitaliano.it] ; la notice du CTLF [http://ctlf.ens-lyon.fr].

6 La même structure composée de trois parties se retrouve dans la Méthode espagnole.

7 Dans sa Méthode latine, Lancelot définit l’analogie comme « le fondement de toutes les langues », voir Colombat (1992, p. 294).

8 Les noms qui signifient « les objets des pensées » (noms, articles, pronoms, participes, prépositions, adverbes) sont distincts des mots qui signifient « la forme et la manière de nos pensées » (verbes, conjonctions, interjections), voir Pariente (1984). Sur les parties du discours, voir Colombat (éd., 1988), Colombat et Lahaussois (éd., à paraître).

9 Sur le thème dans les méthodes latines, voir Colombat (1992, p. 30-43).

10 Sur le traitement des parties du discours dans les premières grammaires de l’italien, voir Fornara (2013). Dans les Prose della volgar lingua (1525), Pietro Bembo dissimule la classification dans la forme dialogique et remplace les termes hérités de la tradition latine par des périphrases, voir Patota (2017 p. 34) et la bibliographie indiquée p. 38.

11 « Nome, verbo, preposizione, avverbio, participio, gerundio, pronome, articolo, segnacaso, congiunzione, interposto e ripieno » (Trattato Settimo, XXI).

12 Sur l’article, voir Joly (1980).

13 Dans Le trętté de la grammęre françoęze (1550) Meigret affirmait que le français n’a pas de cas.

14 Les articles sont reconnus comme des « signez » du cas, voir Colombat, Fournier et Puech (2010, p. 122).

15 « Les Espagnols ne declinent point par changement de terminaisons, non plus que les Italiens ny les François : mais ils ont deux particules pour marquer les cas, comme nous : sçavoir de pour le Genitif, & l’Ablatif, & a pour le Datif » (p. 30). Cité par Fournier et Raby (2013, p. 7).

16 Dans Lesclarcissement de la langue francoyse (1538), Palsgrave reconnaît l’existence de l’article ung, correspondant à l’anglais a. Voir Joly (1980, p. 22).

17 Cité par Colombat, Fournier et Puech (2010, p. 159).

Auteur

Histoire des théories linguistiques (UMR 7597)

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540