Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Grammaticalia

 | 
Jean-Marie Fournier
, 
Aimée Lahaussois
, 
Valérie Raby

1. Parties du discours, catégories, notions

« Faciliter le chemin » de la morphologie verbale avec la Grammaire et syntaxe françoise de Charles Maupas (1607, 1618)

Nathalie Fournier

Texte intégral

  • 1 Le préambule pédagogique ne figure pas dans la première édition de 1607.

1Comment enseigner, rapidement et efficacement, la morphologie du verbe français aux étrangers ? Telle est la préoccupation de Charles Maupas au seuil du chapitre du Verbe de sa Grammaire et syntaxe française, dans la seconde édition de 16181, et l’engagement qu’il prend devant ses lecteurs :

Les estrangiers tiénent communément qu’il y a assez de difficulté à bien sçavoir nos verbes. Il est vray, mais s’ils me veulent croire, je leur en faciliteray le chemin. Qu’ils apprénent premiérement bien par cœur, couramment & seurement les exemples que je proposeray entiers. Puis qu’ils s’appliquent à y reduire & rapporter tous les autres, par les reigles que je bailleray, de la deduction & formation des temps & personnes. J’ay maintefois esprouvé en mes escoliers que ce soin n’est que de douze ou quinze jours, qui est peu. (f. 92v)

« Douze ou quinze jours » de travail pour maîtriser tous les verbes du français, la proposition est alléchante, d’autant que la matière est ardue, Maupas le sait. En effet, comme Bernard Colombat l’a montré dans son ouvrage La grammaire latine en France à la Renaissance et à l’âge classique (1999, p. 339-369) et dans son édition de l’Institution de la langue française de Jean Pillot (2003 [1561]), que le verbe soit une catégorie difficile, nécessitant un traitement complexe, est une constante de la tradition grammaticale latine, antique et humaniste, et dont hérite la jeune grammaire française. Pillot le dit dans son « Épitre dédicatoire » : de toutes les parties du discours, le verbe est « la question la plus difficile de toutes », et « les formes de bon nombre de temps sont encore aujourd’hui incertaines et controversées » ; c’est pourquoi, poursuit-il, il a accordé « le plus grand soin aux verbes qu’[il a] tous rassemblés dans des classes déterminées et peu nombreuses ; ce que jusqu’ici tout le monde avait désespéré de faire, tellement ils semblaient variés » (1561, p. 6-7 ; 2003, p. 9-11). C’est à ces remarques de Pillot que font écho le début du chapitre du Verbe chez Maupas et son souci affirmé de « facilite[r] le chemin » de l’apprentissage de la morphologie verbale.

2Ce chapitre témoigne en effet d’une organisation soignée, qui montre que Maupas s’est posé des questions de méthode préalable. Ces questions, Bernard Colombat permet de les poser de façon très éclairante : « Dans l’acquisition des formes à savoir pour un verbe donné, plusieurs démarches sont possibles », dit-il (1999, p. 258), démarches que l’on peut résumer ainsi :

(i) Apprendre toutes les formes, mais selon un ordre donné (la suite des modes et des temps) ;

(ii) Observer des régularités entre les verbes, ce qui permet de dresser des listes (de réguliers) et des groupes de verbes (les conjugaisons) ;

(iii) Chercher les « régularités secondaires », c’est-à-dire établir des règles de formation et distinguer des paradigmes ;

(iv) Repérer les « irréguliers », dont il faut apprendre le paradigme ou les formes spécifiques.

C’est exactement la démarche de Maupas : apprendre des « exemples » (des verbes types pour chaque conjugaison), maîtriser des « reigles » de formation, permettant de conjuguer tous les verbes réguliers sur le modèle d’un paradigme régulier, apprendre les verbes irréguliers, dont les formes ne peuvent être déduites de l’application des règles.

La révision des quatre conjugaisons

  • 2 Les latins distinguent les conjugaisons selon la voyelle de la 2e personne de l’indicatif présent. (...)

3Maupas annonce qu’il se rangera à « la coutume » des quatre conjugaisons, mais se réserve le droit de l’« accommoder à [s]a fantaisie » (f. 99r). Il révise ainsi « l’arrangement » des conjugaisons et les fonde, non pas sur l’infinitif comme le font les grammairiens depuis Sylvius et Louis Meigret, mais sur « la suite des voyelles » du thème (la 1re personne du singulier de l’indicatif), en se réclamant des grammairiens latins2. Cela l’amène à classer les verbes à infinitif –ire, type lire, dans la même conjugaison que les verbes à infinitif –ir, type guerir, puisqu’ils ont le même thème : je lis, je gueri. Maupas propose ainsi (f 99v-100r) une typologie à base vocalique, que nous résumons :

1re conjugaison avec voyelles a et ; thème et infinitif en ; premier prétérit simple en a : aimer, parler, prier

  • 3 Son premier prétérit et son participe commun sont en u et non en i : je leu, j’ay leu.

2e conjugaison avec voyelle ; thème et premier prétérit en ; infinitif en –ir ou –ire : guerir, bastir, escrire, et lire (qui est un irrégulier3)

3e conjugaison avec voyelle ; thème en oy ; infinitif en –oir ou –oire : voir, devoir, croire

4e conjugaison avec infinitif en –re après consonne : vaincre, prendre, rompre

Cette nouvelle typologie contraste sensiblement avec celle à laquelle son public était habitué. Meigret, après Sylvius, distingue « quatre diverses conjugaisons de verbes, diversifiées selon la diversité des infinitifs », en –er, –oȩr, re et –ír (1980 [1550], p. 77-78). Ce classement est adopté par ses successeurs, moyennant deux légers changements : l’adoption de l’ordre alphabétique (–er, –ir, –oir(e), –re) proposé par Pillot, et la distinction par Antoine Cauchie au sein de la quatrième conjugaison entre l’infinitif en –re, précédé d’une voyelle (dire, faire), et le même infinitif précédé d’une consonne (répondre, batre).

4Quel est donc, au-delà de la posture d’indépendance, le gain de la nouvelle typologie proposée par Maupas, et surtout du regroupement dans la deuxième conjugaison de guerir et lire ? La régularité que privilégie Maupas est celle de la « voyelle de remarque » –i, caractéristique pour lui de la deuxième conjugaison. Les réguliers ont cette voyelle aux « cinq maîtresses parties » (formes clés) du verbe, comme je gueri (thème), je gueri (défini), j’ay gueri (indéfini), guerir (infinitif), guerissant (participe). Les irréguliers ne l’ont pas à toutes les formes, mais seulement à quatre formes (je brui, je bruï, j’ay bruit, bruir & bruire, bruyant), trois formes (je dors, je dormi, j’ay dormi, dormir, dormant), deux formes (je couvre, je couvri, j’ay couvert, couvrir, couvrant), ou une forme (je cours, je couru, j’ay couru, courir, courant). C’est sans doute cette analyse qui sous-tend le choix de Maupas, à condition d’y joindre le principe, qui n’est pas explicité, d’un participe en –issant, ce qui explique que escrire (participe escrivant) soit un irrégulier, ainsi que l’idée de formes concurrentes, qui justifie que benir, qui présente les cinq formes-clés en –i (je beni, je beni, j’ay beni, benir, benissant), soit pourtant classé parmi les irréguliers du fait de la concurrence des formes j’ay beni & benit, benir & benistre. Au total, il n’est pas sûr que ce classement qui regroupe dans la deuxième conjugaison guerir et lire ne pose pas autant de problèmes qu’un autre, mais il illustre bien le souci de l’arrangement qui anime Maupas.

L’apprentissage des formes verbales : le « par cœur » et les « reigles »

5Le but de Maupas est de décrire tous les verbes du français et de permettre de les maîtriser tous et il considère, au terme de son examen des quatre déclinaisons, que ce but est atteint : « Je fay estat, que ce livret contient tous les verbes de nostre langue. A sçavoir les Reguliers, sous les reigles generales, & les Irreguliers, sous certaine & expresse exception » (f. 123v).

Le « chemin » de l’apprentissage

6Si ce but est atteint, c’est grâce à la méthode exposée en début de chapitre, qui consiste à :

  • Apprendre (i) « les exemples que je proposeray entiers », à savoir les paradigmes complets des verbes réguliers (en fait Maupas se limite au seul aimer, modèle de la première conjugaison) et des verbes irréguliers de haute fréquence (avoir, estre, aller) ; (ii) les « irreguliers », car « ayans chacun quelque particularité, il les faut apprendre un par un » (f. 99r).
  • Distribuer les verbes en (i) « trois dispositions », active, neutre, réciproquée (cette notion, héritée de Priscien, est fondamentalement sémantique, mais a des incidences morphologiques, notamment sur l’auxiliation par estreou avoir), (ii) les « départir en deux classes », les Régulierset les Irréguliers, et (iii) les « distribuer en quatre ordres, qu’on appelle Conjugaisons » (f. 98r-99r). Maupas est ici l’héritier de Pillot, qui dit que pour apprendre les verbes, et notamment leurs prétérits, « il faut distribuer les verbes en classes et présenter les paradigmes des classes prises une par une » (1561, p. 73 ; 2003, p. 104).
  • Déduire les formes des verbes réguliers, à partir de règles de formation, et les formes des composés à partir des simples4 (f. 113v).

 

  • 5 On peut y voir l’influence de Sylvius, qui propose, après l’examen des accidents du verbe, des « r (...)

7Ces règles, Maupas les énonce dans la section De la deduction des temps des verbes (f. 100r-102r) et son originalité est de les rassembler en tête de section, avant l’exposé des conjugaisons5. Leur élaboration repose sur les principes suivants :

  • Comme le font les latins, partir de la forme existante la plus simple pour en déduire les autres6, cette forme de base, appelée thème,étant pour Maupas la première personne de l’indicatif ;
  • Établir un ensemble de règles, économique (à partir des cinq formes clés), productif (permettant de former tous les verbes réguliers) et faisant système (Maupas insiste ainsi sur l’interdépendance des formes et la réversibilité des règles, qui peuvent fonctionner dans un sens et « au rebours », f. 100v) ;
  • Distinguer les réguliers des irréguliers et faire l’inventaire des formes irrégulières qui ne peuvent être produites par les règles.

« Les cinq parties du verbe »

8L’apprentissage des conjugaisons passe par le repérage des formes clés, qui sont nécessaires pour conjuguer un verbe. Pour Maupas, elles sont au nombre de cinq :

Toute la conjugaison des verbes depend ordinairement de cinq parties. La premiere est le theme, que j’enten estre la premiere personne du present indicatif. La seconde, est le premier preterit simple, que j’appelle Defini. La troisiéme, l’infinitif. La quatriéme, le participe actif present. Et la cinquiéme, le participe preterit passif, qu’aussi j’appelle Commun, pour les raisons cy devant alleguees. (f. 100v)

  • 7 Pillot : « Pour quiconque retiendra ces trois temps [infinitif, premier et second parfait] avec le (...)

Maupas suit ici Pillot, qui choisit « le thème d’indicatif présent » (1561, p. 93 ; 2003, p. 122) et non l’infinitif, comme le faisaient Meigret ou Cauchie, mais il ajoute aux quatre parties de Pillot (indicatif présent, infinitif, premier et second parfait)7 le participe présent actif, qui lui permet de rendre compte des bases verbales longues, comme nous allons le voir.

Les règles de « déduction »

  • 8 Meigret : « […] la règle commune aussi d’un langage devra vider les différends qui y entreviennent (...)

9Ces règles sont exposées dans le détail (f. 100v-101v) et nous renvoyons le lecteur au texte de Maupas. Ce sont des règles à la fois économiques et « commune[s] », comme le dit Meigret, c’est-à-dire qui répondent à un principe de généralité8. Et c’est le défaut de généralité qui amène Maupas à rompre avec la longue et abondante tradition antique et humaniste des prétérits latins (voir Colombat 1999, p. 358-368), et à faire du premier parfait une des cinq parties du verbe, ce qui lui économise de lourdes règles de formation, comme celles que donne Meigret. En cela il suit à nouveau Pillot, qui fait du premier parfait l’une des quatre formes du verbe (1561, p. 92).

10Quant au choix de faire du participe actif (en –ant) une partie du verbe, il faut en voir la raison dans le problème des bases verbales. Cela permet en effet à Maupas de régler la question des verbes à plusieurs bases (voir Le Goffic 1997) avec l’opposition base longue / base courte, comme finir ([fini] et [finis]), et base forte / base faible avec alternance vocalique, comme semer ([sɛm] et [səm]) ou boire ([bwa], [byv] et [bwav]). Il aborde la question de la base verbale à propos du « pluriel du thème » :

On ne trouve pas librement le plurier du theme, vous n’y pourrez faillir si vous jettez l’œil sur le participe actif present, duquel vous changerez la terminaison ant en ons, Aimant, aimons, Benissant, benissons, Voyant, voyons, joingnant, joingnons. Faisant à contre pied, vous aurez du plurier, le participe. Toutesfois retenez que s’il y a diphthongue au theme, la tierce pluriere la retient, bien qu’elle ne soit au participe, ni és premiéres & secondes personnes plurieres. Les exemples en seront mises cy dessous. (f. 101r)

Le participe actif permet de donner la forme longue de la base ; ainsi pour le verbe benir, verbe à deux bases ([beni] et [benis]) : je benis, nous benissons, vous benissez, ils benissent (< benissant). En revanche, le participe ne permet pas de rendre compte de l’alternance vocalique (voir Buridant 2000, § 195), entre base forte (accentuée sur le radical pour les personnes 1, 2, 3 et 6) et base faible (accentuée sur la désinence pour les personnes 4 et 5), comme pour le verbe querir (je quier, nous querons, ils quiérent, f. 116r) ou nombre de verbes de la troisième conjugaison en –oir (je bois, nous buvons, ils boivent). On notera que les alternances vocaliques qui ne sont pas marquées graphiquement (faute d’un système accentuel régulier), comme l’alternance entre e ouvert [ɛ] et e féminin [ə] dans le verbe semer, passent inaperçues, car Maupas se fonde sur un principe graphique.

Les verbes « irréguliers »

  • 9 Traitant de la seconde conjugaison, Cauchie (1586, f. 51v-52v) excepte des verbes réguliers (qui s (...)

11Pour chaque conjugaison (sauf la première qui est fondamentalement régulière), Maupas donne de longues listes de verbes irréguliers, au vu desquelles on peut se demander pourquoi tel verbe s’y trouve rangé. Maupas s’est manifestement interrogé sur la notion de verbe irrégulier, à partir sans doute des remarques de Cauchie9. Les verbes irréguliers sont ceux qui présentent des formes qui ne sont pas conformes aux « cinq parties » de la conjugaison ou qui ne peuvent être obtenues par « déduction ». Tels sont les verbes de la deuxième conjugaison qui n’ont pas « i pour voyelle de remarque » (f. 111r), au présent (j’assauls, je bouls, je cueuls, je cour,…), au premier prétérit (je feri & feru), au participe commun (boüilli & boüillu ; tins & tenu ; tolli & tollu) ou actif (vestant & vestissant), dont l’infinitif n’est pas en –ir ou –ire (courir & courre, querir & questre), ou dont le futur n’est pas de formation régulière (assailliray & assaudray, bouilliray & boudray ; cueilliray, cueilleray & cueudray). On remarquera que ces irrégularités se présentent le plus souvent comme des formes concurrentes, ce qui justifie sans doute la terminologie adoptée de « verbes varians & irreguliers » (f. 113v).

 

12Comment apprécier le travail de Maupas ? Son originalité tient autant à sa puissance de synthèse et d’organisation qu’au nombre de verbes rassemblés, qu’il attribue à sa seule « mémoire », en passant sous silence l’ampleur de sa documentation et ce qu’il doit à ses prédécesseurs, qu’il a de toute évidence lus dans le détail. À cet égard, sa dette envers Meigret, Pillot et Cauchie est avérée.

13Il est une autre question que suscite l’approche extrêmement développée de la morphologie chez Maupas, qu’elle soit verbale ou nominale. En effet, l’ambition totalisante qui est la sienne – rassembler le maximum de verbes et le maximum de formes pour chaque verbe, dont certain(e)s sont archaïques ou en voie d’archaïsation – témoigne de ce qu’on pourrait appeler une tentation de « l’hyperlangue », au sens où Sylvain Auroux et Francine Mazière emploient ce terme (2006, p. 8). Mais dans le même temps, la rigueur de la méthode, l’ergonomie de la présentation (tableaux, sections, listes alphabétiques) et les choix linguistiques qui sont faits portent la marque d’une volonté de réduction des variantes, qui est le signe d’une grammatisation conséquente et efficace. En extrayant la morphologie de l’enregistrement non raisonné des variantes, en l’encadrant et la régulant, tout en en préservant la richesse, Maupas fait incontestablement progresser la grammaire du français à la charnière de la Renaissance et de l’âge classique.

Bibliographie

Références primaires

Colombat Bernard, Fournier Jean-Marie et Ayres-Benett Wendy éd., Grand Corpus des grammaires françaises, des remarques et traités sur la langue (xive-xviie siècle), base de données en ligne, Classiques Garnier Numérique.

Bosquet Jean, 1586, Elemens ou Institution de la langue françoise, Mons, Charles Michel [1972, édition par C. Demaizière, Paris, Champion].

Cauchie Antoine (Caucius), 1586, Grammatica gallica, Strasbourg, Bernard Jobin [2001, Grammaire française, traduction et notes de C. Demaizière, Paris, Champion].

Estienne Robert, 1557, Traicté de la gramaire françoise, [Paris], L’Olivier de Rob. Estienne [2003, édition par C. Demaizière, Paris, Champion].

Maupas Charles, 1618, Grammaire et syntaxe françoise, 2e édition, Orléans, Olivier Boynard et Jean Nyon [1973, Genève, Slatkine Reprints].

Meigret Louis, 1550, Le tretté de la grammere françoeze, Paris, Chrestien Wechel [1980, édition par F.-J. Hausmann, Tübingen, Gunter Narr Verlag].

Pillot Jean, 1561, Gallicae linguae institutio, Paris, André Wechel [2003, Institution de la langue française, édition par B. Colombat, Paris, Champion].

Ramus (Pierre de La Ramée), 1572, Grammaire, Paris, André Wechel [2001, édition par C. Demaizière, Paris, Champion].

Sylvius (Jacques Dubois), 1531, In linguam gallicam Isagoge, Paris, Robert Estienne [1998, Introduction à la langue française suivie d’une grammaire, édition par C. Demaizière, Paris, Champion].

Références secondaires

Auroux Sylvain et Mazière Francine, 2006, « Hyperlangues, modèles de grammatisation, réduction et automatisation des langues », Histoire Épistémologie Langage, no 28/2, p. 7-17.

Buridant Claude, 2000, Grammaire nouvelle de l’ancien français, Paris, Sedes.

Colombat Bernard, 1999, La grammaire latine en France à la Renaissance et à l’âge classique. Théories et pédagogie, Grenoble, ELLUG.

Colombat Bernard et Savelli Marie éd., 2001, Métalangage et terminologie linguistique, Louvain, Peeters.

Le Goffic Pierre, 1997, Les formes conjuguées du verbe français, Paris, Ophrys (L’essentiel français).

Notes

1 Le préambule pédagogique ne figure pas dans la première édition de 1607.

2 Les latins distinguent les conjugaisons selon la voyelle de la 2e personne de l’indicatif présent. Trois conjugaisons pour Donat : 1re conjugaison en –as (amo, amas) ; 2e conjugaison en –es (doceo, doces) ; 3e conjugaison en –is, i long ou bref (lego, legǐs ; audio, audīs). Quatre conjugaisons pour Priscien, qui scinde la conjugaison en –is en deux : 3e conjugaison en –ǐs, i bref (cupio, cupǐs ; curro, currǐs) ; 4e conjugaison en –īs, i long (munio, munīs ; esurio, esurīs). Voir Colombat (1999, p. 349-355).

3 Son premier prétérit et son participe commun sont en u et non en i : je leu, j’ay leu.

4 Le principe est repris de Pillot (1561, p. 93).

5 On peut y voir l’influence de Sylvius, qui propose, après l’examen des accidents du verbe, des « règles communes pour toute conjugaison » (« Regulæ communes omni coniugationi », 1531, p. 120).

6 Merci à Bernard Colombat pour cette remarque.

7 Pillot : « Pour quiconque retiendra ces trois temps [infinitif, premier et second parfait] avec le thème, à savoir le thème d’indicatif présent, toute la [première] conjugaison sera très facile, puisque, de ces quatre formes, comme de sources, découlent toutes les autres formes, ou personnes, de n’importe quel mode et de n’importe quel temps » (1561, p. 92-93 ; 2003, p. 122).

8 Meigret : « […] la règle commune aussi d’un langage devra vider les différends qui y entreviennent » (1980, p. 86).

9 Traitant de la seconde conjugaison, Cauchie (1586, f. 51v-52v) excepte des verbes réguliers (qui suivent le paradigme de bâtir) ceux qui ne présentent pas la voyelle i, au présent (j’oi, je pu, je pars, je sors, je sers,…), au prétérit (je vin) ou au prétérit absolu (j’ay souffert, offert, ouvert,…).

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site