Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bakounine jeune hégélien

 | 
Jean-Christophe Angaut

Positif et négatif : une dialectique du conflit

Texte intégral

Contexte de la discussion

  • 1  Ludwig Feuerbach, Manifestes philosophiques, p. 97.

1Bakounine n’est pas le seul, au début de la décennie 1840, à affirmer le primat du négatif. L’insistance des différentes composantes intellectuelles de la Réaction allemande sur le positif pousse ainsi Feuerbach dans son article sur la Nécessité d’une réforme de la philosophie à envisager comme négative l’une des deux tendances qui se disputent l’héritage de la tradition philosophique. De ces deux tendances, que Feuerbach qualifie de « partis », l’une exprime l’exigence « de conserver l’ancien et de proscrire le nouveau », l’autre « l’exigence de réaliser le nouveau ». Ces deux camps ne sont pas simplement des courants philosophiques : ils sont caractérisés politiquement car « si nous envisagions la nécessité d’une réforme de la philosophie d’un point de vue purement philosophique, ce serait une vue trop bornée, et déchoir dans une banale querelle d’école » ; cette réforme nécessaire doit au contraire répondre « à l’exigence de l’histoire présente et de l’humanité ». Cette exigence ne peut être portée par la tendance conservatrice car « l’exigence de conservation […] n’est que Réaction », d’où une condamnation de la philosophie hégélienne comme simple « synthèse arbitraire de divers systèmes existants, d’insuffisances, mais sans force positive parce que sans négativité absolue ». Et Feuerbach de conclure par une remarque à laquelle la conclusion de « La Réaction en Allemagne » fera écho : « seul possède la puissance de créer du nouveau celui qui a le courage d’être absolument négatif. »1 On est ici au plus proche de l’idée d’un « parti du négatif ».

2Et pourtant, Feuerbach ne propose en cela rien d’autre qu’une radicalité philosophique, qui ne répond à des exigences historiques et politiques qu’en supposant que ces exigences sont d’ordre philosophique. Pour Bakounine comme pour Feuerbach, il est clair que l’avenir est à la négativité : il s’agit de faire place nette, et ce n’est qu’à la condition de rejeter ce qui existe qu’il est possible d’innover. Mais de quel passé faire table rase, et dans quel but ? Quel est le contenu de la négativité ? S’agit-il de faire la révolution en philosophie ou bien d’investir le champ de la pratique ? C’est sur ce dernier point que Bakounine innove par rapport à ses contemporains allemands, quand bien même la lecture de Feuerbach a pu nourrir chez Bakounine l’idée d’un primat du négatif.

  • 2  Voir de Denise Souche-Dagues le premier des deux essais réunis sous le titre Logique et politique (...)
  • 3  « La Réaction en Allemagne », p. 119.
  • 4  De même, le nouveau monde pratique postulé par Hegel « ne s’accomplit en aucune manière par une ap (...)

3Encore faut-il s’entendre sur ce que peut signifier la négativité dans la sphère du politique. De même qu’on a pu opposer chez Hegel une bonne et une mauvaise négativité2, on peut repérer dans « La Réaction en Allemagne » une distinction entre une négativité productive, celle qu’incarne le parti du négatif, et une qui « s’efforce de se diffuser » au lieu de travailler l’opposition de l’intérieur ; or une telle diffusion tendrait à faire s’échapper le négatif de l’opposition et signifierait selon Bakounine « l’aplatissement de l’ensemble du monde spirituel »3. C’est cette conception qu’ont du négatif les tenants les plus fanatiques de la Réaction. Elle illustre en tout cas ce que pourrait être le négatif, non seulement si, comme l’envisagea un temps Hegel, il n’est pas fixé dans l’opposition, mais de surcroît s’il cherche à s’en abstraire. Dès que Bakounine évoque la possibilité que le négatif s’extraie de l’opposition, ce sont les mots de diffusion, d’abstraction théorique et d’aplatissement qui sortent de sa plume4.

4La discussion logique qui occupe la deuxième partie de « La Réaction en Allemagne » n’oppose pas directement les fanatiques des deux camps, réactionnaires et révolutionnaires. Entre eux, la lutte est la seule médiation possible. La discussion amenée par Bakounine vise plutôt à démontrer le caractère inéluctable de cette lutte et d’une victoire du négatif, contre toute tentative de médiation externe entre les termes de l’opposition (et toute tentation de conciliation dans le camp révolutionnaire). Par conséquent, l’exposé logique oppose deux conceptions de la médiation : celle que défendent les réactionnaires conciliateurs (et à travers eux les vieux hégéliens) et celle que doivent adopter les révolutionnaires. À cet égard, les « positivistes conséquents » remplissent sans le savoir « une fonction logique et sainte » lorsqu’ils tentent de réprimer le parti démocratique : ce faisant, « ils réveillent le négatif d’un repos philistin auquel il n’est pas destiné et ils le reconduisent à son grand office – à la négation sans répit ni ménagement de tout ce qui subsiste positivement » (p. 125). Bakounine va même plus loin en suggérant que le négatif, quand il n’accomplit pas cet office de négation, est lui-même positif : c’est implicitement rejeter dans le camp de la Réaction ceux qui ne sont partisans du principe démocratique qu’en théorie et se refusent à envisager sa réalisation pratique, y compris peut-être cette fraction des jeunes hégéliens qui entend demeurer au stade de la critique, le refus de toute médiation (qui n’est pas la position de Bakounine, mais plutôt celle des frères Bauer) étant aussi un refus de l’action.

5Le statut de la discussion logique sur l’opposition correspond donc à une radicalisation du débat. Cette discussion est annoncée une première fois au début du texte juste avant que ne soit évoqué le clivage qui divise le parti réactionnaire entre conséquents et médiateurs. Bakounine vient d’affirmer que la faiblesse du parti démocratique lui est immanente. Il ajoute alors :

Cela peut encore moins remédier à la déficience du parti démocratique que d’abroger l’unilatéralité de son existence comme parti par une médiation [Vermittlung] extérieure avec le positif – ce serait un effort vain car le positif et le négatif sont une fois pour toutes incompatibles l’un avec l’autre. (p. 115)

6Lorsqu’il évoque la composante médiatrice de la Réaction, Bakounine motive logiquement ce refus de la médiation extérieure. Si les médiateurs sont choisis comme interlocuteurs, c’est en raison de l’impossibilité qu’il y a à discuter avec les fanatiques de la réaction, mais aussi en fonction de considérations pratiques :

Le parti des médiateurs, malgré son absence de position et son incapacité à produire quoi que ce soit, est à présent un parti puissant, et même le plus puissant ; il va de soi qu’il ne l’est que du fait qu’il est majoritaire et non du fait de son contenu ; il est une des caractéristiques les plus importantes de l’époque et on ne peut se permettre de l’ignorer et de le contourner.

7Cette double exigence, théorique et pratique, répond toujours à la nécessité énoncée par Bakounine au début de son texte de connaître ses adversaires : elle est pratique au sens où ce parti est une puissance historique qu’il s’agit de combattre, elle est théorique au sens où il importe d’en connaître l’« essence trouble et difficile » pour mieux pouvoir combattre ce parti, mais aussi pour avoir une meilleure vision du « présent déchiré » dans lequel il faut agir.

8La discussion logique va porter sur la proposition dans laquelle réside, selon Bakounine, toute la sagesse des médiateurs, à savoir :

Deux orientations opposées sont d’emblée comme telles unilatérales et partant ne sont pas vraies ; mais si les deux termes de l’opposition pris abstraitement pour soi ne sont pas vrais, alors la vérité doit se trouver au milieu et l’on doit médiatiser [vermitteln] les deux termes l’un avec l’autre pour atteindre la vérité.

9Ce raisonnement « semble irréfutable » (p. 122) mais Bakounine en démontre l’inconsistance en recourant au statut qui est réservé aux médiations par le chapitre de La doctrine de l’essence qui traite de l’opposition. En cela, il accepte le point de départ de ses adversaires vieux hégéliens qui « fondent leur point de vue sur la nature de l’opposition, c’est-à-dire sur le fait que deux unilatéralités opposées se présupposent réciproquement comme telles » (p. 122).

  • 5  Hegel, Science de la Logique, tome II, 1re partie, La doctrine de l’essence, chap. 2, « Les essent (...)

10On peut résumer l’argumentation de Bakounine de la manière suivante : les médiateurs ont raison de souligner le caractère total de l’opposition, mais l’opposition n’est cette totalité que selon son essence, son existence étant au contraire la division contradictoire de ses termes. Réactionnaires fanatiques et médiateurs se définissent par l’attitude pratique qu’ils adoptent face à l’opposition. Au sein de celle-ci, le négatif est prépondérant parce que le positif n’existe qu’en l’excluant. La lutte est la seule médiation possible entre les termes de l’opposition et les médiateurs cherchent à lui échapper. Cette partie du texte de Bakounine constitue un décalque des développements de la Science de la Logique consacrés à l’opposition5, conformément au rôle d’arbitre qui est attribué à Hegel : « il faut renvoyer ces Messieurs à la Logique de Hegel où la catégorie de l’opposition bénéficie d’un si beau traitement. »

De la différence à l’opposition

  • 6  Dans le texte de Bakounine, il s’agit davantage d’évoquer l’opposition (Gegensatz), que la contrad (...)
  • 7  L’opposition est traitée dans la première section de La doctrine de l’essence (« L’essence comme r (...)
  • 8  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 46-48.

11Chez Hegel, l’analyse de l’opposition6 s’insère dans une section qui porte sur les déterminations de réflexion7. Le parcours qui mène, à l’intérieur de la sous-section sur la différence, de la différence absolue à l’opposition pose d’abord que la différence en soi et pour soi, celle qui mérite d’être appelée différence absolue, est avant tout différence de l’essence, différence de la réflexion, et donc qu’en soi elle n’est pas différence par rapport à un autre, mais différence de soi par rapport à soi8. La différence possède ces deux caractères : d’une part, elle est l’un des moments de l’identité et d’autre part c’est avec elle que commence le processus réflexif. « La Réaction en Allemagne » fait écho à ce double caractère en insistant sur l’impossibilité de demeurer dans la pure positivité sans avoir à se méfier de sa propre raison : les réactionnaires fanatiques sont réduits à cette extrémité parce qu’ils entrent dans un processus de dénégation du négatif. Demeurer dans la pure positivité ou tenter d’y revenir est chose impossible.

  • 9  « La Réaction en Allemagne », p. 117.

12Dans l’exposé hégélien, puisque la différence absolue est différence de soi par rapport à soi et non par rapport à un autre, la différence apparaît d’abord comme la différence entre l’identité et la différence. C’est l’identité elle-même qui, pensée à fond, s’avère dotée d’une différence interne. Dans son article, Bakounine tire la leçon de cette mise en crise de l’identité en niant la possibilité même d’un maintien dans la pure positivité : ceux qu’il surnomme « positivistes » n’aperçoivent pas que « le poison dissolvant du négatif s’est répandu partout »9 et ronge le positif lui-même de l’intérieur. Le moment de la différence, interne à l’identité, met donc en crise cette dernière, ce qui sert d’argument contre de prétendus conservateurs qui ne sont en fait que des réactionnaires.

  • 10  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 46.

13C’est avec la différence, dans la mesure où elle permet de s’extraire de l’identité close, que démarre le processus réflexif. Le fait que la différence comme telle contienne aussi bien l’identité que son propre rapport à l’identité qualifie « la nature essentielle de la réflexion » et constitue « le fondement originel de toute activité et auto-mouvement »10 ; on comprend dès lors pourquoi Hegel peut également dire de la différence que c’est la négativité qu’a dans soi la réflexion. Ce caractère de la réflexion, que l’on retrouvera dans le cas du positif et du négatif et qui fait que les termes d’une relation duale ont en eux-mêmes leur rapport à leur autre, Hegel le nomme « réflexion au-dedans de soi » [Reflexion in sich]. En outre, ce qui donne et même ce qui constitue tout le mouvement de la réflexion, c’est la négativité dont elle est porteuse : faute d’une telle présence du négatif dans la réflexion sous la figure de la différence puis de l’opposition, c’est l’activité et l’initiation du mouvement qui sont rendues impensables et dénuées de fondement.

  • 11  Dans « La Réaction en Allemagne » (p. 130), les médiateurs prétendent être ce critère de comparais (...)
  • 12  « La Réaction en Allemagne », p. 125.

14Entre la différence absolue et l’opposition s’intercale, dans La doctrine de l’essence, le moment de la diversité, qui constitue une étape supplémentaire dans la décomposition de l’identité. Comme différence absolue dans soi-même, cette dernière se pose comme le négatif d’elle-même et se trouve dotée de deux moments, elle-même et son négatif. Le mot « négatif » peut ici s’entendre (si l’on anticipe de quelques dizaines d’années) en un sens photographique : chaque terme est l’image inversée de l’autre. Chacun se trouve à l’égard de l’autre dans une relation d’équivalence et d’indifférence ; c’est un simple divers. La diversité est « l’indifférence de la différence ». L’opposition ajoutera un élément décisif qui permet à rebours de saisir les enjeux du moment de la diversité : dans l’opposition, les termes indifférents sont les moments d’une unité négative et l’on passe ainsi d’une singularité plurielle à une multiplicité effective des moments du contenu. Cette distinction entre l’opposition et la simple diversité constitue le nerf de l’argument de Bakounine contre toute tentative d’aplatissement de l’opposition ou de conservation de la totalité à un stade peu avancé de décomposition : il s’agit d’opposer aux médiateurs l’interpénétration des termes de l’opposition. Les médiateurs commettent une faute logique lorsqu’ils conçoivent l’opposition sur le modèle de la diversité, en considérant le positif et le négatif comme deux termes divers susceptibles d’une comparaison. L’acte de comparer est en effet ce qui caractérise en propre la diversité selon Hegel. Il est typique de la réflexion extérieure qui rapporte le divers à l’égalité et à l’inégalité. Or ces deux déterminations, qui reviennent en fait à l’identité extérieure et à la différence extérieure, s’appliquent aux termes divers sans se rapporter l’une à l’autre (elles se rapportent au contraire à un tiers valant comme critère de comparaison11) ; elles s’y appliquent selon une simple juxtaposition d’unilatéralités. En tant qu’elles sont des moments indifférents de la réflexion extérieure et qu’elles sont extérieures à elles-mêmes, égalité et inégalité disparaissent dans leur égalité. D’où les risques d’aplatissement pointés par Bakounine dans son article, qui ne craint pas de faire référence à ce type d’égalité, au risque d’interférer avec la formulation du principe démocratique comme « égalité des hommes se réalisant dans la liberté » ; « le positif et le négatif ne sont pas égaux en droit comme le pensent les médiateurs ; l’opposition n’est pas un équilibre mais une prépondérance du négatif »12.

  • 13  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 52 (c’est Hegel qui souligne).
  • 14  « La Réaction en Allemagne », p. 129.

15À ce moment de l’exposé hégélien, il reste un jalon à poser pour que l’on passe de la diversité à l’opposition. C’est qu’il n’y a pas seulement disparition des termes divers dans leur égalité ; dans la mesure où chacun n’est que l’égalité ou l’inégalité d’autre chose que lui-même, chacun est en même temps l’inégal de soi-même, et ces deux déterminations de la réflexion extérieure retournent dans l’unité négative avec soi, c’est-à-dire dans cette réflexion qui est en soi-même la différence de l’égalité et de l’inégalité. Chaque détermination est en effet à la fois égale et inégale à elle-même. Pour reprendre cet aspect des analyses hégéliennes, il faudrait que Bakounine considère le point de vue des médiateurs sur l’opposition comme un moment du développement de cette opposition, moment qui est voué à la disparition, ce qui serait compatible avec le reste de son propos. Mais son propos est davantage de montrer que les médiateurs tentent de ramener l’opposition au moment de la diversité, comme l’attestent les paroles qu’il leur attribue : « dans une certaine mesure vous avez raison, mais quand même… » (p. 122) ; cette formule est justement du type de celles que Hegel désigne comme propres à l’acte de comparer, « savoir que quelque chose soit égal à un autre selon une perspective, mais inégale selon une autre »13. De même dans le cours de la discussion logique sur la nature de l’opposition elle-même, Bakounine va dépeindre les médiateurs tentant de se placer à l’extérieur de l’opposition pour s’adresser séparément à chacun de ses termes et les ramener à la position du Juste Milieu : « ces misérables se tourmentent avec l’impossible opération d’une médiation extérieure et, en remerciement, seront méprisés par les deux partis. »14

  • 15  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 79 (à quelques tirets près) : « c’est une des connaissances le (...)
  • 16  « La Réaction en Allemagne », p. 123.

16C’est dans le développement sur l’opposition que l’on trouve tout le jeu du positif et du négatif dont Bakounine fait usage dans « La Réaction en Allemagne ». À l’affirmation hégélienne selon laquelle faute d’apercevoir l’interpénétration des opposés, il faut renoncer à la philosophie15 répond l’idée bakouninienne selon laquelle comprendre la nature de l’opposition et des déterminations de réflexion qui en constituent les termes, c’est en même temps saisir « la catégorie principale de notre époque ». Hegel, en tant qu’il est parvenu à penser cette catégorie, est alors désigné comme « le plus grand philosophe du présent, le plus haut sommet de notre culture moderne envisagée d’un point de vue exclusivement théorique »16.

« L’opposition et son développement immanent »

  • 17  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 58.

17En renvoyant les médiateurs à la Logique de Hegel, Bakounine souligne que « l’opposition et son développement immanent forment l’un des points nodaux de tout le système hégélien » (p. 123). Celle-ci est décrite, dans La doctrine de l’essence, comme ce avec quoi s’achève « la réflexion déterminée, la différence »17. Hegel, on l’a vu, ne parle pas d’emblée de positif et de négatif mais d’égalité et d’inégalité. Celles-ci sont des côtés de la réflexion extérieure, mais en tant qu’elles sont réfléchies en soi, elles constituent les déterminations de l’opposition. Cette réflexion dans soi consiste en effet en ce que chacun de ces deux moments est en lui-même l’unité de l’égalité et de l’inégalité. Hegel veut dire par là que l’égalité ne saurait être en dehors de la réflexion qui compare selon l’inégalité, qui donc médiatise par son autre moment indifférent. C’est à ce stade qu’interviennent les mots « positif » et « négatif » : en tant que l’égalité et l’inégalité sont chacune la réflexion dans soi se rapportant à son non-être, elles sont respectivement le positif (l’être-posé réfléchi dans son égalité à soi) et le négatif (ce même être-posé réfléchi dans son inégalité à soi, ou l’inégalité en tant qu’elle contient au-dedans d’elle-même le rapport à son non-être, à l’égalité). On comprend pourquoi Hegel pourra dire des deux côtés de l’opposition qu’ils sont autonomes : chacun détient en lui-même le rapport à son autre et a ainsi sa déterminité en lui-même puisque tout ce qu’il est consiste d’abord à être opposé à son autre.

18La médiation de l’opposition en général se caractérise par ces deux aspects : premièrement positif et négatif sont des moments absolus de l’opposition (au sens où chacun est seulement l’opposé de l’autre, il n’est que dans la mesure où l’autre est), mais deuxièmement chacun n’est qu’en tant que l’autre n’est pas (il est ce qu’il est par le non-être de l’autre, il est réflexion dans soi). À ce titre, on en reste à la réflexion extérieure et les deux termes de l’opposition sont encore indifférents l’un à l’autre, ce sont des termes divers dont la déterminité, qui consiste à être positif ou négatif, constitue leur être-posé l’un en regard de l’autre. Si l’on se contentait des deux premiers aspects qui caractérisent l’opposition en général, chacun des deux termes ne serait pas déterminé en lui-même mais serait déterminité en général : il serait possible de les intervertir et on en resterait à une pure relativité où le positif n’est que le négatif du négatif, lequel peut ainsi être à son tour considéré comme positif.

  • 18  « La Réaction en Allemagne », p. 128.
  • 19  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 41.
  • 20  « La Réaction en Allemagne », p. 117.

19Sur ce point, l’usage par Bakounine des moments successifs de l’argumentation hégélienne est patent : ceux-ci lui permettent de définir et de critiquer à la fois la position des « positivistes conséquents » qui entendent demeurer dans la pure positivité et les tentatives de conciliation des médiateurs. La position des premiers apparaît comme une attitude de dénégation à l’égard de l’opposition dont ils cherchent à s’abstraire. C’est l’une des « deux issues » décrites par Bakounine pour contrarier la tendance de l’opposition à s’achever en contradiction : « s’abstraire arbitrairement de la division et fuir dans la simple totalité de l’opposition antérieure à la division. »18 Cette première issue est celle des réactionnaires fanatiques qui cherchent à se réfugier dans la totalité organique qui précédait le procès de décomposition. Contre eux, il est possible de faire valoir l’existence de l’opposition et son caractère total : leur position est intenable car seule l’opposition dans sa totalité est vraie et ses côtés unilatéraux ne peuvent prétendre à la vérité. Or pour Hegel, ceux qui restent attachés à l’identité vide « ne voient pas que par là ils font de cette même identité une détermination unilatérale qui, comme telle, n’a pas de vérité »19. On comprend ainsi pourquoi, selon Bakounine, les réactionnaires fanatiques ne peuvent argumenter rationnellement en faveur de leur maintien dans la pure positivité. Dans le cas contraire, il leur faudrait en effet reconnaître que la positivité unilatérale « présuppose déjà par son existence l’existence d’autres unilatéralités »20 qu’elle doit exclure pour s’affirmer, et donc que le positif est lui-même négatif en ce qu’il se détermine comme tel par l’exclusion du négatif.

20La position des médiateurs découle elle aussi d’un comportement vis-à-vis de l’opposition, qui n’est plus de dénégation mais d’endiguement. En effet, les médiateurs reconnaissent bien le caractère total de l’opposition ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle une discussion avec eux est à la fois possible et délicate. En revanche, ils cherchent « maternellement à médiatiser les termes en opposition » (p. 124), ce qui correspond à l’autre attitude possible face à l’opposition lorsqu’on cherche à la conserver dans sa totalité, à un stade peu avancé de développement. En s’opposant ainsi à l’inexorable décomposition et dissolution de l’ancienne totalité, les médiateurs se rangent parmi les réactionnaires. Contre eux, il s’agit d’avancer que toute la signification du négatif réside dans la destruction du positif, et celle du positif dans l’oppression du négatif : toute médiation externe est ainsi reconnue impossible.

  • 21  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 63.

21Si Bakounine peut soutenir l’inégalité du positif et du négatif, c’est que Hegel, dans le cours de son analyse de l’opposition, a été amené à faire intervenir un troisième élément décisif : le positif et le négatif ne sont pas simplement quelque chose de posé, ni simplement quelque chose d’indifférent, « leur être-posé ou le rapport à l’autre dans une unité qu’ils ne sont pas eux-mêmes est repris dans chacun. Chacun est lui-même positif et négatif »21. Bakounine en tire un nouvel argument contre la possibilité de demeurer dans la pure positivité : c’est faute d’apercevoir (mais « le discernement n’appartient qu’au négatif ») la positivité dont est porteur le négatif et inversement la négativité qui ronge le positif que les réactionnaires fanatiques croient pouvoir demeurer dans la pure positivité et se réfugient dans un passé magnifié.

  • 22  « La Réaction en Allemagne », p. 127.

22Reprenons le fil de l’exposé hégélien : le positif et le négatif sont positif et négatif en soi dans la mesure où le fait de l’opposition n’est pas seulement un moment relevant de la comparaison mais se trouve être la détermination propre des côtés de l’opposition. Leur rapport à autre chose, en tant qu’il est un rapport excluant, est leur détermination, leur être en soi. Mais cette manière qu’ils ont d’être en soi fait qu’ils sont aussi pour soi (chacun des termes a un rapport intérieur avec ce qu’il exclut – ce qui amorce le passage à la contradiction). Dans « La Réaction en Allemagne », cette détermination croissante de l’opposition permet d’exclure toute médiation externe : dans la mesure où chacun des deux termes de l’opposition a pour détermination essentielle l’exclusion de son autre auquel il est opposé, toute tentative de médiation autre que la suppression des termes de l’opposition, autre qu’une radicalisation de l’opposition dans une contradiction destructrice, est dénoncée comme vaine et trompeuse : trompeuse parce que les médiateurs tentent ainsi de dépouiller l’opposition « de son mouvement, de sa vitalité, de toute son âme », et vaine parce que cette opposition est de toute façon « une puissance pratique » qui « domine toutes leurs tentatives pour l’étouffer »22. La conception de la médiation que développe l’article des Annales allemandes découle de ce parti pris d’envisager l’opposition dans son « développement immanent ».

  • 23  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 71.
  • 24  « La Réaction en Allemagne », p. 125.

23Plutôt que se demander si Bakounine est fidèle à Hegel lorsqu’il affirme la prépondérance du négatif, il importe de souligner ce qui le pousse à une telle affirmation. Les distorsions que subit l’exposé hégélien découlent pour l’essentiel de son transfert sur un terrain polémique et de sa métamorphose en logique du conflit. Toutefois, dans la Science de la logique, Hegel n’établit pas une stricte symétrie entre le positif et le négatif. En abordant la contradiction, il reconnaîtra certes que positif et négatif sont la même contradiction en soi, mais ce sera pour ajouter aussitôt que le positif est cette contradiction seulement en soi alors que le négatif est cette contradiction posée (puisque dans son cas, le fait d’être identique à soi consiste à s’exclure soi-même de soi par un mouvement de réflexion excluante23). Bakounine a donc raison de souligner que les deux termes de l’opposition ne sont pas égaux en droit, même si c’est l’application directe de ces catégories au champ politique qui seule lui permet d’affirmer que l’un de ces deux côtés est légitimé d’une manière absolue. On peut même aller plus loin : lorsque Bakounine affirme que « le négatif, comme vie déterminante du positif lui-même, enclôt en lui seul la totalité de l’opposition »24, il ne fait que répéter Hegel qui faisait du négatif « l’opposition totale, la différence absolue », celle qui ne se rapporte pas à autre chose. Le négatif est l’opposition elle-même, laquelle n’est essentiellement pas opposition à un autre conçu comme extérieur mais opposition à soi-même et à son autre comme intérieur.

24On l’a vu plus haut, Bakounine joue sur l’ambivalence des termes absolus chez Hegel : l’opposition est à la fois opposition du positif et de négatif entre eux et opposition à l’intérieur de ces deux termes. Toutefois, en bon disciple du philosophe allemand, il établit bien une hiérarchie principielle entre l’opposition interne et l’opposition externe : la première est essentielle, la seconde inessentielle. L’opposition des termes l’un à l’autre découle de leur opposition interne, de sorte que c’est parce qu’un certain état historique a commencé à se décomposer qu’il est devenu positif par rapport à un négatif qu’il tendait à exclure de soi-même comme son propre procès de décomposition.

De l’opposition à la contradiction

25Les termes de « positif » et de « négatif » survivent chez Hegel à l’aboutissement de l’opposition dans la contradiction (qui succède à la différence au sein du même chapitre). La contradiction est en effet l’achèvement essentiel de l’opposition, laquelle représentait l’identité de la différence et de la diversité. L’autonomie des termes de l’opposition, qui sont des déterminations de réflexion, tenait à ce que chacun de ces deux termes avait en lui-même le rapport à son autre. À présent, chacune des deux déterminations de réflexion autonomes exclut l’autre, et ce faisant, dit Hegel, elle exclut de soi son autonomie propre, et en cela, elle est contradiction. Le positif est contradiction absolue (c’est-à-dire contradiction de soi) en ce qu’il se pose comme identité à soi par exclusion du négatif et donc en ce qu’il se fait le négatif de quelque chose (il se fait lui-même l’autre qu’il exclut de soi). Quant au négatif, il s’opère de son côté un développement analogue, ce qui permet de qualifier la position des deux termes comme une réflexion : le négatif est rapport à lui-même comme autre puisqu’il est l’être-posé comme réfléchi dans l’inégalité à soi. Hegel ajoute alors que la différence était déjà la contradiction en soi. En somme, la contradiction n’est rien d’autre que l’explicitation, la position de la différence, ce qui légitime Bakounine à gommer le moment de la différence pour se concentrer dramatiquement sur le point d’aboutissement du processus.

26Pour cette raison, il importe de préciser la distinction utilisée (mais jamais thématisée) par « La Réaction en Allemagne » entre opposition et contradiction. Aucune des quatre occurrences de la notion de contradiction (trois fois à travers le substantif, une fois à travers l’adjectif) n’est anodine. Le mot « contradiction » intervient dès le premier alinéa de l’article des Annales allemandes : il s’agit alors d’indiquer que la liberté est ce qui ne donne le plus grand bonheur « que par la voie des contradictions les plus monstrueuses » (p. 111). Le terme intervient une deuxième fois lorsque Bakounine tente de décrire la genèse des positions réactionnaires : la contradiction est ici « la malédiction qui est suspendue au-dessus » de toute unilatéralité, « une malédiction née en elle et qui, dans ses propos, change en haine tous les bons sentiments » (p. 118) ; elle consiste en ceci que cette unilatéralité, pour s’affirmer, doit exclure les autres unilatéralités que pourtant elle présuppose. La contradiction intervient une troisième fois lorsqu’est refusée l’idée selon laquelle le spectacle de l’État serait apaisant : « l’État est maintenant en proie aux contradictions internes les plus profondes » (p. 134).

27Mais ce qui donne sens à ces différents emplois, c’est l’usage de l’adjectif « contradictoire » dans ce qui ressemble le plus à un essai de fixation des termes. Bakounine vient de commencer la discussion avec les médiateurs sur la nature de l’opposition et de s’accorder avec eux sur le point de départ : « l’opposition est certes la vérité » ; mais, ajoute-t-il aussitôt, « elle n’existe pas comme telle, elle n’est pas là comme cette totalité ; elle n’est qu’une totalité étant en soi [an sich seiende], cachée, et son existence est précisément la division contradictoire [die sich widersprechende Entzweiung] de ses deux termes – du positif et du négatif » (p. 124).

28En somme, la contradiction est l’existence concrète de l’opposition. Plus exactement, il s’agit de faire valoir contre ceux qui veulent empêcher le plein développement de l’opposition que la contradiction est la forme concrète que tend nécessairement à revêtir l’opposition. L’opposition ne parvient à demeurer une totalité qu’en soi ; mais dès qu’elle s’exprime, cette totalité se brise en deux termes autonomes, dont l’un va être absorbé par l’autre dans leur ruine mutuelle. L’opposition ne peut être considérée comme une totalité que par abstraction. Concrètement n’existent que des contradictions, des divisions dont les termes se répartissent entre un pôle positif et un pôle négatif qui sont l’un à l’autre dans un rapport de relative extériorité. On retrouve ainsi les affirmations hégéliennes sur l’autonomisation des termes qui intervient dans le passage de l’opposition à la contradiction.

29On peut alors remarquer que la contradiction n’intervient dans le reste du texte que lorsqu’il est question de conflits réels : c’est le cas pour la liberté qui n’offre le plus grand bonheur qu’au prix des pires contradictions et des souffrances les plus dures ; c’est aussi le cas pour les contradictions qui déchirent les États modernes. Mais surtout, la contradiction est comme le destin qui est promis à toute opposition et à toute unilatéralité qui se trouve dans un rapport de ce type, elle apparaît comme cette épée de Damoclès suspendue au-dessus des réactionnaires fanatiques comme au-dessus des démocrates – à ceci près que ces derniers sont censés souhaiter la rupture du fil, qui signifierait que l’opposition est parvenue à son terme et qu’un nouveau monde est sur le point d’éclore.

30Passer de l’opposition à la contradiction, c’est ainsi aller de la théorie à la pratique. Penser ce passage, c’est en même temps refuser de s’en tenir à la contemplation d’une totalité et de sa composition abstraite, c’est amorcer le passage d’une théorie de l’opposition à une pratique de la contradiction, c’est en somme entamer une sortie de la philosophie. On comprend dès lors pourquoi c’est l’opposition, et non la contradiction, qui constitue pour Bakounine « l’un des points nodaux du système hégélien » : selon l’expression même de Hegel, la contradiction est le disparaître incessant des opposés dans eux-mêmes, elle tend sans cesse à se dissoudre. Bakounine voit là une de ces limites internes à la philosophie par laquelle elle tente de penser son dehors, celui des conflits réels qui se substituent aux oppositions closes : la dissolution de l’opposition est en même temps dissolution de la théorie dans la pratique, et c’est peut-être pourquoi Hegel, en tant qu’il a dissous cette catégorie, se situe au « point de départ d’une nécessaire auto-dissolution de la culture ».

31Pour autant, Bakounine n’ignore pas que La doctrine de l’essence ne s’arrête pas avec la dissolution des termes de l’opposition dans la contradiction, dissolution qui consiste en ce que chacun des deux termes s’exclut de soi-même. Il tente de reprendre à son compte une partie des développements qui suivent et dans lesquels Hegel montre que la contradiction n’est pas seulement cette exclusion de soi-même car en tant qu’elle contient le positif, elle est aussi réflexion posante. C’est pourquoi on n’a pas, avec la contradiction, un simple retour au néant mais ce que Hegel appelle un retour au fondement. L’idée que les deux parties de l’opposition vont à la ruine et que remonte au grand jour l’Esprit pratique, dont l’essence est le principe démocratique, fait clairement écho à ce mouvement. On verra qu’à la manière de Hegel qui joue sur les deux expressions zugrunde gehen (aller au gouffre) et in seinen Grund gehen (aller en son fondement), Bakounine met en parallèle la ruine mutuelle des deux termes de l’opposition et le dégagement du principe démocratique dont la réalisation, le mouvement d’effectuation, est le mouvement même de l’histoire.

Notes

1  Ludwig Feuerbach, Manifestes philosophiques, p. 97.

2  Voir de Denise Souche-Dagues le premier des deux essais réunis sous le titre Logique et politique hégéliennes, « Négation et individualité dans la pensée politique de Hegel », p. 11-64.

3  « La Réaction en Allemagne », p. 119.

4  De même, le nouveau monde pratique postulé par Hegel « ne s’accomplit en aucune manière par une application formelle et une diffusion de théories toutes prêtes » (p. 123) (je souligne).

5  Hegel, Science de la Logique, tome II, 1re partie, La doctrine de l’essence, chap. 2, « Les essentialités ou les déterminations de réflexion », B (« La différence ») et C (« La contradiction »), p. 46-87 (je modifie la traduction de certains mots composés allemands qui tend à surcharger le texte : par exemple « déterminations-de-réflexion » pour le titre de ce chapitre). Werder, professeur de Bakounine à Berlin, avait abordé cette question lors de ses leçons en janvier 1841, comme en attestent les notes de cours de Bakounine, p. 80-107.

6  Dans le texte de Bakounine, il s’agit davantage d’évoquer l’opposition (Gegensatz), que la contradiction (Widerspruch). La traduction de Jean Barrué induit en erreur puisque Gegensatz y est (le plus souvent…) traduit par « contradiction ». Si le mot Widerspruch n’apparaît qu’à trois reprises sous la plume de Bakounine (occurrences auxquelles il faut adjoindre celle de l’adjectif widersprechend), chacun de ces emplois implique une distinction suffisamment stricte entre contradiction et opposition. Par ailleurs, l’effacement paradoxal de la contradiction intervenait déjà chez Hegel entre La doctrine de l’essence et la partie équivalente de l’Encyclopédie des sciences philosophiques. Voir sur ce point le commentaire de Joël Biard et al., Introduction à la lecture de la Science de la Logique de Hegel, Paris, Aubier, 1983, t. II, p. 100.

7  L’opposition est traitée dans la première section de La doctrine de l’essence (« L’essence comme réflexion dans elle-même »), au chap. 2 (« Les essentialités ou les déterminations de réflexion »), comme dernier point de la partie B qui porte sur la différence.

8  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 46-48.

9  « La Réaction en Allemagne », p. 117.

10  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 46.

11  Dans « La Réaction en Allemagne » (p. 130), les médiateurs prétendent être ce critère de comparaison et Bakounine les accuse de vouloir garder pour eux seuls la « jouissance de la totalité ».

12  « La Réaction en Allemagne », p. 125.

13  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 52 (c’est Hegel qui souligne).

14  « La Réaction en Allemagne », p. 129.

15  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 79 (à quelques tirets près) : « c’est une des connaissances les plus importantes de pénétrer et de tenir fermement cette nature des déterminations de réflexion considérées, que leur vérité consiste seulement dans leur rapport l’une à l’autre, et ainsi en ce que chacune contient l’autre dans son concept lui-même ; sans cette connaissance l’on ne peut faire à proprement parler aucun pas en philosophie. » À noter l’usage que fera Marx de ces analyses dans le premier chapitre du premier livre du Capital.

16  « La Réaction en Allemagne », p. 123.

17  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 58.

18  « La Réaction en Allemagne », p. 128.

19  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 41.

20  « La Réaction en Allemagne », p. 117.

21  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 63.

22  « La Réaction en Allemagne », p. 127.

23  Hegel, La doctrine de l’essence, p. 71.

24  « La Réaction en Allemagne », p. 125.

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540