Version classiqueVersion mobile

« Si vous êtes si malins… ». McCloskey et la rhétorique des sciences économiques

 | 
Ludovic Frobert

4. Conclusion

Texte intégral

1Il ne serait pas sérieux que, pour des motifs plus ou moins avouables, le public des économistes français tourne entièrement le dos au travail de McCloskey et se contente de la dénigrer. Il est évident que le « féminisme libertarien » de l’auteur n’a pas spécialement été perçu, ici plus qu’ailleurs, comme une franche invitation à un voyage organisé vers les contrées de la rhétorique économique. Mais il faut d’abord souligner que sa prose a, en quelque sorte, les qualités de ses défauts ; naturellement, on l’a souligné, l’occultation des phénomènes de pouvoir, de la domination et des conflits que manifestent ses travaux peut légitimement être critiquée. Cette tendance a son revers, plus positif : à rebours des diagnostics récurrents de crise finale (ou de faillite absolue) des sciences économiques et esquivant les traditionnelles situations de conflits non divisibles opposants « orthodoxes » à « hétérodoxes », McCloskey présente une interprétation plutôt optimiste de l’état de la discipline qui se fonde, en grande partie, sur le constat de la pluralité de ses théories et de ses pratiques. Mais demeurent aussi plusieurs enseignements majeurs annoncés dès l’article de 1983 et que désormais vingt ans de recherches, débats, controverses ont renouvelé et actualisé.

2En histoire de la pensée économique il faut souligner toutes les virtualités d’un recours aux différentes approches de la critique littéraire. L’étude outillée de la triade auteur-texte-contexte peut en économie offrir des perspectives originales. Concernant les emprunts aux littéraires qui seraient envisageables, mentionnons au titre de simple exemple les méthodes de l’École de Genève : c’est on le sait en systématisant les intuitions de la philosophie nocturne de Bachelard que Jean Starobinski a présenté une lecture heuristique neuve des œuvres de Montesquieu et de Rousseau ; mais d’autres options de lecture seraient possibles encore.

  • 1 J.-C. Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique, Paris, Éditions de l’EHESS, 199 (...)

3En bref une telle démarche pourrait s’inscrire dans le programme vaste d’une histoire intellectuelle de l’économie politique1.

4L’autre enseignement de l’offensive rhétorique nous amène sur le terrain de la méthodologie. Selon McCloskey les économistes sont ici en retard ; plutôt que de se crisper sur des références largement obsolètes et revendiquer un certain provincialisme, ils devraient se mettre à l’écoute des nouvelles orientations qui en philosophie des sciences ont renversé les notions traditionnelles de réalité, de vérité, de langage ; si, en outre, explique-t-elle, ces références contemporaines – Putnam, Cavell, Rorty, Dummett et d’autres encore – sont si importantes pour l’économiste, c’est qu’elles ont ruiné les dichotomies anciennes sur lesquelles venaient buter la réflexion ; faits /valeurs, sciences /humanités, objectifs /subjectifs, etc. Ne pas comprendre cette évolution conduirait l’économie, science originellement ancillaire, à continuer à méconnaître la nécessité non pas de substituer la solidarité à l’objectivité mais à en assumer la complémentarité et dès lors à explorer avec plus de persévérance les complémentarités entre espoir et savoir.

Notes

1 J.-C. Perrot, Une histoire intellectuelle de l’économie politique, Paris, Éditions de l’EHESS, 1992.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search