Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bakounine jeune hégélien

 | 
Jean-Christophe Angaut

Un tableau de la Réaction : le positif

Texte intégral

La Prusse de Frédéric-Guillaume IV

1S’il est vrai que le choix de la voie française est aussi un choix de l’histoire réelle contre l’histoire rêvée, l’emprunter consiste à trouver le chemin de la réalité. Et dès lors que cette réalité a été repérée comme essentiellement conflictuelle, ce chemin passe par la connaissance de ses adversaires, ce à quoi Bakounine consacre les premières pages de « La Réaction en Allemagne ».

  • 1  Cette période de l’histoire allemande et prussienne ayant été peu étudiée en France, on se référer (...)

2Même si cette dimension n’est qu’esquissée dans le texte de 1842 pour d’évidentes raisons de prudence éditoriale, la Réaction en Allemagne, c’est d’abord la Prusse de Frédéric-Guillaume IV 1. Le courant réactionnaire qui y prédomine s’inscrit dans le vaste mouvement de reflux qui a déferlé sur l’Europe après la défaite de Napoléon Ier. L’attitude de la plupart des Allemands vis-à-vis de la Révolution française avait consisté en un enthousiasme initial, bientôt suivi d’une frayeur croissante devant les excès (réels ou supposés) des gouvernements parisiens. Après la Révolution, l’invasion napoléonienne a provoqué à la fois un réveil national et une vague de réformes dans certains États. Ces réformes sont dans le collimateur des milieux traditionalistes à partir des années 1820. Rapidement, une large fraction de l’opinion publique allemande fait le constat d’un blocage politique qui contraste avec le développement économique favorisé par la mise en place du Zollverein (union douanière), la construction des premières lignes de chemin de fer et l’essor de la science allemande. Au moment où l’Allemagne commence à rattraper son retard économique sur le reste du continent, c’est le retard politique qui se creuse. Confrontés à des mouvements d’agitation nationale et démocratique dans les milieux étudiants, les régimes en place se raidissent pendant les deux décennies suivantes. Dans ce contexte, alors que les inégalités sociales s’accroissent, la crainte que les classes privilégiées ont des « classes dangereuses » se développe. Pourtant, l’agitation ne vient guère d’un prolétariat industriel encore embryonnaire : tout semble se passer au sein des classes les plus favorisées, entre la fraction la plus radicale de la bourgeoisie, qui va parfois jusqu’à des positions démocratiques, et les tenants de positions expressément conservatrices (et objectivement réactionnaires), notamment au sein de la noblesse terrienne.

  • 2  « La Réaction en Allemagne », p. 121.

3La situation de l’Allemagne doit cependant être distinguée de celle qui prévaut en Prusse. Certes, celle-ci est le seul État allemand à pouvoir prétendre au statut de puissance européenne et elle occupe de ce fait une place à part en Allemagne. Pour autant, cette dernière n’en a pas moins une constitution spécifique : depuis le Congrès de Vienne de 1815, elle est organisée en une Confédération germanique (Deutscher Bund) dont les compétences, assez étendues sur le papier, demeurent dans les faits très formelles puisque leur application dépend de l’accord de l’Autriche et de la Prusse et de ce que cette dernière est prête à investir dans un tel cadre. C’est à cette constitution que Bakounine fait allusion lorsqu’il dit de ceux qu’il nomme « médiateurs » qu’ils sont un peu « comme la constitution allemande, ils reprennent de la main droite ce qu’ils donnent de la main gauche »2. On songe par exemple à l’article 18 de la Bundesakte réglementant la liberté de la presse (par ailleurs proclamée à l’article 2) afin de contrer l’activité des « agitateurs démagogiques » et les abus de la presse politique, question d’une grande importance pour la radicalisation des franges radicales de la bourgeoisie allemande. Plus généralement, cette constitution s’apparente à une coquille vide, qui accorde sur le papier quelque chose qui ressemble à une unité allemande mais consacre en fait l’hégémonie bicéphale de la Prusse et de l’Autriche sur l’Allemagne. Au sein de cette Confédération germanique, la Prusse occupe en outre une place particulière puisque certaines de ses provinces n’en font pas partie (la Prusse orientale, la Prusse occidentale et la Poznanie) et que la plupart des autres États allemands se méfient de sa puissance.

  • 3  Sentiment qu’exprimera par exemple début 1844 chez Marx l’« Introduction » de la Contribution à la (...)
  • 4  « La Réaction en Allemagne », p. 131.

4Le contraste entre cette Allemagne morcelée à l’unité politique fictive et la puissance ascendante de la Prusse est frappant, mais il ne doit pas masquer que c’est précisément dans ce dernier État que le sentiment de retard politique est ressenti avec le plus d’acuité3, en particulier avec l’accès au trône en 1840 (six semaines précisément avant l’arrivée de Bakounine à Berlin) de Frédéric-Guillaume IV qui suscite de nombreux espoirs après une vingtaine d’années de gel politique. Les premières mesures du souverain entretiennent ce malentendu. Ainsi, la réhabilitation du catholicisme, interprétée comme un signe de libéralisme en matière religieuse, se révèle bientôt comme une manifestation de l’attachement que le souverain porte à un monde que l’opinion éclairée considère comme appartenant au passé (ce dont témoigne la mention dans « La Réaction en Allemagne » du « monde catholique du passé »4), défense motivée par une vision magnifiée du christianisme médiéval. Comme l’écrit Joseph Rovan, Frédéric-Guillaume IV est en fait

  • 5  Joseph Rovan, Histoire de l’Allemagne des origines à nos jours, p. 494.

un émotionnel romantique, sentimental, mystique, à la fois hésitant et obstiné ; son idéal est la société du Moyen Âge telle qu’il l’imagine, basée sur les liens de fidélité et de loyauté réciproque entre seigneurs et sujets, sur un ordre corporatif et solidaire, où chacun sert le bien commun, sans esprit de lucre, grâce à une culture illuminée par la foi en un Dieu qui assigne à chacun sa place et sa mission. S’il déteste la bureaucratie rationaliste et répressive, le nouveau roi n’est pas un libéral, mais un traditionaliste, sans idées claires, s’enivrant de belles paroles et de nobles pensées confuses. Il suscitera de grands espoirs et sèmera la déception.5

  • 6  « La Réaction en Allemagne », p. 128.

5Ce portrait permet de comprendre la nature de la Réaction allemande qu’évoquera Bakounine et les raisons du blocage politique qui maintient la Prusse et l’Allemagne dans l’immobilité. Il ne fait guère de doute que le jeune Russe songe à l’entourage du roi de Prusse, et plus largement aux cercles traditionalistes, lorsqu’il évoque ce « monde où ce ne sont pas la raison et les déterminations rationnelles de la volonté, mais la longue subsistance et l’immobilité qui sont l’aune de ce qui est vrai et saint », un monde « du rococo contraire à la raison » où règnent ceux qui veulent « conserver les restes pourris et desséchés de la tradition »6.

  • 7  Rudolf von Thaden, La Prusse en question, histoire d’un État perdu, p. 64.
  • 8  Ernst Gottfried Georg von Bülow-Cummerow, Preußen, seine Verfassung, seine Verwaltung, sein Verhäl (...)

6Qui plus est, tout se passe en effet comme si, au sein d’une Allemagne qui a une forte conscience de son retard politique sur la France, la Prusse se sentait elle-même en retard sur l’Allemagne. C’est en particulier sur la question constitutionnelle que cette conscience s’aiguise. Comme le note Rudolf von Thaden, « tandis que les États du Sud montrent moins de réticence à laisser s’instaurer des monarchies constitutionnelles, la Prusse qui s’était déjà engagée dans la voie constitutionnelle moderne s’arrête net, et renonce à constituer une Assemblée où l’ensemble de la nation serait représentée », se contentant de diètes provinciales (et parmi elles la diète rhénane dont Marx suivra en 1842 et 1843 les délibérations). « Pour les autres États allemands, elle incarne de ce fait à nouveau le despotisme monarchique, au moment même où elle pouvait les attirer par les réformes qu’elle avait élaborées. »7 Alors que le sentiment d’un retard politique afflige ceux qui se réclament de mouvements démocratiques, le sentiment de supériorité en termes de puissance galvanise les milieux traditionalistes qui estiment que la Prusse a pour mission historique de diriger l’Allemagne. Au moment où Bakounine rédige son article à Dresde (donc dans une ville qui appartient au royaume de Saxe), ces questions agitent précisément les milieux conservateurs prussiens autour de la parution à Berlin du livre de von Bülow-Cummerow, Preußen, seine Verfassung, seine Verwaltung, sein Verhältnis zu Deutschland8 (La Prusse, sa Constitution, son administration, sa relation avec l’Allemagne). Cet ouvrage insiste sur le statut de grande puissance de la Prusse (qui la destine à jouer le rôle de guide pour l’Allemagne) tout en niant la nécessité d’une réforme politique : par sa nature dynastique, qui est censée concentrer l’énergie de la nation dans une seule lignée, le régime prussien est censé combiner idéalement la concentration du pouvoir et une dose suffisante de liberté pour permettre le bonheur du peuple.

  • 9  C’est à ces articles que se réfère Bakounine dans la lettre du 19 janvier 1843 à Ruge traduite en (...)

7Les premières déceptions de ceux qui attendaient une libéralisation du régime avec l’arrivée sur le trône de Frédéric-Guillaume IV proviennent des entraves posées par le gouvernement prussien à la liberté de la presse et de l’enseignement. La question de la liberté de la presse, qui fournit à Marx l’occasion d’une série d’articles dans la Gazette Rhénane en mai 1842, mobilise la partie radicale de la bourgeoisie suite à la publication en décembre 1841 de l’ordonnance de Frédéric-Guillaume IV relative à l’application de la censure9. Cette ordonnance, arguant que la presse politique faisait un mauvais usage de la liberté qui lui était accordée (comprenons simplement qu’elle en faisait usage), proscrivait notamment la désignation nominale des députés lors des comptes rendus des débats à la diète provinciale. Dans les régions qui ont été sensibles à l’influence française (ce qui est le cas de la Rhénanie), cette mesure contribue à radicaliser cette partie de l’opinion qui était attachée à l’établissement de régimes constitutionnels, et à faire basculer certains de ses membres dans le camp démocrate.

  • 10  « La Réaction en Allemagne » (p. 128) nie cependant que les tenants du principe démocratique « ne (...)

8Pour les milieux philosophiques, une série de mesures spécifiques va précipiter ce mouvement de radicalisation. Au moment où Bakounine écrit « La Réaction en Allemagne », deux événements préoc­cupent le milieu philosophique berlinois. Le premier, c’est le renvoi de Bruno Bauer le 22 mars 1842 de la Faculté de théologie de l’université de Bonn. De nombreux jeunes hégéliens, comprenant que les portes de l’enseignement philosophique leur seront fermées pour des raisons d’opinion, sont précipités dans un mouvement de radicalisation politique (c’est notamment le cas du jeune Marx)10. Le deuxième c’est le retour de Schelling à Berlin à la fin de l’année 1841.

La philosophie positive de Schelling

9Retiré en Bavière, Schelling a en effet été rappelé en 1840 par le roi lui-même pour contrecarrer l’influence de la philosophie hégélienne à l’université. Le ministre Bunsen écrit ainsi à Schelling le 1er août 1840 :

  • 11  Cité par Xavier Tilliette, Schelling, une philosophie en devenir, t. 2, La dernière philosophie, 1 (...)

Le roi ressent encore plus profondément et fortement que lorsqu’il était prince héritier, le malheur où l’arrêt et l’enlisement de toute vie réelle dans l’État et l’Église, et l’arrogance et le formalisme de l’école du concept vide, ont précipité la chère patrie […] Il a considéré, pour me servir de ses propres paroles d’une lettre d’il y a peu de mois, « la semence du dragon du panthéisme hégélien, de la plate érudition, et de la dissolution légale de la discipline domestique, dont la récolte écherra nécessairement en ces jours ». […] Il vous désire à son université comme l’instituteur du temps, parce qu’il sait que toute une génération […] attend ce maître pour surgir avec force. Il ne vous convoque pas à un poste […] mais il vous invite, il vous exhorte à accepter le poste que Dieu vous a donné en votre temps pour votre grande patrie.11

  • 12  Attitude dont Bakounine est une bonne illustration, lui qui, le jour même où il acclame la leçon i (...)
  • 13  Karl Marx, « Lettre à Ludwig Feuerbach du 3 octobre 1843 », Philosophie, dans Œuvres, t. 3, p. 152 (...)

10Ce projet, auquel Schelling n’acquiesce qu’au bout d’un an, ne déclenche pas l’hostilité immédiate des étudiants car beaucoup sont sensibles à l’aura qui entoure la personne de l’ancien condisciple de Hegel. En outre, peu connaissent les développements de la philosophie positive de Schelling, puisque ce dernier n’a rien publié depuis 1809. Bakounine n’échappe pas à la règle, lui qu’on remarque au premier rang des admirateurs du « vieux Schelling » lors de la leçon inaugurale qu’il donne à l’université de Berlin le 15 novembre 1841. Cette attitude ambivalente12 vis-à-vis de Schelling survivra d’ailleurs à la campagne qui le vise à partir de 1842, comme le montre la distinction à laquelle procèdent la plupart des jeunes hégéliens à cette époque entre un jeune Schelling innocent, et un vieux Schelling instrument docile de la Réaction prussienne. Ainsi, Marx peut parler en octobre 1843 dans une lettre à Feuerbach de la « franche pensée de jeunesse de Schelling », qui est certes demeurée chez lui « un rêve fantasque de jeunesse » mais n’en contraste pas moins avec la philosophie du Schelling de la maturité, « philosophie prussienne sub specie philosophiae »13.

  • 14  Tels qu’ils sont résumés par Henri Arvon dans son article « Bakounine et la gauche hégélienne », B (...)

11Il faut plusieurs mois aux étudiants pour comprendre ce que signifie le rappel de Schelling par le gouvernement prussien – quelques mois qui correspondent à l’éveil de la conscience politique du jeune Bakounine. Symptôme de ce retournement progressif d’opinion, la campagne qui vise l’enseignement de Schelling à partir de 1842 tend à se présenter comme une défense et illustration de la validité de la philosophie hégélienne contre la philosophie positive de Schelling. L’article de Bakounine, en ce qu’il fait de cette philosophie l’une des facettes de la Réaction proprement dite qui sévit en Allemagne, s’inscrit partiellement dans cette campagne. Toutefois, ce n’est pas dans ce texte qu’il faut en chercher le fer de lance, mais bien davantage dans les trois textes publiés sous un pseudonyme par le jeune Engels (regroupés ensuite par les éditeurs allemands sous le titre commun d’Anti-Schelling). Bakounine a-t-il pris connaissance de ces brochures et celles-ci ont-elles joué un rôle dans la composition de « La Réaction en Allemagne » ? Cette hypothèse, lancée en son temps par l’éditeur des œuvres complètes de Marx et Engels, Riazanov, a depuis été sévèrement battue en brèche. Rappelons les points essentiels de cette polémique14 : pour Riazanov,

Bakounine a fait son tournant décisif sous l’influence de la campagne contre Schelling. […] Seule la méconnaissance de ces rapports historiques a permis de surestimer le degré d’originalité et le caractère révolutionnaire de l’article de Bakounine [qui] était un écho de pensées qui lui étaient étrangères.

  • 15Marx / Engels Gesamtausgabe, section 1, vol. II, p. 173-180, p. 181-227 et p. 229-249.
  • 16  Voir une lettre de Ruge à un ami en avril 1842, citée par Henri Arvon, p. 74 : « Je te recommande (...)
  • 17  Cette confrontation entre les contenus des textes de Bakounine et d’Engels n’a pas été tentée par (...)

12Rien n’assure cependant que Bakounine ait pris connaissance des brochures d’Engels, ni surtout que la polémique contre Schelling soit au cœur de son texte. Des trois textes d’Engels contre Schelling (l’article « Schelling über Hegel », les deux brochures Schelling und die Offenbarung et Schelling, der Philosoph in Christo15), c’est essentiellement du second (que Ruge attribua d’ailleurs à Bakounine16) que se rapproche le plus l’article des Annales allemandes. Le texte d’Engels désigne les partisans du système de Schelling comme les « positifs » (die Positiven), raille l’idée d’une victoire de la philosophie positive sur celle de Hegel et confirme cette dernière dans sa prééminence sur l’histoire de la philosophie. Toutefois, l’argumentation d’Engels contre l’enseignement de Schelling diffère nettement de celle du jeune Russe : il s’agit en effet de protester contre l’impuissance de la raison à laquelle aboutit selon lui la philosophie de Schelling, philosophie qui n’est réactionnaire qu’en tant qu’elle tend à revenir sur la révolution que constitue la propagation de la philosophie hégélienne. Ainsi s’explique le sous-titre de la brochure Schelling und die Offenbarung : Kritik des neuesten Reaktionversuchs gegen die freie Philosophie (Schelling et la révélation : critique de la dernière tentative de la Réaction contre la libre philosophie) ; la Réaction philosophique n’est pas un aspect de la Réaction politique car dans ce texte du jeune Engels, la seule Révolution est philosophique et a pour nom Hegel. Pour Bakounine en revanche, la philosophie de Schelling s’inscrit dans un vaste mouvement de Réaction à l’échelle européenne suite au reflux de la Révolution française17.

  • 18  Pour Henri Arvon, la critique de la philosophie positive de Schelling constitue « le fil rouge » d (...)
  • 19  Karl Marx, « Lettre à Ludwig Feuerbach du 3 octobre 1843 », article cité, p. 1519-1520.
  • 20  Dans leur présentation de l’Introduction à l’esquisse d’un système de philosophie de la nature, te (...)
  • 21  Voir la désignation de Schelling comme « Judas Iscariote de la philosophie » par Feuerbach dans un (...)
  • 22Ibid., respectivement p. 13 et 14. Cette citation est extraite du texte de 1807, Über das Verhältn (...)
  • 23  Rétrospectivement, cet emploi du mot « anarchie » peut faire sourire le lecteur (mais visiblement (...)

13On peut alors comprendre pourquoi, contrairement à ce que soutient Henri Arvon, la polémique contre Schelling n’est pas à proprement parler au cœur du texte de Bakounine18. On a vu que Marx pouvait (comme d’autres à son époque parmi les hégéliens de gauche) distinguer entre un jeune Schelling, « l’homme qui a substitué à l’idéalisme transcendantal le réalisme raisonnable, à la pensée abstraite la pensée de chair et de sang, à la philosophie professionnelle la philosophie du monde », et un Schelling de la maturité qu’il suffit d’attaquer pour « attaquer indirectement toute notre politique et plus particulièrement la politique prussienne »19. Comme la plupart des jeunes hégéliens, Bakounine distingue un jeune et un vieux Schelling20. C’est le jeune qui fait partie des plus grands représentants de la philosophie moderne, celui qui a contribué à dépasser les oppositions abstraites, mais c’est celui de la maturité qui a, non pas vaincu, mais trahi21 la philosophie moderne et surtout celui qui est attaqué dans le texte derrière l’expression de « philosophie positive » comme l’un des représentants de la Réaction en Allemagne. Mentionné à trois reprises, Schelling n’est cité qu’une fois (« faute d’un grand enthousiasme universel, il n’y a que des sectes et pas d’opinion publique »), qui plus est dans un texte de 1807 où transpire encore l’intérêt de Schelling pour la philosophie de la nature22. Plus que le texte dont cette citation est extraite, c’est l’usage qu’en fait Bakounine qui importe ici. Les réactionnaires modérés que le texte prend pour cible pourraient être tentés d’aller chercher dans l’Église réformée le « principe universellement pratique » qui seul peut satisfaire les aspirations les plus profondes de l’humanité ; mais ce serait inutile car le monde protestant est divisé, et Schelling sert alors à montrer que l’universel ne peut naître de « l’anarchie la plus effroyable »23.

  • 24  L’idée d’une inspiration schellingienne à la source des critiques que les jeunes hégéliens adresse (...)

14Cela ne suffit pas à faire de Bakounine un schellingien, ni même un auteur dont la pensée serait déterminée par l’opposition à Schelling. En le rangeant parmi les réactionnaires fanatiques (par différence avec les « médiateurs », expression qui renvoie aux vieux hégéliens), Bakounine nous dit en même temps que Schelling ne peut pas constituer un interlocuteur valable, parce qu’il ne se situe pas dans le champ de la rationalité philosophique. Par ailleurs, il est difficile de savoir ce que les jeunes hégéliens connaissaient de la philosophie positive de Schelling, puisque celle-ci ne leur était accessible qu’à travers l’enseignement oral du maître, dispensé à Berlin à partir de l’automne 1841. Dans l’idée, défendue par Bakounine, d’une irréductibilité de la pratique à la théorie, il est possible toutefois de déceler la trace paradoxale de cet enseignement oral qui affirmait que l’être, en tant qu’il devait être pensé comme l’effet d’un acte pratique, ne pouvait être réduit à des déterminations spéculatives24.

Les réactionnaires par défaut

  • 25  Pour toutes les citations de cet alinéa, voir « La Réaction en Allemagne », p. 111 à 114.

15Toute la première partie de « La Réaction en Allemagne » peut être lue comme un choix des adversaires, en tant qu’elle distingue différentes composantes au sein de la manifestation allemande de la Réaction avant de se fixer sur une en particulier. Sont d’abord écartés ceux qui n’en font partie que par défaut. Parmi eux, on trouve d’abord « des gens très haut placés, âgés et expérimentés » qui ont été « eux-mêmes dilettantes de la liberté politique dans leur jeunesse » mais qui, l’âge venant, « cherchent […] à dissimuler leur décrépitude physique et spirituelle sous le rideau du mot dont on a si souvent abusé d’“expérience” ». L’évocation de ces « dilettantes de la liberté politique » annonce l’un des thèmes majeurs de « La Réaction en Allemagne », à savoir la nécessité d’être religieux en politique (« jamais la liberté ne fut pour eux une religion » ajoute-t-il), d’être, comme Bakounine l’affirme plus loin, « pénétré par son principe », occasion aussi d’évoquer une idée qui est chère à Bakounine depuis la période russe, à savoir que « le plus grand bonheur » ne s’obtient qu’au prix « des contradictions les plus monstrueuses ». L’évolution décisive qu’apporte sur ce dernier point l’article de 1842, c’est la prise en compte de cette « réalité dans laquelle [le parti démocratique] doit vivre, souffrir, et à la fin vaincre »25. Cela revient en effet à considérer le réel comme fondamentalement contradictoire.

16La seconde catégorie d’adversaires par défaut du principe de la liberté est constituée de jeunes gens qui partagent avec les précédents « le même défaut de toute conviction » et appartiennent à la bourgeoisie, à la classe des fonctionnaires et à l’aristocratie. De cette dernière, Bakounine affirme que, « par son essence, [elle] est depuis longtemps politiquement morte en Allemagne ». Mêlant étroitement un lexique sociopolitique et le vocabulaire de la vie, Bakounine affirme à leur propos qu’ils sont « dès l’origine des hommes inanimés et morts » qui « n’ont pas la moindre idée de la vie », de cette vie de l’Esprit dont le développement libre définit l’histoire. Être « mort politiquement », c’est demeurer étranger à l’histoire réelle. À cet endroit, Bakounine semble distinguer entre l’aristocratie, « politiquement morte » en vertu de son essence même, et les autres classes dominantes (celles des commerçants, des bourgeois et des fonctionnaires) qui produisent de jeunes « natures incolores et fantomatiques », mais pas en vertu de leur essence. Ce qui peut être un trait accidentel s’agissant de ces dernières classes sociales est en revanche un caractère essentiel s’agissant de l’aristocratie. En distinguant ainsi quelques catégories sociales se refusant par essence ou par accident à la liberté, Bakounine en réserve implicitement d’autres chez qui la liberté est censée pouvoir se développer : une fois écartés l’aristocratie, les commerçants, la bourgeoisie et les fonctionnaires, restent en effet les artisans, les ouvriers et les paysans, en un mot le peuple dont il sera question à la fin du texte.

  • 26  Rudolf von Thaden, La Prusse en question, histoire d’un État perdu, p. 44-47.
  • 27  Michel Bakounine, Œuvres complètes, vol. VIII, p. 69-71. Contrairement aux analyses produites par (...)
  • 28  Pour toutes les citations de cet alinéa, voir « La Réaction en Allemagne », p. 112. Le jeune arist (...)

17Au demeurant, ce diagnostic est contestable s’agissant de la Prusse, où c’est bien plutôt la bourgeoisie qui est « depuis longtemps politiquement morte » alors que l’aristocratie, qui est l’un des piliers de l’État, s’appuyant sur ses propriétés agricoles et sa place dans l’armée, ne cédera guère de terrain avant la fin du siècle26. Dans la dernière période de sa vie, Bakounine insistera d’ailleurs sur ce point et sur l’inféodation de la bourgeoisie à l’aristocratie et à l’État (une place de fonctionnaire étant souvent la seule manière pour un bourgeois d’exercer un rôle politique), cherchant à expliquer par ce manque de dynamisme le retard politique de l’Allemagne sur le reste du continent27. Dans « La Réaction en Allemagne », cette mort politique est directement rapportée au fait de demeurer étranger à l’histoire : la vie sociale de ces catégories les conduit naturellement à rester enfermées dans le présent ; n’était leur instruction, « ils croiraient vraisemblablement qu’il n’en a jamais été autrement dans le monde que maintenant ». Cette obsession du présent, Bakounine l’attribue immédiatement aux intérêts matériels qui captivent les représentants de ces classes sociales, « tout enveloppés dans leurs petits intérêts de vanité et d’argent »28, une critique qui sent encore davantage son aristocrate russe que son socialiste révolutionnaire. Dans la mesure où l’histoire va se trouver chargée du double caractère de la liberté et de la nécessité, ceux qui ne sont pas à la hauteur de la liberté se retrouvent en même temps rejetés dans le contingent et l’ineffectif : « d’eux, nous n’avons rien à redouter, parce que seul ce qui est vivant peut agir [wirken]. »

L’École historique du droit

18Bakounine ne peut en dire autant des purs réactionnaires, qui forment le camp du positif. Ce n’est qu’en arrivant à cette « troisième catégorie d’adversaires du principe de la Révolution » que Bakounine aborde la Réaction proprement dite, constituée en « parti réactionnaire. » Ce parti nous fait entrer dans l’histoire contemporaine : il « a émergé peu après la Restauration dans toute l’Europe », il est le produit d’une phase historique, celle du reflux de la Révolution en Europe après le triomphe de la coalition européenne contre Napoléon Ier. Ce parti réactionnaire se répartit de la manière suivante : il « est appelé conservatisme en politique, École historique dans la science du droit et philosophie positive dans la science spéculative ».

  • 29  L’Histoire du droit romain (publiée à Göttingen en 1789) de Gustav Hugo (1764-1844) « se perd dans (...)
  • 30  Friedrich Karl von Savigny (1779-1861) est l’auteur de divers traités de droit romain et surtout d (...)

19L’École historique du droit peut à juste titre être qualifiée de réactionnaire dans la mesure où elle s’est constituée en réaction aux tentatives des Lumières (perçues comme révolutionnaires) pour fonder le droit sur des bases rationnelles, ce à quoi les théoriciens de cette école opposent une recherche des sources historiques du droit qui vise non pas à porter le soupçon sur les droits existants mais à les légitimer ou à les refonder sur la tradition. L’École historique du droit a pour principaux représentants Gustav Hugo (sévèrement attaqué par Hegel29), Friedrich Karl von Savigny (qui vient d’être nommé par le roi de Prusse, qui est chargé de la révision du Code et qui eut Marx pour élève) et Friedrich Julius Stahl (qui vient d’être appelé à Berlin pour y enseigner le droit public)30. De ces trois figures, c’est sans doute celle de Stahl qui incarne le mieux ce que Bakounine combat dans « La Réaction en Allemagne ».

  • 31  Citations extraites d’Henri Kinrath, Résumé de la Philosophie du droit d’après le point de vue his (...)

20Si les écrits de Hugo et de Savigny se rattachent à une démarche qui est de l’ordre de l’enquête historique (recueillir les traces d’un droit germanique ancestral pour proposer une alternative au Code civil napoléonien), ceux de Friedrich Julius Stahl prétendent doter l’École historique du droit d’une base philosophique plus solide. Le grand ouvrage de Stahl, Die philosophie des Rechts nach geschichtlicher Ansicht, part de quelques idées simples et suggestives : l’orgueil et l’égoïsme de la liberté sont à la source des orages révolutionnaires qui ont traversé le ciel européen depuis 1789 ; tout système philosophique repose sur un principe qui n’est pas fondé en raison mais satisfait l’un des penchants de la nature humaine, penchants qu’il est possible de concilier entre eux, faute de pouvoir concilier les principes qui en découlent ; le droit naturel est le produit d’une raison orgueilleuse qui ne s’est pas satisfaite d’une cause de l’éthique qui soit indépendante de la raison. Sur cette base, Stahl conduit une critique du droit naturel, qualifié de négatif parce que la vertu qu’il propose se réduit à ne pas violer la loi. On peut y voir une illustration de la manière dont ceux que Bakounine qualifiera de positivistes conséquents perçoivent la négativité propre au parti démocratique. À cette vertu négative, qui se fonde sur une conception elle-même négative de la liberté, Stahl oppose ces vertus positives que sont la charité et la foi, fondées sur une liberté donnée par Dieu aux hommes, faculté positive, riche, variée dans ses formes et indéfinie dans ses progrès. Le rationalisme ne parvenant selon lui à l’égalité absolue qu’en se fondant sur une conception mutilante de la liberté humaine, Stahl souligne au contraire que l’égalité finale des hommes est dans la destination commune que Dieu leur a donnée. Il est ainsi possible de justifier « l’inégalité temporaire » au nom de l’imperfection actuelle des hommes. Toute cette critique du rationalisme moderne constitue une vigoureuse protestation contre le « nivellement des sommités » et contre l’ébranlement des bases de la société par des crimes qui sont autorisés sous prétexte qu’ils ne portent atteinte à aucun droit individuel. À la souveraineté du peuple, Stahl oppose enfin « la souveraineté de la nation en corps »31.

  • 32  « La Réaction en Allemagne », p. 128.

21Le texte de Bakounine porte les traces de théories de ce genre. Le monde de la Réaction y est ainsi désigné comme un « monde où ce ne sont pas la raison et les déterminations rationnelles de la volonté, mais la longue subsistance et l’immobilité qui sont l’aune de ce qui est vrai et saint »32, allusion aux efforts de l’École historique du droit pour chercher dans l’histoire allemande et la coutume de quoi reconstruire un droit fondamentalement différent du Code civil napoléonien. De même lorsque Bakounine évoque ces réactionnaires fanatiques qui « ne voient dans le principe de la liberté qu’une abstraction froide et sobre, […] une abstraction qui exclurait hors d’elle tout ce qui est vivant, tout ce qui est beau et saint », on reconnaît aisément les attaques d’un Stahl contre une conception exclusivement négative de la liberté.

  • 33  Quoi qu’en dise par ailleurs Xavier Tilliette qui y voit une « réponse définitive » (Schelling, un (...)

22En évoquant en ces termes les théories du droit naturel, l’École historique du droit se rattache à la philosophie positive de Schelling. À la fin du premier tome de son ouvrage, Stahl se réclame expressément de Schelling et de l’inflexion que celui-ci a donnée à sa philosophie à partir des cours professés à Munich pendant le semestre d’hiver 1827-1828. Tout en lui reprochant un reste de rationalisme qui l’empêche de renoncer à poser un principe abstrait à la source du développement progressif des sociétés (un Dieu personnel et à la volonté libre serait préférable), Stahl le loue pour avoir facilité la transition vers le point de vue historique, où l’homme ne cherche plus sa loi en lui mais au-dessus de lui, et de lui reprendre l’idée d’intuition intellectuelle qu’il interprète en termes chrétiens. L’intuition intellectuelle, qui n’a pas l’évidence mathématique mais la certitude de la foi, est pour Stahl une faculté de l’esprit par laquelle il perçoit l’acte d’un Dieu personnel dont l’univers est issu33. Dans Stahl se rencontrent ainsi les deux facettes culturelles de la Réaction, l’École historique du droit et la philosophie positive.

« Conséquents » et « médiateurs »

23Par-delà ce panorama social, culturel et historique de la Réaction, l’article de Bakounine a pour moteur la distinction entre purs réactionnaires et conciliateurs. C’est autour de cette distinction que Bakounine élabore sa logique du conflit, qui découle d’un déplacement d’analyses hégéliennes :

  • 34  « La Réaction en Allemagne », p. 116.

Le parti réactionnaire se divise à présent à l’intérieur de lui-même en deux parties principales : en celle des réactionnaires purs, conséquents, et en celle des réactionnaires inconséquents, médiateurs.34

  • 35  Cette fois, Bakounine donne une référence pour cette citation : « p. 154 ».
  • 36  Dans sa Théologie politique, Carl Schmitt analysera les propositions cardinales sur lesquelles con (...)
  • 37  Marx, Critique du droit politique hégélien, p. 200.

24Cette division commande la deuxième partie du texte et le rejet d’un tiers terme venant médiatiser de l’extérieur les termes d’une opposition pratique. Elle commande aussi le verdict paradoxal qui est prononcé sur la composante fanatique de la Réaction. Ses représentants portent un regard correct sur l’opposition, ils « saisissent l’opposition dans sa pureté ». En cela, « ils sont droits, honnêtes, ils veulent être des hommes entiers »(p. 117). C’est à ce titre que la figure du Pentarque fait son apparition dans le texte : « la propagande révolutionnaire, dit le Pentarque, est, selon son essence la plus profonde, la négation de la situation existante de l’État ; car selon sa nature la plus intime, elle n’a pas d’autre programme que la destruction de ce qui existe. » (p. 116)35. Dans la mesure où les « positivistes » fanatiques ont compris l’impossibilité de médiatiser d’une manière externe les termes de l’opposition, il est possible de s’appuyer sur leurs déclarations pour combattre les velléités de conciliation qui caractérisent les entreprises des médiateurs36. Mais la symétrie entre les deux extrêmes est nécessairement limitée : si les réactionnaires fanatiques saisissent bien l’opposition dans sa pureté, ils ne peuvent cependant en concevoir correctement les termes car ils n’ont pas l’intelligence (die Einsicht) qui « n’appartient qu’au négatif » (p. 116). Pour le dire dans des termes qui seront ceux de Marx au début de l’année 1844, les réactionnaires fanatiques sont des ennemis à anéantir, et non des interlocuteurs à réfuter37.

  • 38  À vrai dire, le discernement n’est pas le caractère discriminant de l’entendement mais de la consc (...)

25Mais en tant qu’il se situe à la porte de sortie de la philosophie et s’en­combre encore pour cette raison de réfutations, l’article de Bakounine ne peut considérer les réactionnaires fanatiques comme ses adversaires privilégiés : la détermination des adversaires, terme de l’itinéraire du jeune Bakounine et fil conducteur du début de « La Réaction en Allemagne », est encore un choix des interlocuteurs. Avec les personnes « expérimentées » qui entraient dans la première catégorie de ceux qui ne croient pas à la liberté, « cela ne [valait] pas la peine de parler » ; de même, chercher à fréquenter les jeunes gens déjà vieux évoqués au deuxième alinéa, c’était « perdre [son] temps ». Avec les réactionnaires fanatiques, « on ne discourt pas beaucoup […] parce qu’ils ne veulent jamais entrer dans une conversation raisonnable ». Pour pouvoir se maintenir dans « la pure positivité », ces réactionnaires sont contraints de s’abstraire de leur propre raison et « invectivent là où ils devraient parler ». Cette impossibilité de faire s’entretenir les deux termes de l’opposition est caractéristique pour Bakounine d’une période où l’opposition s’est considérablement aiguisée et où « le poison dissolvant du négatif s’est répandu partout ». Dans une telle situation, la moindre tentative d’argumentation constitue une médiation et une sortie de la pure positivité vers la négativité. Les réactionnaires fanatiques doivent donc « avoir peur d’eux-mêmes, de la plus petite tentative de démontrer leurs convictions » (p. 117). Bakounine utilise pour qualifier le négatif ce qui, dans le chapitre 6 de la Phénoménologie de l’Esprit de Hegel s’oppose à la croyance : l’intelligence. Quant aux « positivistes aveugles », ils sont qualifiés par une détermination de la conscience (par différence avec une détermination de la conscience de soi ou avec une détermination rationnelle), elle aussi librement empruntée à la Phénoménologie de l’Esprit : le sentiment et son immédiateté38.

  • 39  « La Réaction en Allemagne », p. 120. Pour le statut de la réflexion dans le texte, voir infra le (...)

26L’intelligence est précisément ce qui permet à Bakounine, « partisan du négatif », de s’extraire du pur rapport de force dans lequel se résume l’opposition fondamentale entre Révolution et Réaction pour faire la genèse des positions réactionnaires. En se demandant comment on devient un réactionnaire conséquent, Bakounine est en effet amené à proposer une première défense du principe démocratique, attaqué par les conséquents comme « une abstraction froide et sobre ». Cette conception erronée détourne en effet les « positivistes » de leur élan spontané « vers une vie pleine et vivante » et les amène à se retourner vers le passé qui est antérieur à la naissance de l’opposition, c’est-à-dire vers un passé pré-historique, vers l’immobilité supposée accomplie du Moyen Âge. Mais ils ignorent que cette totalité passée, « en proie au processus mécanique et chimique de la réflexion »39, joue à présent le rôle du positif dans une nouvelle opposition. D’un côté il manque aux purs réactionnaires le discernement nécessaire pour comprendre que « par cela seul qu’ils sont positifs, ils portent en eux-mêmes le négatif », d’un autre côté dans l’immédiateté de leur sentiment, ils perçoivent très clairement le « manque de vie » qui en découle. Ainsi s’explique la rigueur dont font preuve les réactionnaires conséquents vis-à-vis du parti démocratique, adversaires « contre lesquels tous les moyens sont permis » (p. 117) : « leur effort vers la vie et vers la vérité […] s’est transformé en haine par […] impuissance à se satisfaire » (p. 120).

27En proposant ainsi une genèse des positions réactionnaires, pourvu qu’elles soient sincères et ne soient pas le fait de « tartufes », Bakounine souligne un premier avantage du parti démocratique sur le parti de la Réaction qui réside dans sa capacité à concevoir sa propre position et celle de son adversaire. Par là, le négatif indique qu’il existe en lui une potentialité englobante qu’il tient de son principe et qui le destine à vaincre, à faire triompher ce principe et donc à faire advenir une nouvelle totalité, un nouveau monde. C’est pourquoi Bakounine peut reconnaître la sincérité de ses adversaires les plus fanatiques. Les traits qu’ils attribuent à la totalité passée (au Moyen Âge) doivent à présent s’appliquer à la totalité à venir, celle du règne de la liberté. Bakounine prend acte des critiques que Stahl adressait à la liberté des rationalistes et cherche à montrer la positivité propre au principe de la Révolution contre « nombre de défenseurs sobres et arides de ce même principe » (p. 5). Il ne suffit donc pas d’exhiber la négativité qui est à l’œuvre dans le positif, afin de montrer que le monde ancien est en train de s’effondrer sur ses bases. Il faut aussi démontrer que le négatif est lui-même porteur d’une positivité, d’une nouvelle configuration du monde politique et social.

Notes

1  Cette période de l’histoire allemande et prussienne ayant été peu étudiée en France, on se référera aux ouvrages plus généraux de Joseph Rovan, Histoire de l’Allemagne des origines à nos jours et de Rudolf von Thaden, La Prusse en question, histoire d’un État perdu.

2  « La Réaction en Allemagne », p. 121.

3  Sentiment qu’exprimera par exemple début 1844 chez Marx l’« Introduction » de la Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel : « Même la négation, le refus de notre situation politique actuelle est déjà une poussiéreuse affaire rangée dans le débarras historique des peuples modernes. […] Si je nie la situation de l’Allemagne en 1843, je me trouve, d’après le calendrier français, à peine en 1789, et bien moins encore au cœur de la brûlante actualité. » (Marx, Critique du droit politique hégélien, p. 198-199).

4  « La Réaction en Allemagne », p. 131.

5  Joseph Rovan, Histoire de l’Allemagne des origines à nos jours, p. 494.

6  « La Réaction en Allemagne », p. 128.

7  Rudolf von Thaden, La Prusse en question, histoire d’un État perdu, p. 64.

8  Ernst Gottfried Georg von Bülow-Cummerow, Preußen, seine Verfassung, seine Verwaltung, sein Verhältnis zu Deutschland, Berlin, Veit, 1842, p. 8 et 12. Cet ouvrage est signalé par Rudlof von Thaden, La Prusse en question, histoire d’un état perdu, p. 65-66.

9  C’est à ces articles que se réfère Bakounine dans la lettre du 19 janvier 1843 à Ruge traduite en fin d’ouvrage.

10  « La Réaction en Allemagne » (p. 128) nie cependant que les tenants du principe démocratique « ne poussent tant de cris et ne font tant de bruit que parce qu’ils espèrent ainsi acquérir une certaine destination et une position agréable dans la société ».

11  Cité par Xavier Tilliette, Schelling, une philosophie en devenir, t. 2, La dernière philosophie, 1821-1854, Paris, Vrin, 1970, 3e partie, chap. 2, p. 234 (tout le chapitre porte sur cette période de l’enseignement de Schelling).

12  Attitude dont Bakounine est une bonne illustration, lui qui, le jour même où il acclame la leçon inaugurale de Schelling, déclare à sa sœur qu’il réserve son jugement sur la valeur de l’enseignement dispensé par le vieux maître (Lettre du 15 novembre 1841 à Varvara).

13  Karl Marx, « Lettre à Ludwig Feuerbach du 3 octobre 1843 », Philosophie, dans Œuvres, t. 3, p. 1520.

14  Tels qu’ils sont résumés par Henri Arvon dans son article « Bakounine et la gauche hégélienne », Bakounine, combats et débats, Jacques Catteau dir., p. 72-73.

15Marx / Engels Gesamtausgabe, section 1, vol. II, p. 173-180, p. 181-227 et p. 229-249.

16  Voir une lettre de Ruge à un ami en avril 1842, citée par Henri Arvon, p. 74 : « Je te recommande la lecture de la brochure [Schelling et la révélation] écrite par un Russe, Bakounine de nom, qui vit maintenant ici. Imagine-toi, cet aimable jeune homme dépasse tous les vieux imbéciles de Berlin. Mais je crois que Bakounine, que je connais et que j’aime beaucoup, ne voudrait pas être reconnu comme l’auteur de cette brochure, ne serait-ce qu’à cause de sa situation en Russie. »

17  Cette confrontation entre les contenus des textes de Bakounine et d’Engels n’a pas été tentée par les commentateurs de Bakounine, qui se contentent de refuser par principe l’hypothèse de Riazanov (« aberrante » pour Henri Arvon et « ridicule » pour Jean Barrué).

18  Pour Henri Arvon, la critique de la philosophie positive de Schelling constitue « le fil rouge » de l’article de Bakounine (« Bakounine et la gauche hégélienne », article cité, p. 75).

19  Karl Marx, « Lettre à Ludwig Feuerbach du 3 octobre 1843 », article cité, p. 1519-1520.

20  Dans leur présentation de l’Introduction à l’esquisse d’un système de philosophie de la nature, texte écrit par Schelling en 1799, Emmanuel Renault et Franck Fischbach ont cependant montré les lignes de continuité qu’il était possible de tracer entre les différentes périodes de l’activité philosophique de Schelling, continuité que Schelling s’est lui-même attaché rétrospectivement à montrer. Voir le texte de la présentation, p. 13-32.

21  Voir la désignation de Schelling comme « Judas Iscariote de la philosophie » par Feuerbach dans une lettre du 9 octobre 1841 à C. Kapp (citée par Xavier Tilliette dans Schelling, une philosophie en devenir, p. 236).

22Ibid., respectivement p. 13 et 14. Cette citation est extraite du texte de 1807, Über das Verhältniss der bildenden Künste zu der Natur (Sur la relation des arts plastiques à la nature), dans Friedrich Wilhelm Joseph Schellings sämtliche Werke, K.F.A. Schelling éd., Stuttgart-Ausburg, Cotta, 1856-1861, vol. 7, p. 327.

23  Rétrospectivement, cet emploi du mot « anarchie » peut faire sourire le lecteur (mais visiblement pas le premier traducteur de « La Réaction en Allemagne », Jean Barrué, qui a préféré traduire par « désordre »).

24  L’idée d’une inspiration schellingienne à la source des critiques que les jeunes hégéliens adressent aux vieux hégéliens a été suggérée par Jürgen Habermas dans Théorie et pratique, et reprise par Franck Fischbach dans L’être et l’acte. Enquête sur les fondements de l’ontologie moderne de l’agir.

25  Pour toutes les citations de cet alinéa, voir « La Réaction en Allemagne », p. 111 à 114.

26  Rudolf von Thaden, La Prusse en question, histoire d’un État perdu, p. 44-47.

27  Michel Bakounine, Œuvres complètes, vol. VIII, p. 69-71. Contrairement aux analyses produites par Engels dans La guerre des paysans, Bakounine maintient toutefois dans ses textes tardifs l’idée d’un manque complet de sens politique de l’aristocratie terrienne qui se transforme en servante de l’État bureaucratique. Pour une comparaison des thèses d’Engels et de Bakounine, voir René Berthier, Bakounine politique. Révolution et contre-révolution en Europe centrale, p. 9-19.

28  Pour toutes les citations de cet alinéa, voir « La Réaction en Allemagne », p. 112. Le jeune aristocrate russe qu’était Bakounine n’était certainement pas homme à se laisser « captiver » par ce genre de « soucis quotidiens », lui dont Arnold Ruge raconte qu’on s’aperçut, après son départ de Dresde, qu’il « avait fait un usage un peu trop abusif des grandeurs négatives ». Faisant écho au contenu de l’article de 1842, Ruge ajoute : « ce penchant pour le négatif sur un point aussi essentiel me détourna de lui. […] Cependant ma mauvaise humeur ne dura pas longtemps, et nous nous réconciliâmes à Paris […] mais en écartant expressément toute relation d’ordre économique. » Article cité par Arthur Lehning, Bakounine et les autres, p. 90.

29  L’Histoire du droit romain (publiée à Göttingen en 1789) de Gustav Hugo (1764-1844) « se perd dans l’inessentiel et l’apparence extérieure » (Hegel, La raison dans l’histoire, trad. Kostas Papaioannou, Paris, Union générale d’éditions, 1979, p. 38). Le § 3 des Principes de la philosophie du droit reproche longuement à Hugo d’avoir confondu déterminations d’entendement et déterminations rationnelles, ce qui éclaire ce qui précède.

30  Friedrich Karl von Savigny (1779-1861) est l’auteur de divers traités de droit romain et surtout de l’ouvrage Vom Beruf unserer Zeit für Gesetzgebung und Rechtswissenschaft (De la vocation de notre temps pour la législation et la jurisprudence), Heidelberg, 1814. Friedrich Julius Stahl (1802-1861) est l’auteur de Die Philosophie des Rechts nach geschichtlicher Ansicht (La philosophie du droit d’après le point de vue historique), Heidelberg, 1830-1837, 2 vol. 

31  Citations extraites d’Henri Kinrath, Résumé de la Philosophie du droit d’après le point de vue historique de Frédéric-Jules Stahl, Strasbourg, Levrault, 1837.

32  « La Réaction en Allemagne », p. 128.

33  Quoi qu’en dise par ailleurs Xavier Tilliette qui y voit une « réponse définitive » (Schelling, une philosophie en devenir, t. 2, p. 240), le refus de Schelling d’une utilisation par Stahl de sa philosophie manifeste simplement le décalage qui subsiste entre un discours philosophique et une prise de parti « proprement » politique. Tout en se rappelant le verdict de Marx sur les deux Schelling, on peut aussi, toutes choses égales par ailleurs, mentionner l’analyse par Pierre Bourdieu de l’écart qui subsiste entre les champs politique et philosophique (L’ontologie politique de Martin Heidegger, chap. 3 « Une “révolution conservatrice” en philosophie »).

34  « La Réaction en Allemagne », p. 116.

35  Cette fois, Bakounine donne une référence pour cette citation : « p. 154 ».

36  Dans sa Théologie politique, Carl Schmitt analysera les propositions cardinales sur lesquelles contre-révolution et anarchisme s’accordent – notamment l’idée que tout gouvernement est absolu. Il est possible, on le voit, de donner un prolongement à ce parallèle dans les attaques de Bakounine contre le parti du Juste Milieu.

37  Marx, Critique du droit politique hégélien, p. 200.

38  À vrai dire, le discernement n’est pas le caractère discriminant de l’entendement mais de la conscience tout entière puisque dès le moment de la certitude sensible apparaît la distinction entre le sujet et l’objet. Cela étant, l’entendement, moment avec lequel s’achève la partie sur la conscience, représente le maximum du discernement puisque le vrai y est pleinement conçu comme distinct du sujet connaissant ; voir Hegel, Phénoménologie de l’Esprit, p. 143 (« le vrai est pour la conscience quelque chose d’autre qu’elle-même »).

39  « La Réaction en Allemagne », p. 120. Pour le statut de la réflexion dans le texte, voir infra le paragraphe sur « le temps de la réflexion ».

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540