Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Bakounine jeune hégélien

 | 
Jean-Christophe Angaut

Voie française et voie allemande

Volltext

Un article français

  • 1  « Die Reaktion in Deutschland, Fragment von einem Franzose », Deutsche Jahrbücher für Wissenschaft (...)

1Rédigée au cours de l’été, « La Réaction en Allemagne » paraît dans les livraisons des 14 et 21 octobre 1842 des Annales allemandes pour la science et l’art d’Arnold Ruge et se présente d’emblée comme une contribution au débat entre voie allemande et voie française qui occupe l’opinion philosophique allemande depuis la fin du siècle précédent. Sous-titré « Fragment par un Français », l’article porte la signature de Jules Élysard1, procédé dont Alexandre Herzen lui-même sera dupe, et a été rédigé directement en allemand.

2Dans l’« Avant-propos » de 1838, l’Allemagne et sa philosophie avaient pour mission historique de soustraire la jeunesse russe à l’éducation française. Sur ce point, l’article de 1842 opère un double renversement. En premier lieu, ce n’est plus l’Allemagne qui est choisie comme nation de référence, mais la France : un Russe revêt un déguisement français pour exprimer en allemand un point de vue français (entendons : révolutionnaire) sur le combat entre Réaction et Révolution en Allemagne. En second lieu, le choix entre France et Allemagne change de signification : en 1838, conformément au propos éducatif des textes de Hegel qu’il s’agissait d’introduire, le public russe était censé choisir entre une éducation française, dénigrée pour son manque de substance spirituelle, et une éducation allemande, qui menait à une réconciliation entre la raison et l’effectivité. Dans l’article de 1842, la France et l’Allemagne incarnent en revanche deux voies vers la modernité politique et sociale : à l’Allemagne l’éducation théorique, suivant les options réformistes défendues plus ou moins ouvertement depuis Kant par ses principaux représentants, à la France une voie pratique et révolutionnaire. Pour Bakounine, la préférence accordée à cette dernière va signifier le dépassement d’une conception seulement individuelle et spirituelle de l’émancipation et le passage à la pratique politique. Se détournant des options qui furent passagèrement les siennes en Russie, Bakounine délaisse un occidentalisme de droite qui recommandait de prendre modèle sur l’Allemagne, pour retrouver une problématique qui est typique de la crise politique allemande : il s’agit de choisir entre la théorie allemande et la pratique française de l’émancipation.

  • 2  « La Réaction en Allemagne », p. 133.
  • 3  Lorenz von Stein, Der Sozialismus und Kommunismus des heutigen Frankreich, Leipzig, 1842.
  • 4Wilhelm Weitling, Garantien der Harmonie und Freiheit, Vivis, 1842.
  • 5  Michel Bakounine, Confession, p. 56. Il faut toutefois relever que la chronologie fournie par Bako (...)

3La fin de « La Réaction en Allemagne » multiplie les références à cette France révolutionnaire : les événements de 1830, bien qu’ils aient débouché sur la montée sur le trône de Louis-Philippe, ont rappelé à l’Europe entière le surgissement de « ces mots mystérieux et redoutables : Liberté, Égalité et Fraternité » que Napoléon, « en digne fils de la Révolution », a diffusés « d’une main victorieuse dans toute l’Europe »2. Quant à la conclusion de l’article, elle signale l’émergence en France et en Angleterre « d’associations à la fois socialistes et religieuses » (p. 14) ce qui amorce la découverte par Bakounine, dès lors qu’il aura lu l’ouvrage de Lorenz von Stein3 sur le socialisme français et Garantien der Harmonie und Freiheit4 (Garanties de la liberté et de l’harmonie) de Weitling, du « nouvel univers » qui s’ouvre devant lui et qu’évoquera la Confession5.

Bakounine et « la triarchie européenne »

  • 6  La meilleure analyse de cet aspect de l’œuvre de Moses Hess se trouve chez Eustache Kouvélakis, Ph (...)

4Topos de la littérature philosophique allemande depuis la fin du xviiisiècle, l’opposition entre les voies allemande et française vers la modernité politique connaît un regain d’actualité au sein d’une gauche hégélienne tentée par la radicalisation et donc par un certain retour vers la France. C’est cependant en marge des principaux groupes intellectuels constitutifs de la gauche hégélienne qu’est élaboré l’ouvrage emblématique de cette tendance. Berlin, Paris, Londres. La triarchie européenne (1841), qui analyse pour elle-même cette opposition entre la France et l’Allemagne6, est en effet l’œuvre d’un jeune juif allemand, critique par rapport à la gauche hégélienne à laquelle il reproche son penchant théoriciste. Les textes de Moses Hess et ceux, à peu près contemporains, de Bakounine (qu’il s’agisse de « La Réaction en Allemagne », de l’article « Le communisme », publié en juin 1843, ou de la « Lettre à Arnold Ruge » de mai 1843) méritent d’être mis en parallèle.

  • 7  August von Cieszkowski, Prolégomènes à l’historiosophie, Paris, Champ Libre, 1973.
  • 8  [K. E. von Goldmann], Die europäische Pentarchie, 1839.
  • 9  « La Réaction en Allemagne », p. 116 : « la propagande révolutionnaire, dit le Pentarque* [*p. 154 (...)

5Ici, le problème n’est pas celui d’une influence de Moses Hess sur Bakounine – outre que la problématique de l’influence est sujette à caution, on peut l’exclure en l’espèce puisque Bakounine n’a sans doute pas lu La triarchie européenne. Certes, un maillon pourrait les rattacher : dans l’élaboration de son schéma triarchique, Moses Hess a été influencé par les Prolégomènes à l’historiosophie7 du philosophe polonais et jeune hégélien von Cieszkowski ; or ce dernier a fait relire son ouvrage par Werder, professeur de Bakounine. Mais rien n’indique que Bakounine ait eu accès à l’ouvrage de Cieszkowski. Il importe plutôt de relever que Hess et Bakounine se rapportent à un contexte théorique et politique commun dans lequel les mêmes questions sont incessamment débattues. Ainsi, le titre de l’ouvrage de Hess est une réponse à celui d’un pamphlet publié en 1839 par un écrivain prorusse et réactionnaire8. L’auteur de Die europäische Pentarchie (La pentarchie européenne), qui mettait en valeur le rôle de la Russie dans le concert des nations européennes après le Traité de Vienne, avait tenu à garder l’anonymat et n’était connu que sous le sobriquet de Pentarque. C’est sous ce nom que « La Réaction en Allemagne » le cite9, signe d’une attention particulière de son auteur aux thématiques de son temps.

  • 10  Moses Hess, Berlin, Paris, Londres. La triarchie européenne, p. 178-179, cité par Eustache Kouvéla (...)
  • 11  Michel Bakounine, « Lettre à Arnold Ruge » ; cette lettre est citée en entier par Jean Barrué dans (...)

6Un second élément rapproche Hess et Bakounine : leur décalage par rapport à la réalité allemande, l’un parce qu’il est juif, l’autre parce qu’il est un émigré russe. Hess considère que les juifs sont appelés à jouer un « rôle d’aiguillons dans le corps de l’humanité occidentale »10 ; quant à Bakounine, dans sa lettre de mai 1843 à Arnold Ruge (qui sera publiée dans les éphémères Annales franco-allemandes de Marx), il lancera à son correspondant qui désespère de voir la Révolution triompher un jour en Allemagne : « je veux rompre vos chaînes à vous, Germains qui voulez devenir des Grecs, moi, le Scythe ! »11 Au statut des juifs, « ferment de l’humanité occidentale, appelés depuis le commencement à lui imprimer la caractéristique du mouvement » répondra ainsi celui d’un Oriental prêt à donner sa vie pour l’émancipation de l’Allemagne. En tant qu’Européen, en tant que Russe nourri à la culture française et converti à la culture germanique, Bakounine est à même de procéder aux allers et retours entre la France et l’Allemagne que semble alors exiger l’idée d’une révolution allemande.

7Les problématiques qui traversent à l’époque les écrits de Moses Hess et ceux de Bakounine confirment cette situation et nous font prendre la mesure de ce que permet un tel écart par rapport à la réalité allemande. Tous deux entendent en effet que l’Allemagne tire parti de l’expérience française. Hess affirme ainsi que la mission de la philosophie allemande, conduire à la vérité absolue, est remplie et qu’il s’agit à présent de réaliser cette vérité. Comme l’écrit à son propos Eustache Kouvélakis :

  • 12  Eustache Kouvélakis, Philosophie et révolution. De Kant à Marx, p. 184.

Une telle tâche oblige à dépasser l’unilatéralité de la gauche hégélienne, à combler le retard qui s’est creusé entre la philosophie et la « vie » […]. Il s’agit de dépasser le principe de la seule liberté de l’esprit, de se mettre à l’école de la France et de mener un combat réel12.

8Moses Hess ajoute toutefois à ce retour vers la France la découverte du social, dont l’Angleterre est pour lui la représentante. Dans le schéma triarchique, Allemagne, France et Angleterre représentent trois types distincts de révolution, trois principes historiques. L’Angleterre est un pays pratique, où s’opposent ploutocratie et paupérisme et qui impose de ce fait la prise en compte de la question sociale. La France, où s’opposent spiritualisme et matérialisme, apparaît comme le pays de la lutte morale et politique. Quant à l’Allemagne, elle est le théâtre d’une opposition entre l’État et l’Église et la révolution qui s’y est déroulée (et qui est vouée à y faire retour sous une nouvelle forme) a nécessairement été une révolution spirituelle. Moses Hess se range parmi ceux qu’il nomme les « Allemands anglais », qui ont en vue le social et non simplement la défense des principes de 1789 ; pour cette raison, sa démarche peut paraître plus avancée que celle d’un Bakounine qui ne cesse, dans son article pour les Annales allemandes, de s’appuyer sur les idées très françaises de liberté, d’égalité et de fraternité, regroupées en un principe démocratique qui est conçu comme le fondement du monde de l’avenir. La mention de Die europäische Pentarchie (La pentarchie européenne) dans « La Réaction en Allemagne », ainsi que les menaces de révolution qui sont adressées à la Russie dans la fin de l’article permettent de saisir la singularité de la démarche de Bakounine. Il ne s’agit pas tant d’opposer à un schéma pentarchique un schéma triarchique que d’opposer au principe qui fonde le premier un principe radicalement distinct, celui de la démocratie, pensé jusqu’à ses extrêmes conséquences, notamment sociales. Il n’y a donc pas une pluralité de principes, dont les nations européennes seraient les représentantes, mais un seul principe, dont un pays en particulier, la France, constitue en quelque sorte le champion. La Russie elle-même n’est pas considérée comme porteuse d’un principe d’avenir – ce qui sera le cas en revanche des Slaves quelques années plus tard sous la plume de Bakounine.

9De son côté, en soulignant l’avance de l’Angleterre, Hess n’abandonne pas l’Allemagne, bien au contraire : après la révolution anglaise, qui sera une révolution sociale, la tourmente doit revenir à sa source, à l’est du Rhin, car c’est l’Allemagne qui a donné le coup d’envoi de toutes les révolutions européennes en lançant le mouvement sur le terrain spirituel. Que la Révolution revienne en Allemagne, c’est alors chose naturelle. Mais la traduction politique montre les limites du surcroît de radicalité qu’on est d’abord tenté d’accorder à Hess. Comme le remarque Eustache Kouvélakis, « dépasser l’unilatéralité du point de vue jeune hégélien ne signifie donc pas quitter le terrain de “l’esprit” mais ouvrir celui-ci à de nouvelles déterminations » (p. 185), ce qui signifie concrètement qu’il n’est pas question de révolution pour l’Allemagne, car l’éducation spirituelle en tient lieu. En revenant en Allemagne, la tourmente révolutionnaire s’apaise. Rien d’étonnant si Moses Hess se contente alors d’en appeler à l’État prussien pour qu’il résiste à l’influence catholique : la sacralisation du lien social s’accompagne d’une sanctification de l’État et la réalisation de la philosophie reste philosophique.

  • 13  Moses Hess, « Philosophie de l’action », dans Gérard Bensussan, Moses Hess, la philosophie, le soc (...)
  • 14  « La Réaction en Allemagne », respectivement p. 115 et p. 111.

10On peut mener la même analyse à propos des textes, à peu près contemporains de « La Réaction en Allemagne » et du raidissement de la politique prussienne, dans lesquels Hess semble réellement radicaliser ses positions, notamment « Socialisme et communisme » et « Philosophie de l’action ». Pour Hess, le combat qu’il mène doit aboutir à « quelque chose de radicalement neuf, qui n’a encore jamais existé. Aussi devons-nous commencer par le développer. Liberté et égalité sont de nobles mots. Pour eux, nous nous sommes battus et sacrifiés, pour eux, nous voulons renaître et prendre parti »13. Les deux thèmes de la régénération et du sacrifice sont repris par Bakounine qui annonce dans son article de 1842 la victoire du « principe démocratique » comme l’éclosion d’un « monde jeune et magnifique dans lequel toutes les dissonances actuelles se dissoudront dans une unité harmonique » et insiste sur le fait que la liberté « ne présente les plus grandes jouissances et le bonheur le plus profond que par la voie des contradictions les plus monstrueuses, des peines les plus amères et d’un renoncement à soi complet, inconditionné »14. Mais chez Hess, cette phraséologie révolutionnaire n’a pas d’autre aboutissement que philosophique : ce qui est visé, c’est une certaine recherche de l’unité, propre au socialisme utopique des années 1840 et à la philosophie feuerbachienne, et dans la transformation recherchée, le rôle moteur reste dévolu à une instance spirituelle. La nouvelle philosophie proposée par Hess, philosophie de l’action ou philosophie sociale, est à peu de choses près celle de l’ensemble du mouvement socialiste d’alors.

  • 15  « Lettre à Ruge, mai 1843 », p. 144.
  • 16  Kantienne au sens où Kant distingue les bornes et les limites dans la conclusion (§ 57) des Prolég (...)
  • 17  Eustache Kouvélakis, Philosophie et révolution. De Kant à Marx, p. 222 note.

11Une confrontation entre des textes contemporains de Bakounine et de Hess permet de vérifier la pertinence de la question d’une sortie de la philosophie pour aborder les problématiques des années 1842-1843 en Allemagne. S’il est vrai, comme l’affirme Eustache Kouvélakis, que « la problématique de la réalisation de la philosophie ou de la religion […] ne signifie pas sortie hors de la philosophie ou de la religion mais “philosophisation” ou “sacralisation” de la totalité de la vie sociale », il faut se demander dans quelle mesure on peut prendre au sérieux la sortie de Bakounine vers le monde de la pratique et en quoi son attachement à une « religion de la liberté » permet de le rapprocher ou de le dissocier des options choisies par Hess ou par Feuerbach. Pour l’heure, il apparaît que les deux questions connexes du choix de la voie à suivre ou à frayer (allemande ou française) et d’une sortie de la philosophie reçoivent dans les textes du jeune Bakounine un traitement particulier, comme en témoigne d’une part son choix sans ambiguïté de la voie française (quelques mois plus tard, il déclarera qu’ils « sont encore maintenant nos maîtres » et que « d’un point de vue politique ils ont une avance de plusieurs siècles »15) et sa délimitation plus kantienne ou schellingienne16 qu’hégélienne du champ de la philosophie. Cette originalité de la position bakouninienne m’amènera à mesurer la portée du critère distinctif adopté par Eustache Kouvélakis à la fin de la partie de son travail consacrée à Moses Hess, à savoir que si le « rapport à la pratique est toujours déjà théorique, […] la rupture théorique (avec Feuerbach, la philosophie, la voie allemande, etc.) est conditionnée non pas par le contact avec une essence prolétarienne mythifiée mais par une rupture politique qui équivaut au passage à une position révolutionnaire »17.

Anmerkungen

1  « Die Reaktion in Deutschland, Fragment von einem Franzose », Deutsche Jahrbücher für Wissenschaft und Kunst, no 247-251, 14 et 21 octobre 1842. Toutes les citations de ce texte renvoient à la traduction figurant en annexe. La précédente traduction française que Jean Barrué a publiée dans L’anarchisme aujourd’hui, p. 84-104 (identique à la traduction établie par l’International Instituut voor Sociale Geschiedenis, IISG) ne rend pas suffisamment compte des références philosophiques dont le texte est saturé. Sur les circonstances qui entourèrent la publication de cet article, voir le témoignage apporté après la mort de Bakounine par Arnold Ruge dans la Neue freie Presse de Vienne le 28 septembre 1876 (cité par Arthur Lehning, Bakounine et les autres, p. 89). Bakounine utilisera la signature « Elyzarov » pour deux articles publiés dans un journal d’Irkoutsk au cours de son exil sibérien (1860).

2  « La Réaction en Allemagne », p. 133.

3  Lorenz von Stein, Der Sozialismus und Kommunismus des heutigen Frankreich, Leipzig, 1842.

4Wilhelm Weitling, Garantien der Harmonie und Freiheit, Vivis, 1842.

5  Michel Bakounine, Confession, p. 56. Il faut toutefois relever que la chronologie fournie par Bakounine dans cet écrit est erronée. À le suivre, la séquence serait la suivante : dégoût de la métaphysique, intérêt naissant pour la politique, départ pour Dresde, lectures politiques, découverte de l’ouvrage de Stein et des œuvres françaises auxquelles il fait référence, rencontre de Ruge, rédaction de l’article pour les Annales allemandes. Dans les faits, la rencontre de Ruge et la rédaction de l’article précèdent la parution de l’ouvrage de Stein (novembre 1842).

6  La meilleure analyse de cet aspect de l’œuvre de Moses Hess se trouve chez Eustache Kouvélakis, Philosophie et révolution. De Kant à Marx, chap. 3, p. 161-211.

7  August von Cieszkowski, Prolégomènes à l’historiosophie, Paris, Champ Libre, 1973.

8  [K. E. von Goldmann], Die europäische Pentarchie, 1839.

9  « La Réaction en Allemagne », p. 116 : « la propagande révolutionnaire, dit le Pentarque* [*p. 154], est, selon son essence la plus profonde, la négation de la situation existante de l’État ; car selon sa nature la plus intime, elle n’a pas d’autre programme que la destruction de ce qui existe. » On verra par la suite que ce Pentarque fait partie de ces réactionnaires qui ont un point de vue adéquat sur la nature des oppositions politiques. Contrairement à ce qu’avance Rainer Beer dans son édition allemande de « La Réaction en Allemagne » (Philosophie der Tat, p. 96 note), ce surnom ne renvoie donc pas au théoricien de l’École historique du droit Friedrich-Julius Stahl.

10  Moses Hess, Berlin, Paris, Londres. La triarchie européenne, p. 178-179, cité par Eustache Kouvélakis, Philosophie et révolution. De Kant à Marx, p. 164.

11  Michel Bakounine, « Lettre à Arnold Ruge » ; cette lettre est citée en entier par Jean Barrué dans une étude publiée en annexe à sa traduction de Fritz Brupbacher, Michel Bakounine ou le démon de la révolte, p. 207-208. Elle s’inscrit dans une correspondance à trois entre Ruge, Marx et Bakounine qui est une mise en scène.

12  Eustache Kouvélakis, Philosophie et révolution. De Kant à Marx, p. 184.

13  Moses Hess, « Philosophie de l’action », dans Gérard Bensussan, Moses Hess, la philosophie, le socialisme (1836-1845), p. 197.

14  « La Réaction en Allemagne », respectivement p. 115 et p. 111.

15  « Lettre à Ruge, mai 1843 », p. 144.

16  Kantienne au sens où Kant distingue les bornes et les limites dans la conclusion (§ 57) des Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science : on rencontre des bornes, on détermine a priori des limites. Schellingienne au sens où l’être semble être considéré comme le résultat d’un acte irréductible à la théorie.

17  Eustache Kouvélakis, Philosophie et révolution. De Kant à Marx, p. 222 note.

© ENS Éditions, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540