Version classiqueVersion mobile

« Si vous êtes si malins… ». McCloskey et la rhétorique des sciences économiques

 | 
Ludovic Frobert

2. Turbulences méthodologiques

Texte intégral

1La parution des réflexions de McCloskey sur la rhétorique des sciences économiques constitua un événement, au sens plein du terme, dans le domaine de la méthodologie économique. Coïncidant avec une période d’institutionnalisation rapide de ce champ de la recherche économique, cette parution focalisa de nombreux débats : il fut rendu compte de l’article (1983) et de l’ouvrage (1985) aussi bien dans les grandes revues généralistes que dans des supports plus spécialisés : les historiens des idées et de la méthodologie économiques, les Nouveaux Autrichiens, les Institutionnalistes, les Radicaux, d’autres encore, tentèrent de relever le challenge. Au total, plus de cinquante comptes rendus et commentaires furent publiés. Il ne sera possible ici que de donner une interprétation synthétique de ces débats en détaillant le contexte, en schématisant quelques lectures types, enfin en jaugeant les réponses et précisions proposées par McCloskey.

La méthodologie économique dans les années 1980

  • 1 Sur cette conjoncture, R. E. Backhouse, « New Directions in Economic Methodology », R. E. Backhouse (...)
  • 2 La parution de nouvelles revues spécialisées constitue un excellent indice. Relayant la tentative p (...)

2« The Rhetoric of Economics » paraît au moment où s’institutionnalise le domaine de la méthodologie économique1. À une période scandée par des contributions majeures mais isolées succède la constitution d’un véritable champ de recherche identifiable par ses institutions – revues, anthologies, colloques2 – et par la structuration de ses débats. Sur ce point l’élément le plus significatif concerne la volonté d’articuler une réflexion propre sur la méthodologie économique aux débats récents qui renouvelaient alors le domaine de l’histoire des sciences.

3The Methodology of Economics publié par Mark Blaug en 1980 constitue le point de départ de la nouvelle littérature dans ce domaine. L’ouvrage s’ouvre par la présentation du champ de la philosophie des sciences, évite de se focaliser sur le seul problème de la méthode hypothéticodéductive, et présente les récentes avancées dues à Kuhn, Lakatos ou Feyerabend. Il se poursuit par une présentation des moments forts de l’histoire de la méthodologie économique et s’achève par plusieurs études de cas relevant de différents champs de la recherche économique. L’ouvrage innovait sur plusieurs points : s’il se présentait comme l’un des tout premiers manuels dans le domaine, il proposait également une interprétation forte invitant à s’appuyer sur les récents acquis de la philosophie des sciences : selon Blaug, l’économiste a tout à gagner à mobiliser les critères du falsificationnisme popperien et à revendiquer une méthodologie prescriptive donnant les moyens de démarquer science et non-science. Le chapitre conclusif était l’occasion pour Blaug de résumer son point de vue. Il observait que les années 1970 avaient été décrites par des auteurs comme Wassily Léontieff, Henry Phelps Brown ou Benjamin Ward comme des années de crise de l’analyse, crise due essentiellement à une perte complète de pertinence de la théorie économique s’expliquant prioritairement par une fuite dans la sophistication mathématique. Blaug se démarquait en partie de ce diagnostic en soulignant que ce n’est pas tant l’usage de l’outil mathématique qui pose problème, mais plutôt le refus général des économistes de faire subir à leur théorie le risque d’une infirmation :

  • 3 M. Blaug, The Methodology of Economics, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 254.

Je pense personnellement, au contraire, que la faiblesse majeure de l’économie moderne est sa répugnance à présenter les théories pouvant conduire à des conclusions réfutables sans ambiguïté, accompagnée d’une mauvaise volonté générale pour confronter ces conclusions à la réalité.3

4Plusieurs domaines de la recherche économique depuis 1945 étaient selon lui en cause : théorie du choix du consommateur, théorie de la croissance. Toutefois le biais était plus manifeste encore dans les recherches sur l’équilibre général. Les travaux classiques de Kenneth Arrow, Gérard Debreu ou Lionel McKenzie avaient sans doute favorisé des progrès, mais sur le seul plan de la logique et au détriment de toute pertinence par rapport aux problèmes réels. Sur le plan de la recherche empirique, le tableau n’était pas plus réjouissant puisque les économistes se contentaient le plus souvent du critère très imparfait de vérification de leur théorie. Blaug remarquait que ces faiblesses étaient loin d’être le seul apanage de l’économie orthodoxe et il estimait que ces défauts affectaient plus encore les courants critiques tels que les Radicaux, les Institutionnalistes ou les Nouveaux Autrichiens. Toutefois il considérait que les économistes néoclassiques avaient ici moins d’excuse que quiconque, car, comme il le soulignait :

  • 4 Ibid., p. 259.

Ils prêchent l’importance de la soumission des théories aux tests empiriques, mais se conforment bien rarement à leurs canons méthodologiques déclarés. L’élégance analytique, l’économie des moyens théoriques, et la généralisation la plus vaste obtenue à l’aide de la simplification la plus héroïque ont trop souvent été mises au-dessus de la capacité à prédire et de la pertinence dans le domaine de la politique économique. La philosophie mobilisée par la science économique moderne pourrait certainement être qualifiée de « falsificationnisme inoffensif ».4

5Deux raisons étaient alors à l’origine de cette attitude : d’une part, une difficulté à se positionner de façon pertinente face aux exigences pratiques de l’économie. Mais selon Blaug, ce n’était certainement pas en effaçant la distinction entre le positif et le normatif que l’on pouvait remplir l’agenda de l’économiste sur le plan politique ou moral ; d’autre part, la difficulté traditionnelle à expérimenter et à tester en économie. Mais là encore Blaug soulignait que cette difficulté n’invitait pas à la reddition mais plutôt à la persévérance et il en appelait ici au progrès tant sur le plan théorique que pratique de l’économétrie. Finalement, si l’économie devait se ranger aux directives d’une méthodologie prescriptive, il s’avérait qu’en dépit de nombreux défauts, c’était très probablement le programme de recherche néoclassique plus que ses principaux rivaux qui, en ayant fait progresser le pouvoir prédictif de la théorie, demeurait le moins décevant. L’interprétation de Blaug conduisait donc à deux enseignements majeurs : premièrement il faut exiger l’application d’une méthodologie prescriptive exigeante en économie s’appuyant sur les critères poperriens ; deuxièmement, le test des différents programmes de recherche en économie montrait que la situation générale n’était pas brillante. Toutefois, au sein de cette morosité, il s’avérait que le programme de recherche néoclassique était celui présentant d’assez loin le bilan le moins piteux.

  • 5 Sur ce point, P. Mongin, « La méthodologie économique au xxe siècle », A. Béraud et G. Faccarello é (...)
  • 6 S. J. Latsis éd., Method and Appraisal in Economics, Cambridge, Cambridge University Press, 1976.
  • 7 De Marchi N. éd., The Popperian Legacy in Economics, Cambridge, Cambridge University Press, 1988 ; (...)

6La tentative de Blaug renouait en fait avec l’inspiration de Terence W. Hutchison qui, dès 1938, en réaction au déductivisme de Lionel Robbins avait introduit une première fois les exigences du falsificationnisme sur le terrain de la méthodologie économique5. C’est toutefois dans les années 1970 que les échanges entre Popper, Kuhn et Lakatos qui étaient au cœur du débat sur « The growth of knowledge » ont été collectivement réceptionnés par les économistes qui virent dans la méthodologie des programmes de recherche scientifique de Lakatos un compromis intéressant entre les positions trop prescriptives de Popper et celles plus relativistes de Kuhn. Deux dates encadrent l’ouvrage de Blaug : 1) la publication en 1976 des actes du colloque de Naphlion où fut étudiée la fécondité de ces problématiques pour l’histoire et la méthodologie de l’économie6 ; 2) le bilan critique qui fut donné de l’ensemble de ces débats et tentatives une quinzaine d’années plus tard, entre 1988 et 19937. Lors de ces derniers débats, à côté de la défense réitérée du falsificationnisme par Blaug ou Hutchison, deux types de critiques furent avancées : la première considérait qu’on ne pouvait demeurer attaché au falsificationnisme poperrien strict, mais que néanmoins il fallait conserver du message de Popper l’appel en faveur d’une posture méthodologique critique ; la seconde jugeait que l’entreprise poperrienne avait failli en raison de ses faiblesses philosophiques, et qu’il fallait donc désormais avoir recours à d’autres inspirations philosophiques.

  • 8 J. Rajchman et C. West, Post-Analytic Philosophy, New York, Columbia University Press, 1985 ; tradu (...)

7C’est dans cette seconde catégorie que se situe indiscutablement l’article de McCloskey sur la rhétorique économique, dont l’inspiration puise largement à ce que John Rajchman et Cornell West ont désigné sous le terme de « philosophie post-analytique »8. Mais dans un contexte intellectuel caractérisé par la dénonciation de l’intégrisme méthodologique de Blaug, le texte de McCloskey fut perçu par les économistes comme son antithèse, comme un manifeste en faveur de la plus complète licence méthodologique.

La réception du texte de 1983

8Si l’on écarte certaines lectures assez planes de l’article, on peut commodément résumer la réception du texte de McCloskey au tableau suivant :

9Trois lectures critiques types se détachent donc :

Les critiques de Blaug et Hutchison

  • 9 De nombreux autres auteurs, ne partageant pas le falsificationnisme pur et dur de Blaug ou Hutchiso (...)

10La première catégorie regroupe ceux qui estiment que la rhétorique, méthodologie essentiellement descriptive, efface la ligne de démarcation entre science et pseudo-science et conduit au relativisme ; ce relativisme pénalise surtout les secteurs de l’économie standard enregistrant des progrès, secteurs qui sont finalement assez nombreux. Cette attaque est portée à McCloskey par les partisans du falsificationnisme, Mark Blaug ou Terence Hutchison9. L’absence d’un code méthodologique clair rend impossible toute comparaison entre programmes de recherche concurrents en économie, et rend également impossible, à l’intérieur d’un programme de recherche, la séparation entre les domaines qui sont en progrès et ceux qui ne le sont plus. Dans cette perspective, le domaine de la rhétorique économique est donc assimilé à un des principaux vecteurs de propagation du relativisme.

11Le travail de Blaug ou Hutchison consiste, on l’a vu, à présenter une évaluation positive et normative du programme de recherche néoclassique. Ils commencent en récusant l’idée que les travaux relevant des compétences de l’économie pure constituent le cœur de ce programme. L’un et l’autre sont ainsi extrêmement critiques à propos des recherches effectuées dans le domaine de l’équilibre général entre 1930 et 1970 qui exemplifient au plus haut point la dérive formaliste en économie : dans ce secteur, comme le juge par exemple Hutchison,

  • 10 T. W. Hutchison, Changing Aims in Economics, Oxford (UK) et Cambridge (USA), Blackwell, 1992, p. 36

après plusieurs décennies d’ingénieuses manipulations, les efforts se sont taris en raison du niveau excessif d’abstraction déjà atteint lors de la phase « optimiste » initiale qui négligeait tous rapports avec la réalité.10

  • 11 M. Blaug, « Confessions of an Unrepentant Popperian », R. Backhouse éd., New Directions in Economic (...)
  • 12 B. Caldwell, « Clarifying Popper », Journal of Economic Literature, vol. 29, p. 1-33, 1991.
  • 13 D. W. Hands, « Karl Popper and Economic Methodology : A New Look », Economics and Philosophy, vol. (...)

12Dans un second temps ils montrent alors que des pans entiers de la recherche économique contemporaine passent avec succès les tests prévus par la méthodologie lakatosienne. Blaug procédant à une évaluation de douze domaines cruciaux de la science économique présente (théorie et mesure des inégalités, rôle des innovations sur le changement socioéconomique, analyse input-output, etc.) signale qu’ils vérifient la définition du progrès théorique – « plus grande précision dans la définition des termes ainsi que dans l’étude des relations entre ces termes, et en général amélioration de la clarté conceptuelle accompagnée le plus souvent d’innovations analytiques » – et du progrès empirique – « une saisie plus complète des déterminants premiers du comportement économique et dès lors du fonctionnement du système économique »11. Blaug ou Hutchison insistent à plusieurs reprises sur le fait que l’évolution récente de la discipline oblige à dresser un bilan partagé mais globalement positif dans la mesure où, si une dérive scolastique a été indiscutable dans certains domaines, dans d’autres domaines en revanche, ce qui a surtout prévalu ce sont les progrès de la recherche empirique. Dès lors, ils leur apparaît peu judicieux, comme ont pu le faire certaines critiques, d’assouplir les directives prescriptives du falsificationnisme. Commentant, par exemple, les tentatives de Bruce Caldwell12 ou de Wade Hands13 de situer la fécondité de Popper en matière de méthodologie économique dans son rationalisme critique et non dans son falsificationnisme, Blaug écrit qu’on aboutit à une « méthodologie prescriptive très peu contraignante ». En fait le risque principal de cet assouplissement est d’ouvrir la voie au « fléau du constructivisme ». Hutchison exprime ici leurs griefs le plus clairement. C’est la perte de vue graduelle du caractère pratique de l’économie, de son rôle de guide de la politique économique, qui a favorisé l’affirmation de préceptes méthodologiques ultra-permissifs, et tout spécialement, du mouvement de la rhétorique et de sa critique du modernisme : Hutchison décrit cette tendance de la façon suivante :

  • 14 T. W. Hutchison, Changing Aims in Economics, ouvr. cité, p. 49.

Les standards et critères, depuis longtemps adoptés, sont ici décriés comme « positivistes », ou « modernistes », sans que des conventions, règles, ou standards cohérents et clairs ne sont proposés en remplacement. Seul un très nébuleux et évasif patrimoine rhétorique est mentionné, réduit à un prêche en faveur d’une « bonne et sage argumentation » […], de l’affirmation que la « clarté », l’« honnêteté », la « tolérance » seraient les seuls guides méthodologiques dont l’économiste aurait besoin, qu’enfin, il serait pompeux, et par-dessus tout intolérant de proposer des directives et règles précises pouvant assurer la promotion d’une pratique scientifique contrôlée de clarté, d’honnêteté et de tolérance.14

13Hutchison interroge brutalement cette éthique de la conversation chez McCloskey et considère qu’elle est alors loin de montrer l’exemple :

Très probablement, en cherchant à associer « positivistes » […] et partisans de la guerre du Viêtnam, McCarthisme, machisme et Auschwitz, le professeur McCloskey démontre son engagement actif en faveur de la « tolérance », de la « considération » du « Sprachethik » et de l’encouragement en faveur des « valeur et sagesse de l’argumentation ». (p. 138-139)

14Il considère qu’après un départ tonitruant McCloskey a d’ailleurs largement nuancé son propos, parlant d’une nouvelle triade rhétorique incluant faits, logique et métaphores et reconnaissant implicitement la possibilité d’un arbitrage des théories par les faits :

Il est maintenant clair qu’un et peut-être deux des composants de la nouvelle « triade » proposée par McCloskey pèsent d’un poids différent dans l’évaluation scientifique, puisque les tests probants (et peut-être aussi la logique) ont le pouvoir de valider ou non récits et métaphores, alors que ces derniers n’ont pas en revanche un tel pouvoir en retour, ne conservant qu’une vague dimension « critique » dans l’ensemble. (p. 145)

La critique de Rosenberg

  • 15 A. Rosenberg, Economics – Mathematical Politics or Science of Diminishing Returns ?, Chicago, Unive (...)

15Alexander Rosenberg s’est distingué, au long des années 1980, par une présentation bien peu flatteuse de l’état de la science économique. Il estime qu’en raison, en particulier, de bases cognitives extrêmement fragiles, l’économie échoue le plus souvent au test des prédictions. Dès lors, elle ne s’apparente pas à une science autonome et clairement identifiable, mais doit s’analyser pour partie comme une branche de la philosophie contractualiste, pour une autre partie comme un département des mathématiques appliquées15.

  • 16 A. Rosenberg, « Economics is Too Important to be Left to Rhetoricians », Economics and Philosophy, (...)

16Dans cette perspective, selon Rosenberg, l’attitude de McCloskey consiste à « jouer de la harpe tandis que brûle Rome »16. Son hostilité à toute méthodologie prescriptive conduirait à masquer la faillite actuelle de l’économie standard et représenterait même dans une période de doute le meilleur moyen de soustraire la théorie économique à un bilan critique radical.

17Rosenberg estime que le texte de McCloskey s’intègre parfaitement à un paysage intellectuel où domine l’anti-empiricisme et où s’observe un net reflux de la confiance placée auparavant en une science économique constructive basée sur des procédures de recherche rigoureuses. Pourtant c’est dans cette conjoncture de crise qu’apparaît criant le besoin d’une science de l’action humaine qui soit opérationnelle et permette d’améliorer le quotidien. Selon Rosenberg, les économistes paient ici leurs fanfaronnades, affichant des ambitions méthodologiques exorbitantes mais échouant dans leur pratiques : ce qu’il faut noter en effet c’est « l’incapacité de la discipline à produire un quelconque consensus sur les résultats des tests, et plus spécialement son incapacité à prédire les choses précisément, et même correctement » (p. 131). C’est en pleine conscience de cette faillite que McCloskey avance le programme rhétorique, identifiable donc à un simple artifice :

L’un des seuls moyens de maintenir un statu quo de la théorie économique, en dépit de ses faiblesses sur le plan de la prédiction, est de dévaluer les tests empiriques, en tant que but de la science en général aussi bien qu’en tant qu’objectif particulier de l’économie, et ce au nom d’une répudiation du « Positivisme ». (p. 132)

18C’est donc sur la notion de prédiction et de science prédictive que Rosenberg fait principalement porter son attaque contre McCloskey. Pour cela il suggère qu’elle appuie son argumentation sur une vision erronée de la nature de la prédiction et de sa fonction dans le travail scientifique. En effet, selon Rosenberg, McCloskey procède à partir d’un rapprochement illicite entre l’économie et la théorie de l’évolution, exploitant l’affirmation suivant laquelle cette dernière ne ferait pas de prédictions. Or l’erreur est double ; d’une part la théorie de l’évolution fait bien des prédictions, sinon spécifiques, du moins génériques. D’autre part, McCloskey compare ici deux choses incomparables, car, comme le souligne Rosenberg :

Il est illégitime d’effectuer une comparaison entre la discipline économique en son entier et une théorie biologique particulière. Les comparaisons doivent se faire de science à science, ou de théorie à théorie. Mais évidemment, McCloskey pouvait difficilement affirmer que la biologie dans son ensemble ne proposait pas de prédictions, bien que cette situation aurait convenue à son argumentation. Peut-être plus important encore, une comparaison effectuée entre le rôle joué par la théorie évolutionniste en biologie, et le rôle joué, par exemple, par la microéconomie néoclassique en économie, montrerait que là encore l’économiste ne pourrait trouver dans ces analogies aucune consolation. En effet, la théorie évolutionniste peut être décrite comme la prise en compte générique d’un mécanisme – variation et sélection – dont les détails sont complétés par une myriade d’autres théories ou découvertes en biologie. En revanche, la microéconomie constitue le noyau fondamental de la théorie économique, et s’emploie à définir un mécanisme premier, mais a pour cela besoin d’une myriade de résultats proposés par d’autres théories pour compléter l’étude de ce mécanisme. Or, ce qui est admissible en terme de faiblesse prédictive dans le cadre d’une théorie générique est beaucoup plus difficilement acceptable dans le cas d’une théorie première.

19Que cache finalement l’offensive rhétoricienne dans le domaine de l’économie ? Rosenberg estime qu’en dévaluant le pouvoir prédictif de la théorie McCloskey réactive le thème de l’impuissance du politique face aux forces spontanées de l’action humaine. Son programme la situerait dans la continuité de l’apriorisme d’un économiste comme Mises ; clamer l’impossibilité de toute prédiction en économie, note alors Rosenberg,

s’interprète traditionnellement en économie comme un excellent moyen de cautionner la version la plus radicale de la thèse des anticipations rationnelles, celle ne prétendant pas seulement que toute politique macroéconomique est vaine, mais aussi que toute politique économique même fondée sur le comportement du consommateur l’est également : les marchés font une utilisation efficiente de l’information, tant aux niveaux microéconomique que macroéconomique.

Les critiques de Klamer et Mirowski

  • 17 A. Klamer, Conversation with Economists, Totowa, NJ, Rowan & Allanheld, 1983, p. 237.

20Une troisième critique majeure peut être associée ici aux noms d’Arjo Klamer et de Philip Mirowski. Le cas de Klamer est intéressant dans la mesure où il peut légitimement apparaître comme l’une des deux sources du mouvement de la rhétorique économique. En effet, en 1983, Klamer avait publié un ouvrage important, Conversations with Economists, résultant de son travail de thèse à l’université de Duke. Dans ce travail il conduisait un ensemble d’entretiens avec les figures dominantes des courants contemporains rivaux de la macroéconomie. La conclusion du travail était alors l’occasion de présenter plusieurs remarques importantes : il soulignait que les désaccords entre courants ne pouvaient s’analyser en termes positivistes, comme des querelles que viendraient arbitrer objectivement les faits. Toutefois il lui apparaissait également excessif d’en faire strictement des questions idéologiques. Il proposait donc de se focaliser sur « la communication ou la rhétorique de l’économie »17 et distinguait deux questions centrales : Comment les économistes argumentent et persuadent ? Quels sont les facteurs les orientant vers telles ou telles positions ?

21Concernant l’argumentation, quatre éléments principaux étaient mis en lumière par Klamer ; premièrement, les économistes affichent publiquement de grandes certitudes sur les garanties de l’empirisme. Mais les entretiens privés livrent une toute autre version : « Les entretiens mettent en lumière un point important, celui de la nature incertaine et des résultats très controversés de la recherche empirique en économie »

22(p. 244) ; deuxièmement, sur le versant théorique, Klamer relevait l’extrême sensibilité des différents courants à la technicité du discours ; troisièmement, les conversations permettaient d’observer la censure officielle qui s’exerçait contre les arguments pouvant être suspectés d’être « philosophiques » (sur la rationalité, l’équilibre, le progrès) et simultanément leur présence clandestine mais sous des formes appauvries ; quatrièmement l’analyse des discours économiques révélait alors l’extrême diversité des moyens mobilisés par les économistes pour persuader de la véridicité de leur discours.

23Concernant les facteurs attractifs des différents discours économiques, Klamer insistait sur le fait que « la recherche économique n’est pas seulement un acte individuel, mais tout autant un processus social ». Si plusieurs facteurs jouaient indiscutablement, Klamer soulignait surtout l’importance du facteur politique. Analysant les réponses apportées par Lucas, Sargent ou Townsend lors des entretiens, il remarquait par exemple que « tout comme Friedman, les Nouveaux Classiques expriment leur foi dans la stabilité des marchés. Ils suspectent les interventions gouvernementales et se déclarent partisans de règles d’intervention économique prévisibles » (p. 239).

  • 18 H. Stewart, Review of Radical Political Economy, 1986, p. 83-85, p. 84 ; A. Klamer, Review of Radic (...)

24Le compte rendu qu’il consacrait peu après à The Rhetoric of Economics (1985) de McCloskey lui permettait alors de rappeler qu’il existait indiscutablement des conflits forts d’interprétation en économie ainsi qu’un déséquilibre de pouvoir au profit du paradigme dominant. Il lui apparaissait alors assez contradictoire, comme le faisait McCloskey, d’inscrire l’enquête rhétorique sous le signe du pluralisme et de la tolérance et d’afficher simultanément une allégeance réitérée au paradigme néoclassique. Dans la même revue, celle des Radicaux américains, son collègue Hamish Stewart allait plus loin en soutenant que McCloskey sous-estimait « systématiquement l’importance des phénomènes de pouvoir et des processus politiques dans le déroulement du processus de communication »18.

  • 19 P. Mirowski, « Shall I Compare Thee to a Minkowski-Ricardo-Léontieff-Metzler Matrix of the Mosak-Hi (...)
  • 20 C’est la thèse de Mirowski que « l’économie néoclassique est fondée sur une métaphore mathématique (...)

25La critique la plus claire dans ce sens fut probablement celle de Philip Mirowski. Il posait significativement dès le début la question suivante : « La rhétorique ne serait-elle pas une manière, nouvelle et à la mode, d’épater les bourgeois ? »19. Sa recension était d’abord nettement positive puisqu’il relevait la pertinence chez McCloskey de la dénonciation du vice cartésien ainsi que le fait que l’économie néowalrassienne en constitue une parfaite expression par son credo méthodologique basé sur le formalisme mathématique, l’axiomatisation, la dénonciation de toute forme de narration littéraire, et plus généralement par son souci d’adopter une position comparable à celle des sciences dures20. Mais dans un second temps, Mirowski jugeait les thèses de The Rhetoric of Economics contradictoires. En effet, selon McCloskey, la simple reconnaissance par les économistes néoclassiques de leur usage de la rhétorique suffirait à les absoudre. Or, selon Mirowski, l’erreur, évidente, « reside dans l’assertion qu’une économie de nature cartésienne, centrée sur l’homo œconomicus, peut être justifiée par un paradigme anticartésien ». McCloskey n’aurait donc pas tranché entre deux éléments contradictoires, sa révolution rhétorique et son attachement à l’économie standard :

Je crois [note même Mirowski] que McCloskey comprend que la conception de l’ordre social implicitement contenue dans la révolution rhétoricienne est diamétralement opposée à l’existence atemporelle de l’homo œconomicus néoclassique, et que dès lors une approche rhétorique conséquente ne pourrait être que foncièrement hostile à la théorie économique néoclassique. (p. 73-74)

26Ce qu’il propose alors est de conserver l’idée de rhétorique économique, mais en présentant trois amendements :

  1. L’analyse rhétorique peut être féconde, mais à la condition d’être menée sur un plan aussi bien diachronique que synchronique.

  2. Le style de toute argumentation économique ne peut jamais être convenablement analysé en faisant abstraction de son contenu et de son contexte.

  3. L’analyse rhétorique ne peut qu’être critique vis-à-vis de la théorie économique néoclassique et ne peut en aucun cas en présenter la défense (p. 74).

Les ressources intellectuelles du texte de McCloskey

27McCloskey ne pouvait réellement entamer un dialogue critique qu’avec des positions qui étaient adjacentes à la sienne : de fait la revendication de son réalisme critique l’a conduite à ferrailler principalement avec Mark Blaug, d’un côté, et avec Arjo Klamer de l’autre.

Réponse à Mark Blaug

  • 21 Cité dans R. Shusterman, Vivre la philosophie. Pragmatisme et art de vivre, Paris, Klincksieck, 200 (...)

28Selon McCloskey, les tenants de la méthodologie échouent à traduire dans leur propre langage, daté, son message propre. Blaug et ses semblables considèrent que l’assaut contre la méthodologie présenté dans les chapitres méthodologiques de The Rhetoric of Economics signale simplement que McCloskey est elle-même partisane d’une position méthodologique spécifique. Or, se plaçant dans le droit fil de la remarque de John Dewey stigmatisant « le tétanos intellectuel qu’on appelle épistémologie »21, McCloskey revendique une intention toute autre. Le problème des économistes est d’avoir parié exclusivement sur une méthodologie prescriptive obsolète inspirée de Popper et porteuse de l’illusion qu’il pouvait justement exister une voie d’accès privilégiée à la certitude. Or c’est justement ce point de vue qui est mis en question par les avancées récentes de la philosophie des sciences.

29Plusieurs indices signalent le retard actuel pris par les économistes ; McCloskey compare, par exemple, les références bibliographiques d’ouvrages récents de méthodologie économique avec celles de manuels contemporains d’histoire et philosophie des sciences pour signaler que les premiers s’appuient presque exclusivement sur Popper et Lakatos, alors que les seconds sollicitent désormais massivement les principales références post-métaphysiques, Donald Davidson, Mikael Dummet, Hilary Putnam, Nelson Goodman, Richard Rorty, etc. Les économistes ne peuvent donc, sans anachronisme, focaliser leur attention sur le falsificationnisme :

  • 22 D. N. McCloskey, Knowledge and Persuasion in Economics, ouvr. cité, p. 236-237.

J’affirmerais plutôt au contraire [note McCloskey] qu’une vraie philosophie des sciences – dans une perspective non méthodologique et non poperrienne – devrait s’intéresser en priorité aux relations entre vérité, langage et réalité.22

30L’absence de véritable échange entre les économistes et les nouvelles directions de la philosophie des sciences les conduit alors immanquablement à la méprise, tout spécialement sur le chapitre de la rhétorique et de l’argumentation économiques. Deux grandes accusations signalent cette méprise : celle consistant à associer rhétorique et irrationalité, et celle associant rhétorique à relativisme.

31Sur le premier point, McCloskey prend l’exemple d’une critique adressée par Paul Munz à l’ouvrage collectif The Rhetoric of the Human Science. Munz estime que ce travail prêche l’abandon de toute rationalité dans le domaine des sciences humaines. Mais McCloskey indique que l’ambition est ici exactement inverse. Elle note :

Mais l’enseignement de The Rhetoric of the Human Sciences est justement que ce qui peut être tenu pour raisonnablement évident ne s’obtient qu’en abandonnant l’illusion de la certitude. Au contraire, en effet, ce qui est raisonnable est la pratique complète de l’argumentation, plus riche et précise que, par exemple, le falsificationnisme ou l’épistémologie évolutionniste. Des philosophes modernes travaillant à l’épistémologie comme Wittgenstein, Austin, Goodman, Putnam, Davidson, Hesse, Rorty, ont montré que rien, si ce n’est l’ensemble des pratiques de l’argumentation, ne rend mieux compte de ce qui se passe dans les sciences. Nous avons besoin d’une approche nous permettant d’étudier comment le scientifique argumente en pratique. Ce dernier mobilise recherches empiriques et logique, naturellement ; mais il sollicite aussi, et rationnellement, des métaphores (souvent baptisées alors modèles) et des récits (assimilés à des histoires). (p. 240)

32En réalité associer rhétorique à irrationalité constitue une erreur à trois niveaux ; sur le plan logique dans la mesure où la composante rhétorique intervient activement dans ce qui, pour chaque contexte, est défini comme étant rationnel ; sur le plan de la théorie de l’argumentation dans la mesure où logique et évidence sont des composantes de la rhétorique dans son ensemble ; sur le plan historique ou sociologique puisque l’étude précise de différentes catégories d’enquêtes ou investigations indique la présence incontournable de formes d’argumentation autres que la simple logique.

33L’autre grande accusation exploite le rapprochement entre rhétorique et relativisme. Le relativisme introduit dans les sciences est perçu comme une simple dimension d’un problème plus large, celui du relativisme culturel. Observant que l’accusation de relativisme s’appuie sur un dispositif rhétorique assez primaire, McCloskey juge qu’elle ne fait que traduire les inquiétudes récurrentes d’une pensée conservatrice obsédée par la perte des valeurs originelles. En fait, si relativisme il y a dans l’entreprise rhétoricienne, il ne va nullement dans le sens d’une éclipse des valeurs. Là encore McCloskey précise :

Aucun relativiste digne de ce nom ne pose que toutes les positions sont indifféremment valides ; le philosophe Richard Bernstein a défini ce qui serait un relativisme conséquent, « l’affirmation suivant laquelle il n’existe pas de normes autres que liées à un schème conceptuel, à un langage, à un jeu, à un ensemble de pratiques sociales données, à un contexte historique ». L’affirmation est en somme assez ordinaire. Une cour de justice, par exemple, représente un ensemble de valeurs et pratiques sociales […]. Le fait que dans une telle institution on ne puisse définir des règles d’évaluation hors de l’histoire, « une structure a priori et universelle de la connaissance humaine », tel que Bernstein décrit le « biais objectiviste », ne signifie pas que valider ce qui résulte des pratiques revienne à considérer toute argumentation comme également valide. Stanley Fish précise ce point crucial de la façon suivante : on doit affirmer qu’il n’y a pas de « standards ou ensemble de standards valables indépendamment des circonstances institutionnelles… ce qui ne revient absolument pas à dire qu’il n’y a pas de standards du tout ». (p. 243)

Réponse à Arjo Klamer

34La critique qu’adresse Klamer à McCloskey pose un problème beaucoup plus redoutable ; il met en question le réalisme critique qui est au cœur de son projet. Si c’est effectivement le souci mélioriste qui domine chez McCloskey et si c’est au pouvoir de l’investigation qu’elle se réfère continûment, son travail doit être jugé à la mesure des problèmes actuels, concrets, urgents qui se posent en économie. Or, comme le soulignait Dewey, dans le domaine moral et politique l’enjeu principal à relever concerne le conflit et le pouvoir. Il écrivait opportunément :

  • 23 Cité dans J.-P. Cometti, « Le pragmatisme : de Peirce à Rorty », Michel Meyer (dir.), La philosophi (...)

… d’un certain point de vue, le principal rôle de la philosophie consiste à rendre conscients, sous une forme intellectualisée, ou sous une forme de problèmes, les chocs les plus importants et les troubles inhérents aux sociétés complexes et en mutation, en tant qu’elles ont affaire à des conflits de valeurs.23

  • 24 C. Ginzburg, entretien avec P. Mangeo, Vacarme, janvier 2002.
  • 25 H. Putnam, Définitions, ouvr. cité, p. 91.
  • 26 S. Cavell, Conditions nobles et ignobles, Combas, L’éclat, 1993.
  • 27 F. Perroux, « Les trois analyses de l’évolution et la recherche d’une dynamique totale chez Joseph (...)

35À ce point, une réflexion trop candide sur la communication et le raisonnable risque l’accusation de cécité, car, comme le résume abruptement par exemple Carlo Ginzburg, « […] ce qu’il y a à comprendre, c’est l’asymétrie de la relation »24. Aux États-Unis, un philosophe comme Putnam remarque qu’aux deux principes originaux de la Théorie de la justice de John Rawls devrait être ajouté le principe suivant : « Ne demandons pas aux opprimés d’attendre indéfiniment »25, alors que Stanley Cavell s’appuyant sur le perfectionnisme enjoint de ne pas limiter la conversation sur la justice à la seule conformité aux principes de la justice, car le risque existe alors de passer à côté de nombre d’iniquités et brutalités26. La réflexion sur le conflit et le contrôle du pouvoir, plus que sur l’antagonisme, fut naturellement une donnée initiale des courants qui en économie adoptèrent une démarche inspirée du pragmatisme : les institutionnalistes comme John R. Commons ou John Kenneth Galbraith aux États-Unis, ou un économiste comme François Perroux en France, qui indiquait par exemple justement que « dans le cadre institutionnel qui admet l’entreprise et le profit, les réseaux de force sont antérieurs aux réseaux d’échange »27.

36Klamer interroge donc la sensibilité de McCloskey aux conflits de valeur et corrélativement au contrôle social du pouvoir. L’allégeance à l’économie néoclassique, d’un côté, la célébration de l’économie de marché, d’un autre côté, ne sont-ils pas incompatibles ici avec une démarche réaliste qui ne peut se satisfaire face à l’exclusion, à la pauvreté et aux inégalités d’un recours incantatoire à la communication ? McCloskey adopte dans sa réponse la ligne de défense suivante : elle considère que, pour la plupart, les économistes, quelles que soient leurs obédiences, participent à la même expérience et assument correctement la dimension ancillaire de leur discipline. Il s’agit d’un chantier majeur, d’une tâche complexe qui se doit de mobiliser toutes les ressources, de solliciter des approches différentes et de favoriser leurs échanges. Dans le concret, aujourd’hui, ce processus ne se vérifie que très imparfaitement. Pourquoi ? Klamer estime que c’est en raison de l’emprise qu’exerce le paradigme néoclassique sur l’économie. Ce paradigme avec ses principales options en faveur du marché et du comportement calculateur et utilitaire de chaque individu ne ferait qu’exprimer les valeurs iniques du capitalisme triomphant. Selon McCloskey, Klamer se trompe à plusieurs niveaux et une discussion raisonnable doit permettre de le convaincre. Il homogénéise le courant néoclassique et en caricature ses principaux caractères ; cette unification ne tient pas et, si l’on observe l’état des troupes en présence, on se rend compte que les défenseurs du marché sont désormais minoritaires au sein de cette tradition. Le vrai monopole qu’on observe aujourd’hui et qui constitue la principale cause de la crise que vit la science économique est un monopole exercé par une conception arrogante de la méthodologie économique. Dénoncer ce monopole et le briser conduirait à recréer une communauté scientifique dans laquelle l’économie de la « bonne vieille École de Chicago », au même titre que celle que tentent par exemple de développer les auteurs publiant dans Rethinking Marxism, participerait avec ses outils originaux – réflexion sur la coordination et sur l’information en économie de marché – à l’émergence d’un savoir partagé indiquant que certains conflits de valeurs et d’interprétation ont été surmontés pour un temps par les économistes.

  • 28 C. Baudelaire, « L’invitation au voyage », Les paradis artificiels (1860).

37Il n’est pas sûr que la réponse de McCloskey ait véritablement convaincu Klamer. McCloskey gourmande son ami Klamer sur son pessimisme, hérité de sa culture continentale, mais Klamer en fait de même sur l’américanisme viscéral de McCloskey lui reprochant, en quelque sorte, une approche de l’économie à la Forrest Gump. Et si le contexte intellectuel continental est parfois présent chez elle, c’est à travers significativement la référence à la Hollande et à son ancienne bourgeoisie commerçante, si bien qu’on pourrait là encore se demander si elle ne succomberait pas ici, pour reprendre les images de Baudelaire, à la vision optimiste, onirique, d’un « vrai pays de Cocagne, où tout est beau, riche, tranquille, honnête ; où le luxe a plaisir à se mirer dans l’ordre ; où la vie est grasse et douce à respirer ; d’où le désordre, la turbulence et l’imprévu sont exclus »28.

38Le problème doit clairement se poser en ces termes : dans quelle mesure une réflexion sur le marché contribue-t-elle à faire avancer la réflexion plus générale sur le problème des conflits de valeur et du contrôle du pouvoir ? Cela doit ici conduire à s’interroger sur la fidélité de McCloskey aux valeurs libertariennes et plus spécifiquement sur la lecture qu’elle propose des enseignements politiques présentés par la « bonne vieille École de Chicago ».

  • 29 D. N. McCloskey, How to Be Human, Though an Economist, ouvr. cité, p. 22-27.
  • 30 R. Coase, « The Problem of Social Cost », Journal of Law and Economics, vol. 3, 1960, p. 1-44.

39McCloskey présente en fait une lecture très personnelle de l’apport de l’École de Chicago, dont les principaux mentors auraient été des humanistes mal compris surtout hostiles à l’arraisonnement de l’économie politique par les mathématiques de l’ingénieur et nullement effarouchés par les potentialités d’un choix social raisonnable. Lorsqu’elle évoque la figure de James Buchanan, elle précise par exemple que c’est la question complexe de la coordination et non celle de la maximisation qui motive sa théorie29. C’est le commerce et la tolérance qui sont en jeu et sur ce terrain selon Buchanan, tel que l’interprète McCloskey, le marché aurait des propriétés tout à fait intéressantes que n’aurait pas, par exemple, l’État. Mais de là dérive selon elle une perspective nullement spontanéiste sur l’institution cardinale que constitue le marché. McCloskey récuse par exemple l’interprétation classique que Stigler a proposé de l’article de Ronald Coase sur la question du coût social30 ; elle précise son point de vue en notant :

  • 31 D. N. McCloskey, The Rhetoric of Economics, ouvr. cité, note 1, p. 88.

L’article n’était pas destiné à montrer que nous vivons déjà dans le meilleur des mondes possibles (comme Stigler est enclin à l’affirmer dans ce cas comme dans d’autres) mais, au contraire, que si nous vivions effectivement dans un tel monde, alors naturellement il n’y aurait pas besoin, comme l’ont expliqué les économistes depuis Smith, d’une politique économique.31

40Ce point est éclairé plus nettement encore à travers sa façon de faire contraster les positions de George Stigler et celles de Milton Friedman : selon elle, les « stiglerites » estiment vivre déjà dans le meilleur des mondes marchands possibles. En revanche :

  • 32 D. N. McCloskey, How to Be Human, Though an Economist, ouvr. cité, p. 141.

Les friedmanites, qui sont ma propre tribu, considèrent que nous pourrions être dans ce monde, mais à la condition d’arrêter de tergiverser. Les stiglerites présument la rationalité, alors que les friedmanites l’enseignent. Les stiglerites se contentent de louer le monde existant, les friedmanites prétendent le changer. Les stiglerites détestent la politique économique. Ce qui est, est. Les friedmanites élisent cette politique : ce qui pourrait être, doit être. Les stiglerites sont pessimistes, à la manière même du maître. Les friedmanites sont optimistes.32

41La comparaison est posée par McCloskey dans le cadre du problème suivant : Peut-on sans précaution abandonner le sort de l’enseignement économique aux mains des comportements marchands ? Or elle prévient toute orientation ultra-libérale : l’objet est ici spécial, « l’investissement en question […] est l’éducation économique ». On ne peut valider les choix souvent peu cohérents des jeunes consommateurs et la production doit être contrôlée, car l’objectif reste de modifier « les goûts des producteurs et consommateurs d’écrits économiques ». Cette modification n’obéit d’ailleurs que très secondairement à une logique utilitaire et c’est plutôt à développer une éthique de la responsabilité de l’individu – ici apprenti économiste – envers sa communauté qui doit être enseigné, par l’oral et par l’écrit. Ici, comme d’ailleurs dans ses textes sur le féminisme, McCloskey propose une réflexion compréhensive sur l’environnement institutionnel nécessaire à l’éducation des comportements et sur le métissage indispensable entre institutions organiques et institutions pragmatiques.

  • 33 R. Shusterman, « Le libéralisme pragmatique », Critique, 40 (555-556), 1993, p. 546-565.

42Demeure donc la fidélité de la lecture très laïque que propose McCloskey des enseignements politiques et moraux de la « bonne vieille École de Chicago ». Ce qui est évident c’est que d’autres références contemporaines s’imposaient autant sinon plus : l’analyse que McCloskey présente de certaines propriétés politiques du marché s’accorderait sans doute plus « spontanément » aux avancées que proposent aujourd’hui des économistes comme Amartya Sen ou Joseph Stiglitz dans leurs travaux sur le développement. De même, son libéralisme semble bien plus se rapprocher du libéralisme pragmatique et de ses débats, de Dewey à Rorty33, que de l’univers libertarien d’un Richard Nozick.

  • 34 D. N. McCloskey, The Secret Sins of Economics, Chicago, Chicago University Press, 2002.

43Force est néanmoins de constater que les derniers travaux de McCloskey ne dissipent pas le flou qui entoure son recours à la rhétorique. Dans l’un de ses pamphlets les plus récents elle réaffirme son attachement profond à la science économique et réitère son discours sur l’innocence de cette science34. Contrairement aux apparences, explique-t-elle, certains péchés dont on accuse l’économie sont en fait des vertus : il en est ainsi de la quantification, de la mathématisation et surtout de son ethos fondamentalement libertarien, louant l’imprévisibilité du jeu d’actions humaines s’épanouissant librement dans l’échange. Naturellement l’économie commet des péchés véniels, accordant trop d’importance à la prudence comme base du comportement individuel et trop peu d’attention à la solidarité ; elle commet encore des péchés plus sérieux mais finalement assez communs, étant par exemple trop souvent peu attentive à la vie économique réelle, aveugle aux enseignements de l’histoire, ignorante des bouleversements en philosophie. Ces défauts la conduisent parfois, toujours selon McCloskey, à une arrogance technocratique. Mais toutefois ses deux péchés majeurs demeurent, pour l’auteur de The Rhetoric of Economics, d’une part la généralisation depuis Paul Samuelson des théorèmes qualitatifs, d’autre part l’usage non maîtrisé des tests de significativité statistique.

  • 35 S. C. Kolm, « L’économie comme science et comme politique », Y. Michaud éd., L’histoire, la sociolo (...)

44Bien qu’assez acrobatique, la défense de la science économique que propose McCloskey n’est pas sans intérêt et rappelle que l’avènement d’une réflexion sur la rhétorique a pu représenter un progrès critique dans ce domaine. On peut néanmoins lui préférer celle que présente, par exemple, Serge-Christophe Kolm dans la mesure où la défense que présente l’économiste français d’une certaine conception de l’objet de l’économie politique paraît plus naturellement pouvoir intégrer une réflexion consistante sur le langage de l’économie35. Kolm explique que, sitôt écartés les théories douteuses, boiteuses ou creuses (dont il ne dissimule pas la présence et l’importance actuelles), on ne peut que constater la croissance, en qualité et en quantité, de la connaissance économique depuis deux siècles. L’économie est fondamentalement une science de l’action commune prenant pour données le développement spontané de la division du travail et la floraison des marchés et constatant aussi simultanément la présence et le pouvoir grandissant de l’État. Si l’État a crû, c’est surtout parce que le marché libre, providentiel par certains côtés, doit néanmoins être veillé et que certaines fonctions d’allocation, de stabilisation, de distribution doivent être assurées par une entité politique. Survolant l’histoire récente de la politique macroéconomique, Kolm estime qu’en dépit de la difficulté de la tâche les rapports entre connaissance, politique et performance économiques sont de plus en plus étroits et pacifiés et que cela témoigne d’un progrès de l’économie à assumer sa nature intrinsèquement morale et politique. Il considère que le futur de la science économique consiste alors à faire progresser cette capacité à la maîtrise sociale sur les chapitres plus complexes encore de la distribution des richesses, de la qualité des relations sociales, de la nature du travail, du contrôle des besoins et des désirs. Pour quelle raison l’approche de Kolm apparaît-elle plus naturellement solidaire d’une réflexion sur le langage de l’économie ? C’est que Kolm défend ici une approche culturelle de l’évolution économique et fait de l’économie politique une science de l’adaptation. Cette approche intègre alors une perspective sur les comportements et les institutions plus riche, surtout moins naturaliste, que celle se cantonnant à la mise en valeur du calcul et de la coordination marchande. Le langage s’impose ici comme dimension essentielle de l’action commune, préoccupée de manière centrale par les choix et arbitrages collectifs qui orientent dans une direction élue le développement économique et social. Par contraste, le caractère clandestin du contrôle social chez McCloskey, éclipsé par son ralliement bruyant (et parfois encombrant) au credo libertarien, fragilise grandement son entreprise en faveur de la rhétorique économique.

Notes

1 Sur cette conjoncture, R. E. Backhouse, « New Directions in Economic Methodology », R. E. Backhouse éd., New Directions in Economic Methodology, Londres et New York, Routledge, 1994, p. 1-24.

2 La parution de nouvelles revues spécialisées constitue un excellent indice. Relayant la tentative plus ancienne de History of Political Economy (lancée en 1968), des revues comme Research in the History of Economic Thought and Methodology (1983), Economics and Philosophy (1985) ou Methodus (1989) – qui deviendra le Journal of Economic Methodology (1995) – apparaissent dans un court intervalle.

3 M. Blaug, The Methodology of Economics, Cambridge, Cambridge University Press, 1980, p. 254.

4 Ibid., p. 259.

5 Sur ce point, P. Mongin, « La méthodologie économique au xxe siècle », A. Béraud et G. Faccarello éd., Nouvelle histoire de la pensée économique, Paris, La Découverte, 2000, tome 3, chapitre 36.

6 S. J. Latsis éd., Method and Appraisal in Economics, Cambridge, Cambridge University Press, 1976.

7 De Marchi N. éd., The Popperian Legacy in Economics, Cambridge, Cambridge University Press, 1988 ; De Marchi N. et Blaug M. éd., Appraising Economic Theories : Studies in the Methodology of Research Programmes, Aldershot, Edward Elgar, 1991 ; De Marchi N., Post-Popperian Methodology of Economics : Recovering Practice, Boston, Dordrecht et Londres, Kluwer, 1993.

8 J. Rajchman et C. West, Post-Analytic Philosophy, New York, Columbia University Press, 1985 ; traduction française, La pensée américaine contemporaine, Paris, PUF, 1991. Sur le lien entre cette conjoncture philosophique marquée par le pragmatisme et la croissance des travaux sur la rhétorique, voir S. Mailloux, « Sophistry and Rhetorical Pragmatism », S. Mailloux éd., Rhetoric, Sophistry, Pragmatism, Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 1-31.

9 De nombreux autres auteurs, ne partageant pas le falsificationnisme pur et dur de Blaug ou Hutchison, mais attachés à l’idée de la nécessité de standards méthodologiques clairs ont eux aussi dénoncé ce qu’ils percevaient comme un relativisme ; voir, à titre d’exemple, le très significatif article de D. Hausman et M. S. McPherson, « Standards », Economics and Philosophy, vol. 3, 1988, p. 1-7.

10 T. W. Hutchison, Changing Aims in Economics, Oxford (UK) et Cambridge (USA), Blackwell, 1992, p. 36.

11 M. Blaug, « Confessions of an Unrepentant Popperian », R. Backhouse éd., New Directions in Economic Methodology, ouvr. cité, p. 116 et 117.

12 B. Caldwell, « Clarifying Popper », Journal of Economic Literature, vol. 29, p. 1-33, 1991.

13 D. W. Hands, « Karl Popper and Economic Methodology : A New Look », Economics and Philosophy, vol. 1, p. 83-99, 1985.

14 T. W. Hutchison, Changing Aims in Economics, ouvr. cité, p. 49.

15 A. Rosenberg, Economics – Mathematical Politics or Science of Diminishing Returns ?, Chicago, University of Chicago Press, 1992.

16 A. Rosenberg, « Economics is Too Important to be Left to Rhetoricians », Economics and Philosophy, vol. 4, 1988, p. 129-149.

17 A. Klamer, Conversation with Economists, Totowa, NJ, Rowan & Allanheld, 1983, p. 237.

18 H. Stewart, Review of Radical Political Economy, 1986, p. 83-85, p. 84 ; A. Klamer, Review of Radical Political Economy, 1986, p. 80-82. On trouve une critique similaire chez J. A. Kregel, Economic Journal, mars 1987, p. 278-280. La critique des radicaux n’est pas très éloignée de celle soulignant que l’approche de McCloskey témoigne d’une certaine cécité quant au poids des contraintes institutionnelles et devrait donc regarder du côté de la sociologie des sciences ; voir ici B. Caldwell et A. W. Coats, « The Rhetoric of Economists : A Comment on McCloskey », Journal of Economic Literature, vol. 22, 1984, p. 575-578 ; ou encore, A. W. Coats et S. Pressman, « Further Comments on McCloskey’s Argument », Eastern Economic Journal, vol. 13 (3), 1987, p. 305-307. Coats note significativement que « les contraintes et pressions les plus significatives dans le cadre de l’économie contemporaine ne résultent nullement de la littérature méthodologique, qui n’a jamais eu une grande influence, mais de l’organisation et de la structure de la profession économique », p. 306.

19 P. Mirowski, « Shall I Compare Thee to a Minkowski-Ricardo-Léontieff-Metzler Matrix of the Mosak-Hicks Type ? », Economics and Philosophy, vol. 3, 1987, p. 67-97.

20 C’est la thèse de Mirowski que « l’économie néoclassique est fondée sur une métaphore mathématique unique qui assimile “l’utilité” avec la notion d’énergie potentielle telle que la développait la physique du milieu du xixe siècle », ibid., p. 87. Cette thèse est développée plus longuement dans P. Mirowski, More Heat Than Light, New York, Cambridge University Press, 1989.

21 Cité dans R. Shusterman, Vivre la philosophie. Pragmatisme et art de vivre, Paris, Klincksieck, 2002, p. 35.

22 D. N. McCloskey, Knowledge and Persuasion in Economics, ouvr. cité, p. 236-237.

23 Cité dans J.-P. Cometti, « Le pragmatisme : de Peirce à Rorty », Michel Meyer (dir.), La philosophie anglo-saxonne, Paris, PUF, 1994, p. 434.

24 C. Ginzburg, entretien avec P. Mangeo, Vacarme, janvier 2002.

25 H. Putnam, Définitions, ouvr. cité, p. 91.

26 S. Cavell, Conditions nobles et ignobles, Combas, L’éclat, 1993.

27 F. Perroux, « Les trois analyses de l’évolution et la recherche d’une dynamique totale chez Joseph Schumpeter », Économie appliquée, 1951, p. 285.

28 C. Baudelaire, « L’invitation au voyage », Les paradis artificiels (1860).

29 D. N. McCloskey, How to Be Human, Though an Economist, ouvr. cité, p. 22-27.

30 R. Coase, « The Problem of Social Cost », Journal of Law and Economics, vol. 3, 1960, p. 1-44.

31 D. N. McCloskey, The Rhetoric of Economics, ouvr. cité, note 1, p. 88.

32 D. N. McCloskey, How to Be Human, Though an Economist, ouvr. cité, p. 141.

33 R. Shusterman, « Le libéralisme pragmatique », Critique, 40 (555-556), 1993, p. 546-565.

34 D. N. McCloskey, The Secret Sins of Economics, Chicago, Chicago University Press, 2002.

35 S. C. Kolm, « L’économie comme science et comme politique », Y. Michaud éd., L’histoire, la sociologie et l’anthropologie, Paris, Odile Jacob, 2002.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search