Version classiqueVersion mobile

« Si vous êtes si malins… ». McCloskey et la rhétorique des sciences économiques

 | 
Ludovic Frobert

Introduction

Texte intégral

  • 1 Donald McCloskey a changé de sexe en 1994 pour devenir Deirdre McCloskey (sur ce point, Deirdre N. (...)
  • 2 Article publié dans le volume 31, 1983, p. 482-517.

1C’est en 1983, dans les pages du Journal of Economic Literature, que Deirdre N. McCloskey1 publie « The Rhetoric of Economics »2. L’introduction présente les trois thèmes majeurs que développe par la suite ce très long article : premièrement, les économistes ne respectent pas dans leurs pratiques de recherche les règles du discours de la méthode positive qu’ils ont officiellement adoptées ; deuxièmement, on observe plutôt que les économistes argumentent sur des bases larges où éléments empiriques et théoriques sont continûment accompagnés par des procédés rhétoriques ; troisièmement, il est heureux qu’il en soit ainsi dans la mesure où c’est la marche normale de l’investigation scientifique ; simplement, le point de vue positiviste retarde la pleine lucidité des chercheurs sur la nature exacte de l’enquête à laquelle tous participent et fait obstacle à une vraie communication au sein de la communauté des économistes.

  • 3 Selon McCloskey, il n’est pas sans intérêt de passer les prétentions de l’économiste au crible du (...)

2Le texte de McCloskey constitue le point de départ d’une littérature très abondante consacrée au rôle des images et des métaphores en économie et, corrélativement, à un renouvellement des débats sur le statut épistémique de l’économie. Ce texte inaugure également l’ensemble des contributions que, à partir du milieu des années 1980, McCloskey va consacrer spécifiquement à la rhétorique. En 1985 elle publie The Rhetoric of Economics, ouvrage qui développe et complète les thèses présentées dans l’article de 1983, en 1990 paraît If You Are So Smart : The Narrative of Economic Expertise3 et enfin, en 1994, Knowledge and Persuasion in Economics. Ces trois ouvrages forment une trilogie, le premier détaillant les proximités entre économie et poésie, le second explorant la dimension narrative des théories économiques, le troisième présentant plus systématiquement les conséquences sur le plan philosophique de la nature rhétorique d’une partie importante du raisonnement économique.

  • 4 En français, ne sont actuellement disponibles que : D. N. McCloskey, « Rhétorique de l’expertise é (...)

3L’article du Journal of Economic Literature ne constitue donc que le fragment initial de la réflexion que McCloskey va consacrer à la rhétorique économique. Ce point de départ méritait traduction dans la mesure où aucun texte de McCloskey, ou presque4, n’est aujourd’hui disponible en français alors même que ses principales contributions furent très rapidement accessibles aux lecteurs italiens, espagnols ou japonais. Toutefois, la lecture « brute » et isolée de ce texte peut conduire à une confusion que cette présentation voudrait justement prévenir.

  • 5 J. Muth, « Rational Expectations and the Theory of Price Movements », Econometrica, vol. 29, 1961, (...)
  • 6 R. Fogel, Railroads and American Economic Growth, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1964.
  • 7 R. Coase, « The Nature of the Firm », Economica, vol. 4, 1937, p. 386-405.

4Dans la préface à la seconde édition (1998) de The Rhetoric of Economics, McCloskey explique que son ouvrage a le plus souvent été perçu comme une pièce principalement philosophique. Dans la première édition il s’ouvrait en effet sur trois chapitres éreintant le positivisme ou, plus largement, le « modernisme ». Ces trois chapitres forment justement l’essentiel de l’article publié deux ans plus tôt dans le Journal of Economic Literature et que nous reproduisons ici. Or, en 1998, McCloskey considère que cette ouverture, maladroite, faisait risquer de se méprendre sur le sens de son travail ; elle aurait dû plutôt débuter l’ouvrage plus concrètement par des études de textes économiques, en d’autres termes par une démonstration de la fécondité des méthodes de la critique littéraire appliquées aux textes économiques. L’édition de 1998 bouleverse donc l’ordre initial : après un court chapitre consacré à présenter succinctement l’objet et les méthodes de la critique littéraire, plusieurs études de cas économiques sont présentées : la première sur l’article de John Muth inaugurant la théorie des anticipations rationnelles5, la seconde sur l’ouvrage pionnier de Robert Fogel dans le domaine de la nouvelle histoire économique6, la troisième sur le texte fondateur de Ronald Coase sur la théorie de la firme7. Dans cette seconde édition, les chapitres « philosophiques » sont repoussés à la seconde partie de l’ouvrage.

5Dans l’édition de 1998, les conséquences de la revendication rhétoricienne sur le plan de la méthodologie économique apparaissent désormais comme résultant d’une démarche empirique et non comme étant déduites d’un environnement philosophique agité par les modes et par les polémiques. Plus clairement, les intérêts intellectuels originaux de McCloskey, rapidement partagés par de nombreux autres chercheurs en histoire de l’économie, conduisent à éprouver une manière neuve et féconde d’appréhender une dimension méconnue, mais incontournable, des textes économiques. Ce qui pourrait apparaître comme les atermoiements d’un auteur préoccupé par le plan de son ouvrage manifeste chez McCloskey un souci beaucoup plus fondamental. Le chantier qu’elle a ouvert sur le thème de la rhétorique économique n’est qu’une des dimensions d’une entreprise intellectuelle soucieuse de réalisme.

6Deux précisions sont ici nécessaires : d’une part, souligner cette exigence de réalisme doit conduire à nuancer l’accusation fréquente faisant de McCloskey la représentante sur le terrain économique d’un certain relativisme conceptuel. Il serait erroné de croire que McCloskey souscrive à l’idée déflationniste que la science économique – comme toute science – serait condamnée à ne s’occuper que d’une réalité construite d’origine et de type socioculturels ; l’idée que le langage théorique des économistes n’a aucune possibilité « d’accroche » avec la réalité économique et sociale semble étrangère à sa vision. Mais il faut immédiatement ajouter que son entreprise ne relève pas non plus d’un réalisme naïf. Il se situe plutôt dans la proximité de ce que Jacques Bouveresse appelle un « réalisme sans métaphysique » ou, plus encore, de ce que Hilary Putnam définit comme un « réalisme à visage humain ». McCloskey partagerait sans doute l’affirmation du premier selon laquelle :

  • 8 J. Bouveresse, Le philosophe et le réel, Paris, Hachette, 1998, p. 47.

… nous devons, en tout état de cause, maintenir une distinction entre les entreprises qui visent à la connaissance objective, et qui y parviennent au moins jusqu’à un certain point, et les autres. Je précise d’ailleurs que quand je parle de « connaissance objective », je ne considère pas du tout la recherche de la connaissance objective comme le monopole de la science. Il pourrait, par exemple, y avoir aussi une réalité morale, dont nous cherchons et parvenons à acquérir une connaissance objective.8

  • 9 H. Putnam, Définitions, Combas, L’éclat, 1992, p. 79, 76 et 74. Le pragmatisme est une théorie de (...)

7Elle souscrirait tout autant aux remarques du second qui, campant désormais résolument sous la bannière du pragmatisme de James et Dewey, mise sur la raison investigatrice, écrivant par exemple que « la raison dans sa totalité, ce sont nos diverses manières de discerner le bien et d’y tendre. La raison, ce serait donc en quelque sorte le bien appréhendé par ce que l’on croit, le bien appréhendé par la pensée », que « l’intérêt pratique se dégage de l’investigation en même temps que l’intérêt cognitif » et que « ce qui vaut pour l’investigation en général s’applique à l’investigation éthique »9.

  • 10 Sur ce point, J.-M. Ferry, Les puissances de l’expérience, tome 2, « Les ordres de la reconnaissan (...)

8L’intention réaliste de McCloskey ne fait donc pas problème. Pourtant il faudra juger si et jusqu’à quel point ce réalisme est entièrement endossé par son travail, tout particulièrement dans le cadre de ses premiers écrits sur la rhétorique. En d’autres termes il faudra vérifier si la bravade rhétorique qu’elle impulse en 1983 est entièrement solidaire chez elle d’une conception originale de l’objet de l’économie politique. À quel domaine de connaissance appartient plus spécialement l’économie ? Cela dépend en grande partie des expériences significatives sur la base desquelles se construit son projet scientifique propre. Or, science sociale, l’économie doit réfléchir la réalité des luttes et concertations dans le milieu de certaines interactions humaines liées à la production et à la distribution des richesses, et se positionner alors en priorité sur le registre du sens et des finalités10. Elle n’a une parenté qu’au mieux seconde avec les sciences de la nature en quête d’états de chose observables, techniquement manipulables, liés par un processus objectif neutre et totalement exempt de l’intervention d’une volonté agissante.

  • 11 Par exemple, O. Favereau, « La science économique entre deux siècles », La recherche, n° 337, déce (...)

9Or, le respect de cette distribution n’est pas acquis et, le moins que l’on puisse dire est qu’aujourd’hui il y a litige fort au sein de la communauté des économistes sur cette question. De nombreux courants critiques dénoncent le fourvoiement d’une science économique dominante « naturalisée », acculée à une théorie des contrats où peut encore s’exprimer la vision étroite d’une rationalité calculatrice, égoïste et marchande. Ils en appellent à une approche plus réaliste, plus compréhensive aussi et attentive enfin au rôle du contexte, des institutions et à la complexité des déterminants du comportement11. Ce qui dans cette perspective soulève alors question chez McCloskey est la présence simultanée et apparemment paradoxale dans son travail, d’un côté, d’une thèse forte sur l’argumentation et la rhétorique fustigeant le « modernisme », et, d’un autre côté, d’une allégeance aux schèmes conservateurs de l’École de Chicago, d’une assimilation rapide entre échange (marchand) et communication, enfin, d’une euphémisation des conflits et des phénomènes de pouvoir. Nous verrons que le travail de McCloskey n’évite pas ici entièrement le syncrétisme et qu’elle n’y échappe en partie qu’en proposant une lecture assez paradoxale des travaux de l’École de Chicago. En bref, officiellement elle célèbre le credo libertarien, tant en ce qui concerne l’analyse des comportements que celle des institutions, mais officieusement elle développe une analyse beaucoup plus compréhensive compatible avec les aboutissants méthodologiques d’une réflexion sur l’argumentation. Toutefois le caractère incertain et partagé de son travail permet d’ores et déjà de comprendre l’inachèvement de la révolution rhétoricienne dans l’expression qu’elle en propose. Mais nous montrerons aussi qu’impulsés en partie par l’article de 1983, les travaux ultérieurs sur la rhétorique économique que proposent d’autres économistes (nous aborderons ici les contributions significatives de Roy Weintraub, Robert Heilbroner et Albert Hirschman) relèvent de façon plus complète le pari rhétorique en économie.

Notes

1 Donald McCloskey a changé de sexe en 1994 pour devenir Deirdre McCloskey (sur ce point, Deirdre N. McCloskey, Crossing : A Memoir, Chicago, Chicago University Press, 2000). Nous adoptons dans ce texte de présentation la convention en vigueur dans le monde anglophone en utilisant systématiquement le féminin pour mentionner McCloskey.

2 Article publié dans le volume 31, 1983, p. 482-517.

3 Selon McCloskey, il n’est pas sans intérêt de passer les prétentions de l’économiste au crible du test très pragmatique de réussite adopté par le peuple américain : « Puisque vous, économistes, êtes si malins – ne prétendez-vous pas posséder le pouvoir de prédiction ! – dans ce cas, pourquoi votre bilan n’est-il pas plus reluisant ? Pourquoi, en bref, n’êtes-vous pas plus riches ? »

4 En français, ne sont actuellement disponibles que : D. N. McCloskey, « Rhétorique de l’expertise économique », V. de Coorebyter éd., Rhétoriques de la science, Paris, PUF, 1994 ; D. N. McCloskey, « Rhétorique et rationalité. Les métaphores de la science économique », Le Monde, 28 avril 1992.

5 J. Muth, « Rational Expectations and the Theory of Price Movements », Econometrica, vol. 29, 1961, p. 315-335.

6 R. Fogel, Railroads and American Economic Growth, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1964.

7 R. Coase, « The Nature of the Firm », Economica, vol. 4, 1937, p. 386-405.

8 J. Bouveresse, Le philosophe et le réel, Paris, Hachette, 1998, p. 47.

9 H. Putnam, Définitions, Combas, L’éclat, 1992, p. 79, 76 et 74. Le pragmatisme est une théorie de la connaissance développant la définition de la vérité d’un énoncé par le consensus obtenu à son propos dans une communauté idéale de chercheurs.

10 Sur ce point, J.-M. Ferry, Les puissances de l’expérience, tome 2, « Les ordres de la reconnaissance », Paris, Cerf, 1991, p. 96-112.

11 Par exemple, O. Favereau, « La science économique entre deux siècles », La recherche, n° 337, décembre 2000, p. 62-67 ; également B. Théret, « Institutions et institutionnalismes : vers une convergence des conceptions de l’institution », M. Tallard, B. Théret et D. Uri éd., Innovations institutionnelles et territoires, Paris, L’Harmattan, 2000.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search