Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Simon Stevin. De la vie civile, 1590

 | 
Catherine Secretan
, 
Pim Boer den

L’œuvre de Simon Stevin

Vérité et politique dans la Vita politica : la norme individuelle

Catherine Secretan

Texte intégral

  • 1 « Du fait qu’en beaucoup de lieux différents, de grands changements surviennent dans les gouvernem (...)

1Simon Stevin est un homme de la fin du xvie siècle. Sa Vita politica est fille de ce temps où dominent les mala publica, ces « calamités publiques » qui sont au cœur de la pensée politique et que la dédicace de Stevin au bourgmestre de Delft évoque lorsqu’il parle des « grands changements » survenant dans les gouvernements et du désarroi qu’ils sèment chez les individus1. Ainsi, comme bien d’autres œuvres au même moment, la Vita politica porte la marque de l’urgence et répond à une nécessité extrinsèque, celle qui contraint un auteur à s’interrompre dans ses occupations habituelles pour se consacrer à la réflexion politique. En effet, lorsque Stevin aborde la politique, il ouvre une parenthèse dans la série des travaux mathématiques auxquels il se livre : nous sommes entre la publication de son grand traité De Beghinselen der Weeghconst (1586) et celle de l’Appendice algébraïque (1594), ce dernier repris plus tard dans les Mémoires mathématiques (publiées en 1608).

  • 2 G. Oestreich indique que Juste Lipse avait offert, par l’intermédiaire du secrétaire des États gén (...)

2Aussi, la première question qui vient à l’esprit face à ce texte est de savoir à quel type d’œuvre il s’apparente. Nous voici en présence d’un discours dont l’une des caractéristiques premières, pour ainsi dire, est d’être à un an près l’exact contemporain des Politiques de Juste Lipse. Ce qui contribue a donner son intérêt immédiat à la Vita politica, c’est précisément cette proximité temporelle et géographique avec la publication des Politiques de Lipse (deux ouvrages, en outre, publiés à Leyde, l’un chez Plantin, l’autre chez le gendre de ce dernier, Franchoys Van Ravelenghien). Doit-on penser alors qu’en 1590 Stevin répondait à Juste Lipse2 ? Dans quelle mesure deux œuvres comme celles-ci peuvent-elles se comparer ? La question se pose d’autant plus qu’avec lui nous pénétrons dans un monde bien distinct : non pas celui des érudits de la « République des lettres », celui des savants qui cultivent les « bonnes lettres » et partagent une même conception élitiste du savoir, mais celui des défenseurs des vernaculaires et des auteurs de manuels pratiques. Autrement dit, à quels indices reconnaît-on que l’on est ici en présence d’un manuel pratique plutôt que d’un traité ? Telle est la première question qui se pose. La deuxième est de déterminer quel type d’appréhension de l’objet politique propose un auteur dont le domaine de savoir et de compétence est celui des mathématiques et des applications techniques – et c’est ici que surgit ce paramètre inattendu d’une norme subjective dans la constitution du jugement politique.

La Vita politica, un manuel pratique de vie civile

3Stevin lui-même signale, dès les premières lignes, tout ce qui distingue son texte des autres : ce n’est pas d’abord, dit-il, une description « en long et en large », ni un exposé « procédant étape par étape, depuis le général jusqu’au particulier » (p. 39), mais la réponse donnée à l’un des problèmes les plus fréquents de l’époque : celui des différents types de conflit auquel un individu peut se trouver confronté au cours de sa « vie civile ». Ce n’est pas non plus un discours « étoffé d’un nombre infini d’exemples et de cas divers », comme on aurait pu s’y attendre, mais une œuvre brève :

Touchant la minceur de ce travail, dit-il, que l’on pourrait, non sans raison, me reprocher sachant le nombre infini d’exemples et de cas divers dont j’aurais pu étoffer mon discours, je me disculperai en invoquant, d’une part, ma tendance à la brièveté, d’autre part, mon travail en Mathématiques. (p. 39)

4Il y a, dans cette orientation méthodologique si clairement exprimée dès le début du texte, une double prise de position : d’une part, contre une certaine forme d’écrit, d’autre part, contre un certain mode de pensée (mais les deux sont peut-être difficilement séparables pour un auteur comme Stevin…). Et c’est ici, évidemment, que l’on pense en premier lieu à Juste Lipse. Car tout d’abord, quelle est donc l’œuvre « étoffée d’un nombre infini d’exemples et de cas divers » si ce n’est précisément celle de Lipse, véritable anthologie de citations empruntées aux auteurs de l’Antiquité grecque et latine ? À l’inverse, le texte de Stevin puise sa substance presqu’exclusivement dans ce donné empirique fourni par l’histoire. Au lieu d’un florilège de citations, ce sont de multiples références à des événements historiques, proches ou lointains, comme la révolte de Münster autour de Jean de Leyde, celle des adamistes à Amsterdam, l’exemple de gouvernement que constitue le duché de Brabant, ou la république de Venise, jusqu’au modèle présent qu’offrent les Pays-Bas d’un accord entre privilèges provinciaux et lois générales (chapitre V). Stevin raisonne à partir de l’histoire, et souvent de l’histoire la plus actuelle.

5D’autre part, l’œuvre de Lipse n’est-elle pas de celles qui, partant du général – la vie civile – examinent systématiquement ce qui l’engendre, la fait exister et la détruit ? Par opposition à ce type d’écriture, la démarche de la Vita politica procède plutôt par un aller-retour entre la « règle générale » et le « cas particulier ». Le début du chapitre V est un des plus clairs sur ce point :

  • 3 Nous soulignons. Dans une des rares études consacrées aux rapports entre Pierre de La Ramée et Sim (...)

C’est une règle politique générale que chacun doit se conformer aux lois établies dans le lieu où il réside. Mais comme beaucoup de lois sont jugées incertaines et douteuses […], nous allons éclairer quelques cas particuliers […], puis exposer la règle générale selon laquelle se conduire de manière civile en toute situation. (p. 57)3

6En outre, la forme annoncée – qui, à l’évidence, s’inscrit dans le sillage d’un ramisme, non pas tant peut-être du ramisme logique que du ramisme philosophique, celui de l’émancipation de la raison et de l’autonomie de la pensée – contribue à opposer les deux démarches : Lipse, au début des Politiques, indiquait à ses lecteurs :

  • 4 Les politiques, trad. C. Le Ber, Paris, 1597 (nous soulignons).

Je me suis proposé de vous enseigner comment vous pourrez marcher droit au sentier de la vie civile : non comme de moy-mesme, mais par les preceptes & instructions des anciens, & par leurs propres mots.4

  • 5 I Bouck des eertclootschrifts, Vande vernieuwing des Wysentijts…, p. 19.

7Stevin, en écartant « le nombre infini d’exemples et de cas » dont il aurait pu « étoffer » son discours, écartait en fait tout besoin d’une caution demandée à l’Antiquité – comme il en faisait explicitement la théorie dans le chapitre de ses Mémoires mathématiques consacré au « temps des Sages » : qu’avons-nous besoin, dit-il, de prouver nos propositions par la formule « Hippocrate l’a dit… »5 ?

8Enfin, touchant la « minceur » de ce travail, il faut souligner qu’il ne s’agit pas là seulement d’un manque de temps, mais d’abord d’un idéal. La Vita politica est, en effet, une œuvre courte parce que la brièveté, tout comme la simplicité, représentaient, pour Stevin, l’une des qualités essentielles de toute démonstration. C’est à propos du langage que cet idéal s’exprime de la manière la plus développée. La valorisation linguistique du néerlandais par Stevin n’était pas seulement le produit d’un sentiment nationaliste, elle était explicitement justifiée par une certaine conception du rapport des mots aux choses :

Le but du langage est d’exposer le contenu de nos pensées, et de même que celui-ci est bref, l’exposé requiert lui aussi la brièveté, laquelle est obtenue de la meilleure façon en désignant chaque chose singulière par un son singulier.

  • 6 « Uytspraeck vande Weerdicheyt der Duytsche Tael » (De Beghinselen der Weeghconst, 1586).
  • 7 Voir L’Arithmetique de Simon Stevin, … revue, corrigée et augmentée de plusieurs traictez et annot (...)

9Dans son « Discours sur la dignité de la langue néerlandaise »6, il rêve ainsi d’une sorte d’immédiateté de la connaissance que la simplicité du mot saurait traduire et dont il nous donne la raison dans l’Arithmétique : « Les mots sont comme les signes de l’affection de l’âme, lesquels se dénotent par escriptures. »7 Si donc l’exposé de la Vita politica est bref, c’est aussi pour être au plus près de son objet.

10Enfin, l’indication en marge de tous les termes latins qui se trouvent, dans le texte, transposés en néerlandais afin d’initier le lecteur aux néologismes proposés – mais on n’insistera pas ici sur ce point –, ajoute à cette dimension pédagogique du texte.

  • 8 « La Pratique n’est pas, le premier auquel doibt commencer l’apprentif [sic] ; […] ainsi faut-il e (...)

11Ainsi, c’est bien sur le modèle d’un manuel pratique que se présente l’exposé de Stevin, à l’image du modèle suivi pour l’Arithmétique, par exemple, où avant de confronter l’« apprenti » à la « pratique », on l’oblige à assimiler les principes et les termes dont il aura besoin par la suite8. L’ordre est le même dans la Vita politica : « Définissant tout d’abord la vie civile, nous dirons ensuite quelle est l’autorité légitime d’une personne politique. Puis comment se conduire civilement dans les guerres civiles » (p. 39). Conçue comme la mise en place, à propos de la vie civile, d’une « langue qui puisse adéquatement représenter les choses » (p. 37) et de définitions qui permettent de « comprendre la doctrine » (pour reprendre les termes de l’Arithmétique), la Vita politica relève donc d’une typologie très éloignée de celle du « miroir des Princes », comme les Politiques de Lipse. Ce que Stevin présente est plus proche d’un guide pratique, destiné à fournir des solutions pour surmonter différentes formes de conflits comme autant de problèmes à résoudre. C’est là, indubitablement, un des premiers parallèles que l’on peut établir, chez Stevin, entre sa pratique d’ingénieur et de mathématicien et sa réflexion politique.

L’objet du discours : les conflits

12Tout l’exposé de Stevin est centré sur l’idée de burgherlijkheyt, c’est-à-dire de « citoyenneté », mais on a vu qu’au centre de ce thème prédomine l’idée de conflit. En effet, ce que Stevin met au premier plan – comme si la politique entière se résumait à cela –, et ce qui motive sa réflexion, c’est ce donné rencontré en tant qu’individu social et que constituent les formes possibles de dissensions civiles : conflit à propos du souverain, conflits à propos des lois, conflits à propos de la religion. En huit chapitres, la Vita politica passe en revue ces principaux cas et indique ce que prescrit, pour chaque situation, la règle d’une « bonne conduite civile », sachant que celle-ci ordonne à l’individu de

toujours considérer comme l’autorité à laquelle il est soumis ceux qui, au moment présent, règnent effectivement sur les lieux où il a choisi de résider, sans se mêler de savoir si ceux-ci ou leurs prédécesseurs sont parvenus légitimement ou non au pouvoir. (p. 42)

13Résumons rapidement le détail de ses réponses avant de mettre l’accent sur le mode de connaissance qui préside à l’élucidation d’une « bonne » conduite civile.

  • 9 Sur cette dernière forme de gouvernement et le sens de la dénomination (staetvorstheyt) employée p (...)

14Ce que présuppose la règle énoncée à l’instant est très simple : prendre une juste connaissance des éléments qui composent telle ou telle situation et décider, à partir de là, si l’on accepte ou non de suivre le principe de la soumission au pouvoir établi. Connaître, pour Stevin, signifie nommer dans un langage approprié : « car nous savons », dit-il à propos des princes institutionnels, « qu’un terme impropre a engendré une conception impropre de la chose » (p. 46). Toute métaphore, par conséquent, doit être bannie. Seule une juste « définition » permettra de savoir où se trouve l’autorité légitime (« ceux qui règnent effectivement »), en quoi consiste la vie civile (« juste pratique » d’où résulte la plus grande paix et le plus grand bien-être pour la communauté), quelle est la forme du gouvernement dans le pays où l’on vit (monarchie, aristocratie, démocratie, ou gouvernement seigneurial9), quelles sont les lois auxquelles il faut obéir en premier lieu (« celles qui concernent l’union »). Enfin, concernant la religion, ce qu’il définit correspond à une vision très utilitariste où la religion se voit investie d’une fonction d’éducation morale de l’individu et de maintien de l’ordre social à l’intention de tous ceux qui, n’ayant pas la raison pour loi, ne peuvent se passer de la crainte de Dieu.

15Tout conflit – qu’il soit vécu par un sujet ou par un souverain – prend donc sa source dans une méconnaissance, misverstand (que l’on trouve traduit dans l’Arithmétique par « mesentendement »), notion récurrente au sein du discours de Stevin. Prenons l’exemple d’un conflit entre un prince et son sénat (exemple emprunté à l’histoire très récente de la révolte des Pays-Bas contre l’Espagne) :

Imaginons, dit Stevin, que le doge de Venise veuille changer la forme du gouvernement et déposer le Sénat contre son gré pour le remplacer par un gouvernement ecclésiastique que l’on appelle Inquisition. (p. 48)

  • 10 Remarquons, au passage, ce détail intéressant qu’en 1590, alors qu’il s’apprête à entrer au servic (...)

16Une fois examinés la forme du gouvernement, qui est celle d’une monarchie parlementaire, et les arguments des deux partis en présence, « il est évident, conclut Stevin, qu’un sujet devra, pour se conduire de manière civile, se ranger aux côtés du Sénat » (p. 49)10. Mais une situation de conflit peut se rencontrer également à propos de lois qui semblent contradictoires. En pareil cas, soit le sujet élucidera lui-même le rapport entre les lois « hiérarchiquement supérieures » et auxquelles, pour cela, on doit obéissance avant celles d’un niveau « inférieur », soit il s’en remettra à l’interprétation donnée par le souverain.

Les deux voies de la connaissance

17Toute connaissance est un « composé de théorie et de pratique ». Stevin ne formule pas de véritable théorie de la connaissance, ce qu’il propose se réduit plutôt à une certaine conception du savoir, dont la Vita politica nous fournit quelques indications, mais plus encore l’Appendice joint pour la première fois à la Vita politica, dans la réédition qu’en présentent les Materiae politicae de 1649. Au cœur de cette conception, un principe domine, celui de l’aller-retour entre théorie et pratique. Aucun savoir digne de ce nom ne se construit sans que l’on tienne compte de ce qu’enseigne aussi bien la théorie (spiegheling) que la « pratique » (daet). Lui-même, Stevin, s’est toujours maintenu entre la raison et l’expérience – « de reden bevesticht met de daet », « la raison confirmée par la pratique », explique-t-il. Cette conception est centrale dans son œuvre et, en définitive, rend compte de toute son activité – aussi bien celle d’un auteur d’ouvrages scientifiques que celle d’un homme de la praxis. L’un des exposés les plus clairs qu’il nous en ait donné figure dans cet essai intitulé « Le temps des Sages » (Wysentyt), dont il a été question plus haut, et où il décrit l’âge d’or de la connaissance, ce moment où il imagine que les hommes possédaient une connaissance exceptionnelle de toute chose. Cherchant à repérer les conditions qui permettraient de restaurer ce temps béni du savoir, Stevin y précise ce que signifient pour lui la théorie, d’une part, et la pratique de l’autre :

  • 11 « Spiegheling is een verdochten handel sonder natuerlicke stof,ghelijck onder anderen sijn de Spie (...)

La théorie est une procédure fictive, sans matière [stof] naturelle, comme le sont par exemples les théories du théoricien Euclide, qui procède en posant des grandeurs et des nombres sans relation avec la matière naturelle. La pratique est une opération qui se produit principalement à partir de choses naturelles, telles que des mesures de terrain et de murs, en comptant le nombre de pieds qui s’y trouvent. […] La caractéristique et la fin de la théorie – conclut Stevin – sont de fournir un fondement assuré pour la manière de procéder dans la pratique.11

  • 12 I Bouck des eertclootschrifts,Vande vernieuwing des Wysentijts…, p. 9.

18Mais cette relation entre théorie et pratique n’est ni de subordination de l’une à l’autre, ni d’antériorité de l’une par rapport à l’autre. Il s’agit plutôt de concordance, ou de concomitance. Stevin récuse toute pratique qui suivrait aveuglément les règles qui lui sont prescrites sans s’intéresser aux preuves fournies par la théorie, de même qu’il dénonce toute spéculation qui ne se donnerait pas pour fin d’être utile à la pratique. Ce qui ici, au regard du sujet de notre analyse – les conditions de possibilité d’un jugement politique –, nous intéresse, c’est que cette représentation de l’origine du savoir s’accompagne, dans la langue de Stevin, d’un couple sémantique récurrent : le binôme qui associe « l’expérience » et le « savoir » : ervaren / gheleert (dans sa forme positive comme dans son contraire : onvervaren / ongheleert). Ainsi, par exemple, dans la Vita politica, au début du chapitre quatre : « De gheleerde ervaren Burgherlicke… », qui se traduit en français par « Les citoyens instruits et expérimentés… » Une telle association se retrouve ailleurs, comme dans ce chapitre des Mémoires mathématiques, cité plus haut, consacré à l’évocation du « temps des Sages », où Stevin déclare précisément que ceux que l’on dit très érudits sont ceux dont l’« expérience », dans un certain domaine, est très grande : « … en die daer in seer ervaren sijn worden daerom ook seer gheleert ghenoemt »12. Il s’agit ici du talent poétique chez des auteurs qui pratiquent avec succès le mélange des genres, profane et religieux, dans leur art. Mais le mouvement même que dessine l’emploi de ces deux termes – d’une grande « pratique » à une grande « érudition » – est porteur d’un sens qui déborde le strict domaine stylistique.

19Une telle équation est essentielle parce que tout savoir – y compris le savoir politique – se révèle comme un « composé » de théorie et de pratique. S’agissant de la Vita politica, c’est même ce qui légitime l’initiative prise par Stevin. En effet, s’il s’estime autorisé à parler de politique, c’est parce qu’il dispose de cette forme d’expérience que constitue la pratique même de la vie en société, savoir réel doublé de celui fourni par la connaissance de l’histoire. Voilà ce qui justifie sa « compétence » en la matière. Car c’est bien là un de nos premiers étonnements face à ce texte : de quel droit cet ingénieur, ce mathématicien se met-il à nous entretenir de politique ? Comment défend-il – à ses yeux et aux nôtres – son initiative, cette intrusion dans un champ étranger à son domaine habituel de réflexion ? Or, ce qui est révélateur, c’est qu’il a explicitement prévenu l’objection – peut-être la lui avait-on faite ? – dans l’Appendice joint à la publication de la Vita politica par son fils Hendrik, au sein du recueil des Materiae politicae, en 1649 :

  • 13 Materiae politicae, Leyde, 1649, p. 31-32.

Puisque l’on pourrait me demander si ce sujet relève bien de ma compétence, je répondrai, avant d’en arriver à la matière même, de la façon suivante : l’objet de ce qui précède concerne la sujétion politique ; ce qui suit traite du gouvernement. Pour ce qui est de la première question, vu que depuis ma prime enfance jusqu’à maintenant, j’ai toujours vécu dans la sujétion, sans jamais gouverner moi-même, j’ai nécessairement traité ici d’une matière dont j’ai longtemps fait l’expérience, et même aussi longtemps que possible.13

  • 14 I Bouck des eertclootschrifts,Vande vernieuwing des Wysentijts…, p. 19.

20On se tromperait en considérant ces propos comme des arguments ad hoc, teintés d’intention polémique : il faut au contraire, pour bien les comprendre, établir à nouveau un parallèle entre la pratique d’ingénieur et la réflexion politique chez Stevin. On s’aperçoit alors qu’il se place – pour justifier la recevabilité de sa réflexion politique – dans la position de tous ceux qu’il appelait des « observateurs » (gaslagers) et dont il recommandait avec tant d’insistance le concours pour favoriser l’avancement des sciences. En effet, dans le Wysentyt, l’une des conditions qui doit permettre de retrouver l’« âge d’or » de la connaissance est celle qui consiste à recueillir le plus grand nombre de données empiriques possibles (« veel dadelicke ervaringen »14) en mettant à contribution le plus grand nombre d’« observateurs » individuels possibles. Pareille situation, qui permet d’assurer à la fois l’abondance et la diversité des informations, doit permettre aussi leur contrôle et leur vérification. L’exemple de l’astronomie fournissait, par excellence, le premier champ d’application d’un protocole de ce type, mais tout registre du savoir devait en être aussi, et la politique non moins que les autres.

21Donc Stevin peut figurer, en politique, comme un « observateur ». Mais alors s’agissant du prince et des conflits dans lesquels il lui arrive de se trouver, que dire d’une position quelconque comme celle-là ? Stevin est-il autorisé à parler de ce qu’il ne peut « observer » ?

Vu que selon vos propres déclarations vous n’avez jamais gouverné – imagine-t-il qu’on lui objecte – que voulez-vous écrire au sujet du gouvernement ? […] La règle veut assurément que personne ne se mêle d’enseigner ce dont il n’a pas l’expérience lui-même. (p. 73)

22Ici la réponse fournie par l’auteur de la Vita politica renvoie, à nouveau, à cette « combinaison » de théorie et de pratique qui devrait interdire de les distinguer comme on le fait habituellement :

  • 15 Voir E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, La Haye, 1943, p. 333-336 ; Klaas Van Berkel, « Spiegheling (...)

Les philosophes, dit-il, ceux du passé comme ceux d’aujourd’hui, font la distinction entre théorie et pratique15, mais en les différenciant tellement que l’on peut très bien avoir d’un côté la connaissance sans avoir, de l’autre, l’expérience […] C’est pourquoi, lorsque les théoriciens sans expérience de la pratique comme l’étaient Ptolémée, Euclide, Vitruve et leurs semblables, demeurent dans les limites de la théorie, ils exercent irréprochablement leur profession. […] Si donc les profanes […] comprennent la distinction entre théorie et pratique, ils peuvent comprendre que nous-mêmes, dans ce qui suit et qui demeure à l’intérieur des limites de la théorie, nous ne traitions pas de quelque chose d’étranger à notre compétence. (p. 75)

23Ce qui apparaît, dans l’argumentation développée ici par Stevin, c’est que cherchant à supprimer la distinction, si fortement ancrée dans les esprits et les structures sociales, entre le théoricien et l’homme de la praxis, entre l’ingénieur et le savant, l’auteur de la Vita politica se place lui-même dans la situation où l’exercice d’une théorie constitue une « pratique » au même titre qu’une autre. Or, précisément, s’agissant de la question du gouvernement et de la situation de Prince, stevin dispose de cette « pratique » que constitue l’histoire, trésor d’expériences consignées dans les livres et dont l’érudit se fait le passeur. Il y a chez Stevin une certaine parenté en cela avec Juste Lipse comme avec Francis Bacon, le premier s’adressant au prince, au livre IV de ses Politiques, pour lui dire :

  • 16 Les Politiques, op. cit., p. 28.

Apprenez donc cela, & de qui ? De la recherche, de l’usage, & des livres, & de moy aussi, quelque chose, qui vous depeindray comme en un tableau les principales affections populaires,16

24l’autre, Bacon, légitimant le rôle que les hommes de savoir peuvent jouer en politique :

  • 17 Du progrès et de la promotion des savoirs (The Two Bookes of Francis Bacon of the Proficience and (...)

Il n’est pas possible que l’expérience accumulée au cours de la vie d’un homme puisse fournir suffisamment d’exemples et de précédents pour conduire, ne serait-ce que sa propre vie, en toutes occasions : de même, bien souvent, les incidents du temps présent se trouvent concorder davantage avec des faits très anciens qu’avec ceux du passé plus récent.17

25L’instruction, par tout ce qu’elle rapporte d’exemples et de leçons des temps anciens, fournit un type d’expérience qui permet de conseiller un prince.

Légitimité politique et subjectivité

26Quel enseignement nous livre ce mode d’appréhension de l’objet politique du point de vue de la conduite civile ? À l’évidence celui-ci : qu’une « bonne » conduite civile ne peut être que le produit d’un croisement de l’empirique et du subjectif, c’est-à-dire de la territorialité qui fonde la légitimité du pouvoir et de la subjectivité du jugement individuel qui décide de la « bonne conduite civile ».

27En effet, la légitimité du pouvoir, on l’a vu, est intrinsèquement liée à son inscription dans un espace géographique déterminé. Il n’y a aucune transcendance qui puisse assurer au souverain, quel qu’il soit, l’obéissance de ses sujets. L’existence d’une autorité politique donnée suffit à justifier l’obéissance qu’on lui doit, comme l’énonce la première règle de toute vie civile :

Chacun doit considérer comme l’autorité à laquelle il est soumis ceux qui, au moment présent, règnent effectivement sur les lieux où il a choisi de résider, sans se mêler de savoir si ceux-ci ou leurs prédécesseurs sont parvenus légitimement ou non au pouvoir.

28Il s’agit là, ajoute Stevin, d’une « règle certaine et universellement valable » (p. 43). Par voie de conséquence, le seul fait de sortir du territoire rend légitime toute action de résistance au souverain, action qui, de l’intérieur, serait illégale. De même pour les lois (« C’est une règle politique générale que chacun doit se conformer aux lois établies dans le lieu où il réside », p. 57), et de même pour la religion (p. 68).

29Mais en même temps, et c’est ce qui fait à la fois l’originalité et la force de ce texte, la question de la légitimité politique se trouve abordée également par le biais de la singularité des réponses individuelles : à l’individu de décider – nous dit Stevin – s’il s’accorde avec les lois de son pays selon son « sentiment intérieur » (sijn eygen ghemoet), ou sinon de « choisir parmi les différentes communautés existant sur terre, celle à laquelle il puisse et désire obéir » (p. 69). On remarque ainsi dans la Vita politica la prédominance d’un langage qui renvoie au registre de la subjectivité, et qui plutôt que de le discréditer comme le ferait une logique fondée sur l’opposition passion / raison, le valorise au contraire, pour son rôle essentiel dans l’élaboration d’une juste conduite civile. De manière assez inattendue, le discours de Stevin fait intervenir fréquemment, dans son raisonnement, des notions telles que « sentiment personnel », « sentiment propre » (yemants ghevoelen, eyghen ghemoet), « sentiment intérieur » (innerlijk ghemoet), « inclination » (gheneghentheyt).

  • 18 « J’appelle vie civile [vitam civilem] la vie que nous demenons en compagnie & société les uns ave (...)

30Le « bon citoyen » sera donc avant tout celui qui s’accorde avec la constitution de son pays, en bonne logique aristotélicienne, avant même celui qui peut se qualifier d’homme de bien, comme le définit Juste Lipse18. Mais cela dans la réalisation d’un accord où l’« inclination », le « sentiment personnel », interviennent de manière aussi décisive que la territorialité géographique comme légitimation d’un pouvoir politique. C’est, en outre, un « accord » constamment réactivé, un choix qui n’est jamais définitif puisqu’une loi peut être trouvée bonne un jour, mauvaise le lendemain :

À supposer même que certaines […] lois soient injustes […] – sans compter le fait que nous puissions un jour juger bon ce que le lendemain nous estimons mauvais… (p. 70)

  • 19 Je me permets de renvoyer ici à l’analyse que j’ai proposée ailleurs (Les privilèges, berceau de l (...)

31Enfin, dernier enseignement : il faut rester dans les limites de sa compétence. Conflits et guerres civiles se produisent lorsque les limites d’un champ de compétence sont franchies, à commencer par celles de la compétence souveraine19.

Conclusion

32Plusieurs remarques s’imposent.

33Tout d’abord, la Vita politica fait partie de ces œuvres dans lesquelles le moment de la réflexion politique apparaît plus que jamais comme un moment explicitement et fondamentalement spécifique. Non pas hétérogène à l’activité principale de l’auteur, comme nous l’avons cru dans un premier temps, mais centrée sur un objet qui, si on entend l’appréhender sur le modèle d’un objet mathématique ou technique, ne se donne pas selon les mêmes critères de vérité. L’auteur d’un texte de théorie politique « s’interrompt » presque toujours – selon ses propres dires –, pour traiter de ce sujet. Il y a, certes, une part d’artifice rhétorique dans une telle présentation des choses (et aussi une sorte de précaution oratoire : la justification par l’urgence). Mais chez Simon Stevin, ce n’est pas parce que le moment apparaît hétérogène aux activités de l’auteur que la forme de l’œuvre l’est : la Vita politica demeure en parfaite cohérence avec la démarche suivie dans les autres ouvrages, comme avec l’intention qui les guide, à savoir ce désir d’obtenir que la théorie serve à la pratique.

34Ensuite, la réponse par l’exil peut surprendre de la part d’un esprit tourné vers la création et l’innovation plutôt que vers le retrait. N’aurait-il pas été plus cohérent chez un auteur comme Stevin de défendre les thèses calvinistes de la résistance au souverain, de la vocation de l’individu et du droit d’intervention des particuliers ? In extremis, à la fin du texte, survient l’évocation de cette question cruciale du droit des particuliers : « Ne changera-t-on alors jamais les mauvaises lois ou coutumes et les laissera-t-on perdurer dans toute leur nocivité ? » (p. 70). La réponse n’est pas négative mais elle prescrit d’observer la légalité des formes, ou… d’agir depuis l’extérieur. Si Stevin ne rejette donc pas toute initiative personnelle en matière de politique, sa recommandation est, fondamentalement, celle du néostoïcisme lipsien : « Nos conseils sont pour la paix », écrit Lipse à la fin de ses Politiques. Ici, l’ingénieur et l’humaniste se rejoignent.

  • 20 « … met zulcke redenen als my van die stof nu te voren commen ».

35Car la vraie liberté selon Stevin n’est peut-être pas là : elle serait plutôt dans la place faite, chez l’individu, au choix « éclairé » des conditions de sa sujétion. Et l’on pourrait être tenté d’y voir un peu de la situation de Stevin lui-même. Ne fut-il pas l’homme des provinces du Sud – catholiques – venu au Nord – calviniste –, sans jamais avoir eu besoin de se prononcer sur ses préférences confessionnelles ? Ne fut-il pas l’employé d’un prince auquel il ne cacha pas qu’il choisirait, le cas échéant, de se ranger aux côtés des États ? Ne fut-il pas l’homme de science qui prit le parti de raisonner, comme il le dit ouvertement dans sa dédicace au bourgmestre de Delft, au moyen d’arguments qui lui « viennent à l’esprit » (p. 38)20 ? Il y a, dans la Vita politica, l’expression d’une liberté qui tient à la valorisation de tout ce qui relève de la seule décision et de la seule raison individuelles, autrement dit de ce qui fonde la compétence irréductible d’un savoir particulier.

Notes

1 « Du fait qu’en beaucoup de lieux différents, de grands changements surviennent dans les gouvernements, les uns adoptant tel parti, les autres tel autre, chacun estimant son choix le meilleur, il s’élève entre les hommes de grandes divergences d’opinion… » La traduction française que nous utilisons est celle de notre édition dans le présent volume, à laquelle renvoient les pages données dans le texte.

2 G. Oestreich indique que Juste Lipse avait offert, par l’intermédiaire du secrétaire des États généraux, Cornelis Aerssens, un exemplaire des Politiques à Maurice de Nassau en 1589 (G. Oestreich, Neostoicism & the early modern state, Cambridge University Press, 1982, p. 62).

3 Nous soulignons. Dans une des rares études consacrées aux rapports entre Pierre de La Ramée et Simon Stevin (J. J. Verdonk, « Vom Einfluss des P. de la Ramée auf Simon Stevin », Centaurus, 1969, vol. 13, n° 3-4), l’auteur voit dans le mode d’exposé suivi par la Vita politica le témoignage le plus évident de cette parenté (p. 252-255).

4 Les politiques, trad. C. Le Ber, Paris, 1597 (nous soulignons).

5 I Bouck des eertclootschrifts, Vande vernieuwing des Wysentijts…, p. 19.

6 « Uytspraeck vande Weerdicheyt der Duytsche Tael » (De Beghinselen der Weeghconst, 1586).

7 Voir L’Arithmetique de Simon Stevin, … revue, corrigée et augmentée de plusieurs traictez et annotations, par Albert Girard, À Leide, de l’Imprimerie des Elzeviers, MDCXXV, « Au lecteur », p. 1 : « Parce que l’Arithmétique (ce qui est aussi commun aux autres ars) s’explique par motz comme signes de l’affection de l’ame, lesquels se denotent par escriptures ; Il nous faut premierement descripre la signification des propres vocables de ceste science. » C’est ce qui lui faisait dire, par exemple, que le nord de la Hollande était le lieu où s’était conservée la langue la plus pure parce que toutes sortes de mots d’une syllabe s’y trouvaient encore alors qu’ailleurs, ils étaient passés à deux syllabes : ainsi moer pour moeder (la « mère »), vaer pour vader (le « père »), broer pour broeder (le « frère »), etc. (En réalité, l’évolution linguistique s’est produite dans le sens inverse : celui d’une perte de phonème, ou d’une contraction, plutôt que d’un ajout…).

8 « La Pratique n’est pas, le premier auquel doibt commencer l’apprentif [sic] ; […] ainsi faut-il entendre le mesme de ceste Pratique d’Arithmetique ; à sçavoir qu’elle n’est pas le premier, auquel il doibt commencer ; mais à ce qui est le fondament servant generalement à toutes operations, qui se rencontrent en icelle », La Pratique d’Arithmetique de Simon Stevin, « Au lecteur ».

9 Sur cette dernière forme de gouvernement et le sens de la dénomination (staetvorstheyt) employée par Stevin dans la Vita politica, voir dans ce même recueil la contribution de Mario Turchetti.

10 Remarquons, au passage, ce détail intéressant qu’en 1590, alors qu’il s’apprête à entrer au service d’un prince, Stevin épouse ouvertement, dans son discours, la cause d’un parti qui défendrait les États contre leur prince…

11 « Spiegheling is een verdochten handel sonder natuerlicke stof,ghelijck onder anderen sijn de Spieghelinghen des Spieghelaers Euclides, handelende deur stelling (Per Hypotesin) van grootheden en ghetalen, maer elck ghescheyden van natuerlicke stof. Daet is een handel die wesentlick met natuerlicke stof gheschiet, als lant en wallen meten, de menichte der roen of voeten tellen die der in sijn, en dierghelijcke. […] De eyghenschap en t’eynde der Spiegeling is datse verstreckt tot seker gront vande manier der wercking inde daet… », Vande vernieuwing des Wysentijts. On notera, dans ce passage, l’insistance sur ce que nous avons traduit en français par « matière naturelle » (natuerlicke stof) et souligné par nous dans le texte néerlandais. Sans entrer dans le détail de ce qui constitue l’un des aspects linguistiques originaux de l’œuvre de Stevin – doublé ici d’une dimension philosophique –, il faut remarquer que cet emploi de « stof » pour « matière » est une des créations remarquables de Stevin dont ce texte offre l’une des premières occurrences. Voir E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, La Haye, 1943, chap. xvi, et en particulier, p. 314.

12 I Bouck des eertclootschrifts,Vande vernieuwing des Wysentijts…, p. 9.

13 Materiae politicae, Leyde, 1649, p. 31-32.

14 I Bouck des eertclootschrifts,Vande vernieuwing des Wysentijts…, p. 19.

15 Voir E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, La Haye, 1943, p. 333-336 ; Klaas Van Berkel, « Spiegheling en daet bij Beeckman en Stevin », Tsch. gesch. geneeskunde natuurw. visk. techn., 79, dl. 2, p. 97.

16 Les Politiques, op. cit., p. 28.

17 Du progrès et de la promotion des savoirs (The Two Bookes of Francis Bacon of the Proficience and Advancement of Learning divine and Humane, to the King), traduction Michèle Le Doeuff, Paris, Gallimard, 1991, p. 16.

18 « J’appelle vie civile [vitam civilem] la vie que nous demenons en compagnie & société les uns avec les autres à l’utilité & commodité mutuelle & usage commun de tous. Je luy baille deux conducteurs, la Prudence & la Vertu. La premiere est par le iugement de tous ; mais l’autre est du mien seul : pour ce que ie ne crois pas qu’aucun puisse estre vrayement bon citoyen, s’il n’est aussi homme de bien », Les politiques, premier livre, trad. C. Le Ber.

19 Je me permets de renvoyer ici à l’analyse que j’ai proposée ailleurs (Les privilèges, berceau de la liberté, Paris, Vrin, 1990, p. 96-98), concernant le rapport entre l’émergence d’une pensée de la compétence et celle d’une liberté qui ne serait plus seulement fondée sur la détention de certains privilèges.

20 « … met zulcke redenen als my van die stof nu te voren commen ».

Auteur

Chargée de recherches au CNRS

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540