Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bakounine jeune hégélien

 | 
Jean-Christophe Angaut

Introduction

Texte intégral

  • 5  Ce n’est qu’à partir de 1864 que Bakounine peut être qualifié d’anarchiste, ou de socialiste liber (...)

1Les textes traduits et commentés ici contiennent l’intégralité de la contribution de Bakounine à la gauche hégélienne, contribution peu étudiée comme la plupart des textes qui appartiennent à la période « pré-anarchiste » de Bakounine5. Il s’agit de « La Réaction en Allemagne », texte qui paraît en octobre 1842 dans les Deutsche Jahrbücher fûr Wissenschaft und Kunst (Annales allemandes pour la science et l’art) d’Arnold Ruge, de lettres échangées avec ce même Ruge au début de l’année 1843, et de l’article « Le communisme », qui paraît en juin 1843 dans le Schweizerischer Republikaner (Le Républicain suisse) de Zurich.

  • 6  On dispose des notes que Bakounine a prises au cours de sa lecture de Hegel, en particulier sur la (...)
  • 7  Fichte, Initiation à la vie bienheureuse, Paris, Aubier-Montaigne, 1992.
  • 8  Fichte, Conférences sur la destination du savant, Paris, Vrin, 1980.
  • 9  En particulier lorsqu’il s’agit de défendre l’une de ses sœurs contre un mariage forcé et une autr (...)

2Tous ces textes ont été rédigés en allemand. Jeune aristocrate russe, Bakounine a en effet été élevé par des précepteurs allemands et français. Surtout, à partir de la seconde moitié des années 1830, après avoir renoncé à la carrière militaire à laquelle le destinait son père, le jeune Bakounine s’est plongé dans la littérature philosophique allemande en participant au cercle de Stankevitch. C’est là qu’il lit Kant, Schelling, mais surtout Fichte puis Hegel, pour lequel il se prend d’une véritable passion6. Cette approche autodidactique de la philosophie nourrit l’abondante correspondance qu’il échange avec son entourage (notamment ses sœurs) et lui sert alors à penser ses relations familiales et amicales. Bakounine trouve en particulier chez Fichte (dont il a lu l’Initiation à la vie bienheureuse7 et les Conférences sur la destination du savant8) les premières formulations d’une philosophie de l’émancipation, dont il fait un usage strictement privé9.

  • 10  Les Discours au gymnase ont été traduits par Bernard Bourgeois dans le recueil Textes pédagogiques(...)
  • 11  Les clivages entre jeunes et vieux hégéliens d’une part, entre hégéliens de droite et de gauche d’ (...)

3En juin 1840, Bakounine, qui est parvenu à convaincre ses parents de le laisser partir, quitte la Russie pour poursuivre à Berlin ses études de philosophie. À ce moment, il n’a publié que deux brefs écrits : un « Avant-propos du traducteur » (1838) aux Discours au gymnase10 de Hegel et la première partie d’un long article, « De la philosophie » (1839-1840), dont il laisse inachevée la seconde partie, plus longue que la première. Qu’il s’agisse de sa lecture de Fichte, surdéterminée par son contexte personnel, ou de celle de Hegel, le trait le plus marquant des textes de la période russe réside dans la quasi-absence de préoccupations politiques. Et lorsqu’il s’aventure sur ce terrain, le jeune Michel fait preuve d’un conformisme bien éloigné des positions révolutionnaires qui seront ensuite les siennes. Ainsi l’« Avant-propos » de 1838 s’articule autour d’un double enjeu : proposer une défense de la philosophie, alors dénigrée en Russie (et interdite à l’université), et indiquer quelle voie est la bonne pour la Russie entre la voie française, celle qui mène à la Révolution, et la voie allemande, qui mène à la philosophie de Hegel, et ce sous le rapport de l’éducation qui doit être dispensée à la jeunesse russe. Sur ces deux points, Bakounine apparaît comme une figure paradoxale. Eu égard aux débats qui ont lieu en Russie entre slavophiles et occidentalistes, Bakounine se situe indéniablement parmi les seconds, en ce qu’il prescrit à la Russie de prendre exemple sur l’Allemagne. Mais si l’on se réfère aux débats qui ont lieu en Allemagne, le dénigrement de la voie française fait au contraire de Bakounine un « jeune hégélien de droite »11 qui glorifie complaisamment la « magnifique réalité russe ». Ce choix sera retourné d’une manière spectaculaire par « La Réaction en Allemagne » quatre ans plus tard.

  • 12  C’est sous ces traits que le peindra son ancien ami Ivan Tourgueniev dans Roudine en 1855.
  • 13  Lettre à Stankevitch de février 1840 et lettre à son frère Pavel de janvier 1841.
  • 14  Ces notes sont datées, ce qui permet de suivre semaine après semaine la progression de Bakounine a (...)
  • 15  Lettres et notes de cours sont disponibles sur le cédérom de l’IISG.

4Le départ de Bakounine pour Berlin peut être lu comme une tentative pour échapper au destin d’« homme de trop » que lui promettait sa condition de jeune noble oisif 12. De l’Allemagne, le jeune apprenti philosophe attend « le baptême du feu et de l’esprit », ainsi qu’il l’annonce à son ami Stankevitch13. Pendant un an, Bakounine approfondit avec assiduité sa connaissance de Hegel en prenant des leçons auprès de Werder, disciple orthodoxe du maître. Comme en témoignent ses notes de cours et plusieurs lettres à son entourage14, il travaille alors principalement sur la Science de la logique de Hegel, ce dont témoignera « La Réaction en Allemagne »15.

  • 16  Benoît Hepner signale notamment la rencontre d’un poète proche du courant « Jeune Allemagne » (Var (...)
  • 17  Bakounine conservera toujours pour cet auteur une affection particulière, soutenant encore en 1871 (...)

5Deux séries d’éléments expliquent la radicalisation politique de Bakounine. Tout d’abord, à partir de l’été 1841, le cercle de ses fréquentations s’élargit16 et diverses rencontres le mènent à Dresde où il fait la connaissance d’Arnold Ruge, éditeur de l’un des principaux organes de la gauche hégélienne, les Deutsche Jahrbücher fûr Wissenschaft und Kunst (Annales allemandes pour la science et l’art). Sans doute sur son conseil, il lit la Politique à l’usage du peuple de Lamennais17, ouvrage qui produit sur lui une forte impression. Ces rencontres s’accompagnent d’un sentiment de vanité des études philosophiques, dont sa correspondance attaque la dimension exclusivement théorique. Ainsi en juillet 1842, alors qu’il est en pleine rédaction de « La Réaction en Allemagne », une lettre à sa famille s’en prend aux « chimères religieuses logiques et théoriques sur le fini et l’infini » et à l’automne, alors que l’article est sur le point de paraître, est attaquée directement « la creuse philosophie théorique qui cause notre perte et au développement de laquelle j’ai tant contribué ». Même si elle est d’un usage délicat en raison des conditions de sa rédaction, la Confession que Bakounine adressera au tsar depuis le ravelin de la forteresse Pierre-et-Paul en 1851 rendra compte de ce dégoût que le jeune philosophe en est venu à éprouver pour la métaphysique allemande :

  • 18  Michel Bakounine, Confession, p. 55.

L’Allemagne elle-même m’a guéri de la maladie philosophique qui y prédominait ; après avoir étudié de plus près les problèmes métaphysiques, je n’ai pas tardé à me convaincre de la nullité et de la vanité de toute métaphysique : j’y cherchais la vie, mais elle ne contient que la mort et l’ennui ; j’y cherchais l’action et elle n’est qu’inactivité absolue.18

  • 19  Reinhart Koselleck, Le règne de la critique (Kritik und Krise), p. 107.

6S’il est vrai, comme le suggère Reinhart Koselleck, que « c’est dans la nature de la crise d’être l’échéance d’une décision qu’on attend »19, « La Réaction en Allemagne », aboutissement de la crise vécue par Bakounine depuis son départ de Russie, apparaît comme un texte décisif, en ce sens qu’il tranche dans le vif entre plusieurs options : contemplation et action, théorie et pratique, voie allemande et voie française. Mais cette sortie de crise n’est peut-être que l’entrée dans un régime de crise permanente, dans la mesure où la décision prise par Bakounine consiste à prendre parti dans une crise politique, ce qui va l’entraîner, comme l’a analysé le même Koselleck à propos des Lumières allemandes, à « prophétiser la révolution » dans une situation où « la décision attendue reste incertaine » et où la seule certitude est celle « qu’une fin de l’état critique se prépare » (p. 107).

  • 20  Pour cette raison, il est difficile de situer Bakounine dans les différents courants de la gauche (...)

7Il y a sur ce point un parallèle patent entre la situation personnelle de Bakounine et celle de l’ensemble de la gauche hégélienne qui, au cours des années 1842-1843, est de plus en plus sommée de trancher entre ces différentes options. Le passage éclair de Bakounine au sein de la gauche hégélienne20 lui permet de réfléchir ce moment critique dans l’histoire de la philosophie allemande. Chez le jeune Russe, ce moment sera compris comme celui d’un nécessaire franchissement des limites de la philosophie, entendue comme activité strictement théorique, vers le domaine de la pratique annoncé par l’essor des mouvements socialistes et communistes.

  • 21  Lettre à Adolf Reichel du 3 juillet 1869 : « […] je n’ai pas changé et […] je reste plus conséquen (...)

8La question de la sortie de la philosophie, des limites de l’activité strictement théorique, devient dès lors celle de ce que peut nous dire la philosophie sur la pratique. Sur ce point, la thèse défendue par Bakounine sera très claire. La philosophie atteint son point culminant dans la philosophie de Hegel, parce que cette dernière est parvenue à concevoir l’opposition et la contradiction, mais avec cette conception, elle atteint sa limite, au-delà de laquelle elle s’abroge en tant que philosophie pour laisser la place au monde de la pratique. Ce monde de la pratique se signale donc d’emblée comme un domaine conflictuel. Pensé à fond, le projet philosophique nous enjoint de reconnaître ses propres limites et de lutter dans le monde réel. Dès lors, l’article de 1842 et les courts textes qui le suivent ne réfléchissent pas seulement une crise de la philosophie, mais aussi une période marquée par l’aiguisement des contradictions. Si Bakounine pense dans ces lettres et articles son propre itinéraire d’aspirant philosophe en rupture de ban, il y propose aussi une conception de la conflictualité qui annonce l’anarchisme de la dernière période de son œuvre. L’article des Annales allemandes accompagne de l’intérieur le mouvement de radicalisation de la gauche hégélienne, comme l’atteste la thèse à laquelle il aboutit. S’appuyant sur une appropriation d’un chapitre de la Logique de Hegel qui décrit le développement de l’opposition en contradiction, Bakounine cherche à montrer deux choses : d’une part qu’il est impossible de concilier (en termes hégéliens, de médiatiser de l’extérieur) les termes d’une opposition politique, d’autre part que dans le développement de l’opposition en contradiction ouverte, c’est l’action destructrice de la négativité qui domine, ce qui doit se traduire politiquement par le triomphe des révolutionnaires. En cherchant à démontrer ces deux thèses, Bakounine vise à la fois le parti du Juste Milieu et sa traduction philosophique parmi les vieux hégéliens, et la gauche hégélienne en cours de radicalisation, qui est ainsi appelée à ne pas se satisfaire de demi-mesures. En cela, Bakounine esquisse dans son article un positionnement que l’on peut qualifier de radical et ce qui s’exprime sous la gangue verbale hégélienne, c’est le refus de toute conciliation entre ces deux pôles extrêmes que sont Révolution et Réaction. Lorsqu’il cherchera, près de trente ans après, à montrer la cohérence de son parcours politique, c’est précisément à cet article que se référera Bakounine21.

Notes

5  Ce n’est qu’à partir de 1864 que Bakounine peut être qualifié d’anarchiste, ou de socialiste libertaire, et ce n’est qu’en 1867 que, dans la lignée de Proudhon, il se qualifie lui-même d’anarchiste (dans un article pour le journal italien Libertà e Giustizià sur la question slave).

6  On dispose des notes que Bakounine a prises au cours de sa lecture de Hegel, en particulier sur la Phénoménologie de l’Esprit.

7  Fichte, Initiation à la vie bienheureuse, Paris, Aubier-Montaigne, 1992.

8  Fichte, Conférences sur la destination du savant, Paris, Vrin, 1980.

9  En particulier lorsqu’il s’agit de défendre l’une de ses sœurs contre un mariage forcé et une autre qui souhaite se séparer de son époux. L’importance de cette source fichtéenne a été peu soulignée par les commentateurs de Bakounine.

10  Les Discours au gymnase ont été traduits par Bernard Bourgeois dans le recueil Textes pédagogiques.

11  Les clivages entre jeunes et vieux hégéliens d’une part, entre hégéliens de droite et de gauche d’autre part ne se recouvrent pas. Si c’est le positionnement sur les questions politiques et religieuses qui détermine l’appartenance à la gauche et à la droite, c’est le rapport à la philosophie et à l’histoire qui permet de classer les hégéliens entre jeunes et vieux.

12  C’est sous ces traits que le peindra son ancien ami Ivan Tourgueniev dans Roudine en 1855.

13  Lettre à Stankevitch de février 1840 et lettre à son frère Pavel de janvier 1841.

14  Ces notes sont datées, ce qui permet de suivre semaine après semaine la progression de Bakounine au sein du texte hégélien et de son commentaire par Werder ; et le 23 octobre 1840, Bakounine signale à Herzen qu’il vient de lire le chapitre sur la quantité dans la La théorie de l’être, t. I, livre 1 de la Science de la Logique.

15  Lettres et notes de cours sont disponibles sur le cédérom de l’IISG.

16  Benoît Hepner signale notamment la rencontre d’un poète proche du courant « Jeune Allemagne » (Varnhagen von Ense) et d’un ancien condamné pour menées révolutionnaires, Müller-Strübing. À ces deux noms, il faut ajouter celui du poète Herwegh, à qui Bakounine restera toujours lié, et la présence d’Alexandre Herzen, que Bakounine semble avoir fréquenté plus assidûment qu’en Russie.

17  Bakounine conservera toujours pour cet auteur une affection particulière, soutenant encore en 1871 que seule la mort a empêché Lamennais de devenir « matérialiste et athée » après s’être converti au socialisme révolutionnaire. Voir à ce propos le fragment M de la deuxième partie de La théologie politique de Mazzini dans Œuvres complètes, 1974, vol. I, p. 161 note.

18  Michel Bakounine, Confession, p. 55.

19  Reinhart Koselleck, Le règne de la critique (Kritik und Krise), p. 107.

20  Pour cette raison, il est difficile de situer Bakounine dans les différents courants de la gauche hégélienne, que ce soit géographiquement ou sociologiquement. Sur ce point, voir Wolfgang Eßbach, Die Junghegelianer : Soziologie einer Intellektuellengruppe.

21  Lettre à Adolf Reichel du 3 juillet 1869 : « […] je n’ai pas changé et […] je reste plus conséquent avec moi-même que jamais. “Die Lust der Zerstörung ist zugleich eine schaffende Lust” » (citation de la conclusion de l’article de 1842).

© ENS Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540