Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Simon Stevin. De la vie civile, 1590

 | 
Catherine Secretan
, 
Pim Boer den

L’œuvre de Simon Stevin

La vie politique selon Stevin et Juste Lipse

Pim Den Boer

Texte intégral

  • 1 G. H. M. Delprat, « Lettres inédites de Juste Lipse », Verhandelingen Koninklijke Akademie van Wet (...)

1En décembre 1589, les bourgmestres de la ville de Leyde et les gouverneurs de sa toute jeune université décidaient de décerner une somme de trois cents florins à Juste Lipse pour son livre Politicorum sive civilis doctrinae libri sex, publié cet été-là. Les magistrats exprimaient par là l’espoir que Lipse continuerait d’écrire des livres aussi beaux que celui-ci, qui contribuaient à accroître la réputation de l’université et donnaient l’exemple aux autres professeurs1.

2Au même moment, les bourgmestres de la ville de Delft offraient cent couronnes (à peu près l’équivalent, une couronne valant presque trois florins) à l’inventeur et mathématicien Simon Stevin et à son partenaire Johan de Groot, le père de Grotius, pour la construction de deux moulins à eau trois fois plus performants que les anciens moulins. Au cours de ces travaux destinés à améliorer l’écoulement de l’eau à Delft, Stevin écrivit un traité sur la vie politique afin de donner une instruction civique aux citoyens des villes des Pays-Bas déchirées par les guerres : Het burgherlick leven. Vita politica (Leyde, 1590).

  • 2 M. Van Gelderen, « Holland und das Preussentum : Justus Lipsius zwichen Niederländischem Aufstand (...)
  • 3 The Principal Works of Simon Stevin, Amsterdam, C.V. Swets et Zeitlinger, vol. I, 1955.

3Le livre de Lipse devint rapidement un best-seller international : avant 1600 déjà, quinze rééditions en latin, traductions en néerlandais, en français, en allemand et aux xviie et xviiie siècles, d’innombrables rééditions2. En effet, sa Politica devint le manuel scolaire préféré, le plus utilisé pour les cours d’histoire et de théorie politique dans les Universités de l’Ancien Régime, surtout en Allemagne. Puis, après l’époque de la Révolution, le livre de Lipse, complètement désuet, tomba dans l’oubli. Le traité politique de Stevin, qui s’adressait aux citoyens des Pays-Bas, n’avait jamais été traduit. Il connaissait une popularité certaine mais on ne trouve aucun trace d’une influence au-delà des frontières. On a relevé au total dix réimpressions sous différentes formes aux Pays-Bas. Mais ce n’est qu’après la Deuxième Guerre mondiale, dans l’édition monumentale en cinq volumes des Principal Works de Stevin par l’Académie royale des Pays-Bas, que l’on trouve la première traduction, en anglais, de la Vita politica3. Dans son introduction, la célèbre femme de lettres Annie Romein-Verschoor ne considère le texte de Stevin que comme un monument linguistique du néerlandais moderne. Elle ne s’efforce pas, hélas, de comprendre le texte dans son contexte historique et d’évaluer sa valeur épistémologique. Vraisemblablement, cette négligence d’Annie Romein, comme celle d’autres spécialistes, est due au fait que ce petit traité constitue l’unique texte politique dans l’œuvre scientifique considérable du célèbre mathématicien et ingénieur Stevin.

Deux réputations différentes

4Lipse et Stevin, nés tous les deux au milieu du xvie siècle (1547-1548), ont fui le théâtre sanglant des guerres religieuses du Sud des Pays-Bas, des Flandres et du Brabant. Tous les deux ont parcouru l’Europe et travaillé ailleurs avant de se fixer à Leyde : Lipse en 1578 et quelques années plus tard, Stevin. Dans les années 1580, ils doivent s’être croisés dans le seul et jeune milieu universitaire au nord des grands fleuves des Pays-Bas en révolte contre Philippe II.

  • 4 Nicolette Mout, « In het schip : Justus Lipsius en de nederlandse Opstand in 1591 », S. Groenveld (...)

5En 1591, Lipse ne revint pas à Leyde après son séjour aux eaux thermales de Spa, malgré les efforts de ses amis à Leyde et l’argent donné à son épouse4. Lipse devait être nommé à l’université de Louvain, centre de la réforme catholique, l’année suivante. L’église-mère catholique accueillait l’enfant présumé prodigue et le souverain Philippe II lui pardonnait. Lipse ne quitta plus Louvain, où il mourut en 1606.

6La vie de Stevin resta liée au sort des Pays-Bas. À Leyde, Stevin écrivit plusieurs de ses célèbres livres. En 1585 déjà, il publiait à Leyde chez Christophe Plantin – qui lui aussi avait fui Anvers –, l’Arithmétique et La pratique de l’arithmétique avec ses fameuses tables d’intérêt et l’exposition du système décimal. Au début des années 1590, Stevin était entré au service du prince Maurice d’Orange comme ingénieur militaire. Il devint surintendant des finances et officier général d’intendance de l’armée jusqu’à sa mort en 1620. Dans ses fonctions militaires, Stevin a joué un rôle important dans l’expulsion des troupes espagnoles du territoire de la jeune République des Provinces-Unies.

  • 5 E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, Den Haag, 1943.

7La réputation de Stevin est double, à la fois théorique et pratique. Stevin peut être à juste titre surnommé l’« Archimède des Pays-Bas », car l’importance de son œuvre scientifique réside dans la continuation et le renouvellement des travaux expérimentaux d’Archimède dont les textes ont été redécouverts au milieu du xvie siècle. En même temps, Stevin était inventeur et réalisait de nombreux ouvrages de commande de construction des écluses, de l’urbanisme, du génie civil et militaire5.

  • 6 E. J. Dijksterhuis, De mechanisering van het wereldbeeld, Amsterdam, 1950, et A. Koyré, Du monde c (...)

8À une autre échelle, Stevin a sa place dans cette histoire de la mécanisation de la vision du monde ou de la nature écrite en langue mathématique6. Dans l’histoire des sciences, Stevin est un des apôtres de la désacralisation du monde. « Miracle n’est pas miracle » (Wonder is geen wonder) était la devise de Stevin.

  • 7 J. Ruysschaert, Juste Lipse et les Annales de Tacite. Une méthode de critique textuelle au xvie si (...)
  • 8 G. Oestreich, Antiker Geist und moderner Staat bei Lipsius (1547-1606). Der Neustoizismus als poli (...)

9La réputation de Lipse est aussi sûre et certaine mais de caractère différent. L’œuvre de Lipse est érudite et académique, liée à la redécouverte et à l’édition des auteurs classiques. Humaniste par excellence, le travail le plus considérable de Lipse est l’édition critique des Annales de Tacite – la première édition du texte en 1574 et du commentaire en 15817. Mais Lipse a aussi sa place, sur un plan plus général, dans l’histoire des idées politiques en Europe. L’œuvre de Lipse est considérée même par le grand spécialiste Gerhard Oestreich comme un missing link entre la philosophie politique de Bodin et celle de Hobbes, comme la voie qui conduit, dans la pensée politique en Europe moderne, vers la monarchie absolue8.

10À un niveau plus concret, Lipse donnait des informations historiques concernant l’armée romaine au prince Maurice d’Orange, afin d’améliorer l’organisation militaire. Il est saisissant de savoir que Stevin devint plus tard surintendant militaire. Dans cette fonction Stevin était impliqué de très près dans la réorganisation de l’armée du prince de Maurice d’Orange.

  • 9 Je remercie Jan Waszink (Leyde), qui prépare une thèse sur Lipse, de m’avoir donné ces renseigneme (...)

11Il est certain que Lipse et Stevin se sont connus à Leyde. Peut-être Stevin a-t-il suivi quelques cours de Lipse ? Dans la correspondance de Lipse on trouve quelques remarques sur Stevin qui ne font pas preuve de beaucoup d’estime9. Vraisemblablement ce manque d’estime a été réciproque.

Quelques comparaisons

  • 10 Voyez sur cette polémique H. Bonger, Leven en werk van Dirk Volckertsz Coornhert, Amsterdam, 1978, (...)

12Est-ce une coïncidence si le traité de Stevin apparut immédiatement après la publication du livre de Lipse chez le même éditeur, le gendre de Plantin, Franchoys van Ravelenghien ? Le livre de Lipse a été tout de suite critiqué par l’apôtre radical de la tolérance religieuse aux Pays-Bas, Dirk Volckertsz Coornhert (1522-1590). Dans une fameuse polémique, le véhément Coornhert avait reproché âprement à Lipse de justifier la persécution des hérétiques10.

13Loin de moi l’ambition d’épuiser la comparaison entre Stevin et Lipse. Je ne veux qu’effleurer trois points de différence entre les traités politiques de Stevin et Lipse.

14D’abord, ce qui saute aux yeux, ce sont les perspectives opposées : la politique vue d’en haut chez Lipse, la politique vue d’en bas chez Stevin. Deuxièmement, la différence de langue : le (néo)latin chez Lipse, le néerlandais chez Stevin. Enfin, troisièmement, à un niveau plus abstrait, il y a une différence de structure de raisonnement : rhétorique humaniste contre logique scientifique.

Politique vue d’en haut et politique vue d’en bas

  • 11 A. Momigliano, « The historian’s skin », Essays in ancient and modern historiography, op. cit., p. (...)

15Le traité de Lipse et celui de Stevin ont été écrits pour des auditoires complètement différents. Stevin s’adresse aux citoyens, Lipse aux souverains. Dans sa préface, Lipse renvoie à son De constantia de 1583, un dialogue humaniste qui conseille aux citoyens d’endurer et d’obéir. Mais sa Politica n’est qu’un miroir du prince. Une des raisons pour laquelle le livre de Lipse fut acclamé dans le milieu académique de Leyde, c’est que Lipse, auteurs classiques en main, expose comment un prince sage doit se comporter. À Leyde, la Politica a été interprétée comme une critique de Philippe II. Pourtant, les admonitions de Lipse étaient formulées prudemment, évitant de compromettre l’éventualité d’un retour au pays du catholicisme reconquérant. Les prescriptions politiques tirées par Lipse des auteurs classiques ont été exprimées de telle façon que le roi espagnol lui-même pouvaient les apprécier, semble-t-il. D’ailleurs, pour être juste, il faut ajouter que Lipse n’a jamais perdu l’estime de ses amis savants à Leyde11.

16Stevin, qui travaillait à Delft à ce moment-là, a dédié sa Vita politica à Govert Brasser, bourgmestre de Delft, originaire d’une famille riche de brasseurs de bière. Selon Stevin, c’est Govert Brasser qui a lutté avec acharnement et persévérance pour la République, sans en tirer aucun profit personnel. Ce n’est pas l’habitude de Stevin de formuler des phrases obligées de politesse. En effet, Brasser a été un partisan clé du Grand Pensionnaire Oldenbarnevelt, qui, après l’assassinat de Guillaume d’Orange et au moment où le prince Maurice était encore très jeune, devint le chef véritable de la révolte contre Philippe II.

  • 12 J. Bodin, Les six livres de la République, réimpr. Aalen, 1977, 4.

17Stevin s’adresse aux citoyens au moment des guerres civiles et des antagonismes religieux très forts. Contrairement à Lipse, le point de départ de son raisonnement sur la politique est le citoyen, l’habitant de la ville, de la « polis ». Cette approche n’est pas nouvelle mais conforme à la tradition artistotélicienne, reprise pendant la Renaissance, surtout en Italie. En revanche, en France quelques années avant, au moment d’une situation comparable, celle chaotique des guerres civiles et religieuses, Jean Bodin prenait comme point de départ dans Les six livres de la République (1576-1583) le concept de souveraineté12. Sans mettre sur le même plan les mille pages du juriste Bodin et le bref traité du mathématicien Stevin, on est tout de même frappé de constater que Bodin a été le conseiller proche du duc d’Anjou. Ce frère cadet d’Henri III a été, pour une période brève, investi de la « souveraineté » (le concept fondamental et vivement contesté) des Provinces-Unies en révolte. Dans des circonstances extérieures désespérées, à l’intérieur, les États généraux et provinciaux se sont querellés en permanence avec le duc d’Anjou.

18Contrairement aux idées politiques de Bodin, Stevin fait précéder son traité de la dédicace à Brasser, qui fut député à plusieurs reprises aux États provinciaux de la Hollande et aux États généraux. Le nom de Brasser figure aussi sur la liste des ennemis dans un rapport confidentiel au duc de Leicester, prédécesseur du duc d’Anjou comme « souverain » de la fédération des provinces en révolte.

19Différence d’auditoire, différence de perspective politique. Pour Lipse, la politique est l’art de gouverner, c’est-à-dire les affaires de l’État. Pour Stevin, la vie politique (het burgherlick leven) c’est le domaine du citoyen (de burgher), d’où l’importance de l’instruction civique. On trouve cette opposition fondamentale antérieurement en Italie. Il y a plusieurs exemples, au xve siècle, de traités sur le vivere civile ou vivere politico. Dans le discours des humanistes italiens, « vivere politico » est synonyme de vivre sous un régime républicain dans lequel les citoyens ont le pouvoir de voter pour l’élection des mandats des magistrats et des lois. On peut mentionner des textes de Leon Battista Alberti (1404-1472). Alberti n’est pas cité dans le traité politique de Stevin, mais dans ses publications sur l’architecture il est clair qu’il connaît l’œuvre d’Alberti.

Concepts en (néo)latin et en langue vernaculaire

  • 13 S. Stevin, The Principal Works, op. cit., tome I, p. 113.

20À l’inverse de Lipse, qui se sent déjà insulté quand on s’adresse à lui en langue vulgaire, Stevin a la ferme conviction que l’utilisation des concepts latins et grecs constitue un obstacle à la compréhension des affaires politiques. Dans sa volonté de trouver des mots en néerlandais et de former de nouveaux concepts en néerlandais, Stevin a un but à la fois pédagogique et épistémologique. Comme dans ses œuvres mathématiques et physiques, il est convaincu de l’insuffisance épistémologique des langues classiques. Il a même exprimé sa pitié à l’égard d’Archimède obligé de s’exprimer dans cette langue grecque si défectueuse comparée à la richesse du trésor de la langue néerlandaise13.

  • 14 Ibid., p. 86.

21Stevin est persuadé de la grande adaptabilité de la langue néerlandaise comme langue scientifique et il a même essayé de donner, en guise d’introduction à son Weegconst (1586), une démonstration de cette supériorité de la langue néerlandaise, en invoquant quatre arguments. Premièrement, le néerlandais contient plus de mots monosyllabiques que le grec et le latin. Comme preuve, il ajoute de longues listes de mots en différentes langues. Deuxièmement, le néerlandais a plus de capacité à former des mots composés que le français ; ici aussi Stevin donne de nombreux exemples de mots composés. Troisièmement, la richesse des modes d’expression est plus grande. La langue néerlandaise possède un trésor sans pareil de mots scientifiques. Stevin donne dans son texte des exemples précis dans le domaine des concepts mathématiques et physiques. Quatrièmement, la force persuasive de la langue néerlandaise est supérieure à celle des autres langues, comme le prouve, selon Stevin, le fait que les prédicateurs aient plus d’influence aux Pays-Bas qu’ailleurs. Ce dernier point est soutenu par une argumentation ironique : « Même si un prédicateur proposait comme fiancée un manche à balai, il réussirait à faire venir beaucoup de gens au mariage », écrit Stevin, apparemment sans faire cas de l’actualité des disputes théologiques brûlantes14.

22Dans le domaine de la pensée politique, Stevin donne comme exemple un mot impropre et donc source de malentendus, le concept de « monarchie ». « Gouvernement d’un seul » est la traduction stricte. Ce concept a été utilisé par les auteurs grecs et leur épigones pour désigner une large gamme de régimes politiques. Aujourd’hui, dit Stevin, en Europe les princes sont appelés monarques mais à tort, parce qu’ils ne règnent pas tout seuls mais avec les États à côté des princes. Ce n’est d’ailleurs pas une vision politique originale de Stevin – on la trouve déjà chez Machiavel. Mais Stevin cherche un mot inédit pour ce nouveau type de gouvernement. Stevin essaie de forger le néologisme, en néerlandais, de « staet-vorst » (littéralement « état-prince »). Ce nouveau concept en vernaculaire est plus exact que le concept en langue savante. Cette confusion conceptuelle dans le discours des humanistes en (néo)latin a abouti au malentendu de la vie politique.

  • 15 S. Stevin, Vita politica. Het burgherlick leven, Haerlem, 1649.

23Le néologisme staetvorst de Stevin est proche du concept classique de constitutio mixta, un équilibre de monarchie, d’aristocratie et de démocratie. La constitution mixte a été considérée, depuis Polybe au iie siècle avant notre ère – donc bien avant la fondation de l’empire romain –, comme l’explication du succès phénoménal de la république romaine. Beaucoup de néologismes de Stevin sont entrés dans la langue néerlandaise. Dans une réimpression du milieu du xviie siècle, l’éditeur remarque qu’il n’est plus nécessaire d’imprimer les mots grecs et latins en marge, parce que les mots néerlandais sont devenus d’usage courant15. Mais justement, ce couplage de deux mots habituels en staetvorst n’a pas réussi. « Monarchie parlementaire » (littéralement « parlementaire monarchie ») est devenu la périphrase utilisée en néerlandais. On a choisi d’ajouter un adjectif moderne au concept classique. Quoique le néerlandais n’ait pas accepté ce néologisme concis proposé par Stevin, il a bien senti quels sont les mots qui manquent. Pour faire comprendre la vie politique contemporaine aux citoyens de la République des Provinces-Unies, il faut des concepts appropriés.

Rhétorique humaniste et logique scientifique

24Le style de Stevin est vigoureux, clair et bref. Tout le monde est d’accord sur le fait que les œuvres de Stevin sont des monuments linguistiques. Son style est lié à son approche rationnelle des problèmes politiques. Stevin commence par la définition des concepts, puis il pose le problème et essaie de déduire les différentes réponses possibles. Ensuite, il élimine les réponses inconsistantes ou contradictoires. Pour conclure, il énonce l’argument qu’une certaine conviction est incompatible avec le bon sens. À plusieurs reprises, Stevin écrit qu’il pourrait donner beaucoup d’exemples, mais que sa démonstration est déjà suffisamment claire. Quelques fois il avance l’argument des adversaires pour clarifier ses réponses. On comprend que le très intelligent prince Maurice d’Orange ait été impressionné. Stevin a été un professeur brillant.

  • 16 J. Lipsius, Politica dat is van de regeeringhe van landen ende steden in zes boecken begrepen, Fra (...)

25Tout différemment, en bon humaniste, Lipse prend les auteurs classiques comme point de départ de ses leçons. Les citations classiques sont, comme Lipse écrit, le sable et la chaux, mortier de nos propres mots16. Pour Lipse, les citations des auteurs classiques sont des preuves évidentes. Souvent, dans l’argumentation de Lipse, ce qu’Homère a écrit fait pencher la balance. Pour Stevin, la citation d’un auteur classique doit être confirmée, comme toute autre affirmation.

  • 17 S. Stevin, De la vie civile, p. 43.

26Pour Lipse, le précédent historique est un argument très important. Selon Stevin, il est vain de chercher dans le passé une légitimation du présent. Chaque fondation du pouvoir a été accompagnée de l’expulsion du pouvoir précédent. Pour prouver sa thèse, Stevin prend comme exemple l’histoire de France. Il mentionne la maison royale des Valois, Hugues Capet, les descendants de Pépin le Bref, Mérovée, César, Arioviste, etc., « et ainsi jusqu’à l’infini », ce qui serait connu, si on avait connaissance du passé infini17.

  • 18 J. Bodin, Les six livres de la République, 69.

27La conviction que le pouvoir est basé à l’origine sur la violence est déjà ancienne. Stevin n’est donc pas le premier à l’avancer. Jean Bodin, par exemple, écrit qu’on trouve cette idée chez Thucydide, chez Plutarque, chez César et même dans Les lois de Solon. Bodin ajoute que Démosthène, Aristote et Cicéron se sont laissés abuser par Hérodote, qui était convaincu que les premiers rois avaient été élus à cause de leurs justice et vertu, tandis qu’au contraire le pouvoir et la violence ont été décisifs18. Si on compare ce passage du texte de Bodin avec celui de Stevin, la différence est évidente. L’argumentation de Stevin est directe et brève. Bodin ne peut pas résister à la tentation d’étaler son érudition. Chez Stevin, c’est un des rares exemples historiques de son traité, ayant pour seul but de ridiculiser cette sorte d’argumentation historique, qui consiste à mentionner des précédents historiques.

  • 19 A. Arnauld et P. Nicole, La logique ou l’art de penser (1683, réimpr. Paris, 1970), p. 383-385. St (...)

28Appliquant la méthode déductive des mathématiciens sur la vie politique (Vita politica ordine geometrico – more mathematico – demonstata), Stevin a rompu avec le discours traditionnel des humanistes comme Lipse. Dans l’ouvrage influent d’Antoine Arnauld et Pierre Nicole, Logique ou l’art de penser, il est fait l’éloge de Simon Stevin comme très célèbre mathématicien19. Il est paradoxal que la réputation de Stevin en tant que grand précurseur en histoire des sciences ait fait obstacle à son rôle de précurseur dans l’introduction de l’argumentation mathématique en matière politique.

29On ne saurait reprocher aux auteurs étrangers de ne pas connaître ce traité de Stevin, œuvre écrite en langue néerlandaise. Puisse la traduction française de la Vita politica contribuer à faire valoir les droits de Stevin, bien avant Spinoza, comme un des maîtres à penser de l’étude de la politique more mathematico.

Notes

1 G. H. M. Delprat, « Lettres inédites de Juste Lipse », Verhandelingen Koninklijke Akademie van Wetenschappen, afdeeling Letterkunde, I, 1858, p. 89.

2 M. Van Gelderen, « Holland und das Preussentum : Justus Lipsius zwichen Niederländischem Aufstand und Branderburg-Preussischen Absolutismus », Zeitschrift fuer historische Forschung, 23, 1996, p. 29-56.

3 The Principal Works of Simon Stevin, Amsterdam, C.V. Swets et Zeitlinger, vol. I, 1955.

4 Nicolette Mout, « In het schip : Justus Lipsius en de nederlandse Opstand in 1591 », S. Groenveld et al éd., Bestuurders en geleerden, Amsterdam, 1985, p. 55-64.

5 E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, Den Haag, 1943.

6 E. J. Dijksterhuis, De mechanisering van het wereldbeeld, Amsterdam, 1950, et A. Koyré, Du monde clos à l’univers infini, Paris, 1962.

7 J. Ruysschaert, Juste Lipse et les Annales de Tacite. Une méthode de critique textuelle au xvie siècle, Louvain, 1949, et le compte rendu d’Arnaldo Momigliano, réimprimé dans Essays in ancient and modern historiography, Middletown, Connecticut, 1977, p. 218229 ; voir aussi A. Momigliano, « Tacitus and the Tacitist tradition », The Classical foundations of modern historiography, University of California Press, 1990, p. 123-124.

8 G. Oestreich, Antiker Geist und moderner Staat bei Lipsius (1547-1606). Der Neustoizismus als politische Bewegung, N. Mout éd., Göttingen, 1989.

9 Je remercie Jan Waszink (Leyde), qui prépare une thèse sur Lipse, de m’avoir donné ces renseignements.

10 Voyez sur cette polémique H. Bonger, Leven en werk van Dirk Volckertsz Coornhert, Amsterdam, 1978, p. 143-156, très critique à l’égard de Lipse, qui est qualifié de « caméleon religieux » ; N. Mout, dans « In het schip : Justus Lipsius en de Nederlandse Opstand in 1591 », S. Groenveld et al. éd., Bestuurders en geleerden, Amsterdam, 1985, p. 55-64, est plus compréhensive.

11 A. Momigliano, « The historian’s skin », Essays in ancient and modern historiography, op. cit., p. 76.

12 J. Bodin, Les six livres de la République, réimpr. Aalen, 1977, 4.

13 S. Stevin, The Principal Works, op. cit., tome I, p. 113.

14 Ibid., p. 86.

15 S. Stevin, Vita politica. Het burgherlick leven, Haerlem, 1649.

16 J. Lipsius, Politica dat is van de regeeringhe van landen ende steden in zes boecken begrepen, Franeker, 1590, p. 2.

17 S. Stevin, De la vie civile, p. 43.

18 J. Bodin, Les six livres de la République, 69.

19 A. Arnauld et P. Nicole, La logique ou l’art de penser (1683, réimpr. Paris, 1970), p. 383-385. Stevin est pris d’ailleurs comme exemple d’un géomètre qui ne sait pas bien distinguer la définition des mots et la définition des choses.

Auteur

Professeur d’Histoire culturelle de l’Europe, Université d’Amsterdam

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540