Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Simon Stevin. De la vie civile, 1590

 | 
Catherine Secretan
, 
Pim Boer den

L’œuvre de Simon Stevin

La Dialectike (1585) de Simon Stevin

Theo Verbeek

Texte intégral

  • 1 Dialectike ofte Bewysconst, Leerende van alle saecken recht ende constelyck Oirdelen ; Oock openen (...)
  • 2 E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, La Haye, Nijhoff, 1943, p. 287-297 ; Simon Stevin : Science in t (...)
  • 3 E. J. Dijksterhuis, Stevin, op. cit., p. 36. Cette seconde édition n’est pas mentionnée dans la ve (...)

1De façon générale, la Dialectique (Dialectike ofte Bewysconst, Leiden, Plantijn, 1585) de Stevin a très peu attiré l’attention1. Si Dijksterhuis y consacre un chapitre dans la version néerlandaise de son livre, ce chapitre a disparu dans la version anglaise2. Le texte manque aussi dans les Principal Works (5 volumes, Amsterdam, Swets et Zeitlinger, 1955-1966) et à l’époque de Stevin, on n’en trouve qu’une seule réédition (d’ailleurs posthume), publiée à Rotterdam en 1621 par Jan Van Waesberge de Jonge3. À vrai dire, mis à part quelques points sur lesquels nous reviendrons par la suite, le livre ne contient rien de particulièrement original du point de vue logique, sauf, bien entendu, qu’il s’agit du premier ouvrage de ce genre en langue néerlandaise et que, en ce qui concerne Stevin lui-même, c’est son premier ouvrage néerlandais, n’étant précédé que par les Tables d’intérêt (Tafelen van interest, Anvers, Plantijn, 1582). Nous parlerons d’abord des circonstances de la publication, puis de la conception stevinienne de la dialectique, enfin de l’emploi qu’il fait du néerlandais.

Le sens de la Dialectique

  • 4 « Ten eersten, nadien sommighe mijn seer ghemeene vrienden ende Landtslieden, in ander Spraecken o (...)
  • 5 « Maer siende dat sich daer in ontmoete Dialectike stijl, Spruecken ende Woorden, die sy Vocabula (...)

2Dans sa préface, Stevin donne les deux raisons qui l’ont conduit à écrire sa dialectique néerlandaise. La première serait qu’ayant entendu dire qu’il était en train de rédiger, en langue étrangère, un ouvrage de mathématiques, des amis très proches – compatriotes sans connaissance de langues étrangères mais amateurs éminents des « arts » – l’auraient prié de faire la même chose « en notre langue », lui reprochant même de ne pas suffisamment aimer sa patrie – tandis qu’en réalité, son motif aurait été la coutume : « … et ils insistaient tellement que, si je n’avais pas eu de mon côté la coutume, qu’à juste titre on dit être une seconde nature, j’aurais eu de la peine à m’excuser… »4 S’empressant de satisfaire à leurs demandes, Stevin se serait cependant rendu compte qu’il avait besoin d’un style dialectique, « de maximes et de paroles qu’on nomme vocabula artium, lesquelles sans traduction seraient inintelligibles au lecteur sans expérience ». Par conséquent il aurait été quasiment forcé de publier d’abord une dialectique en néerlandais afin de faciliter la compréhension de son ouvrage de mathématiques5.

3Sa deuxième raison, plus personnelle peut-être, aurait été que, malgré le fait que la dialectique est plus facile que les mathématiques et qu’un nombre plus grand de gens pourraient vouloir l’apprendre, il n’y a pas de livre en néerlandais. Or, étant donné qu’il existe des gens qui sans avoir aucune instruction formelle se sont formés aux mathématiques simplement en lisant des ouvrages mathématiques – en effet, il y en a même qui, de cette façon là, se sont formés à l’algèbre, cette « pierre de touche de la subtilité humaine » –, il est légitime d’espérer que de la même façon les amateurs puissent apprendre la dialectique, d’autant plus que « dans les arguments de personnes incultes on entend si parfaitement la matière de la dialectique qu’il n’y manque que la bonne forme ».

  • 6 Sur l’usage du latin voir E. J. Kuiper, De Hollandsche « Schoolordre » van 1625, thèse de l’Univer (...)
  • 7 E. J. Dijksterhuis, Stevin, op. cit., p. 38.
  • 8 Ibid., p. 39.
  • 9 D’autre part, le lien entre la Dialectique et L’Arithmétique est faible, ce qui rend le motif allé (...)

4La Dialectique n’est donc pas rédigée comme un ouvrage scolaire. En effet, bien que la dialectique fît partie du trivium, l’école latine préparant aux cours de l’université, l’enseignement y était en latin6. L’ouvrage de Stevin s’adresse donc plutôt aux amateurs. Au surplus, la Dialectique devait, selon Stevin, préparer la voie à la version néerlandaise d’un ouvrage de mathématiques. Il s’agit probablement de L’Arithmétique, écrite en français et publiée, en cette même année 1585, également par Plantijn7. Mais le texte de cet ouvrage-là doit avoir été prêt beaucoup plus tôt, étant donné qu’un privilège français remonte au 5 août 15828. D’autre part, les privilèges néerlandais de la Dialectique, de L’Arithmétique et de la Dîme (en néerlandais), sont tous de la même date : 20 décembre 1584. Enfin, le fait qu’on ne connaisse aucune traduction néerlandaise de L’Arithmétique pourrait indiquer que l’accueil fait à la Dialectique ait été assez décevant. En effet, vers la fin de sa préface, Stevin déclare que si son ouvrage avait quelque utilité pour quelques-uns, la traduction de l’ouvrage mathématique ne tarderait pas à suivre, mais qu’en cas contraire, le blâme et la perte de temps seraient entièrement pour lui – et cela d’autant plus volontiers qu’il avait été conduit par une âme honnête et sincère et sans autre espoir que de contribuer au bien commun9. Il n’y a rien d’étonnant, d’ailleurs, à ce manque de succès : non seulement il existait de nombreux manuels en latin pouvant satisfaire aux besoins des écoliers et des professeurs (notamment le livre de Cornelius Valerius), mais la conception de la dialectique défendue par Stevin était assez différente de celle en vogue à ce moment-là.

La conception stevinienne de la dialectique

  • 10 Voir Earline J. Ashworth, Language and Logic in the post-medieval period, Dordrecht, Reidel, 1974.

5La Dialectique de Stevin date d’une période de transition. Depuis sa réforme par Rodolphe Agricola, puis Pierre de La Ramée, elle s’était développée en ars disserendi – « art du discours » – donnant de plus en plus d’importance à l’invention (inventio) des arguments au détriment du jugement (judicium), c’est-à-dire de l’évaluation critique des arguments en vue d’établir la vérité. En effet, elle était devenue de plus en plus l’art de discourir du probable, ou « ars de qualibet re proposita probabiliter disserendi » comme le dit par exemple Valerius. Vers la fin du xvie siècle, cependant, on voit justement se dessiner une double évolution, par laquelle la dialectique, d’une part, se transforme en théorie de la science, d’autre part se rapproche de cet autre « art du discours » qu’est la rhétorique10.

  • 11 « … daer uyt wy oock de Conste der bewijsinghe ofte met een woort geseyt de Bewysconst, (dat is, d (...)
  • 12 « Insghelijcx oock en is in veler gheleerden ghemeene Definitie der Dialectiken, De Conste der Sae (...)
  • 13 Voir Dialectike, p. 17. Ses espèces sont métaphore, allégorie, métonymie, hyperbole, synecdoque, i (...)

6Or, d’après Stevin la dialectique est nettement l’art de la démonstration : « Dialectike is de conste der bewijsinghe » ou la Bewysconst, c’est-à-dire « l’art par lequel on prouve la vérité ou la fausseté de la chose dont il est question »11. D’autre part, il récuse la définition de la dialectique comme ars disserendi (traduit par lui un peu trop littéralement comme « conste der saeyinghe herwaerts ende derwaerts » ou « l’art de la dissémination »), parce que tout discours n’est pas dialectique – admettant, pour sa part, que du fait de son ambiguïté (ghelijckspreucklickheyt) cette définition plaît à la multitude12. Et dans l’appendice, il déclare qu’il a remplacé la division ordinaire de la dialectique en invention et jugement (vindinghe ende oirdeel), sur laquelle les dialecticiens ne sont du reste pas d’accord, par une autre, qui paraît lui être propre, à savoir celle en « définitions et opérations » (definitien ende werckinghe), qu’il applique également dans son Arithmétique (p. 108). En effet, d’après lui tous les arts doivent commencer par des définitions : ce que sont les caractères pour la grammaire, des noms tels que « matière », « forme », « genre », « espèce » le sont pour la dialectique. La Dialectique commence donc par une série de quarante-sept définitions – nécessaires parce qu’avant de lutter par des paroles (ce qui est proprement ce qu’on appelle l’argumentation), il faut connaître leur sens (p. 3-4) –, tandis que la seconde moitié contient les « opérations », c’est-à-dire les exercices ou ce qu’il appelle les « propositions » (entendu au sens littéral de « proposer » un problème). La « proposition » est par exemple « de définir une chose donnée » (p. 52). L’énoncé de la proposition est suivi d’une explication (verclaringhe), précisant ce qui est donné d’une part et ce qui est demandé d’autre part. On demandera par exemple une définition du métal « or », précisant en même temps dans une remarque (merct) ce qui est requis pour avoir une bonne définition. Or, dans une définition il faut que la définition et le défini « coïncident » (malcandertreffen) ; puis que la définition soit courte mais compréhensible et qu’elle explique l’essence de la chose ; enfin qu’elle ne contienne aucune métaphore ou expression figurée (verceerdespreuck)13, ni aucune négation. Le tout sera couronné par une élaboration du problème, se terminant par quelques considérations générales (p. 52-55). Stevin rejette en tous cas la confusion avec la rhétorique, donnant à la dialectique une forme plus ou moins « mathématique » (p. 114). De façon explicite, il prend Euclide comme exemple pour montrer que sa méthode de procéder par définitions est supérieure à toutes les autres (p. 105-106).

  • 14 Stevin en parle dans les trois premières propositions du livre II de sa Dialectike.

7Dans l’Appendice (Aenhangsel), Stevin revient sur cette question, prenant plus précisément ses distances par rapport à la dialectique traditionnelle. Reconnaissant qu’il est normal de définir la dialectique comme ars disserendi ou « conste der saeyinghe herwaerts ende derwaerts » (l’art de la dissémination), il insiste non seulement sur l’ambiguïté de cette définition (qui s’applique également à la rhétorique), mais aussi sur l’aspect bizarre qu’aurait cette expression en néerlandais (p. 126). Tout ce qu’il faut en dialectique c’est définir, distribuer (verspreyden) par une induction, et prouver par des syllogismes : voilà les trois opérations fondamentales de la dialectique qu’on peut réduire à une seule, à savoir la démonstration14. Les trois questions fondamentales de la dialectique seraient donc : 1) comment définir une chose ou un concept ? 2) comment s’assurer de la généralité d’un concept ou d’un énoncé ? 3) comment prouver une thèse ou résoudre une question. Tous les autres problèmes traditionnels de la dialectique sont ou bien écartés par Stevin comme futiles, ou bien réduits à une de ces trois opérations. Ainsi, par exemple, le classement des quatre types de syllogismes qu’on trouve dans les Topiques d’Aristote – demonstrativus, dialecticus, contentiosus (litigiosus, sophisticus), fallax (pseudographus, falsigraphus) – est écarté comme superflu, étant donné que si l’on présume qu’un syllogisme est faux, on se reportera ou bien aux matières traitées ou bien à la forme : le classement en tant que tel ne présente aucune utilité (p. 128-129 ; voir p. 100). La croyance de Stevin en la forme logique est d’ailleurs limitée ; la forme d’un syllogisme peut être parfaite et la conclusion fausse si l’une des prémisses est matériellement fausse. Et ce n’est pas une question de logique : seule la forme du raisonnement est l’affaire du dialecticien, sa matière relève ou bien de l’expérience ou bien d’une autre discipline (p. 100-103).

  • 15 La distribution (verspreyding) est la séparation des espèces d’un genre ; la division (deeling) es (...)

8Pareillement, il n’est pas toujours utile de donner une définition. Ainsi, par exemple, les catégories, très traditionnelles de la dialectique, sont définies en partie seulement : « substantia » (grondt), « quantitas » (menichvuldicheyt), « qualitas » (gedaente) et « relata » (bestaende), tandis que les autres : « agere » (doen), « pati » (lijden), « ubi » (waer ?), « quando » (wanneer ?), « situs » (ghelegenheyt), « habere » (hebben) ne le sont pas, étant donné que leur sens est clair dans le langage ordinaire (p. 130). D’autre part, la doctrine des oirden (littéralement « lieux », c’est-à-dire les loci ou topoi), laquelle est généralement connue comme « Methodus », est comprise sous la distribution (verspreyding), c’est-àdire sous l’induction (p. 130)15. Il est évident que malgré sa conviction que la dialectique est la base de la rhétorique (ce qu’il n’explique d’ailleurs pas davantage), la dialectique est plus proche de la science que de la rhétorique ; en effet, elle ouvre la voie « aux arcanes de la nature ». Cependant, bien que Stevin regarde la dialectique comme préparation aux sciences, et exige notamment qu’elle fournisse le cadre argumentatif des mathématiques, il n’en fait pas un art entièrement technique. Au contraire, le plus souvent son but semble être de simplifier les questions. C’est dans cette perspective aussi qu’il faut envisager son emploi du néerlandais.

L’emploi du néerlandais

9À part les Tafelen van interest (Tables d’intérêt) (1582), la Dialectike est le premier ouvrage de Stevin en néerlandais (ou en Duytsch). Il s’en explique plusieurs fois au cours de son ouvrage, notamment dans un dialogue (t’samenspreack), qui remplace les disputes exemplaires qu’on trouve dans les dialectiques en latin – autre preuve d’ailleurs que si Stevin regarde la dialectique comme la base des sciences, il en attend aussi un usage dans la pratique de la vie :

  • 16 « Maer aenghesien onse Duytsche tale, noch Academien, noch beginsel van dien en heeft, soo schynet (...)

Mais comme notre langue néerlandaise n’est accueillie, ni de fait ni de droit, par aucune université, il ne paraît pas encore nécessaire d’insister là-dessus [sur une disputation] ; en son lieu nous proposons une briève conversation dialectique, telle qu’on puisse en avoir tous les jours. (p. 141)16

10Il s’agit d’un dialogue entre Jean et Pierre au cours duquel Jean, notamment, exprime le souhait que les Néerlandais se fassent dialecticiens : « J’ai la tête pleine de moustiques qui pourraient bien un jour essaimer, en particulier lorsque les Néerlandais voudraient se faire dialecticiens. » (p. 150) Pierre étant plus sceptique (« les néerlandais méprisent leur langue, laquelle cependant est la meilleure de toutes »), Jean réplique que la dialectique les aidera à apprécier leur langue :

Une fois qu’ils commencent à goûter la douceur [soeticheyt] de la dialectique, cette sottise [sotticheyt] ne tardera pas à se dissiper, car cela leur ouvrira les yeux ; ils apprécieront la valeur de leur langue, voire défendront et affirmeront sa gloire, non pas par des propos vains ou par une abondance de paroles – qui ne remplissent pas les poches, ne s’adressent pas aux savants et ne servent qu’à brider les masses incultivées – mais par des raisons fermes.

11Et puis, se référant à une discussion sur ce sujet entre des philosophes parlant non seulement néerlandais mais aussi grec, latin, français, hébreu, Pierre prétend que la perfection de leur langue est sans égal (p. 151). En effet, pour tous les termes techniques des mathématiques il est possible de trouver un équivalent néerlandais, ce qui, de l’avis de Pierre, fait espérer un grand avenir pour les mathématiciens, artistes, médecins (ou plutôt meters, telders, ghenesers, aertisten) néerlandais, étant donné que tout ce qui leur pourrait être obscur peut être « néerlandisé ». Jean est naturellement d’accord ; en effet, la langue néerlandaise est d’autant supérieure qu’elle permet de joindre les noms du genre et de l’espèce et d’en faire un seul mot. On dit par exemple topweer (ou tolweer), soit un seul mot là où les français en auraient besoin de quatre : « temps commode de toupier » (p. 154-155). En particulier, le néerlandais, qui est une langue très ancienne et très parfaite, est riche de mots monosyllabiques avec lesquels on peut aisément faire des mots composés. L’avantage en est non seulement la brièveté et la concision, mais aussi la clarté, points sur lesquels le néerlandais (semblable, à cet égard, au grec) est nettement supérieur aux langues latines :

Tous les arts libéraux sont pleins de mots qui leur sont propres, de telle sorte que si on les énonçaient dans toute leur longueur, les livres deviendraient tellement longs, tellement ennuyeux et, lorsqu’il s’agit de matières difficiles, tellement inintelligibles, qu’ils perdraient toute leur utilité. (p. 162)

  • 17 En revanche, dans ses ouvrages postérieurs Stevin n’hésitera pas à traduire ces termes.
  • 18 Ruygh-bewerp vande Redenkaveling / ofte Nederduytsche Dialectike : de welcker is een richtsnoer / (...)
  • 19 Le jugement, ou oordeel, ne contient qu’une partie : argumentatio, c’est-à-dire bewysredening ou h (...)

12Toujours est-il qu’il n’y a chez Stevin aucun dogmatisme. Non seulement il loue l’usage du latin, qui fait parler au monde une seule langue, mais il ne traduit pas systématiquement tous les termes techniques. Bien qu’il préfère dire bepalinghe plutôt que definitie, stoffe plutôt que mate-rie, singconst plutôt que musike, etc., il se sert dans tous ces cas du mot barbare, parce que pour le moment (nu ter tijt) on le comprend mieux17. En comparant, par exemple, son livre avec un autre publié en même temps par le même libraire, à savoir le Ruygh-bewerp vande Redenkaveling, ofte Nederduytsche Dialectike (Précis sommaire de l’argumentation ou dialectique néerlandaise), rédigé par la chambre de rhétorique « In liefde bloeyende » ou « ’t Eglantierke » d’Amsterdam – donc probablement écrit par Hendrick Laurensz. Spieghel –, on voit que Spieghel va beaucoup plus loin que Stevin18. Non seulement il traduit rigoureusement tous les termes techniques (donnant, du reste, l’équivalent latin en marge), mais il dédie son ouvrage aux « curateurs » de l’université de Leyde, en leur suggérant de remplacer le latin par le néerlandais et de faire « de notre langue maternelle la langue maternelle des arts ». Ainsi il traduit quaestio par gheschil, praedicabilia par ghemeene woorden, praedicamenta par zeggelycke woorden, definitio par uytbeelding, divisio par scheyding, loci par plaatzen et argumenta par bewysredenen – lesquels d’ailleurs constituent l’invention (vinding), qui chez lui est beaucoup plus importante que chez Stevin19. Stevin ne traduit pas la plupart de ces expressions-là (sauf divisio, qu’il traduit comme Spieghel) et dit librement : definitie, materie, authoriteyt, specie, contrarie, proportie (bien qu’il propose la traduction everedenheyt), termyn (pour terminus), propositie, etc.

13Cela dit, reconnaissons que la Dialectique de Stevin n’est pas invariablement d’une lecture facile et que ses décisions ne sont pas toujours claires. On a déjà cité sa traduction de ars disserendi comme « conste der uytsaeyinghe herwaerts ende derwaerts », dont il admet d’ailleurs lui-même qu’elle est incompréhensible en néerlandais. Un autre exemple est sa traduction de relata, une des catégories d’Aristote, comme bestaende. Suivant l’exemple des Grecs et des Romains qui, ayant besoin de noms pour désigner des concepts, donnaient une interprétation métaphorique à un mot ordinaire (prenant par exemple « matière » pour désigner les choses incorporelles dont les arts sont faits, comme le son pour la musique, la question pour la dialectique, etc.), il a cherché un mot pour exprimer « rapport immuable » ou « relations » (relata). Mais le terme de bestaende n’exprime un rapport que dans le cas de nabestaanden – les relations qui survivent (après la mort d’un parent). D’autres exemples pourraient être grondt (pour subjectum, obiectum, substantia, materia circa quam), malcandertreffing (pour reciprocatio), anclevende der propositie (pour praedicatum attributum ou pars consequens), etc.

Conclusion

14Arrivé au terme de cet aperçu trop rapide, nous proposons quelques conclusions – conclusions en forme de questions, d’ailleurs. La Dialectique de Stevin n’est pas sa contribution principale à la science ; en effet, s’il n’avait écrit que cela on peut douter qu’il eût été très connu aujourd’hui. Néanmoins, sa prise de position par rapport à la dialectique contemporaine n’est pas entièrement dépourvue d’intérêt. En effet, il faudrait examiner les traces de la dialectique dans ses autres ouvrages, notamment dans ses ouvrages de mathématiques. Inversement on pourrait se demander si les déviations qu’il se permet par rapport à la dialectique contemporaine sont inspirées par un souci mathématique. Enfin, il vaudrait la peine d’étudier de plus près son emploi du néerlandais, notamment par rapport à celui de Spieghel (comme de Coornhert et de Roemer Visscher) et par rapport à l’emploi ultérieur du néerlandais chez quelqu’un comme Glazemaker, qui ayant traduit et Descartes et Spinoza est sans doute le traducteur le plus connu du xviie siècle, et qui lui aussi cherche un équivalent purement néerlandais de tous les termes techniques.

Notes

1 Dialectike ofte Bewysconst, Leerende van alle saecken recht ende constelyck Oirdelen ; Oock openende den wech tot de alderdiepste verborgentheden der Natueren, Beschreven int Neerduytsch door Simon Stevin van Brugghe, Tot Leyden, By Christoffel Plantijn, 1585. (Je me sers de l’exemplaire de la bibliothèque universitaire d’Utrecht.)

2 E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, La Haye, Nijhoff, 1943, p. 287-297 ; Simon Stevin : Science in the Netherlands around 1600, La Haye, Nijhoff, 1970. Apparemment cette suppression est due à l’auteur qui, d’après les éditeurs de la traduction anglaise (R. Hooykaas et M. G. J. Minnaert) avait préparé « a somewhat condensed English edition, adapted to the foreign reader » (p. ix). Sauf indication du contraire, toutes mes références se rapportent à la version néerlandaise. La Dialectique sera citée d’après la première édition.

3 E. J. Dijksterhuis, Stevin, op. cit., p. 36. Cette seconde édition n’est pas mentionnée dans la version anglaise du livre de Dijksterhuis.

4 « Ten eersten, nadien sommighe mijn seer ghemeene vrienden ende Landtslieden, in ander Spraecken onervaren, nochtans der Consten uytnemende liefhebbers, verstaen hadden, dat wy yet der Mathematiken inden druck souden doen afveerdighen, maer in vreemder talen, en hebben my […] niet slichtelick ghebeden sulcx inde onse oock te doen, maer bycans met redenen willen overtuygen gheen behoirlicke gheneghentheyt te draghen, tot onsen Vaderlande, diens voorderinghe nochtans, elck naer sijn uyterste vermoghen, boven vrienden en maghen, ja voor sijn eyghen selfs, is schuldich te beneerstighen ; dit soo beleydende ende voortdringende, dat en hadde ick t’mijnder bate niet gehadt de ghemeene maniere van doen, ofte de Ghewoonte, die niet t’onrecht d’ander Natuere, gheseyt wort, swaerlick soude ick my ontschuldicht hebben… » « En premier lieu, après que certains amis et compatriotes de ma fréquentation, ignorant les langues étrangères mais tout de même amateurs éminents des arts, aient compris que nous ferions imprimer quelque chose, en langue étrangère il est vrai, en mathématiques, ils m’ont non seulement prié de faire une chose pareille en notre propre langue, mais même voulu me persuader qu’il était du devoir de chacun, aimant ou non sa patrie, de se soucier de sa fortune et de la préférer à celle de ses amis et de ses parents, voire de soi-même. Et ils me pressaient de façon telle que si je n’avais déjà eu l’habitude de me comporter comme les autres et de suivre l’habitude (qu’on appelle à juste titre une seconde nature), je n’aurais pu trouver une excuse » (la préface n’est pas paginée).

5 « Maer siende dat sich daer in ontmoete Dialectike stijl, Spruecken ende Woorden, die sy Vocabula artium noemen, welcke (naer de maniere der gheenre diese int Duytsch gebruycken) ghenoemt op sijn Latijnsche, den onervarenen dier Talen so duyster vallen, datse de saecke niet grondelick verstaen en connen, oock mede dat int Neerduytsch hare beteecke ninghe onbekent blijft, overmidts de Dialectike daer in noch niet beschreven en is : Soo vandt ick my bycans als bedwonghen, voor het uytgeven dies voorseyt is, dese Duytsche Dialectike af te veerdighen. » « Mais voyant qu’il s’y trouve un style, c’est-à-dire des tournures et des mots, dialectiques, qu’on appelle vocabula artium, lesquels, lorsqu’ils sont utilisés à la latine (comme le font ceux qui s’en servent en néerlandais), ne sont pas compris de ceux qui ne connaissent pas cette langue, de sorte qu’ils ne comprennent pas bien la chose ; voyant aussi qu’en néerlandais leur signification reste inconnue, étant donné que jusqu’ici il n’existe pas de dialectique en néerlandais, je me trouvais quasiment forcé, par conséquent, de faire cette dialectique néerlandaise. »

6 Sur l’usage du latin voir E. J. Kuiper, De Hollandsche « Schoolordre » van 1625, thèse de l’Université d’Amsterdam, 1958 ; Harm Klifman, Studies op het gebied van de vroegnieuwnederlandse triviumtraditie, Dordrecht, Foris, 1983. L’ouvrage utilisé dans les « écoles latines » était le plus souvent celui de Cornelius Valerius ab Auduater (1512-1578), professeur de Louvain ; voir G. Kuiper, Orbis artium en Renaissance, I : Cornelius Valerius en Sebastianus Foxius Morzillus als bronnen van Coornhert, thèse de l’Université libre d’Amsterdam, 1941.

7 E. J. Dijksterhuis, Stevin, op. cit., p. 38.

8 Ibid., p. 39.

9 D’autre part, le lien entre la Dialectique et L’Arithmétique est faible, ce qui rend le motif allégué par Stevin assez suspect. Il est peu probable, en effet, qu’on ne puisse comprendre L’Arithmétique sans la Dialectique.

10 Voir Earline J. Ashworth, Language and Logic in the post-medieval period, Dordrecht, Reidel, 1974.

11 « … daer uyt wy oock de Conste der bewijsinghe ofte met een woort geseyt de Bewysconst, (dat is, door de welcke men bewijst eenighe saecke daer questie af is, waer ofte Valsch te sijne) noemen op sijn Griecksche, Dialectike » « … c’est pourquoi nous appelons l’art de la démonstration ou, en un mot, la bewysconst (c’est-à-dire l’art de prouver que la chose dont on parle est vraie ou fausse) selon le mot grec dialectique », Dialectike, p. 3.

12 « Insghelijcx oock en is in veler gheleerden ghemeene Definitie der Dialectiken, De Conste der Saeyinghe herwaerts ende derwaerts (in marg. Ars disserendi) gheen Malcandertreffinghe, want Alle saeyinghe herwaerts en derwaerts en is geen Dialectike, nochtans omme de bequame ghelijckspreuckelickheyt, soo bevalt se den meenighen seer wel. » Dialectike, p. 55. Les numéros de page donnés dans le texte renvoient au même ouvrage.

13 Voir Dialectike, p. 17. Ses espèces sont métaphore, allégorie, métonymie, hyperbole, synecdoque, ironie.

14 Stevin en parle dans les trois premières propositions du livre II de sa Dialectike.

15 La distribution (verspreyding) est la séparation des espèces d’un genre ; la division (deeling) est la séparation des parties d’un ensemble, p. 32.

16 « Maer aenghesien onse Duytsche tale, noch Academien, noch beginsel van dien en heeft, soo schynet voor dees tijt onnoodich alsulcx hier te verhalen : Daerom sullen wy in die plaetse stellen een corte Dialectikelicke t’Samenspraeck, ghelijck haer die ons ghemeenelick ontmoet. » « Mais comme notre langue néerlandaise n’a pas d’académies (pas même le projet), cela nous semble inutile de répéter cela. A sa place, nous donnons un bref dialogue dialectique, comme nous pourrions en avoir tous les jours. »

17 En revanche, dans ses ouvrages postérieurs Stevin n’hésitera pas à traduire ces termes.

18 Ruygh-bewerp vande Redenkaveling / ofte Nederduytsche Dialectike : de welcker is een richtsnoer / om van alle Dingen bewijsslick en de onderscheydelick te spreken / oock waarheid van valsheid te scheyden / in alle twistredening hóóghnut ende nodigh zynde (Esquisse à grands traits sur la manière de raisonner / ou Dialectique néerlandaise : laquelle offre un guide / pour parler sagement et distinctement de toute chose / également pour séparer le vrai du faux / très utile et nécessaire en toute controverse), Leiden, Plantijn, 1585.

19 Le jugement, ou oordeel, ne contient qu’une partie : argumentatio, c’est-à-dire bewysredening ou handeling der bewysredenen.

Auteur

Professeur de Philosophie, Université d’Utrecht

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540