Version classiqueVersion mobile

L’arpenteur vagabond

 | 
Julien Nègre

Remerciements

Texte intégral

1C’est en traçant sur les tableaux noirs de la rue d’Ulm ses cartes changeantes mais toujours précises de l’Amérique que Pierre-Yves Pétillon a éveillé mon intérêt pour les textes d’outre-Atlantique et leurs rêveries cartographiques. Les pages qui suivent n’auraient pas été écrites si je n’avais pas bénéficié de son enseignement et suivi les multiples pistes qu’il a pu m’indiquer.

2Réunis autour de la présence bienveillante et attentive d’Agnès Derail, les américanistes du lundi soir, au premier rang desquels Michel Imbert, Bruno Monfort et Cécile Roudeau, ont accompagné, guidé et encouragé mes premiers pas en littérature américaine. C’est grâce à eux que je me suis engagé dans ce travail. Ma dette envers eux est considérable. Parmi eux, Thomas Constantinesco a joué un rôle particulier en prenant le temps, depuis de nombreuses années déjà, de m’aider à trouver mon chemin dans les textes d’Amérique et le monde universitaire. Je tiens à lui exprimer ici ma reconnaissance pour son soutien et sa disponibilité.

3Je tiens à remercier Antoine Cazé et François Specq pour les nombreux conseils qu’ils m’ont donnés au fil des ans et pour leur générosité.

 

4Mathilde a accompagné et encouragé ce travail depuis son commencement. Rien de tout ceci n’aurait été écrit sans elle. Je lui dédie ce livre, ainsi qu’à nos enfants Martha et Ernest.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search