Version classiqueVersion mobile

Simon Stevin. De la vie civile, 1590

 | 
Catherine Secretan
, 
Pim Boer den

L’œuvre de Simon Stevin

La pensée politique d’un ingénieur : l’exemple de la Vita politica

Hélène Vérin

Texte intégral

1Proposer de lire la Vita politica comme l’expression de la pensée politique d’un ingénieur de la fin du xvie siècle suscite une question : qu’est-ce qui justifie une telle lecture ? Et plus précisément, peut-elle enrichir et mieux déterminer notre appréciation de l’ouvrage ?

2On peut d’emblée répondre que Simon Stevin était lui-même un ingénieur. L’examen de la position qu’il occupait à ce titre dans la société peut-elle nous aider à comprendre le choix des arguments de la Vita politica ? Ce qui nous conduit à un deuxième niveau de lecture : peut-on établir un parallèle entre les catégories communes aux ingénieurs pour penser leur action dans l’ordre politique à cette époque, et celles autour desquelles s’articule la Vita politica ? La Vita politica, comme l’indique son titre, porte sur l’action politique. La conception de l’action de l’ingénieur qui est élaborée au xvie siècle et celle qui s’exprime dans la Vita politica peuvent-elles être subsumées sous une même conception de l’action en général ? Le parallèle que je propose se déclinera selon ces trois points :

  1. La Vita politica portant sur la conduite du bon citoyen, la définition qu’elle donne du citoyen peut-elle être mise en parallèle avec celle de l’ingénieur ?
  2. La deuxième partie portera sur la matière traitée dans la Vita politica. En quoi cette matière, c’est-à-dire ce sur quoi va s’exercer le travail d’élucidation de Stevin, dans cet ouvrage, peut-elle être mise en parallèle avec celle que les ingénieurs de la Renaissance sont appelés, par leurs fonctions, à mettre en œuvre. Pour explorer cette question, je recourrai d’abord aux sources – archives et publications – dont nous disposons pour connaître la position des ingénieurs vis-à-vis du politique dans leurs pratiques et dans leurs écrits.
  3. Dans une troisième partie, je reprendrai mon propos d’un point de vue plus abstrait, pour examiner en quoi la structuration de la Vita politica, le décours des arguments et les catégories utilisées correspondent à un mode de pensée mis en œuvre également par les ingénieurs. Et mis en œuvre, en particulier, par Simon Stevin, dans ses écrits d’ingénieur. Or, ces écrits sont présentés par Stevin comme des applications de sa Méthode, méthode qu’il forge, dit-il, afin de « combler le mancque » entre manière mathématique et manière mécanique et, plus généralement, entre théorie et pratique.

3Ce qui me conduira, en conclusion, à ébaucher quelques considérations sur la question de la méthode, en cette fin du xvie siècle, pour considérer en quoi la Vita politica en est une expression particulière.

Le citoyen et l’ingénieur

4Deux principes, posés par Stevin pour définir ce qu’est le citoyen, vont ici me servir de guide : le premier est la règle générale qui permet d’en produire la définition, le deuxième concerne l’acte qui fonde la relation politique entre le prince et le citoyen.

5Selon Stevin, il existe une règle générale indubitable qui peut, en toutes circonstances, guider la conduite citoyenne. Il l’énonce ainsi :

  • 1 Je renvoie à la traduction française de la Vita politica publiée dans ce volume. Voir p. 42.

Chacun doit toujours considérer comme l’autorité à laquelle il est soumis, ceux qui, au moment présent, règnent effectivement sur les lieux où il a choisi de résider, sans se mêler de savoir si ceux-ci ou leurs prédécesseurs sont parvenus légitimement ou non au pouvoir.1

6Cette réduction de la légitimité à la légalité actuelle est déterminante dans la Vita politica. Néanmoins, trouver dans la position de l’étranger vis-à-vis de l’autorité légitime ce qui peut le mieux définir celle du citoyen a de quoi surprendre. Pour être « plus clair », Stevin propose l’exemple de quelqu’un qui a l’intention d’aller habiter en France. En imaginant, plus concrètement, cette situation d’étranger, il est possible de dégager « ce qui s’adresse » au citoyen et du même pas, de le définir. Ce procédé permet de s’abstraire de considérations en quelque sorte parasites, qui tiennent à des liens politiques relevant d’une histoire particulière, et de rapporter directement la conduite du bon citoyen aux principes qui fondent, en droit, cette conduite, une « règle absolument certaine et universellement valable ».

7Il y aurait sans doute à considérer le mode d’abstraction utilisé ici par Stevin, qui est une extraction du général, par la confrontation de particuliers ; qui va du concret au concret pour dégager une règle d’action. Cette manière de procéder par analogie est décisive dans l’art de l’ingénieur. Mais ce n’est pas à cet aspect formel du procédé que je veux m’arrêter ici, mais au contenu même. Le plus sûr et le plus universel moyen de découvrir la règle de conduite du bon citoyen est de se placer dans la position de Stevin lui-même : un expert qui s’est installé dans un pays étranger. Dans le chapitre Huit Stevin ne poussera-t-il pas son raisonnement jusqu’à écrire que, pour être en accord avec sa conscience, « chacun doit choisir parmi les différentes communautés existant sur terre, celle à laquelle il puisse et désire obéir » (p. 69) ? Considérons maintenant l’acte qui fonde la citoyenneté.

  • 2 Voir aussi p. 69 : le contrat du prince avec la communauté.

8Dans la Vita politica, le prince n’est l’autorité légitime que pour en avoir la charge, de même que le citoyen n’est tel que pour en assumer les conditions : droits et devoirs. De sorte que la relation gouverné / gouvernant a le statut d’un engagement réciproque de type contractuel. Ce contrat, accompagné d’un serment, se réalise sous une règle de principe : agir en vue du meilleur, tendre par son action à un « juste bien-être général » (p. 52), « rechercher le bien-être du pays » (p. 56)2.

9En quoi cette relation contractuelle, accompagnée d’un serment, et contenue sous le principe : agir au service du prince pour le bien général, correspond-elle à la relation institutionnelle des ingénieurs avec l’autorité politique du pays où ils exercent leurs compétences ?

Pratiques citoyennes et fonctions d’ingénieur : le cas de Simon Stevin

  • 3 The Principal Works of Simon Stevin, Amsterdam, C. V. Swets et Zeitlinger, vol. I, 1955, p. 5
  • 4 Ibid., vol. V, 1966, p. 11-25.

10Simon Stevin était l’un de ces mathématiciens et experts dans les arts mécaniques qui, au xvie siècle, allaient de cour en cour, offrir leurs services et surtout leurs compétences à un souverain, dans l’espoir d’obtenir le titre envié d’ingénieur. Il voyagea quelques dix années à travers l’Europe avant de se fixer aux Pays-Bas en 1581. Tout en poursuivant sa formation à l’université de Leyde, à partir de février 15833, il obtint de 1584 à 1589 des privilèges d’invention pour la conception et la réalisation de différents dispositifs mécaniques. Seize inventions, enregistrées par les États de Hollande et les États généraux, ont été retrouvées par les historiens4.

11Lorsqu’en 1590 il écrit la Vita politica, Stevin est donc un expert mécanicien, un « inventeur » travaillant sur la base de contrats à prix fait, comme entrepreneur de ses inventions. Il n’obtiendra le titre d’ingénieur qu’en 1593. Il fait bien partie d’une catégorie professionnelle clairement identifiable, qui entretenait des relations contractuelles avec l’administration politique de son pays de résidence.

  • 5 Vita politica, Appendice, « Au lecteur » : « … sachant toutefois que l’on pourrait me demander si (...)

12Pour appuyer l’idée que Simon Stevin écrit la Vita politica en ingénieur praticien, je ferai une remarque, tirée de l’appendice. Stevin y aborde non plus la question de la conduite du sujet citoyen, qui fait l’objet de son essai, mais celle du gouvernant. Il se sent alors obligé de justifier sa prétention à écrire sur le sujet, étant donnée la règle qui « veut assurément que personne ne se mêle d’enseigner ce dont il n’a pas l’expérience lui-même ». « L’on pourrait se demander si cela relève bien de (sa) compétence »5. Sa réponse est que

écrire sur la sujétion, pour autant que cela concerne la pratique, n’a jamais été hors de ma compétence vu que […] j’y ai longtemps passé ma vie et que je fais de mon mieux pour bien y mener le reste de mes jours. (p. 73)

  • 6 Ibid., p. 76 : « … dans ce qui suit et qui demeure à l’intérieur des limites de la théorie, nous n (...)

13Mais encore, qu’en traitant du gouvernement en théoricien, il n’excède pas plus les limites de sa profession6 que ne le firent Ptolémée, Euclide, et surtout Vitruve, qui n’était pas un praticien et néanmoins, dans son traité d’architecture, a « exercé irréprochablement sa profession ». Retenons ce modèle vitruvien, fort en honneur parmi les ingénieurs du xvie siècle, pour situer leurs activités dans l’ordre des sciences pratiques (de l’action sur les hommes) et non dans celui de la seule production ou fabrique (de l’action sur les choses). Retenons qu’ici Stevin opère un rapprochement entre sa position professionnelle et sa conception de la vie politique. Qu’en était-il plus généralement pour les ingénieurs ?

Qu’est-ce qu’un ingénieur au xvie siècle ?

14Pour nous en faire une idée, suivons les principes de Stevin, et partons d’un exemple particulier, la « commission d’ingéniaire pour Salomon de Cauls, franchois », telle qu’elle a été établie en 1605 par Albert et Isabelle, à la cour de Bruxelles. Notons que l’on en retrouve les principes et les grandes articulations dans toutes sortes d’engagements contractuels d’ingénieurs qui nous sont parvenus.

  • 7 21 janvier 1605. Archives générales du Royaume, Bruxelles, Chambre des comptes, Reg. 46010, fol. 3 (...)

Albert & Isabel, etc., à tous ceulx qui ces présentes verront, salut. Sçavoir faisons que, pour le bon rapport que fait nous a esté de la personne de Salomon de Cauls, franchois, et de ses sens, discretion et souffisance, nous confians a plain de ses leauté, preudhommie et bonne diligence, eu sur ce l’advis de nos très-chiers et feulx les chiefs tresorier general et commis de nos domaines et finances, avons icellui Salomon de Caus commis, ordonné et establi, commettons, ordonnons et establissons, par ces presentes, à l’estat et office de nostre ingeniaire, pour, en icelle qualité, nous servir à la fontaine artificielle en notre court, et en toutes aultres choses que luy seront de par nous commandé au faict de sa vacation, selon les articles par luy à nous exhibez et signez, reposans en nozdites Finances, aux gaiges de soixante quinze livres, du prix de quarante groz nostre monnoye de Flandre la livre, par mois, à en estre payé par les mains de nostre amé et feal conseillier et receveur general de nosdites finances Christophe Godin présent ou aultre advenir, à commencer avoir cours aujourd’huy, date de cestes presentes ; et au surplus, aux droits, honneurs, libertez, franchises et exemptions y appartenans tant qu’il nous plaira. Sur quoi et de s’y bien et deuement acquicter ledit Salomon de Caus sera tenu faire serment pertinent, et en oultre, jurer, etc., et ce ès mains de nostre très-chier et feal chief president de nostre conseil privé et conseillier d’estat, messire Jehan Richardot, chevalier, Sr de Barly, que commettons à ce ; et luy mandons que, ledit serment fait par ledit Salomon de Cauls, il le mette et substitue de par nous en possession dudit estat de nostre ingeniaire, et d’icelluy ensemble des droitz, honneurs, libertez, franchises et exemptions susdites ; et tous aultres noz justiciers, officiers et subjectz, cui ce regardera, le facent, seufrent et laissent plaine-ment et paisiblement joyr et user, cessans tous contreditz et empeschemens, au contraire, etc.7

15La première chose qui frappe à cette lecture est la précarité de la position d’ingénieur, soumise d’une part au « tant qu’il nous plaira » du prince, et d’autre part soutenue par la seule réputation du postulant : qualités morales et compétences techniques.

16Cette précarité se redouble du fait que, souvent itinérant et passant d’une cour à une autre, l’expert n’a, pour s’imposer, que cette renommée. Sans doute des réseaux se constituent-ils qui permettent de faire jouer des liens d’origine (famille, ville, région, pays). On le voit lorsque, au début du xvie siècle, les Italiens, experts dans l’art de la nouvelle fortification bastionnée et le dessin géométrique (l’un ne va pas sans l’autre), se répandent dans toute l’Europe, jusqu’en Moscovie. Mais ces réseaux sont informels, et les experts ne sont pas soutenus par un corps de métier institué. Ils se présentent comme des individus, porteurs de savoirs particuliers. Pour l’exercer, ils doivent faire reconnaître leur compétence dans un acte délivré par une autorité politique. Qu’il s’agisse d’une commission d’ingénieur, ou d’un privilège d’invention qui donne, pour un certain temps, le droit exclusif de l’exploiter. C’est, comme nous l’avons vu, le cas de Simon Stevin, dans les années 1580, qui, lui aussi, voyagea à travers l’Europe. Nous obtenons ainsi un premier aperçu de ce que nous appelons l’« ingénieur de la Renaissance ».

17C’est un expert dans les arts mécaniques qui est entré au service d’un grand : duc, roi, empereur, pour exercer les compétences qui lui sont reconnues. Il n’obtient le titre, l’état d’ingénieur, que par un acte du souverain : une lettre patente ou une commission, qui a la forme d’un contrat accompagné d’un serment. Celui-ci peut-être révoqué par le souverain à n’importe quel moment. On est donc ingénieur d’un souverain, et ce titre est perdu dès le contrat achevé ou rompu. L’ingénieur redevient alors un simple expert : en architecture, mécanique hydraulique, cartographie, fortification…

  • 8 Bonnardot et al. éd., Registre des délibérations du bureau de la ville de Paris, Paris, 1833-1902, (...)
  • 9 BNF, ms fr. 18160, fol. 121v°.

18L’engagement porte sur la réalisation de travaux déterminés, plus ou moins importants et durables. Pour Salomon de Caus, le détail des activités auquel il s’engage et pour lesquelles il est engagé est consigné « selon les articles par luy à nous exhibez et signez, reposans en nozdites Finances ». Autre exemple, Agostino Ramelli, ingénieur d’Henri III, obtient du roi une lettre patente pour la fortification de Paris en 1585. Il recevra une pension fixe, autant de temps que dureront les travaux8. Jean Errard est ingénieur du roi Henri IV et reçoit pension comme ingénieur de Sa Majesté employé « en l’estat pour servir aux fortifications des villes de Picardye et Champaigne »9.

19La pension liée au titre d’ingénieur est donc toujours transitoire, et l’on n’est pas ingénieur à vie. Salomon de Caus reste en fonction pendant dix ans à la cour de Bruxelles. À la suite de divers problèmes, il quitte brusquement la cour de l’archiduc et se rend à Londres, entre au service du prince de Galles, mais d’abord seulement au titre d’inspecteur des travaux d’aménagement de la Tamise. Il n’obtient le titre d’architecte et ingénieur (Engineer to the Prince) qu’un an plus tard. Après la disparition du prince de Galles, il suit à Heidelberg la princesse Elisabeth, nouvellement mariée à l’Électeur palatin, et n’obtient le titre d’ingénieur qu’un an et demi plus tard.

  • 10 François de Dainville, « Les activités de l’ingénieur piémontais Ercole Negro en France (1566-1597 (...)

20Il arrive que des souverains se prêtent « leurs » ingénieurs à l’occasion, ou encore, comme nous l’avons vu pour Salomon de Caus, que des ingénieurs préfèrent partir, si un autre souverain leur propose des conditions plus intéressantes. Ils y perdent les avantages liés au contrat rompu et n’hésitent pas à en prendre le risque, preuve qu’ils prennent en compte la précarité du lien qui les unit au prince. Pour abonder dans ce sens, on peut remarquer qu’à la guerre, il arrive qu’un ingénieur au service d’un souverain pour concevoir et faire réaliser de nouvelles défenses pour une place, passe au service de l’ennemi et contribue à l’attaque de ladite place. C’est le cas par exemple d’Ercole Negro, tour à tour ingénieur de Lesdiguières, chef des partisans huguenots, qu’il trahit en passant au service de son adversaire, le duc de Mayenne et donc du roi de France, enfin ingénieur de Charles-Emmanuel de Savoie, contre Lesdiguières et le roi de France10.

21On retrouve donc, dans cette condition particulière de l’expert, de l’homme de l’art en général : architecte, mécanicien, artiste, médecin aussi, cette position d’individu contractant un engagement vis-à-vis du prince, et obtenant en retour l’assurance de pouvoir exercer ses compétences à son propre avantage. Nous tenons ici un point fort du parallèle avec la Vita politica, où la relation du citoyen au prince présente ces traits mêmes.

22Pour aller un peu plus avant, et atteindre ce qui fonde cette relation dans une intention commune : le meilleur pour la communauté, il faut aller aux livres. Théâtres de machines, livres d’instruments, de fortification ou d’artillerie sont unanimes : l’ingénieur est celui qui travaille non seulement à l’avantage du prince et de son peuple, mais à l’augmentation de ces avantages. Ce qui implique inéluctablement des conflits d’intérêt.

23On peut en apercevoir un indice dans l’acte concernant Salomon de Caus. Il apparaît en effet que l’ingénieur dépend de plusieurs autorités, et d’abord du trésorier des finances ; c’est après l’accord de ce dernier que la commission peut lui être délivrée par le président du conseil privé, au nom de l’archiduc et l’archiduchesse. Cette triple dépendance est l’occasion des premiers conflits auquel l’ingénieur peut être confronté. Tous les ingénieurs connaissent en effet des difficultés, non seulement à obtenir le paiement de leurs gages, mais souvent aussi les frais dont ils ont pu faire l’avance pour que les travaux ne soient pas arrêtés. C’est que les intentions souvent fastueuses et dépensières des princes ne sont pas toujours suivies par ceux qui ont à charge l’administration des finances. On ne s’étonnera donc pas que l’acte qui confère à Salomon de Caus le titre d’ingénieur comprenne comme l’une de ses clauses la promesse de n’être pas confronté à des « contreditz ou empeschements ». Dans le cas de grands travaux civils et militaires, toujours très coûteux, qui font l’essentiel de ses responsabilités, l’ingénieur ne doit pas seulement faire face aux contradictions entre les intentions du prince et ses administrations, mais aussi entre l’intérêt du prince et celui de ses villes, du pouvoir central et des pouvoirs locaux, du Trésor et des administrés appelés à payer des impôts extraordinaires.

Formulation et formalisation de la matière du discours : le thème de la contrariété

24Ce thème de la « contrariété », des contradictions auxquelles l’expert est confronté dans sa pratique, est non seulement un thème majeur dans les écrits des ingénieurs, mais il détermine spécifiquement la rationalité de leur discours : agir est opérer des choix dans le champ de la contrariété – ou encore, la contrariété constitue la « matière » de la science pratique de l’ingénieur. C’est là un autre trait commun avec l’organisation du discours de Stevin dans la Vita politica, autour de situations de crises, de conflits entre des contraires : partis, intérêts, religions, mais aussi lois contraires ou ambiguës. Comment ces deux impératifs : la quête du meilleur possible pour la communauté et la rencontre de situations où règnent conflits et contrariétés, qui font la matière de la Vita politica, s’articulent-elles dans les écrits d’ingénieurs ?

L’ingénieur et le politique selon Girolamo Cataneo

  • 11 Cataneo Girolamo, Le Capitaine de Jerome Cataneo contenant la maniere de fortifier places, assaill (...)

25Je prendrai pour exemple la manière dont l’ingénieur Girolamo Cataneo expose sa méthode, dans son ouvrage sur la fortification, traduit en français en 1574 sous le titre : Le capitaine de Jerome Cataneo contenant la manière de fortifier places, assaillir & defendre11.

  • 12 Néanmoins, pour Aristote, ces responsabilités de l’ingénieur vis-à-vis du bien général, qui s’expr (...)

26Selon la tradition de Végèce – mais le principe en est déjà clairement énoncé par Platon dans le Gorgias, par Aristote dans sa Politique12 –, l’art de l’ingénieur militaire participe des sciences pratiques, ayant en vue la meilleure action pour la cité. Il convient donc de conformer son discours, c’est-à-dire l’organisation des arguments dans l’exposé écrit, de façon à faciliter la découverte du meilleur recherché. De dégager méthodiquement ses concepts afin de guider les choix de l’ingénieur jusqu’à la réalisation de cette ultime finalité. Le traité de Cataneo est exemplaire de cette science pratique de l’ingénieur.

27Dans son avertissement au lecteur, il nous donne la clef de sa méthode : si l’ingénieur a en vue le bien public, dès la première détermination du « bien public » la question de la contrariété dans les choix à faire se pose. Tous les traités d’art de la guerre annoncent leur intention principale : le meilleur est le meilleur pour le prince et son peuple. Déjà s’annonce une contradiction possible entre l’un et l’autre. « Par la fortification des cités et chasteaux, écrit Cataneo, les peuples des princes et leur estat sont pour la plupart garantis. » Ils ne le sont donc que « pour la plupart » : c’est l’introduction de cette restriction qui va donner forme à la méthode observée dans la suite de l’ouvrage. En effet, fortifier une province « sans trop fouler [écraser] le Prince » rend impossible la fortification de toutes les villes. Il va donc falloir « faire election » de certains sites, en pesant « la puissance et le besoing » qui les déterminent relativement à l’ensemble de la défense de la province, et démanteler les autres places. Encore faut-il ménager la puissance défensive et la dépense pour chaque place fortifiée ; le principe selon lequel « la plupart » des villes sont fortifiées, se mue en ceci : on fortifiera l’ensemble du pays « autant qu’on peut ». On entre alors dans l’évaluation selon le plus et le moins, des avantages et des inconvénients, afin d’opérer au plus juste.

28Ainsi l’ouvrage de Cataneo est construit selon ce schéma : poser une finalité, évaluer les contraintes, peser les contraires, y faire élection des solutions les plus avantageuses. Le but ultime, l’avantage du prince et de sa province, parce qu’il est d’emblée posé comme un rapport entre ce qui est et ce qui peut être, sert de principe à chaque étape du projet et de sa réalisation, afin d’y dégager la solution la plus adéquate. La forme méthodique adoptée lui confère un pouvoir essentiellement heuristique ; guider l’ingénieur, c’est lui donner les moyens de faire, à chaque moment, le choix opportun. Ce que confirme Cataneo lorsqu’il conclut son avertissement au lecteur en précisant qu’il vient de lui délivrer la clef de toute sa « méthode ». Son traducteur, Jean de Tournes, ne s’y trompe pas : il justifie la traduction de cet ouvrage italien (les Italiens sont en général mal vus en France) par l’utilité de la « méthode » qui y est contenue. Elle consiste à donner à la matière traitée la forme de choix possibles ; et à ordonnancer ses choix de façon à atteindre la meilleure solution.

La matière du discours dans la Vita politica

29Revenons à la Vita politica. Stevin nous en avertit, ce n’est pas un traité politique, il ne procède pas, précise-t-il, « depuis le général jusqu’au particulier » (p. 39). Cet ouvrage se propose de donner à chacun les moyens de résoudre un problème : comment agir en bon citoyen dans tous les cas où cela ne va pas de soi. Ce problème n’est pas d’école, et son point de départ est un constat, un « fait » : en beaucoup de lieux différents en Europe, de grands changements surviennent dans les gouvernements.

30Ainsi, la Vita politica est une sorte de manuel de politique pratique. Et s’il s’agit de pensée politique, c’est une pensée de l’action politique qui s’attache à faciliter à son lecteur la découverte du bon choix dans des situations critiques, en particulier celles où les lois et les coutumes sont telles que « l’execution de l’une entraîne la transgression de l’autre » (p. 41-42). L’ouvrage s’adresse en effet à celui qui peut être confronté à la nécessité de ces choix, et, en ces temps de changements constants, cela veut dire à tout citoyen : par définition, à celui qui agit selon le meilleur pour l’ordre menacé de la cité et pour sa propre paix menacée. « Telle est la matière que nous devons éclairer », écrit Stevin. Ainsi, c’est parce que le point de vue est celui de l’action que la « matière » traitée est la contrariété.

Être un bon citoyen exclut l’indécision

31À ceci il y a une raison première : être bon citoyen est agir en bon citoyen. Renoncer à agir est renoncer à l’exercice de la civilité. Comme l’ingénieur, le citoyen est engagé par le serment qui le lie à la communauté ; de sorte que l’indécision non seulement est sanctionnée dans la pratique, mais elle témoigne d’une indifférence à la civilité, à ce qui constitue le tissu social, le sens de la communauté. Selon Stevin, l’indécision est une « tendance non civile » (p. 67).

  • 13 Voir Hélène Vérin, « Jalons pour une histoire de la confiance », La confiance en question, Paris, (...)

32Stevin prend ainsi parti sur un thème alors débattu. Rappelons seulement l’attitude adoptée par Montaigne qui se reconnaît une telle tendance non civique, c’est-à-dire une essentielle indécision (« je suis divers et ondoyant, comme l’est notre monde »). S’il renonce à poursuivre ses fonctions politiques, c’est parce que ce serait s’impliquer dans la contrariété (en politique le bien et le mal sont inextricablement mêlés), ce qui ne convient pas à sa complexion d’« honnête homme »13. Mais, justement, pour Stevin, être un « honnête homme », c’est assumer la contrariété.

33Deuxième chose à noter, plus anecdotique, mais significative : la critique principale que les régnicoles français adressent aux ingénieurs italiens que les rois prennent à leur service est leur indécision, leur essentielle labilité. Par exemple, voici ce qu’écrivaient, le 8 août 1553, les prévôts de Paris, sur la façon dont l’ingénieur du roi, Jean-Baptiste Porcelli, conduisait le projet de fortification de la ville :

  • 14 Registre des délibérations de la ville de Paris, op. cit., tome IV, p. 197.

Il a failli tout rompre de ce qu’il avait encommencé pour n’avoir pris ses alignements […] et ne continue jamais une chose ; et ce qu’il en fait en un jour, le rompt à l’autre, quant au modèle déposé à l’hôtel de ville, il n’est aucunement suivi, et ainsi de jour en jour changé et immué à l’appetit dudit ingénieur.14

Agir en vue du meilleur implique l’affrontement de contraires

34Non seulement l’omniprésence des changements politiques est l’angle par lequel Stevin aborde la question de la vie politique, mais son projet est de centrer son examen sur les points de litiges et de controverses, afin de déterminer ce qu’y est la conduite civile. Les lois civiles elles-mêmes ne sont examinées que du point de vue des contradictions et des ambiguïtés qui peuvent les marquer, rendant la conduite citoyenne problématique ; et il en est de même pour la religion. Ce qui constitue donc le cœur de l’examen de Stevin est de déterminer comment agir en vue du meilleur pour soi-même et pour l’État, lorsque l’on se trouve aux prises avec des situations de conflit, lorsqu’il faut opérer un choix entre des contraires.

  • 15 N. Machiavel, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1952.
  • 16 J. L. Vivès, De Europae dissidiis et bello turcico, Obras completas, Aguilar, Madrid, 1992 [1526].
  • 17 Montaigne, Essais, I, XXIII, « De la coustume et de ne changer aisement une loy receüe », Œuvres c (...)

35À cet égard, on peut remarquer deux choses. La première est que l’exposé des constantes dissensions qui ravagent l’Europe et s’exercent jusqu’au cœur des cités est le fil conducteur de nombreux discours politiques : que l’on pense aux Histoires florentines de Machiavel15, ces dissensions qui ont fait l’histoire de Florence, ou à l’ouvrage de Juan Luis Vives sur les dissensions qui affectent l’Europe face aux entreprises turques16. Sans parler de Hobbes plus tard, qui en fait un principe quasi anthropologique du politique. Plus près de Stevin, et peut-être l’inspirant lorsqu’il examine dans son chapitre cinq comment se conduire civilement dans le cas de lois qui se contredisent, Montaigne dans ses Essais montre comment en France on en est venu « à double loix, celles de l’honneur et celles de la justice, en plusieurs choses fort contraires (aussi rigoureusement condamment celles-là, un démanti souffert, comme celles icy un demanty revanché) »17.

  • 18 C’est en particulier l’attitude adoptée par les protestants. Voir Hélène Vérin, La gloire des ingé (...)

36Il existe donc une sorte de modèle, de lieu commun, qui fait des conflits la matière du discours de l’art politique. On s’accorde en général à reconnaître que la discorde est l’élément à partir duquel sont instaurées les règles, lois, institutions. De la même manière, les ingénieurs, dans leurs livres de fortification, inscrivent leur art, ses caractéristiques et ses nécessités : défendre les places au mieux à l’aide d’une pondération de contraires, dans un état des choses humaines fondamental, à savoir la discorde entre les nations voisines. Ils en trouvent la cause dans un vice essentiel : l’envie, l’ambition, la jalousie, voire l’ire de Dieu punissant les hommes de ces vices par l’état de guerre18. On peut à cet égard remarquer que si Stevin dans sa dédicace prend lui aussi pour point de départ le fait des dissensions, c’est simplement pour en faire le constat ; et lorsqu’il entre dans sa description de la vie civile, au chapitre I, il reprend l’idée qu’elle a son origine dans la nécessité de la défense. Mais il ne va pas aller en rechercher les causes. Ce n’est pas se défendre des voisins qui va définir la communauté, mais élever des défenses, ce qui est déjà une action civique qui se poursuit par l’établissement de règles communautaires. Il en est de même dans ses traités de l’art de fortifier, qui, laissant de côté les considérations sur l’origine de l’art, entrent directement dans l’examen technique. Autrement dit, non seulement Stevin ne s’attarde pas sur les causes de cet état de conflit, mais il se détourne des raisons de leur examen. Si la discorde, la menace du conflit, est inaugurale, elle n’est pas fondatrice. Ce qui importe est la Vita politica, c’est-à-dire les conditions de la jouissance active des biens civils : liberté, propriété, biens matériels. On reconnaît ici la même manière d’éliminer ce qui est accidentel pour aller à l’essentiel que nous avons vue à l’œuvre dans la définition du citoyen et, plus pratiquement, dans l’idée que l’on doit aller vivre dans le pays qui convient le mieux à l’exercice de la liberté que l’on désire.

37Loin d’être limitée à l’action citoyenne, cette manière est caractéristique de l’approche de Stevin. On la trouve aussi bien dans ses ouvrages techniques. Pour comprendre ce qui y est en jeu, il faut entrer dans le débat contemporain sur les arts et les sciences mécaniques.

Les merveilles de la mécanique

38S’il y a, comme l’affirme fermement Cataneo, une relation inéluctable entre la nécessité d’agir au mieux et l’apparition de contraires, il faut aussi remarquer que le thème de la « contrariété » associé à celui du « merveilleux » comme caractéristique de la mécanique est un lieu commun au xvie siècle. Il est porté par un texte partout cité : les Questions mécaniques du pseudo-Aristote. Ce texte, inconnu au Moyen Âge, a profondément marqué la pensée de la Renaissance.

  • 19 Vittore Fausto, Aristotelis Mechanica, Paris, 1517. Sur le rôle des Questions mécaniques au xvie s (...)
  • 20 Ouvrage publié à Leyde, Elzevier, 1638. Le opere di Galileo Galilei, A. Favaro, Florence, Éditions (...)
  • 21 En particulier, il propose une solution au « paradoxe de la roue d’Aristote ». Voir P. Costabel, « (...)

39Sa première édition grecque, sur un manuscrit rapporté de Byzance, date de 1497 à Venise, mais c’est sa traduction latine par Vittore Fausto, en 1517, qui inaugura une réflexion fondamentale sur les mécaniques19. Galilée encore, dans son dernier grand ouvrage, les Discorsi e dimostrazioni matematiche, intorno à due nuove scienze attenenti alla Mecanica & i Movimenti Locali20, propose des solutions nouvelles à des paradoxes tirés des Questions mécaniques21 pour appuyer certaines de ses hypothèses.

40L’apport essentiel et décisif de cette œuvre et des discussions qu’elle suscita concerne les rapports entre mécanique et physique. Traditionnellement, la mécanique héritée des mécaniciens de la Grèce hellénistique, celle d’Archimède, de Héron d’Alexandrie, de Pappus, est l’étude statique des machines simples : levier, poulie, treuil, vis et plan incliné. L’objectif est de connaître les proportions mathématiques qui président à l’équilibre de poids inégaux, à l’aide de dispositifs mécaniques. Pour cela il convient de prendre comme références, dans les actions des machines, les états stables, les états d’« équilibration », dira Stevin, ceux où les facteurs agissants s’égalisent. C’est là, en effet, que peut s’exercer le calcul. Cette situation d’équilibre est celle où l’on peut poser le signe égal, et à partir de quoi il devient possible de calculer et de géométriser.

  • 22 Galileo Galilei, « Le Mecaniche », Le opere di Galileo Galilei, op. cit., t. ii, p. 158. Selon la (...)

41Cette statique ne se préoccupe pas de découvrir les causes physiques (naturelles ou « intimes ») du mouvement mais seulement les causes mécaniques (« externes »), celles qui peuvent être exercées à l’aide d’instruments et calculées par rapport à l’égalité de l’équilibre. Les facteurs agissants : temps, espace, forces, s’exercent à l’aide de dispositions particulières en fonction des effets recherchés. La question, par exemple, sera : comment soulever un grand poids avec une petite force, sachant que la dépense totale sera toujours équivalente de part et d’autre, mais qu’elle combinera diversement le temps et les forces exercées. Ce point de vue me paraît clairement exprimé par Galilée lorsque, à la fin du premier chapitre de sa mécanique, il définit la machine comme ce qui économise, non pas des forces, mais du jugement humain : la machine cristallise dans ses dispositifs une invention astucieuse qui permet de distribuer temps et forces de la façon la plus conforme aux effets recherchés ici et maintenant22.

42Les Questions mécaniques déplacent le point de vue de la statique vers celui d’une dynamique. L’art du mécanicien s’exerçant dans la matière, il ne relève pas seulement du traitement mathématique des états d’équilibre de forces inégales, obtenus par artifice, d’une statique, mais aussi du traitement mathématique d’une dynamique, de ce qui est en devenir – rappelons que c’est la définition même du domaine de la physique. C’est sur cette question de la physique des machines que s’engagent les Questions mécaniques, et aussi les écrits de nombreux ingénieurs mécaniciens, comme Jacques Besson, dans le préambule qu’il écrivit pour son Livre d’instruments et machines, Agostino Ramelli, dans Le diverse e artificiose machine, Salomon de Caus, dans Les raisons des forces mouvantes, pour ne citer que les plus connus.

43On retrouve également dans ces écrits la grande opposition entre nature et artifice, suivant laquelle la nature agit selon des causes internes aux corps, c’est-à-dire selon les propriétés naturelles de la matière et la forme qui les constituent, tandis que l’art agit selon des causes externes, déterminées, non par la nature intime du corps, mais par les multiples usages humains. Ce faisant, l’art est amené à produire des effets contraires à la nature des choses, des effets « outre nature » ou « contre nature ». Ramelli ira jusqu’à évoquer des « miracles », des effets « contraires aux lois de la nature ». Mouvoir vers le haut des corps pesants, élever des eaux, est aller contre leur mouvement naturel. L’auteur des Questions mécaniques, pour vanter ce pouvoir des artifices humains, cite les paroles du poète Antiphon, « là où la nature nous dominait, l’art nous rend vainqueurs ». Si Ramelli reprend ce thème, pour Besson, protestant et même, un temps, pasteur, cet orgueil n’est pas de mise. Néanmoins l’un et l’autre s’accordent avec l’auteur des Questions mécaniques pour caractériser essentiellement les mécaniques par la production d’effets « merveilleux ».

  • 23 Mechanical Problems, 847, 10-15, Aristotle, vol. XIV : Minor Works, Cambridge Mass., Londres, Loeb (...)

44En effet, le premier mot du traité du Pseudo-Aristote est thaumazetaï : ces choses « remarquables » qui sont produites par les arts et au bénéfice de l’homme23. Parmi ces arts, celui par lequel

  • 24 Ibid., 847a 20, p. 331.

le plus petit l’emporte sur le plus grand et où les choses ayant une petite puissance, meuvent de très grands poids et toutes ces sortes d’artifices que nous appelons problèmes mécaniques.24

  • 25 Ibid., 847a 25, p. 331.

Ces problèmes, poursuit l’auteur, ne sont ni tout à fait les mêmes que les problèmes physiques, ni tout à fait à part d’eux, mais ils ont quelque chose en commun avec les spéculations mathématiques et celles de la physique ; en effet, d’une part, l’évidence est produite grâce aux mathématiques et, d’autre part, ce à quoi elles s’appliquent appartient à la physique.25

  • 26 « Il n’est jamais possible que les propositions contradictoires soient vraies, en même temps, des (...)
  • 27 « Il n’y a pas […] de principe plus certain que celui-là et duquel on puisse le déduire » Métaphys (...)

45Le problème du levier est celui où les paradoxes de la mécanique apparaissent le plus clairement. C’est quand on passe à l’examen de la cause de ces admirables effets des mécaniques que le paradoxe apparaît comme une contradiction : être en même temps le plus lourd et le plus léger26. Le principe de contradiction étant fondamental pour l’établissement du vrai, comment les mécaniques peuvent-elles dépendre des mathématiques, si elles impliquent la contradiction27 ?

  • 28 Mechanical Problems, op. cit., 847b 16-20, op. cit., p. 333.
  • 29 Ibid., 847b 20 -848a 5, p. 331-332.

46La solution consiste à établir que « la cause qui est à l’origine de la contradiction propre aux mécaniques est le cercle ». Le raisonnement est le suivant : il n’est nullement étrange que quelque chose de remarquable résulte de quelque chose de plus remarquable. Or, le plus remarquable est que les contraires soient engendrés les uns avec les autres ; le cercle est constitué de tels contraires28. Il est en même temps en mouvement et en repos ; il est en même temps concave et convexe ; il se meut simultanément dans des directions contraires29. Ainsi, pour que les mécaniques ne mettent pas en cause l’un des principes qui fondent la connaissance, le Pseudo-Aristote recourt à la figure géométrique réputée la plus parfaite, qui comprend à la fois le même et son contraire. La solution par le cercle réduit les merveilles des mécaniques à des propriétés mathématiques.

47La réduction au cercle et à ses propriétés contradictoires procure ainsi à la mécanique une cohérence rationnelle qui présente cette particularité d’être fondée sur des « contrariétés ». Ceci confère aux problèmes mécaniques un tour paradoxal, et aux effets des mécaniques, ce « merveilleux » que le savant mécanicien va s’efforcer de réduire en raisons, en proportions mathématiques et dont le praticien va s’emparer pour en tirer parti par des dispositions et distributions bien concertées des parties des machines qu’il conçoit. L’influence des Questions mécaniques au xvie siècle pourrait peut-être se mesurer à ce seul fait, que très généralement les ingénieurs du xvie siècle considèrent, que ce qui caractérise l’art des mécaniques est qu’il implique la « contrariété ».

48La découverte des Problèmes mécaniques au xvie siècle, et la nouvelle approche de l’art et de la science des mécaniques que l’œuvre suscite, se combinent aux représentations et aux lieux communs sur la mécanique hérités du Moyen Âge. L’idée que la mécanique peut être une tromperie de la nature, une activité illégitime, « bâtarde » est encore très prégnante. Entre « merveille » et « magie », action « contre-nature » et action sacrilège, la limite est mal définie, dès lors que l’accent est porté sur les infinis pouvoirs que la machine confère à l’homme – thème archimédien. Galilée moquera, au début de son traité de mécanique, ceux qui se laissent prendre à de tels espoirs :

  • 30 Galileo Galilei, « Le Mecaniche », Le opere di Galileo Galilei, op. cit., tome II, p. 155. Mersenn (...)

ho visto inganarsi l’universale dei mecanici, nel volere a molte operazioni, di sua natura impossibili, applicare machine, dalla riuscita delle quali, ed essi sono restati ingannati, ed altri parimente sono rimasti defraudati della speranza, che sopra le promesse di quelli avvevano conceputa.30

  • 31 Descartes, Principes, IV, 203. Œuvres et lettres, Paris, Gallimard (Pléiade), 1958, p. 666.

49Descartes aussi se démarquera de ce point de vue en affirmant qu’« il est certain que toutes les règles des mécaniques appartiennent à la physique, en sorte que toutes les choses qui sont artificielles sont avec cela naturelles »31. Quelle est la position de Stevin ?

Stevin : « la merveille est qu’il n’y ait pas merveille »

  • 32 Simon Stevin, The Principal Works, op. cit., vol. III, Engineering, p. 24.
  • 33 Édition en flamand, à Leyde chez Christophe Plantin. Cette figure illustre la proposition xix de l (...)

50Un an avant la publication de la Vita politica, en 1589, Stevin qui dépose une invention, un tournebroche, demande de pouvoir y apposer sa marque de fabrique32. Cette marque, le « coolcrans », orne la vignette qui illustre la page de titre de ses Beghinselen der Weeghconst (« Eléments de l’art pondéraire ») publiés en 1586, avec, en cartouche, la formule « wonder en is gheen wonder » : la merveille est qu’il n’y ait pas merveille33.

51On ne peut être plus clair : la marque de Stevin, celle qui exprime et caractérise son œuvre, est le rejet de ce qui fonde la mécanique du Pseudo-Aristote dans le « merveilleux » attaché à l’exercice de la contrariété. La statique de Stevin, « science pondéraire », se caractérise en effet par son caractère mathématique et archimédien, centré sur le concept d’équilibre, et qui ne fait pas du mouvement, ni des forces mouvantes, un objet d’analyse. En quoi elle s’oppose à celle d’un contemporain, Salomon de Caus, ingénieur comme Stevin, qui, dans ses Raisons des forces mouvantes, prend pour point de départ la physique et le mouvement naturel des éléments, pour étudier l’engendrement des mouvements artificiels, et met l’accent non, sur l’équilibre et les proportions qui équilibrent, mais, dit-il, sur « les disproportions pour agir ».

  • 34 Simon Stevin, « Appendice de la Statique où sont inserées entre autres les refutations des erreurs (...)

52Un des effets de la position de principe de Stevin est le rejet de la solution par le cercle à la question de la cause de l’équilibration (de pesanteurs inégales). Dans le chapitre 1 de l’Appendice à sa Statique, il s’en prend à l’idée que cette cause soit « cachée sous les circonférences décrites par les extrémités des rayons »34, et la réfute à l’aide d’un syllogisme :

  • Ce qui demeure coye estant suspendu, ne descrit aucune circonference.
  • Deux pesanteurs pendues en equilibre sont coyes.
  • Deux pesanteurs pendues en equilibre, donc, ne descrivent aucune circonference.

53Partant, il n’y a aucune circonférence ; là où il n’y a pas de circonférence, elle ne sera pas cause de ce qui advient.

  • 35 Ibid.

54Revenant sur la mineure du syllogisme, Stevin considère que « le mouvement de la description des circonférences n’advient là que par accident, comme par le vent, ou poussement… ». « Ce n’est donc pas merveille, si ceux qui prennent pour fondement certain de telles erreurs, developpent de fausses propositions, sans ordre ni methode », ironise-t-il35.

55L’erreur est de prendre pour essentiel ce qui est accidentel. Le raisonnement est le même que dans la Vita politica. Dans les deux cas il s’adresse à celui qui doit agir, c’est-à-dire celui qui doit exercer, là, sa profession d’ingénieur, ici, sa condition de citoyen. Dans tous les cas, surmonter la contrariété n’est pas ouvrir l’espace du paradoxe ou de la merveille, mais celui du problème à résoudre : comment concilier au mieux les avantages, afin de trouver la solution la plus satisfaisante ?

56On peut en effet suivre le décours des arguments de Stevin dans la Vita politica comme un ordonnancement de situations de choix, formant des arborescences, à l’instar de ce qu’il propose dans ses autres ouvrages, et en particulier dans les ouvrages de mécanique et d’ingénierie auxquelles il applique sa méthode.

  • 36 Jean L’Hoste, Epipolimétrie ou art de mesurer toute surface, Nancy, 1629. « Aux lecteurs » n. p. L (...)
  • 37 Voir H. Vérin et L. Dolza, « Dal livre al theatrum di Jacques Besson », introduction à Il theatrum (...)
  • 38 Dans sa « Cosmographie », au début de son livre sur la « Géographie ». Rappelons qu’en 1607, soit (...)

57Il faut prendre très au sérieux cette démarche qui, partant de la « fabrique du problème »36, tente de donner à l’activité de synthèse la même « nécessité » que celle, déductive, d’Euclide. C’est un lieu commun alors de dire qu’Euclide n’a fait, dans ses Éléments, que mettre en ordre déductif des savoirs jusqu’alors dispersés. De même, la nouvelle mise en ordre méthodique que propose Stevin, mais aussi nombre d’ingénieurs, de mathématiciens, de mécaniciens, se fait à partir de savoirs dispersés, fragmentaires ou occultes, cachés dans la nature des choses et révélées par l’expérience37. Ainsi, le titre de la statique de Stevin est : Beghinselen der Weeghconst, « Éléments de l’art pondéraire ». Sa méthode n’est, dit-il que la reconstitution de l’Euclide perdu, celui dont nous disposons n’étant qu’un fragment de l’antique savoir du siècle sage, celui d’Hermès Trismégiste38.

58D’après cette méthode, l’action qui se détermine selon le projet doit, partant de la confusion, du divers, de l’épars, du fragmentaire, en déterminer les termes suivant le « donné » et le « requis » : c’est la première phase de la constitution de la forme projet. La « fabrique du problème » transforme le divers en matière de l’action bien conduite sur laquelle peut s’exercer l’activité de choix. Agir c’est nécessairement constituer le divers en contraires (ceci ou bien cela). À chaque moment de l’élaboration du projet, il y a des choix à faire, et chacun de ces choix doit être conforme à la fois aux principes généraux qui président à l’action et aux fins particulières recherchées. Pour faciliter cette activité de choix, Stevin propose de réduire la pluralité des choix possibles en un emboîtement hiérarchisé de choix dichotomiques.

Conclusion : la Vita politica, la méthode et la réduction en art

  • 39 Notons que Francis Bacon s’oppose à Ramus et au caractère normatif de la « réduction en art » des (...)

59Sans entrer dans le détail de la méthode de Stevin, retenons cependant qu’elle s’inscrit, parmi les travaux contemporains, dans un grand projet de restauration des savoirs à partir de l’action et de la pratique, restauration à laquelle contribuent aussi bien Pierre Ramus que Francis Bacon, des humanistes, des mathématiciens, des architectes, des ingénieurs39. Cette restauration s’annonce comme une « réduction en art » des pratiques et pour terminer, je voudrais en donner ici la définition générale à laquelle je suis parvenue, afin que vous y repériez les principaux traits que j’ai essayé de dégager dans le parallèle entre la Vita politica et la pensée des ingénieurs du xvie siècle.

  • 40 C’est la définition donnée par les dictionnaires, voir par exemple le Tresor de la langue françois (...)
  • 41 Sur cette question, voir Neal Ward Gilbert, Renaissance Concept of Method, New York, Columbia Univ (...)

60Réduire en art est rassembler, mettre en ordre et diffuser par l’écrit40 : « rédiger en art ». Les écrits qui s’annoncent comme des « réductions en art », ou des « méthodes », constituent un genre littéraire qui consiste à rassembler des questions dispersées, confuses ou profuses, à les mettre en ordre, à les éclaircir dans un exposé bref et à diffuser par écrit le résultat de ce travail, afin de donner à tout un chacun le moyen d’atteindre le meilleur en facilitant ses choix. Les ouvrages du genre dont je viens de donner la définition se répandent à la Renaissance. Le point de vue est celui de l’action : sur les idées, sur les hommes, sur les choses. On réduit en art des pratiques politiques, pédagogiques, des activités de la mémoire, de l’imagination et de la raison, des pratiques architecturales et mécaniques41.

  • 42 Voir Claudia Moatti, La raison de Rome, Paris, Le Seuil, 1997, chapitre V.

61Cette réduction en art, loin d’être une invention du xvie siècle, est le renouvellement et la restauration de celle dont les Anciens furent les initiateurs et, singulièrement, Cicéron, Quintilien, Varron, Pline, Vitruve, Végèce, Frontin, Columelle, et d’autres encore. Tradition latine, donc42, qui est la référence principale tant des ingénieurs que des humanistes. Ces auteurs de la Rome classique et impériale se donnaient déjà pour tâche de rassembler les savoirs dispersés et fragmentaires légués par les anciens, mais aussi les lois et règles juridiques amassées sans ordre dans le corpus, de mettre en ordre ces savoirs, pour faciliter l’action du juriste, de l’homme politique, de l’architecte, de l’homme de guerre et de l’ingénieur, de l’hydraulicien et de l’arpenteur. Ils se proposaient déjà de les présenter aussi brièvement que possible (la mise en ordre à l’aide des mathématiques et /ou de la rhétorique faisait partie de cette abrègement) et de les diffuser par écrit, « in artem redigere », de telle sorte que ces ouvrages soient, tant par leur forme d’exposition, leur langue, que par leur diffusion, accessibles à la pluralité des hommes.

62La Vita politica, qui est un écrit à visée pratique et qui doit permettre d’agir en toutes circonstances en bon citoyen, répond aux mêmes critères de mise en ordre, dans un exposé « bref » et clair, d’un art du citoyen rendu accessible à tous grâce à sa diffusion dans la langue vernaculaire. Et ceci en vue de faciliter l’action qui vise le meilleur. Son domaine est celui du possible et non du certain, du meilleur et non du vrai. La grande difficulté est de savoir aller à l’essentiel, alors que l’on est confronté aux accidents des situations particulières, où règnent les contraires. Ce que doit faciliter l’exercice d’une méthode.

Notes

1 Je renvoie à la traduction française de la Vita politica publiée dans ce volume. Voir p. 42.

2 Voir aussi p. 69 : le contrat du prince avec la communauté.

3 The Principal Works of Simon Stevin, Amsterdam, C. V. Swets et Zeitlinger, vol. I, 1955, p. 5

4 Ibid., vol. V, 1966, p. 11-25.

5 Vita politica, Appendice, « Au lecteur » : « … sachant toutefois que l’on pourrait me demander si cela relève bien de ma compétence », p. 72.

6 Ibid., p. 76 : « … dans ce qui suit et qui demeure à l’intérieur des limites de la théorie, nous ne traitions pas de quelque chose d’étranger à notre compétence. »

7 21 janvier 1605. Archives générales du Royaume, Bruxelles, Chambre des comptes, Reg. 46010, fol. 366.

8 Bonnardot et al. éd., Registre des délibérations du bureau de la ville de Paris, Paris, 1833-1902, t. 8, p. 459.

9 BNF, ms fr. 18160, fol. 121v°.

10 François de Dainville, « Les activités de l’ingénieur piémontais Ercole Negro en France (1566-1597) », La cartographie, reflet de l’histoire, Genève, Slatkine, 1986, p. 201-253.

11 Cataneo Girolamo, Le Capitaine de Jerome Cataneo contenant la maniere de fortifier places, assaillir & defendre… Reveu, corrigé & augmenté en plusieurs lieux par l’auteur & depuis mis en françois par Jean de la Tournes, Lyon, 1574.

12 Néanmoins, pour Aristote, ces responsabilités de l’ingénieur vis-à-vis du bien général, qui s’expriment institutionnellement, puisqu’il est élu dans des commissions pour juger de projets d’intérêt public, posent certains problèmes. En particulier, du fait que l’art de l’ingénieur relève à la fois de la poiesis et de la praxis.

13 Voir Hélène Vérin, « Jalons pour une histoire de la confiance », La confiance en question, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 53-56.

14 Registre des délibérations de la ville de Paris, op. cit., tome IV, p. 197.

15 N. Machiavel, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1952.

16 J. L. Vivès, De Europae dissidiis et bello turcico, Obras completas, Aguilar, Madrid, 1992 [1526].

17 Montaigne, Essais, I, XXIII, « De la coustume et de ne changer aisement une loy receüe », Œuvres complètes de Montaigne, Gallimard (Pléiade), 1962, p. 116-117.

18 C’est en particulier l’attitude adoptée par les protestants. Voir Hélène Vérin, La gloire des ingénieurs, Paris, Albin Michel, 1993, chap. III : « L’universelle contrariété ».

19 Vittore Fausto, Aristotelis Mechanica, Paris, 1517. Sur le rôle des Questions mécaniques au xvie siècle, voir Paul L. Rose et Stilman Drake, « The Pseudo-Aristotelian Questions of Mechanics in Renaissance culture », Studies in the Renaissance, 1971, p. 65-104, en particulier p. 67 et suivantes, et François de Gandt, « Les Mécaniques attribuées à Aristote et le renouveau de la science des machines au xvie siècle », Les études philosophiques, n° 3, 1986.

20 Ouvrage publié à Leyde, Elzevier, 1638. Le opere di Galileo Galilei, A. Favaro, Florence, Éditions Barbèra, Florence, 1929-1939, tome VIII.

21 En particulier, il propose une solution au « paradoxe de la roue d’Aristote ». Voir P. Costabel, « La roue d’Aristote et les critiques françaises à l’argument de Galilée », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, t. XVII, n° 4, oct-déc. 1964, p. 385-396. C. R. Palmerino, « Una nuova scienza della materia per la Scienza Nova del moto. La discussione dei paradossi dell’infinito nella prima giornata dei Discorsi galileiani », Atomismo e continuo nel xvii secolo, E. Festa e R. Gatto dir., Naples, Vivarium, 2000, p. 275-319.

22 Galileo Galilei, « Le Mecaniche », Le opere di Galileo Galilei, op. cit., t. ii, p. 158. Selon la libre traduction qu’en fait Mersenne, l’une des grandes utilités des machines est « que l’on évite les grands frais et le coust en usant d’une force inanimée ou sans raison qui fait les mesmes choses que la force des hommes animée et conduite par le jugement […] on supplée le raisonnement necessaire, par le moyen des roües et des autres machines […] suivant le dessein de l’ingenieur ». Les Mechaniques de Galilée…, traduites de l’italien par L. P. M. M., Questions inouyes, Paris, Fayard, 1985, p. 441.

23 Mechanical Problems, 847, 10-15, Aristotle, vol. XIV : Minor Works, Cambridge Mass., Londres, Loeb Classical Library, Harvard University Press, 1993, p. 331. Il n’existe pas de traduction française.

24 Ibid., 847a 20, p. 331.

25 Ibid., 847a 25, p. 331.

26 « Il n’est jamais possible que les propositions contradictoires soient vraies, en même temps, des mêmes choses » Métaphysique, K, 5, 1062a 30, op. cit., p. 597.

27 « Il n’y a pas […] de principe plus certain que celui-là et duquel on puisse le déduire » Métaphysique, K, 5, 1062a 4, op. cit., t. II, p. 595

28 Mechanical Problems, op. cit., 847b 16-20, op. cit., p. 333.

29 Ibid., 847b 20 -848a 5, p. 331-332.

30 Galileo Galilei, « Le Mecaniche », Le opere di Galileo Galilei, op. cit., tome II, p. 155. Mersenne traduit librement : « il faut remarquer en général les commoditez et les profits qu’on en peut tirer [des mécaniques], afin que les artisans ne croient pas qu’ils puissent servir aux opérations dont ils ne sont pas capables, et que l’on puisse lever de grands fardeaux avec peu de force ; car la nature ne peut être trompée, ni céder à ses droits », Mersenne, op. cit., p. 439.

31 Descartes, Principes, IV, 203. Œuvres et lettres, Paris, Gallimard (Pléiade), 1958, p. 666.

32 Simon Stevin, The Principal Works, op. cit., vol. III, Engineering, p. 24.

33 Édition en flamand, à Leyde chez Christophe Plantin. Cette figure illustre la proposition xix de la Statique, p. 448 de l’édition des Œuvres mathématiques de Simon Stevin de Bruges par A. Girard, Leyde, Elzevier, 1634.

34 Simon Stevin, « Appendice de la Statique où sont inserées entre autres les refutations des erreurs en la qualité de la pesanteur », Œuvres mathématiques, op. cit., p. 501

35 Ibid.

36 Jean L’Hoste, Epipolimétrie ou art de mesurer toute surface, Nancy, 1629. « Aux lecteurs » n. p. L’Hoste était mathématicien et ingénieur du duc de Lorraine. Son propos est de mettre en ordre les mathématiques pratiques, comme Euclide a mis en ordre les mathématiques théoriques. Il se situe donc parmi ceux qui sont à la recherche de procédures mathématiques qui permettent de « déduire », du concret à l’abstrait. C’est l’Euclide perdu de Simon Stevin.

37 Voir H. Vérin et L. Dolza, « Dal livre al theatrum di Jacques Besson », introduction à Il theatrum instrumentorum e machinarum di Jacques Besson, Rome, Éditions dell’Elefante, 2001, p. 3-49

38 Dans sa « Cosmographie », au début de son livre sur la « Géographie ». Rappelons qu’en 1607, soit un an avant la publication de la « Géographie » de Stevin dans ses Mémoires mathématiques, Cornelis Pietersz Schagen publiait la première traduction en flamand du Pimandre, attribué à Hermès Trismégiste, dans un livre qui s’annonce comme « L’invention merveilleuse d’un mouvement perpétuel inventé par le philosophe d’Alkmaar Cornelis Drebbel à l’aide d’un esprit mouvant enfermé dans une balle ». Voir Klaas van Berkel, Albert van Helden et Lodewijk Palm, A history of science in the Nederlands. Surveys, Themes, and Reference, Leyde, Brill, 1999, p. 29. Le recours au mythe du siècle sage, cette fantastique reconstitution de la connaissance des arts que symbolise « Hermès Trismégiste », a fait l’objet de travaux importants, notamment l’ouvrage de Frances A. Yates, Giordano Bruno et la tradition hermétique, Paris, Dervy-livres, 1988.

39 Notons que Francis Bacon s’oppose à Ramus et au caractère normatif de la « réduction en art » des logiciens, au profit d’une méthode essentiellement heuristique. Néanmoins, les groupes de chercheurs de la Maison de Salomon, et en particulier le troisième groupe, celui des « Artisans », qui « rassemblent les expériences touchant aux arts mécaniques, aux sciences libérales et aux procédés qui ne sont pas constitués en art », procèdent bien de cette collection d’expériences passées et présentes qui caractérise l’époque. F. Bacon, La nouvelle Atlantide, trad. M. Le Doeuf et M. Llasera, Paris, Payot, 1983, p. 82-84.

40 C’est la définition donnée par les dictionnaires, voir par exemple le Tresor de la langue françoise de J. Nicot, Paris, Le Temps, 1979 (1606), et encore, le Littré (édition de 1873).

41 Sur cette question, voir Neal Ward Gilbert, Renaissance Concept of Method, New York, Columbia University Press, 1969 ; Robert Klein, « Perspective à la Renaissance », La forme et l’intelligible, Paris, Gallimard, 1970 ; H. Vérin, « La réduction en art et la science pratique au xvie siècle », Institutions et conventions, Paris, éditions de l’EHESS, 1998, p. 121-144.

42 Voir Claudia Moatti, La raison de Rome, Paris, Le Seuil, 1997, chapitre V.

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search