Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Simon Stevin. De la vie civile, 1590

 | 
Catherine Secretan
, 
Pim Boer den

L’œuvre de Simon Stevin

Simon Stevin et la fondation de l’école militaire de Leyde en 1600

Klaas Van Berkel

Texte intégral

  • 1 E. J. Dijksterhuis, « Getemperde voldoening », De gids, 104, 1940, III, p. 52-57.

1Lorsque la fondation « Onze oude letteren » (Nos lettres anciennes) publia en 1939 une réédition de la Vita politica. Het burgherlick leven de Simon Stevin, l’accueil ne fut pas également favorable partout. Le plus grand spécialiste de l’œuvre de Stevin aux Pays-Bas, le mathématicien et historien des sciences E. J. Dijksterhuis, rédigea ainsi une critique assez froide, intitulée « Une satisfaction mitigée », pour la revue culturelle De gids1. Si Dijksterhuis soutenait l’initiative de publier des rééditions des œuvres les plus importantes de la langue et de la littérature néerlandaises, il s’étonnait cependant que ce petit ouvrage de Stevin ait justement été choisi pour inaugurer la collection. Quelles étaient donc ses objections ?

2Tout d’abord, Dijksterhuis trouvait que ce petit ouvrage ne présentait pas Stevin sous son véritable jour. Il le décrivit en effet comme un « écrit opportuniste et relativement aride » qui convenait beaucoup moins bien que ses autres livres à la découverte de Stevin en tant qu’homme. Pour Dijksterhuis, Het burgherlick leven était aussi beaucoup moins important sur le plan linguistique qu’un grand nombre de livres écrits par Stevin en néerlandais. Car si Stevin était connu pour son aptitude à inventer des équivalents néerlandais à toutes sortes de termes techniques, c’était justement dans le domaine de la théorie politique qu’il avait le moins bien réussi. Il y était beaucoup mieux parvenu par exemple dans ses livres sur les mathématiques où des termes aujourd’hui usités comme « équilibre » (evenwicht) ou « parallèle » (evenwijdig) étaient introduits pour la première fois. Une raison suffisante donc pour Dijksterhuis de préférer un livre comme le Weeghconst (un écrit sur la mécanique) pour attirer à nouveau l’attention du public sur l’œuvre de Stevin. Cet ouvrage présentait en effet une image fidèle de Stevin et pouvait être considéré comme un monument linguistique grâce aux nombreuses innovations qu’il contenait dans ce domaine. En résumé, il était louable d’ouvrir la série avec un livre de Stevin, mais il eut été préférable de choisir le Weeghconst plutôt que Het burgherlick leven, car tout compte fait, comme Dijksterhuis le précise une nouvelle fois un peu plus loin, ce dernier livre était « un ouvrage relativement peu important ».

  • 2 Sur l’histoire de l’édition de cet ouvrage, voir E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, ’s-Gravenhage, (...)

3On peut trouver plusieurs choses à redire à l’opinion de Dijksterhuis. En premier lieu, on pourrait faire remarquer que Het burgherlick leven est peut-être bien l’ouvrage de Stevin qui a été le plus souvent réédité2. L’ouvrage fut publié en 1590 et une deuxième édition parut en 1611, juste après le début des querelles qui opposèrent les remontrants (arminiens) aux contre-remontrants, et qui allaient aboutir quelques années plus tard à la prise de pouvoir du prince Maurice, et à l’arrestation, à la condamnation et à l’exécution de Johan Van Oldenbarnevelt, un exemple typique de conflit civil que Stevin avait justement essayé de prévenir. Au moins quatre autres rééditions parurent encore tout au long du xviie siècle, ce qui indique que l’intérêt pour cette partie spécifique de l’œuvre de Stevin ne s’est pas démenti.

4La deuxième édition, qui date de 1611, n’a certainement pas été publiée sans l’autorisation de l’auteur. Le jugement de Dijksterhuis qui déduit de recherches trop limitées qu’il s’agissait d’un ouvrage « relativement peu important », était donc discutable. Il était peut-être juste du point de vue des mathématiques, mais s’agissait-il aussi de la perspective adoptée par Stevin ?

5On peut se demander également si l’on apprend réellement mieux à connaître Stevin à partir de ses ouvrages de mathématiques qu’à la lecture de ce petit livre sur la vie politique. Dijksterhuis a toujours soutenu que les mathématiques n’étaient pas tant un domaine de notre connaissance qu’un style de notre pensée, c’est-à-dire une façon de penser qui ne se révèle pas seulement lorsque nous nous occupons de mathématiques, mais qui apparaît également lorsque nous parlons de politique, d’économie ou de linguistique. Si les propos de Stevin au sujet de la vie politique ne nous paraissent pas toujours très sympathiques, ce n’est pourtant pas une raison pour affirmer que le pragmatisme ou l’absolutisme que Stevin défend dans Het burgherlick leven le caractérise beaucoup moins que son attitude en apparence démocratique dans le domaine de l’exercice des sciences.

  • 3 Quelques informations sur Brasser figurent dans la nouvelle édition récemment parue : Simon Stevin (...)

6N’oublions pas non plus qu’il nous est quasiment impossible de replacer dans son contexte l’écriture de cet ouvrage de Stevin sur la vie politique. Les informations biographiques dont nous disposons sur ce mathématicien et ingénieur des Pays-Bas du Sud ne sont malheureusement pas très nombreuses, et le manque de données nous joue notamment des tours lors de l’interprétation de sa pensée politique. Un ouvrage de mathématiques est de nature à être compris et apprécié sans connaître le contexte historique et socioculturel. Mais il n’en va pas de même pour les écrits politiques. Si Het burgherlick leven est un ouvrage plutôt abstrait qui semble contenir un message destiné à toutes les époques et à tous les pays, on peut pourtant affirmer avec certitude que Stevin avait en vue des événements et des personnes très concrets lorsqu’il écrivit son ouvrage. Mais nous ne connaissons que peu de choses de sa sphère d’activité de l’époque – et il est donc difficile sur ce point d’entrer dans la peau de notre personnage et de saisir ses idées. Pour toutes ces raisons, il est donc prématuré de porter déjà un jugement sur ce livre et de le considérer comme « peu important ». Les véritables recherches sur le contexte historique de cet ouvrage n’ont pas encore commencé. Qui était par exemple Govert Brasser, à qui Stevin a dédié son livre3 ? Et quelles ont été les raisons qui ont poussé Stevin à faire jouer justement un rôle de premier plan à ce régent de Delft ? En tout cas, il est clair que les recherches sur Stevin ne font que commencer et que nous n’en resterons pas aux propos tenus à l’époque par Dijksterhuis.

  • 4 E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, op. cit., p. 277-286.

7Enfin – et ce sera notre dernière objection à l’égard de l’approche et du jugement de Dijksterhuis – l’ouvrage est beaucoup trop perçu comme un élément isolé au sein de l’œuvre de Stevin. Ainsi, dans sa monographie sur Stevin, Dijksterhuis a regroupé dans un chapitre séparé les écrits politiques de Stevin sans essayer toutefois de les intégrer à l’ensemble de son œuvre4. Dijksterhuis, qui était lui-même un mathématicien, considérait que Stevin était avant tout un mathématicien qui gagnait sa vie en exerçant le métier d’ingénieur tout en écrivant de temps à autre sur d’autres sujets. Mais il vaudrait beaucoup mieux considérer Stevin comme un ingénieur qui s’intéressait aussi bien aux principes mathématiques de sa discipline qu’à leurs applications sociales. Stevin a toujours essayé de rattacher la théorie à la pratique dans tous les domaines, et les moments ne manquent pas dans sa vie où il a essayé de mettre en pratique ce qu’il avait déjà démontré en théorie. Ceci s’applique également aux idées de Stevin relatives à l’organisation de l’État, même si Stevin ne pouvait pas encore joindre immédiatement le geste à la parole dans ce domaine. Lorsqu’il écrit Het burgherlick leven, Stevin n’est encore connu qu’en sa qualité d’ingénieur : peu de temps après, il est au service du prince Maurice et, un peu plus tard encore, il entre dans l’armée de la jeune République. Lorsqu’il publie une seconde édition de Het burgherlick leven en 1611, Stevin est devenu un favori et un conseiller influent du stadhouder ; il a quitté la position de celui qui se trouve à l’écart et qui fait des observations à partir de cette position sur la façon d’améliorer les choses. En sa qualité de professeur et de conseiller du prince Maurice, Stevin eut également l’occasion de réaliser certaines de ses idées : à défaut de s’appliquer à l’organisation politique générale, cette mise en pratique concerna tout de même des points très concrets relatifs à la construction de l’État.

8J’aimerais ici me pencher plus avant sur l’une de ces circonstances opportunes, à savoir sur la contribution que Stevin apporta, à la demande du stadhouder, à la fondation d’une formation spéciale destinée aux ingénieurs militaires. Cette formation avait pour objectif de fournir un flux permanent d’experts militaires à l’armée du stadhouder Maurice et de contribuer ainsi à la protection du jeune État des Pays-Bas du Nord contre les Espagnols et autres assaillants. Stevin formulait non seulement les règles de vie que les habitants de ce jeune État devaient suivre, mais il contribuait également à la construction des équipements qui devaient permettre de fait à cet État de se maintenir à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières.

L’essor de la science des fortifications

9Les années autour de 1590 jouèrent, comme on le sait, un rôle décisif dans la révolte des Pays-Bas contre le pouvoir espagnol du roi Philippe II. En 1588, l’Armada espagnole – la flotte que l’on croyait invincible – fut vaincue de façon surprenante, et en 1589, le duc de Parme, chef des armées et gouverneur espagnol, reçut l’ordre du roi d’Espagne de s’en retourner vers la France et d’interrompre provisoirement sa reconquête si glorieuse des provinces révoltées. C’est justement à cette époque que les nouveaux chefs de ces provinces, le stadhouder Guillaume Louis, en Frise, et son cousin Maurice, en Hollande, décidèrent de contre-attaquer. En 1589, Geertruidenberg fut encore perdue par trahison, mais en 1590, la ville de Breda fut prise par surprise, et les villes de Deventer, Zutphen et Nimègue situées à l’est tombèrent en 1591. L’objectif était maintenant de reconquérir la ville de Groningue au nord du pays ; les forteresses qui décrivaient un large cercle tout autour de la ville furent donc assiégées et conquises.

  • 5 Le lien entre les événements militaires et le développement de la cartographie en même temps que c (...)

10Le siège et la prise de la forteresse de Steenwijk, qui contrôlait un passage important vers le nord et qui passa entre les mains de l’État en 1592, revêtit dans ce contexte une signification particulière5. Pour la première fois en effet, des ingénieurs militaires jouèrent un rôle de premier plan dans un siège, et la victoire ne fut pas tant due à une suprématie militaire, à une artillerie supérieure ou à des manœuvres stratégiques, qu’à des calculs de mathématiques et à des techniques avancées de fortification. Du reste, les historiens contemporains qui traitent de ce siège font explicitement remarquer que le prestige des ingénieurs militaires augmenta fortement et subitement après la prise de Steenwijk. L’importance de la science des fortifications dans la lutte contre les troupes espagnoles fut reconnue un peu partout. Des ingénieurs militaires furent désormais chargés de l’encerclement méthodique des villes assiégées mais aussi de l’amélioration des fortifications après le siège, en appliquant les toutes dernières idées en la matière pour éviter qu’une ville conquise ne puisse un jour tomber à nouveau aux mains de l’ennemi.

  • 6 Groot Placaet-boeck… van de Staten Generael der Vereenighde Nederlanden, 9 tomes, La Haye, 1658-17 (...)

11C’est Guillaume Louis, stadhouder de Frise, qui fut souvent sur ces questions le conseiller de son jeune cousin Maurice. Guillaume Louis avait fait des études approfondies sur la science des fortifications et l’art de la guerre, souvent à partir de sources grecques et romaines et avec l’aide de son secrétaire érudit Everard Van Reyd, et de son chef militaire Johan Van der Corput, lequel possédait un savoir hors du commun à l’époque pour un militaire. Guillaume Louis fit le récit détaillé de ses études théoriques et des actes accomplis dans le cadre d’opérations militaires dans des lettres adressées à son père (Jean l’Ancien) et à son cousin Maurice. Il encouragea Maurice à entreprendre également l’étude de la science des fortifications et de la théorie de l’art de la guerre, et lui suggéra toutes sortes d’ouvrages et de conseillers. Maurice prit du reste ces exhortations à cœur et engagea sans doute peu de temps après, vers 1593, Simon Stevin, lequel publia l’année suivante Sterctebouwing, son premier ouvrage sur la science des fortifications. Stevin fut spécialement chargé par Maurice de surveiller les activités des ingénieurs de l’armée. C’est ainsi que nous connaissons deux instructions assez détaillées de sa main, datant de 1599 et 1600, avec des informations sur la façon dont les ingénieurs devaient se mettre au travail pour établir un camp militaire et construire des fortifications6.

12Le problème dans tout cela était qu’il n’y avait plus beaucoup de grands ingénieurs dans l’armée de l’État. La vieille garde d’ingénieurs était sur le point d’être démobilisée. Adriaan Anthoniszoon, qui était chargé depuis de nombreuses années de la surveillance des ouvrages défensifs, était âgé et devait régulièrement se faire remplacer par ses fils, dont la formation dans ce domaine se limitait à ce qu’ils avaient appris de leur père. Un autre ingénieur de renom, Johan Van Rijswijk, commençait également à être âgé et espérait terminer sa carrière à l’étranger. Les principaux ingénieurs qui avaient mis Steenwijk à genoux, Jacob Kemp et Joost Matthaeus, étaient, de plus, décédés peu de temps après 1592. Enfin, les idées en matière de fortification évoluaient rapidement et des connaissances obtenues autrefois par la pratique n’étaient plus ultérieurement le garant d’un exercice adéquat de la profession. Et si le Sterctebouwing de Stevin combla bien un vide dans ce domaine, on avait surtout besoin d’une bonne formation pour les ingénieurs militaires.

  • 7 F. Westra, Nederlandse ingenieurs, op. cit., p. 82.

13À cette époque, il n’y avait pas encore en Europe de formation systématique de haut niveau pour les ingénieurs militaires. On apprenait partout le métier par la pratique, à l’exception peut-être de quelques villes italiennes. Des projets concernant l’enseignement de la science des fortifications dans certaines académies avaient bien existé en France vers 1580. François de La Noue plaida en faveur d’un enseignement de ce genre dans le cinquième tome de ses Discours politiques et militaires (paru en 1587), un enseignement qu’il aurait voulu de préférence dans la langue du pays. Et des idées analogues figuraient déjà dans le « projet d’Académie » élaboré en 1580 par Antoine de Pluvinel, l’intendant des écuries du roi Henri III : dans une académie réservée aux jeunes gens de la noblesse devaient avoir lieu également des démonstrations de l’art des fortifications à l’aide d’enceintes et de remparts en terre. Mais aucun de ces projets ne fut réalisé à court terme7.

14La nécessité d’agir en faveur d’une formation pour les ingénieurs militaires fut cependant très bien perçue par la jeune République, et cela d’autant plus que l’enseignement des mathématiques dans les universités, qui était pourtant à la base de la science des fortifications moderne, avait du mal à voir le jour. Lorsqu’elles étaient enseignées, les mathématiques possédaient un caractère fortement théorique, et les éléments orientés sur la pratique faisaient presque toujours défaut. À Leyde, les mathématiques ne faisaient même pas partie à l’origine du programme des cours. Et il fallut attendre cinq ans après la fondation de l’université, c’est-à-dire 1580, pour que le docteur Rudolf Snellius soit nommé au poste de professeur de mathématiques avec un salaire minimal de 200 florins par an, en outre à la condition restrictive que cette nomination prenne fin dès que l’on « pourrait titulariser un meilleur élément ». Visiblement, on n’avait pas tellement confiance en Snellius, ou alors on se méfiait de son penchant marqué pour la philosophie tournée vers la pratique du mathématicien et réformateur de l’enseignement français Pierre de La Ramée. Mais Snellius convint si bien qu’il reçut à nouveau une nomination de professeur vacataire en 1581. Pourtant quelques années plus tard, en 1591, on lui fit savoir qu’il devait tenir la philosophie de La Ramée à l’écart de son enseignement, ce qui ne fut certainement pas profitable à ces cours orientés vers la pratique. À cette époque, celui qui désirait approfondir à Leyde ses connaissances relatives aux aspects pratiques des mathématiques devait chercher son salut dans la fréquentation des maîtres d’arithmétique qui exerçaient en dehors de l’Université. L’un des plus célèbres d’entre eux était Ludolf Van Ceulen : il reçut en 1593 une sorte de nomination au sein de l’université de Leyde mais en qualité de maître d’armes (un art enseigné pour partie à l’époque sur une base mathématique).

15Un tournant eut cependant plus ou moins lieu en 1598 lorsque le professeur de mathématiques de l’université frisonne de Franeker, Adriaan Metius, fut chargé d’enseigner en néerlandais les sciences de l’arpentage et des fortifications, moyennant une augmentation simultanée de son traitement. Metius était incontestablement l’homme qui convenait. Il était le fils du bourgmestre d’Alkmaar Adriaan Anthoniszoon, qui était parvenu à la célébrité par sa lutte contre les troupes espagnoles en qualité d’ingénieur et de spécialiste des fortifications, et qui avait familiarisé ses trois fils dès le plus jeune âge avec les bases mathématiques du métier d’ingénieur. Naturellement, le stadhouder de Frise Guillaume Louis, qui était aussi devenu entre-temps le stadhouder de Groningue, estima le moment venu de concevoir une solution plus structurelle au manque toujours pressant d’ingénieurs au sein des armées de la jeune République.

Un enseignement spécialisé : la formation d’ingénieurs

  • 8 Sur cette rivalité entre la Frise et la Hollande, voir K. van Berkel, « A note on Rudolf Snellius (...)

16L’initiative frisonne suscita une réaction en Hollande8. Le 10 janvier 1600, les curateurs de l’université de Leyde notent dans leurs livres de résolutions que Maurice

  • 9 P. C. Molhuysen éd., Bronnen tot de geschiedenis der Leidsche universiteit, 7 tomes, La Haye, 1913 (...)

… a recommandé que l’on donne des cours d’arithmétique et d’arpentage en néerlandais dans l’Université de la ville, à la disposition de ceux qui désirent se consacrer à l’exercice du métier d’ingénieur.9

17Les premiers professeurs nommés furent Ludolf Van Ceulen, dont on a parlé plus haut, et l’ancien bourgmestre de Leyde, Symon Van Merwen. Ils devaient donner des cours en suivant une instruction établie par Simon Stevin, laquelle comprenait des leçons théoriques dispensées à Leyde ainsi que des démonstrations et des exercices pratiques sur le terrain. Un espace particulier fut ainsi créé spécialement pour ces cours de mathématiques et d’arpentage sous la bibliothèque universitaire qui se trouvait dans une église située à proximité des bâtiments de l’université, et aménagé avec des chaises et des bancs. Cette formation acquit une grande notoriété sous le nom de l’école d’ingénieur, de l’école militaire de Leyde ou de la « Duytsche mathematique » (puisque, comme nous l’avons déjà dit, l’enseignement avait lieu dans la langue du pays, c’est-à-dire en néerlandais).

  • 10 Ibid., tome I, p. 389*-391* ; voir également : S. Schiller, « … deur het cleyn verstaende, watter (...)

18Il est intéressant d’examiner en détail cette instruction arrêtée par Maurice le 9 janvier 160010. D’après les prescriptions, il fallait en premier lieu que les étudiants atteignent le plus rapidement possible le niveau qui leur permettrait de servir le pays en qualité d’ingénieur. L’arithmétique et l’arpentage ne devaient ainsi être enseignés que dans la mesure où cela était nécessaire à l’exercice de la profession. Les élèves qui avaient acquis les rudiments de ces sciences et qui désiraient se consacrer à des études plus approfondies, étaient priés de revenir ultérieurement. Le programme des cours avait été réparti de façon très claire. Les élèves devaient commencer par une arithmétique simple qui se limitait à la numération décimale. On devait ensuite s’exercer sur le papier à mesurer des surfaces que l’on pouvait reconstruire à l’aide d’un compas, d’une règle et d’une équerre. Pour Stevin, l’apprentissage de la mesure des surfaces à l’aide d’autres courbes que les cercles simples (comme les ellipses, les paraboles et les hyperboles) était inutile aux ingénieurs car cette technique était rarement utilisée en pratique. Et si un arpenteur était un jour obligé de mesurer une surface de ce genre, il la diviserait de toute manière en carrés et en triangles jusqu’à pouvoir déterminer par approximation la superficie du terrain considéré. Après l’étude de cette géométrie plane élémentaire, les élèves devaient passer au mesurage d’objets spatiaux tels que les digues, et les enceintes et les remparts en terre.

19La théorie était suivie de la pratique et les étudiants poursuivaient à un certain moment leurs études sur le terrain en mesurant à nouveau des surfaces et des volumes à l’aide de véritables instruments d’arpentage. Ils étaient également censés apprendre à projeter les ouvrages défensifs observés sur un plan, à reconstruire inversement sur le terrain à l’aide de pieux des surfaces planes représentées sur le papier, et à réaliser des plans de villes assez simples. Et après avoir assimilé tous ces éléments séparés, les élèves devaient également s’exercer à réaliser des plans complets d’ouvrages défensifs ou de fortifications, de villes avec plusieurs remparts, de forts carrés ou pentagonaux, etc.

20La dernière partie de cet exercice comprenait une sorte de stage. En été, lorsque l’armée était en campagne et qu’elle faisait quelque part le siège d’une ville ou d’un fort, les étudiants devaient accompagner les ingénieurs sur place pour les assister et mettre réellement en pratique ce qu’ils avaient appris. En hiver, lorsque l’armée était en garnison, les étudiants pouvaient rejoindre à nouveau les bancs de l’université pour, comme il était écrit, « s’exercer dans des matières plus difficiles », et approfondir ainsi leurs connaissances dans tous les domaines susceptibles d’intéresser un ingénieur. Stevin faisait peut-être ici allusion aux connaissances relatives aux surfaces curvilignes que l’on estimait inutiles au niveau du cours élémentaire.

21Le temps affecté à l’étude de toutes ces matières dans l’enseignement était très réduit puisqu’il ne dépassait pas une heure (sans doute pendant quatre jours par semaine). La théorie de l’arithmétique et de la géométrie devait être enseignée pendant la première demi-heure, tandis que la deuxième demi-heure était réservée pour répondre aux questions des étudiants et fournir des informations supplémentaires à ceux qui n’avaient pas encore bien compris ce qui avait déjà été traité. Notons qu’il était établi que les cours n’auraient pas lieu en latin, en français ou dans une autre langue étrangère, mais en néerlandais, étant donné que les personnes qui travaillaient au sein de l’armée en qualité d’ingénieur parlaient toujours cette langue. Enfin, il était également stipulé que les personnes admises à suivre les cours en « art du métier d’ingénieur », devaient promettre et jurer de ne pas mettre leur savoir à la disposition de l’ennemi – c’est-à-dire de l’Espagne.

Le rôle de Stevin et l’organisation de la nouvelle École

  • 11 Voir Catherine Secretan, « L’état de fait comme légitimité : le pragmatisme politique de Simon Ste (...)

22Il serait bon ici de fixer notre attention sur un certain nombre de points. Tout d’abord, il faut préciser à nouveau que Stevin n’est jamais intervenu lui-même en qualité de professeur. Il existe en effet un malentendu tenace qui invite à croire que Simon Stevin a enseigné à un moment donné à l’université de Leyde11. Mais il n’existe aucune preuve de cette éventuelle fonction de Stevin. Après sa venue à Leyde en 1581, Stevin s’est inscrit pendant quelque temps à l’université comme étudiant – ce qui est en soi assez remarquable pour un mathématicien formé par la pratique – mais il n’a jamais été nommé à un poste quelconque. Et il n’était pas non plus nécessaire qu’il soit rattaché à cette nouvelle formation comme professeur, puisque l’on disposait déjà de deux personnes tout à fait compétentes. Ludolf Van Ceulen, qui jouissait d’une excellente réputation comme maître d’arithmétique, faisait déjà partie de l’université de Leyde en sa qualité de maître d’armes, tandis que Van Merwen s’était déjà familiarisé avec l’arpentage et avait construit des ouvrages de fortifications pour la ville. Van Ceulen pouvait donc parfaitement se charger de la théorie, alors que l’encadrement pratique des étudiants pouvait être confié à Van Merwen. C’est pourquoi il n’y avait aucune raison d’ajouter encore Stevin à ces deux enseignants, si tant est que Stevin ait voulu se lier à l’université de cette façon. Et n’est-il pas étonnant qu’il n’ait pas tenté non plus de tirer profit de cette nouvelle formation en écrivant un manuel de cours ? La manuel utilisé, Practijck des landtmetens (« Pratique de l’arpentage »), qui contenait dans la préface (datée du mois d’octobre 1600) de nombreuses références à la création antérieure la même année de la nouvelle formation, avait en effet été écrit par le géomètre Dou et son collègue frison Sems.

23Il faut noter également que les cours avaient l’aspect d’une formation accélérée : tous les efforts réalisés visaient en effet à former le plus rapidement possible de nouveaux ingénieurs pour les armées de la République et à éviter de gaspiller un temps précieux avec des matières qui n’étaient pas indispensables à la pratique quotidienne du métier d’ingénieur. Les matières à ne pas enseigner étaient du reste mentionnées à plusieurs reprises avec insistance. Il s’agissait assurément d’un cours de base et de rien d’autre : s’il était bien possible d’approfondir ses connaissances, cela n’était pas exigé. Aussi, les ouvrages utilisés (ou en tout cas prévus) initialement pour la formation possédaient-ils un niveau scientifique assez modeste et existait-il des cours privés qui abordaient le sujet beaucoup plus en détail que la formation d’ingénieur de Leyde. Mais il s’agissait pour Stevin d’un principe presque sacré : l’étude de la théorie devait se limiter à la théorie dictée par la pratique.

  • 12 P. C. Molhuysen, Bronnen, op. cit., I, p. 130.

24Dans ce contexte, il faut encore attirer l’attention sur le fait que le nom indiqué dans les ouvrages – à savoir l’école d’ingénieur de Leyde ou la « Duytsche mathematique » – n’est pas du tout utilisé dans l’instruction de Stevin et qu’il aurait de toute façon été un peu trop imposant. Tout ce qui avait été entrepris revêtait encore un caractère provisoire. Sur le plan des rémunérations, on avait par exemple décidé d’attendre trois mois avant de fixer les salaires de Van Ceulen et de Van Merwen pour les services rendus. On voulait donc se réserver le droit d’agir en fonction de la tournure que prendraient les cours. Ce n’est qu’au mois de mai 1600 que le salaire des deux professeurs fut fixé à 400 florins (à titre de comparaison, Stevin perçut ultérieurement 500 florins par an en qualité d’ingénieur de l’armée de la République, sans compter les sommes versées par Maurice pour les conseils qu’il donna au stadhouder). Les deux professeurs ne furent pas intégrés au sénat académique12.

  • 13 Ibid., p. 131.

25Nous ignorons le moment où il fut d’usage de considérer le cours comme un institut de formation indépendant, mais nous savons par contre que les 8 et 9 août 1600, les curateurs de l’université de Leyde étudièrent une demande issue des « professeurs de la Duytsche mathematycque », et qu’à ce moment-là, on ne parlait pas encore d’institut mais de cours – de leçons de mathématiques en néerlandais13. Il s’agissait de savoir ce que l’on devait répondre aux étudiants qui réclamaient (visiblement à l’issue du premier cours) une attestation prouvant leurs compétences en arpentage, en science de l’ingénieur et autres applications mathématiques. Il fut décidé que les étudiants qui avaient suivi le cours et passé avec succès un examen préparé par Van Ceulen et Van Merwen, recevraient de la part des curateurs une attestation sous forme de lettre, avec le sceau de l’université ou la signature du secrétaire des curateurs. On décida également que les étudiants qui désiraient « achever » formellement leurs études, devaient réaliser une maquette en bois ou en terre, attestant qu’ils avaient assimilé l’enseignement reçu et qu’ils étaient capables de le mettre en pratique. Ces maquettes dont le coût de réalisation était pris en charge par l’université, devaient rester en la possession de l’université et être présentées dans la salle où étaient donnés les cours en art de l’ingénieur.

  • 14 Ibid., p. 146-147.
  • 15 Ibid., p. 411*-412*.
  • 16 Ibid., p. 150-151. À partir de cette année (1603), les professeurs de la « Duytsche mathematique » (...)
  • 17 Ibid., p. 391*-392*. Cette liste des épreuves d’examen dépasse déjà l’instruction de Stevin.

26En novembre 1602, cette question était à nouveau inscrite à l’ordre du jour. Plusieurs étudiants qui avaient formellement « achevé » leurs études, demandèrent en effet un diplôme et un titre plus officiels14. Les deux professeurs préparèrent donc un projet d’examen standard et de soutenance de thèse, présenté également à Maurice qui l’approuva. D’après la procédure finale retenue, un candidat devait d’abord passer un examen avec son propre professeur et avec le professeur de mathématiques (Snellius, donc), avant de recevoir un diplôme de « meester (maître) in de Duytsche mathematicque » décerné par le sénat de l’université15. Les choses se passèrent visiblement très bien puisque le salaire des professeurs concernés fut augmenté l’année suivante pour atteindre 450 florins, et que ces « professeurs de Mathematycque » reçurent peu de temps après l’autorisation de faire passer également des examens en « geometrie et ingeniatie » de façon indépendante, c’est-à-dire sans avoir à faire appel au professeur de mathématiques en exercice16. C’est de cette époque que date également une requête des étudiants en science de l’ingénieur dans laquelle ils demandaient à être mis sur le même pied que les autres étudiants de l’université, c’est-à-dire à être également exonérés d’impôts. Pour prouver qu’ils étaient des étudiants sérieux, ils joignirent à leur demande une liste des exigences auxquelles devaient satisfaire leurs compétences et leurs aptitudes17. S’il nous est impossible de savoir aujourd’hui si leur demande fut satisfaite, nous savons que dans une autre requête datant de 1611, ces élèves ne se désignaient pas encore comme des étudiants (studiosus), mais comme des « auditeurs et des praticiens de l’art des mathématiques » ; ils n’étaient pas non plus inscrits à cette époque dans les matricules de l’université.

27Toutes ces informations montrent bien finalement que cette école d’ingénieur n’a pas été créée en tant que telle, mais qu’elle s’est plutôt développée progressivement. Cela commença par un cours de formation accélérée, puis les personnes qui suivirent les leçons demandèrent qu’on leur délivre un diplôme ; une fois ce diplôme obtenu, le cours revêtit le caractère d’une formation indépendante, placée, certes, sous la surveillance des curateurs de l’université de Leyde, mais formant néanmoins une unité séparée au sein de cette université. En fait, il serait donc inexact d’attribuer la création de « l’école d’ingénieur » à Simon Stevin. Celui-ci n’a rédigé qu’une instruction pour un cours accéléré qui revêtit par la suite le caractère d’une formation à part entière.

Fortune et postérité de l’École

  • 18 Ibid., II, p. 67*-68*.
  • 19 Voir la lettre de Frans Van Schooten jr à Constantijn Huygens, en date du 4 février 1646, J. A. Wo (...)

28Tout porte à croire cependant que Stevin fut satisfait du succès de la nouvelle école d’ingénieur. Car on peut assurément parler d’un succès. Et si l’on se plaignait encore vers 1600 du nombre réduit d’ingénieurs compétents auxquels l’armée de la République pouvait faire appel, ces plaintes avaient déjà disparu dans les dernières années du stadhoudérat du prince Maurice et sous celui de son frère Frédéric-Henri. En 1614, Maurice félicita même l’université de Leyde pour le fait que cette formation avait déjà « fourni plusieurs grands ingénieurs qui avaient rendu de bons et loyaux services à ce pays »18. Les professeurs en science de l’arpentage et de l’ingénieur n’eurent pas non plus à se plaindre d’un nombre insuffisant d’étudiants. Frans Van Schooten jr, l’un des successeurs de Van Ceulen et de Van Merwen, écrivit ainsi en 1646 dans une lettre à Constantijn Huygens « que les leçons de mathématiques en néerlandais ont toujours attiré plus d’auditeurs que les leçons en latin »19.

29En revanche, nous ne connaissons pratiquement aucun ingénieur militaire au service de la Hollande qui ait été formé d’une manière certaine à Leyde. Ceci provient en partie du fait que la capacité de décerner le titre d’ingénieur n’était pas attribuée à l’université de Leyde mais à la puissance publique au niveau provincial. Et lors de l’examen des candidats, on ne tenait pas compte de l’endroit où les compétences avaient été acquises – sur le terrain, à Leyde ou ailleurs. Il est donc impossible aujourd’hui de savoir qui avait reçu une formation à l’université de Leyde. Il faut également tenir compte du fait que les ingénieurs militaires ne furent pas les seuls à suivre les cours de Van Ceulen et de ses successeurs. Diverses demandes et communications de contemporains montrent clairement qu’un grand nombre d’auditeurs, et peut-être même la majorité d’entre eux, était plutôt intéressé par l’arpentage que par la science des fortifications. Les leçons étaient ainsi suivies par des maçons, des charpentiers, et autres artisans de la ville de Leyde qui désiraient élargir leurs compétences professionnelles, tandis que des arpenteurs assermentés, c’est-à-dire reconnus, se trouvaient également parmi les étudiants, visiblement pour approfondir leurs connaissances pratiques en suivant des cours de mathématiques. Sur les 187 personnes qui furent admises à la qualité d’arpenteur par la cour de Hollande entre 1602 et 1641, pas moins de 69 provenaient de la formation d’ingénieur de Leyde. Bien qu’ayant été créée comme une école destinée aux ingénieurs militaires, la « Duytsche mathematicque » profita au bout d’un certain temps en grande partie aux ingénieurs civils.

  • 20 E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, op. cit., p. 284.

30Et pourtant, comme nous l’avons déjà dit, Stevin n’était pas mécontent de la situation. C’est ce que semble indiquer en tout cas le projet de réforme de l’université que Hendrik Stevin découvrit dans les papiers de son père après sa mort et qu’il publia en 1649 dans le recueil Materiae politicae (« Matières civiles »). Stevin trouvait cependant qu’il n’était pas juste que l’université ne comprenne que trois facultés supérieures – les facultés de théologie, de droit et de médecine – en plus de la faculté propédeutique (c’est-à-dire la faculté de philosophie). Il proposait donc de créer deux autres facultés, une pour les sciences politiques et l’autre pour l’arithmétique ou peut-être plus généralement pour les mathématiques. Il lui semblait utile également que chaque université offre la possibilité de s’instruire dans la science des fortifications, l’arpentage militaire, et d’autres domaines de l’art de la guerre. Dans ce contexte, Stevin faisait référence avec approbation aux bons résultats enregistrés avec les « leçons en néerlandais » données dans ces matières à l’université de Leyde20.La plupart des projets de Stevin relatifs à la réorganisation de l’État et de la société n’ont jamais dépassé ce stade de l’ébauche, mais le projet qui visait à améliorer la formation en science des fortifications fut par contre réalisé. Et le fait qu’un portrait de Stevin, offert peut-être par le prince Maurice, fut accroché après sa mort dans la bibliothèque universitaire, juste au-dessus de la salle où avaient lieu les cours destinés aux futurs ingénieurs, témoigne visiblement de la reconnaissance que l’on éprouva également à son égard à Leyde.

31L’école de Leyde a survécu à Simon Stevin pendant de nombreuses années. Après la mort de Van Ceulen et de Van Merwen en 1610, et une courte interruption, l’école fut dirigée par un seul professeur, Frans Van Schooten, qui avait suivi les cours pendant plusieurs années, qui avait assisté les premiers professeurs dans leur enseignement, et que l’on pouvait donc considérer comme un professeur « maison ». Son fils Frans Van Schooten jr, qui, à la différence de son père, avait reçu une formation académique traditionnelle et était également l’égal des meilleurs scientifiques, lui succéda à son tour en 1646. Et si Van Schooten dut surtout sa renommée à sa collaboration avec René Descartes et aux cours particuliers qu’il donna à des mathématiciens et physiciens célèbres tels que Johan de Witt (qui allait devenir plus tard grand pensionnaire de Hollande) et Christiaan Huygens, sa fonction officielle était bien celle de professeur en « Duytsche mathematicque » à l’université de Leyde. Du reste, à partir des manuscrits et des notes de cours qui nous sont parvenus, on ne peut vraiment pas lui reprocher d’avoir négligé sa tâche dans ce domaine.

32Le déclin de l’école militaire de Leyde n’apparaîtra qu’après la mort de Frans Van Schooten jr en 1660. Après que celui-ci eut été intégré officiellement dès 1653 au sénat académique (et que son salaire eut été augmenté jusqu’à 550 florins), son demi-frère Petrus Van Schooten, qui lui succéda, ne put supporter plus longtemps de ne pas être pris entièrement au sérieux au sein de la communauté académique parce qu’il donnait des cours en néerlandais. Il demanda donc la permission de donner également ses cours en latin. Celle-ci lui fut accordée, mais cela signifiait qu’après sa mort en 1679, la nomination d’un professeur spécial pour la formation d’ingénieur, en plus du professeur de mathématiques, n’avait plus de raison d’être. En 1681, les curateurs de l’université de Leyde en vinrent à la conclusion qu’il était préférable de fermer la formation. Les raisons que l’on avait eues à l’époque de la créer n’existaient plus, et il était donc préférable d’utiliser l’argent pour autre chose. Et s’il y eut bien encore par la suite quelques cours en science des fortifications à l’université de Leyde, ceux-ci furent toujours assurés par le professeur de mathématiques en exercice, en plus de ses cours ordinaires. L’œuvre de Stevin – une formation à part, avec ses propres professeurs et son propre visage – n’est donc pas parvenue à atteindre la fin du siècle. Mais Simon Stevin n’aurait certainement pas été déçu à long terme. Ce qu’il avait créé à Leyde en 1600 sur l’ordre du prince Maurice devait être une formation accélérée dont le but était de remédier à un besoin pressant de spécialistes en science des fortifications et d’ingénieurs compétents. La formation de Leyde contribua à répondre largement à ce besoin. La République, ce petit État impossible à l’embouchure du Rhin et de la Meuse, était désormais réputée en tous lieux pour être le pays d’Europe le plus développé sur le plan technologique, la Silicon Valley du xviie siècle. Un succès qui peut être attribué également en grande partie à Simon Stevin.

Notes

1 E. J. Dijksterhuis, « Getemperde voldoening », De gids, 104, 1940, III, p. 52-57.

2 Sur l’histoire de l’édition de cet ouvrage, voir E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, ’s-Gravenhage, Nijhoff, 1943, p. 41-42.

3 Quelques informations sur Brasser figurent dans la nouvelle édition récemment parue : Simon Stevin, Het burgherlick leven, p. 178-180.

4 E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, op. cit., p. 277-286.

5 Le lien entre les événements militaires et le développement de la cartographie en même temps que celui d’une formation d’ingénieur est traité de façon détaillée dans : Frans Westra, Nederlandse ingenieurs en de fortificatiewerken in het eerste tijdvak van de Tachtigjarige Oorlog, 1573-1604, Alphen aan den Rijn, 1992 (voir en particulier p. 74).

6 Groot Placaet-boeck… van de Staten Generael der Vereenighde Nederlanden, 9 tomes, La Haye, 1658-1796, II, p. 343-346 ; Recueil van verscheydene placaten, ordonnantien, resolutien, instructien, ordres en lijsten… betreffende de saacken van den oorlogh te water en te lande, 5 tomes, La Haye, 1722-1768, I, p. 1-3.

7 F. Westra, Nederlandse ingenieurs, op. cit., p. 82.

8 Sur cette rivalité entre la Frise et la Hollande, voir K. van Berkel, « A note on Rudolf Snellius and the early history of mathematics in Leiden », C. Hay éd., Mathematics from manuscript to print 1300-1600, Oxford, 1988, p. 156-161. Sur l’école d’ingénieur de Leyde en général, voir F. A. Hoefer, « Mededeelingen omtrent het onderwijs in de versterkingskunst aan onze hooge en illustre scholen », Bijdragen voor de Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidkunde, sixième série, 7, 1928, p. 205-242 ; F. Westra, Nederlandse ingenieurs, op. cit., p. 82-89 ; P. J. van Winter, Hoger onderwijs avant-la-lettre. Bemoeiingen met de vorming van landmeters en ingenieurs bij de Nederlandse universiteiten van de 17e en 18e eeuw, Amsterdam 1988 ; Steffen Schiller, « … deur het cleyn verstaende, watter in groot moet gedaen sijn… ». Die Ausbildung von Ingenieuren an der Duytschen Mathematique zu Leiden 1600-1681, thèse de doctorat non publiée, Rijksuniversiteit Leiden, 1995 (avec tous mes remerciements à Monsieur le professeur W. Otterspeer, qui m’a permis de lire cette thèse) ; Willem Otterspeer, Groepsportret met dame I : Het bolwerk van de vrijheid. De Leidse universiteit, 1575-1672, Amsterdam, 2000, p. 198-202.

9 P. C. Molhuysen éd., Bronnen tot de geschiedenis der Leidsche universiteit, 7 tomes, La Haye, 1913-1924, tome I, p. 122-123.

10 Ibid., tome I, p. 389*-391* ; voir également : S. Schiller, « … deur het cleyn verstaende, watter in groot moet gedaen sijn… », op. cit., p. 22-28.

11 Voir Catherine Secretan, « L’état de fait comme légitimité : le pragmatisme politique de Simon Stevin (1548-1620) dans sa Vita politica », Études germaniques, 41, 1986, p. 418-435.

12 P. C. Molhuysen, Bronnen, op. cit., I, p. 130.

13 Ibid., p. 131.

14 Ibid., p. 146-147.

15 Ibid., p. 411*-412*.

16 Ibid., p. 150-151. À partir de cette année (1603), les professeurs de la « Duytsche mathematique » furent également mentionnés sur la liste des professores extraordinarii. Il faut attendre 1653 pour que les cours du professeur de l’époque (Frans van Schooten jr) soient mentionnés dans l’Ordo lectionum, ce qui impliquait vraisemblablement également une admission au sénat académique.

17 Ibid., p. 391*-392*. Cette liste des épreuves d’examen dépasse déjà l’instruction de Stevin.

18 Ibid., II, p. 67*-68*.

19 Voir la lettre de Frans Van Schooten jr à Constantijn Huygens, en date du 4 février 1646, J. A. Worp éd., Briefwisseling van Constantijn Huygens (1608-1687), IV, La Haye, 1915, p. 278-279.

20 E. J. Dijksterhuis, Simon Stevin, op. cit., p. 284.

Auteur

Professeur d’Histoire moderne, Université de Groningue

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540