Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Simon Stevin. De la vie civile, 1590

 | 
Catherine Secretan
, 
Pim Boer den

L’œuvre de Simon Stevin

Présentation

Catherine Secretan

Texte intégral

  • 1 Simon Stevin, Vita politica. Het burgherlick leven. Edition présentée et commentée par Pim den Boe (...)

1En vue d’éclairer et de mesurer l’importance de la Vita politica, il a paru utile de joindre à sa publication en traduction française les études qui suivent. L’idée nous était venue, en effet, avec Pim den Boer (auteur d’une réédition récente de la Vita politica1), de rassembler, dans le cadre d’un colloque, quelques-uns des meilleurs spécialistes de chacun des domaines abordés par Simon Stevin afin de prendre une vue d’ensemble de son œuvre et, par là, de replacer dans son contexte la part consacrée à la politique. Car les réflexions politiques de Stevin, on l’a vu, constituent un texte surprenant, aussi bien par leur approche foncièrement pragmatique de la politique que par leur contenu centré sur l’apologie d’une soumission radicale au pouvoir en place. Ici, plus qu’ailleurs, la recherche de l’éclairage intellectuel et méthodologique que pouvait fournir un examen des autres travaux de Stevin s’avérait indispensable. D’autant plus que la rareté des données biographiques concernant l’auteur n’apportait guère d’informations sur l’histoire et la genèse de cette composition.

  • 2 Voir K. Van Berkel, infra, p. 59-60.

2Or, on se tromperait en n’attribuant qu’une valeur anecdotique à ces réflexions politiques. La Vita politica. Het burgherlick leven est peut-être bien celui de ses ouvrages qui a été le plus souvent réédité, comme le souligne très justement Klaas Van Berkel dans sa contribution : « Simon Stevin et la fondation de l’école militaire de Leyde (1600) » ; après la première publication de 1590, une deuxième apparut en 1611, puis quatre rééditions au moins ont vu le jour tout au long du xviie siècle2. En outre, cet intérêt pour les questions politiques s’accorde pleinement avec la part que prit Stevin à la mise en place d’une formation destinée aux futurs ingénieurs militaires de la jeune République – cette « Duytsche mathematique » dont l’article de Klaas Van Berkel retrace ici l’histoire et décrit l’importance.

  • 3 Voir H. Vérin, infra, p. 116.

3La cohérence de l’œuvre est également au centre de l’analyse menée par Hélène Vérin, qui fait apparaître avec évidence la parenté entre le mode de réflexion suivi dans la Vita politica et celui d’une pensée mathématique (« La pensée politique d’un ingénieur : l’exemple de la Vita politica de Simon Stevin »). Le thème du conflit – si fréquent dans les considérations politiques de l’époque – s’inscrit ici dans une rationalité directement inspirée du traitement des questions de statique où l’ingénieur doit résoudre des situations caractérisées par l’affrontement de « contrariétés ». Le choix entre exil et soumission, auquel Stevin réduit l’attitude « civile » d’un sujet pris dans un conflit politique, peut s’interpréter comme la formalisation d’un choix d’ingénieur pour lequel « agir est opérer des choix dans le champ de la contrariété »3.

4La contribution de Dominique Descotes (« La rhétorique mathématique dans la Statique de Simon Stevin ») abonde dans ce sens en montrant que la rationalisation commence, chez l’auteur de la Vita politica, par un emploi du style et des formes rhétoriques des mathématiques en vue d’aborder les phénomènes sous l’angle des « raisons, proportions et qualités des pesanteurs des corps ». Stevin jugeait plus favorable à la clarté de l’exposition de procéder ainsi, même si l’on peut s’étonner de rencontrer chez lui une manière de procéder inverse de la démarche expérimentale. Ainsi, le lien très étroit, chez cet auteur, entre sa pratique d’ingénieur et son discours politique justifiait de chercher un premier éclairage à partir d’une prise en compte de l’œuvre entière.

5Pareille constatation ressort également de la conception stevinienne de la dialectique. Comme l’indique l’étude consacrée par Theo Verbeek à la Dialectike ofte bewysconst (1585), premier ouvrage de ce genre en langue néerlandaise, Stevin rejetait la division de la dialectique en invention et jugement pour lui préférer une division en « définitions et opérations » qu’il s’est appliqué à mettre en œuvre dans tous ses écrits. La Vita politica ne faisait pas exception à la règle.

6Par une autre voie, la contribution de Pim den Boer, « La vie politique selon Simon Stevin et Juste Lipse » est venue conforter la mise en lumière de cette solidarité intellectuelle et méthodologique. En effet, un rapprochement avec Juste Lipse s’imposait, d’une part en raison de la grande proximité temporelle et géographique qui unit ces deux textes, le premier, les Politiques, publié en 1589 chez Christophe Plantin, le second, la Vita politica, sorti l’année suivante des presses du gendre de Plantin, Franchoys Van Ravelenghien. D’autre part, la relation des deux auteurs avec Maurice de Nassau constitue une sorte de dénominateur commun entre eux : tandis que Lipse donnait au prince des conseils inspirés de l’histoire romaine pour améliorer son armée, Stevin exerçait auprès de son maître d’importantes fonctions d’ingénieur et de surintendant militaire. Pourtant, tout, ou presque, oppose leurs deux ouvrages : perspective, auditoire, style, langue… La marque imprimée par Stevin à la Vita politica se dégage d’autant mieux qu’elle se trouve ainsi mise en regard des Politiques de Juste Lipse.

  • 4 Voir Catherine Secretan, infra.

7On peut, en revanche, être surpris de découvrir, dans une réflexion formée au modèle des sciences mathématiques et techniques, l’importance du rôle confié à une instance comme celle de la subjectivité, c’est-à-dire étrangère aux règles du mesurable et du quantifiable. En effet, engendré par le principe de la libre décision individuelle comme fondement de l’obéissance politique, apparaît un vocabulaire de l’ » inclination » et du « sentiment personnel » qui peut sembler ici paradoxal. Dans une analyse intitulée « Vérité et politique dans la Vita politica. La norme individuelle »4, nous avons tenu, pour notre part, à souligner cet aspect du discours de Stevin et à rendre compte de son articulation aux autres modes de réflexion.

  • 5 Rome-Bari, Laterza, 1965.
  • 6 Scienza e vita civile…, p. v.
  • 7 Voir infra, p. 199.

8En nous inspirant, pour l’intitulé de ce colloque, du titre qu’Eugenio Garin avait choisi pour son ouvrage, Scienza e vita civile nel Rinascimento italiano5, nous avons voulu mettre l’accent sur la connexion forte qui s’établit, dans l’œuvre de Simon Stevin, entre l’univers de pensée de l’ingénieur et celui de l’homme politique – à cette seule différence près qu’il s’agit moins, ici, de souligner leur interdépendance décisive, sur le modèle du développement des cités italiennes et de l’innovation scientifique moderne6, que d’explorer le lien inverse : celui de l’emprise déterminante d’un mode particulier de pensée sur la conception du politique. L’ensemble des contributions a ainsi relevé cette originalité de la Vita politica d’avoir été pensée « more mathematico », comme le dit Pim den Boer7. En même temps, au terme de cette rencontre et des éclairages spécifiques apportés par chacune des contributions, le texte de Stevin nous est apparu comme un maillon essentiel dans la conception de la prudence politique et du rapport de l’individu à la cité. La pratique de la « vie civile » entendue comme une forme de « réduction en art » du politique se révèle, au détour de cette étude, comme une dimension peu étudiée jusqu’ici de la pensée politique, et pourtant essentielle si l’on veut comprendre une partie du chemin qui mène à la fondation moderne de la légitimité démocratique.

Notes

1 Simon Stevin, Vita politica. Het burgherlick leven. Edition présentée et commentée par Pim den Boer et transcrite en néerlandais moderne par Anneke C. G. Fleurkens, Utrecht, Bijleveld, 2001.

2 Voir K. Van Berkel, infra, p. 59-60.

3 Voir H. Vérin, infra, p. 116.

4 Voir Catherine Secretan, infra.

5 Rome-Bari, Laterza, 1965.

6 Scienza e vita civile…, p. v.

7 Voir infra, p. 199.

Auteur

Chargée de recherches au CNRS

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540