Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Simon Stevin. De la vie civile, 1590

 | 
Catherine Secretan
, 
Pim Boer den

Vita politica. De la vie civile

Au lecteur bienveillant. Dédicace. Argument

Simon Stevin

Note de l’éditeur

Nous avons choisi d’insérer dans le corps du texte, entre crochets et en italique, tous les termes que la Vita politica fait figurer en marge. Par ailleurs, l’énoncé des « règles civiles » est toujours imprimé dans un caractère différent (en romain alors que le texte est en caractère gothique) : pour préserver cette distinction, nous avons choisi de présenter ces règles en italique.

Texte intégral

Au lecteur bienveillant

  • 1 Dans un chapitre des Wiscontige gedachtenissen (Mémoires mathématiques), intitulé « Wysentyt » (Siè (...)
  • 2 La formule exprime bien la volonté de purisme chez Stevin et son projet d’enrichir la langue, en su (...)

1Il eut été souhaitable que l’habitude ait conduit bon nombre de mots néerlandais à n’avoir pas besoin d’être expliqués au moyen de termes grecs ou latins, mais que précisément ces derniers aient été, anciennement déjà, expliqués par les premiers, car cela aurait épargné à l’humanité d’être longtemps plongée dans l’ignorance, l’inexpérience et l’incompréhension faute d’une langue qui puisse adéquatement représenter les choses1. Mais puisque tel n’est pas le cas, nous nous adapterons à la situation d’aujourd’hui en inscrivant en marge des pages qui suivent, à côté de quelques mots en bon néerlandais2, leurs équivalents grec et latin les plus courants.

Simon Stevin souhaite au seigneur Govert Brasser, bourgmestre de la ville de Delft, beaucoup de bonheur3

  • 3 Sur le sens de cette dédicace, voir l’analyse de P. den Boer, infra.
  • 4 Si le sort sanctionne les conduites « erronées », c’est que le « convenable », dont il sera questio (...)
  • 5 Misverstand : nous rencontrons là une des notions centrales du discours de Stevin. Toute conduite h (...)

2Du fait qu’en beaucoup de lieux différents, de grands changements surviennent dans les gouvernements, les uns adoptant tel parti, les autres tel autre, chacun estimant son choix le meilleur, il s’élève entre les hommes de grandes divergences d’opinion concernant ce qui s’accorde avec la citoyenneté [anclevinghen der burgherlicheyt / adiunctis politiae], d’autant plus que nombre d’entre eux connaissent des fortunes diverses, les uns atteignant une haute position, les autres sombrant dans une fin affreuse, d’où surgit en général la question de savoir qui s’est conduit comme un bon ou un mauvais citoyen [burgherlick / politicè]4. Mais puisqu’il règne sur ce point une grande confusion parmi les esprits, non seulement à leur grande honte, mais également au grand scandale de la communauté entière, mon projet est d’aller au-devant de cette erreur de connaissance5 au moyen des arguments qui me viennent à l’esprit sur cette matière [stof / mate-ria] et qui me semblent convenir le mieux à une juste vie civile [burgherlick leven / vitam politicam].

  • 6 Sur ce projet de défense et illustration de la langue néerlandaise chez Stevin, voir l’introduction (...)
  • 7 Sur les problèmes posés par la traduction de burgherlijk, burgherlijkheyd, voir l’introduction, p.  (...)
  • 8 Autrement dit, on ne trouvera pas dans ce texte l’abondance de références et de citations qui carac (...)
  • 9 Celle-ci vient d’un souci pédagogique. Dans la Statique (traduction d’A. Girard, voir Bibliographie (...)
  • 10 La Vita politica paraît entre la publication du traité De Beghinselen der Weeghconst (Les principes (...)
  • 11 Nous gardons volontairement, dans la traduction française, cette insistance sur le terme de « civil (...)

3À cela, je suis conduit avec un zèle d’autant plus ardent que je me fais une très haute opinion [vermoeden / opinio] (mais qui n’est pas régi par ses opinions ?) des admirables caractéristiques cachées de la langue néerlandaise6. Pour m’y appliquer avec un plaisir particulier, j’ai choisi cette matière politique7 [burgherlick stof / materiam politicam] et je lui ai donné cette forme sous laquelle je la dédie ici à Votre Honneur. Et puisqu’un juste sentiment sur ce sujet vous est très agréable (ainsi qu’en témoigne le zèle constant et appliqué que vous apportez volontairement à la prospérité et protection des affaires publiques [ghemeensake / reipublicae], au prix de grands soucis et sans profit personnel), je ne doute pas que vous jugiez favorablement ma bonne intention, même s’il se trouve des défauts dans le reste de l’ouvrage. Touchant la minceur de ce travail, que l’on pourrait, non sans raison, me reprocher sachant le nombre infini d’exemples et de cas [ghevallen / casus] divers dont j’aurais pu étoffer mon discours8, je me disculperai en invoquant, d’une part, ma tendance à la brièveté9, d’autre part mon travail en mathématiques [oeffeninghe in Wisconstighe daet / praxi mathematica]10 par lequel j’espère être utile au pays et, par conséquent, agréable à Votre Honneur, auquel, dans un sentiment civil, je souhaite une longue et heureuse vie civile au sein de son gouvernement civil11.

Argument

  • 12 La burgherlicx persoon dont il s’agit ici n’est pas tant le détenteur du pouvoir politique que l’in (...)

4Comme notre projet n’est pas de décrire, en long et en large, cette question de la vie civile [stof des burgherlicx levens / materiam vitae politicae], ni de la suivre, étape par étape, depuis le général jusqu’au particulier [van gheslacht tot afcomsten / a genere ad speciem], ce pourquoi le temps et l’envie nous manquent, nous n’aborderons que les points principaux et notoirement les plus sujets à discussion, ceux à propos desquels surviennent quotidiennement les plus virulentes controverses [verschillen / quaestiones] parmi les hommes. À savoir, définissant [bepalende / definiendo] tout d’abord la vie civile, nous dirons ensuite quelle est l’autorité légitime d’une personne politique [burgherlicx persoons / politici]12. Puis comment se conduire civilement [burgherlick / politicè] dans les guerres civiles [binnelantsche twisten / intestinis bellis] : celles qui se produisent au sein du gouvernement, celles qui surviennent à propos de lois que nous estimons ne pas nous lier, être ambiguës, ou se contredire ; celles qui concernent la religion. Pour finir, nous traiterons de la vie civile en général, le tout contenu en huit chapitres [hooftsticken / capitibus].

Notes

1 Dans un chapitre des Wiscontige gedachtenissen (Mémoires mathématiques), intitulé « Wysentyt » (Siècle sage), Stevin décrit un âge d’or du savoir qu’il situe antérieurement à l’Antiquité, âge perdu dont il ne subsisterait que quelques traces dans l’état actuel de nos connaissances. Cette époque correspondait entre autres, selon Stevin, à l’existence d’une langue parfaitement adéquate aux choses, épuisant totalement les significations visées.

2 La formule exprime bien la volonté de purisme chez Stevin et son projet d’enrichir la langue, en substituant aux nombreux termes, empruntés au latin ou à des langues étrangères, qui émaillent le néerlandais de l’époque, des mots « bien formés », c’est-à-dire composés d’éléments exclusivement tirés du néerlandais et de ce fait, selon lui, immédiatement intelligibles par tous.

3 Sur le sens de cette dédicace, voir l’analyse de P. den Boer, infra.

4 Si le sort sanctionne les conduites « erronées », c’est que le « convenable », dont il sera question plus loin dans la Vita politica, correspond autant à une dimension morale de l’action qu’à une connaissance objective et exacte des choses.

5 Misverstand : nous rencontrons là une des notions centrales du discours de Stevin. Toute conduite humaine, de quelque nature qu’elle soit, exige au préalable une bonne connaissance de ses conditions d’application. Nombre d’infortunes ne viennent que d’ » erreurs de connaissance ».

6 Sur ce projet de défense et illustration de la langue néerlandaise chez Stevin, voir l’introduction, p. 23-24.

7 Sur les problèmes posés par la traduction de burgherlijk, burgherlijkheyd, voir l’introduction, p. 16-17.

8 Autrement dit, on ne trouvera pas dans ce texte l’abondance de références et de citations qui caractérise d’ordinaire ce genre d’œuvre. Non seulement faute de temps, mais également parce que Stevin choisit d’écrire librement, sans se soucier de convoquer l’autorité des Anciens.

9 Celle-ci vient d’un souci pédagogique. Dans la Statique (traduction d’A. Girard, voir Bibliographie de ce volume), Stevin en fait la théorie : « La véritable brevitas consiste à rendre plus court le temps d’assimilation », voir infra, D. Descotes, p. 142.

10 La Vita politica paraît entre la publication du traité De Beghinselen der Weeghconst (Les principes de l’art pondéraire), 1586 et l’Appendice algébraïque, 1594, rédigé en français, deux œuvres majeures de Stevin.

11 Nous gardons volontairement, dans la traduction française, cette insistance sur le terme de « civil » (burgherlick), répété ici trois fois dans la même phrase, voir VP, p. 6. (Comme dans l’introduction, quand nous renvoyons au texte néerlandais, c’est la pagination de l’édition originale, parue à Leyde en 1590, que nous indiquons.)

12 La burgherlicx persoon dont il s’agit ici n’est pas tant le détenteur du pouvoir politique que l’individu embarrassé sur la conduite à adopter face à des situations litigieuses (lois jugées injustes ou contradictoires) et auquel Simon Stevin se propose de donner le moyen de reconnaître « quelle est l’autorité à laquelle il doit une entière fidélité et soumission ».

Auteur

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540