Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yaoundé carcérale

 | 
Marie Morelle

Partie 3. Enfermer ou « s’arranger » ?

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La prison est historiquement la peine des pauvres. Dans l’impératif à survivre dans l’incertitude du quotidien pour certains, se déploient divers registres de légitimation d’activités illégales. Partant de la ceinture de vieux quartiers populaires de Yaoundé, historiquement stigmatisés, des hommes et des femmes parviennent à développer un certain nombre de dispositions nécessaires à l’acquisition non seulement d’un revenu mais aussi de formes de reconnaissance sociale, si limitées soient-elles à des espaces donnés. Aux marges de la loi, ils œuvrent à la définition et à la légitimation d’un univers moral.

Pour transgresser la règle de droit, les revendeurs de cannabis négocient des arrangements avec les policiers et les gendarmes, parfois les magistrats, à l’image des détenus avec des gardiens et les régisseurs. Le contexte socio-économique dans lequel vivent les citadins comme les agents institutionnels concourt à cette négociation de la transgression de la loi et à la conclusion d’a...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540