Version classiqueVersion mobile

Yaoundé carcérale

 | 
Marie Morelle

Partie 3. Enfermer ou « s’arranger » ?

Conclusion

Texte intégral

1La prison est historiquement la peine des pauvres. Dans l’impératif à survivre dans l’incertitude du quotidien pour certains, se déploient divers registres de légitimation d’activités illégales. Partant de la ceinture de vieux quartiers populaires de Yaoundé, historiquement stigmatisés, des hommes et des femmes parviennent à développer un certain nombre de dispositions nécessaires à l’acquisition non seulement d’un revenu mais aussi de formes de reconnaissance sociale, si limitées soient-elles à des espaces donnés. Aux marges de la loi, ils œuvrent à la définition et à la légitimation d’un univers moral.

2Pour transgresser la règle de droit, les revendeurs de cannabis négocient des arrangements avec les policiers et les gendarmes, parfois les magistrats, à l’image des détenus avec des gardiens et les régisseurs. Le contexte socio-économique dans lequel vivent les citadins comme les agents institutionnels concourt à cette négociation de la transgression de la loi et à la conclusion d’arrangements, localement, à l’échelle d’un quartier ou de la prison. Des référents sociaux (des obligations) et moraux (ce qui est bien et mal, juste et injuste) sont partagés, en des espaces donnés : les figures du « bon gardien », du « détenu fiable », du « dealer généreux », du « chef mendiant », des élites et des policiers « corrompus ». Contestation et paternalisme, déférence et domination, répression, corruption et tolérance sont autant de registres à partir desquels se construit un certain rapport à l’État. L’enjeu de survie matérielle structure le rapport aux autorités et dicte ce qui doit être moralement toléré (Siméant, 2010).

3Au fil des carrières délictuelles et criminelles, détenus, « braqueurs », voleurs, dealers, assassins parviennent à maîtriser un ensemble de savoirs et de pratiques, au fondement de leur constitution en sujets « de droit(s) » (Foucault, 1976) en dépit des rapports de domination et de violence dans lesquels s’inscrivent leurs expériences citadines. La prison nourrit diverses compétences à survivre, à négocier l’exercice d’activités illégales, la tenue de trafics, permettant d’assouplir le contrôle et la contrainte étatique. En miroir, la connaissance de « la rue » peut s’avérer un atout pour survivre dans l’univers carcéral. 

4La transgression de frontières légales et morales n’en demeure pas moins incertaine, parfois revendiquée, à d’autres moments, présentée comme temporaire, ou encore minimisée. On peut envisager d’évoquer une politisation « diffuse, dans la répétition du contournement silencieux de l’ordre imposé » (Vairel et Zaki, 2011), dans cet « empiétement silencieux de l’ordinaire » (Bayat, 2010) où la tactique pour survivre se mue parfois en stratégie pour exister (de Certeau, 1998) et où le discours des droits se déploie progressivement pour résister et pour revendiquer, en se gardant néanmoins de toute surinterprétation.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search