Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Simon Stevin. De la vie civile, 1590

 | 
Catherine Secretan
, 
Pim Boer den

Introduction

Testo integrale

1La Vita politica est un texte qui surprend. Un texte bref et concis qui déroute son lecteur, à la fois par son origine et par son contenu. Pourquoi l’ingénieur Simon Stevin se met-il à nous parler de politique ? Qu’a-t-il à nous dire ? Que vient faire ce discours au milieu de son œuvre scientifique et technique ? Comme s’il pressentait l’étonnement de ceux qui la découvrent, l’auteur prévient d’emblée que sa Vita politica est doublement atypique : au regard de ses autres écrits et par comparaison avec les textes de l’époque traitant du même sujet. La Vita politica émane, en effet, non pas d’un érudit ou d’un personnage politique, mais d’un ingénieur militaire, jusque-là exclusivement préoccupé de mathématiques et de réalisations techniques. Sur cette question, inhabituelle pour lui, le propos de Stevin s’annonce bref, indifférent à l’autorité de l’histoire, ordonné selon un mode d’exposition emprunté à une pratique d’un autre genre.

2Conscient de ce qui distinguait son approche de celles ordinairement suivies en son temps, Stevin prenait donc les devants et, en guise d’entrée en matière, s’empressait de rassurer son lecteur en lui affirmant que cette originalité était voulue :

  • 1 Vita politica. Het burgherlick leven, Beschreven deur Simon Stevin. Tot Leyden, By Franchoys van Ra (...)

Touchant la minceur de ce travail, que l’on pourrait, non sans raison, me reprocher sachant le nombre infini d’exemples et de cas divers dont j’aurais pu étoffer mon discours, je me disculperai en invoquant, d’une part ma tendance à la brièveté, d’autre part mon travail en mathématiques.1

3On se tromperait en ne voyant là qu’une forme de captatio benevolentiae : il est clair que la Vita politica ouvrait une parenthèse dans les préoccupations premières de son auteur et qu’elle l’orientait vers un objet radicalement étranger à celui de ses compétences avouées et reconnues. Ainsi s’explique, sans doute, que Stevin se soit limité à quelques « points principaux », sans entrer, comme il le dit, dans une description « en long et en large » de la vie politique :

Comme notre projet n’est pas de décrire, en long et en large, cette question de la vie politique, ni de la suivre, étape par étape, depuis le général jusqu’au particulier, ce pour quoi le temps et l’envie nous manquent, nous n’aborderons que les points principaux et notoirement les plus sujets à discussion…

4Derrière ces formules se devine la pression des circonstances extérieures. Pareille entrée en matière invite à penser qu’un certain sentiment d’urgence s’était imposé à l’auteur et que si le temps lui « manquait », ce n’était peut-être pas seulement sous l’effet d’une nécessité interne propre à ses travaux d’ingénieur et de mathématicien, mais aussi en raison des conditions du moment qui lui semblaient appeler une intervention de sa part. L’heure n’était donc pas, selon lui, à la recherche des fondements mais à l’action. La situation ne réclamait pas un traité théorique, mais un manuel pratique.

5Il y a aussi que Stevin allait traiter de la politique comme de n’importe quel problème mécanique et que si l’objet ouvrait une parenthèse, par sa nature, dans le cours ordinaire des travaux de l’auteur, il ne devait pas, en revanche, entraîner de traitement méthodologique particulier. La Vita politica aborde son objet de la même manière qu’une opération technique.

  • 2 Voir sur ce sujet Isabelle Pantin, « Latin et langues vernaculaires dans la littérature scientifiqu (...)
  • 3 « J’ay entrepris le discours de la République et en langue populaire, tant pour ce que les sources (...)
  • 4 Dans la traduction française qui suit, cette juxtaposition a été conservée mais insérée entre paren (...)

6Enfin, ce n’est pas le moindre intérêt de la Vita politica que d’être un texte écrit non pas dans la langue savante de son temps, le latin, mais en néerlandais. Le maintien d’un titre en latin ne doit pas faire illusion : Stevin suivait une pratique courante qui se reconnaît même dans les premiers grands ouvrages techniques de l’époque2. En revanche, le choix du vernaculaire pour un sujet comme la politique n’était pas fréquent. Sur ce point, Stevin non seulement demeurait fidèle au parti adopté pour l’ensemble de son œuvre, mais partageait avec un auteur comme Bodin3 un même souci humaniste d’encouragement des langues vulgaires afin d’atteindre un public plus large que celui des seuls esprits formés au latin. Une telle initiative venait au moins autant des graves lacunes affichées par ces langues face aux exigences nouvelles d’un langage adapté au savoir technique. L’entreprise impliquait donc de forger une terminologie spécialisée dans des domaines assez divers. Stevin fut ainsi un des grands créateurs du néerlandais moderne. Comme le reste de ses écrits, la Vita politica en porte la trace, offrant en marge du texte la juxtaposition des termes latins traditionnellement utilisés et les néologismes construits par l’auteur pour les besoins de son exposé4.

7L’œuvre connut en son temps, et au siècle suivant, un succès appréciable puisqu’après sa parution, elle fut rééditée cinq fois entre 1611 et 1658. En 1649, le fils de Stevin, Hendrick, faisait paraître à Leyde une édition posthume de ce texte, complétée d’un Appendice et intégrée dans un ensemble plus vaste, les Materiae politicae. Burgherlick stoffen, dans lequel Stevin examinait diverses questions comme celles de la guerre, de la diplomatie, de l’organisation des conseils et autres sujets se rapportant au fonctionnement de la société politique en général. L’auteur de la Vita politica n’avait donc pas négligé de s’intéresser à des sujets relevant de la politique. Il n’empêche que la publication de 1590 revêt un caractère exceptionnel.

8L’édition proposée ici part de l’étonnement suscité par ce texte, du genre nouveau de questions qu’il soulève, de la surprise devant cette rencontre d’un ingénieur et d’un discours sur la vie civile. Que doit cette vision du politique à la formation de celui qui en est ici l’auteur ? Comment se définit et se situe la sphère du politique dans un monde qui n’est pas celui de Bodin, ni des monarchomaques ou de Juste Lipse, mais celui d’un homme confronté à l’arithmétique et à l’arpentage, à la réalisation de moulins, à l’élaboration de systèmes de fortifications ? Si l’on ne peut ignorer les divers échos, aisément repérables dans les propos de Stevin, des grands débats de l’époque, il importe donc de ne pas occulter l’originalité d’une réflexion où prévaut un mode de pensée destiné au monde des sciences et des techniques.

La vie de Simon Stevin

  • 5 J. Briels, De zuidnederlandse immigratie. 1572-1630, Haarlem, Fibula-Van Dishoeck, 1978.
  • 6 Voir A. Romein-Verschoor, « Simon Stevin, 1548-1620 : Wonder en is gheen wonder », J. Romein et A. (...)

9Simon Stevin naquit à Bruges, en 1548 et semble, à en juger par la mention dont il accompagnait toujours son nom sur la page de titre de ses ouvrages : « Simon Stevin van Brugge », avoir beaucoup tenu à cette origine, même s’il vécut la majeure partie de sa vie aux Pays-Bas. Comme tant d’autres néerlandais venus des provinces du Sud, il appartient à la génération d’émigrés qui devaient jouer un grand rôle dans l’histoire politique, économique et culturelle de la « République des Provinces-Unies »5. Toutefois, de cet homme renommé en son temps par ses fonctions et ses travaux, on ne sait, paradoxalement, que peu de choses. Les données sur la période de sa vie précédant son arrivée dans les Pays-Bas du Nord, mais également sur les années suivantes, sont rares. Le personnage reste entouré d’ombre et oblige à extrapoler, pour ce qui concerne son histoire, à partir d’allusions rencontrées dans ses écrits6.

  • 7 On trouve ainsi une allusion à ces premières fonctions dans la Préface rédigée par Stevin au Vorste (...)
  • 8 À cet égard, le sort de Stevin et celui de Christophe Plantin sont très semblables. Le grand imprim (...)
  • 9 De stercktenbouwing. Beschreven door Simon Stevin van Brugghe. Tot Leyden, by Françoys van Raveleng (...)

10Issu d’un milieu bourgeois de Bruges, Simon Stevin reçut un enseignement de grec et de latin et fut de bonne heure attiré par les mathématiques. Sa carrière débuta comme caissier et responsable de la tenue de livres de compte dans une maison de commerce d’Anvers7. En 1570, la ville à l’apogée de sa prospérité représentait le premier port et centre financier de l’Europe du Nord, le point de confluence de toutes les marchandises qui circulaient alors. La situation fut brutalement bouleversée par la chute de la ville aux mains des Espagnols, en 1585, et la fermeture de l’Escaut. Mais Stevin – pour des raisons que l’on ignore, même si l’on sait qu’il n’aimait pas les Espagnols – avait déjà quitté ces régions8. Entre 1571 et 1581, il entreprit un long voyage, visitant la Prusse, la Pologne, la Suède et la Norvège, puis vint s’établir aux Pays-Bas où on le retrouve, à Leyde, en 1581. Il s’inscrit alors à l’Université en 1583 pour y suivre un enseignement de mathématiques. C’est au cours de ces études à Leyde qu’il rencontra Maurice de Nassau, rencontre décisive puisque le prince le prit à son service comme quartier-maître général de l’armée des États généraux, aux alentours de 1593, et que Stevin y demeura jusqu’à la fin de ses jours, soit près de trente ans. Maurice de Nassau s’alliait ainsi celui qui allait devenir l’ingénieur le plus renommé de son temps pour la construction de fortifications (l’année suivante, en effet, Stevin publiait son premier ouvrage sur la science des fortifications, De sterctebouwing9). Simon Stevin, de son côté, trouvait dans les fonctions qui lui étaient offertes des conditions de travail assurément très favorables, puisqu’il fit paraître une grande partie de sa production pendant cette période. De ce lien, les Wisconstige gedachtenissen (Mémoires mathématiques) demeurent le plus éloquent témoignage. Dans sa Préface, Stevin explique :

  • 10 Nous suivons ici la version française, due à Jean Tuning : Memoires Mathematiques, Contenant ce en (...)

S’estant Monseigneur le Prince Maurice d’une façon non commune adonné à l’estude des sciences mathematiques ; et ce par une impression plus que vulgaire qui les luy a fait croire utiles et necessaires à sa vocation : Il ne s’est pas contenté de ce qu’il avoit puisé des livres imprimez de quelques bons auteurs ; mais s’est de plus exercé en d’autres livres escrits à la main, que je dressoy selon mon stile ; et les gardoy comme memoires Mathematiques. Lesquels il prenoit d’ordinaire avec luy, en ses expeditions et voyages ; non sans danger de les perdre […] Ce que considerant, & que ce ne sont pas seulement escrits composez par d’autres, mais aussi meslez de ses propres inventions […]. J’ay trouvé que la plus seure voye, pour obvier à tel inconvenient, estoit de faire imprimer ces Memoires Mathematiques.10

11C’est encore à Anvers, toutefois, que Simon Stevin publia ses deux premières œuvres : les Tafelen van interest (Tables d’intérêt) en 1582, et les Problematum geometricorum (Problèmes de géométrie) en 1583. La publication des Tables d’intérêt représentait une nouveauté considérable pour l’époque dans la mesure où jusque-là tout était calculé selon des méthodes propres à chaque utilisateur, conservé sous forme manuscrite et tenu jalousement secret. Avec la première version imprimée que leur proposait Stevin, ces derniers allaient enfin disposer d’un instrument commode pour effectuer rapidement ces calculs indispensables à leurs opérations commerciales – ce qui explique le succès immédiat de l’œuvre.

12Puis, à partir de 1585, les œuvres de Stevin furent imprimées aux Pays-Bas. Cette même année, trois livres parurent chez Christophe Plan-tin : la Dialectike ofte bewysconst (Dialectique. Ou de l’art de la démonstration), De thiende (La Disme) – que Stevin traduisit lui-même en français et publia la même année – et l’Arithmetique, ce dernier ouvrage rédigé directement en français. L’adoption définitive, par Stevin, du néerlandais comme langue de rédaction de ses œuvres date de ce moment-là. En 1586, trois petits volumes furent consacrés à la statique (De beghinselen der weeghconst et De weeghdaet) et à l’hydrostatique (De beghinselen des waterwichts), puis réédités dans les Wisconstige gedachtenissen (Mémoires mathématiques). Ces trois traités constituent le principal titre de gloire de Stevin, son « chef d’œuvre » aux yeux de son traducteur et éditeur français du xviie siècle, Albert Girard, qui les rassembla sous le titre d’Art pondéraire dans l’édition des Œuvres de Simon Stevin (1634). Stevin apparaît, dans ces travaux, comme le créateur de la statique et de l’hydrostatique moderne et jusqu’à Duhem on le considérera comme le « nouvel Archimède ».

  • 11 Vita politica. Het burgherlick leven. Anno 1590. Beschreven deur Symon Stevin. Ende nu alle mensche (...)

13C’est dans cette série d’ouvrages que s’insère, en 1590, la Vita politica. Het burgherlick leven. Elle se situe, on le voit, en rupture avec une production jusque-là entièrement tournée vers des travaux de mathématiques, de physique, et de logique et soulève alors la question de sa motivation : d’où vient cet intérêt soudain pour la politique chez Stevin ? Comment s’inscrit ce texte dans le reste de sa production ? Sommes-nous simplement en présence d’un manuel comme certaines de ses publications précédentes et à venir, ou bien s’agit-il d’une œuvre radicalement différente ? L’écrit, en tout cas, n’est pas passé inaperçu puisqu’il connut, comme on vient de le voir, de nombreuses rééditions, dont l’une déjà du vivant de l’auteur, en 161111.

  • 12 Cet Appendice fut traduit en néerlandais par Stevin lui-même et inséré dans ses Wisconstige gedacht (...)
  • 13 Voir Henri Bosmans, « Stevin (Simon) », Bibliographie nationale de Belgique, op. cit., p. 914-922.

14Suivront l’Appendice algébraïque (1594)12, autre titre de gloire de Simon Stevin, puis le De stercktenbouwing (1594), évoqué plus haut, De havenvinding (1599), traduit et publié dès la même année en français (Le Trouve-port), le Livre de compte de prince (traduit en français par Albert Girard et dont la seule version écrite en flamand par Stevin que nous connaissions est celle comprise dans les Wiscontige gedachtenissen), les Wiscontige gedachtenissen, enfin, publiées simultanément en flamand, latin et français13, et la Castrametatio, en 1617. Après la mort de Stevin, son fils Hendrick fit paraître, en 1649, les Materiae politicae, ensemble de chapitres traitant de questions diverses relatives à l’administration civile et militaire, ainsi qu’aux finances.

Une œuvre de circonstance

  • 14 Vie civile, p. 46, 48, 53, 57.

15La Vita politica est une œuvre qui s’explique, à l’évidence, par le contexte où elle paraît. Elle est, comme tant d’autres, fortement déterminée par l’actualité politique de son temps, une actualité dominée, dans ces provinces, par une série d’événements qui s’avèrent rapidement décisifs. Les allusions qu’y fait le texte de Stevin – bien que peu nombreuses, sans doute pour ne pas paraître partisan –, confirment l’origine de son inspiration14. Sa date de publication (1590) le rattache en effet à ces années troublées qui suivent le « protectorat » de Leicester (1586-1588) et préparent l’indépendance du gouvernement des Pays-Bas. C’est après l’échec de cette dernière tentative auprès d’un souverain étranger que les provinces renoncèrent définitivement à toute demande d’aide extérieure et décidèrent de prendre en main elles-mêmes la gestion des affaires politiques et militaires. Rappelons qu’une série de facteurs avait mis en effervescence les dix-sept provinces des Pays-Bas, peu après l’abdication de Charles Quint en 1555, et suscité de toutes parts des mouvements de protestation. À partir de 1566, les réactions débouchèrent sur une véritable révolte : la volonté de Philippe II d’appliquer dans toute leur rigueur les décrets de l’Inquisition, ajoutée au projet d’instaurer un gouvernement centralisé en lieu et place des traditionnels « privilèges » auxquels les provinces étaient très attachées, puis les demandes répétées de subsides pour alimenter une politique espagnole inflationniste, tout cela devait rapidement dresser une grande partie de la population contre la monarchie espagnole. La répression du duc d’Albe (1567-1572) ne fit qu’aggraver la situation. En 1579, la scission entre le Nord et le Sud était devenue irrémédiable. Elle fut officialisée par les deux « Unions » : l’Union d’Utrecht, signée en janvier 1579 par les sept provinces qui allaient former bientôt le noyau de la République des Provinces-Unies : Hollande, Zélande, Utrecht, Gueldre, certains districts de la province de Groningue, auxquelles se joignirent quelques villes flamandes, notamment Gand, Bruges et certaines parmi les plus importantes du Brabant, excepté Bruxelles ; l’Union d’Arras, en mai 1579, où se retrouvèrent le Hainaut et l’Artois qui se rangeaient sous l’autorité de Philippe II et de l’église catholique.

16Mais l’événement ne fut pas immédiatement suivi d’une appropriation du pouvoir, contrairement à ce que l’on aurait pu croire. Comme si elles ne se sentaient pas mûres encore pour l’indépendance, les provinces manifestèrent d’abord le besoin de combler la vacance royale. En effet, les États généraux ne se proclamèrent pas eux-mêmes souverains sitôt leur suzerain déchu, mais s’orientèrent d’abord vers une demande de protection étrangère par souci à la fois de trouver une caution morale et des secours militaires, et de conserver cette figure traditionnelle du roi comme « père et berger de son peuple », à laquelle les esprits demeuraient encore très fidèles. D’où ces tentatives répétées pour confier la souveraineté des provinces de l’Union d’Utrecht à un prince étranger : en premier, au frère du roi de France Henri III, le duc d’Anjou, en 1584 ; puis, à la mort de ce dernier, au roi lui-même, projet qui n’aboutit pas ; enfin, à la reine d’Angleterre, qui envoya le comte de Leicester en qualité de « protecteur » en 1586. Mais là encore, la tentative se solda par un échec.

  • 15 Voir sur ce sujet, par exemple : Craig E. Harline, Pamphlets, printing, and political culture in th (...)
  • 16 Voir infra, p. 202-204.
  • 17 Voir Pieter Geyl, The Revolt of the Netherlands. 1555-1609, 2e édition, Londres, Ernest Benn Ltd., (...)
  • 18 Sur tous ces aspects de l’histoire de la langue néerlandaise, voir Marijke van der Wal, Geschiedeni (...)

17C’est donc au moment où les États généraux prennent en main la souveraineté des Pays-Bas du Nord et inaugurent un gouvernement indépendant que Stevin écrit. Si en 1590, la guerre contre l’Espagne se poursuit, la pays aborde une phase constructive où commencent à se dessiner les contours institutionnels et politiques de la future République des Provinces-Unies. Après trois décennies de guerre et d’incertitudes, l’histoire amorce un tournant, celui des « Dix ans » (Tien jaren), ainsi appelés parce qu’ils constituent les débuts politiques du nouvel État qui s’inscrit dans le paysage européen du xviie siècle et obtiendra sa reconnaissance officielle en 1648 avec le traité de Munster. Cette période n’est pas sans incidence sur l’extension, dans ces régions, du néerlandais comme langue écrite. En politique notamment, où l’on écrit beaucoup, sous des formes diverses, maintenant que, l’espagnol ayant été écarté, la gestion de la « respublica » devient une affaire interne aux provinces. En témoigne l’abondante production pamphlétaire qui accompagne et suit la révolte contre l’Espagne15. En outre, la classe politique s’ouvre à de nouveaux venus et l’on préconise explicitement de ne plus recourir aux grands nobles mais à des gens « ordinaires », qui ne sont pas nécessairement des lettrés férus de latin16. Enfin, il faut pouvoir être suivi largement et rapidement par la population. Tout cela plaide en faveur du développement et de l’extension d’une langue bien comprise et techniquement adaptée aux besoins nouveaux. Le débat est ouvert et la question d’une spécificité du néerlandais préoccupe un nombre croissant d’esprits17. Il n’est que de penser au « Dialogue au sujet de la grammaire néerlandaise » (Twe-spraack vande Nederduitsche letterkunst) de Hendrik Laurensz Spiegel, poète et membre éminent de la chambre de rhétorique d’Amsterdam ; ou au calviniste fervent, Philippe Marnix de Sainte Aldegonde, qui seconda de sa prose l’œuvre politique et militaire de Guillaume d’Orange ; ou encore au marchand humaniste Johan Radermacher (établi à Anvers, puis à Middelbourg), qui, dès 1568, avait jeté, à son propre usage, les bases d’une grammaire néerlandaise18. Et bien d’autres encore.

18Les réflexions de Stevin se situent dans une période où s’ajoutent aux conflits religieux qui déchirent l’Europe depuis les débuts de la Réforme, les vicissitudes propres à l’histoire de ces provinces des Pays-Bas. De toute évidence, l’homme de science espère voir s’instaurer l’apaisement civil et politique dont son activité a tant besoin. N’est-il pas urgent alors de contribuer à l’assurer en essayant de prévenir les risques les plus immédiats qui le menacent ? En d’autres termes, la tâche première n’est-elle pas, pour l’auteur de la Vita politica, d’éclairer ses concitoyens sur la meilleure conduite à adopter afin de ne pas mettre en danger le fragile équilibre qui s’ébauche ?

Ce que dit la Vita politica. Het burgherlick leven

19La Vita politica se situe au croisement de la pensée calviniste et du néo-stoïcisme lipsien. Elle constitue un excellent témoignage sur la prédominance, à l’époque, de ces deux perspectives et sur leurs répercussions morales et intellectuelles, car en décidant d’écrire sur un sujet comme la politique, Stevin cherche visiblement à proposer une solution en vue de la paix civile et de la tranquillité des consciences. Il exprime sa volonté de prendre lui-même position sur la question de la résistance – thème calviniste – et sur celle de la paix intérieure, thème lipsien qui fait l’objet du De Constantia.

  • 19 Voir J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, « La civilità à Florence au temps des guerres d’Italie : “âm (...)
  • 20 L. B. Alberti, I libri della famiglia, R. Romano et A. Tenenti éd., Turin, Einaudi, 1994.

20Ainsi, au cœur de la Vita politica se trouve l’idée de burgherlick (civil), notion autour de laquelle s’articulent, en définitive, les deux perspectives évoquées ci-dessus. Mais que faut-il entendre exactement par là ? La traduction française hésite sur le choix à faire, tout comme face à l’italien « civile ». L’embarras vient de la diversité des sphères auxquelles renvoie le terme, dans l’une et l’autre langue : droit, morale, politique… On est, en effet, très proche ici du vocabulaire florentin du Quattrocento où, tout au long du règne de la Cité-État (jusqu’à la fin de la République et l’instauration du grand duché de Toscane), le terme de civilità, et ses dérivés, n’ont jamais eu de sens univoque, renvoyant soit à une forme de gouvernement politique, soit à une norme de comportement19. L’un des textes de l’époque les plus connus sur ce point est assurément celui d’Alberti, I libri della famiglia20, rédigé entre 1432 et 1437, où le grand architecte et polygraphe définit la civilità

  • 21 Voir J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, art. cité, p. 60.

comme le mode de vie d’une communauté tout entière, dans ses mœurs privées et dans sa vie publique, sans ligne précise de partage entre les deux sphères.21

  • 22 Ibid., p. 73.

21Toutefois, à la suite des vicissitudes et des incertitudes politiques qu’a connues Florence dans son histoire, la signification s’est resserrée autour d’une référence précise : est alors devenu « civile » tout gouvernement qui obéit aux lois, qui est, dit Machiavel, « regolato dalle leggi »22. L’interprétation est la même chez Guichardin qui donne à l’expression « vivere civile » le sens d’une existence réglée par les lois, d’une façon de vivre « sous les lois » (par opposition à « absolu » : qui échappe aux lois). C’est bien, nous semble-t-il, le sens qu’il convient d’attribuer, dans la Vita politica, à la notion de burgherlick, et à celle de burgherlickheyt (civilità). Certes, l’équivalent latin proposé en marge par Stevin – l’adjectif politicus – peut recevoir deux sens assez distincts : celui de « politique » comme celui de « civil ». Mais à considérer de près la finalité du discours de Stevin, et le détail des différentes situations qu’il examine, nous pensons que l’acception de « civil » s’impose, dans la plupart des cas, de préférence à « politique », pour traduire burgherlick. Ceci pour éviter d’entraîner le sens vers celui de « politique » pris en mauvaise part, c’est-à-dire de conduite calculée, de stratégie occulte et intéressée. La positivité constante dont Stevin investit la notion de burgherlick, et ses dérivés, établit une synonymie évidente entre ses équivalents « politique » et « civil ». En effet, à chaque fois que le mot politicus est donné en marge de burgherlick persoon, il charge d’une dimension normative le terme néerlandais qui désigne alors cette qualité « citoyenne » des conduites humaines au sein de la Cité :

Et celui qui se conduit de telle sorte qu’il en résulte, dans cette vie, la plus grande paix et le plus grand bien-être pour la communauté, celui-ci est appelé une personne civile [burgherlick persoon / politicus]. Cette juste pratique, enfin, se nomme une vie civile [burgherlick leven / vita politica]… (p. 41)

  • 23 VP : « … de eerlickste syde te anveerden », p. 16 ; « … soo ist openbaer onburgherlick ende oneerli (...)

22La récurrence de l’adjectif eerlick (« honnête »), étroitement associé à la discussion des choix politiques23, confirme que ce dont traite la Vita politica concerne bien avant tout le caractère moral des conduites, cette « convenance », cette « justesse », qui permettent de les qualifier de « civiques ».

23Reste, cependant, une ambiguïté à propos du prince. La Vita politica – il est clair – s’adresse autant au prince qu’au sujet, le prince étant ici considéré en tant que membre de la communauté et à ce titre soumis aux lois comme « le plus humble de ses sujets » : « Puisque les lois sont établies pour la commune dont il fait lui-même partie, il doit s’y soumettre comme le plus humble de ses sujets » (p. 55). Ce qui importe au premier chef c’est la définition de la « vie civile » comme obéissance aux lois, que l’on soit sujet ou détenteur de l’autorité politique. L’intention de Stevin est donc d’écarter toute légitimité d’un prince qui tenterait d’être absolu, c’est-à-dire d’échapper aux lois. Cette positivité du sens de « politique » ne se dément à aucun moment du texte, même quand la signification semble se resserrer autour de l’idée d’un mode d’action propre aux gouvernants. Le contexte d’emploi à propos de l’empereur Auguste suffit à l’illustrer :

Son successeur, le civique empereur Auguste, le comprit fort bien aussi, lui qui répondit un jour à Strabon […] : « Tout homme qui ne veut pas bouleverser la forme présente de gouvernement est en même temps un bon citoyen et un homme de bien ». (p. 44)

  • 24 Machiavel, Le Prince, trad. et commentaire par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Paris, PUF, 2000, (...)

24Pour comprendre le langage employé par Stevin, il est essentiel de voir que la Vita politica ne se propose pas de construire une théorie de l’État – même si certaines argumentations s’enracinent dans des représentations politiques précises –, ni de définir la place de l’individu dans un ordre transcendant, mais seulement d’indiquer, d’une manière accessible à tous et aisément applicable, comment rester en accord à la fois avec le gouvernement de son pays et avec sa conscience. Tout comme la civilità suppose « sinon une participation des citoyens au gouvernement, au moins une large acceptation du nouveau régime »24, la burgherlickheyt implique l’accord entre les lois d’un pays et les sentiments d’un individu : si cet accord existe, il est facile alors, nous dit Stevin, « de parvenir à la citoyenneté […]. En suivant simplement son sentiment particulier, cette personne agit de manière civile (burgherlick / politicè) ».

25L’exposé de Stevin va donc traiter de ce qui se rapporte à la qualité de citoyen, de ce qui constitue la « citoyenneté » et permet de l’atteindre en toutes circonstances, tant du point de vue de la communauté, à savoir de la tranquillité publique, que du point de vue de l’individu, à savoir de la tranquillité morale. Or, sur cette question, dit-il dans sa préface au bourgmestre de Delft, « il s’élève entre les hommes de grandes divergences d’opinion » et il règne « une grande confusion parmi les esprits ». La réalité qui fournit donc son point de départ à cet exposé est celle des conflits incessants qui s’observent dans les sociétés du temps, conflits à propos de l’engagement du citoyen, de la justice des lois, du pouvoir du prince. D’où l’initiative de la Vita politica de remédier à une telle situation en présentant les solutions qui « semblent le mieux convenir à une juste vie civile ». L’Argument circonscrit clairement les limites de l’enquête :

Nous n’aborderons que les points principaux et notoirement les plus sujets à discussion, ceux à propos desquels surviennent quotidiennement les plus virulentes controverses parmi les hommes.

26La réflexion politique de Stevin est ainsi placée sous le signe du « conflit » et l’on reconnaîtra, dans les différents cas examinés, des exemples directement empruntés aux situations les plus dramatiques vécues par les contemporains :

  • conflits à propos de l’autorité légitime (chapitre II) et conflits entre gouvernants (chapitres III et IV), d’où résultent la plupart des guerres civiles ;

  • conflits à propos des lois (chapitre V) : lois qui peuvent sembler injustes, ou concurrence entre différents niveaux de lois (problème spécifiquement néerlandais de la coexistence de lois provinciales et générales) ;

  • conflits religieux : problème de la liberté de conscience (chapitres VI et VII) ;

  • conscience individuelle et droit de résistance (chapitre VIII).

27En huit chapitres, la Vita politica passe en revue les situations qui paraissent présenter les plus grandes difficultés pour la poursuite d’une conduite civile. On est frappé de découvrir, dans l’ensemble des réponses apportées, un mélange de conformisme social, de valorisation du choix individuel et de récusation radicale du droit de résistance.

28Il y a, en effet, chez Stevin une insistance très forte sur la réduction de la légitimité à l’existence effective. La première « règle politique générale et certaine » qu’énonce son discours déclare ainsi :

Chacun doit toujours considérer comme l’autorité à laquelle il est soumis ceux qui, au moment présent, règnent effectivement sur les lieux où il a choisi de résider, sans se mêler de savoir si ceux-ci ou leurs prédécesseurs sont parvenus légitimement ou non au pouvoir, (p. 42)

29et le principe sera rappelé à plusieurs reprises dans la suite de l’exposé. Il ressort de là que ce qui fonde le droit de l’autorité établie ce n’est pas l’origine de son institution mais son existence effective. À cela nulle autre justification que l’expérience de l’histoire, qui ne montre qu’une suite ininterrompue de changements se réclamant tous d’une raison supérieure aux situations précédentes et interdit de décider de la légitimité d’un gouvernement plutôt que d’un autre :

La raison en est la suivante : si les sujets prêtaient attention aux époques précédentes, on ne pourrait pratiquement pas, à cause de tous les changements illégaux qui, à diverses reprises, se sont produits dans les pays, établir une quelconque autorité solide dans le monde puisque l’un désirerait la situation issue du dernier changement, l’autre, celle du changement précédent, et le troisième, celle d’un changement encore plus ancien, chacun selon son inclination et avec autant de raison. (p. 42)

30De la même façon, on observera une rigoureuse obéissance aux lois de son pays : « C’est une règle politique générale que chacun doit se conformer aux lois établies dans le lieu où il réside » (p. 57). Il s’agit là d’un « axiome politique », comme le note Stevin en marge. La force des lois – civiles autant que religieuses – vient du fait qu’elles sont reçues par le « jugement de la communauté » et qu’elles ont été « instituées […] en accord avec les exigences de lieux, de personnes et d’époques » (p. 40).

31D’autre part, au droit de résistance, si fortement défendu en son temps, Stevin substitue l’obligation de choisir entre adhérer ou s’exiler. C’est là une des autres affirmations surprenantes de ce discours, une conception directement opposée à celle, largement reçue à l’époque, de Juste Lipse. L’auteur du De constantia (1584) avait, en effet, recommandé de fuir ses émotions plutôt que sa patrie :

  • 25 Les deux livres de la constance, édition de Tours, 1592 (trad. anonyme du latin), livre I, chapitre (...)

De la corruption de votre esprit vient votre desespoir, et de son trouble, votre langueur. Il faut que vous le changiez et non le lieu, et ne devez tâcher d’être autre part, ains de devenir autre.25

32Rien de tel dans la Vita politica, dont le conseil serait plutôt l’inverse : inviter l’individu à choisir librement les conditions de sa sujétion, à aller vivre dans le pays où l’obéissance qui lui est demandée lui sera la plus facile à mettre en œuvre, car la règle civile n’admet pas que l’on puisse s’opposer à une autorité effectivement en place :

Chacun doit choisir parmi les différentes communautés existant sur terre celle à laquelle il puisse et désire obéir en l’état actuel des choses. (p. 69)

  • 26 « Vérité et politique dans la Vita politica. La norme individuelle », voir infra, p. 211 et suiv.

33On se tromperait en lisant dans cette recommandation de l’exil une forme de résignation. Il s’agit au contraire d’une défense très évidente de l’autonomie du sujet et d’une valorisation de sa liberté de choix. Nous avons montré ailleurs26 l’importance de la place faite au sentiment individuel et à ce qui relève de la subjectivité dans la réflexion politique de Stevin : nous n’y reviendrons pas ici sauf pour souligner le double lien que ce critère de l’adhésion individuelle entretient avec la critique du droit de résistance et l’établissement de la légitimité politique. Stevin invite l’individu à juger par lui-même des questions génératrices de conflits où il se trouve pris et de décider en toute liberté – et non sous la pression d’un « forcement des consciences » – de sa participation à une forme de gouvernement politique. En cas de difficultés rencontrées dans le périmètre d’une légitimité strictement relative à son existence effective sur un territoire donné, l’individu est renvoyé à lui-même. Le calvinisme de Stevin n’est pas celui du droit d’intervention des particuliers mais celui de la critique et de la tolérance.

34Ce que prescrit la burgherlicke reghel est donc très simple : il n’y a pas d’action possible contre une autorité en place à moins qu’elle ne vienne de l’extérieur. Si un sujet estime de son devoir de défendre la cause d’un prince qu’il juge lésé ou de s’opposer à l’autorité politique au pouvoir, il ne pourra le faire

qu’avec les moyens convenables, c’est-à-dire principalement en quittant la juridiction de celui auquel il veut s’opposer pour aller dans la juridiction de celui qu’il veut aider, ou dans un endroit où le gouvernement du moment l’autorise à entreprendre son projet, arrivant ainsi de l’extérieur comme un ennemi déclaré. (p. 44)

35Un peu plus loin, Stevin réaffirme que

le sujet qui se dresse contre son autorité ne peut l’entreprendre de manière civile tout en demeurant à l’intérieur de son domaine mais doit venir de l’extérieur. (p. 48)

  • 27 Voir Mario Turchetti, « Notes sur la Vita politica. Contribution à la terminologie politique du xvi(...)

36Non pas que l’on ne puisse pas, dans certains cas, avoir d’excellentes raisons de chercher à réformer de mauvaises lois (« vu que même les bonnes lois deviennent parfois mauvaises par une inéluctable infraction », p. 70), ou à s’opposer à un « cruel tyran ». Mais même en ce cas, la règle civile interdit toute action menée de l’intérieur de la juridiction dont on dépend. L’obligation de s’exiler pour réformer ou s’opposer ne souffre aucune exception. Il est juste de penser, face aux propositions de ce texte, que la Vita politica constitue, peut-être, la contribution la plus originale à la théorie moderne du droit de résistance27.

37Enfin, s’agissant de l’interprétation des lois, Stevin considère que celle-ci est l’affaire de l’autorité politique et que l’individu n’en a nullement la « vocation ». La Vita politica retient l’idée calviniste de « vocation » mais en y attachant visiblement une nuance qui oriente le sens vers celui d’une « compétence » plutôt que vers celui d’une disposition de type providentiel.

  • 28 Luc Borot éd., Civisme et citoyenneté… une longue histoire, Montpellier, Université Paul-Valéry, 19 (...)
  • 29 La phrase entière, première phrase du « Discours sur la valeur de la langue néerlandaise », (Uytspr (...)
  • 30 « La science repousse le surnaturel parce que c’est sa négation ; elle n’admet que l’inconnu », C. (...)

38Si cette théorie est ainsi conçue, c’est, en définitive, parce qu’elle ne se fonde sur aucune transcendance, aucun ordre extrinsèque à celui du politique. De la manière la plus explicite qui soit, elle témoigne de ce passage où d’hétérogène et transcendante, la norme devient homogène et immanente28. Elle s’inscrit à l’évidence dans une attitude foncièrement rationaliste où l’on sait bien que rien, dans la nature, n’est mystérieux : « Tis wel waer datter inde Natuer niet wonderlick en is… »29. La devise même de Stevin n’est-elle pas une sorte de profession de foi rationaliste ? « Wonder is geen wonder », « Mystère n’est pas mystère »30 ?

Connaissance et vérité

39Mais pour être en mesure de choisir, il faut être en mesure de juger. Chez Stevin, cette recommandation prend tout son sens parce que la question du savoir est décisive dans son interprétation de l’histoire : c’est par « méconnaissance » (misverstand) et « ignorance » (onwetenheyt) que surgissent la plupart des conflits ou des désordres politiques (p. 71). Plus encore que le choc de passions antagonistes ou d’intérêts divergents, c’est l’ignorance qui explique les vicissitudes des sociétés humaines. Mais ignorance de quoi ? Ignorance du bon usage des outils de connaissance : le langage, d’une part, la combinaison de théorie et de pratique, de l’autre.

De l’usage d’une langue juste

  • 31 Vie civile, « Au lecteur… » : « quelques mots en bon néerlandais » ; p. 46 : « user d’une métaphore (...)
  • 32 Suivant la conception que se fait Stevin de la dialectique, art de la démonstration et non ars diss (...)

40Le savoir procède, selon Stevin, avant tout d’une parfaite adéquation des mots et des choses. Soulignons la place faite aux considérations sur les mots et la clarté du sens dans un discours comme celui de la Vita politica31 : tel un leitmotiv, à la limite de l’obsession, l’idée revient qu’il faut corriger l’emploi d’une terminologie impropre ou empêcher que celle-ci ne fasse écran au sens. Ainsi, en même temps qu’il soumet son propre exposé aux principes qu’il a lui-même définis dans sa Dialectike32, Stevin dénonce, dans la Vita politica, ce qui menace la clarté du discours.

41Il faut toujours, dit-il, employer le mot juste, directement signifiant, et bannir ce qui, de près ou de loin, s’apparente à une métaphore. À l’origine de toutes les « méconnaissances » les plus dramatiques de l’histoire, Stevin incrimine le recours à ces « mots vides de sens » (p. 57) ou ces « termes impropres » (p. 46). La première de ces erreurs a pour conséquence d’induire de mauvaises définitions et, par là, de servir des desseins inavouables. La deuxième engendre une compréhension inexacte de l’objet :

  • 33 Mémoires mathématiques […] translaté en François, par Jean Tuning, […], op. cit., Préface.

… les grands arts et sciences ne peuvent parvenir à la perfection du siècle sage si ce n’est que de grands peuples & nations s’y exercent en leur propre langue.33

42Si l’auteur de la Vita politica recommande – et pratique lui-même – l’usage du néerlandais pour les ouvrages savants, ce n’est pas seulement parce que le vernaculaire permet à tous ceux qui ignorent le latin d’accéder aux textes, mais c’est aussi parce que le locuteur néerlandophone jouit, à ses yeux, du privilège exceptionnel de disposer d’une langue plus parfaite que les autres. Cette conviction d’une supériorité linguistique du néerlandais était partagée, à l’époque, par tous ceux qui, comme on l’a vu plus haut, travaillaient à débarrasser leur langue de ses emprunts et à y substituer un vocabulaire exclusivement formé à partir du vernaculaire. Stevin s’était forgé, jusque dans le domaine de la linguistique, des conceptions qui aujourd’hui font sourire, mais qui à l’époque se fondaient sur les dernières connaissances en la matière et, notamment, sur les travaux des premiers comparatistes.

  • 34 E. J. Dijksterhuis et al., The Principal Works of Simon Stevin, op.cit., vol. 1, p. 616.
  • 35 On trouvera le détail de ces conceptions dans le chapitre des « Mémoires mathématiques » que Stevin (...)
  • 36 Stevin ne fut pas le seul à faire ce type d’enquête : on sait, par exemple, que Dürer, pour rédiger (...)

43La supériorité du néerlandais tient, d’une part, à son antériorité historique sur les langues voisines, et, d’autre part, à sa capacité d’entrer dans des compositions. Mais les deux se tiennent et se rejoignent autour de cette fonction première d’une langue qui est de signifier le plus immédiatement possible l’objet visé. Stevin, qui assignait au langage la responsabilité de réaliser une coïncidence parfaite entre les mots et leurs signifiés afin de permettre ainsi l’immédiateté d’une perception non discursive, rejetait toute polysémie et marquait une prédilection pour les monosyllabes qu’il jugeait « non ambigus » et « immédiatement clairs »34. C’est dans cette perspective qu’il plaçait au premier rang des qualités d’une langue son ancienneté : toute langue-mère (oertaal) se reconnaît, disait-il, à l’abondance de ses monosyllabes, survivance d’un temps où chaque chose était désignée par un mot d’une syllabe, apte ainsi à en épuiser la signification… Ce souci d’une adequatio rei fondait, selon Stevin, la supériorité du néerlandais qui présente une richesse exceptionnelle en monosyllabes. De là cette possibilité de former des mots composés immédiatement clairs et non ambigus – à la différence du français, par exemple35 –, qui fait de la langue néerlandaise un outil particulièrement adapté aux sollicitations de la science et des techniques spécialisées : au gré de ses besoins, l’homme de science, tout comme l’ingénieur ou l’artisan, peut forger des mots nouveaux à partir d’éléments parfaitement transparents à l’objet désigné. C’est d’ailleurs ce que Stevin a lui-même abondamment pratiqué, en même temps qu’il introduisait dans la langue le vocabulaire des métiers, recueilli directement auprès des artisans36. On lui doit ainsi un enrichissement durable et notable de la langue néerlandaise.

44À ses qualités premières et remarquables, signalons que la langue néerlandaise ajoute, selon Stevin, celle d’émouvoir plus fortement qu’aucune autre les cœurs et les esprits, d’où s’explique, selon Stevin, la prolifération des sectes aux Pays-Bas :

  • 37 Voir E. J. Dijksterhuis et al.,The Principal Works of Simon Stevin,op.cit., vol. 1, p. 8486, Uytspr (...)

Où trouvons-nous des communautés aussi subjuguées qu’ici par ce qu’elles entendent, l’une par ceci, l’autre par cela ? Quelle en est la cause ? C’est le pouvoir des mots néerlandais de toucher les cœurs et les esprits et de les convaincre de ce que dit l’orateur.37

  • 38 « Vérité et politique… », voir infra, p. 204.

45La Vita politica s’ouvre donc sur des considérations linguistiques. Dès l’adresse « Au lecteur bienveillant », l’auteur déplore la trop grande présence, dans la langue néerlandaise contemporaine, de termes grecs ou latins qui demeurent faute d’un travail de transposition systématiquement mené. Cela seul, pourtant, permettrait de former une langue qui puisse « adéquatement représenter les choses ». D’où la nécessité pour un auteur se trouvant dans la situation de Stevin d’inscrire « en marge des pages qui suivent, à côté de quelques mots en bon néerlandais, leurs équivalents grec ou latin les plus courants ». En même temps, la dimension linguistique de ce projet d’écriture sur la politique a stimulé le « zèle » de l’auteur qui a vu là une occasion nouvelle d’illustrer « les admirables caractéristiques de la langue néerlandaise » (p. 38), car, précisément, la langue néerlandaise offre cette chance, selon lui, d’atteindre un type de perfection inégalée dans l’adéquation des mots et des choses38.

46La responsabilité du langage dans les dissensions civiles s’observe à propos d’un cas remarquable – c’est le premier exemple donné par Stevin –, celui de la définition d’une forme de gouvernement que « par habitude » on définit à l’aide d’une métaphore, « au lieu d’un terme propre » (p. 46). Il s’agit des « princes institutionnels » auxquels, depuis les Grecs, on donne le nom de « monarques ». Or, corrige Stevin, à proprement parler :

Les princes qui ne gouvernent pas seuls comme les monarques mais avec des États à leurs côtés, nous les appelons princes institutionnels et cette forme de gouvernement, un État parlementaire ; à ce type, appartiennent présentement la plupart des gouvernements d’Europe. Ainsi le Brabant possède un duc avec des États, la France, un roi avec un parlement, Venise, un duc avec un sénat, l’Espagne un roi avec une Inquisition, toutes situations où « parlement », « sénat », « Inquisition » correspondent à ce qu’en néerlandais nous appelons de manière générale « États » parce qu’ils en forment la partie principale. (p. 46)

47Il est doublement significatif que Stevin s’attarde sur l’exemple d’une telle forme de gouvernement : d’une part, parce qu’il s’agit du modèle par excellence que les révoltés néerlandais opposèrent à la mise en place progressive d’un gouvernement centralisé. D’autre part, parce qu’il concerne l’une des sources les plus graves et les plus fréquentes de conflits en ces temps de montée des absolutismes. Engager alors la responsabilité du langage à ce propos c’était ramener – rhétorique ou non –, la légitimité d’une cause non pas à la justesse d’une fondation philosophique, mais à la relativité d’une situation constitutionnelle particulière.

Théorie et pratique

  • 39 Voir Wiep van Bunge, « Before philosophy : theory and practice in the emerging dutch Republic, 1580 (...)

48La connaissance est aussi le fruit d’une rencontre entre théorie et pratique. Non moins essentielle que l’emploi d’une terminologie appropriée, la prise en compte constante de la pratique par la théorie, et réciproquement, est érigée en principe par Stevin. Certes, ce souci en général de la pratique n’est pas sans rapport avec une préoccupation largement partagée à l’époque aux Pays-Bas, celle de résoudre des urgences concrètes, en premier lieu la guerre avec l’Espagne39. Mais chez Stevin, elle s’enracine peut-être avant tout dans une conception du savoir dont une formule résume à elle seule la constitution et le mode d’accès : « La raison confirmée par la pratique ». Cette formule que l’on trouve au sixième chapitre de la Vita politica, fait l’objet d’un exposé plus précis dans le Wysentyt :

  • 40 Wysentyt, E. J. Dijksterhuis et al., The Principal Works of Simon Stevin, op. cit., vol. 2, p. 619.

La théorie est une procédure fictive, sans matière naturelle, comme le sont, par exemple, les théories du théoricien Euclide qui procède en posant des grandeurs et des nombres sans relation avec la matière naturelle. La pratique est une opération qui se produit principalement à partir de choses naturelles, telles que des mesures de terrain et de murs, en comptant le nombre de pieds qui s’y trouvent. […] La caractéristique et la fin de la théorie sont de fournir un fondement assuré pour la manière de procéder dans la pratique.40

  • 41 « L’émergence de l’idée d’individu dans la Vita politica de Simon Stevin », Nouvelles de la républi (...)
  • 42 « ervaren en wetenschap », Materiae politicae, Leyde, 1649, p. 92 ; « De gheleerde ervaren Burgerli (...)

49Nous ne reprendrons pas ici ce que nous avons présenté ailleurs plus longuement41 ; il importe simplement, cette fois encore pour bien comprendre le vocabulaire employé par la Vita politica et pour situer l’œuvre dans l’ensemble des conceptions de Stevin, de savoir que le lien essentiel qui unit théorie et pratique est à l’origine de ce qui fonde la compétence politique. En effet, seul celui qui sait conjuguer règles théoriques et applications pratiques fait preuve de ce que l’on pourrait appeler une conscience théorique de son travail et possède une véritable expérience. Le doublet récurrent chez Stevin, qui associe expérience et connaissance42 montre que c’est là pour Stevin l’une des sources premières d’un savoir sûr et vérifiable.

  • 43 H. Bots et F. Waquet, La république des Lettres, Paris, Belin De Boeck, 1997, p. 96.

50Or, si l’idée de compétence est déjà présente chez Vitruve (à propos de l’architecte), elle est cependant neuve s’agissant de politique. Transposée dans la sphère des fonctions politiques, cette compétence va porter au pouvoir des personnes « in haer Ampt wel ervaren » (très expérimentées dans leur fonction), distinguées comme étant « der bequaemste » (les plus compétentes). Elle s’annonce d’une grande portée pour le développement des théories politiques modernes, car elle va contribuer à fonder la légitimité démocratique. L’émergence de l’idée de compétence, parce qu’elle s’accompagne d’une valorisation de l’homme ordinaire, contribuera à supplanter la distinction entre les individus qu’instauraient jusque-là les « ordres » et y substituera ce qu’apporte la détention d’un savoir spécialisé. L’homme ordinaire, c’est celui à qui sont destinés manuels et traités en langue vulgaire, mais c’est aussi celui qui enseigne son savoir technique auprès duquel Stevin est allé recueillir la terminologie appropriée dont il avait besoin pour ses écrits. À côté de l’élitisme avoué de la République des lettres43, la vision proposée par l’ingénieur Simon Stevin introduit une représentation nouvelle de l’individu, à laquelle la concision et la sobriété rhétoriques de son discours donnent plus de force encore.

51Mais le plus remarquable dans la Vita politica est peut-être, s’agissant de la légitimité politique, cette définition de deux périmètres de vérité qui peuvent entrer en conflit et néanmoins conserver chacun la même validité. En effet, soit une autorité politique donnée : celle-ci, puisqu’elle existe, est juste (« Chacun doit toujours considérer comme l’autorité à laquelle il est soumis ceux qui, au moment présent, règnent effectivement… » – chapitre II, c’est la première règle de toute société civile), mais je peux ne pas pouvoir ou ne pas vouloir admettre sa légitimité (« Il peut parfois se trouver des lois auxquelles notre conscience éprouve des difficultés à obéir » – chapitre VIII) et chercher à m’y opposer. En pareil cas, je suis fondé à prendre mon « sentiment intérieur » comme critère de justice et à définir une sphère de vérité politique pratique tout aussi valide que celle de la légitimité du gouvernement auquel je décide de m’opposer. Nous sommes là dans la logique d’une pensée pragmatiste qui articule de façon très moderne croyance et vérité.

52Le pragmatisme d’une telle réponse est aussi ce qui fonde la critique du machiavélisme telle qu’elle se trouve dans l’Appendice. Le raisonnement de Stevin est le suivant. La recommandation de la dissimulation pervertit les conditions de l’action. C’est en effet par un pur abus de langage que l’on qualifie de « malhonnête » l’action en légitime défense d’un individu cherchant à échapper à une tentative d’assassinat et que l’on arrive par là à justifier le prince d’agir de même avec ses ennemis et, par conséquent, d’être contraint à la dissimulation pour garder la confiance de ses gouvernés :

Si l’homme ordinaire est libre de tromper le brigand qui le surprend, voire même de le tuer, pourquoi un prince ne serait-il pas autorisé à faire de même s’il rencontre des tyrans armés… ? (p. 80)

53À cela, Stevin oppose deux objections : d’une part, la vérité n’étant toujours que relative aux « circonstances » (p. 79), il n’y a pas d’action « vertueuse » en soi, mais uniquement au regard d’une situation donnée dont à chaque fois le « sentiment / croyance » nous délivre la vérité :

Il faut savoir que notre sentiment ne nous persuade pas selon ce que nous voulons : vous pouvez très bien dire : « Je suis assis sur la lune », mais le croire malgré ce que nous savons et faire que le sentiment nous en persuade, voilà qui est impossible. (p. 81)

54D’autre part, c’est se priver de toute crédibilité dans ses rapports avec autrui que d’adhérer à la doctrine de Machiavel et de défendre le principe de la dissimulation : « Imaginez un instant la confiance que vous pourriez avoir en celui qui déclarerait sérieusement que l’on n’est tenu à aucune fidélité et le sentiment qu’éprouveraient à votre égard ceux face auxquels vous vous exprimeriez ainsi » (p. 83). À l’appui de cette dénonciation de la sophistique machiavélienne, Stevin cite longuement, en conclusion de son Appendice, la parodie d’une leçon de sagesse contenue dans une lettre attribuée au tyran d’Agrigente Phalaris, comme exemple extrême des paradoxes auxquels peut conduire la manipulation rhétorique du langage.

Conclusion

55La Vita politica est, à plus d’un titre, un texte singulier. Prise de parole d’un ingénieur sur un sujet qui n’est pas, d’ordinaire, de son ressort, elle prétend aller à l’essentiel et, ce faisant, articule de manière novatrice certaines des préoccupations dominantes de son temps.

56La sphère politique n’est pas le lieu d’une vérité fondamentale mais simplement celui d’une justice qui trouve sa légitimité ramenée au fait de son existence et – élément décisif –, de sa libre acceptation par l’individu qui choisit les conditions de sa sujétion. Conduit par son souci d’assurer la stabilité politique et d’invalider le droit de résistance qu’invoquaient les calvinistes, Stevin en arrive ainsi à proposer une forme de justification de l’obéissance fondée sur le « sentiment » individuel. Si l’œuvre peut apparaître, au premier abord, conservatrice, n’autorisant aucune autre attitude que la reconnaissance de l’autorité politique existante, ou l’exil, elle s’avère en réalité comme une contribution originale à la définition du rapport entre individu et société.

57D’autre part, fruit d’une confrontation de l’homme de science aux conditions de possibilité d’un savoir utile, la Vita politica fait de la politique un objet soumis au langage en même temps qu’à une juste « combinaison » de théorie et de pratique. Tout en inscrivant l’action politique dans une sphère de vérité propre, Stevin n’y voit pas un instant le lieu d’exercice d’une possible « raison d’État », mais plutôt celui d’une raison pratique au sens que lui donnent, aujourd’hui, les théoriciens du courant pragmatiste. Ce n’est pas un des moindres mérites de ce texte que de préfigurer, par une voie originale, certaines des propositions les plus modernes de notre époque.

Note

1 Vita politica. Het burgherlick leven, Beschreven deur Simon Stevin. Tot Leyden, By Franchoys van Ravelenghien, 1590. (On trouve une reproduction photographique de cette édition originale dans la publication du texte par Pim den Boer et Anneke C. G. Fleurkens, Utrecht, Bijleveld, 2001). C’est à cette édition qu’il est ici fait référence pour le texte néerlandais sous l’abrévation VP ; les renvois à la traduction française donnée infra sont notés : Vie civile). Vie civile, p. 38-39.

2 Voir sur ce sujet Isabelle Pantin, « Latin et langues vernaculaires dans la littérature scientifique européenne au début de l’époque moderne (1650-1635) », Sciences et langues en Europe, Paris, EHESS, 1996, p. 45 : « Même les ouvrages effectivement écrits en vulgaire […] comme les livres de Paracelse, affichaient des titres en latin et se trouvaient largement farcis d’expressions techniques dans la même langue. »

3 « J’ay entrepris le discours de la République et en langue populaire, tant pour ce que les sources de la langue latine sont presque taries, et qui seicheront du tout si la barbarie causee par les guerres civiles continue, que pour estre mieux entendu de tous Français naturels », Les six livres de la République, Paris, Corpus des œuvres de philosophie en langue française, 1986, Préface, p. 10.

4 Dans la traduction française qui suit, cette juxtaposition a été conservée mais insérée entre parenthèses dans le corps du texte, en caractères italiques.

5 J. Briels, De zuidnederlandse immigratie. 1572-1630, Haarlem, Fibula-Van Dishoeck, 1978.

6 Voir A. Romein-Verschoor, « Simon Stevin, 1548-1620 : Wonder en is gheen wonder », J. Romein et A. Romein-Verschoor éd., Erflaters van onze beschaving, Amsterdam, Wereldbibliotheek, 1956, p. 180-181. La bibliographie la meilleure et la plus complète des écrits de Stevin est celle établie et commentée par Henri Bosmans pour la Bibliographie nationale de Belgique, Bruxelles, 1921-1924, tome XXIII : « Stevin (Simon) », p. 887-936. C’est à elle que nous renvoyons.

7 On trouve ainsi une allusion à ces premières fonctions dans la Préface rédigée par Stevin au Vorstelicke bouckhouding, traduit en français par Jean Tuning (Livre De Compte De Prince A la Manière D’Italie, En Domaine Et finance Extraordinaire […] Descrit par Simon Stevin de Bruges. A Leyde, Chez Ian Paedts Iacobsz. […] L’an M.DC.VIII) : « Après que je m’avais exercé en effect au tenir livre de compte de Marchand, & en l’office de Cassier, puis apres en matiere de Finance (l’un en Anvers, l’autre en Flandres au quartier du France) & veu en ceste chose autant que me permettoyent les circonstances… »

8 À cet égard, le sort de Stevin et celui de Christophe Plantin sont très semblables. Le grand imprimeur anversois, attiré par Juste Lipse qui l’avait pressé de le rejoindre à Leyde, émigra, en effet, au début de l’année 1583. Mais on ne connaît pas avec précision les raisons de ce départ : voir Correspondance de Christophe Plantin, publiée par J. Denucé, tomes VI et VII, Antwerpen, ’s-Gravenhage, 1918. Sans doute faut-il y voir en partie la nécessité de se mettre au service d’éditeurs étrangers pour faire face à ses créanciers. Ce séjour hollandais fut néanmoins d’assez courte durée puisque Plantin regagna Anvers après la prise de la ville par les Espagnols, en 1585 et qu’il y finit ses jours, en 1589.

9 De stercktenbouwing. Beschreven door Simon Stevin van Brugghe. Tot Leyden, by Françoys van Ravelenghien. M.D.XCIV. Le livre sera traduit par Albert Girard – Fortification – et inséré dans les Œuvres mathématiques de Stevin.

10 Nous suivons ici la version française, due à Jean Tuning : Memoires Mathematiques, Contenant ce en quoy s’est exercé Le Tres-Illustre, Tres-excellent Prince et Seigneur Maurice, Prince d’Orange, Conte de Nassau… Descrit premierement en Bas Alleman par Simon Stevin de Bruges, translaté en François, par Jean Tuning […] A Leyde […] L’an M.DC.VIII (voir la présentation détaillée de l’ouvrage et de ses trois versions : néerlandaise, française, latine, dans l’excellente notice rédigée par Henri Bosmans, pour la Bibliographie nationale de Belgique, op. cit., t. XXIII, col. 887-935).

11 Vita politica. Het burgherlick leven. Anno 1590. Beschreven deur Symon Stevin. Ende nu alle menschen, van hogen ende legen state, in desen beroerlicken tijdt seer nuttelick ghelesen. Tot Delf, Ghedruckt by Jan Andriesz, 1611. Le sous-titre de cette édition (« Et aujourd’hui, en ces temps troublés, de lecture très utile pour toute personne, de noble comme de basse condition ») indique certainement, comme le fait justement remarquer A. Fleurkens dans sa réédition en collaboration avec P. den Boer (op. cit., p. 214), que ce texte apparaissait particulièrement adapté aux années d’incertitude qui furent celles de la trève avec l’Espagne (1609-1621).

12 Cet Appendice fut traduit en néerlandais par Stevin lui-même et inséré dans ses Wisconstige gedachtenissen (1608), en même temps que Jean Tuning le publiait dans les Mémoires mathématiques de Simon Stevin (1608), voir la bibliographie dans ce volume.

13 Voir Henri Bosmans, « Stevin (Simon) », Bibliographie nationale de Belgique, op. cit., p. 914-922.

14 Vie civile, p. 46, 48, 53, 57.

15 Voir sur ce sujet, par exemple : Craig E. Harline, Pamphlets, printing, and political culture in the early dutch republic, Nijhoff, Dordrecht, 1987.

16 Voir infra, p. 202-204.

17 Voir Pieter Geyl, The Revolt of the Netherlands. 1555-1609, 2e édition, Londres, Ernest Benn Ltd., 1958, p. 282 et suivantes.

18 Sur tous ces aspects de l’histoire de la langue néerlandaise, voir Marijke van der Wal, Geschiedenis van het Nederlands, en collaboration avec Cor van Bree, Aula, Den Haag, 1994 (1re éd. 1992), en particulier p. 186-199. Sur Johan Radermacher, voir Karel Bostoen, Bonis in bonum. Johan Radermacher de Oude (1538-1617), humanist en koopman, Hilversum, Verloren, 1998.

19 Voir J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, « La civilità à Florence au temps des guerres d’Italie : “âme de la cité” ou “espèce d’ânerie” ? », L. Borot éd., Civisme et citoyenneté… une longue histoire, Université Montpellier III, 1999.

20 L. B. Alberti, I libri della famiglia, R. Romano et A. Tenenti éd., Turin, Einaudi, 1994.

21 Voir J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, art. cité, p. 60.

22 Ibid., p. 73.

23 VP : « … de eerlickste syde te anveerden », p. 16 ; « … soo ist openbaer onburgherlick ende oneerlick te wesen », p. 28 ; « … sy achtent al voor eerlick, voor Burgherlick », p. 32.

24 Machiavel, Le Prince, trad. et commentaire par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Paris, PUF, 2000, p. 321.

25 Les deux livres de la constance, édition de Tours, 1592 (trad. anonyme du latin), livre I, chapitre III.

26 « Vérité et politique dans la Vita politica. La norme individuelle », voir infra, p. 211 et suiv.

27 Voir Mario Turchetti, « Notes sur la Vita politica. Contribution à la terminologie politique du xvie siècle », voir infra, p. 215.

28 Luc Borot éd., Civisme et citoyenneté… une longue histoire, Montpellier, Université Paul-Valéry, 1999, p. 10.

29 La phrase entière, première phrase du « Discours sur la valeur de la langue néerlandaise », (Uytspraeck vande weerdicheyt der duytsche tael, E. J. Dijksterhuis et al. éd., The Principal Works of Simon Stevin, Amsterdam, 1955-1966, 5 volumes, vol. I, p. 59), se poursuit ainsi : « Néanmoins, pour distinguer entre les choses que nous comprenons à partir de leurs causes et celles dont les causes nous sont inconnues, nous appelons pour cela les autres ‘‘miraculeuses’’, non parce qu’elles sont véritablement ainsi, mais parce qu’elles nous apparaissent de la sorte. »

30 « La science repousse le surnaturel parce que c’est sa négation ; elle n’admet que l’inconnu », C. Bernard, Lettre à Mme Raffalovich, ms. 3653 de la bibliothèque de l’Institut, cité par M. D. Grmek, Raisonnement expérimental et recherches toxicologiques chez Claude Bernard, Paris-Genève, Droz, 1973, p. 66.

31 Vie civile, « Au lecteur… » : « quelques mots en bon néerlandais » ; p. 46 : « user d’une métaphore au lieu d’un terme propre » ; p. 49 : « … ne pas tant faire attention aux mots en eux-mêmes […] qu’à leur sens évident » ; p. 57 : « … écartant tout par des mots vides de sens » ; p. 59 : « vu que l’on ne doit pas tant prêter attention aux mots en eux-mêmes […] qu’au juste sens » ; ibid. : « la signification des mots ».

32 Suivant la conception que se fait Stevin de la dialectique, art de la démonstration et non ars disserendi, tout exposé doit commencer par des « définitions » afin que le sens des mots soit connu avant de passer aux « propositions » : voir Dialectike, p. 3-4, et T. Verbeek, « La Dialectike (1585) de Simon Stevin », voir infra, p. 181. Ainsi, dans la Vita politica, Stevin annonce : « Définissant tout d’abord la vie civile, nous dirons ensuite quelle est l’autorité légitime d’une personne politique. Puis comment se conduire civilement… », p. 7.

33 Mémoires mathématiques […] translaté en François, par Jean Tuning, […], op. cit., Préface.

34 E. J. Dijksterhuis et al., The Principal Works of Simon Stevin, op.cit., vol. 1, p. 616.

35 On trouvera le détail de ces conceptions dans le chapitre des « Mémoires mathématiques » que Stevin consacre à ce qu’il appelle le « temps des sages » (De wysentyt), âge d’or du savoir où les hommes possédaient une connaissance exceptionnelle des choses.

36 Stevin ne fut pas le seul à faire ce type d’enquête : on sait, par exemple, que Dürer, pour rédiger son grand ouvrage de géométrie, Underweysung der messung mit dem zirckel und richtscheyt…, enquêta auprès d’artisans spécialisés afin d’établir une terminologie appropriée ; voir Jeanne Peiffer, « La création d’une langue mathématique allemande par Albrecht Dürer », Sciences et langues en Europe, op. cit., p. 82 et suivantes.

37 Voir E. J. Dijksterhuis et al.,The Principal Works of Simon Stevin,op.cit., vol. 1, p. 8486, Uytspraeck vande weerdicheyt der duytsche tael (Discours sur la qualité de la langue néerlandaise) qui sert d’introduction aux « Principes de la statique », De beghinselen der weeghconst beschreven duer Simon Stevin van Brugghe, Leyden […], 1586.

38 « Vérité et politique… », voir infra, p. 204.

39 Voir Wiep van Bunge, « Before philosophy : theory and practice in the emerging dutch Republic, 1580-1620 », European Legacy, International society for the study of European ideas, 1999, vol. 4, n° 5, p. 1-23.

40 Wysentyt, E. J. Dijksterhuis et al., The Principal Works of Simon Stevin, op. cit., vol. 2, p. 619.

41 « L’émergence de l’idée d’individu dans la Vita politica de Simon Stevin », Nouvelles de la république des Lettres, Naples, Prismi, 1990, II, p. 45-60.

42 « ervaren en wetenschap », Materiae politicae, Leyde, 1649, p. 92 ; « De gheleerde ervaren Burgerlicke », VP, p. 23.

43 H. Bots et F. Waquet, La république des Lettres, Paris, Belin De Boeck, 1997, p. 96.

Indice delle illustrazioni

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/1151/img-1.jpg
File image/jpeg, 923k

© ENS Éditions, 2005

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540