Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yaoundé carcérale

 | 
Marie Morelle

Partie 3. Enfermer ou « s’arranger » ?

Chapitre V

Espaces et figures de l’indiscipline en ville

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En s’appuyant sur les archives et sur les ouvrages disponibles sur Yaoundé, il est possible de cerner les liens établis entre pauvreté et criminalité et leur spatialisation en ville, dans une perspective historique. Les documents sur les activités de la police coloniale témoignent de la paupérisation d’un prolétariat et d’un sous-prolétariat urbain en pleine expansion, en particulier dans les années trente (Iliffe, 1987 ; Cooper, 1983). Ces catégories de population posent problème aux autorités : elles échappent à leur projet de rationalisation et de contrôle de l’espace urbain.

Aujourd’hui, l’étude de données collectées révèle combien la population incarcérée à la prison centrale de Yaoundé est majoritairement issue des quartiers populaires. Quelle que soit l’époque, les jeunes sans travail sont ceux que l’on veut contrôler, le cas échéant incarcérer.

La construction historique de l’ordre urbain

Il existe peu d’archives sur les normes, conflits et modes de résolution à l’époque précol...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540