Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yaoundé carcérale

 | 
Marie Morelle

Partie 3. Enfermer ou « s’arranger » ?

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Nous, on n’a pas la bouche, on n’a que les yeux. »
(Un habitant du quartier Madagascar, Yaoundé, mars 2013)

La prison joue un rôle de régulateur des relations sociales au même titre que les institutions policière et judiciaire (pour ne citer que les principales, voir Robert et Faugeron, 1980). Dans cet esprit, des travaux critiques ont eu pour objectif de démontrer, du moins dans des États démocratiques, dotés de services sociaux, comment le système pénal s’est substitué au système social à la faveur des idéologies néolibérales. La prison serait devenue le substitut à un marché du travail déliquescent pour des populations précarisées et au chômage (Wacquant, 2001). La prison serait donc un site à partir duquel lire la manière dont un État gère les populations pauvres, classiquement associées à la menace de désordres et de troubles à l’ordre public. Il m’a semblé nécessaire de discuter ce postulat au Cameroun. Retracer la production historique des figures urbaines de l’indiscipline p...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540