Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Yaoundé carcérale

 | 
Marie Morelle

Partie 3. Enfermer ou « s’arranger » ?

Introduction

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

« Nous, on n’a pas la bouche, on n’a que les yeux. »
(Un habitant du quartier Madagascar, Yaoundé, mars 2013)

La prison joue un rôle de régulateur des relations sociales au même titre que les institutions policière et judiciaire (pour ne citer que les principales, voir Robert et Faugeron, 1980). Dans cet esprit, des travaux critiques ont eu pour objectif de démontrer, du moins dans des États démocratiques, dotés de services sociaux, comment le système pénal s’est substitué au système social à la faveur des idéologies néolibérales. La prison serait devenue le substitut à un marché du travail déliquescent pour des populations précarisées et au chômage (Wacquant, 2001). La prison serait donc un site à partir duquel lire la manière dont un État gère les populations pauvres, classiquement associées à la menace de désordres et de troubles à l’ordre public. Il m’a semblé nécessaire de discuter ce postulat au Cameroun. Retracer la production historique des figures urbaines de l’indiscipline p...

© ENS Éditions, 2019

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540