Version classiqueVersion mobile

Yaoundé carcérale

 | 
Marie Morelle

Partie 2. Gouverner la prison centrale de Yaoundé

Conclusion

Texte intégral

1Au premier regard, la prison centrale de Yaoundé présente les caractéristiques classiques de l’architecture pénitentiaire, avec ses hauts murs, ses barbelés et ses miradors. L’espace carcéral a été conçu au service de la sécurité et de la mise à distance. Théoriquement, la division en quartiers puis en cellules doit faciliter la surveillance des détenus. Elle serait plus largement au service d’un projet disciplinaire. Cependant, qui plus est dans un contexte de surpopulation, le maintien de l’ordre en prison – un impératif de l’administration – emprunte des voies informelles. Celles-ci sont issues de l’interaction constante entre une pluralité d’acteurs, se référant à une diversité de registres, coercitifs ou non. Cet état de fait incite à parler de la prison et des relations de pouvoir qui l’irriguent sous l’angle de la gouvernementalité.

2À cet égard, l’entrée par l’espace s’avère pertinente pour saisir la circulation du pouvoir. En se penchant sur les qualifications et sur les catégorisations des multiples lieux de la prison, sur leur accessibilité en lien avec les mobilités internes, divers processus d’appropriation se lisent. Ils redessinent l’espace carcéral : celui-ci apparaît comme un emboîtement de lieux et de seuils attachés à l’existence de rentes de corruption et de domination, au service d’une double hiérarchie, des gardiens d’une part, des détenus d’autre part. L’accès à un lit, à une cellule, à un quartier, la visite d’un proche, l’entrée de marchandises, légales ou non, sont monnayés. L’espace est donc une ressource dans la pacification de la prison et un vecteur de son gouvernement. Espace et pouvoir sont consubstantiels l’un à l’autre. La constante production des limites intra-muros dévoile des relations entre gardiens, régisseur et détenus faites de don et de contre-don (Chauvenet, Orlic et Benguigui, 1994), où les transgressions d’un règlement – si tant est qu’il existe – font l’objet d’arrangements multiples. Aux règles officielles de la prison se substitue en définitive un ensemble de « normes pratiques » (Olivier de Sardan, 2008).

3Une poignée de détenus deviennent les relais des autorités. Chef cour et autres commandants légitiment et prolongent le pouvoir des autorités pénitentiaires et finalement consacrent le pouvoir institutionnel (Foucault 1994b, no 194). À bien des égards, le fonctionnement carcéral reflète celui de l’État camerounais. La prison se fait l’écho d’une économie généralisée de la « décharge » (Hibou, 1999b) où se reconfigurent les modalités d’expression de la domination d’État sans qu’elle disparaisse.

4Ce pouvoir souverain de l’État s’exprime tout particulièrement au travers des corps des détenus. Il les place hors de la société, supprime leur part d’individualité, laisse un régime de privations se déployer au jour le jour. Ce dispositif fait de punitions mais aussi de tolérance, d’arrangements, de détournements est-il un moyen de laisser mourir le détenu (sans soins, malnutri et coupé de sa famille) ou de seulement le laisser survivre ? La pénalité revêt une dimension éminemment corporelle : la menace du châtiment se substitue aux velléités disciplinaires du projet pénitentiaire.

5En écho à la notion d’institution totale, avancée par Erving Goffman et largement nuancée par divers chercheurs (Rostaing, 2001, par exemple), l’étude des possessions matérielles, de l’appropriation d’espaces, de la mise en scène du corps et du souci de soi montre la part de tactiques, largement individuelles, qui permettent de contourner la contrainte étatique et de saper l’espace carcéral tel qu’il a été conçu. On peut alors se demander si les études carcérales ne sont condamnées qu’à saisir les innombrables « textes cachés », chers à James Scott (2008) et aux Subaltern Studies, ces formes infra-politiques qui précèdent l’action politique. L’infra-politique est-il ce qui reste aux détenus face à un pouvoir qui n’hésitera pas à utiliser la violence pour réprimer tout acte séditieux : les coups, les fers, le transfert vers la prison de Yoko ? Dans la lignée de travaux de certains historiens sur diverses prisons, la prison camerounaise se détache des conclusions de Surveiller et Punir (Perrot, 1980 ; Arnold, 1994).

  • 1 Le détourneur de deniers publics.

6Toutefois, la généalogie foucaldienne de la prison était surtout un moyen de saisir le pouvoir en ses circulations, au-delà du seul espace carcéral (Foucault 1994b, no 272, p. 802-803 ; Boullant, 2003). L’observation des modes de gouvernement de la prison centrale de Yaoundé conduit à discuter de la fonction de catégorisation sociale de l’institution pénitentiaire (Faugeron, 1996) et de la reproduction des rapports de pouvoir. Le Haut et le Bas de Kondengui évoquent des lignes de fractures préexistantes à la prison : au sein de l’espace urbain, elles opposent les quartiers et les villas des élites aux quartiers populaires et aux bas-fonds marécageux de Yaoundé. Face à l’individualisation de la peine des ministres et des directeurs, la prison tend à produire une « masse » indifférenciée de détenus, confinés majoritairement dans les Kosovo. Ces quartiers à la consonance guerrière font écho à l’univers de la « débrouille » où, selon l’expression camerounaise consacrée, « on se bat » chaque jour pour survivre. De même, les rôles restent fortement genrés, les ruses des femmes permettant à ces dernières d’accéder à des ressources variées détenues par les hommes, tenus de réaffirmer en permanence leur masculinité. Des individus sont placés en prison selon leur statut social (le VIP, « l’homme responsable »), leur identité sexuelle (l’homme, la femme, les demoiselles pour les personnes définies comme homosexuelles), des catégories d’âge, des relectures morales suivant une diversité de registres, criminels (le « DDP »1, le « braqueur ») ou religieux. La prise du corps par l’institution et le processus de désidentification n’effacent pas les identités antérieures. Au contraire, celles-ci peuvent appuyer la contrainte et la mise à l’écart. Néanmoins, elles conduisent aussi certains détenus à revendiquer leur appartenance à un monde commun, par-delà les murs, dénier l’identité de « prisonnier » et leur stricte assignation à la prison, se distinguer et s’affirmer comme sujet.

7En conséquence, il s’avère utile de mettre en regard l’étude de la prison avec d’autres sites relevant de la filière pénale, de réinscrire en particulier l’étude des pratiques des agents institutionnels (gardiens, policiers, magistrats) dans leur rencontre avec les « initiatives populaires » (Bayart, Mbembe et Toulabor, 1992) à l’échelle de Yaoundé. Il ne s’agit pas de penser la prison comme un reflet de la ville avec ses espaces publics et domestiques mais de la réinscrire comme le fragment territorialisé d’un dispositif plus large de production d’un ordre politique et social.

Notes

1 Le détourneur de deniers publics.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search