Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yaoundé carcérale

 | 
Marie Morelle

Partie 2. Gouverner la prison centrale de Yaoundé

Chapitre IV

Soi et les autres

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Chaque jour en prison est prétexte à négociations, je l’ai montré. Chacun tente de s’approprier un espace où se mettre en retrait des va-et-vient, des bruits et même de l’odeur des lieux. De nombreux auteurs ont ainsi discuté de la question des « adaptations secondaires » à l’enfermement, à la suite des travaux de Goffman (Baer, 2005 ; Darley, 2008). Les prisonniers multiplient les « arts de faire » (de Certeau, 1998) pour remettre en cause leur seul statut pénal et pour garder un lien, aussi ténu soit-il, avec l’extérieur. Leur corps en particulier, s’il semble l’un des sites privilégiés où s’exprime et se matérialise la discipline carcérale, peut aussi révéler et porter des formes de résistances à l’incarcération. Je l’aborde ici depuis l’expérience carcérale des hommes rencontrés. Les objets que des détenus conservent et mettent en circulation en sont aussi d’autres vecteurs qu’il est pertinent d’étudier.

Violence et dépossession

Le corps marqué révèle les expériences de chaque ind...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540