Version classiqueVersion mobile

Yaoundé carcérale

 | 
Marie Morelle

Partie 2. Gouverner la prison centrale de Yaoundé

Chapitre III

La production de l’espace carcéral

Texte intégral

1L’agencement matériel de la prison a fait l’objet de nombreuses réflexions aux xixe et xxe siècles, en particulier en Occident (Bentham, 1977 ; Foucault, 1975, Fairweather et McConville, 2000 ; Demonchy, 1998). L’architecture carcérale est pensée au service de la surveillance, de la punition et de l’amendement des détenus. Cependant, elle ne saurait résumer à elle seule les processus de contrôle à l’œuvre dans la prison. Aux divisions réglementaires s’ajoutent des partitions informelles, nées des discours et des pratiques des agents institutionnels comme des détenus. Ces « cloisonnements » (Chauvenet, Rostaing et Orlic, 2008, p. 5) et ces distributions au sein de la prison font l’objet de négociations informant sur les rapports de pouvoir qui se jouent en particulier entre l’administration pénitentiaire et les prisonniers. Il importe alors de ne pas s’arrêter à l’étude des catégories d’espaces mais davantage aux circulations et à leurs effets en termes de production de l’espace de détention.

Divisions institutionnelles et appropriations informelles

2La prison centrale de Yaoundé présente des marqueurs récurrents de l’architecture carcérale à des fins de lisibilité et de contrôle de la population détenue. Aux catégorisations émanant de l’administration pénitentiaire s’y articulent d’autres, intimement liés à la structure de la société urbaine camerounaise.

Catégoriser l’espace et les détenus à des fins de contrôle

3Au fil des années, de la croissance et de l’étalement urbains de la capitale camerounaise, le quartier Kondengui glisse d’une situation périphérique à une position relativement centrale dans l’agglomération de Yaoundé. À plus grande échelle, l’administration pénitentiaire possède des terrains plus vastes que le seul espace construit de la prison. Ce foncier faiblement mis en valeur parvient à créer une sorte de glacis tout autour de l’édifice, qui l’isole un peu du reste de la ville. Une fois devant la prison proprement dite, un premier mur d’enceinte, aveugle, avec un chemin de ronde et des miradors, parachève le sentiment de rupture et marque la coupure entre la ville et la prison.

Carte 7. La prison centrale à Yaoundé

Carte 7. La prison centrale à Yaoundé

Photographie 1. La prison centrale de Yaoundé (2011)

Photographie 1. La prison centrale de Yaoundé (2011)

Auteur : Jérôme Tadié

Photographie 2. L’entrée de la prison centrale de Yaoundé (2013)

Photographie 2. L’entrée de la prison centrale de Yaoundé (2013)

Auteur : Thomas Chatelet

  • 1 En principe, en se référant au nombre de lits installés, une cellule, ou local, peut accueillir en (...)

4Passés une première porte, la Cour d’honneur et les bureaux de l’administration, une seconde enceinte délimite la zone de détention proprement dite. Dans celle-ci, différents quartiers, composés de plusieurs bâtiments, abritant eux-mêmes des cellules collectives1 (dites locaux), s’organisent autour de la Grande cour. Le bureau du chef discipline et celui des gardiens (le Bureau Intérieur) placés sous la responsabilité de ce dernier sont dans cette même cour. Ces hommes et ces femmes ont pour responsabilité de maintenir l’ordre. Ils décident d’organiser des fouilles, de manière cyclique, dans les quartiers. Ils placent dans leurs bureaux des détenus à titre punitif, en les frappant éventuellement. Il leur est possible d’envoyer certains d’entre eux vers deux cellules disciplinaires installées dans deux des quartiers de la prison. A contrario, leurs bureaux se transforment aussi en parloirs, parfois même hors des heures des visites (j’y reviendrai).

Carte 8. Architecture et organisation générale de la prison centrale de Yaoundé

Carte 8. Architecture et organisation générale de la prison centrale de Yaoundé
  • 2 Exception faite des condamnés à mort, les détenus condamnés ne sont pas séparés des prévenus. La d (...)

5La problématique de l’ordre et de la sécurité ne se résume pas à la seule présence de l’administration pénitentiaire et des gardiens en particulier. En articulation avec l’architecture sécuritaire (les murs, les miradors, les quartiers), des principes de répartition des détenus organisent l’espace de la prison et fondent des catégories de prisonniers. Ils s’appuient sur trois critères : l’âge, le sexe et la peine2, avec pour conséquence, l’existence d’un quartier Mineurs, d’un quartier Femmes et d’un quartier réservé aux condamnés à mort. Par ailleurs, plusieurs quartiers, dits VIP dans le langage de la prison, ont été dévolus aux anciens membres du gouvernement et aux directeurs généraux de sociétés parapubliques poursuivis par l’État camerounais pour détournement de deniers publics. Ces derniers sont ainsi « protégés » de la surpopulation généralisée et d’éventuelles agressions par d’autres détenus. Ils circulent d’ailleurs rarement dans la prison sans leurs gardes du corps, recrutés parmi les prisonniers et qu’ils rémunèrent pour leurs services. Au moins les VIP ne sont-ils pas reclus en leurs quartiers comme les femmes ou les mineurs qui ne se rendent en principe dans la cour que lors d’activités sportives et d’événements festifs. Des quartiers leur sont également accessibles pour la célébration de certains cultes. Ces logiques de partition sont récurrentes d’une prison à une autre et bien au-delà du seul contexte pénitentiaire camerounais (Artières et Lascoumes, 2004). Elles ont pour but de maîtriser les effectifs des détenus, de les classer pour mieux les contrôler. Elles ne sont pas dénuées de la volonté de protéger des groupes d’individus pensés comme plus vulnérables et d’offrir des services a minima, garantissant théoriquement des conditions d’incarcération dignes au regard des standards internationaux.

6Toutefois, l’appréhension de l’espace carcéral ne saurait se limiter à ces seules catégorisations émanant des acteurs institutionnels. Il est nécessaire de se pencher plus particulièrement sur le statut et sur le rôle de quatre autres quartiers : le 1, le 3 et surtout les 8 et 9, les Kosovo, qui abritent la grande majorité des détenus de Kondengui. Leur existence met à jour les relations qui se jouent entre prisonniers et entre détenus et gardiens.

Le Haut et le Bas de la prison

Carte 9. Divisions institutionnelles et informelles de l’espace carcéral

Carte 9. Divisions institutionnelles et informelles de l’espace carcéral
  • 3 Appelée ainsi car il s’agit de l’ancienne buanderie de la prison, transformée en quartier de déten (...)

7Les Kosovo ont une image répulsive au sein de Kondengui. Avec les détenus de la Buanderie3, déficients mentaux, et aux côtés des condamnés à mort, les prisonniers de ces quartiers se définissent eux-mêmes comme le Bas de la prison. En revanche, les quartiers 7, 13bis, 15bis dits VIP et les quartiers 1 et 3 incarnent le Haut de Kondengui. Dans ces derniers, les détenus se considèrent comme des « personnes responsables » et cherchent à se distinguer des « bandits » des Kosovo. Ils estiment avoir exercé des professions honorables (commerçants, employés, militaires, fonctionnaires) quant à leurs yeux, les prisonniers du Bas vivraient de petites activités informelles et illégales (pousseurs au marché, laveurs de voitures, etc.), en lien avec leur absence de formation et leur illettrisme potentiel. Ils se disent jugés pour des faits « plus nobles » (détournements, escroquerie) tandis qu’ils accusent les détenus du Bas d’être des « braqueurs » dénués de morale. Sans se prétendre membres d’une élite (position réservée aux seuls VIP), ils revendiquent une appartenance à la classe moyenne, définie largement en creux par les traits qu’ils assignent aux ressortissants des catégories les plus populaires.

8Lors d’un entretien, l’un d’eux (incarcéré depuis cinq ans, condamné à six ans pour complicité de recel aggravé, quartier 1) avait le souci de se distinguer : il disait ne pas être un « bandit de grand chemin », ni « un voleur » : « Je ne suis pas un délinquant primaire. Je suis un homme ordonné. Je ne suis pas un habitué des prisons » (juillet 2010).

  • 4 Il faudrait parler de sommier plutôt que de lit. À charge pour le détenu de trouver de quoi recons (...)
  • 5 Entre 0,5 et 1,5 m3 par détenu (Noeske, Ndi et Mbondi Mfondih, 2010).

9Ce type de représentations semble avoir été nettement intégré de part et d’autre. Je n’ai pu vérifier complètement de telles assertions, les dossiers du greffe ne mentionnant pas le quartier d’affectation des prisonniers. Néanmoins, la manière d’accéder à un quartier de la prison éclaire les rapports sociaux entre détenus et les logiques de placement. Elle informe aussi sur les rapports de domination entre détenus et agents institutionnels. A priori, après quelques jours passés dans une cellule de passage, les détenus sont affectés par l’administration pénitentiaire à un local, dans un quartier donné. Cependant, il est possible, selon les détenus, d’infléchir la décision officielle en s’adressant au chef discipline ou directement au régisseur : une place dans la prison se monnaye. Les plus fortunés, mais uniquement parmi les personnes jugées « responsables » par les agents de l’administration, paieront 25 000 francs CFA au minimum pour échapper aux Kosovo, avoir un local et un lit4 dans un quartier moins peuplé. De fait, les Kosovo accueillent les plus pauvres des prisonniers. L’arrivée dans ces quartiers 8 et 9 n’est que le début d’une initiation brutale à la prison. Face à la surpopulation5, nombreux sont les détenus à ne pouvoir posséder un lit. Ils sont nommés les dorment-à-terre. Bien qu’affecté à une cellule, le nouvel arrivant, sans argent ni connaissance, dormira à même le sol, d’abord au seuil de la porte avant d’espérer, au fil des départs, entrer dans la cellule et un jour accéder à l’un des cinq ou six lits superposés, de trois étages chacun. Moyennant 10 000 francs CFA environ versés aux détenus responsables du quartier (voir infra), un détenu pourra accéder à un lit, dès lors que l’un d’eux se libérera. Même un homme familier du fonctionnement de la prison, qui retrouve des complices et des relations et a parfois les moyens de payer pour un sommier, devra attendre :

Pour dormir, c’est pas facile : nous sommes serrés comme des sardines. Si tu te retournes, tu peux avoir des problèmes avec celui qui dort à côté de toi. Si tu le bouscules un peu, ça devient un problème. Parfois une bagarre. Si tu veux te retourner, tu te lèves d’abord, tu te mets debout et tu te couches encore, de l’autre côté. Tu ne peux pas te tourner étant serré. (Un des dorment-à-terre, quartier 9 dit Kosovo, juillet 2010, prévenu depuis moins d’un an)

10Pourtant, certains choisiront d’être affectés aux Kosovo (du moins ne tenteront-ils pas d’infléchir le choix des autorités), afin d’échapper plus facilement à la surveillance des gardiens (pour fumer du cannabis, pour téléphoner) et de retrouver parfois des acolytes avec lesquels tenter d’améliorer leur temps de détention, en se livrant à des vols, des escroqueries, des trafics, ou en accédant à divers privilèges et fonctions. À l’inverse, les détenus des quartiers 1 et 3 vont subir davantage de fouilles. Les gardiens prennent le moindre prétexte (cigarette, téléphone portable, etc.) pour menacer le fautif d’un renvoi dans l’un des Kosovo. Seule la corruption permettra d’éviter la sanction.

  • 6 Je n’ai pu en obtenir le chiffre. À l’échelle nationale, le ministère de la Justice estimait le ra (...)
  • 7 Il n’est pas certain qu’il cherche à s’y rendre, sa réputation, ses relations lui garantissant des (...)
  • 8 Je remercie J. Rivelois pour m’avoir suggéré l’emploi de l’expression « rente de corruption ».
  • 9 En guise de mise en perspective, on peut mentionner qu’en France, les échanges monétaires sont en (...)

11Dans une prison surpeuplée et dégradée, l’architecture et la simple présence de gardiens, en effectif bien moindre que celui des détenus6, ne garantissent pas à elles seules la surveillance des prisonniers. Le recours à la corruption constitue un moyen d’établir des hiérarchies, de distinguer et de classer, de discipliner aussi les détenus, au service du maintien de l’ordre. Les fonctionnaires de l’administration pénitentiaire maîtrisent l’application des règles, formelles ou non. Ils n’outrepasseront pas toujours certaines barrières sociales et pénales : un prisonnier condamné pour des crimes tels des braquages, réputé issu des quartiers populaires, quand bien même aurait-il de l’argent, ne sera a priori pas affecté dans le quartier 1 ou 37. Quoi qu’il en soit, les agents de l’institution sont dotés d’un pouvoir personnel. Ce monopole du droit et du passe-droit (Bourdieu, 1990), des gardiens et surtout du chef discipline (voire du régisseur, en particulier pour les détenus les plus aisés) fait de l’espace carcéral une ressource non négligeable. On assiste à l’émergence d’une rente de corruption8 dans un contexte de constants échanges monétaires9. À cet égard, l’étude des circulations carcérales s’avère encore plus éclairante.

Les circulations carcérales

  • 10 Sans oublier des sorties négociées auprès du régisseur par le biais de la corruption.

12Des mobilités contraintes scandent le quotidien de la prison : regagner son quartier et son local le soir, être envoyé en cellule disciplinaire ou être convoqué au tribunal. À l’approche de la fin de la peine, suivant les motifs d’incarcération, certains détenus peuvent aussi accéder à des corvées : travail dans les cuisines à l’extérieur de la prison, ou corvées libres dans la ville de Yaoundé (travaux domestiques dans certaines demeures, palefreniers pour la Garde présidentielle, etc.)10. D’autres mobilités existent, elles naissent d’arrangements et de négociations entre gardiens et détenus d’une part, entre détenus d’autre part et sont indissociables de la vie en prison.

13Elles montrent aussi combien la prison se structure suivant une combinaison de seuils que l’on peut, ou non, franchir. L’entrée par l’espace met en lumière les modalités du gouvernement de la prison : à ce titre, espace et pouvoir apparaissent consubstantiels.

14Ces mobilités révèlent enfin la double hiérarchie existant dans le travail de surveillance : les gardiens en ont certes la charge mais ils délèguent certaines tâches à quelques détenus, sous leur contrôle et ceux de leurs supérieurs.

La circulation comme ressource

Carte 10. Les circulations carcérales

Carte 10. Les circulations carcérales
  • 11 Une étude plus spécifique sur le travail des détenus dans la prison reste à mener.

15Les quartiers sont connectés les uns aux autres, dans une moindre mesure les quartiers Femmes, Mineurs et VIP. La circulation entre les uns et les autres garantit cette mise en réseau, quotidiennement ou selon un rythme hebdomadaire. Ces déplacements permettent l’exercice d’une activité et l’accès à une ressource. À titre d’exemple, être affecté aux cuisines permet de sortir de l’enceinte même de la prison et de manger en plus grande quantité. On peut aussi mentionner le travail en ateliers11. Dans la Grande cour, les taxis, nommés par un détenu responsable du maintien de l’ordre (le chef cour, voir infra) se proposent pour aller chercher un détenu dans un quartier, à la demande d’un autre prisonnier, d’un gardien ou lors des jours de visites (qui se déroulent dans cette même cour, sous un hangar pour ceux qui peuvent y louer un emplacement). À eux de savoir se retrouver parmi la dizaine de quartiers et les milliers d’individus incarcérés. Une compétition peut s’instaurer et le vainqueur récoltera 50, 100 ou 200 francs CFA au maximum, suivant la bonne volonté de son mandataire. Dans le même esprit, les femmes font appel à des commissionnaires, chargés de transmettre des plats cuisinés, des objets (interdits ou non), ou encore des messages à des hommes d’autres quartiers (et vice versa), de faire des achats, en particulier dans les cours des Kosovo où tout se vend (légumes, fruits, quincaillerie, tissus, magazines, cartes de téléphone, cannabis, etc.).

  • 12 L’odeur du cannabis est tout aussi entêtante dans les recoins des Kosovo.

16D’autres circulations se déroulent entre quartiers, en particulier en direction des quartiers 1 et 3 et celui des condamnés à mort. Il s’agit de fuir l’ennui, de rencontrer d’autres détenus pour affaires ou pour jouer, prier (selon les quartiers et les heures, on peut par exemple rejoindre les musulmans de Kondengui). Le quartier des condamnés à mort est réputé comme le haut-lieu de revente et de consommation de cannabis : les détenus se cachent derrière les rideaux qu’ils ont installés au seuil de leur cellule pour fumer, ce qui, du reste, ne masque nullement l’odeur12. L’un des locaux a ainsi pour nom la boutique ou encore le supermarché. Pour beaucoup, accéder à ces quartiers (1, 3, condamnés à mort) est surtout synonyme de petite activité, comme celle de majordome pour faire la lessive et la cuisine de son employeur (un autre détenu plus fortuné). Les rémunérations sont variables et souvent en nature : don de vêtements, de nourriture. Surtout, pour les détenus des Kosovo, l’accès à des toilettes et à des douches moins sales et surpeuplées (plus sécurisées aussi) représente une indéniable ressource. L’hygiène est en effet une préoccupation primordiale des détenus :

Pour se laver, c’est pas facile. Il y a beaucoup de monde. Il y a l’embouteillage. Même pour faire les besoins, tu dois attendre. Il y a la bousculade. Il y a le vol. Vous partez, vous vous déshabillez. Bien après, vous vous rendez compte qu’on a volé votre pantalon. Il y a ceux qui sortent de là-bas nus. On a volé leurs vêtements. […] On vole tout là-bas. Le savon. Jusqu’aux brosses à dents. J’ai eu ce problème maintes fois. On a volé mes chaussures, mes habits. Surtout quand vous êtes nouveau, vous ne connaissez pas. Je suis obligé de supporter […]. Maintenant, je me lave dans le quartier des condamnés à mort : c’est calme. (Un dorment-à-terre, quartier 9 dit Kosovo, juillet 2010, prévenu depuis moins d’un an)

  • 13 Une association de détenus, autorisée par l’administration pénitentiaire (voir infra) est en charg (...)

17Au sein de ces circulations, la Grande cour s’impose. On doit nécessairement la traverser pour se rendre d’un quartier à un autre. Elle constitue un point de rassemblement pour l’appel au tribunal ou lors des fouilles des quartiers, mais aussi pour recevoir des visites. C’est un espace à part entière où, selon ses possibilités, stationner, se promener, pratiquer du sport (volley pour les femmes à des heures précises, football ou tennis pour les hommes)13. Fréquenter cette cour permet d’échanger des informations, de ne pas manquer une opportunité de rompre la monotonie de l’enfermement et éventuellement de gagner de l’argent. La cour est un espace incontournable de la prison. Toutefois, nombre de prisonniers ne peuvent prétendre quitter leur quartier. Car à nouveau tout est affaire de négociation, de réseaux et d’argent.

Le gouvernement de la prison

  • 14 L’ordre est soumis à une évaluation arbitraire à la charge des commandants : il peut s’agir de met (...)

18Face au nombre de personnes incarcérées, la volonté de classer et de compter les détenus devient un vœu pieux. Les gardiens sont amenés à s’adjoindre l’aide de détenus choisis, en charge de veiller au comptage des effectifs matin et soir, d’attribuer les cellules et les places et, plus généralement, d’assurer le calme et un semblant d’hygiène. Chaque quartier est ainsi placé, à la discrétion du régisseur et du chef discipline, sous la surveillance de détenus : un commandant, aidé d’un coordonnateur et d’un maire qui assure le ménage du quartier. Les commandants s’appuient sur des escadrons (de détenus), responsables du maintien de l’ordre14.

Figure 1. Organigramme

Figure 1. Organigramme

19À l’échelle de la cellule, on retrouve aussi un commandant, un coordonnateur et un maire, tous nommés par les commandants de quartier. Les nouveaux arrivants sont de corvée de ménage dans le quartier jusqu’au paiement d’une « taxe » de 2 500 francs CFA. De même, ils doivent donner 250 francs CFA aux escadrons qui tiennent le poste de police du quartier, dont la légitimité à maintenir l’ordre est discrètement critiquée :

Quand l’un va se plaindre au poste de police [tenu par des « escadrons », détenus du quartier], on ne fait rien. Le poste de police est en complicité avec les voleurs. Quand un voleur vole, il part vendre au quartier 8. Il vient, il tchoko [verse un bakchich]. Il donne l’argent au poste de police et il reste avec sa part. (Un dorment-à-terre, quartier 9 dit Kosovo, juillet 2010, prévenu depuis moins d’un an)

  • 15 Le mandataire, en opposition avec le dorment-à-terre, est celui qui dispose d’un lit, appelé manda (...)

20Celui qui ne payera pas ses droits chaque semaine (100 francs CFA pour un mandataire15, 50 sinon en moyenne), dans sa cellule, devra faire le ménage du local et risquera de perdre son lit (ou sa place sur le sol du local). Les détenus qui accèdent à des postes à responsabilité bénéficient donc d’une certaine bienveillance de la part des autorités (pour des visites, l’entrée d’objets, des sorties nocturnes dans la Grande cour) mais aussi d’une ressource financière. C’est auprès d’eux que se monnayent un lit, une faveur, au profit d’une minorité. Même celui qui a une télévision va toucher chaque semaine des droits auprès de ses codétenus. Le mécanisme est le même au quartier féminin avec un commandant pour le quartier et au sein des locaux, une mère-local (l’équivalent du chef local) et une maire. Si des cotisations sont obligatoires, si le bizutage des dernières arrivées est avéré, les femmes s’organisent aussi en groupes pour nettoyer les cellules et le quartier au fil de la journée et dans la semaine. La ration alimentaire est distribuée non cuite, chaque mois, ce qui permet de la préparer soi-même et à son rythme. Dans les discours, les femmes revendiquent une plus grande solidarité entre elles (sans cacher la violence physique et la nécessité de s’imposer).

  • 16 Les condamnés à mort peuvent aller partout, de même que les différents chefs (à l’exception du qua (...)

21Le chef cour constitue une autre figure de ce dispositif. Fort de ses escadrons, il veille à l’ordre de la cour. Il s’enquiert des effectifs de prisonniers dans chaque quartier. Il nomme les taxis. Enfin, il choisit les portiers des quartiers. Ces derniers contrôlent les allées et venues de la cour vers les quartiers (et vice versa), moyennant finances. Celui qui ne paye pas (50 francs CFA au moins les premiers passages) et ne connaît personne ne sort pas16. Deux portiers sont, eux, en charge de la surveillance d’une des deux portes conduisant à la première cour de la prison : la Cour d’honneur. L’autre porte est surveillée par des gardiens. Cet espace entre deux portes forme un sas dit la Porcherie, déjà sous le contrôle des prisonniers. Les portiers (détenus) doivent notamment veiller à ce qu’aucune évasion ne se produise les jours de visite. Enfin, des indics circulent parmi les détenus : en remerciements de leurs informations, ils bénéficient d’un statut dans la prison (appeler les prévenus devant partir au tribunal par exemple) et de petits avantages (pouvoir rester dans la Cour d’honneur, obtenir une place en corvée, sortir en ville). Chaque régisseur a ses hommes de confiance parmi les gardiens et les détenus. Il a aussi ses propres rentes, certains arrangements se concluant directement entre des prisonniers, notamment des VIP et lui-même. Chaque changement de régisseur semble entraîner, a minima, des modifications dans l’organigramme informel de la prison, de même que dans les affectations des gardiens à tel ou tel poste :

À ma dernière incarcération, j’étais « la fille d’une maman ». Elle est en prison avec six femmes pour corruption. Ces femmes-là aidaient « les enfants » en prison. C’est bien. Bon, moi j’avais ma mère. Vous préparez, elle, elle n’a pas le temps. J’étais serviable. Elle était tellement contente. J’étais la seule. Et quand elle rentre le soir – puisqu’elle sortait, elle partait faire ses business chaque matin – elle ne rentre le soir qu’à dix-huit heures. Elle construit une maison, des maisons, des écoles mêmes. Elle a même des supermarchés. Le matin, elle quitte la prison. Elle s’arrange avec le régisseur. Elle lui verse un salaire, chaque mois. […] Toute leur bande, là, sortait. Tu donnes 15 000 pour sortir chaque mois, au régisseur. Pourvu qu’on connaît là où tu habites. Ils voient, bon, ça leur plaît. Ils te font confiance. Si tu fuis tant pis. (Une ex-détenue, Yaoundé, avril 2010)

Encadré 3. De la rue à la prison : un enfant de la rue devenu indic

Il ne m’a jamais donné son nom, toujours méfiant à mon égard. J’ai rencontré ce prisonnier dès 2010. Il était en charge de faire l’appel des détenus en partance pour le tribunal, le matin, dans la Grande cour de la prison. Je l’avais aussi remarqué par son allure. Il portait toujours un manteau, possession rare en prison. Sa mise et son poste traduisaient un certain statut dans la prison, contrastant fortement avec son physique. Son visage usé retenait l’attention. En 2011, je l’ai retrouvé. Je le croisais davantage dans la Cour d’honneur, voire devant la porte de la prison, à l’extérieur du bâtiment. Toujours soigneux, fréquemment habillé d’un pantalon de cuir ou de vêtements blancs impeccables, il m’expliquait qu’il partait se promener en ville pour ne rentrer que le soir. Avec le temps, j’ai fini par obtenir des bribes de son histoire. Ancien enfant de la rue, âgé d’une trentaine d’années, il disait être seul, sans la moindre attache et d’une certaine manière sans état d’âme. Il avait su se faire remarquer des autorités de la prison et obtenir des rôles lui conférant des avantages et un statut vis-à-vis des autres détenus. En 2013, je ne l’ai plus trouvé. Des détenus s’empressèrent de m’expliquer que « cet indic » avait perdu sa place avec le changement de régisseur et qu’exposé aux menaces de certains, il avait obtenu un transfert dans la prison principale de Yaoundé. Nul doute que la délinquance a son utilité, au bénéfice de ceux qui la décrètent et qui parviennent à mettre à leur service certains individus, leur donnant l’illusion d’un pouvoir là où se joue pourtant leur assujettissement.

22On peut donc conclure à l’existence d’une surveillance pyramidale à l’origine d’une double hiérarchie : entre les gardiens et les détenus d’une part, entre les détenus d’autre part, articulée à l’organigramme de l’administration pénitentiaire, à l’influence du régisseur et des hommes et femmes gardiens et directeurs adjoints dont il décide de s’entourer.

23Les gardiens ont la charge de maintenir l’ordre mais délèguent certaines tâches dans quelques espaces à une poignée de détenus, ceux qui sont condamnés, qui ont passé plusieurs années déjà en prison et que l’on estime – je cite un gardien – « de bonne moralité ». La zone de détention proprement dite est placée sous le regard des gardiens postés dans les miradors et sur le chemin de ronde. Son entrée est aussi gardée par des personnels de l’administration pénitentiaire. Toutes les portes suivantes sont sous la responsabilité de détenus qui participent à la gestion des circulations des individus et dès lors produisent une partition de l’espace carcéral, le compartimentent, en dessinent les seuils, en régulent l’accès par l’argent et par la force. Si les gardiens organisent des fouilles dans les quartiers, le maintien de l’ordre au quotidien (contrôle des présences par l’appel, prévention des bagarres) est avant tout dévolu au gouvernement (dans le jargon de la prison), c’est-à-dire au chef cour, aux commandants et à leurs coordonnateurs et enfin à leurs escadrons, en particulier dans les quartiers et dans les cellules. En cas de troubles plus graves, les gardiens reviendront sur le devant de la scène avec le pouvoir de punir par le placement en cellule disciplinaire, la pose de fers aux pieds, la suspension de jours de visite et parfois par les coups et par les vexations :

Avec les détenus, la familiarité n’est pas bonne. Les détenus sont des hommes comme nous, mais ils sont juste privés de liberté. Et ils seront réinjectés dans la société. Et nous serons ensemble en liberté. Mais il faut faire la part des choses. Le détenu va te dire « Fais-moi entrer les paquets de cigarettes, fais-moi entrer les colis de chanvre ». Ce n’est pas bien. Il faut être rigoureux. Trop de familiarité avec le détenu ce n’est pas bien. Tu n’auras même plus le courage de l’enchaîner pour aller au parquet. Il va te balader. Personne n’aime la prison. Le détenu a intérêt et nous aussi nous avons intérêt à être en bons termes. Tout en gardant un œil ouvert parce que le détenu, c’est un ennemi. Il peut frapper. Il y a des évasions. Le détenu veut vous endormir. (Un gardien, Yaoundé, 2010)

Des gardiens « à l’épreuve » de la prison

  • 17 Selon un gardien (mars 2014, Yaoundé), la prison a huit postes de garde auxquels s’ajoutent les po (...)

24Les gardiens doivent trouver l’équilibre entre coercition et entente. Ils développent leurs propres représentations de leurs missions dans la prison de pair avec un processus de qualification morale des détenus. À l’occasion d’un échange (juin 2015), l’un d’eux m’a expliqué apprécier de rester affecté à la prison centrale de Yaoundé en dépit de l’absence d’avancement. Son ancienneté dans l’établissement lui permet de « connaître les ruses » pour éviter d’être assigné à ce qu’il « n’aime pas faire ». Il apprécie la garde17 mais ne souhaite guère escorter les détenus pour leurs audiences au parquet : il craint les évasions mais dénonce également les rentrées tardives à la prison vers vingt-deux ou vingt-trois heures. Il n’aime pas non plus « le BI », le Bureau intérieur où s’installent les gardiens en charge de la surveillance de l’espace de détention. Pour lui, à ce poste-là, « il faut être fort, on est amené à fouetter. Je n’aime pas ça, j’aime être là où je suis à l’aise ». Être de garde à la porte n’en demeure pas moins compliqué, notamment avec les visiteurs mais il explique pouvoir renvoyer la responsabilité sur son chef de poste. Sa stratégie est de « se placer auprès du régisseur », de « supporter les changements » de direction, de « se faire connaître » afin de choisir son poste. Ses paroles témoignent du classement des missions suivant des registres moraux. Le recours à la force en particulier met à « l’épreuve » les gardiens (en écho aux travaux sur la police, Gauthier, 2012). Chaque individu doit se situer à l’aune de normes professionnelles, en théorie encadrées par un règlement et soumises au regard des rapports d’ONG, mais également suivant ses propres valeurs morales, en contradiction éventuelle avec une obligation de résultat (l’ordre) et les attentes de la hiérarchie. Être gardien ne relève pas d’une culture homogène, la profession est un « univers de débat » (Monjardet, 1996).

25Être « à la porte » d’entrée principale de la prison peut permettre d’échapper plus facilement au recours à la violence physique mais pose donc problème, malgré tout, car bien des visiteurs tentent de négocier leur entrée hors des heures de visites, l’acheminement de différents produits de même que les gardiens eux-mêmes peuvent être enclins à inventer des taxes sur ces flux. Un autre gardien évoque « les injures », les « engueulades » (mars 2014, Yaoundé) parlant de l’obligation de filtrer les visites, de demander la carte nationale d’identité, de retenir les téléphones portables à l’entrée. Pour lui,

les jours de visites, là aussi, c’est tout un problème, surtout le dimanche. La prison est vraiment pleine. On est obligé de déployer des éléments partout sur le chemin de ronde, dans le hangar. Certains couchent avec leurs femmes. Des détenus jaloux battent leurs femmes. Des femmes apportent des choses interdites (des téléphones, des drogues, parfois des armes) cachées dans des endroits où on ne peut pas fouiller.

[Les détenus] sont très exigeants. Ils tentent de vous corrompre. Si on est faible, on cède. Mais vu les salaires, les conditions de vie, il faut être très fort. Il faut être bien dans son amour-propre. Le camarade ne vous dira jamais qu’il a cédé. […] Le détenu vous déteste. Il peut aller parler à des chefs, il monte des petits coups bas.

26Ce gardien pose en ces termes la double question du rapport aux détenus et de la place de la corruption dans le fonctionnement de la prison.

27Pour ce gardien, maintenir l’ordre relève d’une « guerre » et le détenu devient l’ennemi qu’il classe selon le degré de dangerosité estimé : « extrêmement, moyennement ou pas dangereux ». Il met en place un jeu de distinctions fondées sur des hiérarchies sociales : « les fonctionnaires ne doivent pas partager une cellule avec quelqu’un qui ne rêve que de voler et tuer. Ce fonctionnaire a besoin de calme pour s’amender ». Des hiérarchies sociales extérieures à la prison sont donc réifiées à l’intérieur. Par glissement, elles aboutissent à une désignation morale des « bons » et des « mauvais » détenus.

28Dans ce processus de qualification et plus spécifiquement de construction de la dangerosité des détenus, les gardiens ne cessent de souligner le risque d’évasion (qui n’est pas inexistant) afin de légitimer leur profession, souvent stigmatisée (phénomène largement répandu à travers le monde). « La PCY (la prison centrale de Yaoundé) est un volcan qui dort : armes, gilet, casque, communication, rien. J’utilise mon téléphone et mon crédit, il faudrait des émetteurs. Les fouilles sont archaïques, sans scanner ». Le gardien cite en exemple l’introduction d’une arme dans un poisson congelé et une balle reçue à l’occasion d’une tentation d’évasion en 2012 (entretien, mars 2014).

29En miroir, les détenus ont eux-mêmes leurs critères de classement des gardiens selon le degré de corruption ou de recours à la force :

Les gardiens vendent les téléphones. Dehors on vend à 10 000. Toi, tu lui donnes 20 000. Il va courir. Il va acheter le téléphone, il va acheter la puce. Il calcule, il calcule. Il entre. Il lance ça. On se voit, on cause, on se chamaille même. Mais ils sont toujours là avec nous. Ils nous font les business. Les sachets de whisky (les Kitoko), ça entre. La cigarette. Le vin. […] Au gardien, tu lui donnes 1 000 francs, tu lui dis « apporte-moi 5 Kitoko ». Il est content, non ? Il va courir. Ce n’est pas n’importe quel gardien. Il y a le gardien à qui tu dis ça, il va chercher les problèmes. Il y a les autres, on appelle ça le fax. Tu entends que « j’ai eu le fax. Tu vois le gardien là. Il fait le trafic. Donne aussi l’argent ». (Une ex-détenue de la prison, Yaoundé, avril 2010)

Encadré 4. Le métier de gardien

Au Cameroun, face à un taux de chômage élevé, la panacée reste de « décrocher » un poste dans la fonction publique, par voie de concours, afin de s’assurer un revenu régulier et un certain statut social. Le métier de gardien répond à cet impératif, à l’exclusion de toute vocation. Selon leurs propres dires, les gardiens auraient préféré être gendarme ou policier. « On monte plus vite en grade » (un gardien, mars 2014) dans ces institutions.

En effet, ils dénoncent de manière récurrente l’absence de plan de carrière, en particulier d’avancement. Un gardien a dix ans de service : il gagne 117 000 francs CFA par mois, contre 40 500 quand il était élève gardien (ibid.). Tous se plaignent de leur salaire. Ils pointent du doigt leurs conditions de travail qu’ils jugent mauvaises : matériel vieillissant, horaires difficiles et fatigants :

« À un moment donné, il y avait un seul camion à la prison. Et c’était un vieux camion. Les gardiens l’avaient baptisé Abraham pour dire que c’est un ancêtre. C’est un camion qui a failli tuer les gardiens, avec les détenus. Parce que, quand le camion grimpait la colline, parfois il s’arrêtait et faisait marche arrière. Et c’est le même camion pour aller au parquet, à la corvée de bois. C’est le même camion qui va enterrer les corps à Soa. Le parquet est fini à vingt-trois heures et on attend le camion. On a eu des évasions parce qu’il n’y a pas de matériel. On a écrit [au ministère de la Justice], fatigués. » (Un gardien, Yaoundé, 2010)

Dès lors, la profession a connu de multiples grèves. « Le grade, c’est le caillou dans la chaussure. Ça n’évolue pas. Pas de formation professionnelle. Pas de changement de grade. Ça n’avance pas. On reste là » (le même gardien, Yaoundé, 2010). En 2007, un mouvement part de Kondengui et gagne plusieurs autres établissements : refus d’escorter les détenus au parquet, refus de prendre les tours de garde. Les gardiens réclament notamment que la nouvelle promotion, diplômée depuis plus d’un an, connaisse enfin ses lieux d’affectation. À Yaoundé, la révolte des gardiens débouche sur un début de soulèvement des détenus et un incendie. La gendarmerie met fin à ce que la presse qualifiera de mutinerie. Selon la presse, soixante et onze gardiens seront détenus, de manière arbitraire, plusieurs jours, avant que certains d’entre eux ne soient déférés au parquet et inculpés des chefs d’accusation suivants : grève, mutinerie, violations de consignes, rébellion et insubordination :

« Des gardiens ont été révoqués. Des abaissements d’échelons. Des affectations disciplinaires. Il y a plusieurs façons de tuer le coq. Le gouvernement a plusieurs méthodes. Il a envoyé la gendarmerie. Les gardiens sont passés au conseil de discipline. C’est comme ça. Moi j’étais là. À la prison. C’est des choses qu’on ne souhaite plus revivre. Tu vois les gars avec lesquels tu travaillais. Et avec le taux de chômage, on t’envoie au quartier. C’est le côté noir, triste. » (Ibid.)

En 2010, un texte portant sur le reclassement et l’amélioration des rémunérations des fonctionnaires de l’administration pénitentiaire est voté. Cependant, fin 2012, il n’est toujours pas totalement effectif, conduisant les gardiens à écrire une lettre de protestation tenant préavis de grève adressée au ministre de la Justice, copie au Président de la République.
La frontière est donc ténue entre détenus et gardiens. Certains se rejoignent dans les mêmes trafics. Tous se « débrouillent » pour garantir un revenu mensuel. Lorsqu’ils affrontent le pouvoir, le traitement est en bien des points semblables, à commencer par le placement en détention arbitraire. À en croire l’intitulé de dossiers aperçus sur les étagères d’un bureau du ministère de la Justice, bien des gardiens sont placés sous surveillance, réputés instigateurs de divers mouvements de grève. Cette suspicion à l’égard des agents en charge du maintien de l’ordre, en prison ou dans l’espace public n’est d’ailleurs pas nouvelle (Fourchard, 1999, p. 272 et suivantes). L’inquiétude à recruter de « bons » agents était déjà présente sous l’administration coloniale (Branch, 2005).

30On comprend dès lors combien la prison se construit suivant divers gradients : de densité, de contrôle mais suivant aussi des valeurs morales reliées à des statuts sociaux. Comme le note Alison Liebling, la morale travaille la prison (2011, p. 534). Détenus comme gardiens évaluent respectivement leurs chances de survivre pour les uns, de travailler sans heurts pour les autres, selon divers registres normatifs.

31Dans ce cadre, l’espace est découpé en de multiples quartiers et cette division est elle-même au fondement de ressources (argent, privilège, honneur, statut) dont le caractère monopolistique permet l’émergence de véritables rentes de domination, territorialisées. Contrôler un espace et son accès revient à exercer un pouvoir (Rivelois, 2008). Celui qui tient un seuil devient maître des circulations, élément essentiel de la vie d’un détenu car chaque porte ouvre sur une opportunité. L’espace carcéral existe dans sa relation aux acteurs de la prison. Il a une valeur opératoire pour saisir des faits et des processus sociaux (Raffestin, 1980). Des groupes et des individus lui donnent des attributs pour le faire exister et en tirer un statut (Raffestin, 1980).

Carte 11. Accès à l’espace et rentes de domination

Carte 11. Accès à l’espace et rentes de domination

32Cette question de la rente fournit un angle d’analyse des rapports de pouvoir et de domination au sein de l’espace carcéral. Il est indéniable que le chef cour et les commandants de quartiers sont désignés par les autorités (le chef discipline avec l’aval du régisseur). L’administration pénitentiaire, on l’a vu, s’assure de la coopération d’un certain nombre de détenus pour la surveillance de la prison. Le pouvoir est déconcentré depuis les bureaux des autorités pénitentiaires jusque dans les locaux, avec une participation plus ou moins active de quelques détenus à ce dispositif. Selon les échelles d’administration (cour, quartier, local), les prisonniers ont une marge de manœuvre relative dans le gouvernement de l’espace carcéral. Les choix des chef cour et commandants de quartier sont en général validés par le chef discipline, le responsable des gardiens. Toutefois, s’ils sont soumis à une obligation de résultat (pacification de l’espace), les détenus sont relativement libres sur les moyens d’y parvenir.

33Il est donc vain de vouloir appréhender la gestion de la prison à travers la lecture d’un règlement intérieur (dont l’existence reste à prouver pour la prison centrale de Yaoundé) et l’étude de son application. Pour citer Antoinette Chauvenet, « l’autorité du surveillant, n’est une donnée préalable que sur un plan légal, abstrait et symbolique » (Chauvenet, Orlic et Benguigui, 1994, p. 83). Ensemble, autorités pénitentiaires (en minorité numérique) et prisonniers (en majorité) « ont […] un intérêt commun dans le maintien d’une “coexistence pacifique”, ou d’une “paix armée” » (ibid.). Le contrôle de l’espace, son appropriation pour ne pas dire sa division en territoires carcéraux débouche sur des formes de clientélismes et de corruption, au profit des deux parties. Les trafics des détenus, de même, ne peuvent se faire sans l’aval, voire la participation active des gardiens et ces commerces illégaux sont aussi au fondement d’un certain maintien de l’ordre à Kondengui. Les uns et les autres trouvent leur intérêt dans la pacification des rapports sociaux en prison, non sans dilemmes moraux. Ces processus informels ont cours dans de nombreuses autres prisons à travers le monde (Godoi, 2009 ; Garces, 2010 ; Bandyopadhyay, 2010 ; Ibsen, 2012 ; Martin, 2013 ; Le Marcis, 2014 ; Martin, Jefferson et Bandyopadhyay, 2014 ; Biondi, 2016 ; Macauley, 2017) et à travers les époques (Aguirre, 2005 ; Arnold, 2007). Il se développe

un système d’échanges, certes limité, fondé non sur le droit – puisqu’inopérant – mais sur le don et le contre-don. Ce système d’échanges est initié dans les silences, les marges, le flou, les failles de la loi et contre elle. Il est de nature tout à fait informelle bien que toléré parce qu’indispensable. (Chauvenet, 1998, p. 103)

34Les interdits sont a priori nombreux mais dans l’optique de maintenir l’ordre, maintes transgressions sont autorisées, quitte à devoir les monnayer. À Yaoundé, les acteurs en présence ont intériorisé ces normes, plus ou moins en conflits avec leurs valeurs (Le Marcis, 2016), diffusées grâce à une distribution stratégique de postes-clefs dans la gestion de la prison.

***

35L’espace est la matière première du pouvoir (Mbembe, 2006). Le contrôle de la prison se fonde sur une architecture carcérale, sur des usages de l’espace contraints dans le temps mais aussi sur une série d’arrangements. L’espace est du moins l’une des dimensions d’un dispositif de pouvoir (Foucault, 1997) où les règles pénitentiaires ne sont pas codifiées de manière officielle mais où, en revanche, les arrangements sont multiples et débouchent sur des normes « pratiques » (Olivier de Sardan, 2008) produites autant par les gardiens que par les détenus. Ces normes mettent à jour, à leur façon, une « économie de la décharge » (Hibou, 1999b), où l’autorité de l’État est déléguée à travers ses agents à des détenus. Le gouvernement de la prison est issu de la circulation du pouvoir entre détenus, détenus et gardiens, gardiens et direction de la prison. Le maintien de l’ordre passe par une diversité de relations, d’interventions indirectes, quotidiennes, individuelles, témoignant de la faible institutionnalisation de l’administration, de l’intensité de rentes et de logiques corruptives et redistributives. Le pouvoir d’État demeure prégnant dans le fonctionnement de la prison, mais il est reconfiguré au gré de ces négociations, des normes et des valeurs en présence, finalement moins coercitif et davantage fondé sur l’obéissance.

  • 18 J.-F. Bayart a démontré combien dans la lignée de la violence de la colonie, « les figures imagina (...)

36Dans ce contexte, des détenus semblent monnayer une forme de liberté en maintenant un système qui leur est d’abord et avant tout défavorable. Seule une minorité voit s’étendre sa marge de manœuvre. En position d’exercer un certain pouvoir sur d’autres détenus, d’obtenir un statut qui les distingue, ils restent incarcérés et soumis à l’arbitraire des autorités pénitentiaires. La surpopulation carcérale ne débouche pas sur une opposition à l’encontre de l’administration pénitentiaire (sauf quelques cas d’évasions). Dans la lignée de Jean-François Bayart en particulier, face à l’absence de mouvements collectifs, doit-on parler d’une forme de « culture politique de l’impuissance » (Bayart, 1985b, p. 359), dans un État autoritaire18 ? Ne doit-on lire dans les tactiques des détenus (de Certeau, 1998) qu’une manière de survivre dans le cadre d’une « institution totale » (Goffman, 1968) ?

37Les tensions sont fortes entre contrôle et subversion, entre jeu, reformulation ou respect des règles (De Herdt et Olivier de Sardan, 2015). En étudiant l’expérience quotidienne de la prison, il est possible de saisir les conflits, les contestations et de réfléchir aux subjectivités en présence.

Notes

1 En principe, en se référant au nombre de lits installés, une cellule, ou local, peut accueillir entre neuf et douze détenus.

2 Exception faite des condamnés à mort, les détenus condamnés ne sont pas séparés des prévenus. La durée de la peine n’influe pas sur la répartition des prisonniers. Quant au type de délit ou de crime, il peut jouer dans la logique de séparation, mais de manière très nuancée et non sans interférences, comme je le verrai par la suite, suivant des logiques informelles qui échappent à tout règlement officiel.

3 Appelée ainsi car il s’agit de l’ancienne buanderie de la prison, transformée en quartier de détention, compte tenu du nombre de détenus.

4 Il faudrait parler de sommier plutôt que de lit. À charge pour le détenu de trouver de quoi reconstituer un matelas et le cas échéant des draps.

5 Entre 0,5 et 1,5 m3 par détenu (Noeske, Ndi et Mbondi Mfondih, 2010).

6 Je n’ai pu en obtenir le chiffre. À l’échelle nationale, le ministère de la Justice estimait le ratio gardien/détenu à 1 pour 10 en 2015 et 1 pour 7 en 2016 après une campagne de recrutement (Rapport du ministère de la Justice sur l’état des droits de l’homme au Cameroun en 2016).

7 Il n’est pas certain qu’il cherche à s’y rendre, sa réputation, ses relations lui garantissant des avantages matériels et financiers au sein des Kosovo.

8 Je remercie J. Rivelois pour m’avoir suggéré l’emploi de l’expression « rente de corruption ».

9 En guise de mise en perspective, on peut mentionner qu’en France, les échanges monétaires sont en théorie interdits.

10 Sans oublier des sorties négociées auprès du régisseur par le biais de la corruption.

11 Une étude plus spécifique sur le travail des détenus dans la prison reste à mener.

12 L’odeur du cannabis est tout aussi entêtante dans les recoins des Kosovo.

13 Une association de détenus, autorisée par l’administration pénitentiaire (voir infra) est en charge d’organiser ces activités sportives.

14 L’ordre est soumis à une évaluation arbitraire à la charge des commandants : il peut s’agir de mettre fin à une bagarre comme de couvrir le vol d’un détenu par ses voisins.

15 Le mandataire, en opposition avec le dorment-à-terre, est celui qui dispose d’un lit, appelé mandat dans l’argot de la prison.

16 Les condamnés à mort peuvent aller partout, de même que les différents chefs (à l’exception du quartier Femmes et du quartier Mineurs).

17 Selon un gardien (mars 2014, Yaoundé), la prison a huit postes de garde auxquels s’ajoutent les portes. Sur vingt-quatre heures, des tours de garde se succèdent, de huit heures chacun entrecoupé d’une pause.

18 J.-F. Bayart a démontré combien dans la lignée de la violence de la colonie, « les figures imaginaires de l’Afrique politique sont éminemment coercitives. […] La relation à l’État est demeurée médiatisée par des effets de domination physique » (Bayart, 1999, p. 114).

Table des illustrations

Titre Carte 7. La prison centrale à Yaoundé
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/11499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photographie 1. La prison centrale de Yaoundé (2011)
Légende Auteur : Jérôme Tadié
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/11499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Photographie 2. L’entrée de la prison centrale de Yaoundé (2013)
Légende Auteur : Thomas Chatelet
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/11499/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Carte 8. Architecture et organisation générale de la prison centrale de Yaoundé
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/11499/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Carte 9. Divisions institutionnelles et informelles de l’espace carcéral
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/11499/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Carte 10. Les circulations carcérales
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/11499/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Figure 1. Organigramme
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/11499/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Carte 11. Accès à l’espace et rentes de domination
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/11499/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search