Version classiqueVersion mobile

Yaoundé carcérale

 | 
Marie Morelle

Partie 2. Gouverner la prison centrale de Yaoundé

Introduction

Texte intégral

« Ici [tu fais] ce que tu peux pendant – ou dès – que tu le peux encore. Je me bats juste pour rester intellectuellement vivant. »
(Un détenu, prison centrale de Yaoundé, demandant des livres, juin 2015)

  • 1 Du nom du quartier éponyme où est située la prison.
  • 2 Selon le rapport de 2010 du PACDET 1.

1Comment fonctionne la prison centrale de Yaoundé, dite Kondengui1 ? Plus exactement, quels en sont les modes de gouvernement ? Construite en 1968 pour 800 détenus, la prison abrite en mai 2011, 3 830 détenus2, en mars 2013, 4 349 détenus (enquêtes personnelles), puis 4 424 détenus en 2017 (direction de l’administration pénitentiaire). Cette concentration d’individus, sous contrainte, entraîne conflits et arrangements pour les usages de l’espace carcéral. Elle participe de la mise en place de logiques informelles, qui s’ajoutent et s’articulent aux logiques institutionnelles, au service de la production d’un ordre carcéral négocié et de la pacification de la prison. J’étudierai ces logiques dans le chapitre 3.

2L’analyse de ces modes de gouvernement conduit à discuter des processus d’assujettissement inhérents à l’institution pénitentiaire. Elle met en évidence les croisements existants entre dynamiques de placement au sein de l’espace carcéral et places assignées dans la hiérarchie sociale, en amont de l’incarcération. Dans le même temps, de multiples braconnages (Scott, 2008), des empiétements intentionnels ou non sur les règles a priori établies (Bayat, 2010), des détournements, voire des résistances des détenus contrarient ces premières assignations. Plus ou moins explicites, collectifs ou individuels, ces « arts de faire » (de Certeau, 1998) infléchissent l’ordre conçu par l’administration pénitentiaire, le sapent et le subvertissent, poussent à des tolérances et à des négociations. Ils sont autant de manières de s’affirmer comme sujet, contre une identification stricte au statut de détenu, et dans son rapport aux autres : aux autres prisonniers, aux gardiens, à ceux qui sont « dehors » et considérés comme partie prenante de la Cité. J’y reviendrai dans le chapitre 4.

Notes

1 Du nom du quartier éponyme où est située la prison.

2 Selon le rapport de 2010 du PACDET 1.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search