Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Yaoundé carcérale

 | 
Marie Morelle

Partie 1. La prison en Afrique et au Cameroun : la construction d’un problème public

Chapitre II

La prison au Cameroun : l’inscription territoriale du pouvoir d’État

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La prison pénale existe depuis près de quatre siècles. L’inscription de la peine de prison dans les codes pénaux d’Europe occidentale et des États-Unis remonte à la fin du xviiie siècle (Morris et Rothman, 1995). Son existence est portée par une ambition humaniste, en rupture déclarée avec le recours aux châtiments corporels. À la faveur de la colonisation, l’institution carcérale se déploie à travers le monde, justifiée cette fois par un projet de civilisation, en particulier celui de civiliser des formes de punition préexistantes. À l’appui de sa généalogie des prisons, Michel Foucault a contesté la représentation de la prison comme l’émanation de la seule philosophie des Lumières. Pourtant, ses travaux ignorent le fait carcéral en colonie, ses mises en récit comme les contextes qui le portent. Au Cameroun, à l’image d’une large partie du continent, le pénitentiaire participe avant tout au processus de conquête territoriale, de production, de gestion et de domination des populatio...

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540