Version classiqueVersion mobile

Yaoundé carcérale

 | 
Marie Morelle

Remerciements

Texte intégral

1Si ce texte est l’aboutissement d’une recherche personnelle, et si j’en assume seule les erreurs et les imprécisions, il doit son existence à de très nombreux échanges collectifs, le plus souvent dans le cadre de programmes de recherche.

2De 2009 à 2014, j’ai participé au programme TerrFerme « Les dispositifs de l’enfermement : approche territoriale du contrôle politique et social contemporain », financé par l’ANR Jeunes Chercheur-e-s (2009-2012) puis par le conseil régional d’Aquitaine (2011-2014), accueilli par l’UMR ADES. Dirigé par Bénédicte Michalon, il a rassemblé Caroline Abela, Tristan Bruslé, Olivier Clochard, Mathilde Darley, Olivier Milhaud, Olivier Pissoat, Djemila Zeneidi. Mes terrains et mes réflexions leur doivent beaucoup dans un contexte où les approches géographiques restaient timides sur nos objets. Je remercie tout particulièrement Olivier Pissoat et son art de la carte qui m’a conduite « au fond du couloir à gauche », « en haut, au premier étage » et finalement à lever les yeux… Je remercie aussi très chaleureusement Olivier Milhaud, collègue de longue date sur la route sinueuse de la « géographie carcérale ».

3À compter de 2010, j’ai participé à l’équipe Inverses « Informalité et envers des espaces urbains » (programme Émergences, Ville de Paris, 2010-2014), accueillie par l’UMR Prodig, dirigée par Jérôme Tadié, avec Nicolas Bautès, Claire Bénit Gbaffou, Sébastien Jacquot, Fabrizio Maccaglia, Jean Rivelois, Alexis Sierra. Nos échanges ont été d’une très grande richesse, dans le cadre d’une belle atmosphère de travail.

4Enfin, depuis 2015, je dirige avec Frédéric Le Marcis le programme de recherche Ecoppaf « Économie de la peine et de la prison en Afrique » (programme ANR, 2015-2020), accueilli par l’UMR Prodig et l’UMR Triangle. Il rassemble Christine Deslaurier, Julia Hornberger, Sasha Gear, Musa Risimati, Kathleen Rawlings, Sabine Planel, Yasmine Bouagga, Lionel Njeukam, Patrick Awondo, Habmo Birwe, Georges Eyenga Macaire, Muriel Champy, Fernand Bationo, Sylvain Faye, Nana Osei Quarshie, Bénédicte Brunet, Romain Tiquet. Il est aussi redevable du soutien de Nicolas Courtin et de Laurence Bessières. Le dialogue entre disciplines rend ce programme très stimulant. À son tour, il est un apport indéniable à mes analyses. Dans ce cadre, j’adresse des remerciements particuliers à Hélène Colineau qui a été plus qu’une coordinatrice administrative : merci pour ses lumières sur l’Union européenne et pour sa précieuse relecture.

5Ce texte est issu d’un remaniement d’un des volumes de mon habilitation à diriger des recherches soutenue à l’Université Paris Ouest – Nanterre la Défense en 2013. À ce titre, il doit beaucoup à mon référent, Philippe Gervais Lambony que je remercie pour sa grande disponibilité, sa bienveillance et sa confiance. Je suis également reconnaissante à Guy di Méo, Michel Agier, Marie-Hélène Bacqué, Jean-Louis Chaléard et Laurent Fourchard d’avoir accepté de siéger à mon jury et dont les remarques m’ont incitée à affiner certains points de mon analyse.

6De façon plus large, au Cameroun, mes pensées vont à Kalliopi Ango Ela, directrice de la fondation de recherche Paul Ango Ela, espace-ressource et espace des possibles. Dans ce cadre, je bénéficie du savoir d’Olivier Iyébi Mandjek, de Muriel Samé Ekobo, ou encore de Mathias Owona Nguini, sans compter le soutien logistique de Jean Claude Edjo’o et d’Adèle Mboua. Qu’ils en soient toutes et tous remerciés.

7En France, j’adresse tout mon attachement à mon UFR, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et en particulier mon affection à Alice Franck, Sylvie Fol, Jean Gardin, Sébastien Jacquot, et à quelques centaines de kilomètres de là, dans une autre université, à Anne-Cécile Hoyez. Je remercie mon directeur d’UFR Yann Richard, pour son humanité, de même que le directeur de l’UMR Prodig, Jérôme Lombard pour son soutien.

8Ce manuscrit doit aussi beaucoup au travail de Claire Gillette et de Morgane Parisi dont je salue la minutie et la patience et que je remercie pour leur disponibilité et leur célérité.

9Enfin, je remercie mes parents pour leur aide et de m’avoir donné la chance de mener à bien mes études, aussi loin que je le voulais. Je remercie mon père pour ses relectures très attentives de ce manuscrit, d’une très grande aide. Je sais aussi combien je dois à Thomas d’avoir accepté mes absences répétées, parfois coincée à des kilomètres de la maison par des nuages de cendres volcaniques, d’avoir aussi finalement pris le chemin de Yaoundé et d’Antananarivo, en famille. Enfin, pas un jour ne passe sans que les présences de Titouan et de Dorian ne se révèlent un moment d’émerveillement.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search