Version classiqueVersion mobile

Wassily Leontief et la science économique

 | 
Amanar Akhabbar

Post-scriptum

L’histoire de la science économique comme science empirique

Texte intégral

  • 1 On trouve, toutefois, un constat similaire au nôtre, établi par Roger Backhouse et Jeff Biddle (20 (...)
  • 2 Voir, par exemple, Armatte 2010, Morgan 1990, Spanos 2006, Qin 1997, tous en anglais, hormis l’ouv (...)

1Revenons, pour finir, sur le rôle des arguments empiriques en économie. À la lecture des manuels d’histoire de la pensée économique, il faut reconnaître que les arguments empiriques et l’expérience ne jouent manifestement aucun rôle dans le développement de la science économique. Au plus, celui d’un vague contexte : la révolution industrielle, la crise, la Grande Dépression, les Trente Glorieuses, etc. Toujours pour filer la métaphore de Desrosières (1993) du « mariage », en économie, entre la théorie et l’observation, il semblerait que les mariés fassent chambre à part et que la noce se déroule du côté de la théorie. Les manuels d’histoire de la pensée économique amplifient le biais en faveur du tout théorique et ne s’encombrent pas de l’observation, des expériences et de la mesure. Ce biais est particulièrement flagrant dans les manuels francophones1. Il faut chercher des volumes spécialement dédiés à l’histoire de l’économétrie2 ou un éventuel chapitre consacré à la méthodologie économique pour voir apparaître un enjeu empirique.

2Le plus souvent, par exemple, la co-construction de la macroéconomie et de la comptabilité nationale y est complètement délaissée. Pourtant, la construction des concepts de la macroéconomie est le produit d’un travail conjoint sur la théorie et les statistiques de la comptabilité nationale. Le rôle des instituts de conjoncture a été essentiel et, en particulier, celui du NBER avec Kuznets, Mitchell ou encore Morris Copeland. Ce qui est en jeu est non seulement la construction et la sélection des agrégats et des équations comptables qui se trouvent au cœur de l’analyse macroéconomique aujourd’hui encore, mais aussi l’identification de régularités empiriques par l’étude des volatilités et des corrélations statistiques entre ces agrégats amenant, par exemple, à reconnaître la particularité du comportement de l’investissement. C’est aussi dans ce cadre que des « faits stylisés » sont stabilisés tels les faits stylisés de Kuznets sur le changement structurel des économies en développement. Dans ce registre, le destin de la courbe de Phillips montre que les économistes ne sont pas complètement indifférents aux relations et aux régularités statistiques. Celle-ci, dans sa forme originale simple comme par la suite, a donné lieu à de nombreux développements théoriques de première importance pour la politique économique. En effet, interprétée comme une relation décroissante entre le taux d’inflation et le taux de chômage, elle peut donner à penser qu’une politique monétaire expansionniste, en stimulant l’inflation, a des effets réels et permet de réduire le sous-emploi. A contrario, un enjeu, dans les années 1970-1980, a été de montrer que dans un modèle (macroéconomique d’équilibre général), une telle relation décroissante serait observée même si la politique monétaire ne permettait pas de réduire le taux de chômage (voir Sims 1989, 2011, et De Vroey 2009).

3Toujours dans le registre macroéconomique, le plus souvent, les manuels d’histoire de la pensée économique ne disent rien des travaux économétriques et de la collaboration scientifique qui ont présidé à l’émergence de la fonction de production agrégée Cobb-Douglas : si une régularité empirique a bien été établie en économie, c’est celle de l’étonnante stabilité dans le temps du partage de la valeur ajoutée entre les revenus du travail et les revenus du capital. Cette régularité a été un argument central dans la diffusion de cette fonction de production, légitimant avec elle la théorie de la productivité marginale. Son co-inventeur, Paul Douglas, était loin d’être déconnecté de la réalité, non seulement pour l’immense travail statistique et économétrique qu’il a accompli, mais aussi, en lien direct avec ses travaux, pour ses préoccupations politiques et sociales. Ces dernières l’ont conduit à se consacrer pleinement à sa carrière politique en occupant le siège de sénateur démocrate de l’Illinois de 1947 à 1967.

4Tout aussi énigmatique, le traitement des arguments statistiques et économétriques dans l’histoire de l’économie monétaire. On trouvera peu ou pas de références aux travaux empiriques depuis ceux de Fisher jusqu’à ceux de Sims en passant par A Monetary History of the United States publié en 1963 par Friedman et Anna Schwartz. Pourtant, là encore, ces recherches empiriques ont contribué, par un jeu d’aller et retour entre théorie et observation, au développement des théories et des politiques monétaires et macroéconomiques. À cet égard, notons que c’est bien par une confrontation empirique à l’expérience qu’est apparue la théorie des cycles réels : alors que le modèle macroéconomique d’équilibre général de Lucas était purement théorique et avait été formulé de manière à montrer l’origine monétaire des cycles, les travaux empiriques menés durant près d’une décennie ont montré la faiblesse empirique de cette thèse (d’Autume 2000) conduisant à son abandon et à une conversion à une explication des cycles par des chocs réels (Kydland et Prescott 1982).

5Liste non exhaustive, ces exemples illustrent comment, dans la pensée économique, les arguments empiriques et théoriques se mêlent étroitement. Ils sont l’objet, depuis les années 1980-1990, de nombreuses publications d’ouvrages et d’articles spécialisés, sans avoir pénétré les récits de l’histoire de la discipline que sont les manuels d’histoire de la pensée économique. Ignorant le rôle des arguments empiriques dans le développement de la science économique moderne, ainsi que son co-développement avec des instruments de mesure et des dispositifs d’expérimentation comme ceux de la comptabilité nationale, des techniques économétriques ou encore des indices, rien ne donne l’idée de la science économique comme une succession de modèles autant qu’un manuel d’histoire de la pensée économique, légitimant l’image d’une science de mondes possibles plutôt que d’un monde réel.

Notes

1 On trouve, toutefois, un constat similaire au nôtre, établi par Roger Backhouse et Jeff Biddle (2000) pour l’histoire de la pensée économique en langue anglaise.

2 Voir, par exemple, Armatte 2010, Morgan 1990, Spanos 2006, Qin 1997, tous en anglais, hormis l’ouvrage d’Armatte.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search