Version classiqueVersion mobile

Wassily Leontief et la science économique

 | 
Amanar Akhabbar

Épilogue

Qu’est-il arrivé à la macroéconomie ? L’input-output et la macroéconomie

Texte intégral

Une question intéressante demeure, à savoir pourquoi la profession macroéconomique s’est laissée abuser. (Solow 2010, p. 1)

1S’il fallait résumer cet essai, il faudrait d’abord dire que ce qui a fait la gloire mondiale de Leontief et de l’analyse input-output, à savoir les techniques statistiques et de planification, a éclipsé le projet scientifique et ce faisant le discours épistémologique de Leontief. Ce dernier est essentiellement un discours (néo)positiviste qui veut faire de la science économique une science empirique. Leontief a résumé en quelques mots sa démarche : « J’ai essayé de développer un modèle qui ne donne aucune réponse aux questions empiriques sauf lorsqu’on y intègre les données. Et cela est une analyse scientifique » (Leontief, dans Rosier 1986, p. 95). Cette science empirique se définirait comme une science qui ne mobiliserait que des concepts dotés d’une signification empirique, c’est-à-dire introduits par le biais de définitions explicites par des termes primaires constitués d’observations directes. Une des conséquences pratiques de cette épistémologie est la proposition de renoncer à la tentation de l’agrégation dans l’analyse macroéconomique : Leontief ouvre la voie à une analyse macroéconomique désagrégée dont les éléments premiers sont des observations directes. Partant de ces observations directes et par le biais de définitions explicites, l’économiste peut progressivement introduire les concepts opérationnels qui constituent son modèle. Dans la construction théorique d’un modèle macroéconomique opérationnel, Leontief n’applique pas un critère de falsification mais de signification. Il ne s’agit pas seulement de désigner le chemin vers les données mais de mettre au point les instruments de mesure, de collecter effectivement l’information statistique, et d’établir effectivement un lien direct entre le concept et les énoncés observationnels.

2Cette macroéconomie-là a vu le jour, c’est le fondement même du dispositif input-output. Elle est présentée, dans un premier temps, par Leontief dans ses publications des années 1930-1950, puis, le succès venant, par les travaux menés au sein du Harvard Economic Research Project (HERP) qu’il a dirigé et qui a accueilli des dizaines de chercheurs du monde entier. Aux États-Unis, les travaux d’Anne P. Carter ont sans doute le mieux incarné la ligne épistémologique et analytique défendue par Leontief, et dont l’une des réalisations les plus remarquables se trouve dans son Change in the Structure of the American Economy (1971). Il est toutefois indéniable que cette macroéconomie désagrégée, multisectorielle, fondée sur l’étude des relations effectives entre les secteurs de l’économie et des changements des coefficients techniques et des coefficients de capital, n’a pas rencontré le succès escompté auprès de la communauté des économistes. Ces derniers ont constamment préféré une approche agrégée, que ce soit du temps de la synthèse et de la théorie de la croissance exogène, ou du temps des nouveaux classiques et des nouveaux keynésiens qui, dans l’ensemble, reprennent le principe d’une fonction de production macroéconomique agrégée et le principe de l’agent représentatif. Comme l’écrivait déjà Frank Hahn en 1972, « il est très regrettable que la théorie néoclassique ait fini par être identifiée à sa version agrégée, mais ses praticiens en sont dans une certaine mesure responsables » (dans Harcourt 1976, p. 168). Aussi, l’intérêt du dispositif input-output dépasse son mode d’emploi opérationnaliste et s’étend à son cadre théorique, qui ouvre la voie à une macroéconomie désagrégée. Dans ce qui suit, en guise de conclusion et dans le but d’ouvrir la discussion, j’introduis quelques considérations plus personnelles sur la manière dont cette macroéconomie désagrégée se distingue de celle agrégée, en revenant sur le chemin qui a conduit à la macroéconomie agrégée des modèles DSGE.

Macroéconomie désagrégée / macroéconomie agrégée

3L’examen de la structure multisectorielle de l’économie et sa représentation à travers une matrice input-output est certainement une des clés pour résoudre les énigmes du changement économique et amène à considérer ce que serait une macroéconomie désagrégée. Nous avons dit plus haut que le recours à un agent représentatif avec une fonction de production agrégée permettait de contourner les difficultés et les paradoxes de l’agrégation. Si la scientificité de cette démarche est questionnable, elle conduit en outre à éliminer de l’analyse des problèmes économiques cruciaux liés à l’existence d’unités de décision hétérogènes, du côté des producteurs en particulier. Deux problèmes éliminés sont, d’une part, la transmission et l’amplification de chocs locaux à travers le réseau des relations input-output qui lient les producteurs (et les consommateurs) et, d’autre part, les problèmes de coordination entre les décideurs. Il peut être tenu compte en partie du premier problème dans un modèle à agent représentatif en introduisant, avec une matrice input-output, une fonction de production à multiples produits et inputs. En revanche, le problème de coordination nécessite de rompre avec la modélisation de l’agent représentatif (voir Kirman et al. 2008).

4Nous avons montré, ailleurs, comment les premières modélisations input-output dans les années 1930, par Marschak, Frisch et Leontief, visaient justement à examiner comment ces problèmes permettent d’expliquer et de comprendre les fluctuations économiques (Akhabbar 2014a). Chez Frisch (1934a), ces problèmes de coordination proviennent du moral et des anticipations de producteurs hétérogènes et interdépendants, tandis que chez Marschak (1933, 1934), ce sont les décisions rationnelles des agents confrontés à l’incertitude dans l’échange marchand qui génèrent des fluctuations économiques réelles et monétaires. Dans ce dernier cas, l’incertitude qui touche certains producteurs se transmet aux autres par les relations d’interdépendance qui les lient puisque les uns sont les consommateurs des produits des autres. De même, dans le premier cas, avec le moral des producteurs et, ce faisant, l’orientation de leurs anticipations, se transmettent des chocs aléatoires locaux à l’ensemble du système économique pouvant conduire à un coup d’arrêt de la circulation marchande. Ces propositions n’ont pas été reprises de manière systématique, en partie parce qu’elles supposent d’être en mesure de raisonner en des termes désagrégés avec une pluralité d’agents hétérogènes. Ce n’est pas cette direction qui a été prise en macroéconomie.

Vers la macroéconomie lucasienne : orthodoxies néoclassiques

5Nous avons vu que les travaux de ceux qui, comme Leontief, Samuelson ou Solow, ont rejeté la macroéconomie d’équilibre général à agent représentatif et son hypothèse d’anticipations rationnelles, ne sont pourtant pas étrangers au cheminement qui a conduit à l’émergence et à l’imposition de cette approche. À partir des questions méthodologiques examinées dans cet essai, nous pouvons avancer quelques spéculations (informées) sur la manière dont les travaux de Leontief, Samuelson et Solow ont involontairement contribué à l’émergence des modèles DSGE, voire l’ont rendu possible. Ceci mettra en lumière, dans le cas de Samuelson et de Solow, la fragilité et les contradictions auxquelles conduisent le critère de testabilité et la notion de « réalisme » de la théorie.

6Les éléments identifiés dans cet essai montrent que le cheminement qui mène aux modèles DSGE passe notamment par (i) la formulation d’un modèle d’équilibre général du commerce international (le modèle H-O-S) avec, pour chaque pays, un agent représentatif maximisant une fonction d’utilité ordinale, (ii) par l’ignorance de sa réfutation empirique (le paradoxe de Leontief) en supposant que les déterminants avancés dans le modèle (la substitution des facteurs et la dotation en facteurs de production primaires) jouent nécessairement un rôle dans l’explication du commerce international, et (iii) il passe aussi par la mise à l’écart des problèmes d’agrégation et des matrices input-output dans le modèle de croissance de Solow. Aussi, quand au début de cet essai nous avons entendu Robert Solow se demander devant une commission scientifique du Congrès américain comment les macroéconomistes en sont arrivés à adopter un tel cadre analytique et empirique, celui des modèles DSGE (Solow 2010), ces éléments amènent à penser que la réponse passe notamment par Cambridge (Massachusetts).

7Leontief, par exemple, menait depuis Harvard, avec son ami et collègue Schumpeter, une critique en règle, méthodologique et analytique, de la théorie keynésienne tout en contribuant au développement théorique et à l’enseignement de la théorie néoclassique, dont bénéficieront leurs étudiants, à commencer par Samuelson dans les années 1930, puis Solow dans les années 1940. Sur le fond, Leontief et Schumpeter reprochent à Keynes les faiblesses scientifiques de son analyse et les limites drastiques qu’il doit s’imposer pour parvenir à formuler son message (politique). Les deux défenseurs de la perspective walrassienne de l’équilibre général n’ont de cesse de souligner les limites du cadre marshallien dans lequel Keynes se situe. Le raisonnement statique, plutôt que dynamique, y est au service d’une analyse de la courte période et ne cherche même pas à relier entre elles les périodes afin de rendre compte de la longue période comme une succession de périodes courtes. Symptomatique de cet état, l’absence du capital fixe, qui est supposé constant en quantité et en qualité (Schumpeter 1954, p. 549). Qui plus est, comment justifier que les agents raisonnent en termes réels sauf quand les travailleurs « négocient les contrats définissant leurs salaires [où] ils considèrent exclusivement leur salaire nominal » (ibid.) ? Quant aux « lois psychologiques » sur lesquelles Keynes fonde sa théorie générale, la fonction de consommation, la fonction d’investissement et la fonction de préférence pour la liquidité, aux yeux de Schumpeter, elles semblent sorties d’un chapeau et il les appelle les trois simplificateurs (ibid., p. 551). Dans le même esprit, Leontief publie une série d’articles remettant en question la méthodologie keynésienne (1936c, 1937b), sa cohérence théorique (1936b, 1948b), ou défendant la théorie néoclassique de la monnaie (1950). Comme Schumpeter, la critique par Leontief de la théorie keynésienne cible les hypothèses et les postulats sur laquelle elle se fonde, ainsi que la justification donnée aux nouveaux concepts introduits. Schumpeter résume cette critique en diagnostiquant le « vice ricardien » dont souffre la Théorie générale,

à savoir cette habitude qui consiste à accumuler un poids considérable de conséquences pratiques sur une base extrêmement fragile, d’où le déséquilibre d’une construction qui semble, néanmoins, par sa simplicité, non seulement séduisante mais encore convaincante […]. (Schumpeter 1954, p.544)

Dès lors, pour Schumpeter, ce pouvoir de séduction et de persuasion de la théorie de Keynes

  • 1 Jane Marcet (1769-1858), auteure britannique populaire d’ouvrages de vulgarisation scientifique, d (...)

ressuscite les temps heureux de Mme Marcet1, lorsque chaque jeune fille de la bonne société, en apprenant à manier quelques concepts simples, pouvait acquérir la compétence nécessaire pour juger les tenants et les aboutissants d’un organisme infiniment complexe comme la société capitaliste […]. (ibid., p. 544)

8On l’aura compris, la critique anti-keynésienne adoptée par Leontief et Schumpeter relève autant du désaccord théorique que du désaccord épistémologique : la théorie de Keynes n’est pas scientifique. C’est cette dernière position que l’on retrouvera plus tard chez les économistes de la nouvelle économie classique. Cette attitude vaudra à Leontief de se voir reprocher par Joan Robinson « son incompréhension absolue de la Théorie générale » et « son acceptation sans réserve de l’orthodoxie néoclassique » (1968, p. 432). De fait, en dehors de ses publications input-output, Leontief mène une carrière scientifique d’économiste orthodoxe néoclassique et anti-keynésien. Dès les années 1930, malgré la conversion, à Harvard, d’Alvin Hansen au keynésianisme, sont déjà dessinées les lignes de front entre le Cambridge anglais, keynésien et hétérodoxe, et le Cambridge américain, marginaliste et orthodoxe. À Harvard et au MIT, la colonne vertébrale de la théorie économique est du côté du marginalisme (ou plus prosaïquement, de la microéconomie), et notamment de la théorie paréto-walrassienne de l’équilibre général à laquelle un effort considérable est appliqué pour parvenir à en donner une formulation dynamique. Dans ce vaste projet, ainsi que celui de la synthèse, Samuelson est rejoint dans les années 1950 par Solow qui, rapidement, s’attachera plus à une macroéconomie dynamique marginaliste qu’à l’équilibre général en particulier.

9Dans ce projet d’un équilibre général dynamique, ou d’une analyse dynamique marginaliste, capable d’apporter les fondements théoriques rigoureux – ceux que l’on trouve en microéconomie – à l’analyse macroéconomique, les économistes orthodoxes cambridgiens trouvent un allié puissant du côté de la Cowles Commission, et de Koopmans en particulier. Dans les années 1950-1960, le développement de l’analyse dynamique écarte progressivement les modèles désagrégés comme ceux de Leontief et de Von Neumann et favorise ceux agrégés comme le modèle de croissance de Solow (1956, 1957), ou le modèle de croissance optimale de Ramsey dans sa version moderne (le modèle Ramsey-Cass-Koopmans), ou, encore, celui de Phelps.

10Si ces développements analytiques répondent en partie à la définition donnée par Koopmans (1957) du progrès scientifique dans la discipline économique, à savoir celui d’une succession de modèles en vue d’une modélisation intégrant de plus en plus de facteurs explicatifs, passant ainsi d’un cadre d’équilibre statique à la dynamique pour atteindre l’ultime stade, celui d’une analyse dynamique dans un environnement incertain, ils laissent néanmoins en suspens la recherche de la contrepartie empirique garante du « réalisme » de la théorie et passant par les tests empiriques et économétriques. L’hyper-abstraction du noyau théorique des économistes du temps de la Synthèse, critiquée par Leontief (1954, 1970), prépare celle qui suit avec la Nouvelle Économie Classique, la Nouvelle Économie Keynésienne et la Nouvelle Synthèse. D’ailleurs, si l’on en croit les ouvrages et manuels d’histoire de la pensée économique, l’abstraction et l’absence d’arguments empiriques dans le raisonnement et les débats économiques, est un état normal de la discipline. Hormis les volumes spécialisés dans l’histoire de l’économétrie, rares sont les livres d’histoire de la pensée économique qui accordent une place aux problèmes de mesure, aux instruments statistiques, aux résultats empiriques ou même aux questions méthodologiques. L’histoire se déroule au travers d’une suite de modèles, formalisés ou non, vrais ou faux.

Comment en est-on arrivé là ? La voie de l’agrégation et des simplifications

  • 2 C’est dans ce sens que Samuelson considère le modèle de Leontief comme un modèle (classique) d’équ (...)

11La réponse à la question de Solow de savoir comment les macroéconomistes en sont arrivés à adopter le cadre analytique et empirique des modèles DSGE passe par les travaux de nos trois cambridgiens orthodoxes, Leontief, Samuelson et Solow lui-même. Les deux premiers accordent au cadre d’équilibre général le rôle de colonne vertébrale de la pensée économique et le progrès scientifique de la macroéconomie y est clairement conçu à travers la formulation de modèles dynamiques d’équilibre général. Dans un projet impérialiste d’unification de la théorie économique dans la théorie paréto-walrassienne de l’équilibre général, Samuelson fait du modèle de Leontief un cas particulier (dont la simplicité fait l’intérêt pour l’application empirique) identique à sa version du modèle de Ricardo et de celui de Marx. Ces trois modèles classiques (Ricardo, Marx, Leontief) sont un cas particulier où le travail est le seul facteur non reproductible et où il n’y a pas de substitution des facteurs de production : la théorie paréto-walrassienne est le cas général, avec des produits joints, une multitude de facteurs non reproductibles et des inputs substituables2. Ces modèles d’équilibre général supposent des unités de décision indépendantes et décentralisées et, pourtant, ces auteurs ne rechignent pas à l’agrégation. Il en va ainsi, exceptionnellement dans le cas de Leontief avec son modèle des échanges internationaux, mais de manière plus systématique avec Samuelson et surtout Solow. De même qu’il faut supposer un agent représentatif unique ou une multitude d’agents représentatifs strictement identiques et aux revenus égaux pour introduire les courbes d’indifférence collectives dans le modèle d’équilibre général du commerce international (Leontief 1933, 1936 c ; Samuelson 1938a, 1948), de même pour parvenir à une fonction de production agrégée micro-fondée (Samuelson 1979). Les problèmes de l’agrégation avaient donné lieu à de nombreux travaux et discussions publiés notamment dans Econometrica dans les années 1940. Reprenant des résultats de Leontief (1947) sur les problèmes de l’agrégation, Solow, dans les années 1950, montre que la procédure d’agrégation des biens de capital hétérogènes en un élément K dans la fonction de production macroéconomique (du type Q = F[L, K]) n’est légitime et rigoureuse que dans des cas très particuliers. Pourtant, il l’utilisera systématiquement par la suite. Après tout, plaisante Solow, « si Dieu avait voulu qu’il y ait plus de deux facteurs de production, [le travail et le capital], Il aurait rendu plus facile la représentation des diagrammes à trois dimensions » (1955-1956, p. 101). À la différence de Leontief, Samuelson et Solow ont défendu avec force la légitimité de cette opération d’agrégation du côté des préférences et du côté de la technologie, ainsi que sa pertinence empirique. Difficilement conciliable avec leur défense du réalisme des hypothèses et de la rigueur de la théorie mathématique, cette pratique a contribué à brouiller les pistes et à multiplier les contradictions internes.

12Les modèles agrégés, comme les modèles de croissance de Solow, sont conçus par leurs auteurs comme des « toy models » utilisés pour appréhender le fonctionnement de l’économie entière. Avec le soutien des techniques économétriques, Solow donne à ces modèles un « fondement empirique » et une portée pratique : les variables sont mesurées dans le temps, les paramètres de la fonction Cobb-Douglas sont estimés, et les hypothèses sont testées par des techniques économétriques. Les résultats obtenus par Solow (1957) ont d’autant plus marqué les esprits qu’ils étaient immédiatement interprétables en termes théoriques simples : l’accumulation du capital ne joue qu’un rôle quantitatif mineur dans le processus de croissance, tandis que l’innovation joue un rôle central et mesurable. Succès indéniable d’une démarche portant un certain pragmatisme (Summers 1991), le modèle macro-économétrique de croissance de Solow implique cependant d’accepter de sauter les problèmes de l’agrégation et, dans son interprétation par les économistes de la génération suivante, de tirer des conclusions définitives à partir d’un modèle dont les simplifications tendent au simplisme.

  • 3 Nous ne prétendons pas résoudre ou clarifier définitivement le problème de la simplification en éc (...)

13Parler de simplification renvoie à deux types de simplifications, la première étant celle relative au réel et l’autre relative à un cadre théorique de référence3. Dans notre jugement au sujet du simplisme du modèle de croissance de Solow, la simplification est entendue relativement au cadre théorique de référence. Par exemple, le modèle dynamique de Leontief est considéré comme simple par les économistes walrassiens et les néoricardiens comparativement au modèle de Von Neumann, tandis que le modèle input-output statique est considéré par Samuelson comme simple comparé aux modèles paréto-walrassiens d’équilibre général ; un modèle macroéconomique lucasien à agent représentatif et fonction de production agrégée est une simplification du cadre original de l’équilibre général avec une multitude d’agents indépendants dotés de préférences et de fonctions de production microéconomiques. Des simplifications vis-à-vis du cadre théorique de référence ne sont pas problématiques lorsqu’elles n’altèrent pas les propriétés finales du modèle or, en macroéconomie, elles sont justement employées pour exclure des propriétés jugées indésirables, notamment celles d’indétermination et d’instabilité de l’équilibre énoncées par le « théorème » de Sonnenschein, Mantel et Debreu (voir Lenfant 2010). Défendre ces simplifications théoriques n’est pas aisé, voire embarrassant. C’est d’ailleurs de cet embarras dont Solow commence par faire part dans la première phrase de son essai de 1957, évoquant ses scrupules à employer une fonction de production macroéconomique agrégée :

En ce temps d’études économétriques conçues rationnellement et de super-tableaux input-output, il faut plus que l’habituelle « suspension volontaire de l’incrédulité » pour parler sérieusement de la fonction de production agrégée […]. (1957, p. 312)

  • 4 Solow reprend ici une discussion ouverte par Domar selon lequel « la construction d’un modèle ou d (...)
  • 5 Sur la rhétorique à l’œuvre dans l’article de Solow 1957, voir McCloskey 1985, p. 83-86.
  • 6 Commentant la phrase introductive de Solow (1957) à propos de la « suspension de l’incrédulité » n (...)

14Passé ce moment délicat, pour défendre ses simplifications (vis-à-vis du cadre théorique de référence), Solow déplace le problème et renvoie à un autre sens du terme simplification. C’est ici qu’apparaissent les arguments (ou truismes) selon lesquels un modèle est forcément une simplification vis-à-vis de la réalité4. Ainsi, en présentant son modèle de croissance, Solow (1956) débute par un avertissement : « toute théorie repose sur des hypothèses qui ne sont pas vraiment vraies. C’est ce qui en fait une théorie » (p. 65). Évidence qui néanmoins conduit à un autre problème pour celui qui adhère au critère de testabilité des théories. En effet, Solow exige que les hypothèses soient « raisonnablement réalistes » (ibid.). Dilemme cornélien de la simplification et du réalisme auquel tout modélisateur est soumis. En ramenant la question de la simplification à celle de la simplification du modèle comparé au réel, Solow avance un argument rhétorique puissant (on ne peut qu’admettre qu’il faut simplifier)5 tout en évacuant l’embarrassante question du fondement théorique du modèle ainsi simplifié, et donc de sa puissance explicative et de sa portée empirique6. On peut penser qu’il aboutit ici, tel que présenté dans son modèle de croissance (Solow 1956, 1957), au choix de la simplification au prix de la rigueur et de la vraisemblance, ouvrant la voie à ces autres simplificateurs que sont les modèles macroéconomiques d’équilibre général des nouveaux classiques.

Du bon usage de la simplification ? L’épistémè des toy models

15Dans le cas du modèle de croissance de Solow, le choix des hypothèses théoriques vise à se débarrasser d’une hypothèse cruciale dans les modèles de croissance reçus, celui de Harrod et celui de Domar. Ces derniers montrent que la croissance se produit comme au fil du rasoir, où un décalage dans des paramètres clés ferait glisser l’économie dans un état de « sous-emploi croissant ou d’inflation prolongée » (Solow 1957, p. 65). Cette propriété, souligne Solow, dépend de manière cruciale d’une seule hypothèse, celle d’une technique de production à coefficients techniques constants, c’est-à-dire où il n’y a pas de substitution entre les inputs. Cette hypothèse, semblable à celle de Leontief, conduit effectivement à des problèmes d’instabilité de l’équilibre dans les modèles dynamiques. Harrod et Domar les interprètent comme des propriétés réelles de la dynamique économique de court terme (voir Halsmayer et Hoover 2016). Solow, quant à lui, transpose ce modèle à l’analyse de long terme (il reprochera aux nouveaux classiques de le ramener à celle de court terme). Il remplace la fonction de production de type Leontief par une fonction à facteurs substituables. Il en résulte une croissance stable, permettant de rendre compte du processus d’accumulation de long terme tel qu’il est effectivement observé et mesuré. Ce nouveau modèle est présenté comme un modèle néoclassique de plein emploi. L’introduction des éléments « keynésiens » pouvant perturber le plein emploi à court terme est renvoyée à plus tard. Pour Solow, ce modèle, où l’activité économique dépend exclusivement des facteurs d’offre, a vocation à décrire et à expliquer la croissance de long terme et ce serait une hérésie de l’employer pour l’analyse de court terme. C’est pourtant ce modèle qui constituera l’un des piliers de la macroéconométrie d’équilibre général pour l’analyse de long terme comme celle de court terme.

16Interrogé rétrospectivement sur l’usage de son modèle par la nouvelle génération de macroéconomiste, Solow souligne qu’il « ne faut pas trop demander à un tout petit toy modèle » (dans De Vroey 2009, p. 206). Pourtant, paradoxalement, ce sont les économistes réalistes du paradigme koopmansien qui ont légitimé l’usage de tels modèles, qui ont défendu bec et ongles la légitimité (pratique) d’opérations d’agrégation et d’hyper-abstraction en dépit de la multiplication de démonstrations contraires, et qui ont immunisé leurs modèles et hypothèses théoriques des réfutations empiriques successives. Simpliste, hyper-abstrait, réfuté, c’est le même principe et le même problème que celui à l’œuvre avec le modèle H-O-S du commerce international, dont la structure analytique correspond à un autre pilier de la macroéconomie contemporaine. À Cambridge, Leontief (en dehors de ses travaux input-output), Samuelson et Solow, mais aussi Koopmans à la Cowles Foundation, ont chacun, quoi que de manière différente, développé, professé, défendu et sauvé ces petits toy modèles marginalistes recourant à l’agrégation et/ou à l’agent représentatif avec une fonction d’utilité agrégée. En soi, ce n’est pas un problème, sauf lorsque l’on s’étonne que le développement de la macroéconomie en fasse usage et donne naissance aux modèles DSGE.

17Comment les tenants du réalisme en économie ont-ils pu légitimer l’emploi de toy models pour explorer la complexité des économies modernes sans se retrouver en flagrante auto-contradiction ? Dans cet essai, nous avons soutenu que, dans une science empirique, ce n’est possible qu’à condition d’employer un critère épistémologique suffisamment « libéral » pour laisser une large place à l’interprétation. Ce libéralisme est permis par le critère de testabilité associé aux systèmes hypothético-déductifs. D’évidence, ce critère et l’usage de la méthode déductive n’est pas le propre des économistes et, selon Popper, il serait au fondement même des sciences empiriques. L’idée que les économistes constitueraient un groupe à part des autres scientifiques développant des pratiques douteuses qui les autorise à utiliser des théories abstraites au prix de l’irréalisme ou de discordances avec la réalité ne trouve ici aucun fondement. En physique et en astronomie, par exemple, la découverte en 1859 par Urbain Le Verrier d’une anomalie dans le comportement de la planète Mercure au regard de la mécanique newtonienne, n’a pas empêché les savants de continuer à l'employer pendant encore soixante ans jusqu’à la corroboration par Arthur Eddington de la théorie de la relativité générale d’Albert Einstein. Anomalies, réfutations, résistances et interprétations font partie du cours normal de la science, pour ainsi dire. Quand la théorie est formulée sous forme d’un système hypothético-déductif (ce qui est le plus souvent le cas) dont seules les prédictions sont mises à l’épreuve des faits, s’ouvre un vaste champ à l’interprétation des résultats empiriques, positifs ou négatifs. Aussi, en économie, comme ailleurs, la mise en œuvre de cette méthodologie ne va pas sans poser de problèmes. Cela ne pourrait être évité qu’en abandonnant ce critère méthodologique, ce qui imposerait un coût significatif. Une alternative peut se trouver, en effet, dans une forme radicale d’empirisme analytique, voie proposée par Leontief (1954), mais celle qui a été largement suivie en macroéconomie est celle défendue à la même époque par Friedman (1953) d’une interprétation instrumentaliste des systèmes hypothético-déductifs.

Dépasser les contradictions de l’exigence de réalisme des hypothèses et de la testabilité des théories

  • 7 Sur la centralité de l’optimisation en économie, voir Frisch 1969, Koopmans 1976, et Samuelson 197 (...)

18Au début des années 1950, Friedman avait déjà indiqué comment dissoudre la tension entre réalisme et abstraction théorique par l’interprétation de la théorie comme un instrument d’inférence, notamment pour formuler des prévisions. Via Lucas, la macroéconomie contemporaine, celle de l’équilibre général, a repris à son compte cette perspective : puisque les modèles paraissent simplistes ou irréalistes, quitte à sacrifier l’un ou l’autre élément dans la balance, c’est la prétention au réalisme qui est abandonnée, sauvant la théorie économique reçue. Cette tension doit être prise au sérieux car, selon que la balance penche du côté du réalisme (quel qu’en soit le sens), ou du côté de la théorie pure, l’instrument analytique change de forme et de contenu. Lorsque Frisch, Tinbergen ou Leontief construisent un modèle empirique, il est considérablement transformé au regard du modèle théorique de départ. Le tour de force technique des économistes de la nouvelle économie classique est d’avoir fait tenir ensemble les principes clés de la théorie marginaliste, à commencer par le principe d’optimisation sous contrainte d’une fonction d’utilité – principes mis en avant par les « réalistes »7 –, avec des mesures numériques des paramètres de leur modèle théorique. Le prix de cette opération est l’abandon du réalisme et, ce faisant, du critère de testabilité. Les principes de la théorie sont sauvés, donnant tort à la prédiction de Mitchell – et que Leontief aurait pu faire sienne :

Il n’y a qu’un mince espoir que l’analyse quantitative soit jamais capable de résoudre les problèmes que l’analyse qualitative a conçus, dans leur forme actuelle. Ce à quoi nous devons nous attendre, c’est à une reformulation des anciens problèmes dans une forme propice à une approche statistique. Au cours de la reformulation des problèmes, la théorie économique va changer non seulement dans sa forme, mais aussi dans son contenu. (Mitchell 1925, p. 3)

19Au contraire, la macroéconomie contemporaine, loin d’avoir dû amender, abandonner ou changer son contenu théorique, l’a renforcé et préservé. Elle a, au contraire de la prédiction de Mitchell, opéré « un retour au programme de recherche des théoriciens prékeynésiens du cycle des affaires […] [reprenant] le cours qui aurait été le sien si Keynes ne l’avait pas entraînée sur des chemins de traverse » (d’Autume 2000, p. 430). En revanche, le critère de testabilité des théories et l’exigence de réalisme des hypothèses des premiers macroéconomètres des cycles, Frisch, Tinbergen ou encore Koopmans, sont abandonnés au profit de l’instrumentalisme.

20Pour autant, l’instrumentalisme est-il le fin mot de l’histoire ? L’analyse empirique y a-t-elle résolu ses conflits et ses difficultés ? Non. D’une part, parce que les arbitrages entre réalisme et rigueur restent d’actualité et, d’autre part, parce que l’instrumentalisme introduit de nouveaux problèmes. En particulier, le statut instrumental des hypothèses théoriques interdit de les utiliser pour interpréter les données, les résultats et les prédictions du modèle. Comme le note Sims,

si l’on songe aux modèles DSGE comme une série d’histoires [ou récits] qui rendent les économistes et les décideurs politiques plus à l’aise avec les projections des politiques […] alors l’invraisemblance des fondements microéconomiques des DSGE est d’importance secondaire. Mais quand ces modèles servent à évaluer les effets en termes de bien-être de politiques alternatives, ces problèmes deviennent vraiment importants. (2011, p. 17)

21Le choix de l’instrumentalisme place les économistes dans une situation pour le moins inconfortable quand ils prétendent jouer le rôle d’experts auprès des décideurs politiques. Réintroduire du réalisme amènerait alors à retomber dans l’arbitrage entre rigueur et réalisme que Koopmans pensait avoir dépassé par la division du travail entre le théoricien, chargé de la rigueur, et l’économètre, responsable de connecter le modèle à la réalité. Leontief a souligné l’absurdité de cette division du travail. Notre interprétation de sa méthodologie montre que l’arbitrage auquel est confronté le théoricien soucieux de la signification empirique de son modèle porte en premier lieu sur le degré d’abstraction de ses concepts théoriques.

22Les simplifications que l’on trouve dans les toy models évoqués par Solow ne sont plus acceptables dans une méthodologie opérationnaliste, sauf à titre d’exposé pédagogique. Leontief utilise également des « toy models », dans son cas un modèle multisectoriel simplifié à trois secteurs, semblable à celui que nous avons présenté plus haut, mais il ne le fournit qu’à titre informatif, en annexe de ses publications. Contrairement à Solow, il ne l’utilise jamais pour mener son enquête empirique de l’économie nationale. C’est que son emploi supposerait d’assumer une forte agrégation or, affirme Leontief, « l’agrégation c’est la mort des qualités » (1986, p. 97). Dans le processus d’agrégation disparaissent les problèmes de coordination et de circulation des marchandises dans un système décentralisé, qui font pourtant que les économies modernes sont ces « organismes infiniment complexes » dont parle Schumpeter. Or, justement, au cœur du dispositif input-output, une représentation de l’économie comme réseau d’interdépendance entre des unités décentralisées, rend possible l’exploration empirique de ces problèmes de coordination et de circulation. Il est le socle d’une macroéconomie désagrégée et empiriquement fondée.

Notes

1 Jane Marcet (1769-1858), auteure britannique populaire d’ouvrages de vulgarisation scientifique, dont ses Conversations on Political Economy où les idées de Smith, Malthus et Ricardo sont exposées (NdA).

2 C’est dans ce sens que Samuelson considère le modèle de Leontief comme un modèle (classique) d’équilibre général, c’est-à-dire d’un cas particulier d’une théorie générale.

3 Nous ne prétendons pas résoudre ou clarifier définitivement le problème de la simplification en économie, problème suffisamment compliqué pour avoir amené Popper à y consacrer un chapitre entier, à propos des sciences empiriques, dans sa Logique de la découverte scientifique (chapitre 7, « La simplicité », 1934), auquel nous renvoyons le lecteur.

4 Solow reprend ici une discussion ouverte par Domar selon lequel « la construction d’un modèle ou de toute théorie (ou l’écriture d’un roman, d’une nouvelle ou d’une pièce de théâtre) consiste à arracher à l’énorme et complexe masse de faits appelée réalité quelques éléments qui soient simples et facilement gérables. Ceux-ci, lorsqu’ils sont mis ensemble de manière astucieuse, deviennent, à certaines fins, un substitut à la réalité elle-même. La simplification est au cœur de ce processus et ceux qui se plaignent de la “simplification excessive” de la théorie économique passent souvent à côté de son objectif. Il est assez facile d’ajouter quelques variables supplémentaires, sauf que le système (qu'il soit formel ou non) et ses résultats peuvent s’avérer ingérables. Mais décider où et comment simplifier et quelles variables prendre en compte et lesquelles laisser, c’est-à-dire l’essence même de la théorisation, a toujours été et restera un art très subtil » (1952, p. 484).

5 Sur la rhétorique à l’œuvre dans l’article de Solow 1957, voir McCloskey 1985, p. 83-86.

6 Commentant la phrase introductive de Solow (1957) à propos de la « suspension de l’incrédulité » nécessaire pour autoriser le passage de la désagrégation input-output aux fonctions de production agrégées, Franklin M. Fisher note que « cette suspension a clairement conduit à des résultats très fructueux. Toutefois, je trouve de plus en plus difficile de la soutenir » (1969, p. 576).

7 Sur la centralité de l’optimisation en économie, voir Frisch 1969, Koopmans 1976, et Samuelson 1972.

© ENS Éditions, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search